Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

Conclusion. Pour une ethnologie du paysage

Françoise Dubost et Bernadette Lizet

Texte intégral

  • 1 « A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », 1992, Terrain, n° 18 : 138.

1« Montrer les apports d’une approche ethnologique du paysage, au plus près du terrain (...), joindre approche matérielle et approche sensible du paysage, souvent dissociées dans les partages disciplinaires » : c’est dans ces termes que Claudie Voisenat rappelait les principaux objectifs de l’appel d’offres de recherche lancé en 1989 par la mission du Patrimoine ethnologique1. Outre la visée scientifique, la mission se donnait un but pratique, constituer un corpus de données et d’analyses qui permette de définir de nouveaux modes de gestion de l’espace en formulant plus clairement la demande sociale.

2L’appel d’offres a été conçu – et réalisé – comme une expérience novatrice pour l’institution : en atelier de recherche collective, largement interdisciplinaire (ethnologues, sociologues, historiens et géographes) et avec des échanges réguliers entre les équipes. Nul besoin de s’appesantir sur l’encombrement du « terrain » paysage et l’état de saturation du discours scientifique à ce sujet. La mpe s’adressait plus précisément aux ethnologues – très discrets jusqu’alors dans le débat – pour construire un point de vue et apporter une contribution qui leur seraient spécifiques. En ces moments fondateurs, l’accent était donc particulièrement mis sur la recherche « pure » (réflexion sur le concept et sur la méthodologie, toujours associée à l’enquête et à l’observation de terrain). Mais l’affirmation croissante de la question du paysage comme problème de société incitait également à l’élargissement du champ d’analyse, depuis la recherche fondamentale vers « l’ingénierie sociale », impliquant le chercheur – l’ethnologue parmi les autres spécialistes – dans les processus de recomposition et de requalification du territoire. Si la pratique sociale a fait partie du bagage professionnel des sociologues dès l’émergence de la discipline, les ethnologues font leurs armes en la matière. On conviendra de la difficulté singulière de l’exercice demandé, vu la brièveté de la durée d’enquête, inhérente à la recherche contractuelle.

17. Paysage cadré Hunawihr, octobre 1994. (Photo D. Chevallier.)

  • 2 La revue Études rurales a consacré un numéro spécial à ce sujet et largement contribué à le problé (...)

3La pensée des auteurs rassemblés dans ce volume a mûri sous la pression d’une sollicitation attentive et exigeante. Quelle que soit la diversité des situations décrites, et quel que soit le choix des auteurs de privilégier le point de vue épistémologique ou bien ethnographique, ou encore de centrer leur analyse sur la pratique professionnelle et ses effets sociaux, ces dix-huit textes reflètent bien la tension créée par la demande institutionnelle. L’écriture, souvent sensible, traduit aussi l’intensité et la richesse des expériences de terrains. La problématique du paysage a manifestement dérangé et mobilisé les chercheurs : à cette question complexe et difficile, ils ont apporté des réponses soigneusement construites, à partir de matériaux précis qui font connaître des aspects inédits et très actuels de la réalité sociale. La voie comparatiste est ouverte ici, avec une gamme étendue de situations sociales et de milieux géographiques, qui dépasse de loin l’association communément faite entre « l’agricole » et le « paysage »2. L’« agricole » n’est pas seul représenté, même si la majorité des analyses concernent des espaces encore modelés par cette activité, et réactualisent les connaissances et les idées déjà acquises dans les années 1980 sur le lien entre valorisation agricole et touristique. Les auteurs décrivent aussi des lieux voués à l’industrie, à l’urbanisation périphérique, ou à un écheveau d’infrastructures de transport...

4Toutes les analyses portent sur le territoire français (avec une contribution sur un territoire d’outre-mer, l’île de la Réunion). Une exception toutefois, et à double titre : un texte extérieur à l’appel d’offres traite d’une société exotique, des essarteurs de la montagne tropicale humide de Madagascar. Il fait écho à la réflexion de Gérard Lenclud, qui lance le débat avec l’interrogation centrale soulevée d’entrée de jeu : le concept de paysage existe-t-il dans d’autres cultures que la nôtre ? Cette interrogation en entraîne une autre : la catégorie sémantique de « paysage » fait-elle sent dans tous les groupes sociaux qui composent notre propre société ? Maurice Bloch, comme d’ailleurs un certain nombre d’équipes, déplace la question : ce qui compte, c’est moins de savoir si un espace est perçu ou non en tant que paysage, que de comprendre ce que la société concernée valorise dans cet espace.

5Les trois parties de l’ouvrage reflètent les trois grandes orientations de recherche qui se sont dessinées au cours du travail collectif des équipes. La première regroupe des articles qui explorent la notion de paysage, et s’emploient à construire l’objet de recherche. Dans la seconde, l’analyse est centrée sur la confrontation de représentations et de pratiques du paysage qui diffèrent fortement selon les groupes sociaux. Le même thème est repris dans la troisième partie, mais l’accent est mis cette fois sur le rôle des experts dans la « mise en paysage » des territoires. (Jacques Cloarec et Martin de la Soudière.)

