Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Archéologie du savoir

Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire

Louis Pinto

Note de l’éditeur

Paris, Belin, 1996

Texte intégral

1La présentation du livre de Gérard Noiriel par un sociologue est un choix délibéré. Il y a au moins une raison à cela : il me semble très sain d’introduire parfois un tiers dans les affaires intérieures d’une discipline (mais y a-t-il des affaires intérieures ?). Je le fais d’autant plus volontiers que je sympathise grosso modo avec les orientations principales de cet ouvrage. Mais je mesure aussi la difficulté d’en rendre compte, tant il paraît composite dans son contenu, ses objets et son style, et peut être renvoyé à des genres aussi distincts que l’épistémologie de l’histoire et l’histoire (sociale) de l’histoire. Façon comme une autre de prévenir que je serai conduit à privilégier certains développements au détriment d’autres, tout cela avec l’espoir que mes choix ne seront pas perçus par l’auteur comme l’expression d’un malentendu.

2Gérard Noiriel propose une réflexion sur l’état de la discipline qui est en même temps une réflexion à propos des discours sur soi que tiennent les représentants de la discipline. Il remet en cause quelques mythes savants et une certaine façon de théoriser. L’auteur vise de façon parfois très explicite des philosophes, apprentis ou professionnels (Paul Ricœur, p. 119), qui font leur miel des limitations présumées de la discipline au prix de quelques malentendus (le positivisme borné de Seignobos).

3Une première partie fait le point sur la « crise » dont parlent beaucoup un certain nombre d’historiens, et propose comme issue un programme « pragmatiste ». Une seconde partie est composée d’un ensemble d’études empiriques sur différents aspects de la discipline historique : la naissance du métier d’historien, l’histoire des jugements sur les candidats de thèse, l’effet Annales, la collection « L’Univers historique » des Éditions du Seuil.

Vive la crise ?

4Ce plan montre, à lui seul, qu’il ne s’agit pas de prendre la crise comme le point d’aboutissement de la discipline, comme le font précisément les auteurs qui entendent faire la théorie de ce moment singulier. La notion n’est pas à prendre pour argent comptant. D’où la précaution insistante des guillemets. La « crise », un peu comme les « réformes », est à prendre plutôt comme un argument dans une forme de discours d’historiens qui est pourvue de son régime propre. En fait, le mot signifie moins par ce qu’il décrit que par ce qu’il invite à pressentir, le « tournant » salutaire qui permet de tirer la leçon des impasses ayant conduit à la « crise ». Le discours sur le turn, qui joue délibérément sur des équivalents en philosophie et en critique littéraire, va devenir un genre prospère qui suscite des livres, des controverses, des numéros spéciaux de revues, etc. Au-delà de cette conjoncture dramatisée, sinon dramatique, il faut tenter de se donner une vision distanciée qui passe par une analyse des transformations de la discipline au cours du XXe siècle et par une relecture des textes qui ont pu être considérés comme des repères dans la réflexion sur le métier d’historien.

5Parmi les mesures radicales que la gravité de la situation appelle figure le recours à la philosophie. Au positivisme satisfait de la plèbe académique est opposé le dépaysement culturel que peut procurer la méditation de questions ultimes de fondements (la vraie crise ne touche pas que la surface, l’ordinaire de la science) : ne pourront survivre que les esprits forts et suffisamment équipés.

6C’est par une lecture de Nietzsche complétée par celle de Foucault qu’il faut en passer pour suivre avec succès le « tournant » proposé par Paul Veyne (Comment on écrit l’histoire, 1970). Il s’agit d’une rupture, et pour mieux l’apprécier, Noiriel propose un inventaire des différences entre le texte de Paul Veyne et des écrits comparables de Marc Bloch (p. 103). Les historiens sont conviés à abandonner leur scientisme impénitent en adoptant un perspectivisme alors célébré en philosophie : l’histoire n’est pas autre chose qu’un « roman vrai ». C’est dire que la méthode, tant célébrée en histoire, est une forme de piété qui ne fait que brider les possibilités contenues dans la création et le jeu des visions. Cette posture radicale s’expose à des objections évidentes, et l’on peut soupçonner l’auteur de se dédoubler, ou du moins de tenir un discours double selon qu’il pratique l’histoire ancienne ou qu’il offre une méditation méta-historique à destination d’un public élargi.

