Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Enseigner

Stéphane Beaud et Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Paris, Éditions La Découverte, 1997

Texte intégral

1S’agissant d’un guide pratique destiné à être mis en pratique, je voudrais d’abord, plutôt que de proposer une lecture systématique de ce Guide de l’enquête de terrain, indiquer, à partir de ma propre pratique de l’enquête, les onze prescriptions et proscriptions qui me semblent essentielles :

  1. Que la thématique retenue soit « sociale » ou « académique », formulée dans l’univers politico-médiatique ou dans l’univers médiatico-académique, il faut la traduire en question d’enquête, en objet empirique ;
  2. Quant au choix du thème, la « dénaturalisation du monde social » passe par l’expérience du dépaysement (il s’agit de rendre l’étrange familier) ou, à l’inverse, par celle de la distanciation (il s’agit de rendre étrange le familier). La défiance des auteurs par rapport au « théoricisme » (une interprétation préconçue rend aveugle au terrain) se traduit ici par une forme de « minimalisme » en matière de construction problématique préalable : « d’une certaine façon, le terrain dicte sa loi à l’enquêteur » (p. 56) ;
  3. Quant au choix du terrain, les auteurs privilégient les milieux d’interconnaissance et les relations sociales les plus cristallisées (cérémonies, lieux et objets) ;
  4. Invitant à une « déscolarisation » de la lecture, les auteurs préconisent une lecture « active et inquiète » (en quête d’analogies, d’homologies, de transpositions, d’importations possibles de schèmes d’interprétation) : lectures opératoires qui permettent de s’initier au milieu étudié, à son histoire, au langage indigène ;
  5. La pratique réflexive de la recherche passe par la relecture du journal de terrain : elle met en évidence la distance entre celui qui a noté et celui qui relit, aidant ainsi à devenir étranger à soi-même ;
  6. Parce que la compréhension des « données » (mal nommées, ces « données » sont, en fait, « produites ») passe par la connaissance des conditions de leur production, les auteurs insistent sur l’attention à accorder à la mise en scène de la position d’enquêteur et, de façon générale, à la définition de la situation d’enquête1. Elle a pour corollaire le renoncement à la prétention à la neutralité (autorisant un jeu entre distance et proximité), l’attention accordée aux positions attribuées à l’enquêteur (« contrôleur », « visiteur », « voyeur », etc.) et aux représentations de l’enquête (sondage, enquête sociale, enquête de police, examen scolaire ou d’embauche, interview, etc.) et, ultérieurement, la nécessité de rapporter les descriptions aux points de vue dont elles dépendent, de restituer les textes ou les observations dans leur contexte ;
  7. Comment traiter un « cas » ? Il doit s’agir d’un « cas limite » ou d’un « cas idéal typique » : à défaut, il s’agit de faire apparaître son appartenance à une famille de cas. Pour chaque cas étudié, il faut mettre en relation le discours (enregistré dans l’entretien), les pratiques (observées), la position objective (obtenue par accumulation d’indices)2 ;
  8. L’étrangeté (ou la distance) de l’enquêteur est présentée comme une position favorable au recueil de confidences (comme pour le confesseur ou le psychanalyste) ;
  9. L’intérêt accordé aux non-réponses (les refus d’entretien), aux entretiens « ratés » attire a contrario l’attention sur les propriétés des « alliés » et entretient « le doute méthodique » de l’enquêteur ;
  10. Contre la représentation ordinaire d’objets — le magnétophone — ou d’opérations — la transcription — supposés « neutres », le magnétophone, rappellent les auteurs, transforme une parole privée en parole (d’où l’invitation à respecter l’anonymat qui peut, dans certains cas, se transformer en son contraire : « Dites-leur bien... », exige l’enquêté) ; quant à la transcription, elle transforme une interaction en discours et l’oral en écrit (d’où une difficile question pratique : quel est l’équivalent écrit de l’oral ?) ;
  11. Les clés de l’analyse reposent sur quatre préceptes : la comparaison ; la découverte de la problématique de son terrain ou, en d’autres termes, la formulation des questions dont on a trouvé les réponses ; l’accent mis sur « les découvertes » ; l’ambition de généralisation (il s’agit de formuler des hypothèses transposables à d’autres terrains).

2Si l’on ne peut que souscrire, pour l’essentiel, à la démarche proposée, elle me suggère néanmoins, telle qu’elle est formulée, quelques remarques critiques.

  • 3 Dans cette perspective, voir Gérard Mauger, « Pour une sociologie de la sociologie. Notes pour une (...)

