Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Archéologie du savoir

Dominique Merllié, Les Enquêtes de mobilité sociale

Yvon Lamy

Note de l’éditeur

Paris, PUF, 1994

Texte intégral

1Cet ouvrage présente tour à tour la genèse historique et les méthodes des enquêtes de mobilité sociale. Il s’intéresse autant à l’histoire de leur émergence, de leur accumulation et de leurs innovations, qu’à leurs modes de quantification et d’analyse dans diverses écoles sociologiques nationales. Il est largement centré sur la mesure de la mobilité et les variations de ses modalités dans le temps et dans l’espace. Le terme de mobilité est pris classiquement comme l’étude de la distribution des individus dans la structure sociale (p. 43) ou, autre formulation, comme « l’analyse des conditions et conséquences de la circulation des individus » dans cette même structure sociale (p. 117). Plus précisément encore, il rend compte des rapports entre la position socioprofessionnelle des enfants et la position socioprofessionnelle des parents. Distribution, circulation, mais aussi « transmission des positions et des professions... » sont des notions ou des expressions que l’ouvrage multiplie en les reliant à des images mathématiques, physiologiques, voire... notariales de la mobilité. Ce thème, en effet, fécond en métaphores diverses, finit par les réunir dans leurs ambiguïtés mêmes (p. 118). D’entrée de jeu, Dominique Merllié prend la mesure de son importance en sociologie en raison de son objet, de ses méthodes et de ses implications idéologiques (p. 9). Il y voit, comme John H. Goldthorpe, un effet-carrefour pour la discipline, et probablement une façon de renouveler son histoire.

De la notion à l’objet

2Il faut échapper à la tentation d’autonomiser ou d’isoler les techniques d’analyse de la mobilité en elles-mêmes, afin de les saisir plutôt dans leur relation à des problématiques et à des théorisations explicites ou implicites (reproduction et reconversion, égalité des chances et changement structurel, analyse institutionnelle et stratégie individuelle). Selon Dominique Merllié, cette approche générale repose sur la référence à l’histoire constitutive des études de mobilité (p. 12). Histoire spécifique qui remonte aux essais de la première moitié du XIXe siècle pour les pays nordiques (p. 117), et qui est souvent marquée par l’appartenance nationale de chaque école sociologique, comme on l’observe dans le monde anglo-américain, où l’analyse de la mobilité a été particulièrement formalisée, via le travail de Pitirim A. Sorokin. Mais sur le fond, l’intérêt de la genèse historique est double : découvrant comment les techniques et les recherches se sont élaborées et mises en place au sein de problématiques, de « choix méthodologiques », de « catégories et de modes de classement » (p. 163, chap. ix), eux-mêmes situés historiquement, elle révèle que les enquêtes et leurs formalisations affichent des variations importantes et offrent prise à des interprétations ou à des jugements de valeurs opposés selon les écoles, les pays ou les époques, par exemple entre eugénistes anglais et sociologues américains, au tournant du XXe siècle.

3L’ouvrage se compose de quatre parties organisées deux par deux : à une partie : « Histoire et genèse » fait écho une partie : « Procédés statistiques et enquêtes empiriques », qu’elle éclaire en retour.

4La première partie, « Construction d’un champ d’études », décrit les éléments constitutifs de la notion et montre comment elle s’est historiquement imposée aux sociologues. À partir de Sorokin, l’inventeur du mot dans son livre Mobilité sociale (1927), le thème devient un problème central pour la sociologie elle-même. Cette dernière, en effet, repense son histoire à travers lui, de sorte que les sociologues de la mobilité sont souvent en même temps des historiens de la sociologie. Telle que son histoire nous la transmet, la notion ne devient opératoire qu’à deux conditions : la formalisation des enquêtes, des tables de mobilité et des procédés statistiques de leur analyse (p. 116 et deuxième partie) ; la multiplication et la diversification des enquêtes empiriques menées sur le terrain et dans de nombreux pays (l’objet de la quatrième partie).

