Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Archéologie du savoir

Joseph Ben-David, Éléments d’une sociologie historique des sciences

Terry Shinn

Note de l’éditeur

Textes réunis et introduits par Gad Freudenthal, traduction de Michelle de Launay, Paris, Presses universitaires de France, 1997

Texte intégral

  • 1 Stephen Cole, Jonathan R. Cole, « Scientific Output and Recognition : Study in the Operation of th (...)
  • 2 David Bloor, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore, 1982 ; Ha (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Éditions Raisons d’Agir (coll. Cours (...)

1La recherche en sociologie des sciences s’organise autour de trois courants. Dans le premier de ces courants, la science forme un sous-système social qui se démarque de tous les autres sous-systèmes composant la société : la stabilité et l’efficacité du progrès scientifique dépendent du maintien de la rupture épistémique et institutionnelle entre la communauté scientifique et la société1. On peut qualifier le deuxième courant de recherche d’orientation « antidifférenciationniste » : ses partisans rejettent toute idée selon laquelle la science afficherait des règles intellectuelles et des modes de fonctionnement social spécifiques. Ici, pas de distinction entre science et société, ni entre nature et culture. La « vérité » en science, c’est-à-dire les énoncés qui acquièrent le statut d’orthodoxie, doit sa place privilégiée exclusivement à un jeu de pouvoir professionnel et institutionnel, et aux manœuvres économiques qui lui permettent d’éclipser et d’écarter les propositions rivales2. La troisième approche sociologique souligne l’existence d’une multiplicité de régimes de production et de diffusion des connaissances scientifiques et technologiques ; elle souligne également les permutations qui peuvent exister dans la perméabilité des frontières entre les disciplines scientifiques, entre la science et la technologie, et entre la science/technologie et les autres groupes et institutions constitutives d’un corps social moderne de plus en plus complexe et différencié. Ici on voit les processus d’historicité et de réflexivité qui conduisent certains régimes de production cognitifs et technologiques à s’inscrire dans un espace singulier ; on voit également comment d’autres régimes cognitifs plus transversaux gèrent un ensemble de frontières intellectuelles et sociales plus mobiles et plus ouvertes aux groupes qui ne font pas partie de la communauté scientifique, par l’intermédiaire d’une division sociale du travail dynamique et élastique3.

  • 4 Scientific Growth : Essays on the Social Organization and Ethos of Science, Berkeley, University o (...)

2Les travaux de Joseph Ben-David (1920-1986) s’inscrivent dans la première approche, dont Ben-David était l’un des auteurs les plus originaux, et, sur le plan institutionnel, le plus actif. Le livre, Éléments d’une sociologie historique des sciences, remarquablement traduit par Michelle de Launay, se compose de douze chapitres (376 pages), qui ont tous été publiés dans différentes revues ou rapports anglophones au cours des décennies 1960, 1970 et 1980, et tirés d’un volume de vingt-six chapitres (591 pages), paru en anglais, en 1991, sous le titre Scientific Growth : Essays on the Social Organization and Ethos of Science4. Néanmoins, la version abrégée en français présente l’essentiel de la pensée de Joseph Ben-David. Le défaut du livre français réside plutôt dans la pauvreté de son index de six pages, qui dans le texte anglais est très développé (vingt pages).

La sociologie de Ben-David

3On trouve dans ce livre trois thèmes principaux de recherche et de réflexion : 1. La naissance de l’institutionnalisation de la communauté scientifique et la genèse de l’ethos scientifique ; 2. Les conditions sociales de la croissance des connaissances scientifiques — le rôle du scientifique et l’organisation universitaire ; 3. Les problèmes de la politique de la science et de sa planification.

  • 5 Robert K. Merton, Science, Technology, and Society in Seventeenth England, New York, Fertig, 1970 (...)