3La première concerne la pratique réflexive de la recherche (voir 5) : dans la mesure où l’objectivation de l’objet d’enquête passe par celle de l’enquêteur, elle suppose l’objectivation du rapport de l’enquêteur à son objet. En d’autres termes, elle suppose l’élucidation des raisons de l’« élection » de cet objet par l’enquêteur : comment et pourquoi lui apparaît-il comme « intéressant » ? Et sachant qu’un objet « intéressant » est socialement construit comme tel et qu’il n’apparaît tel qu’à un chercheur « intéressé », c’est-à-dire socio-historiquement déterminé à l’être, l’objectivation de l’objet d’enquête passe donc par celle des « intérêts » qui s’y trouvent investis3.

  • 4 Dans la même perspective, voir Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », Postface de Nels An (...)

4La deuxième remarque concerne le dilemme empirisme/théoricisme et le privilège que les auteurs semblent accorder à l’empirisme4. S’il est vrai que nul n’arrive « vierge » sur le terrain, les schèmes de perception, d’observation, de compréhension initiaux ne peuvent être que des schèmes de sens commun, plus ou moins méconnus comme tels, ou une problématique provisoire, des hypothèses transposables issues des « acquis » de la discipline, dont la construction passe par l’objectivation du rapport initial à l’objet. Où diriger son regard ? Comment « repérer les détails significatifs » (p. 242) ? « Significatifs » de quoi ? Comment décider qu’il s’agit d’un « événement important » (p. 162) ? Faute de pouvoir répondre à ces questions — outre le risque de céder au fantasme de l’exhaustivité — le chercheur risque de ne voir que ce qu’il espère ou anticipe, ou même de ne rien voir du tout : « si on ne sait pas ce qu’on cherche, on ne voit pas ce qu’on trouve », disait à peu près Claude Bernard. Plutôt que de tenter de découvrir en fin de parcours « la problématique de son terrain », n’est-il pas plus rationnel de rechercher « le terrain de sa problématique », c’est-à-dire le plus propice à la mise à l’épreuve d’un corpus d’hypothèses provisoires ? Si le risque encouru est l’aveuglement, quel est le plus sûr moyen d’être lucide (p. 278) ?

  • 5 En procédant de la sorte dans le cadre d’une enquête ethnographique sur les pratiques de lecture, (...)

5La troisième remarque concerne le choix des enquêtés et, en particulier, le privilège accordé à la recherche d’« alliés » par contacts successifs ou « arborescence » (p. 125). Outre qu’il faut s’interroger sur les propriétés sociales de ceux qui se prêtent à l’enquête et, de façon plus générale, sur les propriétés sociales des échantillons spontanés, on peut opposer à cette démarche un choix raisonné des enquêtés à partir d’une problématique construite (dont la diversification n’est pas remise au hasard) qui conduit à des études de cas délibérément contrastés (en fonction d’hypothèses provisoires) et à la recherche méthodique de « contre-exemples » (susceptibles de prendre en défaut ces hypothèses5).

6La quatrième remarque concerne l’orientation de l’entretien : pourquoi tant de méfiance à l’égard du guide d’entretien (p. 206) ? S’il est vrai que les questions de l’enquêteur peuvent être inhibitrices, le « je vous écoute » suivi d’un long silence ne l’est sans doute pas moins. Poser de « bonnes questions » (étant entendu que les questions qu’on pose sont rarement celles que l’on se pose), c’est aussi soumettre à l’épreuve de l’enquête des hypothèses provisoires et se donner ainsi les moyens d’en changer ou de les rectifier.

7Quels sont enfin les critères qui semblent fonder, pour les auteurs, la différence entre « l’enquête ethnographique » et d’autres types d’enquêtes ? Le critère de « non-délégation » renvoie, en fait, à un choix de méthode. Pourquoi faire d’un degré élevé d’interconnaissance un critère distinctif (p. 296) ? Pourquoi enfin retenir le critère de « la longue durée » ? N’est-il pas contradictoire avec la recommandation d’étrangeté (ou de distance) de l’enquêteur (voir 8) ?

8Si le Guide de l’enquête de terrain de Stéphane Beaud et Florence Weber constitue désormais un outil de travail indispensable, les problèmes théoriques et pratiques qu’il soulève, peuvent encore — on l’aura compris — donner matière à expérimentations et controverses.

Notes

1 Dans cette perspective, voir en particulier Florence Weber, Le Travail à côté. Études d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/EHESS, 1989.

2 Dans cette perspective, voir en particulier Stéphane Beaud, 80 % au bac. Et après ? Paris, Éditions La Découverte, 2002.

3 Dans cette perspective, voir Gérard Mauger, « Pour une sociologie de la sociologie. Notes pour une recherche », L’Homme et la Société, n° 131, 1999, p. 101-120.

4 Dans la même perspective, voir Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », Postface de Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Éditions Nathan, 1993, p. 265-308.

5 En procédant de la sorte dans le cadre d’une enquête ethnographique sur les pratiques de lecture, nous avons ainsi recherché de « grandes lectrices » sans capital scolaire et de « faibles » lecteurs porteurs de titres scolaires élevés (Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540