5Dans la première partie, comme dans la troisième qui lui répond en écho, c’est l’histoire qui constitue le levier et fait apparaître les enjeux. La première, en effet, met en évidence l’émergence de la notion de mobilité autour du livre pionnier de Sorokin, tandis que la troisième présente la protohistoire des études sur l’homogamie ou l’hérédité professionnelle au tournant du XXe siècle : l’initiative de la Société de sociologie de Paris en 1900, les recherches scolaires de Paul Lapie, auxquelles feront suite les enquêtes menées dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis, comme celle de Peter M. Blau et Otis D. Duncan dans les années 1960. L’enjeu se déplace alors de la thématique générale vers le développement des enquêtes de mobilité en tant que telles (p. 115, p. 145-146).

6Dans cette première partie, l’auteur note que l’émergence du thème ne sonne pas vraiment comme une innovation radicale... au moins « du point de vue empirique », puisque l’étude pionnière de Sorokin ne présente jamais autre chose que « les pourcentages de mobiles ou d’immobiles » et ne va guère plus loin que le simple enregistrement de résultats chiffrés (p. 147). Cela étant, son approche enclenche le processus par lequel le domaine et le problème de la mobilité sociale vont s’enfermer très vite, après elle, dans les limites de la seule mobilité professionnelle. Le « social » se réduit alors au « professionnel » considéré comme sa dimension la plus facilement testable. Réduction qu’essaieront, pour leur part, de dépasser Blau et Duncan dans leur enquête sur les professions américaines des années 1960, et cela en articulant la stricte mesure de mobilité avec d’autres variables explicatives telles que le diplôme, la taille des familles, l’échelle de prestige des professions, etc.

7La deuxième partie, « Instrumentation statistique », examine la forme et la mise en forme des instruments d’analyse. Elle présente l’ensemble des moyens statistiques mis en œuvre pour décrire et mesurer la mobilité. Dans ce cadre, il s’agit d’expliciter deux points de vue pour les confronter l’un à l’autre : les modes de présentation des résultats (dont les tables de mobilité sont l’instrument statistique reconnu par l’ensemble de la communauté des sociologues) (p. 57) ; les effets du mode de construction de l’objet « mobilité » dont ces tables sont porteuses.

8Quatre points essentiels de l’interprétation du contenu des tables de mobilité (p. 117) sont concernés par cette réflexion critique sans doute parce qu’ils font difficulté pour tout sociologue de la mobilité : la distribution de l’échantillon des pères, l’homogénéisation de la durée entre deux points du temps, la distribution proportionnelle appelée « mobilité parfaite », la recherche de la « mobilité pure » caractérisée par le couple mobilité nette/mobilité structurelle. Les deux premiers points relèvent des relations entre les générations, les deux derniers des relations entre structure sociale et destin individuel. C’est dire l’importance stratégique de cette partie du point de vue de la construction formelle de l’objet « mobilité » et des procédés de son analyse : elle définit, en effet, sa forme même, telle qu’elle est engagée dans les enquêtes empiriques. Mais, comme le souligne l’auteur, « ce que les tableaux peuvent dire en tout état de cause, est conditionné d’abord par la nature des “données expérimentales” qui en forment le contenu empirique » (p. 58, 69-70, chap. iv, chap. v et également le chap. viii).

9D’où le titre de la troisième partie de l’ouvrage : « Genèse des enquêtes de mobilité ». Au cœur de cette histoire, l’enjeu est de savoir comment l’on est passé de la notion aux enquêtes empiriques, en particulier dans la sociologie française (p. 57). Pas seulement en France, toutefois, puisque, comme l’indique Dominique Merllié, « la ville portuaire danoise d’Aarhus, dès 1838, était sans doute prédisposée aux enquêtes de mobilité sociale »... dans la mesure où une enquête pionnière y est menée à cette époque (p. 116). Ce qui est certain, c’est que dans cette partie, le lecteur est invité à quitter l’examen de la forme des tableaux de mobilité, de la stricte mesure de mobilité, pour « s’interroger sur la construction des informations (empiriques) que les tableaux analysent : modalités de collecte, d’une part, et modalités de leur classement, d’autre part » (p. 115). Ici l’hypothèse de travail est simple : il s’agit de « passer à l’examen des catégories que les tableaux de mobilité mobilisent et à l’examen des enquêtes par l’intermédiaire desquelles ils sont ou ont été construits » (p. 113).