7Autre tournant, animé également d’intentions anti-objectivistes, le linguistic turn, appelé parfois « critique ». L’invitation somme toute raisonnable à porter attention au langage va « tourner » à la métaphysique, une métaphysique idéaliste, qui entretient l’idée quelque peu démesurée selon laquelle le réel est non pas ce qu’en dit le langage, mais est le langage. Conception du langage qui, le note un peu perfidement (et à juste titre) l’auteur, est plus proche de celle de Roland Barthes que de celle des philosophes du langage contemporain.

8Ce que le discours de crise exprime est l’état de la discipline historique des années 1980-1990. La tranquille assurance d’une discipline en plein essor a fait place aux doutes sur les perspectives scientifiques. La croissance des effectifs aurait, selon l’auteur, favorisé un certain éclatement, et des forces centrifuges liées à l’édition et aux médias s’exerceraient de plus en plus sur elle au point d’effacer parfois les frontières entre les savoirs et entre les différentes fonctions de l’histoire qui se trouve de plus en plus écartelée entre la connaissance pure et les débats grand public, et toutes sortes de demandes profanes plus ou moins justifiées. Le bilan de ces turns et autres incitations au rethinking et à la revisitation apparaît maigre. En effet, ce nouveau genre littéraire repose surtout sur des review articles qui n’enferment aucune contribution empirique, mais permettent de donner libre cours à un mode de théorisation coupée de la pratique.

Contributions à une histoire du métier d’historien

9Quand il parle de sa discipline, un historien est confronté à deux options. L’une, « théoriciste », consiste à s’interroger sur l’objet, la spécificité et les fondements du savoir historique. L’autre, descriptive, se contente de dire ce que font les historiens, ce qu’est, concrètement, leur métier. C’est cette deuxième option qu’a privilégiée Noiriel. Nous nous trouvons ainsi renvoyés à une histoire des professionnels.

10L’autonomisation de la pratique de l’histoire à la fin du XIXe siècle, comme celle d’autres disciplines à la même période, a supposé des conditions institutionnelles de possibilité, notamment des enseignants à plein temps et une licence distincte. Parmi les caractéristiques du processus figurent, d’une part, la rupture avec la philosophie (il s’agit, selon le mot célèbre de Ranke, de dire « ce qui, au juste, s’est passé », was eigentlich gewesen) et, d’autre part, la critique des matériaux documentaires qui a trouvé sa forme canonique chez un auteur comme Charles Seignobos. L’histoire a accompli une rupture, au moins programmatique, avec les discours mondains à prétention plus ou moins scientifique et, en tout cas, assez ouvertement conservateurs. Une telle rupture a été rendue possible par la politique scolaire et universitaire de la IIIe République : un indicateur en est l’important accroissement des effectifs enseignants. Ces faveurs du pouvoir avaient une contrepartie politique assez explicite : l’histoire revêtait une fonction essentielle de conservation de la mémoire collective de la nation, élément fondamental d’un dispositif de légitimation de la République nouvelle.

11C’est peut-être cette analyse des conditions de professionnalisation de l’histoire dans cette période qui conduit l’auteur à présenter une réflexion plus générale sur les fonctions de la discipline historique. Celles-ci, selon lui, au nombre de trois, renvoient au savoir, à la mémoire, au pouvoir (ou à la politique). Il n’y a pas à choisir entre elles, mais à savoir gérer au mieux un système de tensions. Il y a une illusion de l’autonomie absolue qu’il attribue au « sociologue » : l’historien réaliste est celui qui comprend que la fonction cognitive ne peut manquer d’être combinée avec des exigences « externes » d’intégration collective et de justification ou de légitimation. Et l’on doit aussi constater que le rapport à la discipline varie aux différents moments d’une carrière : aux jeunes les rigueurs de l’analyse, et aux moins jeunes les satisfactions (bien méritées) de la synthèse et de la diffusion...