6Résumant les débats sur le concept de paysage, Gérard Lenclud propose aux ethnologues la définition suivante : le paysage (qu’il importe de différencier d’autres catégories sémantiques proches, comme l’espace, l’environnement, le milieu, le lieu, le pays, le site, etc.) est un donné construit par une perception, elle-même informée par des schèmes conceptuels. Le paysage désigne donc à la fois une réalité, l’image de cette réalité et les références culturelles à partir desquelles cette image se forme.

  • 3 Pluriel du mot grec topos, désignant les « genres descriptifs canoniques des manuels de rhétorique (...)

7Plusieurs contributions portent sur cette idée des « propriétés prototypiques » de paysage. Mais leurs auteurs utilisent d’autres termes : archétypes, modèles, référents, repères, normes, figures, codes, motifs et topoï3. Le mot stéréotype, curieusement, n’apparaît jamais dans cette première partie. « Paysage de convention ». dit encore Yves Luginbühl, pour qualifier ces modèles qui structurent notre imaginaire. Plusieurs auteurs usent de l’expression « culture paysagère », ou « culture de paysage ». Rappelons la définition qu’en proposait Martin de la Soudière en 1991 :

Sensibilité aux qualités et aux valeurs formelles de l’espace, des territoires, de l’habitat ; familiarité avec une lecture de l’espace qui privilégie formes, volumes, perspectives, couleurs, lignes de fuite, composition des éléments visuels... Nourrie de la tradition paysagère dans la peinture, elle ne s’y résume pas, car elle résulte aussi d’expériences individuelles de l’espace, celles de l’enfance, notamment, vacances, voyages, lectures, etc. (Études rurales, loc. cit. : 141.)

8Pour Jean-Luc Bonniol, le paysage naît de la rencontre entre un lieu précis et cette culture du paysage. Le modèle est à la fois l’image et la réalité matérielle qui la fonde. Pour Yves Luginbühl et Nathalie Cadiou, au contraire, le modèle serait plutôt une simple représentation, encore que ces représentations puissent subir des influences locales ou participer amplement à la « mise en paysage » des régions. Ces divergences dans l’emploi des mots révèlent des différences de points de vue sur le statut du réel et de sa représentation.

9Tous s’accordent cependant pour constater qu’il existe des espaces ou des lieux qui « font paysage » (à un moment ou à un autre de l’histoire). Tels sont le site exceptionnel, l’archétype ou le paysage emblématique d’une région.

10Dans son acception traditionnelle (celle qui figure encore dans le dictionnaire Larousse), le paysage est synonyme de site et désigne un lieu aux caractéristiques morphologiques exceptionnelles. Le haut plateau d’Aubrac, la ravine du Bernica à la Réunion, entrent parfaitement dans cette catégorie. Singulier, rare, étrange, exotique, sauvage : tous les ingrédients du spectacle « pittoresque » y sont réunis, y compris la mise en forme littéraire ou touristique qu’il suscite. « Espace sans limite », « hors du temps », « bout du monde », c’est ainsi que le plateau dénudé d’Aubrac fait recette dans le Guide bleu 1993, au détriment de l’Aubrac paysan, terre des burons (Martyne Perrot et Isabelle Magos). Quant au ravin du Bernica, il connut la célébrité au xixe siècle, offrant aux contemporains l’image d’un paradis terrestre inviolé.

11Plus encore qu’un site exceptionnel, le Bernica était devenu l’archétype de l’île tropicale, dit encore Jean-Luc Bonniol, en combinant les deux symboliques du sauvage et du bucolique. Mais un paysage peut être archétypique sans être spectaculaire. Martin de la Soudière en offre un bel exemple avec le Mont Gerbier-de-Jonc. Comment expliquer l’extrême popularité de ce lieu qui n’offre rien de remarquable ni de grandiose ? Les souvenirs scolaires (charme des leçons de géographie, puissance d’évocation des noms de lieux sur les cartes murales pour des générations d’écoliers) ne suffisent pas à donner la clé de l’énigme. Martin de la Soudière propose la sienne : la célébrité du lieu tiendrait à la conjonction de deux puissants motifs symboliques, la source et le sommet.

