Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

Conclusion

Texte intégral

1L’étude des savoirs, des savoir-faire ainsi que des conditions sociales et économiques de leur mise en œuvre a constitué la matrice de ce travail sur la production de la soie en Cévennes de 1800 à 1960 environ. Le choix de cet angle d’approche qui privilégie la place de la culture matérielle ne vise pas à rétablir l’ancienne hiérarchie des « instances » mais à appréhender l’activité technique comme une entrée à partir de laquelle il est possible de questionner le social dans la totalité de ses dimensions. La complexité des processus qu’elle met en œuvre traduit et cristallise, en effet, de multiples enjeux qui opèrent dans les diverses sphères de la vie sociale habituellement identifiées par l’ethnologie. Dans cette perspective, il n’y avait donc pas lieu d’aborder le technique, le social et l’économique comme des domaines distincts mais de les appréhender conjointement : la sériciculture forme un système socio-technique complexe au sein duquel connaissances et représentations du monde physique, dispositifs techniques, juridiques, organisationnels, économiques sont « enchâssés ».

2Les continuités et les mutations de la société cévenole sont donc saisies à travers le prisme d’une activité, la sériciculture, qui apparaît comme une clé de voûte sociale et économique.

3L’enquête a mis en évidence une forme de « parenté » métaphorique entre l’éducatrice et ses vers à soie, fonctionnant comme un véritable opérateur symbolique à partir duquel peuvent se lire et s’interpréter la forte emprise de cette activité au sein du système de production, la relative stabilité de la technicité séricicole ainsi qu’un mode spécifique de partage du travail entre hommes et femmes.

4L’absence de solution de remplacement, comme le donnerait à penser une vision étroitement économiciste, ne permet pas d’expliquer la permanence de cette activité lorsqu’elle a été confrontée à une succession de crises économiques et techniques et notamment sa capacité de résistance lors de l’épizootie qui l’a terrassée dans la seconde moitié du XIXe siècle (Carron 1947). C’est bien en raison de ce que la société cévenole a « inscrit » dans la sériciculture que celle-ci s’est progressivement constituée en un véritable mode social d’existence. La mise en évidence du rapport entre la façon dont la population se représente et met en œuvre l’activité séricicole et d’autres représentations sociales qui lui appartiennent en propre a permis d’éclairer sous un jour nouveau son fonctionnement social et économique. Sans aucunement récuser l’incidence de facteurs exogènes, techniques et économiques, nous avons voulu proposer une analyse qui articule facteurs matériels et rapports de sens.

5Peut-on alors établir un lien entre la forme prise par la domestication du ver à soie en Cévennes et une éventuelle « culture » cévenole ? Les caractéristiques du savoir-faire séricicole reflètent-elles une « vision du monde » qui serait propre à la société cévenole ? Autrement dit, des traits culturels particuliers vont-ils de pair avec des comportements, des valeurs ou des processus mentaux particuliers (en Cévennes, ceux induits par l’adhésion majoritaire de la population au protestantisme) ?

6La première condition pour soutenir une telle interprétation aurait été d’élaborer un dispositif comparatif mettant en perspective cette activité dans des sociétés distinctes, travaillées par d’autres systèmes idéologiques. Or, bien que nous en ayons formé le projet, des raisons pratiques nous ont empêchée de le mener à bien. Les difficultés d’exercice d’une ethnologie sur contrat dans un premier temps, puis les contraintes de l’enseignement universitaire dans un second temps nous ont seulement autorisée à des investigations superficielles, à l’occasion de (trop) brèves missions en Asie (Vietnam) et en Europe de l’Est (Bulgarie). Les circonstances nous ont ainsi amenée à étudier les transformations socio-économiques de la sériciculture dans ces deux pays alors en phase de transition socio-économique (passage au « socialisme de marché » pour le Vietnam et dé-collectivisation de l’agriculture pour la Bulgarie) plutôt que les conditions matérielles et symboliques de sa mise en œuvre. Dans l’état actuel des connaissances, il est tout au plus possible d’indiquer qu’une série d’indices et des témoignages de seconde main tendent à créditer l’idée selon laquelle différentes sociétés auraient en commun de penser la sériciculture selon le modèle d’une relation affective entre des personnes de sexe féminin et les vers à soie, notamment en Asie où la sériciculture a toujours été extrêmement développée (Vietnam, Chine). Mais selon certaines informations, il n’en irait pas de même en Iran où la sériciculture est quasi exclusivement affaire d’hommes (Bazin et Bromberger 1979). Pour expliquer cette différence – qui reste à vérifier par des études ethnographiques plus poussées – on serait tenté de recourir à l’interprétation culturaliste qui lie les comportements au système de pensée idéologico-religieux susceptible de caractériser chaque formation socio-culturelle. On sait toutefois à quelle impasse conduit la démarche qui consiste à expliquer systématiquement tout comportement en référence à des facteurs dits « culturels ». Si au cours de ce travail nous avons tenté ponctuellement de mettre en relation certains usages ou représentations avec des aspects constitutifs d’une « mentalité » cévenole (idéologie de la frugalité, individualisme, etc.) il me paraît, en revanche, important de se garder aussi bien d’une vision culturaliste, fondée sur l’existence de constructions culturelles éminemment singulières et dotées de facultés explicatives indubitables, que d’une vision « naturaliste », appuyée sur un déterminisme écologique et/ou psychique qui, dans le cas présent reposerait sur l’articulation de capacités cognitives et de facteurs biologiques et écologiques (le Bombyx mori dans son milieu de vie).