12Mais la façon de pratiquer l’histoire ne dépend pas seulement de caractéristiques individuelles, comme les intérêts symboliques qui commandent la forme et le degré d’orientation cognitive ou la phase de la carrière. Il faut aussi compter avec la temporalité longue des cycles universitaires d’expansion et de récession. Noiriel distingue trois époques principales : les années 1930, marquées par le resserrement des perspectives de recrutement, et propices à la fonction de connaissance et à l’innovation ; les années 1950 et 1960 qui, placées sous le signe de l’expansion, ont été favorables à l’interdisciplinarité et au paradigme de l’histoire sociale, double patronage auquel a été associé le label des Annales ; la crise de « succession » des années 1970-1980 marquées par la stagnation du recrutement et à laquelle correspond la contestation du paradigme antérieur, qui prend la forme d’une polarisation entre une orthodoxie conservatrice et l’hérésie postmoderniste. Nous y sommes encore. Pour sortir de ce qu’il considère comme une impasse, l’auteur propose une issue qu’il appelle « pragmatiste » : il s’agit simplement d’un rappel à l’ordre consistant à dire que, comme pour toute discipline, ce qui importe n’est pas le métadiscours sur les fondements ultimes mais un registre plus modeste, celui d’une pratique préoccupée de méthode.

13De nombreuses analyses détaillées permettent de mieux comprendre les conceptions du métier d’historien propres aux différentes époques considérées. On n’en évoquera que quelques-unes.

  • 1 On trouvera également une analyse de la trajectoire et de l’œuvre de Seignobos dans Christophe Cha (...)

14Commençons d’abord par un mythe d’origine que Noiriel invite à reconsidérer : il s’agit du rôle attribué à Charles Seignobos par ses adversaires, notamment dans la tradition des Annales. C’est en effet Lucien Febvre qui a contribué de façon décisive à l’élaboration de ce mythe. Si l’on relit honnêtement Seignobos, qu’y trouve-t-on ? Rien de si indigne. Loin d’être le positiviste étriqué qu’on a voulu voir en lui, il soulignait combien le « fait historique » est construit par le raisonnement (p. 118). Le primat accordé à l’« analyse » sur la « synthèse » tient à la nature de la connaissance historique. L’historien qui travaille sur des choses non perçues, des traces, des symboles est voué à la connaissance médiate, et ce statut l’oblige à la prudence, le soumet à des exigences assez rigoureuses de démonstration qui passent d’abord par la critique des sources1.

15Pour l’École des Annales alors en voie de formation, une confrontation avec un tel discours de la méthode n’était pas aussi évidente ou indispensable qu’elle est apparue rétrospectivement, comme le montre la comparaison entre la stratégie de Marc Bloch et celle de Lucien Febvre. Le premier met en avant la continuité : il peut à la fois prôner l’« histoire-problème » et admettre de se rattacher à Seignobos (p. 81). Le second, au contraire, adopte un discours radical de rupture qui comportait un récit héroïque : Combats pour l’histoire est un recueil d’articles qui suscite un effet spécifique de manifeste dans un contexte nouveau de publication. C’est après l’élection de l’auteur au Collège de France que l’ouvrage est publié (1953), alors qu’il était appelé à occuper la chaire d’« histoire de la civilisation moderne » : son projet scientifique recevait ainsi des lettres de noblesse théorique (p. 272-273).

16Dans l’après-guerre apparaît une autre figure majeure : Fernand Braudel. Sa conception de l’histoire reflète le compromis entre la tradition intellectuelle du discours méthodologique et l’effort de faire jouer à cette discipline une fonction unificatrice. Inévitablement, se posait la question de la confrontation entre histoire et sociologie. À l’histoire revenait, selon Braudel, une prérogative éminente, un traitement spécifique du temps qui a été élaboré à travers la fameuse notion de « temps long » (non événementiel), cible de critiques structuralistes qui lui reprochaient son caractère empiriste.