12Quant au paysage emblématique, il relève d’une autre lecture, celle qui sélectionne les « éléments typiques » ou les « traits caractéristiques » d’un pays ou d’une région. Soit pour le reconnaître et l’identifier – méthode, nous rappelle Luginbühl, sur laquelle s’est fondée l’école géographique française à la fin du siècle dernier. Soit pour le qualifier esthétiquement, et c’est le propre de la description littéraire. Alain Mazas constate que les citations des grands auteurs disparaissent aujourd’hui des manuels de lecture. Il regrette que s’appauvrissent ainsi la formation du sens poétique et l’idée de paysage à l’école, et que s’étiole la transmission d’une véritable « culture de paysage » (les gravures coloriées ont également déserté les livres de géographie). La publicité privilégie elle aussi certains éléments au détriment des autres, pour fabriquer les emblèmes du « local » (un local vidé de toute épaisseur anthropologique et historique). Dans le Domfrontais, étudié par Nathalie Cadiou et Yves Luginbühl, les haras tiennent la vedette sur les présentoirs de cartes postales et de dépliants touristiques, mais aussi dans les discours des personnes enquêtées. Signes de distinction sociale et de richesse, ils donnent l’image d’une région prospère. Mais c’est une image d’emprunt : ces élevages de chevaux de selle flanqués de leurs belles demeures, de barrières blanches et d’allées bocagères majestueuses, sont nombreux en pays d’Auge et en Cotentin, mais ils sont rares en Domfrontais. Les vergers et les bocages constituent l’autre grand thème d’illustration des cartes postales : encore un motif emprunté, non pas aux contrées voisines, mais au passé. Les prairies plantées d’arbres fruitiers et les haies ont tendance à disparaître. Elles en sont, suggèrent les auteurs, d’autant plus aptes à faire paysage.

  • 4 Le Mont Gerbier pose problème à cet égard. La mise au jour des mécanismes du culte populaire dont (...)

13Le passé – révolu, mais convoqué – aurait donc des vertus paysagères. Les histoires et les légendes construisent et entretiennent la renommée du lieu, sa puissance d’attraction4, sans pour autant garantir sa pérennité : tenus pour modèles à une époque donnée, certains paysages sont aujourd’hui tombés dans l’oubli. Ainsi en est-il du Bernica réunionnais, délaissé pour les hauteurs des pitons volcaniques du cœur de l’île ; le vallon est gravement menacé par différents projets d’urbanisme. Autrefois célèbre à l’égal du « Gerbier », le bois de Païolive ne figure plus que discrètement dans les circuits touristiques de la Lozère. Quant à l’Aubrac, il a tout récemment connu une forte promotion touristique : c’est une esthétique du vide que l’on vend à présent en ces lieux. Mais d’autres images persistent (les grands herbages du pastoralisme traditionnel, les forêts originelles) et se superposent. On peut s’interroger sur les modalités et les enjeux d’une célébration touristique contemporaine du « local » sous la forme paysagère, et noter la tension entre deux tendances : la folklorisation -par une mise en exergue de certains traits culturels – ou la désincarnation, avec la promotion du vide et la liquidation de l’histoire sociale singulière du pays.

14La fabrication de ces modèles paysagers est le fait de multiples acteurs ; divers spécialistes des sciences humaines travaillent sur ce thème depuis plusieurs années. On savait déjà le rôle joué par les peintres, les écrivains et les promoteurs touristiques, depuis le xixe siècle, dans la constitution des « hauts-lieux ». Ce rôle se trouve précisé dans les pages qui rappellent ce que le mythe de l’Aubrac doit à Julien Gracq. Celui du Bernica est redevable à toute une chaîne d’écrivains, depuis Bernardin de Saint-Pierre jusqu’à Leconte de Lisle, et même George Sand qui n’y a jamais mis les pieds, mais n’en a pas moins fait le décor d’Indiana... Sans compter le relais assuré par les gravures, dont on apprend qu’elles ont fait l’objet d’un fructueux négoce dès la fin du xviiie siècle. L’aspect commercial est essentiel à la compréhension de toutes les formes de médiatisation auxquelles ont recours les aménageurs contemporains, les pouvoirs locaux et les organismes privés (le Mont Gerbier-de-Jonc fait vendre l’Ardèche en affiche, en logo, et jusque sur les chéquiers bancaires). La force de l’héritage scolaire, si souvent évoquée, n’avait jamais fait l’objet d’une étude fouillée. Alain Mazas vient combler cette lacune, avec l’examen méthodique des contenus et des modes de représentation dans les manuels de l’école primaire, qui diffèrent selon l’époque de leur publication (avant 1940, entre 1940 et 1960, après 1960), et selon qu’il s’agit de manuels de géographie ou de lecture. La pratique sociale des grands géographes fondateurs de l’école française, le rôle actif qu’ils ont joué dans les premières formes du voyage touristique au xixe siècle, avec la valorisation des « pays », nous sont désormais mieux connus grâce à Yves Luginbühl. On retiendra pour finir la remarque et les interrogations de Martin de la Soudière : ce sont les pèlerins qui créent le pèlerinage, c’est la foule qui consacre le lieu. Objet de ferveur populaire, le Mont Gerbier-de-Jonc conservera-t-il ses visiteurs si l’on modifie leurs rites, si l’on supprime par exemple les parkings et les marchands de frites pour en faire un espace « naturel » ? Question suscitée par l’actuel projet de « re-naturation » et de protection du site, qui oppose à la pratique populaire une gestion savante des lieux. Le thème des conflits d’usage apparaît ainsi en filigrane dans cette première série de textes.

15A cette importance des modèles, l’article de Maurice Bloch vient apporter une sorte de contrepoint. Il montre qu’on ne peut isoler la dimension esthétique du rapport au territoire, la scinder des autres aspects du système culturel de la société étudiée. Dans les premiers temps de son séjour chez les essarteurs zafimaniry, il est frappé de l’émotion qu’ils manifestent devant certains points de vue, qui pourrait rappeler celle des touristes occidentaux. Mais il se rend vite compte qu’en fait de paysages, ils ne voient que leurs propres empreintes et celles de leurs ancêtres, et que, par-dessus tout, ils valorisent la clarté conquise au détriment de la forêt.

