Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

V. L’économie de la sériciculture

Texte intégral

Une « tâche stratégique » : l’étouffage des cocons

1Le cocon est un « produit » périssable. S’il est percé par le papillon qui au terme de sa métamorphose cherche à s’en évader, le fil de soie est rompu et ne peut plus être dévidé. La métamorphose qui fait se transformer la chenille en chrysalide puis celle-ci en papillon s’accomplissant dans un délai d’environ quinze jours après que le ver à soie a achevé la fabrication de son cocon, il faut donc impérativement procéder à l’étouffage de la chrysalide si l’on veut interrompre ce processus biologique. Ainsi traités, les cocons peuvent ensuite être conservés pendant plusieurs mois et même plusieurs années avant d’être dévidés.

2Un rappel historique s’impose pour bien comprendre quel peut être l’enjeu de l’étouffage.

  • 1 Les déchets, les cocons percés, écrit A. Laurent de l’Arbousset, « étaient bouillis dans un grand (...)

3Tant que la filature a été une activité domestique, il n’a pas été nécessaire d’étouffer les cocons car les producteurs les filaient généralement « frais », immédiatement après la récolte. Ils n’avaient recours à l’étouffage que s’ils désiraient différer le dévidage1 du fil ou bien lorsque la chambrée était suffisamment importante pour que cette opération prenne plusieurs semaines et qu’il y ait par conséquent un risque de voir naître les papillons avant qu’elle ne soit achevée. O. de Serres expose clairement le problème : « Parce que difficilement pourrait-on dans sept à huict jours tirer toute la soie d’une raisonnable nourriture pour le grand nombre d’ouvriers qu’à ce conviendroit employer, l’on tiendra l’un et l’autre de ces deux voies : savoir en se mettant en besogne à tirer les coucons, dès aussi tost qu’on s’apercevra y en avoir nombre de parfaicts, des rameaux les jettant directement dans le bassin après les avoir pelés et despouillés de leur bourrette sans autre délai ; et tuer les papillons des autres qu’on est contraint de garder, afin qu’estant les bêtes mortes dedans, les coucons restent exempts de la crainte d’estre pressés, et par conséquent réservés pour la bonne soie puissent attendre le loisir du tireur » (1600 : 144). Si l’éducation ne dépassait pas deux onces, elle donnait dans le meilleur des cas une cinquantaine de kilos de cocons que la fileuse parvenait à dévider en huit jours. Les cocons éventuellement percés pouvaient être cardés puis filés comme fil de schappe, l’industrie locale du tissage, spécialisée dans la fabrication de la filoselle (filouseïo), consommant cette soie de seconde qualité (Travier 1984 : 12-24).

  • 2 On trouvera quelques filatures qui procèdent de cette façon jusque dans la première moitié du XIXe(...)
  • 3 ADH C 2260, Lettre du 12 juin 1947.
  • 4 Également pour des raisons d’hygiène, « à cause des inconvénients qui peuvent en arriver, soit de (...)
  • 5 La Statistique industrielle et manufacturière du département du Gard de 1813 dénombre à Alais 120 (...)
  • 6 Cette réglementation porte notamment sur le renouvellement de l’eau des bassines, le matériau text (...)

4Dans le courant du XVIIIe siècle2, la filature de cocons frais est donc couramment pratiquée, comme en témoigne la lettre d’un inspecteur des manufactures : « Dans tous les lieux où j’ai passé j’ai visité les filatures de soie. Elles n’avoient commencé à travailler que depuis deux à trois jours et généralement toutes filent encore des cocons frais, c’est-à-dire sans avoir fait étouffer le ver ; cette manière de filer les cocons rend leurs soies plus sales parce que le cocon étant plus tendre que quand il est étouffé, il y en a toujours quelques-uns de moins bons qui s’écorchent et montent en meshe ce qui fait la saleté de leur soie. » La soie provenant de cocons étouffés comme il est souvent d’usage dans le four du boulanger n’est cependant pas de bonne qualité : « âcre », elle est « sujette à se couper3 ». Dans le but d’améliorer la qualité des soies filées4, les autorités ont donc envisagé d’interdire les filatures particulières5 et de faire surveiller le tirage par un corps d’inspecteurs ayant pour mission de vérifier l’application rigoureuse de la réglementation en vigueur6.

  • 7 Pour « filer » la soie, on procède en quatre étapes. D’abord on « cuit » les cocons dans une sorte (...)

5Progressivement, les fourneaux bâtis en plein champ sont remplacés par des ateliers regroupant plusieurs bassines et l’organisation sociale de la production s’en trouve totalement modifiée, l’ensemble des opérations de production et de transformation cessant, en effet, d’être effectué dans le cadre domestique. Tandis que la sériciculture demeure une activité familiale, le dévidage des cocons a lieu désormais dans un « atelier d’entreprise » (Weber 1991 :145) qui achète la production d’un grand nombre de sériciculteurs. Dès lors, il devient impératif d’étouffer les cocons afin de pouvoir les conserver sur une longue période de façon à organiser la filature dans la durée7.

  • 8 L’étouffoir est composé d’un fourneau de brique surmonté d’un profond chaudron de trente à quarant (...)

6Désormais, ce sont les filateurs qui vont se charger de l’étouffage. En effet, le petit éducateur ne peut pas se permettre de construire un étouffoir pour traiter sa seule récolte, alors que le filateur qui transforme d’importantes quantités de cocons a la capacité de financer cet équipement8. Mais ce n’est pas la seule explication : les filateurs tiennent également à contrôler cette opération car ainsi ils se rendent maîtres de la fixation du prix du kilo de cocons.

  • 9 ADG 7 M 398.

7L’étouffage est donc une « tâche stratégique » au sens où P. Lemonnier (1980 : 9) l’entend, « une tâche qui ne peut être différée, annulée ou remplacée ». Dans ces conditions, les filateurs peuvent imposer leur prix aux sériciculteurs qui sont contraints à l’accepter puisqu’ils s’exposent à la possibilité de ne pas vendre leur récolte en temps opportun s’ils refusent l’offre qui leur a été faite. Pour le sériciculteur, il est, par ailleurs, essentiel de vendre rapidement sa récolte car sous l’effet d’une dessiccation naturelle, le cocon perd en moyenne 12 % de son poids entre la fin du filage et la vente. On comprend donc que plus tôt le sériciculteur se débarrasse de sa récolte, plus lourde elle sera. Mais comme le constate un observateur, « le filateur peut retarder ses achats, le sériciculteur ne saurait garder sa marchandise9 ».

8Les différentes pratiques de vente qui ont cours aux XIXe et XXe siècles reflètent les stratégies respectives des éducateurs et des filateurs, les premiers veulent vendre leurs cocons au meilleur prix et les seconds souhaitant les acheter le moins cher possible. La maîtrise de l’étouffage constitue donc un enjeu dans cet affrontement entre agents économiques aux intérêts évidemment opposés.

La vente « sans prix »

  • 10 ADH C 2295, Lettre du 7 octobre 1784.