4Dans son livre, Science, Technology, and Society in Seventeenth Century England, (souvent présenté comme le texte fondateur de la sociologie des sciences), Robert K. Merton explique l’avènement de la communauté scientifique anglaise dans l’Angleterre du XVIIe siècle par la multiplication des activités technologiques liées aux ambitions militaires et coloniales et à l’expansion économique du pays, d’une part et, d’autre part, à l’importance du puritanisme qui a valorisé un ensemble de croyances, d’attentes, et de pratiques correspondant à des préoccupations intellectuelles constitutives de la recherche scientifique5. Pour Ben-David, comme pour Merton, l’existence de la science dépend du maintien de la communauté scientifique, communauté qui doit à tout prix rester autonome. Mais Ben-David ne situe pas la genèse de cette communauté dans une idéologie, mais plutôt dans le fonctionnement de l’université médiévale, où des professeurs ont réussi à créer un espace autonome et libre entre l’Église, l’État, les corporations et d’autres groupes ; ce qui leur permettait de poursuivre les explorations du monde naturel en toute indépendance. Le lien entre puritanisme et naissance de la communauté scientifique proposé par Merton était pour Ben-David à la fois faux et dangereux, car pour lui la science demeure extérieure à toutes les formes d’idéologie — y compris le puritanisme anglais. L’efficacité de la science et son progrès, dit Ben-David, dépendent de son maintien en tant que sous-système social libre des interférences exogènes, et tout projet contraire se révélera préjudiciable au progrès scientifique. Cette insistance sur l’autonomie de la communauté scientifique — sur sa démarcation et sa spécificité — était une des raisons qui ont fait de Ben-David un adversaire constant du courant antidifférenciationniste, qui refuse l’idée selon laquelle il peut exister une distinction entre science et non-science.

5Mais pourquoi cette réticence devant l’argument de Merton selon lequel la genèse de la communauté scientifique est liée à des facteurs idéologiques ? Né juif en Hongrie à la veille de la Seconde Guerre mondiale, réfugié de l’holocauste en Israël, formé en sociologie en Israël, en Angleterre et aux États-Unis, Ben-David a mené une carrière universitaire à cheval entre Israël et les États-Unis, tout en étant expert en politique de la science à l’OCDE (qui était le porte-parole de l’idéologie et du capitalisme libéral américains !). Ben-David abhorre le communisme, tout comme le nazisme, qui sont pour lui des idéologies contraires aux libertés qu’il croit si nécessaires au fonctionnement efficace de la communauté scientifique. Et par un transfert de cette même logique, Ben-David réfute l’argument de Merton en faveur d’un lien étroit entre l’idéologie puritaine et le processus de mise en place de la science dans l’Angleterre du XVIIe siècle.

6Toutefois, la vraie force de la pensée de Ben-David réside ailleurs : dans bon nombre de ses écrits, il insiste sur l’idée que la croissance des connaissances scientifiques au cours des deux derniers siècles est liée à l’organisation des institutions scientifiques. Quatre conditions sont primordiales, à son avis, pour qu’il y ait croissance : l’autonomie de la communauté scientifique, la compétition entre les institutions et entre les personnes, la décentralisation institutionnelle, et l’avènement des spécialités disciplinaires. À partir d’informations historiques concernant différents pays (l’Allemagne, la France, l’Angleterre et les États-Unis) au XIXe et au XXe siècle, Ben-David cherche à montrer comment ces éléments se tissent de façon soit à stimuler, soit à retarder la croissance des connaissances dans des domaines aussi divers que la physiologie, la psychologie ou la bactériologie.

7D’après lui, l’Allemagne a bénéficié pendant une bonne partie du XIXe siècle des conditions les plus propices au progrès scientifique dans un large éventail de spécialités. La plupart des Länder possédaient leur université. Le prince de chaque principauté cherchait à faire de son université un phare du savoir, et à la voir monter au plus haut rang de la hiérarchie informelle des connaissances scientifiques. Voilà donc déjà réunies deux des quatre conditions de progrès du savoir (décentralisation et compétition) préconisées par Joseph Ben-David. D’après lui, encore, ces conditions accélèrent la multiplication des spécialités, ce qui conduit à son tour à l’augmentation du nombre de chaires universitaires, et à une croissance de la compétition. Ce processus aboutit à plus de recherche, et à une recherche de meilleure qualité. L’institutionnalisation du savoir représente pour lui l’unique voie conduisant à la stabilisation des connaissances, car sans elle les idées, les expériences et les théories les meilleures stagnent ou périclitent. Si le précurseur d’une innovation scientifique potentiellement très riche peut apparaître à n’importe quel moment historique ou dans des cadres sociaux très variés, en revanche, les véritables progrès scientifiques sont résolument ancrés dans des conditions institutionnelles bien déterminées.