10Dans la quatrième partie, « Instrumentation empirique », il s’agit, alors, de décrire les conditions pratiques d’effectuation des enquêtes, des techniques et des modes de questionnement. Enquêtes qui sont les seules sources en mesure de fournir les « données expérimentales » nécessaires pour saisir les mobilités sociales effectives. À partir d’un tableau (numéroté 8. 1) synthétisant différentes enquêtes de mobilité de la période d’après-guerre en Europe et aux États-Unis, l’objectif est alors de « faire ressortir des constantes » (« le caractère presque exclusivement masculin de la population retenue », p. 165), « la double utilisation de l’informateur sur lui-même et sur son père (p. 170), et une grande diversité » (p. 164) diversité marquée par les variations qui affectent les questions soulevées par les enquêtes au sujet de la génération précédente...

Sur la clôture du domaine

11Si Sorokin fait communiquer l’avant et l’après des recherches sur la mobilité, le succès du thème a été acquis au prix d’une considérable restriction du champ ouvert par lui. Clôture qui a été renforcée par l’usage des statistiques. Clôture qui s’effectue sur un double terrain, idéologique et technique :

12- Clôture idéologique : la mobilité est un indicateur social riche d’ambiguïtés. La plupart des hommes politiques, des économistes, des sociologues désirent valoriser la mobilité (par exemple, Jacques Desabie qui décline « mobilité » avec « justice, liberté, efficacité, stabilité », p. 45). À cela s’ajoute le débat sur l’inné et l’acquis chez Alfred Sauvy, Alain Girard, Laurent Thévenot. L’idéal de justice est aussi pris en compte dans les années 1950 (comme chez Alain Girard, La Réussite sociale). La société doit cesser de « gaspiller » le gisement de « talents » qu’elle recèle.

13Le lien entre justice et efficacité est affirmé comme justification sociale de la mobilité. À travers l’égalité des chances, la mobilité apparaît alors comme porteuse de justice pour les individus et d’efficacité pour la société. Nous sommes très proches à la fois du mythe fondateur de la sociologie américaine (Tocqueville) et de l’idéologie républicaine, qui, selon Paul Lapie, inspire la conception de la méritocratie scolaire. Le modèle d’égalité des chances constitutif du modèle culturel américain, prend en France, une coloration républicaine spécifique, dans le cadre de la reproduction scolaire (p. 48). Ce thème de la mobilité sociale est alors susceptible de déboucher sur des politiques sociales : de l’emploi, de la formation, de la famille, de la population... Thème investi dans et par l’ingénierie sociale (planification et indicateurs sociaux) dont l’EΝΑ et plus particulièrement Jacques Delors se font en France les porte-parole, à la fin des années 1960 et au début des années 1970) (p. 49).

14Que montre donc cette première clôture ? Une mobilité à la fois centrale et équivoque, incontournable et insaisissable. Et une bonne partie des thèmes antérieurs à la synthèse de Sorokin se trouvent confondus dans le langage politico-administratif des « indicateurs sociaux » (p. 51).

15- Clôture technique : la profession comme critère. C’est sur cette deuxième clôture que se mesure la distance à Sorokin chez ses successeurs. Pour Sorokin, en effet, la mobilité professionnelle n’est qu’un aspect parmi d’autres de l’objet « mobilité ». Dans les travaux antérieurs les deux termes se confondent (p. 51). La mobilité sociale se produit dans un espace social différencié, un individu peut se déplacer sur une dimension, mais non sur les autres. La différenciation des éléments constitutifs du statut social a des implications importantes sur l’étude de la mobilité sociale, qui échappent à l’analyse lorsqu’elle se limite à une dimension unique (p. 52).

16Si Sorokin adopte le langage de la stratification et non celui des classes, c’est sans doute pour maintenir la distinction des différentes dimensions et non les noyer en une dimension supposée ou postulée déterminante (pauvres/riches, dirigeants/dirigés). En se dressant contre l’unilatéralité, Sorokin pourrait donc faire le même reproche aux études ultérieures, toutes fondées sur le critère professionnel. De plus, il a une approche originale de la mobilité professionnelle et distingue nettement entre les deux modes de lecture d’un tableau de mobilité, en termes d’origine et de recrutement, en termes de devenir et de destinées (p. 53, p. 61). Ces successeurs donneront une définition restrictive de la mobilité, tel par exemple Raymond Boudon (p. 54) ou René Girod (1986) qui étudie la mobilité en fonction des revenus.