9La vente « sans prix » a été pratiquée jusqu’au début du XXe siècle. Dans ce mode de vente, le prix d’achat n’est pas fixé au moment où vendeur et acheteur trouvent un accord. Ce dernier verse seulement un acompte et le prix définitif n’est arrêté qu’en fin de saison. Les cocons sont, en principe, payés « au plus haut prix offert pendant la saison dans la localité » (Payen 1910 : 62). Mais les plaintes se multiplient à propos des « ruses pratiquées par les entrepreneurs des filatures de soye ». « On prétend qu’ils achètent à l’avance, pour payer au prix qu’auront les cocons à une certaine époque et qu’alors ils se rendent maîtres du prix par des manœuvres illicites, ce qui leur donne des profits considérables10 », précise un observateur.

  • 11 ADH C 2295, Lettre du 3 octobre 1784.
  • 12 ADH C 2268, Ordonnance de l’Intendant de Saint-Priest et ADH C 2269, Journal de la tournée de l’ab (...)

10Dès l’instant où les éleveurs de vers à soie ont vendu leur récolte à des filateurs ou aux courtiers qui leur servent d’intermédiaires, cette pratique a été dénoncée. Les pouvoirs publics en font état dès le milieu du XVIIIe siècle : les consuls et les intendants estiment qu’il existe « de nombreux motifs de désirer que l’on vienne au secours du pauvre nourricier du ver à soie contre l’acheteur de ses cocons11 ». Les acheteurs s’entendent, en effet, sur un prix dont ils s’engagent à ne pas s’écarter ; ils tiennent ainsi à leur merci les éducateurs qui n’ont d’autre choix que d’accepter le prix imposé ou bien de « lever » immédiatement une filature, c’est-à-dire de filer eux-mêmes leurs cocons frais. Si cette riposte est techniquement possible dans la mesure où la récolte n’excède pas un volume limité, elle est cependant difficilement envisageable, compte tenu de la réglementation rigoureuse de la filature. Depuis l’ordonnance de novembre 1751, les tireurs de soie sont, en effet, contraints à utiliser un tour12 dont le coût est bien trop élevé pour celui qui lève une filature particulière. Par conséquent, la nécessité de vendre le plus rapidement possible leur récolte est pour les sériciculteurs une contrainte majeure qui les livre sans défense aux acheteurs de cocons.

  • 13 Les commissions paritaires comptaient deux délégués du Comité national de la sériciculture, quatre (...)

11En 1922, des Commissions paritaires13 ont été créées avec pour objectif de supprimer la vente « sans prix » en instaurant un cours officiel pour les cocons. Après avoir constaté les prix communément pratiqués sur les marchés de cocons régionaux, elles devaient fixer un prix définitif, mais se sont heurtées à la mauvaise volonté des acheteurs qui, ayant tout intérêt à ne pas leur communiquer les informations demandées, se contentaient de montrer quelques contrats de vente négociés aux prix les plus bas, de façon à orienter à la baisse le cours officiel (Secretain 1940 : 68). De leur côté, les sériciculteurs faisaient au contraire valoir les plus hauts prix publiés dans la presse régionale. « Le manque de renseignements et d’appréciation aboutissait fatalement à des discussions interminables, sans conclusion », estime un responsable. Ces commissions dont le statut n’était que consultatif ont manqué d’un pouvoir légal, d’une capacité réelle de décision et d’intervention. Leur action a donc été sans effet.

12Le caractère aléatoire et fluctuant des prix, dont il faut préciser qu’ils ont longtemps été fixés localement, en ne tenant pas ou peu compte du cours mondial de la soie (Secretain, op. cit. : 70), a très certainement contribué à paralyser le développement de la production séricicole. D’anciens sériciculteurs se souviennent encore de ces variations qui rendaient hasardeuse toute tentative d’accroissement de la chambrée. M. B., sériciculteur à Lasalle, en a fait la désagréable expérience : « Le filateur... il donnait un peu ce qu’il pouvait... ou ce qu’il voulait ! Chaque année ça changeait ! En 26, les cocons ont valu 32 francs le kilo et l’année d’après ils ont valu que 20 francs alors j’avais doublé le travail et j’ai eu moins de sous ! »

13L’année 1934 reste gravée dans la mémoire collective comme celle où les sériciculteurs ont été trahis par les filateurs. Alors que le prix des cocons avait été affiché dans tous les villages et les hameaux, les filateurs ont néanmoins refusé d’honorer leurs engagements : « Il y a eu une année terrible, en 34, les filateurs ont trahi leur parole, ça a été terrible... Ils avaient fixé 4 francs affichés partout, comme ça se faisait habituellement. Puis... les filateurs ont payé 1,50 franc, moins cher que sous Louis XIV ! » Ce manque de loyauté a eu comme conséquence une importante diminution de la production dès la campagne séricicole suivante. J. Mazauric considère que ce sont les variations des prix et l’absence de parole des acheteurs qui ont découragé le sériciculteur et probablement contribué à l’irréversibilité de la crise de production séricicole (1943 : 70).

14Autre facteur à prendre en compte dans la fixation du prix d’achat des cocons : le rapport entre l’offre et la demande, entre la quantité de cocons produite localement et les besoins de la filature.

15Tant qu’il y a équilibre ou excédent de l’offre sur la demande, l’éducateur est d’autant plus porté à accepter les conditions que lui impose le filateur qu’il est en concurrence avec de nombreux autres sériciculteurs soumis à la même urgence : vendre les cocons au plus vite, coûte que coûte. Si, en revanche, le filateur ne trouve pas la quantité de cocons dont il a besoin pour faire fonctionner son usine, le sériciculteur peut, théoriquement, profiter de cette situation et vendre au plus offrant, en faisant jouer à son avantage la compétition entre les acheteurs. Si l’on examine ce qui se produit au début du XIXe siècle, avec la création des grands ateliers de filature transformant des quantités considérables de cocons, puis surtout dans la dernière moitié du XIXe siècle, période marquée par une diminution de la production de cocons suite à la maladie des vers à soie, on s’aperçoit que malgré la concurrence sans merci à laquelle se livrent les filateurs, les sériciculteurs ne parviennent pas à renverser la situation en leur faveur car le facteur temps joue et jouera toujours contre eux, tant qu’ils n’auront pas la maîtrise de l’opération d’étouffage.

16Les filateurs les plus retors savent parfaitement comment tirer avantage du système de la vente « sans prix » : ils font un achat à un prix plus élevé et obtiennent ainsi les meilleurs lots de cocons, obligeant, par conséquent, les autres acheteurs à payer des lots de qualité inférieure au même tarif. Pour autant, on ne constate pas de hausse sensible du prix d’achat des cocons car la concurrence interne se transforme en solidarité corporative dès lors qu’il s’agit de faire obstacle à un réajustement des prix qui interviendrait en faveur des sériciculteurs !

17Au début du XXe siècle, on assiste à un revirement des filateurs : ils critiquent désormais ces conditions de vente qu’ils avaient pourtant imposées. En effet, les importations de cocons étrangers se sont interrompues au début de la Grande Guerre et les filateurs s’intéressent à nouveau à la sériciculture cévenole, seule à pouvoir fournir la matière première nécessaire au fonctionnement de leurs ateliers. Retournement radical de la part des acheteurs de cocons qui en période d’équilibre du marché défendaient la vente au plus haut prix de la saison et qui soudain récusent ce système et font porter la responsabilité de son maintien sur les seuls sériciculteurs. Pour J. Payen, il ne fait aucun doute cependant que c’est la concurrence féroce que se font les acheteurs, se disputant une récolte trop faible pour l’approvisionnement de leurs usines, qui a implanté et maintenu sur tous les marchés français des pratiques et des usages « incompatibles avec toutes les règles du commerce et avec une saine logique » (1910 : 180).

