Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Archéologie du savoir

Avant-propos

Louis Pinto

Texte intégral

1Contrairement à une représentation naïve du progrès intellectuel, ce n’est pas la succession de « paradigmes » et de « tournants » qui permettent les avancées les plus décisives dans le domaine des sciences sociales. Dans sa réflexion sur la « crise » en histoire, Gérard Noiriel a bien montré à quel point, dans cette discipline, les prétendues ruptures pouvaient ne consister en rien d’autre qu’en coups de force symboliques accomplis non pas à travers des recherches novatrices, mais simplement grâce à l’effet de hauteur théorique obtenu le plus souvent à la faveur d’un genre particulier, l’article de synthèse, dont le propre est d’énoncer des bilans et des programmes grandioses dont le principe n’est pas sans rappeler les stratégies d’amateur distingué, mais sans culture, prompt à se porter aux audaces des dernières avant-gardes musicales (Luigi Nono plutôt que Bach ou Mozart). Le label du « nouveau » est d’abord un enjeu et un instrument dans les luttes intellectuelles, comme le montre la stratégie de Lucien Febvre qui, selon Noiriel, avait besoin de renvoyer Seignobos vers un passé dit positiviste, inaugurant, de la sorte, le discours d’autoprésentation de ce qui sera l’École des Annales.

2La publication d’un classique peut être aussi une façon de réactiver des démarches qui étaient parvenues autrefois à une phase d’« épuisement » (comme on dit en histoire des sciences) : il en va ainsi du programme de sociologie des sciences de Joseph Ben-David que le succès des science studies a conduit à oublier, rendant quelque peu périmée l’analyse des conditions sociales de production, de circulation et d’innovation en matière scientifique. Et, par exemple, la fameuse étude sur l’« hybridation des rôles » (l’application des instruments de la physiologie à l’« âme », domaine occupé jusqu’alors par la philosophie), facilement réinterprétable avec des instruments nouveaux, peut se voir réinscrite dans un autre cadre problématique, celui des relations entre champs, flux d’individus, apport de capital, importation de concepts, retraduction, découpage disciplinaire, etc.

3L’intérêt du travail historique de Dominique Merllié sur la mobilité sociale est de prendre pour objet un appareillage conceptuel qui tend à s’imposer de lui-même, n’ayant d’autre fonction apparente que de décrire la façon dont les individus maintiennent ou changent leur position par rapport à eux-mêmes ou par rapport à la génération antérieure. À la différence d’auteurs d’histoire de la statistique qui, trop souvent, juxtaposent l’aspect cognitif et l’aspect institutionnel, il montre la structure à la fois logique et idéologique de l’appareillage, c’est-à-dire le lien entre l’instrument et ses fonctions sociales : la revendication de la neutralité des méthodes, dont on ne parvient jamais à éliminer la part irréductible de convention sinon d’arbitraire, repose sur l’ambition de réduire une question importante de théodicée sociale, celle de la justification de la démocratie comme accomplissement effectif d’un idéal d’équité sociale, à un phénomène mesurable, le degré d’indépendance du destin social par rapport à la classe, meilleure expression des mérites personnels.

4Rompant totalement avec les problématiques demi-savantes qui se contentent d’invoquer un esprit national d’autant plus commode qu’il est indéfini, le travail comparatif ample et minutieux de Christophe Charle démontre que les modèles intellectuels nationaux dans des pays européens renvoient à une constellation de facteurs énumérables tels que le marché éditorial, la presse, l’Université dont le poids relatif varie d’un pays à l’autre : selon les cas, les intellectuels sont enclins à s’attribuer une mission sociale, à se replier sur la science, à s’abandonner au dilettantisme ou à l’essayisme... C’est dire qu’une recherche historique de ce genre, parce qu’elle permet de désamorcer les pièges de l’ethnocentrisme et du nationalisme conscient et, surtout, inconscient, peut apporter infiniment plus à une véritable circulation internationale des idées que les prédications vagues et vertueuses des philosophes de l’altérité.

5La sociologie de la philosophie, abordée ici par Louis Pinto à travers une situation quasi expérimentale de construction d’un auteur légitime (Nietzsche), demeure une voie marginale permettant de montrer que la philosophie, malgré son éminente dignité, est un objet sociologique comme un autre (avec ses difficultés propres). En effet, le statut philosophique de cette pensée n’a été reconnu qu’après un long travail d’accumulation primitive opéré par des auteurs autorisés, et mené à terme seulement au cours des années 1960. L’histoire problématique de cette transfiguration symbolique (perçue souvent comme la réparation d’une injustice ou l’effacement d’un malentendu) se révèle autant dans le coup de force de penseurs d’avant-garde que dans l’embarras des historiens universitaires de la philosophie à traiter cet auteur comme un philosophe de plein droit (avec sa théorie de la connaissance, ses concepts...). Non réductible à une simple histoire érudite, la sociologie des interprètes apparaît ainsi comme un préalable indispensable pour une science des textes et des productions culturelles.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540