16Cette dialectique de l’indigène et de l’étranger, adaptée cette fois à notre société, devient tout à fait centrale pour les auteurs regroupés dans la seconde partie.

17« Le paysage des uns n’est pas celui des autres » : tel est l’intitulé collectif de ces études, qui ont également en commun d’avoir choisi des territoires en mutation comme terrains d’enquête. Mutation pour cause de modernisation, ou à l’inverse, de déshérence. Terroirs bouleversés par de nouvelles infrastructures de transport (tgv, autoroute et lignes à haute tension à Écuisses, près du Creusot), ou encore par l’avancée de la rurbanisation (à Plouzané). Friches agricoles (le marais Vernier et celui de Dol-Châteauneuf), ou friches industrielles (la Grand’Combe).

18Toutes ces recherches font apparaître une opposition majeure entre regard indigène et regard extérieur, la figure de l’autochtone et de l’étranger différant d’une situation à l’autre. L’opposition, souvent, recoupe celle de la société locale vis-à-vis de la société globale, ou du pouvoir local vis-à-vis du pouvoir central, ou encore du patron d’industrie face à ses employés. Les gens du pays se distinguent des « autres » : agriculteurs bretons et normands, ou mineurs de la Grand’Combe, d’un côté ; aménageurs, gestionnaires, écologistes, industriels, de l’autre. Mais l’étranger peut être installé au cœur même de la société locale, ainsi en est-il du nouveau résident voisinant avec l’autochtone, ou de l’écologiste gestionnaire habitant le pays.

19Les nouveaux installés du lotissement de Plouzané, comme les chargés de mission du Parc naturel régional de Brotonne dans le marais Vernier, ou les responsables de la drae à Dol-Châteauneuf, parlent « paysage », contrairement aux indigènes pour lesquels, le plus souvent, le paysage est un non-dit. Ce discours explicite, qui reprend le discours écologiste savant, a ses thèmes privilégiés. Un bon exemple, le bocage, qui est depuis longtemps la bannière de l’écologie scientifique et militante. « La campagne doit être bocagère », il faut « revenir au bocage d’origine », disent les « rurbains » de Plouzané, dans la périphérie de Brest (Jean-François Simon). Ils militent pour la replantation des haies et l’édification de nouveaux talus, ils souhaitent restaurer la campagne traditionnelle, et comble de paradoxe, veulent préserver la structure paysagère ancienne jusque dans la ville, en insérant les grands équipements (parkings, supermarchés, lotissements) à l’intérieur du maillage bocager. Ailleurs c’est la nature « sauvage » que l’on veut réhabiliter. La vache écossaise dans le marais Vernier est l’emblème du retour au « naturel » – un naturel refabriqué, soigneusement bricolé. Il en est de même à Dol-Châteauneuf, avec l’ennoiement d’un marais que des générations d’agriculteurs ont laborieusement sorti de l’eau (on sait que la gestion des milieux humides est l’un des chevaux de bataille du ministère de l’Environnement, et que les Pays-Bas rouvrent certains polders à la mer).

  • 5 Voir Brien Meilleur, « Gens de montagne, plantes et saisons. Savoirs écologiques de tradition à Te (...)

20L’opposition société locale/société globale se double aussi de l’opposition connaissance vernaculaire/connaissance savante. Au paysage défini par les experts s’oppose le territoire vécu des habitants ; à l’expertise savante, le savoir empirique, l’affect populaire et la totalité complexe d’une expérience quotidienne des lieux. A Sainte-Foy-Tarentaise, les agriculteurs de haute montagne opposent leur propre perception des risques naturels, fondée sur un savoir ancestral, à celle des services techniques. Ils luttent aussi contre les écologistes qui veulent imposer une protection de la faune et de la flore, et qui coiffent la nomenclature et les usages naturalistes vernaculaires de leurs listes de termes scientifiques, avec toute l’autorité du latin. On voit s’ouvrir ici une belle piste comparative. A Dol, l’offensive de la gestion écologique fait rejouer la pensée mythique et les représentations locales de la nature, sur le mode dramatique. La richesse persistante de la culture naturaliste paysanne en Savoie – dans ses aspects pratiques et idéels – est un fait bien établi5. Quels sont les effets sociaux de cette confrontation de savoirs ? « Notre montagne nous appartient », disent les gens de Sainte-Foy, dans un énoncé sobre et global. Car les écologues réunis en association ne sont pas les seuls à opérer sur leur montagne, qui a connu des éboulements dramatiques au siècle dernier, justifiant l’intervention continue des puissants services rtm (Restauration et travaux en montagne). Redoutable conjonction des problématiques du « paysage/aménagement » et du « risque en montagne », pour les paysans d’une contrée dont l’agriculture se défait. Thierry Coanus rend très présents leurs sentiments de dépossession, et même de « stigmatisation ».

