Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Archéologie du savoir

Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée

Charles Soulié

Note de l’éditeur

Paris, Éditions du Seuil, 1996

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Christophe Charle s’intéresse à l’émergence progressive, et inégale selon les pays d’Europe, d’une nouvelle catégorie sociale, celle des intellectuels et ce tout au long du XIXe siècle. Sous cette appellation, dont il peut être utile de rappeler qu’elle se diffusera surtout après l’affaire Dreyfus, on regroupera un ensemble de professions, variable selon les pays, comme les époques, et comprenant notamment les savants, hommes de lettres, enseignants, parfois même journalistes, étudiants, artistes, médecins, avocats, et même dans certains pays, membres du clergé. Ce regroupement des « professionnels de la manipulation des biens symboliques », pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, se fera notamment au travers d’un combat pour la reconnaissance, tant sociale que politique, du groupe considéré. Cette nouvelle catégorie appartenant aux classes dominantes se définit principalement par la possession d’un capital symbolique, certifié ou non par l’institution scolaire, supérieur à la moyenne et sa participation aux débats intellectuels du moment. L’espace de ce débat, c’est le champ intellectuel, qui est à concevoir comme un espace de luttes symboliques, où les intellectuels se définissent les uns par rapport aux autres. L’objet de cette lutte, c’est la conquête du pouvoir symbolique et intellectuel.

2Sous-titré « Essai d’histoire comparée », ce livre est donc un essai de synthèse des différents travaux portant sur le sujet, et ils sont nombreux. La bibliographie est particulièrement impressionnante. Elle comprend des ouvrages portant sur l’Allemagne, l’Espagne, l’Europe centrale, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Russie, etc., et dont bon nombre sont en langue étrangère. De surcroît, on y trouve des ouvrages relevant de disciplines aussi différentes que l’histoire culturelle, la sociologie, l’histoire des idées, de l’art, de la littérature, des sciences et de la philosophie, qui souvent s’ignorent entre elles.

3Ouvrage de synthèse donc, mais qui est bien conscient des limites du genre et dont un des objectifs est de tenter de répondre à l’état actuel d’atomisation des recherches, ainsi qu’à l’anomie des paradigmes historiographiques. Christophe Charle y fait l’éloge du comparatisme en histoire. En effet pour lui, le comparatisme est une voie privilégiée pour trouver des hypothèses d’explication, systématiser les données, et accéder aux modes de perception et de définition des groupes ou institutions considérées. La comparaison permet de relativiser ce qui au sein de chaque espace national va de soi. Elle est un formidable moyen pour s’extraire de l’ethnocentrisme propre à chaque tradition culturelle et sortir du piège des fausses similitudes ou des fausses ressemblances. Néanmoins, pour rester pertinent, le comparatisme doit aussi veiller à replacer les intellectuels dans chaque structure sociale nationale.

4La première partie de l’ouvrage, intitulée : « Le temps des prophètes », va de 1815 à 1860. L’enjeu fondamental de la période tourne autour de la conquête de la liberté (de la presse, de réunion, d’association, d’expression, d’enseignement), conquête nécessairement insérée dans l’espace politique, ou mieux public, et intéressant donc l’ensemble de la société. C’est cet enjeu, transversal et politique, qui justifie qu’on utilise rétrospectivement le terme d’intellectuel. Des intellectuels se font alors les porte-parole, et les agents de mobilisation, de mouvements d’émancipation tant politiques, nationaux que sociaux. La seconde partie, intitulée : « Le temps des groupements », part du début des années 1860 pour aller jusqu’à la Première Guerre mondiale. À ce moment, les libertés sont acquises dans la plupart des pays européens, et le débat se déplace vers une remise en cause de plus en plus rapide des règles, jusque-là admises, de la vie intellectuelle. Les nouvelles générations ne sont plus confrontées à des contraintes politiques, mais économiques et sociales, liées notamment au développement d’un « marché libre » de la production intellectuelle, et les débats font rage autour des différentes manières d’être un intellectuel.

5Chaque partie débute par une étude des facteurs morphologiques à l’origine de la naissance, puis du développement, de cette catégorie sociale spécifique que forment les intellectuels. En raison de l’état d’avancement des recherches, comme des compétences linguistiques de l’auteur, les cas de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie sont plus particulièrement développés, et ce même si l’analyse s’étend aussi à d’autres pays comme l’Espagne, l’Italie et la Russie.