L’instrumentation statistique de la mobilité : génération, structure sociale et individu

17Depuis Sorokin, la mobilité est une caractéristique socialement valorisée ou sociologiquement problématique. Si l’activité professionnelle est un critère pertinent pour en juger, comment la mettre en évidence, la mesurer pour fonder une comparaison ?

Tableaux et mesures

18La combinatoire des origines et des destinées telle qu’elle est construite dans les tables, la mobilité n’est pas une variable donnée directement à l’observation, mais une variable composée par le croisement de deux variables élémentaires (p. 59-60 : une table de mobilité comporte toujours deux marges. Par exemple, la lecture des deux marges permet d’aboutir à la proposition : la catégorie d’agriculteur a diminué en France depuis 1950. D’où une définition : « Un tableau de mobilité fournit, par le rapport entre les effectifs de la diagonale et l’ensemble, une mesure “brute” de l’immobilité et, par différence, de la mobilité... Ces proportions correspondent, en l’absence de toute information sur les autres caractéristiques susceptibles de déterminer leur catégorie sociale, à la probabilité qu’ont les membres des différentes origines de garder la même catégorie ou d’en changer, et ceux des différentes positions d’être originaires de la même catégorie ou non » (p. 82-83).

19Les tables de mobilité, en effet, comportent deux modes de lecture correspondant à des points de vue différents (origines et recrutement, devenir et destinées), déjà mis en évidence par Sorokin. « Cette distinction est d’autant plus importante à faire qu’il y a des cas où la mobilité est, pour une même catégorie, forte d’un de ces points de vue, faible ou nulle de l’autre, comme si elle comportait une membrane imperméable dans un sens, mais poreuse dans l’autre. Ainsi... les agriculteurs, qui sont un groupe rigide du point de vue des origines (très peu d’agriculteurs ne sont pas fils d’agriculteurs), mais qui forment un groupe assez ouvert du point de vue des destinées (relativement peu d’enfants d’agriculteurs sont agriculteurs) » (p. 61-62).

Mobilité intra- et inter-générationnelle

  1. Mobilité intragénérationnelle ou professionnelle : les enquêtes Formation-Qualification professionnelle (FQP) de l’INSEE offrent des exemples de tables de mobilité qui croisent la distribution des catégories socioprofessionnelles (CSP) au moment de l’enquête et à une période antérieure, pour une population précisée, telle que « les hommes actifs occupés aux deux dates ». Les individus étant classés selon le même critère aux deux dates, le tableau permet de distinguer ceux qui ont changé de ceux qui n’ont pas changé de catégorie. De la sorte, la mobilité intragénérationnelle décrit l’évolution du statut professionnel des individus en cours de carrière.
  2. Qu’en est-il de la mobilité inter-générationnelle, appelée stricto sensu mobilité sociale ? Les enquêtes FQP débouchent également sur des tableaux qui combinent la CSP des fils ou filles qui sont les individus enquêtés et celle de leur père. Le père est ici considéré tour à tour comme un indicateur du milieu familial et comme un point de départ (pour la carrière du fils ou de la fille) (p. 63). Dans ces conditions, la profession vise non pas à définir la nature de l’emploi, mais indirectement un milieu social (p. 63). La profession du père n’étant qu’un indicateur, la grande difficulté est de penser les « pères » comme une caractéristique conventionnelle des sujets de l’enquête, comme une caractéristique pertinente de la mesure de mobilité des fils ou des filles (p. 64).