21Symboles armés de références savantes, qui constituent autant d’enjeux de pouvoir, et auxquels s’affrontent les « indigènes » : les chercheurs ont analysé cette confrontation dans le détail, en portant une grande attention aux représentations populaires. Leurs schémas d’interprétation recoupent ceux que Gérard Lenclud et Maurice Bloch ont formulés à propos de sociétés exotiques. Sollicités par les chercheurs, les agriculteurs et les mineurs proposent volontiers une lecture et une observation commentée de leur espace ; ils le qualifient d’autant plus fortement et précisément, que ce paysage se transforme en profondeur, et que disparaissent les repères et les marques du passé. Mais c’est dans l’évocation des pratiques, et par la liaison organique entre les « pratiques locales de façonnement » et les « formes de regard » que le rapport aux lieux se structure dans toute sa richesse et toute sa complexité.

22Perception « interne » du paysage, souvent non distanciée. Pourtant, les mineurs de la Grand’Combe savent passer d’une échelle à l’autre, des « vues proches » aux « vues lointaines », des « images cadrées » aux « images mobiles ». Cette perception ne fait pas référence à l’art, elle joue essentiellement sur le registre affectif et ses emblèmes sont tout aussi nettement dessinés que ceux des « étrangers ». Vache normande et vache écossaise : les éleveurs défendent la première, comme un porte-drapeau de la mise en valeur agricole, contre la « bestiole » de la gestion écologique (Martine Bergues). Marais exondé et marais noyé : l’espace cultivé, propre, débarrassé de cette végétation hétérogène et indésirable que les agriculteurs désignent avec mépris sous le terme de « crasse », est seul à leurs yeux à posséder une qualité esthétique, remarque Corme Boujot. Et elle suggère avec force que l’actuel discours « paysager » serait, pour les agriculteurs du marais, le dernier avatar d’une très ancienne situation de subordination culturelle, qui atteindrait aujourd’hui un seuil critique. En témoignerait la résurgence d’un imaginaire du cataclysme (la submersion marine), la réactivation de certains « fragments » de la pensée symbolique immémoriale : évocation d’une crise écologique majeure pour penser le déséquilibre social et culturel. La recherche de Judith Epstein révèle un état d’esprit comparable dans les familles de mineurs de la Grand’Combe, qui par contre ne semblent pas disposer d’un registre symbolique pour exprimer leur sentiment pesant d’une mort sociale annoncée. On a l’impression qu’ils ont cessé d’habiter un territoire défoncé par l’excavatrice de la mine à ciel ouvert, qui détruit inexorablement les repères de la vie (villages, « coins nature », parcours de promenade, jardins). Une vive tension les a animés de génération en génération, qui les incitait à compenser la « destruction globale » du paysage par l’exploitation minière avec des pratiques de réappropriation, de « façonnement local » (jardins ornés et équipés d’objets détournés de la mine). Cette tension les a quittés. Mais ils résistent aujourd’hui à la sollicitation patrimoniale, à l’exhortation de mise en valeur touristique. Ils refusent les opérations de « préverdissement » et de « requalification paysagère » dont veulent les gratifier les aménageurs. On devine l’intensité des entretiens menés par l’ethnologue. Le choix de faire le deuil du lieu et de son histoire, et celui d’accepter le caractère improbable d’un futur culturellement possible s’est énoncé dans l’évocation d’un âge d’or, celui de la pleine activité de la mine souterraine.

23On retrouve cette nostalgie de l’âge d’or chez les habitants de la commune bourguignonne d’Écuisses. Dans une zone industrielle en perte de vitesse, le canal du Centre construit au xviiie siècle est devenu la figure emblématique d’un passé prospère, le symbole de l’identité villageoise. Mais l’étude d’Agnès Fortier montre aussi l’image franchement positive qu’ils ont du tgv. Ici, et contrairement à ce qui s’est passé dans le Mâconnais ou en Provence, le projet n’a pas soulevé de résistances. Le tgv est admiré pour sa beauté, les riverains font de la gare un lieu de promenade privilégié, ils affirment ne pas être gênés par le bruit qu’il fait. Pour les gens de ce pays marqué par l’histoire industrielle, c’est un modèle de prouesse technique et un objet de fierté, et ce d’autant que des pièces majeures de la machine – les bogies – sont fabriquées dans les usines du Creusot. Centré sur la connotation très positive de la perception d’un écheveau de voies de communication qui pourrait apparaître comme une nuisance, cet article se termine toutefois sur une note mesurée : arrachée de haute lutte parmi des candidatures concurrentes à l’époque héroïque de la nouvelle technologie ferroviaire, la gare du Creusot n’a pas produit les effets de relance économique escomptés. Et la multiplication des implantations en province, dans des situations équivalentes, est en passe de banaliser ce qui est encore vécu comme une innovation, une expérience de pointe.