8L’innovation est également due à un deuxième élément, que Ben-David appelle « l’hybridation des rôles » et « l’hybridation des idées ». En effet, le chercheur en science, comme tous les acteurs sociaux, désire voir se renforcer sa position sociale. Ce but sera atteint au sein de la communauté scientifique lorsqu’il y aura amélioration de sa réputation à la suite d’une découverte importante, ou de l’obtention d’un rang élevé dans un institut de recherche prestigieux. Les innovations cognitives et les spécialités nouvelles découlent de l’hybridation des idées et des rôles. Dans le processus d’hybridation le chercheur quitte sa spécialité d’origine offrant peu de perspective pour une spécialité encore peu explorée, plus riche en possibilités cognitives et plus prometteuse en opportunités institutionnelles. Poussé par l’espoir d’améliorer son statut social, ce scientifique se déplace du champ A vers le champ B, où les questions de recherche ou la méthodologie sont différentes de celles de son domaine initial. Si, par exemple, le scientifique conserve la méthodologie de sa spécialité d’origine et l’étend aux thèmes de recherche de sa nouvelle spécialité, il y a alors hybridation des rôles et des idées — ce qui dans un certain nombre de cas peut stimuler la création d’une nouvelle discipline : d’après Ben-David la physiologie, la bactériologie et la psychologie sont des exemples remarquables de ce processus d’hybridation. Ainsi, prises ensemble, la configuration des institutions et les dynamiques sociales qui gouvernent la mobilité entre les spécialités déterminent la productivité de la recherche scientifique.

9Pour mieux montrer les relations qui existent entre les conditions de croissance des connaissances et le fonctionnement et l’organisation des institutions, Ben-David a fait des études comparatives entre plusieurs pays. Dans le domaine de la recherche, la productivité élevée de l’Allemagne au XIXe et des États-Unis au XXe siècle contraste avec le retard de la France et de l’Angleterre aux mêmes époques. Ben-David attribue la lenteur de la recherche de ces deux derniers pays à leurs structures centralisées — la domination de la science par les universités d’Oxford et de Cambridge en Angleterre, et en France par quelques institutions parisiennes (l’École polytechnique, l’École normale supérieure, la Sorbonne et le Collège de France). Ce monopole a eu pour effet de freiner la compétition entre les institutions et entre les personnes. En revanche, l’existence d’une profusion d’universités aux États-Unis, et comme on l’a déjà indiqué en Allemagne, qui correspondait au système de décentralisation politique, administrative et économique, ainsi que l’esprit de compétition, ont permis à ces deux nations de se trouver à la tête du progrès de la recherche dans un grand nombre de disciplines.

Une vision libérale de la science

  • 6 Joseph Ben-David, « The Rise and Decline of France as a Scientific Center », Minerva, n° 8, 1970, (...)

10Cependant, tout au moins en ce qui concerne la France, les hypothèses de Ben-David s’inscrivent mal, me semble-t-il, dans la réalité historique ! Dans un article, « The Rise and Decline of France as a Scientific Center », publié en 1970, et qui a fait date à l’époque, Ben-David suggérait que la science française avait connu un effondrement à partir de 1830 et jusqu’à la fin du XIXe siècle, et tentait d’en donner les causes6. L’échec de la science française, écrit-il, est la conséquence de la centralisation parisienne et d’un manque de compétition. Le système de cumul a diminué le nombre de chercheurs, et la mise en place de l’agrégation a dessiné un paysage intellectuel trop homogène, rendant ainsi toute diversité extrêmement difficile.

  • 7 Terry Shinn, « The French Science Faculty System, 1808-1914 : Institutional Change and Research Po (...)