7La position qui peut être défendue me semble au croisement de ces deux paradigmes.

8De nombreuses études ethnologiques portant sur la domestication animale permettent de mettre en perspective l’éducation des vers à soie avec d’autres systèmes domesticatoires (Digard 1990) et de dépasser une réflexion en terme de « style » culturel au profit d’une réflexion en terme de « tendance ». On peut, en effet, se demander si l’éducation du ver à soie ne constitue pas plutôt l’expression la plus achevée d’un mode de relation homothétique entre l’homme et l’animal qui serait non pas la seule manière possible de penser le rapport homme/animal, mais l’une des plus répandues.

9Schématiquement, on peut constater deux grandes orientations : l’une, qui consiste dans la « chosification » des animaux, trouve son accomplissement dans l’élevage concentrationnaire qui caractérise nos sociétés contemporaines ; l’autre, qui établit un lien métaphorique entre l’homme et l’animal, est particulièrement représentée dans les sociétés dites « exotiques », traditionnellement étudiées par les ethnologues. Ces derniers travaux inscrivent certains animaux domestiques dans une relation de maternage, ou pour reprendre l’expression de Ph. Descola, de « consanguinité » métaphorique (1983).

10À cet égard, la sériciculture cévenole illustrerait de manière exemplaire cette tendance qui se vérifie dans de nombreux systèmes domesticatoires.

11Il s’agit, selon nous, d’un cas plus exemplaire qu’original, lié au fait que le ver à soie appartient à une espèce singulière au regard de la plupart des animaux pris dans une relation d’échange métaphorique. Son « éducation » conduit à intégrer dans l’espace social des humains un animal qui, d’une part, se situe sur l’échelle du vivant véritablement aux antipodes de l’humanité, aussi bien par sa physiologie (sa taille, sa constitution) que par son marquage symbolique (au sens figuré le ver désigne également une personne faible et abjecte) et qui, d’autre part, ne peut être individualisé alors que l’individualisation est considérée comme l’un des facteurs favorisant la projection métaphorique. Le fait que le ver à soie soit un animal plus « éloigné » de l’homme que ne le sont d’autres animaux domestiqués ne joue pas en sa défaveur : il semble même que cette distance en fasse au contraire un animal tout particulièrement « bon à penser symboliquement » (Sperber 1975).

12À cet égard, on peut se demander dans quelle mesure ce caractère exemplaire ne tient pas au fait que l’idiome de l’éducation se réfère moins au modèle de la consanguinité (nature) qu’à celui de la reproduction bio-sociale (culture). En effet, le caractère socialisant de la pratique éducative, en creusant davantage encore la distinction entre animalité et humanité, renforce par contrecoup la proximité symbolique des humains et de ce « vivant singulier » (Olivier de Serres 1600).

13Rien ne permet d’affirmer que cette proximité symbolique prend une coloration particulière en Cévennes et qu’elle y revêt, par conséquent, la tournure d’un véritable « style » culturel. Si l’on peut constater qu’elle s’y manifeste avec une grande force, il n’y a pas lieu d’affirmer pour l’heure que la population cévenole a développé un « système domesticatoire » (Digard 1990 : 177-179) original par rapport à ceux mis en œuvre dans d’autres sociétés séricicoles et dont la clé explicative tiendrait à certains traits identitaires spécifiques.

  • 1 Il est longuement analysé dans un ouvrage à paraître qui prolonge les analyses présentées dans cel (...)