24Dans les études regroupées en troisième partie, le paysage est aussi l’enjeu de conflits entre divers groupes sociaux ou diverses catégories d’acteurs. Mais l’accent est mis sur les projets alternatifs suscités par la déprise agricole, sur la « mise en paysage » : agriculture « pastoraliste » et développement périurbain dans le massif de Belledonne ; tourisme « culturel » exploitant le patrimoine architectural et paysager dans diverses contrées (à Blesle, en Auvergne ; à Ribes, en Ardèche ; et enfin sur les îles et les berges de la Loire).

  • 6 « Zone de protection du patrimoine architectural et urbain », devenue en 1993 zppaup (et Paysage).

25Ces opérations concrètes fournissent l’occasion d’une description des normes en tous genres, technico-administratives, esthétiques et/ ou scientifiques, imposées par l’État à la société locale, ou bien, à l’intérieur même de la société locale, apportées par les nouveaux habitants aux anciens. A Ribes, ce sont les retraités, les résidents secondaires et les touristes qui ont joué ce rôle. L’outil de gestion et la procédure utilisés servent de révélateurs : analyses paysagères réalisées à l’occasion d’un plan de développement local, d’une charte de valorisation du paysage, ou d’un projet de zppau6.

  • 7 « Direction départementale de l’Équipement », « Centre national du machinisme agricole, du génie r (...)

26Les promoteurs de ces projets appartiennent à des services publics (dde, cemagref, sda7), des services privés (bureau d’études paysagères, agence d’architecte), à des collectivités territoriales ou encore à des associations. Ils s’appuient tous sur des références savantes. Ils se réclament tantôt d’une légitimité scientifique – le savoir technique ou naturaliste – tantôt d’une légitimité artistique. Le paysagiste détermine les « aires de sensibilité paysagère », l’architecte définit la valeur patrimoniale du bâti. A Belledonne, l’équipe du cemagref, responsable de l’analyse paysagère, joue sur les deux dimensions – artistique et scientifique – renforçant le statut de son diagnostic.

27On retrouve ici l’opposition entre représentation vernaculaire et représentation savante de l’espace, mais les conflits sont dilués par d’efficaces procédures pédagogiques.

  • 8 La sitologie s’appuyait sur la Gestalttheorie pour trouver des fondements objectifs à la pratique (...)

28Identifiant de pareils enjeux, l’analyse ethnologique met en cause les fondements scientifiques de l’expertise. Josette Debroux montre que le discours « scientifique » du cemagref, patchwork composé à partir de diverses disciplines, masque un discours avant tout esthétique. Quant à la « demande urbaine » justifiant la finalité économique du projet, elle apparaît construite de toutes pièces. On pourrait montrer aussi que l’étude préalable à la zppau, réalisée par le bureau d’étude paysagère de Privas et appliquée à Ribes, avec ses « axes visuels » et ses « aires de sensibilité paysagère », repose sur des critères purement formels et appelle les mêmes critiques que la sitologie à la mode dans les années soixante-dix8. Mais, par la maîtrise du discours sur le paysage et par l’effet d’autorité dont bénéficient leurs méthodes de lecture de l’espace, les experts imposent leurs valeurs de référence ; les exposés du cemagref sur la friche, qui substituent l’expression « espace ouvert » à celle d’« espace agricole », sont exemplaires à cet égard.

29L’attention portée à la valeur patrimoniale du paysage est un élément nouveau, dont plusieurs études soulignent à juste titre l’importance. Bruno Ythier montre qu’à Blesle, à la suite des travaux de l’Inventaire, la définition du patrimoine s’est élargie aux aménagements agraires (terrasses cultivées en vignes et arbres fruitiers). Elle se limitait auparavant aux éléments pittoresques traditionnels (orgues basaltiques, vestiges médiévaux).

30Le discours se convertit aussi (et c’est un apport original de l’analyse ethnologique) en représentations concrètes. Les nouveaux acteurs du patrimoine s’appuient sur ces mises en image, mises en scène, pour convaincre les élus et la population. Ce sont les schémas et les « scénarios d’évolution » du cemagref, la cartographie des « points noirs » (nuisances esthétiques) et les panneaux signalant les points de vue privilégiés à Blesle, ou encore les « axes visuels » dans l’étude préalable de la zppau. Toutes ces techniques de présentation et de représentation, dont les bureaux d’ingénierie paysagère ou culturelle se sont fait une spécialité, reposent sur ce que Bruno Ythier nomme avec justesse les « procédés métonymiques » (faire passer une partie pour le tout). La scénographie ne retient que des éléments linéaires (murettes, haies), ou faciles à cartographier (les « points noirs », les espaces protégés), « comme si le paysage ne possédait ni étendue ni terre ».