Le temps des prophètes

6Ayant fixé le cadre historique et géographique de l’ouvrage, nous pouvons maintenant évoquer sa première partie. Le contexte se caractérise par une renaissance universitaire qui succède à la décadence universitaire de la fin du XIIIe siècle. Le nombre d’aspirants diplômés augmente dans la plupart des pays européens, ce qui sera à l’origine, notamment en Allemagne, d’un discours sur la surproduction de diplômés. Cela dit, les effectifs restent modestes, surtout si on les compare à ceux d’aujourd’hui. Ainsi, la France comptait 6 131 étudiants en 1814 et 7 400 en 1830.

7Parallèlement à cette expansion universitaire, on remarque un accroissement de la production imprimée, comme du nombre de nouvelles publications. La presse périodique augmente ses tirages et les revues se multiplient, ce qui offre autant de débouchés possibles pour les nouveaux entrants. On remarque aussi un essor des cabinets, clubs de lecture, qui en Allemagne comme en Angleterre sont les plus gros clients de la littérature. Dans les pays germaniques, ces clubs, cabinets sont souvent des foyers d’opposition politique. Ainsi, en 1798, tous les cabinets de lecture viennois seront fermés par peur des jacobins, et l’interdiction ne sera levée qu’en 1811.

8L’époque considérée se caractérise donc par une expansion du groupe des intellectuels et de son audience. Néanmoins, le poids relatif des catégories intellectuelles dans la structure sociale reste faible et ce milieu reste caractérisé par son individualisme et une forme d’élitisme aristocratique. C’est pourquoi lors des crises, les intellectuels se rallient majoritairement à la défense et illustration de l’ordre et des élites établies, avec lesquelles ils ont plus d’affinités, tant par leur origine, leur position, leur culture, que par leurs intérêts bien compris. En effet, ce penchant pour l’ordre peut aussi être relié au poids de l’État, comme de l’Église, dans les professions intellectuelles.

9Les universités sont sous contrôle politique et les enseignants non conformistes souvent refoulés pour des raisons politiques ou religieuses, ce qui oblige d’ailleurs des intellectuels à se reconvertir dans le journalisme, auquel ils donnent un tour plus radical. On peut ici penser à Karl Marx et Moses Hess, animateurs de la Rheinische Zeitungen 1842-1843. En dehors de la censure de la production éditoriale, l’État contrôle aussi les théâtres, notamment en en limitant le nombre, parce que ceux-ci peuvent rassembler des foules et sont donc des ferments possibles de sédition.

10Sur le plan idéologique, artistique, intellectuel, c’est plutôt le culte du moi ou du héros romantique qui domine dans les milieux intellectuels. Il existe une croyance en la vertu de l’exemple, du verbe ou de l’écrit. Plutôt que d’affronter directement les pouvoirs en place, les intellectuels critiques optent souvent pour le double jeu. Tel était, par exemple, le cas de Heinrich Heine qui, paradoxalement, craignait que la fin de la censure après 1848 n’affadisse la littérature.

11L’autonomie sociale et professionnelle des intellectuels reste donc faible lors de cette période, même si l’on observe une mise en place de sociétés d’auteurs, ou de gens de lettres, visant à faire respecter les droits d’auteur. À la même époque, et accompagnant l’expansion de l’imprimé, apparaît la littérature industrielle qui offre de nouveaux débouchés.

12Si l’on examine le rendement des différents genres littéraires, on remarque qu’à l’époque le théâtre était le genre le plus rentable, tandis que le journalisme était la principale source de revenus des débutants. En fait, la pluriactivité était quelque chose d’obligé pour beaucoup des intellectuels non-rentiers de l’époque, qui souvent occupaient des emplois dans la fonction publique. En l’absence d’un marché libre suffisamment étendu, les intellectuels en étaient réduits, selon une logique proche de celle de l’Ancien Régime, à compter sur des ressources officielles, ce qui ne manquait pas d’exercer des effets de censure. Entre intellectuels d’État et intellectuels de salon, il n’y avait guère de place, et l’espace public, support de l’émancipation intellectuelle future, ne se construisait que lentement. On comprend qu’en défendant la liberté de la presse et d’édition, les intellectuels de l’époque assuraient aussi leur propre avenir social et économique. L’opposition entre intellectuels libres vivant du marché et intellectuels d’État, opposition derrière laquelle on peut reconnaître l’antagonisme du prophète et du prêtre, était d’ailleurs promise à un bel avenir.