14On voit toutefois que la proximité symbolique qui caractérise la relation de l’éducatrice à sa « chambrée » a eu certaines implications sociales qui ont été soulignées tout au long de ce travail : le marquage féminin de cette activité en est une dont découlent des choix techniques affirmés, comme par exemple celui de pérenniser la « couvée au nouet » alors que d’autres procédés à maints égards plus « efficaces » d’un point de vue technique ont fait l’objet de tentatives de diffusion qui n’ont pas connu le succès attendu. Plus fondamentalement, on peut se demander si le « schème de la praxis » (Descola 1986) que nous nous sommes efforcée de mettre en évidence n’est pas partiellement responsable du manque de flexibilité du système économique dans son ensemble, de son inertie et de son inaptitude à trouver, tant qu’il en était encore temps, des solutions d’adaptation, comme l’ont préconisé de nombreux techniciens et économistes, ou bien de reconversion. Sans doute fallait-il en passer par un abandon de cette activité pour qu’elle puisse faire l’objet d’une tentative de relance fondée sur un processus acceptable d’« objectivation » — pour reprendre la formule de Ph. Descola (1994) — de la relation domesticatoire. Le renouveau séricicole mis en œuvre par l’Association pour le développement de la sériciculture en Cévennes à partir de 1976 tend à confirmer cette hypothèse1.

15L’un des objectifs de cette recherche était d’appréhender dans une perspective structurelle le système technique séricicole en l’inscrivant dans la dynamique socio-historique de la constitution des savoirs, des rapports de production et des rapports de sens. L’exercice n’a pas été aisé : il s’agissait de faire tenir ensemble toutes les facettes de cette activité, de conjuguer des données structurelles relativement « stables », qui sont de l’ordre de ce qui « permane » (Certeau 1980) avec des données évolutives, témoignant de la subordination du système à des conditions sociales, juridiques, économiques, géographiques en perpétuelle mutation, constamment reformulées.

16L’histoire de l’anthropologie pourrait s’écrire par rapport à cette opposition formelle entre la structure et l’histoire. Dans ce travail, il s’est agi de lier les deux, de montrer que la cohésion interne d’un système socio-technique peut aller de pair avec une capacité d’absorption des événements qui constituent son environnement physique et social. On voit que la sériciculture s’est, en effet, tant bien que mal ajustée aux différentes conditions rencontrées, qu’elle a su s’y adapter jusqu’au moment où la nouvelle donne économique mondiale l’a balayée. Dans le repli de la sériciculture, toute la société a alors été entraînée ; c’est ainsi que la fin de la soie a été la « mort du pays », une véritable « débâcle » comme le répètent tous ceux qui ont vécu l’après Seconde Guerre mondiale et la mise en échec de l’économie rurale, jusqu’alors principalement fondée sur la conjonction d’une activité agricole centrée sur la sériciculture et la culture du châtaignier et d’une industrie liée à la transformation des produits issus de la sériciculture, filature et dans une moindre mesure bonneterie.

17Enfin, nous ne saurions mettre un point final à cet ouvrage sans revenir sur le contexte de réalisation de la recherche qu’il présente.

18Comme nous l’avons indiqué en introduction, cette étude ethno-historique de la sériciculture est indissociable de celle de la « relance » qui fut engagée dans les années 1970, soit moins d’une décennie après ce qui en avait semblé être l’abandon irrémédiable. Dans cet ouvrage, nous n’avons pas soulevé la question de la relation entre système technique et identité culturelle – nous nous en expliquons en partie ci-dessus – alors que cette thématique est placée au cœur des débats qui agitent l’ethnologie du lointain comme celle du proche. Nous avons voulu au contraire nous placer à l’intérieur d’une société afin d’en décrire le mode d’organisation et de « fonctionnement » au travers d’une activité dont nous avons tenté de montrer qu’elle tenait un rôle véritablement structurant pour l’ensemble de la vie sociale et économique.

19Mais dès lors que l’on étudie la relance séricicole, on ne peut échapper à ce questionnement. Le motif identitaire court tout au long des 30 années qu’a duré cette expérience, de sa naissance en 1972 jusqu’à aujourd’hui. Née dans le contexte des revendications culturelles régionales qui à l’instar de R. Lafont voyaient dans l’homme un « sujet de la culture » (1993) et qu’est venue conforter l’idéologie post-soixante-huitarde exaltant le retour à la terre et aux racines culturelles, la relance incarne cette volonté émergente de lier l’action socio-économique à une identité locale enfin dévoilée et assumée. Ce processus de reconnaissance et d’affirmation, qui puise dans le passé de la sériciculture les interprétations de son présent, a été la matrice du renouveau séricicole. Savoirs et savoir-faire, faits et gestes, mais aussi modes spécifiques de partage du travail et formes de domination deviendront les clés de lecture d’une identité à la fois en souffrance et en émergence que la relance place au cœur de son projet sociétal et économique.

Notes

1 Il est longuement analysé dans un ouvrage à paraître qui prolonge les analyses présentées dans celui-ci.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540