31Les conclusions sont souvent pessimistes : Josette Debroux parle de violence symbolique et Bruno Ythier dénonce le « leurre » des interventions à petite échelle, face à l’ampleur de la déprise agricole. La recherche d’un consensus n’est cependant pas impossible ; mais les enquêteurs ont sans doute privilégié la dimension du conflit. La négociation se joue plus facilement, semble-t-il, quand il s’agit du patrimoine culturel, et notamment du patrimoine bâti, que lorsque l’enjeu est de caractère exclusivement esthétique, ou concerne la protection de la nature. Jacques Cloarec explique ainsi qu’à Ribes, par exemple, les débats engagés à l’occasion du projet de zppau ont été conduits de façon démocratique. Ils ont même rempli une authentique fonction pédagogique, en conduisant à la reconnaissance d’un patrimoine paysager commun. Et l’expert ne réussit pas forcément à imposer son projet : une contre-expertise lui est parfois opposée. Tout code à prétention universelle fait surgir de multiples manières de ruser avec la norme, et la société locale est précisément le lieu où se négocie le compromis entre le général et le particulier. (Barel 1981 : 3-31.)

32Le chercheur lui-même – en dépit de sa volonté d’objectivité scientifique – se retrouve souvent en situation d’expert, et contribue alors à l’élaboration de nouveaux codes. Telle est la conclusion d’Yves Luginbühl au terme de plusieurs études de terrain où il est passé malgré lui du rôle de chercheur à celui d’acteur. Il est même devenu un « militant du paysage », dès lors qu’il s’est efforcé de combattre les modèles conventionnels et les conceptions restrictives qu’il avait identifiés dans les milieux techniques et administratifs. Dans le processus qu’il décrit, l’ethnologue est lui-même impliqué : rappel utile d’une règle épistémologique bien connue en théorie, mais parfois oubliée en pratique.

33La question du paysage, qui sous-entend des logiques d’aménagement et de gestion, attire les chercheurs sur le terrain de la pratique sociale et, parfois, de la prise de position politique. Porte-parole habituels des groupes dominés et méconnus dans la société globale, les ethnologues ont bien identifié le rôle spécifique qu’ils sont appelés à assumer : une mise en perspective des diverses perceptions et des représentations de l’espace (qui nourrissent particulièrement la deuxième partie de ce livre, mais sont fortement présentes aussi dans la première et la troisième). La place à occuper est bien repérée, mais le jeu social apparaît semé d’embûches, dont la moindre n’est pas cette consommation actuelle d’emblèmes de l’authenticité culturelle, et la valorisation d’états de société anciens présumés harmonieux, avec sa douce campagne et ses paysages traditionnels. Avatars contemporains des mécanismes bien connus de la folklorisation : la récente publicité sur des Yanomami qui vantent les services du Crédit agricole en fournit une bonne illustration. L’épreuve se corse lorsque la demande implique un partenariat actif avec des décideurs et des gestionnaires de l’espace et/ou du patrimoine. Les repères font encore défaut pour définir une position et une stratégie professionnelles efficaces, et adaptées au contexte.

34L’objectif de ce chantier collectif de recherche consistait à rassembler des connaissances sur un sujet encore peu investi par la discipline, à déposer le ferment pour que travaille la « chose commune », et pour que s’élabore une réflexion sur les aspects et débouchés nouveaux que ce thème ouvre à notre profession. A-t-elle pour autant apporter une réponse spécifiquement ethnologique à la question « Qu’est-ce que le paysage ? » posée par Gérard Lenclud et aussi par les commanditaires de l’appel d’offres ? Nous ne le croyons pas, et sans doute, le parti-pris de coopération interdisciplinaire adopté par la plupart des équipes était-il incompatible avec le travail d’élaboration d’un concept propre à une discipline.

35L’ethnologie voisine ici, en effet, avec la sociologie, l’histoire et la géographie. Une première remarque générale s’impose d’emblée : la collaboration ne s’est pas étendue au-delà du domaine des sciences humaines, et la fameuse frontière science de l’homme/sciences naturelles n’a pas été franchie. Plusieurs recherches ont pourtant centré l’analyse sur la pratique et l’idéologie des écologues de terrain. On peut par ailleurs se demander comment la mécanique interdisciplinaire a concrètement fonctionné entre les partenaires d’une même équipe. Il faut bien admettre que les textes de synthèse n’en donnent pas les clefs. On devine, plutôt qu’on ne comprend, les modalités d’articulation entre les points de vue, et la complémentarité des démarches. Reste à objectiver la pratique de voisinage, entre des disciplines très proches, mais inégalement armées sur la question du paysage, du point de vue du savoir théorique comme de celui du savoir appliqué. A n’en pas douter, cependant, les échanges qui ont eu lieu lors du suivi des journées d’équipes ont favorisé la circulation des idées et des concepts et prouvé la valeur heuristique du croisement des regards.

36A la question « Qu’est-ce que le paysage ? » s’est substituée la question « Qui parle (ou ne parle pas) du paysage, comment et pourquoi ? » : parti-pris commun, règle du jeu à caractère proprement ethnologique, qui donnent sa cohérence à l’ensemble. C’est par là que ces études se distinguent de multiples recherches antérieures. A recenser l’abondante littérature produite sur le paysage depuis plusieurs années, on est en effet frappé par la nécessité où se trouvent les spécialistes de donner chacun leur définition du paysage. Le paysage n’a cessé d’être en concurrence avec d’autres vocables – site, espace, milieu, nature, environnement – qui selon les traditions propres à chaque discipline, selon les époques ou les modes du moment, l’absorbent ou lui rendent une valeur distinctive. Ce n’est pas par hasard si la polysémie du terme constitue le thème introductif obligé du discours savant, et si l’on a pu observer souvent le glissement d’un terme à l’autre chez un même auteur, ou les ressemblances entre des problématiques utilisant tantôt l’un, tantôt l’autre. (Dubost 1991 : 219-234.) Les auteurs rassemblés ici ont choisi de ne pas partir d’une définition a priori du paysage, mais d’accepter d’emblée la pluralité de ses acceptions, et d’en faire l’objet même de l’analyse.