13Les intellectuels formaient un groupe encore trop peu nombreux, et trop peu autonome, pour exister en tant que groupe et il semble bien que, paradoxalement, ce soit surtout la peur qu’ils suscitaient chez les tenants de l’Ancien Régime qui ait contribué à les constituer en tant que catégorie spécifique. Christophe Charle écrit (p. 73) : « C’est en fait la peur sociale et la solidarité internationale des forces d’Ancien Régime qui contribuent à fonder, par réaction au procès qu’elles leur font, l’identité politique et symbolique des intellectuels européens du premier XIXe siècle. »

14C’est Edmund Burke, homme politique et écrivain britannique, qui au travers de son livre publié en 1790, Réflexions sur la Révolution de France, fournira le bréviaire justificatif ultérieur à toutes les mesures de compression intellectuelle suscitées par la peur de la contagion révolutionnaire. Burke reprochera aux écrivains des Lumières leur esprit destructeur, notamment vis-à-vis de la religion, principal facteur d’ordre, ainsi que leur esprit de parti. Pour expliquer cet esprit, Burke écrit que, privés de considération avec la fin du mécénat du Grand Siècle, les écrivains français auraient cherché leur revanche dans l’action politique.

15Le procès des intellectuels est donc aussi celui de l’esprit des Lumières, accusé d’avoir détruit l’ordre symbolique sur lequel reposait l’ordre social et politique. En réaction à ce procès, et cherchant à redéfinir la fonction sociale des intellectuels, comme à opérer une nouvelle synthèse idéologique et sociale, on assiste à une vague prophétique et néospiritualiste sans précédent dans laquelle on peut insérer les jeunes hégéliens, Comte ou les saint-simoniens. Chez eux, on retrouve l’idée que la pensée doit s’incarner dans le mouvement de l’histoire sous la forme d’une nouvelle religion, puisque l’ancienne a fait faillite, et que les intellectuels en seront le nouveau clergé. Ce type d’idées se retrouve chez le poète anglais Shelley, pour lequel les penseurs et les poètes sont les législateurs non reconnus du monde. Chez Marx, comme chez les saint-simoniens, on trouve aussi l’idée de l’intellectuel total, c’est-à-dire de l’homme qui est à la fois penseur et homme d’action.

16Mais les intellectuels ne se retrouvent pas tous sur ce genre de position et les tenants de l’art pour l’art, position politiquement neutre qui permet de poursuivre l’idéal de la coupure cléricale d’avec le monde, comme ceux, par exemple, du « juste milieu » en France, ou encore les idéologues conservateurs, ont eux aussi leur propre vision du rôle social et politique de l’intellectuel. Ces différentes figures de l’intellectuel entrent alors en concurrence dans un champ qui n’existe qu’à l’état latent. Il n’y a pas à choisir, écrit Christophe Charle (p. 104), entre les diverses figures d’intellectuels, « prophètes, chefs de secte, journalistes faméliques, académiciens protégés, idéologues conservateurs, propagandistes révolutionnaires, étudiants remuants ou érudits hors du temps. Tous participent à la complexité d’un champ intellectuel, parfois local, parfois national, quelquefois européen, dont le degré d’autonomie intellectuelle, sociale et politique connaît de très grandes variations selon les conjonctures politiques ou les caprices des frontières des États. »

17Une des caractéristiques de cette période réside dans l’intensité des échanges intellectuels internationaux, favorisés notamment par les migrations et les exils provoqués par la répression politique. La répression qui suivra les événements de 1848, où les idées utopiques et prophétiques des intellectuels critiques rencontrèrent un écho inattendu, sera d’ailleurs à l’origine de la première grande fuite de cerveaux que connaîtra l’Allemagne. Ces migrations, et les transferts culturels qui les accompagnent, ont sans doute été une des médiations essentielles pour l’émergence d’une conscience sociale plus globale des intellectuels, intermédiaire entre le cosmopolitisme élitiste des Lumières et les nouvelles représentations collectives de la fin du siècle, plus enracinées dans chaque tradition politique et souvent plus nationales, voire nationalistes.

18Existe alors une Europe des intellectuels, certes fragile, dans laquelle les mouvements étudiants jouent un rôle essentiel et dont on devine qu’elle a toutes les sympathies de Christophe Charle. Mais celle-ci ne résistera guère à la montée des nationalismes tant culturels que politiques de la seconde moitié du XIXe siècle. Cette internationale des intellectuels fait écho, et précède même, semble-t-il, l’internationale des peuples, peuple que les intellectuels critiques tentent de rejoindre, avec plus ou moins de bonheur, et dans lequel ils voient le nouveau messie.

19À cette époque, Paris est la capitale des intellectuels européens et Riehl, un journaliste allemand passé de la gauche à la droite lors de la révolution de 1848 et pour lequel les Gebildeten (les diplômés), mais aussi le prolétariat de la Geistesarbeit (instituteurs à la campagne, journalistes à la ville) ont corrompu les classes saines de l’ancienne société d’ordres, parlera de la fonction corruptrice du séjour en France, tant pour les intellectuels allemands que pour les ouvriers émigrés. Après 1848, on assiste donc à un nouveau procès des intellectuels qu’accompagne une répression féroce et il faudra attendre ensuite deux générations avant que la question de l’engagement collectif des intellectuels et celle de leur fonction sociale se reposent dans les termes de 1848.

Le temps des groupements

20Après 1860, changement d’échelle. On assiste à une croissance beaucoup plus vigoureuse que dans les années 1820-1830 de la demande culturelle, du nombre des acteurs, comme des institutions, ce qui provoque un éclatement des cadres anciens de la vie culturelle. Les lois sur l’obligation scolaire se généralisent et provoquent une rupture nette avec les époques précédentes. L’alphabétisation sera pratiquement achevée à la fin du siècle dans les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest, mais reste inachevée en Italie, en Espagne et en Russie, ce qui permet d’ailleurs de mieux comprendre la position relative des intellectuels dans ces pays, les discours idéologiques produits, ainsi que les particularités de leurs stratégies dans la lutte pour la reconnaissance en tant que catégorie autonome.

21À un niveau supérieur, on observe en Europe occidentale un doublement des effectifs de l’enseignement secondaire, qu’on peut relier à l’expansion d’une nouvelle bourgeoisie, ainsi qu’à l’ouverture du système éducatif aux femmes, ce qui vient augmenter le lectorat potentiel. Les effectifs croissent aussi dans l’enseignement supérieur, fournissant un public plus large pour les ouvrages spécialisés.

22Un marché de masse émerge. Le nombre de titres produits, comme celui des best-sellers, augmente, et de véritables fortunes littéraires se bâtissent. Le marché des biens symboliques se différencie et se produit alors la deuxième révolution de l’imprimé. Tout cela contribue à créer de nouvelles positions pour les intellectuels et on assiste à une expansion vigoureuse du nombre d’intellectuels libres, comme d’universitaires, dont la proportion relative varie beaucoup selon les pays. Ainsi, la France et l’Angleterre s’opposent nettement à l’Allemagne, où la proportion d’intellectuels fonctionnaires est nettement plus importante. Touchant à la structuration des différents champs intellectuels nationaux, on remarque aussi une concentration plus ou moins poussée, selon les pays, des ressources intellectuelles. Le centralisme parisien distingue nettement la France de l’Angleterre, et plus encore de l’Allemagne, dans laquelle les capitales régionales jouent un rôle important.

23Ce contexte d’expansion n’est pas sans induire un certain optimisme dans les milieux intellectuels, où l’en pense que la montée générale du niveau d’éducation, ainsi que la diffusion massive de la culture de l’imprimé, contribueront au recul de l’ignorance et de la dépendance politique du « peuple ».