  • 14 ADG 7 M 379, Sur la situation des filatures de soie.

18Du côté des filateurs, s’ils ont rapidement chassé de leur mémoire collective l’année 1934 et les accusations de trahison dont ils ont fait l’objet, ils n’ont pas oublié, en revanche, l’année 1914. Cette année-là, les filateurs cévenols, craignant une pénurie de matière première, avaient rempli leurs coconières jusqu’au faîte. Ces achats avaient été effectués au comptant et à un prix qu’ils jugeaient élevé14, mais, aussitôt la guerre déclarée, les acheteurs de soie ont suspendu toute transaction et la vente de grège a chuté au point de mettre en difficulté de nombreux établissements qui se sont retrouvés avec un stock important de cocons alors qu’ils n’avaient pas de débouchés pour leur soie.

Les marchés aux cocons

19Des marchés aux cocons ont existé parallèlement au système de la vente « sans prix ». En effet, les cocons sont également vendus à « prix fini » (Mazauric 1943 : 69) sur les marchés locaux, soit sur échantillon, soit « à la balle ». On peut fournir plusieurs explications à la disparition de ces marchés au cours des années 1920 : d’une part, le déficit en matière première a amené une telle concurrence entre filateurs que les achats se sont conclus de plus en plus tôt, parfois même avant le début des éducations ; d’autre part, et sans doute en tout premier lieu, les filateurs, hostiles, comme on le verra plus loin, à la création de coopératives d’étouffage, ont cherché à acheter les récoltes « sur pied » pour entraver leur fonctionnement.

  • 15 ADG 7 M 217, Lettre au Ministre du 4 mars 1896.
  • 16 ADG 7 M 207, Lettre adressée par le Sous-Préfet du Vigan au Préfet du Gard.

20Ces marchés sont surtout situés dans les villes de la bordure cévenole15. Dans les hautes vallées, « les cocons ne se vendent pas sur la place publique16 ». Les quatre principaux marchés se tiennent à Anduze, Alais, Saint-Hippolyte-du-Fort et Saint-Ambroix. Ce sont eux qui « donnent les prix » aux acheteurs. Les filateurs de Valleraugue, Sumène, Le Vigan et Ganges viennent s’approvisionner au marché de Saint-Hippolyte-du-Fort. Ceux de Lédignan, de Saint-Jean-du-Gard et de Lasalle se rendent à Anduze. Mais le plus important d’entre eux est incontestablement celui qui se tient à Alais, la sous-préfecture du département qui comptait 20 000 habitants dans les années 1880.

21Sur les marchés, les cocons se vendent principalement sur échantillon. Plus rarement, les sériciculteurs viennent avec leur récolte. Ce n’est qu’à Alais qu’une importante quantité de soie se vendrait « à la balle » (Laurent de l’Arbousset 1992 : 34).

22Lorsque tous les vers à soie ont tissé leur cocon, le sériciculteur choisit avec soin quelques branches de bruyère particulièrement fournies ; après avoir éliminé les cocons tâchés, faibles ou déformés, il enveloppe sa « montre » dans un linge et se rend au marché aux cocons muni de cet échantillon afin de proposer sa récolte à quelque courtier ou filateur.

23Lorsque la « fièvre du cocon » s’empare des acheteurs, ils se portent au-devant des éducateurs qui affluent des campagnes environnantes, parfois à un ou deux kilomètres de la ville. Ces derniers sont harcelés, poursuivis par une nuée d’acheteurs, des femmes aussi bien que des hommes, qui cherchent la bonne affaire. Grâce à Laurent de l’Arbousset, nous disposons d’une description minutieuse de ces négociations : « Pour se faire une idée un peu exacte de l’importance des marchés alaisiens, il faut avoir vu dès le bon matin d’un lundi les nombreuses routes qui conduisent à cette ville se couvrir de voyageurs, le plus grand nombre à pied, portant à la main le cabas ou le panier traditionnel ; d’autres sur des charrettes, des voitures, des véhicules de toutes formes et de toutes espèces se dirigent tous vers un même point » (1875 : 41). Vers les huit heures, les filateurs qui, du Vigan à Saint-Ambroix, viennent négocier leurs achats sur le marché d’Alais commencent à faire leur apparition ; ils se consultent, échangent des pronostics sur l’activité commerciale du jour, « flairent l’air du marché ». À neuf heures arrivent les voitures d’Anduze, « bondées de filateurs flanqués de leurs acheteurs. Ces derniers font un tour de place, engagent pour la forme quelques pourparlers avec les vendeurs qui demandent d’entrée des prix impossibles ». Mais les affaires ne commencent pas encore, nous dit A. Laurent de l’Arbousset : on prend son temps à la terrasse des cafés ombragés par les platanes, devant un verre de vermouth ou d’absinthe. À dix heures, les trains de Saint-Ambroix, de Nîmes, de Villefort entrent en gare et déversent leur flot d’acheteurs. Bientôt la place est noire de monde, les magasins ouvrent leurs portes, les acheteurs entrent en action. Dans toutes les rues on croise des sériciculteurs qui déambulent en attente d’un client, portant avec précaution le panier dans lequel ils ont placé la « montre ». D’autres se rendent au marché aux balles, tirant par le licol un mulet surmonté de volumineuses corbeilles emplies de leur récolte.

24Les filateurs importants ne vont pas au-devant des éducateurs. Ils ne bougent pas de leur bureau et ce sont les courtiers qui viennent régulièrement les informer de l’état des transactions, leur présenter les « prises » qui leur semblent particulièrement intéressantes. Les plus modestes ou bien ceux qui viennent de loin élisent bureau « sur le trottoir, assis à une table de café ».

25Dans les rues, les courtiers lancent une véritable chasse aux « montres ». « Qu’un sériciculteur vienne à passer, portant à son bras un panier au fond duquel se devine l’échantillon convoité et un courtier s’élance vers lui, le salut, lui serre la main avec empressement, lui demande des nouvelles des siens [...] ». « Peu s’en faut..., ironise A. Laurent de l’Arbousset, qu’il ne s’informe de la santé des boeufs ou de l’âne ! Vous croyez voir deux amis qui se rencontrent. Erreur ! ces gens ne se sont jamais vus, le courtier a flairé la “montre” qui se cachait au fond du cabas et veut par ses démonstrations amicales l’en faire sortir et l’apporter à son acheteur ». Ailleurs, c’est une fraîche jeune fille qui « pose cavalièrement la main sur l’épaule d’un bon sexagénaire... lui fait quelques agaceries, s’informe de la réussite de sa chambrée ». Que l’éducateur annonce une récolte d’une vingtaine de kilos et il aura toutes les chances de voir s’effacer l’affabilité de son client, qu’il annonce, en revanche, 200 ou 300 kg et ce dernier va multiplier les marques de courtoisie pour le convaincre de lui vendre sa marchandise.

26Tournant et retournant la « montre » en tous sens, s’assurant qu’un cocon taché n’a pas été malencontreusement oublié ce qui laisserait présager une récolte moins belle que ne l’annonce l’échantillon, examinant la richesse soyeuse des cocons en les tâtant, le filateur ou son courtier fait enfin son choix. Il conserve la « montre » comme « pièce de confrontation », c’est-à-dire comme spécimen auquel il comparera la totalité de son achat quand il en prendra possession afin de s’assurer que le reste de la récolte est de qualité équivalente (Reynaud 1812 : 136) ; il lui attache une étiquette et y inscrit le nom et l’adresse du vendeur, la quantité de cocons vendue et la date de livraison. Les mêmes informations sont ensuite consignées dans un carnet dans lequel il note au fur et à mesure tous ses achats.

27Le prix fixé au vu de l’échantillon sera payé comptant par le filateur lors de la livraison. C’est le vendeur qui se charge du transport de la marchandise jusqu’à l’endroit indiqué. Pour leur rôle dans la transaction, les intermédiaires perçoivent une commission d’environ 0,10 franc par kilo de cocons. A. Laurent de l’Arbousset estime que le coût réel des cocons achetés est en réalité plus élevé : rétribués au poids, les courtiers ne se soucient guère de leur qualité et acceptent le tout-venant, le premier choix comme le rebut.

28Sur les berges du Gardon, en retrait, se tient le marché aux balles où les éducateurs qui ne vendent pas sur « montre » apportent leur récolte. Il débute beaucoup plus tôt, vers six heures du matin, car les paysans préfèrent effectuer le transport des ballots de cocons à la fraîcheur des premières heures de la journée.

29Les acheteurs circulent entre les balles posées à même le sol auprès desquelles les vendeurs se tiennent accroupis. Ils plongent la main dans les sacs d’où ils retirent une poignée de cocons pour les examiner soigneusement, ils en apprécient le grain, la forme, la couleur, ils les soupèsent et les tâtent aux extrémités, les pincent entre le pouce et l’index sur la partie centrale pour s’assurer de leur densité, puis en négocient âprement le prix ; enfin, vendeurs et acheteurs parviennent à un accord et l’affaire se conclut.

  • 17 ADG 7 M 398, Rapport du Directeur de la Station séricicole d’Alais à Monsieur le préfet du Gard·. (...)

30Dans la vente sur balles, deux possibilités se présentent ; soit l’acheteur paie comptant et le prix est entendu avec un escompte de 1 % à la charge du vendeur, soit on vend « quitte », c’est-à-dire que l’acheteur emporte immédiatement les cocons qu’il vient d’acquérir mais ne les paie qu’à une date fixée en accord avec le vendeur, « sans escompte ni déduction, tous frais à la charge de l’acheteur ». Sur le marché alésien, en 1918, les acheteurs ont offert 7 francs par kilo de cocons, majorés de 15 centimes en compensation du prix de la graine et de 10 centimes pour « transport franco usine », c’est-à-dire livraison de la récolte directement à la filature17.

Le courtage

31Le premier quart du XXe siècle est marqué par la disparition progressive des marchés où les cocons se vendaient sur montre ou à la balle.

  • 18 Le filateur autorise ses ouvrières à quitter l’atelier pendant la période de l’éducation des vers (...)

32Comme la filature souffre d’une insuffisance endémique de cocons, le filateur cherche donc à stocker dans sa coconière la quantité de cocons nécessaire au fonctionnement de son établissement pendant l’année à venir. Une véritable course de vitesse a lieu entre les filateurs : c’est à celui qui emportera le premier la promesse de vente du sériciculteur. Chacun détient généralement le monopole de la récolte des séricicultrices qui travaillent également comme fileuses dans son établissement18, mais il doit souvent compléter son stock de matière première auprès d’autres éleveurs.

  • 19 ADG 7 M 379, Station séricicole d’Alais, Rapport n° 9, 26 sept. 1922 :126.
  • 20 En réalité, le filateur ne fait que répercuter la ristourne consentie par le graineur qui lui acco (...)

33Les filateurs ont trouvé un moyen astucieux pour s’assurer chaque année la quantité de cocons nécessaire au fonctionnement de leur atelier ; ils se chargent de fournir la graine aux éducateurs avant le démarrage de la saison séricicole, en contrepartie de la promesse de leur livrer la récolte. M. Salles, sériciculteur et rapporteur à la commission de la Station séricicole en 1922, constate que « la graine est toujours, au moins dans nos régions, fournie par le filateur19 ». Les sériciculteurs y trouvent, certes, intérêt : ils n’ont pas à débourser à un moment où la trésorerie familiale est vide. Le coût de la graine est généralement déduit lors du paiement de la récolte, le filateur consentant la plupart du temps une intéressante ristourne, évidemment destinée à les fidéliser20. Le filateur qui fait l’avance est « généreux » ; en réalité, comme on l’a vu, cet apparent échange de bons procédés repose sur une forme masquée de coercition.

  • 21 « Il faut que les filateurs se décident à faire connaître chaque année aux agriculteurs un peu ava (...)
  • 22 ADG 7 M 398.

34Entre eux, les conflits sont fréquents. Il n’est pas rare que les sériciculteurs se déclarent floués par les filateurs, la pratique du « plus haut prix de la saison » se maintenant et le contrat verbal passé entre l’acheteur et le sériciculteur obligeant ce dernier à respecter ses engagements alors que le filateur cherche par tous les moyens à payer les cocons au plus bas tarif. Incités par ces derniers à diriger d’importantes chambrées dont la conduite les oblige à négliger d’autres productions agricoles, il arrive que les sériciculteurs soient finalement contraints à céder leur récolte à un prix tout à fait insuffisant21. Certains dénoncent les agissements des filateurs qui respectent rarement leurs engagements. En dépit des instructions données par la commission d’achat, des acheteurs refusent, en effet, de payer le prix fixé une fois qu’ils sont entrés en possession de la récolte. En 1922, les sériciculteurs s’insurgent : « La commission d’achat avait fixé le prix à 14,50 mais on n’a payé que 14 francs. C’est un vol22 !»

  • 23 ADG 7 M 379.

35Le sériciculteur n’a aucun moyen de recours contre le filateur puisqu’il ne peut pas recouvrer sa récolte, les cocons ayant été stockés dans la coconière de l’usine après étouffage. Le filateur, en revanche, n’hésite pas à traîner devant la justice l’éducateur qui refuse de livrer ses cocons lorsqu’il estime que le prix offert est inférieur à ce qu’il aurait pu obtenir ailleurs. Les tribunaux d’Alès et du Vigan sont régulièrement saisis pour régler des litiges de cet ordre ; ainsi P. Vernet, cultivateur domicilié à Arènes, commune du Vigan, est assigné à comparaître pour avoir pris l’engagement verbal de livrer sa récolte à A. Laporte, filateur, « en contrepartie de la réduction de prix à lui consentie à cette condition pour la graine de vers à soie sélectionnée, à lui livrée par le requérant, qu’il n’a pas tenu son engagement en livrant la récolte de cocons à un autre acheteur23 ».

36Les ventes se concluent avant même le début de l’élevage, par un accord direct entre le filateur et le sériciculteur ou bien par l’intermédiaire d’un courtier.

  • 24 La lutte est également féroce entre courtiers. Ainsi un secrétaire de mairie, chargé de la pesée o (...)
  • 25 Archives privées, famille Noualhac.

37À chaque filature est généralement attachée une équipe de courtiers qui se partagent les différents secteurs géographiques qui constituent le bassin de matière première et de main-d'œuvre de chaque établissement24. Les limites de leur « territoire » respectif dépendent de la densité des filatures et des sériciculteurs. En 1925, les frères Noualhac qui dirigent la filature du Mazel à Notre-Dame-de-la-Rouvière ont mis en place un réseau de seize courtiers qui effectuent les achats entre le 11 juin et 21 juillet. Six d’entre eux exercent leur activité dans un rayon situé à plus de 50 km du Mazel25.

  • 26 Station séricicole d’Alais, Rapport du directeur, n° 30, 1918 : 300.

38Le rôle des courtiers est constamment dénoncé par tous les défenseurs de la sériciculture. Mozziconacci, le directeur de la Station séricicole d’Alais, les met vivement en cause, sans épargner toutefois les sériciculteurs auxquels il reproche d’avoir cessé d’apporter leur marchandise sur le marché, faisant ainsi le jeu des filateurs : « En acceptant que des intermédiaires viennent accaparer les cocons chez eux sans qu’ils aient à se déranger, ils ne se sont point rendu compte que ces intermédiaires, groupant les diverses récoltes qu’ils enlèvent dans plusieurs communes réunissent les bonnes avec les mauvaises [...], cette façon de procéder étant générale chez nous, elle oblige ces derniers à fixer un prix uniforme, forcément inférieur à celui que le producteur d’excellents cocons recevrait s’il présentait sa marchandise à part26 ».

39M.-A. Carron considère pour sa part que si les éducateurs cévenols ont connu la gêne, voire la misère, de 1934 à 1936, les courtiers, en revanche, ont réussi à ériger de « scandaleuses fortunes » (Carron 1946 : 61). Elle met notamment en cause le montant de leurs commissions : tandis que les sériciculteurs percevaient, hors prime, 1,50 franc par kilo de cocons, les courtiers encaissaient pour leur part 1 franc par kilo.

Les coopératives séricicoles

  • 27 ADG 7 M 389, Installation d’étouffoirs publics. Séance du Conseil général du Gard du 20 octobre 19 (...)

40Au début du XXe siècle, les sériciculteurs vont tenter de s’organiser afin de mieux se défendre contre les filateurs. En 1902, sont créées les premières « coconières syndicales » qui centralisent les récoltes de leurs adhérents pour les vendre aux filateurs ; la même année, les sériciculteurs du canton de Valleraugue inaugurent un étouffoir coopératif (Teissier du Cros 1903 : 130) dont l’existence sera éphémère, faute de capitaux. Moins de dix ans plus tard, le Conseil général du Gard décide à son tour d’encourager les associations coopératives ayant pour vocation de mettre à disposition de leurs membres des étouffoirs-séchoirs27. Il semble qu’un étouffoir coopératif ait alors été installé à Alais mais l’initiative n’a pas eu de suite (Secretain 1940 : 71).

41En 1924, des syndicats séricicoles se forment dans plusieurs communes avec le soutien de la Société d’agriculture d’Alais et ils s’unissent l’année suivante pour former la Fédération séricicole d’Alais et des Cévennes. Lors de sa réunion constitutive, les représentants séricicoles manifestent un intérêt qui dépasse toutes les prévisions : plus de deux cents délégués des associations agricoles y assistent, indice qu’un changement se dessine dans les mentalités des populations séricicoles, généralement hésitantes à s’engager dans des actions collectives.

42Trois mois après l’installation du bureau dans ses fonctions, une mission d’étude sur les méthodes de la sériciculture italienne est programmée, principalement dans les régions du Frioul et de la Vénétie. Les sériciculteurs qui y participent se montrent particulièrement intéressés par une organisation coopérative extrêmement dynamique et grâce à laquelle la production italienne a connu un rapide essor. Quelques éleveurs italiens, mécontents de voir leur production achetée à bas prix, sont à l’initiative de ce regroupement qui a donné naissance aux premières coopératives d’étouffage et de séchage des cocons. Hostiles dans un premier temps, les filateurs italiens ont cependant adhéré au projet aussitôt qu’ils ont constaté que la production augmentait en quantité et en qualité, qu’ils pouvaient désormais fractionner leurs achats et qu’ils n’étaient plus obligés de constituer des stocks importants de cocons.

  • 28 La définition de la coopération donnée par le ministre de l’Agriculture en novembre 1938 va dans c (...)

43Les sériciculteurs cévenols qui avaient participé au voyage décident de s’inspirer du modèle italien pour concevoir la « Coopérative séricicole d’Alès et des Cévennes ». Leurs motivations sont identiques à celles de leurs collègues italiens : il s’agit de lutter efficacement contre les conditions particulièrement défavorables qui leur sont imposées par les filateurs et les courtiers28 et d’obtenir un prix d’achat des cocons plus rémunérateur. Il faut impérativement « éviter la vente des cocons frais à l’instant même où le marché peut être à la merci d’une entente entre les acheteurs » (Secretain 1949 : 72) ; or, comme on l’a vu, les filateurs savent qu’en détenant le monopole de l’étouffage ils se rendent logiquement maître du prix des cocons. C’est pourquoi la première action de la coopérative sera l’achat d’un étouffoir-séchoir automatique.

44Cet équipement se présente de la façon suivante : une chambre rectangulaire hermétiquement close dans laquelle sont superposés quatre tapis roulants métalliques et grillagés sur lesquels sont étalés les cocons sur une épaisseur d’une quarantaine de centimètres ; chaque tapis roulant est animé d’un mouvement contraire à celui qui le suit et/ou le précède. Les cocons avancent ainsi successivement sur chaque tapis et sont recueillis secs en fin de parcours, après avoir été exposés à un air chaud (de 80 °C à 100 °C) ventilé. Cet appareil permet d’étouffer environ trois mille kilogrammes de cocons par vingt-quatre heures. Si l’on considère qu’il s’écoule un mois entre les premières et les dernières récoltes, l’étouffoir peut donc traiter cent mille kilos de cocons.

  • 29 Le sériciculteur est dédommagé du transport au tarif de 0,25 F par kilogramme de cocons.
  • 30 On dit qu’un cocon est fondu lorsque le ver ne s’est pas transformé en chrysalide et s’est décompo (...)

45Le sériciculteur livre ses cocons à la coopérative une dizaine de jours après la montée des derniers vers à soie29. Il arrive également que les syndicats adhérents à la coopérative regroupent les récoltes de leurs membres et se chargent d’effectuer une livraison unique à l’atelier. C’est ce qui se produit pour les éducateurs des communes situées à une distance trop importante de la coopérative. Lors de la livraison des cocons, que ce soit au syndicat ou directement à la coopérative, un bordereau de réception est établi qui spécifie le poids des cocons et leur qualité. Après avoir été étouffés et séchés, les cocons subissent plusieurs opérations : le déblazage, opération qui consiste à ôter partiellement la bourre qui entoure chaque cocon, un calibrage de façon que les cocons soient classés en fonction de leur taille et enfin le tri sur tapis roulant afin d’éliminer ceux qui sont piqués, tachés ou fondus30. C’est au terme de ce parcours technique que les cocons sont finalement mis en sac et stockés en attendant les acheteurs.

46Pour le coopérateur, le coût d’utilisation de l’étouffoir est de 1 franc à 1,50 franc par kilo de cocons au cours des premières années de fonctionnement. Une diminution du prix est prévue lorsque la coopérative aura cessé de rembourser son emprunt auprès du Crédit agricole. Ce système présente un intérêt supplémentaire pour le sériciculteur : la coopérative accepte de warranter les cocons à la caisse de crédit agricole et de verser un acompte au sériciculteur sur le produit de sa récolte qui lui sera réglé définitivement après la vente du stock (Sihol 1948 : 708).

47Les cocons traités deviennent la propriété de la coopérative qui se charge de les vendre aux filateurs au moment le plus favorable pour les sériciculteurs.

48Pour les filateurs, ce système offre plusieurs avantages. Les cocons que lui fournit la coopérative sont d’une qualité plus homogène. En effet, la coopérative effectue un tri et un déblazage méticuleux alors que le sériciculteur, qui vend sa récolte directement ou par l’intermédiaire d’un courtier, cherche à faire passer l’essentiel de sa production en premier choix. Il lui arrive de dissimuler au fond des paniers ou des sacs les cocons de second ou troisième choix et de ne retirer que grossièrement la bourre qui les entoure, « parce que ça pèse et sur cent ou cent cinquante kilos, ça finit par compter ». Mais pour le filateur, le principal avantage est qu’il peut effectuer ses achats au fur et à mesure, en fonction de ses besoins. Comme l’a écrit l’économiste J.-B. Say : « Partout où l’on peut facilement se procurer en tout temps les choses dont on a besoin, il ne convient pas de faire de gros approvisionnements, ils occupent de la place, se détériorent et sont exposés à devenir la proie des animaux et des voleurs, enfin, ce sont des valeurs mortes, des capitaux oisifs qui pourraient rapporter un revenu ». Une analyse à laquelle souscrit totalement l’économiste J. Got, un spécialiste de cette production : « Les meilleures provisions, les plus complètes, celles qui coûtent le moins cher à garder et que l’on court le moins de risque de perdre se trouvent chez le marchand » (1911 : 11). Le fait de ne pas avoir techniquement à stocker une matière première encombrante et relativement périssable est un intérêt supplémentaire. En effet, le stockage des cocons exige de vastes locaux et une surveillance constante car le pourrissement d’un seul cocon contenant une chrysalide en décomposition peut se propager rapidement à la totalité du stock.

49Pourtant, les filateurs n’ont rien fait pour encourager la création de ces coopératives, craignant que ce nouveau système favorise une hausse du prix des cocons. En effet, les sériciculteurs, en prenant le contrôle de l’étouffage par le biais de la coopérative, sont susceptibles d’adopter des stratégies visant à orienter les prix dans un sens qui les avantage.

50Mais l’attitude des sériciculteurs est également sujette à caution.

51La première année de sa mise en service, l’étouffoir a reçu de la part des coopérateurs 20 000 kg de cocons frais, soit le cinquième de sa capacité totale, ce qui représente un premier résultat tout à fait satisfaisant. Cette quantité est certes allée en augmentant sensiblement au cours des années suivantes, mais jamais l’activité de la coopérative n’a atteint les volumes prévus et ce pour une raison essentielle : durant les années qui ont suivi sa fondation, le prix des cocons a subi de fortes variations et le découragement des sériciculteurs a finalement été le plus fort.

52Si on examine le prix de vente des cocons sur la période allant de 1926 à 1939, on constate effectivement d’importants mouvements.

53En 1927, la baisse du prix des cocons a entraîné dans sa chute de nombreux sériciculteurs qui, confiants après la spectaculaire envolée des prix de 1926, avaient décidé d’augmenter leur production : « J’avais doublé le travail et j’ai eu moins de sous », se souvient encore l’un d’entre eux.

Évolution des prix en francs

Année

Prix en kilo

1926

32,50

1927

20

1928

30

1929

17

1930

7,50

1931

5

1932

5

1933

5

1934

1,50

1935

2,50

1936

4

1937

7

1938

10

1939

14

541927, c’est précisément l’année de mise en fonctionnement de l’étouffoir coopératif. L’année suivante, le prix amorce une remontée jusqu’à 30 F mais en 29 il n’est plus que de 17 F et il chute plus bas encore, à 7,50 F en 1930. En 1934, le prix de la soie grège s’effondre de plus de 50 % en cours d’année et les cocons sont payés au cours du moment, indexé sur le prix de la soie (1,50 F), alors qu’elle avait valu plus du double lors de la livraison des cocons aux filatures : « Une misère ! » s’indignent aujourd’hui encore les sériciculteurs ! Ces fluctuations sont en réalité plus fréquentes que ne le laissent apparaître les statistiques qui ne retiennent qu’un prix moyen pour l’ensemble de la campagne séricicole : en juin et juillet, les filateurs ne disposent que des cocons de pays dont la quantité est insuffisante alors qu’un mois plus tard ils sont concurrencés par les cocons orientaux dont l’accostage au port de Marseille est immédiatement suivi par une baisse brutale des prix. Il leur suffit alors de retarder le paiement des cocons de pays pour bénéficier de la baisse qui intervient peu après dans les vallées cévenoles.

55Ces variations incessantes découragent les éducateurs. Incertains de l’avenir de la sériciculture, ils ne sont guère motivés pour adhérer à une organisation coûteuse qui semble entraîner une dépendance : « La coopérative, c’est bien, mais ce sont eux qui décident et au bout du compte, il y a toujours quelque chose de plus à payer », proteste-t-on.

56L’organisation coopérative parvient à se maintenir dans un climat social qui ne lui est guère favorable mais elle ne peut pas se développer. Pour Ch. Secretain qui s’en fit l’ardent défenseur, l’« esprit coopératif n’a pas suffisamment pénétré la masse des sériciculteurs » qu’il juge « trop individualistes » (1940). Cet argument revient en fait comme un leitmotiv chez tous ceux qui se sont interrogés sur l’échec du mouvement coopératif en Cévennes.

  • 31 ADH C 2579, 2631.
  • 32 ADG 7 M 130, Lettre du Professeur départemental d’agriculture au Préfet, 24 septembre 1910.

57L’affirmation du caractère par trop individualiste des Cévenols n’est pas une nouveauté ; on la retrouve régulièrement sous la plume des observateurs. Au XVIIIe siècle, on mentionnait déjà le « mauvais esprit » des marchands de bas de Nîmes et des fabriquants d’Alais avec lesquels les Inspecteurs s’affrontaient constamment31. Au siècle suivant, A. Audiganne y voit la conséquence des troubles entre protestants et catholiques ; selon lui, ces conflits auraient engendré un climat latent de défiance réciproque qui expliquerait l’incapacité des populations ouvrières à s’unir et à se mobiliser pour défendre leurs intérêts communs. Un avis que partage également Ch. Teissier du Cros pour qui « les traditions religieuses sont bien aussi pour quelque chose, dans le tempérament individualiste des Cévenols » (1903 : 97). L’esprit coopératif ne souffle guère chez les paysans cévenols, si l’on en croit l’auteur d’une récente étude sur les coopératives agricoles de production : « L’important est ici de souligner que l’esprit communautaire, en Cévenne, est extrêmement rare, pour ne pas dire inexistant [...]. Avant tout, en Cévenne, il y a des individus » (Boisset 1969 : 368). Un jugement qu’exprime aussi ce professeur départemental d’agriculture pour qui « l’esprit particulariste est très développé chez nos montagnards ». Selon lui, « l’idée mutualiste les effraie quelque peu. Vouloir les conduire d’un coup vers des formes complexes de coopération où chacun confie à la collectivité la préparation, la conservation et la vente de ses produits serait peut-être une erreur tant du point de vue économique que du point de vue psychologique32 ». Cette hypothèse exige d’être envisagée avec prudence. Il y a lieu de se demander dans quelle mesure elle n’est pas le reflet d’un stéréotype particulièrement ancré dans l’imaginaire collectif à propos des protestants. D’autres témoignages directs montrent au contraire que dans cette région d’habitat dispersé, où l’unité sociale à structure communautaire se situe au niveau du hameau (Parain in Fabre et Lacroix 1975 : 226) ou du quartier (Balfet et Bromberger 1976 : 101-121), de nombreuses tâches sont accomplies sur le mode de l’entraide ou de la coopération : troupeaux souvent gardés en commun, « coups de main » pour la récolte des châtaignes et décoconnage auquel participent systématiquement les voisins immédiats. Ce type d’entraide, de nature informelle, est largement attesté en Cévennes où il est partie intégrante de la vie paysanne. Comme le montre G. Lanneau, la coopération institutionnalisée trouve, quant à elle, son origine non pas dans une propension au partage mais dans un calcul « strictement individualiste » (in Fabre et Lacroix, op. cit. : 438). Alors que la fonction de socialisation prédomine dans l’entraide informelle, la fonction économique prédomine dans l’associationnisme organisé. Autrement dit, rien ne permet de lier le faible développement des coopératives à l’état d’esprit des sériciculteurs, ici majoritairement protestants.

58Pourquoi alors les sériciculteurs, rompus à l’art de la coopération informelle mais également individualistes en raison de leur tradition religieuse, sont-ils si réticents à s’organiser en coopératives ?

59Leur comportement s’éclaire si on prend en considération la dimension extra-économique dont est investie la sériciculture. Les responsables des organisations séricicoles comme les anciens éducateurs des deux sexes sont tous d’accord pour admettre que le sériciculteur accepte difficilement de voir sa récolte mélangée à celle des autres. Le choix que fait le filateur d’acheter les cocons d’un élevage donné est perçu par la personne qui a conduit la chambrée comme une reconnaissance implicite de ses qualités : si sa récolte a été retenue et à plus forte raison si la vente s’est conclue sur sa seule réputation, avant même le début de l’éducation, c’est parce que ses compétences sont connues de tous. Elle s’identifie à sa récolte, se sent valorisée ; comme l’exprime très justement H. Mendras, « la gloire de chacun était dans ce qui le distinguait d’autrui, si peu que ce fût » (1992 : 266).

  • 33 Aujourd’hui encore, lorsqu’il livre sa récolte à la filature de Gréfeuilhe, le sériciculteur se la (...)

60En s’intégrant à la coopérative, le producteur éprouve un sentiment de perte identitaire : ses cocons, mélangés aux autres, sont devenus une marchandise anonyme qui ne peut témoigner de sa valeur personnelle. Il est privé de ces interminables palabres avec le filateur ou le courtier auprès desquels il faisait valoir son savoir-faire et celui des siens33. Le commerce des choses est aussi commerce entre les personnes et c’est ce que revendique le sériciculteur qui n’entend pas être spolié du moment tant attendu de la négociation.

61La vente à la coopérative instaure un flux impersonnel. Dans ce cadre, l’acte économique est vidé de sa dimension transactionnelle. Des entretiens réalisés avec des sériciculteurs des deux sexes ont confirmé l’importance fondamentale de l’échange qui établit non seulement un rapport quantitatif entre les objets, cocons et argent qui circulent entre les partenaires, mais également un rapport qualitatif entre les personnes. La livraison des cocons, avec les discussions qui l’accompagnent, est un moment auquel ils sont profondément attachés, même si les principes sont clairement établis et l’issue sans surprise. En d’autres termes, « l’échange n’est pas le produit de valeurs qui lui préexisteraient mais le lieu même de la genèse de la valeur » (Chauveau in Bonte et Izard 1991 : 215).

62Pour Ch. Secretain, ce sont bien « toutes ces raisons d’amour-propre, sentimentales ou autres, qui ont empêché jusqu’à ce jour le développement des coopératives d’étouffage de cocons » (1940).

Le triomphe du marché

63Les relations conflictuelles entre la sériciculture et la filature se cristallisent donc autour de l’étouffage et de la vente des cocons.

  • 34 L’une des approches théoriques permettant d’analyser cette catégorie de relations de production es (...)

64Les divergences que nous avons mises en évidence ne font qu’exprimer la domination du capitalisme industriel sur la petite agriculture34 Le filateur, en conservant la maîtrise de l’étouffage et en faisant jouer la concurrence extrême-orientale, a pu imposer ses conditions d’achat. Vis-à-vis du sériciculteur récalcitrant, il a usé de toutes les intimidations, lui rappelant constamment l’existence d’un marché aux cocons d’importation et allant même jusqu’à provoquer une baisse momentanée du prix de la soie grège qui s’est répercutée évidemment à son profit sur le montant de ses achats en matière première.

65Mais si la responsabilité historique des filateurs est incontestable et ne fait somme toute qu’exprimer la logique d’un rapport de domination, il ne faudrait pas pour autant passer sous silence le rôle qu’ont pu jouer les sériciculteurs français qui, contrairement à leurs homologues italiens, se sont, en effet, longtemps montrés peu ouverts à l’innovation, particulièrement dans le domaine organisationnel.

66Concernant la nature du rapport en jeu entre ces deux catégories d’acteurs économiques, on peut s’interroger sur ce que vendent en réalité les sériciculteurs : des marchandises ou bien leur force de travail ? En effet, ces producteurs n’ont plus la propriété économique de leurs moyens de production bien qu’ils en conservent la propriété juridique et soient, en outre, liés par des capitaux qui sont déterminés par des contrats de vente et d’achat (Founou-Tchuigoua 1974 : 30-45).

67L’insertion accrue de l’économie de la soie dans l’espace mondial et la dépendance des activités industrielles et agricoles privent l’exploitation paysanne de toute solution de repli, même temporaire. La concurrence croissante des importations extrême-orientales n’a pas incité les filateurs à rechercher des solutions pour accroître leur compétitivité. Ils ont préféré se retirer du jeu, abandonnant les sériciculteurs à leur sort. Mais pouvait-il en être différemment ? Dans les années 1960, les voix qui s’élèvent en faveur d’un renouveau de la production de la soie sont peu nombreuses et peu écoutées. Les économistes et les filateurs concluent unanimement à l’impossibilité de rénover cette filière agro-industrielle tandis que quelques cadres administratifs agricoles, des biologistes experts en sériciculture ainsi que des personnalités bien insérées dans les réseaux notabiliaires régionaux croient encore en une revitalisation des Cévennes fondée sur sa modernisation.

68Moins de cinq ans après la suppression des aides publiques accordées à la sériciculture, une poignée d’utopistes, comme ils aiment à se qualifier, a tenté de relancer cette activité, engageant préalablement un travail d’analyse du système technique et économique de production de la soie afin d’imaginer les voies d’un renouveau éclairé par son histoire à la fois sociale, techno-économique et symbolique.

Notes

1 Les déchets, les cocons percés, écrit A. Laurent de l’Arbousset, « étaient bouillis dans un grand chaudron rempli d’eau... Séchés ensuite, ils étaient réservés pour les loisirs d’hiver. Pendant les longues veillées, les femmes en garnissaient leurs quenouilles et filaient des étoffes presque inusables appelées dans le pays selon leur finesse boureto ou filouseïo » (1875 : 4).

2 On trouvera quelques filatures qui procèdent de cette façon jusque dans la première moitié du XIXe siècle.

3 ADH C 2260, Lettre du 12 juin 1947.

4 Également pour des raisons d’hygiène, « à cause des inconvénients qui peuvent en arriver, soit de prévenir des maladies, soit pour éviter que le pain ne porte avec soy un mauvais goût », ADH C 2260.

5 La Statistique industrielle et manufacturière du département du Gard de 1813 dénombre à Alais 120 établissements en activité qui font travailler 800 ouvriers et 48 établissements à Saint-Ambroix, où sont regroupées 369 personnes mais aucun ouvrier « travaillant isolément pour son propre compte ». En revanche, les petites communes de la montagne cévenole ne connaissent encore que le tirage domestique : à Lasalle, Soudorgues, Colognac, Mars, Molières... il n’existe encore aucun établissement spécialisé, chaque propriétaire filant sa récolte à domicile.

6 Cette réglementation porte notamment sur le renouvellement de l’eau des bassines, le matériau textile utilisé pour confectionner les liens servant à nouer les écheveaux ainsi que le contrôle du travail des fileuses.

7 Pour « filer » la soie, on procède en quatre étapes. D’abord on « cuit » les cocons dans une sorte de bac plein d’eau portée à environ 90 °C. Les cocons y sont plongés afin de ramollir le grès qui soude les couches soyeuses externes. On effectue ensuite le « battage » dans une bassine également emplie d’eau, soit manuellement avec des sortes de balayettes, soit mécaniquement au moyen de brosses qui accrochent la bourre externe qui ne peut être correctement dévidée. Enfin on purge les cocons de manière à éliminer la bourre et dégager l’extrémité de la bave qui sera ensuite dévidée. Dans la bassine destinée au dévidage – initialement, battage, purgeage et dévidage avaient lieu dans la même bassine, par la suite ces taches ont été effectuées dans des bassines différentes les cocons sont plongés dans de l’eau vive portée à 50 °C. La fileuse rassemble les brins de plusieurs cocons (4 au minimum) selon la grosseur du fil désiré. Celui-ci est alors formé et entraîné par un système complexe de poulies vers un dévidoir où il va s’enrouler.

8 L’étouffoir est composé d’un fourneau de brique surmonté d’un profond chaudron de trente à quarante litres. Sur ce chaudron est adapté un coffre de bois sans fond dans lequel se glissent horizontalement des tiroirs constitués d’un cadre de bois grillagé. Des traverses placées à l’intérieur du coffre soutiennent les tiroirs superposés sur lesquels sont placés les cocons. Voir Reynaud 1812 : 158-164.

9 ADG 7 M 398.

10 ADH C 2295, Lettre du 7 octobre 1784.

11 ADH C 2295, Lettre du 3 octobre 1784.

12 ADH C 2268, Ordonnance de l’Intendant de Saint-Priest et ADH C 2269, Journal de la tournée de l’abbé Soumille en Languedoc.

13 Les commissions paritaires comptaient deux délégués du Comité national de la sériciculture, quatre filateurs et quatre sériciculteurs.

14 ADG 7 M 379, Sur la situation des filatures de soie.

15 ADG 7 M 217, Lettre au Ministre du 4 mars 1896.

16 ADG 7 M 207, Lettre adressée par le Sous-Préfet du Vigan au Préfet du Gard.

17 ADG 7 M 398, Rapport du Directeur de la Station séricicole d’Alais à Monsieur le préfet du Gard·. 298.

18 Le filateur autorise ses ouvrières à quitter l’atelier pendant la période de l’éducation des vers à soie. Certains préfèrent fermer la filature faute de personnel.

19 ADG 7 M 379, Station séricicole d’Alais, Rapport n° 9, 26 sept. 1922 :126.

20 En réalité, le filateur ne fait que répercuter la ristourne consentie par le graineur qui lui accorde un « prix de gros ».

21 « Il faut que les filateurs se décident à faire connaître chaque année aux agriculteurs un peu avant le début de la campagne séricicole le prix minimal que recevront les cocons de la prochaine récolte. Pouvant dès lors prévoir les bénéfices que leurs laisseront les vers à soie, les magnagniers n’hésiteront pas à mettre en incubation une quantité de graine en rapport avec les mûriers qu’ils possèdent et la main-d'œuvre familiale dont ils disposent. » ADG 7 M 379, Intervention de M. Salles, Station séricicole d’Alais, Rapport, n° 9, 26 septembre 1922 : 127.

22 ADG 7 M 398.

23 ADG 7 M 379.

24 La lutte est également féroce entre courtiers. Ainsi un secrétaire de mairie, chargé de la pesée officielle des cocons dans sa commune, fait l’objet d’une plainte adressée au préfet : « Plusieurs de nos clients nous disent : “C’est que G. nous a rendu des services pendant la guerre et on a souvent besoin de quelque chose à la mairie, donc on est presque obligés de donner nos cocons. ” » ADG 7 M 456.

25 Archives privées, famille Noualhac.

26 Station séricicole d’Alais, Rapport du directeur, n° 30, 1918 : 300.

27 ADG 7 M 389, Installation d’étouffoirs publics. Séance du Conseil général du Gard du 20 octobre 1908.

28 La définition de la coopération donnée par le ministre de l’Agriculture en novembre 1938 va dans ce sens : la coopération est « la lutte contre les intermédiaires et contre les puissances disposées à abuser de leur pouvoir économique » (Secretain, op. cit. : 65).

29 Le sériciculteur est dédommagé du transport au tarif de 0,25 F par kilogramme de cocons.

30 On dit qu’un cocon est fondu lorsque le ver ne s’est pas transformé en chrysalide et s’est décomposé à l’intérieur de l’enveloppe soyeuse. On lui donne également le nom de por, terme occitan qui signifie porc.

31 ADH C 2579, 2631.

32 ADG 7 M 130, Lettre du Professeur départemental d’agriculture au Préfet, 24 septembre 1910.

33 Aujourd’hui encore, lorsqu’il livre sa récolte à la filature de Gréfeuilhe, le sériciculteur se lance dans un long commentaire sur le déroulement de l’éducation, la qualité de ses cocons, l’efficacité de son savoir-faire.

34 L’une des approches théoriques permettant d’analyser cette catégorie de relations de production est celle de la « soumission formelle » qui rend compte des processus de transition au capitalisme. Elle a donné lieu à une abondante littérature parmi laquelle on retiendra les travaux publiés sous la direction de M. Godelier (1992) ainsi que le numéro de la Revue internationale des Sciences sociales consacré à ce thème (1987).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540