20À partir de là quatre problèmes critiques sont soulevés :

  • Tout d’abord le problème de l’effet de coupe dans le temps : la question posée est celle de la réduction à la comparaison de deux points du parcours. « Autrement dit, un processus diachronique qui a pu suivre des formes complexes est observé au moyen d’un nombre très réduit de coupes synchroniques. Ainsi, un individu qui est classé dans la même catégorie à l’enquête et cinq ans plus tôt n’est “immobile” qu’au vu de deux informations ponctuelles : il a fort bien pu changer de catégorie (puis rechanger) dans le laps de temps considéré, comme il a pu en changer avant, dans une période qui reste en dehors de l’observation » (p. 67). Ici, Dominique Merllié rejoint Daniel Bertaux qui, dans son analyse secondaire de l’enquête FQP de 1964, indique clairement que beaucoup de cas de passage du salariat à l’indépendance correspondaient en fait à une immobilité sociale ;
  • Deuxième problème : celui des effets de découpage des catégories. La standardisation des informations inhérente au traitement statistique, entraîne des effets directs sur les observations (p. 70). « Si les taux de mobilité que livre un tableau sont fonction non seulement du nombre, mais de la taille relative des catégories, la comparaison directe des taux de mobilité non seulement entre sociétés différentes, mais même entre groupes sociaux d’une même société, ne livre pas une signification univoque. C’est notamment en vue de surmonter cette difficulté qu’ont été imaginés différents types d’indice de mobilité » (p. 78). « En regroupant la diversité des “professions” en quelques grands groupes, les catégories statistiques utilisées imposent une représentation de la structure sociale qui détermine nécessairement les formes de la mobilité sociale. » On a ainsi une mobilité « contrainte » par la mise en œuvre des catégories, d’où avec le même matériel empirique, des résultats différents selon les nomenclatures utilisées (p. 182) ;
  • Troisième problème : la distribution proportionnelle (dite « mobilité parfaite »). L’expression renvoie au mode de construction de la mobilité. Il s’agit d’une mobilité parfaite qui est une immobilité — parfaite : situation d’indépendance complète entre la position sociale des héritiers et celle des géniteurs. Pierre Bourdieu y voit un mythe (p. 80), tandis que Merllié avoue préférer l’idée de la distribution proportionnelle qui est la moindre dépendance statistique possible. C’est ce maximum d’immobilité dont le régime des « castes » ou des catégories sociales fondées sur le sexe, offrent les approximations les plus vraisemblables (p. 81). Symbole de l’absence de relation entre origines et positions, la mobilité parfaite est un point neutre qui caractériserait une absence d’influence déterminante dans la distribution de statuts sociaux... tandis que les formes qui s’en écartent peuvent être tenues pour des formes de « rigidité sociale » ;
  • Enfin, la quête de la mobilité « pure » : mobilité structurelle et mobilité nette. L’idée de départ est que la structure des emplois se déforme entre les générations (p. 95). Il s’agit dans ce cas de « distinguer, dans les mouvements observés, une part minimale incompressible, rendue nécessaire par les changements d’effectifs des catégories considérées entre les deux dates, et un “reste” qui correspond à l’excédent éventuel observé “en outre” dans le tableau » (p. 96).

21Dans cette perspective, l’on distingue généralement entre une mobilité structurelle (ou forcée) et une mobilité nette (ou pure, de circulation) (p. 97). Cette distinction présuppose que les évolutions structurelles renvoient à des changements dans le système socio-économique et dans la structure sociale et aussi que « ces changements peuvent s’analyser indépendamment des changements individuels qui les accompagnent, mais qui impliquent une certaine mobilité des individus par la création et la suppression de types d’emploi et donc de “places” dans la structure sociale » (p. 96). En effet, un des principaux facteurs de mobilité est la demande en évolution constante de main-d’œuvre, dans la mesure où il s’agit d’un facteur tant économique que démographique.

22Mais la question intéressante est de savoir si les changements individuels ne font qu’accompagner les changement structurels ?

Quelques remarques conclusives et critiques

23Comme on le voit, cet ouvrage dévoile combien la mobilité est investie de tous côtés par les ambiguïtés de langage qu’elle contribue à soulever. Parler de mobilité, c’est parler de famille, de père (ou de géniteur), d’héritier (ou de fils et de filles), de groupe, de société, d’individu, d’ascendant et de descendant, et même, chez Pareto... de révolution. Bref Goldthorpe a sans doute raison quand il y voit l’entrée par excellence des problèmes de la sociologie.