24Mais à mesure que le nombre d’intellectuels potentiels croît et que la concentration des grands journaux et des grands éditeurs rend les conditions d’exercice de cette libre concurrence plus défavorables aux producteurs intellectuels, le discours change. Arrivant sur un marché encombré, toute une génération expérimente le décalage existant entre la réussite de la génération précédente, qui a profité du mouvement d’expansion antérieur, et dont les images d’ascension éclatante entretiennent les illusions des nouveaux venus, et les difficultés qu’elle rencontre pour trouver une place. Se produit alors un phénomène de démoralisation intellectuelle. Le discours optimiste et conquérant des années 1860-1880 fait place chez les nouveaux venus à une thématique de plus en plus pessimiste, ainsi qu’à une dénonciation de la dépendance économique pesant sur le libre exercice de l’activité intellectuelle.

25Apparaît alors un argumentaire anticapitaliste et anti-industriel qui prévoit le déclin des formes dominantes de la culture face aux goûts, forcément vulgaires, des nouveaux publics. Le développement du marché privilégie certains genres comme le roman, alors qu’il en défavorise d’autres comme la poésie, qui autrefois étaient pris en charge par l’aristocratie ou par l’État. Afin de résister à ces mécanismes économiques, les producteurs intellectuels doivent inventer des espaces nouveaux d’autonomie (petite revue par souscription, production à compte d’auteur, recours au mécénat, second métier, etc.), bref tout un secteur de production restreinte réservé aux happy few, et ce, paradoxalement au moment précis où les obstacles politiques et juridiques antérieurs qui pesaient sur l’émancipation des intellectuels sont en voie d’abolition presque partout. Il est d’ailleurs frappant de constater que toute la littérature, aujourd’hui consacrée de cette époque, a eu recours à ce type de stratégie.

26Ceux qui échouent sur le mode noble, c’est-à-dire qui aspirent à produire une œuvre, et qui ne disposent pas d’autres ressources, doivent accepter les genres vulgaires (romans populaires, romans-feuilletons, articles à la ligne, rubriques moins considérées des journaux), mais à rentabilité rapide. Chaque genre d’écriture se trouve ainsi flanqué de son double subordonné. Toute cette bohème, ou cet enfer de la littérature et de la presse, accompagne l’expansion du marché comme son ombre.

27Le discours sur le nombre excessif d’aspirants intellectuels ou d’étudiants, revient alors en force. En France, Barrés instruit le procès du volontarisme universitaire républicain qui, au nom de la méritocratie et de la démocratie, multiplie les candidats au-delà des possibilités d’absorption de la fonction publique et crée des aigris et des « déclassés ». Ce genre d’analyse sociologique réaliste un peu superficielle est souvent le fait d’individus conservateurs ou hostiles au monde intellectuel, et s’accompagne généralement d’un discours tendant à faire de ces aigris et « déclassés » des fauteurs de troubles révolutionnaires. En fait, une analyse sociologique sérieuse montre que souvent, et c’est notamment le cas de l’intelligentsia russe, les intellectuels révolutionnaires disposent généralement « d’amortisseurs sociaux », bref sont souvent, pour reprendre une expression de Pierre Bourdieu, des « surdotés sociaux ».

28En Angleterre, où le marché tient une place plus importante dans la régulation de la production intellectuelle, le discours est beaucoup plus pragmatique et professionnel que sur le continent, où ce dernier est plus social, sans doute parce que l’État et les universités jouent un rôle régulateur plus important. En Allemagne et en Autriche, l’antisémitisme permet de transférer cette violence sociale sur une catégorie servant de bouc émissaire et peut donc être compris comme une entreprise travestie de dénonciation de la surproduction intellectuelle. Ainsi, les autorités académiques n’hésitent pas, dans certaines universités, à reconnaître et à appuyer les organisations étudiantes antisémites. Ces phénomènes de barrage et de compression intellectuelle seront notamment la cause, dans l’immédiat après-guerre, de la création de cercles d’avant-garde dont certains alimenteront l’intelligentsia révolutionnaire.

29Au travers de la question de leur nombre, les intellectuels sont donc devenus une question sociale. Lancée par les intellectuels conservateurs, la thématique de la surproduction des aspirants intellectuels va indirectement mobiliser les intellectuels dans leur ensemble et les forcer à inventer de nouvelles stratégies. Le terme même d’intellectuel commencera alors à être positivement connoté. Comprendre cette nouvelle identité symbolique demande à ce qu’on la rapporte à la structure sociale spécifique de chaque pays, ainsi qu’au rôle joué par l’enseignement supérieur dans la formation aux professions intellectuelles. Ainsi, l’accès aux professions du marché intellectuel libre peut être plus ou moins subordonné à un passage préalable dans l’enseignement supérieur. Il l’est plus particulièrement dans le cas de l’Allemagne où les écrivains, journalistes et universitaires sont très proches socialement et scolairement, ce qui est moins le cas en France ou en Angleterre, où l’on remarque plus de réussites d’outsiders.