11Mais l’étude que j’ai effectuée et publiée en 1979, « The French Science Faculty System, 1808-1914 : Institutional Change and Research Potential in Mathematics and the Physical Sciences », met en doute certaines conclusions avancées par Ben-David7. D’une part, l’analyse quantitative de la production en mathématiques et en sciences physiques entre 1810 et 1914 (nombre d’articles et de livres publiés) suggère l’existence de fluctuations très importantes au sein de la science française. D’autre part, je montre qu’il y a eu dans ce pays tout au long du — XIXe siècle des phases de grande centralisation et des phases de décentralisation du système d’enseignement et de recherche. S’il est vrai, comme Ben-David le pense, qu’il existe une correspondance entre hypercentralisation et ralentissement de la recherche, il est également certain que les décennies de grande décentralisation vécues par la France à la veille de la Première Guerre mondiale ont correspondu à un certain ralentissement de la recherche. Pendant cette période, les universités françaises étaient abandonnées par l’État et souvent livrées aux intérêts des entreprises régionales. On constate, alors, que contrairement aux affirmations de Ben-David, les relations entre productivité de la recherche et décentralisation/centralisation sont complexes et non linéaires ; la décentralisation en soi n’étant pas toujours la panacée imaginée par Joseph Ben-David. Par ailleurs, en ce qui concerne les contributions à la recherche au cours du XIXe siècle, la France a su préserver sa primauté dans bon nombre des domaines de la mathématique ; et les chercheurs du pays ont été des pionniers dans les travaux sur la bactériologie, l’atomisme chimique, le magnétisme, la radioactivité, certains domaines de l’optique, etc.

12Deux remarques s’imposent en ce qui concerne la méthodologie de Ben-David. Il a eu l’immense mérite, encore trop rare parmi les sociologues des sciences, d’entreprendre les études comparatives de différents pays et de différents systèmes de recherche. En revanche, quand on examine de près les informations qu’il a apportées sur chacun des pays étudiés et leur système de recherche, on constate trop souvent des lacunes ou des erreurs ! Bref, un manque de précision et de rigueur. Par ailleurs, Ben-David semblait utiliser une grille de lecture bien simple, voire peut-être simpliste. Les conditions de décentralisation, de compétition et d’hybridation fonctionnent d’une manière mécanique et rigide, et semblent échapper à l’historicité et la réflexivité. En effet, pour Ben-David une seule formule, invariante et linéaire, s’applique à toutes les situations, indépendamment du temps et de l’espace.

  • 8 Bon nombre de travaux d’histoire et de sociologie récents montrent bien le très grand rôle joué pa (...)
  • 9 Terry Shinn, « The Impact of Research and Education and Industry, a Comparative Analysis of the Re (...)

13Les recommandations avancées par Ben-David dans la sphère de la politique de la science auprès de l’OCDE pendant les années 1960 et 1970 affichent ces mêmes caractéristiques. Pour Ben-David, la politique la plus souhaitable consiste à éviter tout interventionnisme. Il faudrait à tout prix se garder de planifier la science, ce qui, pour lui, est toujours inefficace — voire néfaste. Il condamne à cet égard la politique de l’URSS et de la France, qui cherchent à coordonner et à diriger les activités scientifiques de leurs chercheurs. En revanche, les États-Unis sont exemplaires en ce domaine et constituent, selon lui, le modèle à suivre. En Amérique, prétend Ben-David, la communauté scientifique est libre de décider de la direction, de la quantité et de la qualité de l’enseignement et de la recherche. Au sein de cette communauté, il y a une sorte de marché libre de l’offre et de la demande, qui assure le meilleur espoir de progrès. Ben-David souligne le rôle mineur joué par l’État aux États-Unis ; il voudrait même le voir jouer un rôle encore moindre8. Par ailleurs, il est intéressant de noter que Ben-David se fonde également sur les modalités en vigueur aux États-Unis quant aux recommandations concernant les relations qui doivent exister entre l’enseignement et la recherche. Il déplore une fois encore la situation de la France et de l’URSS, où on peut trouver une division du travail institutionnalisée entre les fonctions pédagogiques et l’exercice de la recherche (les universités d’une part et, d’autre part, les Académies des sciences en URSS, et en France le CNRS, le CEA, etc.)9. Pour Ben-David, le seul système valable est un système permettant la fusion indivisible de l’enseignement et de la recherche — le mythe américain que démentent depuis 1945 les instituts de recherche à temps complet, généralement éloignés de l’enseignement, tels que l’Atomic Energy Commission, le National Institute of Health, le Fermi Laboratory, l’American Cancer Institute, la Rockefeller Foundation, etc. !