Réflexions de sociologue

17Voilà donc quel était le dessein de ce livre : contre une vision intellectualisée de la discipline, Noiriel a voulu revenir aux textes en les situant dans leur contexte, et montrer la part qui revient à l’invention de stratégies intellectuelles et institutionnelles. Quelques autres points auraient pu être mis en avant. Mais pour évoquer en particulier les différentes études empiriques, il aurait fallu aller à chaque fois dans le détail, ce qui est hors de propos ici.

18À l’issue de cet examen, on peut se demander dans quelle mesure Noiriel a fait bouger la ligne de front qu’il a observée entre la réflexion raisonnable sur le métier et l’aventurisme théorique de certains historiens. Peut-on se contenter d’une réflexion largement « immanente » sur la pratique historique alors que le diagnostic invite à prolonger l’interrogation par une sociologie du champ historique ? Or, tout se passe comme si l’auteur, à l’évidence tenté par la démarche, l’éludait au nom d’ancrages disciplinaires qui ne sauraient tenir lieu de théorie ultime puisqu’ils ont précisément une histoire qu’il s’agirait de penser et de dépasser.

19D’où cette impression que le livre n’échappe pas tout à fait à cet intellectualisme qu’il reproche à des collègues théoriciens. Les penseurs des tournants apparaissent finalement suspendus dans l’éther des pensées alors qu’il aurait été concevable de repérer les positions objectives et les trajectoires à partir d’un corpus composé de livres, de colloques, de numéros de revues (ce qui est suggéré pour le numéro anniversaire des Annales) ; et il aurait été tout aussi concevable de rapporter ce type de discours de crise à la multitude des positions en porte à faux dans le monde académique — animateurs de petites revues transdisciplinaires dans le vent, philosophes en disponibilité théorique et autres paparazzi de luxe venus aux nouvelles — qui guettent les prétendues crises comme autant de certifications d’un salut culturel pouvant être trouvé dans les failles et les lézardes des « vieux » savoirs. Mais une telle analyse aurait-elle paru convenable dans la corporation alors que la paix domestique apparaît traditionnellement comme l’un des gages de l’objectivité savante ?

20Une autre source de perplexité provient de l’usage des mots. Le livre oscille entre deux intérêts relativement distincts. D’une part, il met en avant le « métier » comme ensemble de savoir-faire, d’ailleurs difficiles à objectiver et à codifier : la position pragmatiste qui est défendue trouve sa justification principale dans l’invocation de la disposition scientifique concrète comme moyen d’échapper à des faux débats largement imposés de l’extérieur. D’autre part, il s’agit de contribuer à la connaissance de la « profession ». Comme souvent dans les histoires disciplinaires réalisées par des spécialistes qui en sont issus, ce mot tend à (s’)accorder ce qui reste à établir et à analyser, la rupture avec le profane, et de ce point de vue, les remarques sur l’autonomisation institutionnelle, quel que soit leur intérêt, ne peuvent tenir lieu d’analyse de ce qui est vraiment enjeu, l’espace des positions comme lieu de distribution du capital scientifique et de lutte pour la définition de la pratique légitime (même si les indications ne manquent pas, notamment dans l’étude de l’évolution de la collection « L’univers historique »).

21Dernier mot : celui de « pragmatisme ». Fallait-il aller chercher ce terme philosophique, un peu équivoque aujourd’hui et chargé d’une histoire complexe, pour nommer une position œcuménique et prudente qui se définit, si je l’ai bien comprise, à la fois contre ce qui serait le « point de vue imprenable » du sociologue et contre les surenchères théoriques des penseurs pour temps de crise ? Peut-on se moquer de la théorie sans théoriser ?

22Ces remarques n’enlèvent rien à l’impression positive procurée par un livre qui a finalement le mérite de parler et du métier et de la profession sur un ton nouveau qui rompt avec le traditionnel discours d’initié tenant trop souvent lieu de discours sur soi.

Notes

1 On trouvera également une analyse de la trajectoire et de l’œuvre de Seignobos dans Christophe Charle, « L’historien entre science et politique : Seignobos » dans Paris fin-de-siècle. Culture et politique, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 125 sqq.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540