37Ils ont aussi choisi de privilégier le regard des habitants, l’usage et la pratique qu’ils ont de leur paysage. « Il est de moins en moins possible », soulignait Gilles Sautter en 1979, « de prétendre aménager les lieux, ou simplement rendre compte de ce qu’ils sont, sans prendre en charge cet élément essentiel : le regard des habitants. » (Sautter 1979 : 40-67.) On pourrait regretter que la mise en perspective des attitudes et des procès de lecture, des logiques de découpage et de désignation, entre modes vernaculaires et modes savants, ne soit pas menée à la manière rigoureuse et méthodique de l’ethnoscience. Il n’en reste pas moins qu’à faire jouer ces modes d’appréhension pluriels, ces études ont permis de redonner un statut aux systèmes de connaissances non savants, plus marginalisés que jamais, ou bien en voie de folklorisation. Elles ont aussi le grand mérite de baliser la place qu’occupe aujourd’hui le paysage dans l’imaginaire social. Si le paysage est convoqué avec tant d’insistance en matière d’aménagement du territoire, de développement local ou de valorisation touristique – comme d’ailleurs le patrimoine et ce n’est pas par hasard si les deux notions sont voisines, et parfois même se confondent –, c’est bien parce que responsables politiques et aménageurs sont confrontés à une demande qui émane d’un public nouveau. Demande hétérogène et contradictoire, où s’expriment tout à la fois la volonté de reconstituer une identité et un enracinement local, et le désir de préserver la qualité du cadre de vie le plus proche et le plus quotidien, et pas seulement de grands sites exceptionnels. On ne peut répondre à cette demande sans mesurer les conditions et les limites des consensus possibles, sans connaître les points de vue divergents et les conflits d’usage dont le paysage est inévitablement l’objet.

Références bibliographiques

38Barel, Y., 1981, « Modernité, code, territoire », Annales de la recherche urbaine, n° 10-11.

39« De l’agricole au paysage », 1993, Études rurales, n° 121-124.

40Dubost, F., 1991, « La problématique du paysage. Etat des lieux », Études rurales, n° 121-124.

41Faye, P., et al., 1974, Sites et sitologie. Comment construire sans casser le paysage, Paris, JJ. Pauvert.

42Meilleur, B., 1985, « Gens de montagne, plantes et saisons. Savoirs écologiques de tradition à Termignon (Savoie) », Le Monde alpin et rhodanien, n° 1.

43Micoud, A. (sous la direction de), 1991, Des hauts-lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, CNRS.

44Sautter, G., 1979, « Le paysage comme connivence », Hérodote, n° 16.

45Voisenat, C., « A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », 1992, Terrain, n° 18.

Notes

1 « A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », 1992, Terrain, n° 18 : 138.

2 La revue Études rurales a consacré un numéro spécial à ce sujet et largement contribué à le problématiser (« De l’agricole au paysage », 121-124, 1993).

3 Pluriel du mot grec topos, désignant les « genres descriptifs canoniques des manuels de rhétorique des xviiie et xixe siècles ».

4 Le Mont Gerbier pose problème à cet égard. La mise au jour des mécanismes du culte populaire dont il est l’objet révèle l’absence d’histoires du site. Martin de la Soudière en vient à discuter le concept de « haut-lieu », dont la définition fait la part belle au légendaire. (Micoud 1991.)

5 Voir Brien Meilleur, « Gens de montagne, plantes et saisons. Savoirs écologiques de tradition à Termignon (Savoie) », Le Monde alpin et rhodanien, 1985, n° 1.

6 « Zone de protection du patrimoine architectural et urbain », devenue en 1993 zppaup (et Paysage).

7 « Direction départementale de l’Équipement », « Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts », « Service départemental de l’Architecture ».

8 La sitologie s’appuyait sur la Gestalttheorie pour trouver des fondements objectifs à la pratique architecturale. Les sitologues – eux-mêmes architectes dans la plupart des cas – voulaient démontrer qu’il y a des lois du paysage, universelles et invariables, et qu’à condition de respecter ces lois, on pouvait introduire de nouvelles constructions. Voir par exemple Faye et al. 1974.

Table des illustrations

Légende 17. Paysage cadré Hunawihr, octobre 1994. (Photo D. Chevallier.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

Auteurs

Directeur de recherche CNRS, Centre de sociologie des arts, Paris

Chargée de recherche au CNRS, Muséum national d’Histoire naturelle, APSONAT (Appropriation et socialisation de la nature), Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540