14On pourrait même se demander dans quelle mesure la pensée de Ben-David n’est pas parfois animée par ses convictions personnelles plutôt que par une méthodologie rigoureuse et un regard critique. Le réfèrent du marché capitaliste ultra-libéral — les lois qui le sous-tendent et les relations qu’il provoque — est omniprésent dans la sociologie des sciences de Ben-David. Comme on peut le lire dans l’excellente introduction écrite par Gad Freudenthal, Ben-David était un proche du sociologue ultra-libéral Edward Shils, qui travaillait à l’université de Chicago, où Ben-David lui-même a passé une partie importante de sa vie professionnelle. Ce dernier avait également des liens étroits avec les savants ultra-libéraux de l’université de Stanford. Il n’est donc pas surprenant que Ben-David se soit fait en quelque sorte l’avocat d’une forme d’américanisation de la science.

  • 10 David Cahan, An Institute for an Empire : The Physikalisch-Technische Reichanstalt, 1871-1918, Cam (...)
  • 11 Alfred D. Chandler, The Visible Hand : The Managerial Revolution in American Business, Cambridge M (...)

15En dépit de son attachement à l’idéologie libérale dominante américaine et de son admiration pour la science de style américain, Ben-David omet de signaler une composante fondamentale de la recherche aux États-Unis ainsi qu’en Allemagne : il s’agit de la recherche technologique et des liens qui existent entre l’industrie, la technologie et la science. En effet, il passe sous silence les contributions à la science allemande venues de la Physikalisch-Technische Reichsanstalt, du Kaiser-Willhelm Institut, des Technische Hochschulen (écoles supérieures de technologie), de la Deutsche Gesellschaft für Mechanik und Optik, et des laboratoires de recherche de Bayer et d’autres industries10. Comment Ben-David n’a-t-il pas vu dans le système américain de production des connaissances, souvent dominé par des intérêts et des relations avec l’industrie, que la recherche universitaire n’est pas indépendante aux États-Unis, mais qu’elle est plutôt tributaire de la technologie et des entreprises11 ?

16Ce refus de prendre en considération les relations entre l’industrie et la science marque nettement la limite de l’importance et de l’influence du marché ultra-libéral sur la pensée de Ben-David ; ce refus montre bien que ce dernier accorde la primauté au statut de la science en tant que sous-système social indépendant. En effet, si Ben-David avait admis qu’il y a des échanges étroits entre les entreprises et les universités, il aurait également reconnu que ces dernières subissent la mise en péril de leur autonomie. La communauté scientifique reste pour Ben-David un système hermétiquement fermé aux perturbations exogènes, qui risquerait sans cette autonomie de perdre une partie importante de sa spécificité. Il n’est donc pas étonnant qu’à la fin de sa vie, lors d’un débat avec l’antidifférenciationniste Timothy Lenoir sur l’évolution de la science en Allemagne au milieu du XIXe siècle, Ben-David ait refusé de discuter la question de la technologie et de ses imbrications avec la science, se réfugiant plutôt dans la répétition de considérations générales en s’appuyant sur un langage métaphorique.

17Pour conclure, Ben-David n’a pas su concevoir la science comme un système composé de multiples régimes de production et de diffusion des connaissances scientifiques et techniques, un système influencé par des dynamiques d’historicité et de réflexivité, et doté à différents degrés de diverses formes de perméabilité entre science et non-science. Ce n’est que dans le troisième courant de la sociologie des sciences, tel que je l’ai annoncé dans mon introduction que l’on peut trouver cette importante possibilité d’analyse.