30À ce titre, la dénonciation des « prolétaires intellectuels » en Allemagne peut être considérée comme une stratégie intéressée des intellectuels en place et visant à décourager symboliquement les nouveaux entrants. Ce type de stratégie peut aussi être rapporté à la fermeture sur soi de la caste universitaire allemande, comme à son passéisme aristocratique, caste pour laquelle les intellectuels libres (journalistes et écrivains) ne sont finalement que des ratés du système académique. Le recrutement social des universités allemandes est d’ailleurs nettement plus élevé qu’en France ou en Angleterre, et l’antisémitisme, comme les considérations politiques jouent encore fortement dans les recrutements.

31L’Europe centrale se rapproche ici de l’Allemagne et l’empereur d’Autriche, par exemple, peut bloquer les nominations non conformes au plan religieux ou politique. Freud, Privatdozent à la faculté de médecine de Vienne depuis 1885, se voit refuser sa promotion comme professeur extraordinaire à quatre reprises. Son origine juive et ses théories contestées, le rendent inéligible par la faculté selon les procédures classiques. Il ne devra sa promotion, en 1902, qu’à l’intervention, auprès du ministre, d’une protectrice d’origine aristocratique, et épouse d’un diplomate, la baronne Marie Furstel. La transaction sera ici fort peu scientifique, puisque la baronne promet en échange de faciliter l’achat par l’État d’un tableau de Böcklin appartenant à l’une de ses parentes !

32Si l’on examine le recrutement social des intellectuels à un niveau européen, on remarque qu’ils proviennent essentiellement de la bourgeoisie et des classes moyennes. Plus précisément, il semble qu’il s’agisse d’individus moins dotés en capital social que les autres membres de leur groupe d’appartenance, et qui de ce fait éprouvent des difficultés pour accéder à la moyenne et haute fonction publique, et dont beaucoup tentent d’échapper au déclassement. La hantise du déclassement, qu’on retrouve dans nombre de romans réalistes, s’origine sans doute ici. L’étude du lieu de résidence des intellectuels libres est aussi riche d’enseignements, car leur concentration spatiale n’est pas sans renforcer l’identité sociale du groupe. Christophe Charle se livre ainsi à une analyse qui lui permet notamment d’objectiver leur distance, tant par rapport au capital économique, qu’aux classes populaires.

33Si, maintenant, on s’intéresse au champ universitaire, on voit que cette période est marquée par son autonomie croissante, dont le degré est certes variable selon les pays, tant par rapport au champ du pouvoir, que vis-à-vis du champ intellectuel en général. C’est l’âge d’or des universitaires. Ceux-ci sont bien payés et socialement reconnus. Ils bénéficient de l’image positive du savant et de la science auprès de l’opinion. On remarque aussi un engagement plus vif des universitaires dans la vie politique. Au total, on assiste à cette époque à l’émergence publique des intellectuels qui se structurent en groupes de toutes sortes. Le mouvement est plus ou moins accentué selon les pays, ce qui peut notamment être relié aux décalages dans la chronologie de la libéralisation de la vie publique.

34Christophe Charle se livre ensuite à une série d’études de cas nationaux tout à fait passionnantes, dont l’intérêt majeur est, que décrivant le mode de production spécifique des intellectuels de chaque pays, il nous fournit des clés pour comprendre, sur un mode non plus sensible ou intuitif, comme le permet, par exemple, la littérature, mais sociohistorique, leurs productions intellectuelles, leur style national spécifique, en le rapportant notamment à chaque structure sociale nationale et à la position relative des intellectuels dans celle-ci.