24Dominique Merllié, avec beaucoup de soin, s’efforce de débrouiller l’écheveau et fait des choix fondés : il sait tout à fait la difficulté qu’il y a à étudier un objet qui « semble devoir échapper de toutes parts aux méthodes mises en œuvre pour le décrire et le mesurer » (p. 205, chap. x). C’est pour cela sans doute qu’il est tenté par l’image de la quête, qu’il utilise dans le titre du chapitre V (p. 95). Le dilemme — quête ou construction — se pose à lui. Et cela paraît logique, puisque au fur et à mesure que l’on quantifie la mobilité, elle nous échappe dans son effectivité ; et au fur et à mesure qu’elle nous apparaît parfaite, elle perd toutes ses prises sur la société réelle. La mise en rapport de la mobilité mentale et de la mobilité réelle, de la mobilité subjective et de la mobilité objective, est une source de difficultés importantes que l’histoire des cent dernières années reflète bien.

25Ces ambiguïtés de mots et de notions font l’intérêt d’une position telle que celle de Schumpeter qui s’efforce de lever l’ambiguïté (p. 64, n. 1) : l’appartenance à une classe sociale n’est pas le fait de l’individu en tant que tel, mais dépend de son appartenance à une famille déterminée qui, elle, est le véritable membre de la classe. Conception dont l’effet est, à son tour, de rendre problématique la distinction entre origine et position de l’individu, mais qui permet aussi de mieux comprendre la vogue des biographies strictement centrées sur les trajectoires individuelles.

26La position de Dominique Merllié n’est pas éloignée, même si elle est un peu différente comme il le montre dans ses paradoxes de la fin. Un des exemples que je rappelle est le suivant : le fait de mettre l’accent sur la mobilité nette revient à corriger la tendance générale à se représenter la mobilité sociale comme ascendante (p. 105, p. 110). Autrement dit, les mutations socio-professionnelles en cours n’annoncent pas nécessairement un avenir radieux pour l’individu.

27À l’évidence, il s’agit d’un ouvrage réflexif, autoréflexif même : il instille presque systématiquement le point de vue épistémologique dans le point de vue positif : la description du procédé statistique ou de l’enquête empirique se ramène toujours à leurs conditions de possibilité. Et la dimension du caractère opératoire des méthodologies, des effets cognitifs des modes de classement, est tout à fait centrale.

28De ce point de vue, c’est un livre sur la mobilité dans les limites de la simple raison, pour adapter ici un titre célèbre de Kant. Par là même, nous avons affaire avec une « cage d’acier » de la mobilité, très centrée sur les problèmes de la sociologie et de son histoire, et beaucoup plus distante à l’égard des problèmes sociaux. C’est pourquoi, la question se pose de savoir si ce parti pris tout à fait justifiable et parfaitement honoré dans ce travail, ne nous prive pas ipso facto d’un autre espace d’analyse sur les relations entre la mobilité et les problèmes sociaux, la mobilité et les problèmes politiques. Problèmes que la mobilité sociale refléterait, anticiperait ou enregistrerait.

29Après tout, Pareto n’hésite pas à articuler, brutalement il est vrai et sans prendre de gants, la mobilité des élites et la révolution politique. Nous lui laissons à l’évidence son attachement idéologique qu’a aussi partagé quelque temps Sorokin. Ce qui nous intéresse, en revanche, c’est la démarche et c’est la ressource d’analyses fournies par le thème de la mobilité. Chez Pareto, la mobilité nourrit tout un pessimisme sociopolitique qui, toutes choses étant égales, par ailleurs, n’est pas sans résonance dans notre société contemporaine, puisque l’articulation entre égalité des chances, statut professionnel et mobilité sociale se révèle extrêmement coûteuse pour l’individu — citoyen de base. Parallèlement, on pourrait se demander quelle part prend la mobilité dans l’analyse wébérienne de la rationalisation.

30De nombreuses autres questions se posent comme, par exemple, celle de la mobilité comme marché (et de l’individualisme qu’elle implique) ou celle des rapports entre « égalité des chances », « reproduction » et « reconversion » que Pierre Bourdieu met en œuvre (p. 112), ou enfin celle des rapports entre mobilité, trajectoires et biographies. Ainsi, la prise en compte de stratégies individuelles permet-elle de corriger la détermination par la catégorie professionnelle des parents ou, à l’inverse, la « noie-t-elle » au point de la faire oublier ? Et que serait une individualisation de la mobilité qui nous ferait perdre le contact avec la mobilité structurelle ?

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540