Notes

1 Stephen Cole, Jonathan R. Cole, « Scientific Output and Recognition : Study in the Operation of the Reward System in Science », American Sociological Review, 42, 1967 ; Diana Crane, Invisible College. Diffusion of Knowledge in Scientific Communities, Chicago, the University of Chicago Press, 1972 ; Warren Hagstrom, The Scientific Community, New York, Basic Books, 1965 ; Richard Whidey, The Intellectual and Social Organization of the Sciences, Oxford, Clarendon Press, 1984.

2 David Bloor, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore, 1982 ; Harry Collins, Changing Order — Replication and Induction in Scientific Practice, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1985 ; Bruno Latour, La Science en action, Paris, Gallimard, 1985.

3 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Éditions Raisons d’Agir (coll. Cours et travaux), 2001 ; Pierre Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2, 1976, p. 88104 ; Eric Brian, « Calepin. Repérage en vue d’une histoire réflexive de l’objectivation », Enquête, n° 2, 1995, p. 195-222 ; Eric Brian, La Mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1995 ; Henry Etzkowitz et Loet Leydesdorff (éds.), Universities and the Global Knowledge Economy, Londres, Pinter, 1997 ; Richard R. Nelson (éd.), National Innovations Systems : A Comparative Analysis, New York, Oxford University Press, 1993 ; Terry Shinn, « Hiérarchies des chercheurs et formes des recherches », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 74, 1988, p. 2-22 ; Terry Shinn, « Formes de division du travail scientifique et convergence intellectuelle. La recherche technico-instrumentale », Revue française de sociologie, 41 (3), 2000, p. 447-473.

4 Scientific Growth : Essays on the Social Organization and Ethos of Science, Berkeley, University of California Press, 1991.

5 Robert K. Merton, Science, Technology, and Society in Seventeenth England, New York, Fertig, 1970 (1re édition 1938).

6 Joseph Ben-David, « The Rise and Decline of France as a Scientific Center », Minerva, n° 8, 1970, p. 160179. Il est regrettable que cet article soit absent du livre anglais, et plus étonnant et plus décevant encore qu’il ne figure pas dans la version française.

7 Terry Shinn, « The French Science Faculty System, 1808-1914 : Institutional Change and Research Potential in Mathematics and the Physical Sciences », Historical Studies in the Physical Sciences, n° 10, 1979, p. 271-332.

8 Bon nombre de travaux d’histoire et de sociologie récents montrent bien le très grand rôle joué par le gouvernement américain dans l’évolution de la science. Henry Etzkowitz, « Enterprises from Science : the Origins of Science based Regional Economic Development », Minerva, n° 31, 1993, p. 326-360 ; John Heilbron et Robert W. Seidel, Lawrence and his laboratory. A History of the Lawrence Berkeley Laboratory, Berkeley CA, University of California Press ; Daniel Kevles, The Physicist : the History of a Scientific Community in Modem America, New York, A. Knopf, 1978 ; David Noble, America by Design : Science, Technology, and the Rise of Corporate Capitalism, New York, A. Knopf, 1977.

9 Terry Shinn, « The Impact of Research and Education and Industry, a Comparative Analysis of the Relationship of Education and Research Systems to Industrial Progress in Six Countries », Industry & Higher Education, octobre 1998.

10 David Cahan, An Institute for an Empire : The Physikalisch-Technische Reichanstalt, 1871-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; Peter Lungreen et al., Staatliche Forschung in Deutschland, 1870-1980, Francfort, New York, 1986 ; Meyer-Thurow Georg, « The Industrialization of Invention : a Case Study from the German Chemical Industry », Isis, n° 73, 1982 ; Terry Shinn, « The Research-Technology Matrix : German Origins, 1860-1900 », dans Bernward Joerges and Terry Shinn (éd.), Instrumentation between Science, State and Industry, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2001.

11 Alfred D. Chandler, The Visible Hand : The Managerial Revolution in American Business, Cambridge MA, The Belknap Press of Harvard University Press, 1977 ; Nobel, op. cit., n. 8 ; Leonard S. Reich, The Making of American Industrial Research : Science and Business at GE and Bell, 1876-1926, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540