Pour une Europe des intellectuels

35Christophe Charle conclut son ouvrage par des considérations d’ordre méthodologique et politique. Sur le plan méthodologique, c’est manifestement la question des frontières qui est au cœur de sa réflexion. En effet, chaque tradition nationale élève des frontières artificielles devant les approches internationales. De même, chaque discipline académique bloque, par sa logique d’approfondissement, les tentatives de combinaison des résultats apportés par chaque secteur universitaire. Relativement à la question des cloisonnements disciplinaires, on rapportera ici une note particulièrement critique. Parlant des mouvements littéraires d’avant-garde de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l’auteur écrit (p. 224) : « La logique disciplinaire propre à l’histoire littéraire ou à l’histoire de l’art tend à multiplier les monographies sur ces groupes pour en chercher l’originalité irréductible alors que leurs conditions sociales d’apparition et de succès, quand on les met en parallèle, sont très similaires. Il existe de ce fait une bibliographie à la fois immense et purement descriptive et autoréférentielle, à l’image des groupes étudiés qui se définissent les uns par rapport aux autres dans une surenchère permanente de distinction. »

36Christophe Charle nous invite donc à effectuer une traversée des frontières intellectuelles, tant nationales que disciplinaires. Il faut, dit-il, transgresser systématiquement les habitudes nationales héritées de chaque tradition historiographique, et surmonter la division du travail entre les disciplines, afin de lutter contre l’enfermement parcellaire des chercheurs contemporains et leur spécialisation aveugle. L’objectif étant de renouer avec le meilleur de l’héritage du XVIIIe siècle, résumé par les deux termes de « République des lettres » et d’encyclopédisme.

37Sur le plan politique, il en appelle à une Europe des intellectuels, Europe encore vivace jusqu’en 1848, et qui a été mise à mal par près de deux siècles de nationalisme culturel, dont les historiens peinent d’ailleurs à s’affranchir. Il s’agit ici de mettre sur pied un contre-pouvoir critique non pas seulement à chaque gouvernement singulier, mais à l’ensemble des forces aveugles sur lesquelles gouvernants et gouvernés feignent, par commodité, paresse ou fatalisme, de ne plus avoir prise. La nécessité d’une mise en commun des forces relatives de chaque tradition culturelle ne s’est jamais sans doute autant fait sentir. En effet, pour Christophe Charle, les intellectuels, par-delà la singularité de chaque contexte national, ont toujours eu intérêt à se penser dans leur collectivité, et leur universalité, pour faire face aux menaces contre les libertés, et donc contre leurs libertés.

38La lecture de l’ouvrage de Christophe Charle n’est pas sans questionner le lecteur d’aujourd’hui. À le lire, on se demande parfois si en histoire, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Par exemple, celui-ci attribue un rôle clé à l’expansion, somme toute très modeste, des effectifs universitaires lors de la première moitié du XIXe siècle dans la constitution du nouveau groupe social formé par les intellectuels. Or, nous venons de vivre récemment en France une augmentation très importante des effectifs étudiants, dont les effets sur le champ intellectuel ne sont pas particulièrement visibles. Peut-être existe-t-il en la matière des effets de taille ou de seuil, mais il ne semble pas que l’on dispose, pour l’instant, d’outils conceptuels liant la montée générale du niveau d’éducation ou de formation d’une population donnée et le rôle que les intellectuels sont appelés à y jouer.

39Dit d’une manière imagée, c’est la question : quels peuvent être les rapports des intellectuels avec un peuple de bacheliers ? On perçoit bien, intuitivement, qu’ils ne peuvent être de même nature que dans la Russie, l’Italie ou l’Espagne de la fin du XIXe siècle, où l’analphabétisme était encore très important, ou encore dans la France de la IIIe République, qui verra justement se diffuser l’appellation d’intellectuel.

40Christophe Charle évoque aussi, dans sa conclusion, l’existence de grands cycles intellectuels. Pour lui, la grande expansion universitaire qui a commencé à la fin des années 1950 est à l’origine de la parcellisation actuelle du savoir, analogue à l’expansion de la fin du siècle dernier, fondatrice des nouvelles disciplines et elle appelle, comme cette dernière, de nouvelles totalisations partielles entre domaines séparés contre les spécialisations aveugles. L’idée qu’il existerait des cycles intellectuels accordés aux mouvements d’expansion ou de récession des effectifs scolarisés est séduisante. Mais ne serait-il pas possible de la systématiser, ou du moins de l’étayer théoriquement plus avant, afin de lui donner une portée plus heuristique ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540