Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Introduction

Gérard Mauger et Louis Pinto

Texte intégral

  • 1 Les deux premiers volumes ont été publiés aux Éditions Belin : Gérard Mauger et Louis Pinto (dir.) (...)

1Le quatrième volume de Lire les sciences sociales est publié par les Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Ce repli forcé chez un éditeur savant qui nous accorde généreusement l’hospitalité1 est une occasion de réfléchir sur une entreprise qui a débuté en 1989. Ce confinement prévisible dans l’univers académique nous confronte à des illusions, mais aussi à quelques promesses qui semblent avoir été tenues.

  • 2 Voir Gérard Mauger et Louis Pinto, Lire les sciences sociales, dans volume 1, op. cit., p. 7-11. « (...)

2Notre projet initial était inspiré par la triple intention de proposer une autre définition de l’image publique des sciences sociales, de contribuer à leur diffusion au-delà du monde universitaire et de faire ainsi l’expérience de ce que pourrait être leur place dans les débats de société. Dans notre zèle missionnaire, nous avions alors l’ambition de remplir une fonction à nos yeux mal ou insuffisamment remplie : celle de faire office de médiateurs entre le monde de la recherche et celui d’un public virtuel que l’on pouvait espérer animé d’une forme de bonne volonté sociologique. Et c’est ainsi qu’à côté des enseignants, chercheurs et étudiants, nous avons pris contact avec des journalistes, des syndicalistes, des commanditaires de recherches. Nos premiers éditeurs partageaient cette vision : leur déception (et la nôtre) est à la mesure de résultats, estimés en fonction des tirages et des échos dans la presse. Force est de constater empiriquement qu’« il n’y a pas de force intrinsèque des idées vraies2 ».

  • 3 Autre façon de dire ce qu’écrivait Marcel Mauss : « Comme les autres spécialistes des sciences soc (...)
  • 4 Pour une ébauche de bilan, voir Gérard Mauger et Louis Pinto, « Avant-propos », dans volume 3, op. (...)

3En accord avec notre nouvel éditeur, nous avons été conduits à prendre acte du caractère peut-être inévitablement « universitaire » de notre entreprise et à nous replier sur nos intentions proprement scientifiques. Car, il s’agissait aussi de susciter un débat sans polémique ni complaisance dans le monde de la recherche en sciences sociales et de faire ainsi la preuve en actes d’un accord très large sur les normes de la qualité scientifique (ni « théorie sans terrain » ni « terrain sans théorie », mais mise à l’épreuve d’une théorie sur un terrain3). Il s’agissait enfin de mettre en pratique les mots d’ordre, trop souvent incantatoires, qui appellent à l’interdisciplinarité et à la sortie de l’hexagone. De ce triple point de vue, nous ne pensons pas avoir failli4.

  • 5 Marcel Mauss, « Comme si », art. cit.

4Ce « recentrage » appelle au moins deux remarques. D’abord, nos intentions scientifiques restent les mêmes : au-delà du public universitaire français qu’elle s’est acquis, notre entreprise devrait également pouvoir satisfaire les attentes de chercheurs et enseignants étrangers curieux de savoir « ce qui se fait en France ». Par ailleurs, pour répondre à des attentes légitimes, nous nous proposons, avec nos modestes moyens, de publier les comptes rendus à un rythme plus soutenu afin de mieux « coller » à l’actualité de la recherche, étant entendu que « les problèmes à la mode : race, crime, émigration, par exemple, ne sont pas beaucoup mieux posés parce qu’ils provoquent l’émulation de tous ceux qui veulent écrire le livre du jour5 ».

5En fait, Lire les sciences sociales s’apparente à un service public de diffusion des sciences sociales. Beaucoup l’ont compris. Il ne nous reste qu’à les remercier, à commencer par Monique Bidault qui assure le secrétariat permanent de ces rencontres et le secrétariat de rédaction des publications, les directions successives de l’Institut de recherches sur les sociétés contemporaines qui ont constamment soutenu notre initiative, Maurice Aymard qui a accepté de nous accueillir aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme, ainsi que celles et ceux qui, de toutes générations et de toutes disciplines, ont collaboré, d’une façon ou d’une autre, à cette entreprise et nous soutiennent depuis plusieurs années.

Notes

1 Les deux premiers volumes ont été publiés aux Éditions Belin : Gérard Mauger et Louis Pinto (dir.), Lire les sciences sociales, 1989-1992, volume 1, 1994 ; Lire les sciences sociales, 1992-1994, volume 2, 1997. Le troisième a été publié aux Éditions Hermès Sciences : Lire les sciences sociales, 1994-1996, volume 3, 2000.

2 Voir Gérard Mauger et Louis Pinto, Lire les sciences sociales, dans volume 1, op. cit., p. 7-11. « Dans la mesure où les sciences sociales remettent d’une certaine façon en question la vision ordinaire du monde social, de l’actualité, de la politique, des problèmes sociaux, les lire suppose une conversion du regard porté, de la perspective adoptée, des questions posées. Si leur public reste circonscrit, à de rares exceptions près, aux chercheurs, enseignants et étudiants, c’est sans doute parce que cette prise de distance à l’égard des idées reçues et des convictions premières suppose à la fois du temps et des dispositions qui inclinent à voir le monde sous un autre jour », écrivions-nous alors. Limité, notre optimisme était encore trop grand : la lecture des sciences sociales, comme de tout autre texte, suppose au moins « un intérêt à la lecture » qui ne se distribue pas au hasard dans l’espace social ; elle suppose aussi les moyens matériels indispensables à la mise en place d’une offre accessible.

3 Autre façon de dire ce qu’écrivait Marcel Mauss : « Comme les autres spécialistes des sciences sociales, le sociologue digne de ce nom ne prétend que comprendre. Il s’éloigne comme eux de l’abstrait nuageux des philosophes ou de l’interminable concret des historiens » (dans « Comme si » ; Actes de la recherche en sciences sociales, n° 116-117, mars 1997, p. 105-106, fin de l’article « Note de méthode sur l’extension de la sociologie », Nouvelle série, 2, p. 178-191, et repris dans Œuvres, t. III, Paris, Éditions de Minuit, 1969, p. 283-297).

4 Pour une ébauche de bilan, voir Gérard Mauger et Louis Pinto, « Avant-propos », dans volume 3, op. cit., p. 7-9.

5 Marcel Mauss, « Comme si », art. cit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable