Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

III. L’éducation des vers à soie

Texte intégral

Décrire les techniques

1La description d’une activité technique nous confronte à un ensemble de difficultés méthodologiques qui relèvent de deux registres principaux : d’une part, la manière dont est envisagé le rapport technique/société, d’autre part, le choix des concepts et des descripteurs théoriques appropriés et l’articulation et le découpage de l’unité ou des unités d’analyse.

  • 1 L. Febvre écrivait en 1935 : « Technique, un de ces nombreux mots dont l’histoire n’est pas faite. (...)

2Depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales1 s’intéressent au domaine de la ou des technique(s) : l’histoire, la philosophie, l’économie, la sociologie et l’ethnologie sont chacune intervenues, multipliant les découpages sectoriels. On a ainsi une « histoire des techniques », une « sociologie des techniques », une « anthropologie des techniques »... (Berthelot 1996 : 12).

3La multiplicité des points de vue ainsi produits est à mettre en relation avec la querelle terminologique à laquelle se livrent les représentants de ces disciplines. Le champ abordé est-il la technique, les techniques, la technologie, la technologie dite culturelle... ? D’entrée de jeu, le débat lexical est ouvert et les avis sont partagés sur l’usage de ces concepts. Les uns prônent l’utilisation du singulier « technique » plutôt que du pluriel « techniques » ; d’autres, particulièrement chez les anthropologues, préfèrent parler de « techniques » de façon à mieux témoigner de la diversité des formes culturelles prises par l’action technique ou bien retiennent la notion de « technologie » à laquelle ils accolent le qualificatif de « culturelle » pour qu’il n’y ait pas confusion avec le concept de « technologie », lequel séduit davantage certains sociologues soucieux de modernité.

4Le flou conceptuel et sémantique règne à d’autres niveaux. S. Desrosiers (1991 : 23) attire notre attention sur certains descripteurs théoriques, comme « structure », « chaîne opératoire », « filière » ou encore « processus technique », qui selon elle recouvrent sensiblement les mêmes registres de signification.

5Face à un tel foisonnement de concepts et de définitions, il convient de donner quelques repères préalables. Il importe, en effet, d’indiquer le sens attribué à chaque terme susceptible d’être utilisé et éventuellement les raisons qui conduisent à préférer tel descripteur à tel autre (Perrin 1991 : 160).

6Derrière le concept de « technique », est entendu un champ de médiation, d’ajustement permanent, entre des facteurs matériels (nécessités bio-physico-chimiques, principes de fonctionnement des écosystèmes) et un système de représentations et de rapports sociaux. La médiation technique permet ainsi « la transformation de ce qui se donne avec ses caractéristiques propres, ses résistances propres, en réalisations conformes aux finalités assignées à la mise en œuvre des moyens selon une activité adaptée » (Tinland 1994 : 34).

  • 2 On peut distinguer cinq manières d’envisager les rapports entre technique et société : la techniqu (...)

7Dans cette étude, nous nous référerons plutôt au modèle, de type spéculaire, de la « construction sociale de la technique/construction technique de la société », voire à celui du « tissu sans couture » (Hughes 1983), qu’au modèle de l’autonomie de la technique (Akrich 19942). Nous ne voyons d’ailleurs pas d’opposition de fond entre ces modèles : bien au contraire, ils nous semblent se compléter. Ils témoignent, en effet, de l’existence d’un espace de réflexion pluridimensionnel, offrant de multiples angles d’attaque. Dans cette perspective, l’objet « technique » est passible de différentes constructions, selon les horizons disciplinaires mais aussi selon la place occupée par la technique, fonction des lieux et des périodes considérés. Le modèle d’un système autonome tel que l’a pensé J. Ellul est ainsi daté : cet auteur fait effectivement référence à un certain « degré de technicisation » au-delà duquel la technique est censée acquérir son autonomie et imposer sa loi au monde (Ellul 1977). Dans cette hypothèse, la complexité accrue et la montée en puissance des moyens techniques, le développement exponentiel des objets techniques définiraient un « système technicien » totalitaire qui, d’après l’auteur, serait historiquement contextualisé puisqu’il fait référence à un degré particulier de développement de la et des techniques.

8Si « la genèse de l’autonomie de l’ordre technologique survient dans le mouvement de dissociation et de tension de la relation triadique entre l’outil, l’homme et son corps, le milieu de vie enfin », comme l’écrit M. Simondon (1994 : 98), il n’y a pas lieu pour autant de confondre la technique avec l’ordre final qui résulterait de ce mouvement. L’ancrage de l’ordre technique dans l’ordre biologique (1994 : 33) a d’ailleurs été mis en évidence par de nombreux auteurs, en sorte que l’interrogation de E. Asher quant à la possibilité de comprendre “technique” comme “artificiel” » – une fabrication étant « alors technique si elle ne comporte pas de processus biologiques » – ne doit pas être prise à la lettre, l’auteur concluant lui-même son propos en dénonçant « l’illusion de l’autonomie des techniques » (1991 : 27-28).

9« L’ambiguïté de l’opération technique » constitue un thème récurrent. M. Simondon montre qu’elle se manifeste, par exemple, dans le geste thérapeutique : s’interrogeant sur les difficultés de la médecine à « normer » son activité de manière stable, à axiomatiser ses démarches (1994 : 110), il l’inscrit néanmoins résolument dans le champ de la technique en citant F. Gros pour qui le « génie biologique » des transgénoses ne s’oppose pas à la nature afin de la forcer et la violenter, mais « l’épouse pour peut-être la sublimer » (Gros in Simondon 1994 : 108). On peut rapprocher ce point de vue de celui de J. Perrin qui juge que la technique est « fortement conditionnée par la représentation symbolique qu’ont les hommes de leurs relations avec la matière ou de leur situation dans la nature » (1988 : 121).

10La conception internaliste de la technique qu’illustre M. Daumas pose problème car elle procède d’une volonté d’assigner comme tâche à l’histoire des techniques la mise en évidence d’une logique propre à leur évolution (1969) et refuse de prendre en compte le contexte socioéconomique et politique dont la logique serait, selon lui, d’une tout autre nature. L. Febvre considère que « chaque époque a sa technique et cette technique a le style de l’époque. Un style qui montre à quel point tout s’enchaîne et s’interfère, dans les faits humains » (1935 : 531 ; ainsi que Flichy 1995), et développe donc un point de vue opposé à celui de M. Daumas.

11La question du caractère social de la technique a donc été – et est toujours – âprement débattue. Tandis que H. Bergson récuse l’origine sociale de la technique qu’il tenait pour « une vertu créatrice [...] de la vie individuelle et profonde de l’esprit » et que L. Lévy-Bruhl exclut quant à lui la technique des représentations sociales, M. Mauss considère, en revanche, que la nature du savoir technique est fondamentalement sociale (Schlanger 1991). Cette analyse est aujourd’hui dominante : pour J.-J. Salomon l’étude des techniques (la technologie) « renvoie, en fait, aux finalités, donc aux structures sociales (mentalités et croyances, besoins et institutions économiques, politiques, culturels, etc.) » (op. cit. : 67).

  • 3 Elle affirme également que de « nombreuses études de cas nous ont vaccinés contre un déterminisme (...)

12Les socio-anthropologues de l’innovation récusent quant à eux toute séparation entre technique et société. C’est dans ce sens que vont notamment les travaux de M. Akrich pour qui « il est possible de décrire un processus d’innovation au moyen d’une série de termes permettant de maintenir tout au long du récit l’articulation entre les aspects sociaux et techniques [...] » (1987)3. L’image du « tissu sans couture » suggérée par Th. Hughes illustre de manière éloquente ce point de vue : elle évoque, en effet, une texture qui n’existe que par l’entrelacs d’une trame et d’une chaîne indifféremment sociale et technique (1983).

13Allant plus loin encore dans cette direction, B. Latour en vient à déconstruire non seulement le » grand partage » qui « nous » (les Occidentaux) opposerait à eux (les « primitifs »), mais aussi cet autre « grand partage intérieur » qui distingue, au sein même de nos sociétés dites modernes, la nature et la société et nous conduit à séparer les préoccupations sociales de l’accès aux « choses » elles-mêmes (1991 : 132-136).

  • 4 Ne pas réduire mais pour autant ne pas ignorer. D’après Y. Schwartz, il n’est pas « de géographie (...)

14Certains auteurs vont toutefois dans le sens d’un relativisme social tempéré. De leur point de vue, il s’agit de reconnaître la part sociale et « idéelle » de la technique tout en ne tombant pas dans un excès qui consisterait à réduire les choix techniques et les énoncés de savoir à une compétition pour des profits sociaux, symboliques ou encore de pouvoir4. C’est la position que défend P. Lemonnier : pour lui les relations « physiques » qui s’établissent entre les composantes matérielles d’un système technique ne peuvent être sous-estimées ou écartées sous prétexte que l’existence de ce système est liée à des phénomènes symboliques et à des représentations sociales (Lemonnier 1994 : 257).

15Dans le cadre de ce travail, la description du processus technique est apparue comme une réelle difficulté que les définitions attachées aux différents descripteurs couramment utilisés n’ont guère contribué à atténuer.

16Les pratiques domesticatoires, comme toute action technique, sont susceptibles de présenter une logique interne que l’analyse en terme de « chaîne opératoire » devrait permettre de mettre en évidence. Cette notion qui recouvre l’idée d’un enchaînement de faits techniques articulés comme des maillons selon un processus finalisé doit pouvoir s’appliquer, dans son principe, à n’importe quelle action technique ; toutefois on dénote à l’intérieur de son champ d’application des situations fortement dissemblables.

17Le découpage des séquences qui composent la « chaîne opératoire » ne présente généralement aucune difficulté. Il s’agit alors d’une activité simple, composée d’une série d’opérations exécutées par un seul acteur et dont l’enchaînement est linéaire, la syntaxe rigoureuse et peu sujette à variations. D’autres cas, en revanche, posent problème. Il s’agit de processus techniques complexes qui soit combinent l’intervention de plusieurs acteurs ou groupes d’acteurs, soit comprennent des opérations dont la chronologie est flottante et dont les modalités d’exécution varient en fonction d’une multitude de facteurs, tant internes qu’externes.

18Cela vaut, de façon générale, pour l’élevage puisque l’action technique porte sur le vivant et qu’il faudrait donc davantage parler d’interaction avec la « matière » que d’action sur celle-ci. J.-P. Digard constate que dans ce domaine il est particulièrement malaisé de saisir l’articulation des opérations en termes de chaînes opératoires, puisque l’animal « est toujours, à quelque étape que l’on se situe, l’objet, comme le moyen et le produit du travail humain » (1988 : 44). Avec l’élevage, la schématisation que permet l’usage du concept de « chaîne opératoire », instrument de formalisation des modalités d’observation, de description et d’analyse des faits techniques, ne fonctionne pas comme on pourrait l’espérer. Les séquences d’actions sont en effet imbriquées, exécutées dans un ordre relativement lâche, répétitives, parfois facultatives.

19A. Geistdoerfer constate, par ailleurs, que l’une des principales difficultés rencontrées par l’ethnologue qui tente de rendre compte d’une « chaîne opératoire » tient au fait que le recours à la forme littéraire inscrit les faits dans un ordre linéaire qui est rarement celui de leur occurrence (1976 : 85). Cette contrainte est plus évidente encore lorsqu’il y a répétition de certaines séquences d’action : l’ethnologue doit-il en ce cas trouver une formule qui résume les actes répétitifs ou bien en mentionner chaque itération ?

20Selon la nature du processus technique dont il est rendu compte, le concept de « chaîne opératoire » se révèle donc plus ou moins opérant.

21C. de France a mis à profit son expérience d’anthropologue-cinéaste pour tenter de préciser cette notion. Elle propose ainsi de distinguer les « chaînes temporelles proprement dites » des « pseudo-chaînes temporelles », qu’elle appelle respectivement « suite stricto sensu » et « suite lato sensu », les premières renvoyant à de « strictes consécutions de gestes, d’opérations, de phases de l’action, nécessitées par la logique même du procès », tandis que les secondes se fondent sur « des consécutions apparentes » puisque non nécessaires (1983 : 149-150). On peut donc considérer que la notion de « chaîne opératoire » appliquée à la sériciculture doit s’entendre lato sensu : d’une part, parce que l’enchaînement des opérations peut être interrompu sans que cette interruption introduise nécessairement un effet de régression dans le procès, d’autre part, parce que l’agent peut éventuellement permuter certaines opérations sans pour autant compromettre le résultat final.

22Plutôt que de forcer les faits pour tenter de dégager une « chaîne », il est plus profitable d’utiliser une formulation plus souple, celle d’organisation temporelle des opérations, laquelle n’induit pas la rigidité attachée au concept de chaîne opératoire.

23Dans cette partie, nous n’entendons pas décrire la filière séricicole dans sa totalité, c’est-à-dire « l’ensemble des ensembles techniques présupposés par un ensemble technique particulier » (Akrich 1994 : 108), tâche dont l’ambition serait démesurée et qui soulèverait la question de l’extension de l’objet d’étude.

24Nous isolerons, au sein de cette filière, trois ensembles techniques : la culture du mûrier, la production des œufs de vers à soie et l’élevage des vers à soie. Cette option présente bien évidemment une part d’arbitraire car les ensembles techniques qui forment la filière se situent dans un continuum d’activités, entretiennent des relations extrêmement étroites les uns avec les autres et participent chacun à d’autres ensembles techniques plus larges. Comme le constate P. Lemonnier, l’isolement d’une technique, à fin d’identification ou d’étude, est généralement arbitraire : ficher un pieu dans le sol « implique non seulement le débitage d’un tronc d’arbre selon une technique particulière (sans parler de l’abattage de l’arbre), mais encore une éventuelle préparation du sol (avant-trou), la préhension du pieu (à une main, deux mains, en haut, en bas) [...] » (1983 : 13). La même remarque vaudrait pour toute opération technique liée à la sériciculture. Prenons, par exemple, le montage d’une table de magnanerie : cette opération implique, en effet, l’abattage d’un arbre, la sélection et le débitage des parties utilisées, mais aussi la construction même du local qui va recevoir cet équipement. On voit immédiatement où une tel souci d’exhaustivité risquerait de nous conduire ! Comme le remarque N. Schlanger, le programme ambitieux que M. Mauss s’était fixé : « Ne négliger aucun détail [...]. Il faut non seulement décrire tout, mais procéder à une analyse en profondeur [...] » relève d’une « ethnographie utopique qui serait aussi – hyperactive et névrotique – une ethnographie impossible » (1991 : 121).

  • 5 Ici, la notion de « système technique » est prise lato sensu. Elle correspond à l’interprétation q (...)

25La complexité des interactions qui s’établissent entre plusieurs ensembles techniques formant le système technique5 d’une société donnée nous oblige donc à circonscrire l’objet technique auquel nous avons choisi de nous intéresser, tout en ayant présent à l’esprit la fluidité des critères de délimitation. S’interrogeant également sur la description des techniques, l’ethnologue, dans la mesure où il justifie ses choix et en indique le cadre, est en droit de sélectionner les moments qu’il juge pertinents, de privilégier certaines phases de fabrication tout en en laissant certaines de côté (Geistdoerfer 1976 : 94).

  • 6 Ce que H. Balfet appelle la « chaîne opératoire centrale » (1991 : 13).

26Le système technique séricicole est constitué d’un ensemble technique central6, l’élevage des vers à soie proprement dit, et de deux autres ensembles qui sont à la fois subordonnés et convergents, la culture du mûrier et la production des œufs de vers à soie. En effet, ceux-ci n’existent qu’en fonction et en raison du premier. Ces trois ensembles techniques ne seront donc pas décrits et analysés avec le même degré de rigueur. C’est, en effet, sur l’élevage des vers à soie que sera centré tout l’effort descriptif et explicatif.

27La délimitation de cet ensemble technique pose question. Devions-nous intégrer la production des œufs de vers à soie (grainage) et leur élevage dans un même ensemble technique puisqu’il s’agit de phases successives du cycle biologique du Bombyx mori, ou au contraire les distinguer ? L’histoire sociale et technique fournit une réponse : jusqu’au milieu du XIXe siècle, les sériciculteurs ont produit leur propre graine pour la campagne séricicole suivante à partir d’une quantité de cocons réservés à cet effet ; c’est seulement avec la mise au point du grainage « scientifique » que le « graineur » s’est spécialisé et donc distingué du producteur de cocons, entraînant, en outre, une séparation entre régions séricicoles et régions de grainage. Dès lors, cette opération, détachée techniquement de l’élevage proprement dit, est devenue un ensemble technique distinct. On voit ainsi qu’en s’interrogeant sur le niveau pertinent de description d’un système technique, on parvient à appréhender les mécanismes du changement socio-technique.

28Ces considérations préalables sur les outils conceptuels auxquels la description d’un système technique fait généralement appel amènent ainsi à rappeler que l’objectivation d’une technique ne consiste pas dans la mise en évidence des actions élémentaires qui forment la chaîne opératoire ni dans la place qu’elle occupe au sein du système technique de la société étudiée, comme le souligne Ph. Descola (1994 : 332). Elle suppose que la relation entre l’homme et la matière (ici vivante) puisse être « représentée à partir du stock préexistant de relations considérées comme logiquement possibles au sein de la totalité socioculturelle » (ibid.) étudiée. C’est l’ambition de cette analyse qui porte principalement sur un système technique singulier, la domestication du ver à soie.

La culture du mûrier

Une idéologie de la frugalité

29Le mûrier est l’unique aliment du ver à soie. On ne peut donc décrire les modalités techniques de son élevage sans évoquer préalablement la culture de cet arbre. Cependant, ayant choisi de porter notre attention sur l’éducation des vers à soie dans le cadre de l’exploitation familiale, nous ne présenterons ici que les opérations qui s’inscrivent dans le cycle annuel de travail du sériciculteur : celles concernant l’entretien des arbres.

30En Cévennes, en raison de l’exiguïté des terres où sont cultivés les mûriers ainsi que de la pratique généralisée de la complantation, les mûraies proprement dites sont rares. Les arbres sont le plus souvent plantés en cordons, en bordure ou sur une ligne médiane, voire disséminés sur les différentes parcelles des exploitations. Voisinant avec d’autres cultures, le mûrier profite ainsi de tous les soins que leur accorde le cultivateur : « Planté au bord des champs, autour des prés, des céréales ou des vignes, il bénéficie des engrais et des travaux qu’on leur consacre », commente J. Payen (1910 : 46).

  • 7 Les vers atteints par la « grasserie » grossissent excessivement et leur peau se distend et s’amin (...)
  • 8 Bulletin de la société d’agriculture du Gard, année 1834 : 47, in : Rivoire 1842.

31Cultivés dans une terre non travaillée ou servant de parcours herbeux, les mûriers ne bénéficient pas de ces soins : les sériciculteurs comptent sur leur rusticité afin qu’ils se développent et ont même tendance à « cultiver » leur supposée frugalité. En effet, un arbre à la végétation généreuse n’est guère apprécié par les sériciculteurs cévenols, persuadés que des feuilles trop riches, trop abondantes rendraient malades les vers à soie : « [...] il y avait des mûriers le long des jardins, ces mûriers étaient gigantesques. Ils produisaient ! C’était incroyable ce que ça pouvait produire comme feuilles ! Des montagnes de feuilles ! La feuille était grasse, était vert foncé et ça, il fallait pas la donner aux vers à soie parce que les vers à soie attrapaient la grasserie7 !», explique un sériciculteur. F. Boyer et G. de Labaume évoquent à ce propos « l’air de béatitude », « l’aspect luxuriant de l’arbre bien logé et grassement nourri » mais dont le produit « n’équivaudra jamais pour les vers au maigre feuillage de l’arbre famélique, mais sain, qui trouve à peine de quoi soutenir sa chétive existence dans la pauvre demeure où son destin a voulu le placer » (1845 : 44). Les commentaires de H. Rivoire, auteur de la Statistique du département du Gard, vont dans le même sens : « Une longue expérience a [...] démontré que les mûriers cultivés sur les montagnes et sur les collines fournissaient un feuillage plus fin, plus nourrissant, plus abondant en matière soyeuse que celui qui provient des arbres cultivés dans les plaines et dans les terrains généreux [...]. Le tissu vasculeux, les conduits élaborateurs de la sève plus fins et plus délicats dans les terres élevées étant plus serrés, ne laissent arriver aux bourgeons que cette sève purgée de presque toute ses parties grossières et fort peu de principes purement aqueux. L’arbre des plaines, au contraire, plus il est vigoureux, plus il offre de lâcheté dans son tissu ligneux et plus aussi permet-il à la sève d’entraîner avec elle des parties aqueuses dont la qualité influe sur celle du cocon et par conséquent sur celle de la soie8

  • 9 On peut citer ce commentaire d’Olivier de Serres : « Pour la quantité de fueille, est à souhaitter (...)
  • 10 Des enquêtes menées au Vietnam (1992, 1993, 1994) et en Bulgarie (1997) montrent que dans ces pays (...)

32Le sériciculteur averti ne se laisse donc pas tromper par la splendeur d’un feuillage luisant et d’un vert soutenu car il sait que sa feuille est en réalité aqueuse et indigeste9. A contrario, le mûrier « sauvageon » au port modeste, au feuillage clairsemé et pâle, est paré de toutes les vertus. On peut se demander dans quelle mesure il n’y a pas une correspondance entre l’idéologie de l’ascèse et de l’effacement qui marque le comportement du protestant cévenol et cette représentation de l’arbre. De la même façon que l’homme « réformé » dissimule son excellence derrière une attitude effacée, non ostentatoire, l’arbre au port et à l’apparence discrets serait porteur de vertus. Cette métaphorisation constitue une transposition du registre de la culture à celui de la nature. Tout se passe comme si les qualités les plus appréciées chez l’humain étaient projetées sur le végétal qui, à l’instar de l’homme protestant cévenol, devrait adopter un « port » (au sens de « manière de se “tenir” », au propre comme au figuré), modeste, non ostentatoire. Cette particularité cévenole10 nous semble donc renvoyer à des dispositions socio-culturelles : le choix technique en faveur des mûriers sauvageons apparaît comme l’expression de représentations qui s’inscrivent dans un système symbolique qui le dépasse, il concrétise une norme de valeur de conduite.

33Ainsi que le fait remarquer P. Lemonnier, ce n’est pas la nature qui représente la principale contrainte de la technique, mais la culture (Lemmonier 1993).

Taille/émondage : des logiques antagonistes

34La taille du mûrier est jugée indispensable : elle assure la productivité de l’arbre et facilite la cueillette de son feuillage (Maillot et Lambert 1906 : 516).

35« Taille » est un terme générique. Il désigne en réalité quatre opérations distinctes : la taille de formation, l’émondage, la taille dite de production et enfin le recépage ou taille de rajeunissement.

  • 11 La taille de formation a lieu chaque année au printemps et jusqu’à ce que l’arbre entre en product (...)
  • 12 Les arbres trop longtemps négligés, maltraités ou « abouris » acquièrent une nouvelle jeunesse par (...)

36La taille de formation11 et le recépage12 ne sont pas des opérations incluses dans le cycle séricicole annuel : la première, en effet, intervient dans la « jeunesse » de l’arbre, avant qu’il entre dans sa vie productive, et la seconde n’a lieu qu’à la fin de cette dernière, dans le but de le « prolonger » quelques années de plus. L’émondage et la taille d’entretien, en revanche, prennent place dans le calendrier d’activité du sériciculteur. L’émondage est un entretien de l’arbre en pleine production ; il consiste à supprimer les branches inutiles pour accroître sa production et faciliter la cueillette. La taille de production, souvent confondue avec l’émondage, a sensiblement le même objectif mais on verra que ces deux opérations sont techniquement distinctes. Elles ont une incidence directe sur la production annuelle de feuille car l’arbre non taillé offre un aspect « abouri » : ses feuilles se raréfient, leur taille diminue, l’écorce des branches se durcit, rendant la séparation de la feuille plus difficile.

  • 13 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807.
  • 14 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier·. Qu. 157 (...)

37L’enquête de 180713 apporte des précisions sur les techniques en usage au début du XIXe siècle. Traités séparément dans le questionnaire, la taille de production et l’émondage sont généralement confondus par les auteurs des réponses14. M. Tourtoulon, du canton de Lasalle, conteste la pertinence de cette distinction, dans la mesure où « les termes d’émonder et de tailler doivent être regardés comme sinonimes » ; de même on estime à Saint-Jean-du-Gard que « tailler et émonder est ici la même chose, on ne donne qu’une façon aux tiges de cet arbre ».

7. – L’Art d’élever les vers à soie, planche.

38L’intérêt d’une description rigoureuse des pratiques est manifeste : on s’aperçoit, en effet, que la plupart des témoignages rendent compte d’une opération correspondant plutôt à ce que l’on désigne par le terme d’émondage, lequel consiste à débarrasser l’arbre des bois morts et des tiges formées à la naissance des branches que la sève nourrit inutilement. Cette tâche, présentée comme particulièrement délicate, exige, selon J.-B. Reynaud, « non seulement de bons outils, bien affilés, mais encore beaucoup d’adresse et de sûreté dans la main, pour ne pas se blesser » (1812 : 27). M. Durand déplore qu’à Sumène on ne puisse émonder les mûriers correctement en raison de la pénurie d’ouvriers spécialisés : « Un propriétaire ne peut pas faire élaguer tous ses mûriers chaque année, il n’y a pas assez de journaliers qui sachent élaguer. » Il arrive également que des branches soient endommagées ou brisées par un cueilleur maladroit, les « chicots, ergots ou allumettes» qui se développent au point de rupture doivent alors être éliminés, de même que les ramifications improductives qui l’épuisent et gênent la récolte : les « chifonnes » grêles dont les « yeux » sont trop écartés, les « gourmandes, plus grosses, droites comme des cierges » dont la croissance est rapide mais qui fournissent peu d’« yeux ».

  • 15 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, ca (...)
  • 16 Ibid., canton de Sumène.
  • 17 Ibid., canton d’Anduze.

39L’importance de l’émondage qui consiste à enlever « le bois mort, les branches chiffonnées, tordues, déchirées, les chicots et le bois gourmand15 » à l’aide d’une serpette ou d’une hache est attestée par les réponses au questionnaire. Il doit être effectué si ce n’est chaque année – ainsi « l’arbre vient plus beau, il croît plus vite, il fait plus de feuille et il est plus facile à ramasser16 » – tout au moins « de deux en deux ans17 ». Pour Dezhons, il se révèle indispensable : « Chaque printemps [...], il faut extirper le bois mort et faire tomber les jeunes pousses inutiles qui croissent quelquefois avec profusion le long de la tige et principalement à l’embranchement du gros bois sur le tronc, en langue d’oc (“patois” cévenol) l’escouffou » (Dezhons 1839 : 408). Quant à F. Boyer et G. de Labaume, ils sont catégoriques : « L’émondage est, à nos yeux, la meilleure des tailles » (1845 : 100, n. 1).

40Selon A. Laurent de l’Arbousset, seul l’émondage aurait été pratiqué en Cévennes jusqu’aux années 1820 (1893 : 72). Il est souvent effectué après la récolte des feuilles. Erreur, selon les « bons agriculteurs » dont J.-B. Reynaud entend se faire l’interprète : la sève nouvelle a déjà commencé à irriguer toutes les branches de l’arbre alors que s’il est effectué immédiatement après la cueillette elle n’a pas encore eu le temps de se diffuser. C’est également l’opinion d’un ancien sériciculteur qui considère qu’il vaut mieux émonder les arbres immédiatement après avoir récolté la feuille car « ils étaient déjà en train de pleurer, de rendre de la sève, alors si on coupe les jingles ils ne la rendent qu’une fois... ! ». Certains sériciculteurs préfèrent pratiquer un émondage d’hiver, immédiatement après les gelées et juste avant l’apparition des premiers bourgeons. C’est moins le souci de la longévité de l’arbre qui les y incite que la multiplicité des tâches qu’ils doivent accomplir en période estivale : cultiver le jardin potager, couper les foins, éventuellement moissonner les céréales ; des activités qu’ils ont généralement négligées au moment des vers à soie et qui prennent un caractère d’extrême urgence aussitôt que s’achève la récolte des cocons. L’émondage est donc généralement remis à plus tard, à un moment où le calendrier agricole est moins chargé.

41Les réponses à l’enquête de 1807 sont évasives en ce qui concerne spécifiquement la taille de production alors que quelques années plus tard elle apparaît comme un des thèmes privilégiés de la littérature séricicole.

42À partir de 1830, la technique de la taille se substitue, en effet, à celle de l’émondage. Tous les cultivateurs ne sont cependant pas persuadés qu’elle lui soit préférable et certains en contestent même le principe : elle soumet l’arbre aux exigences insatiables d’une nouvelle génération de sériciculteurs, indifférents à la reproduction et donc à la pérennisation de leurs moyens de production. Dès 1810, A. Vers s’en prend à « l’ignorance et l’avidité » de « nos émondeurs modernes » qui se mettent « en opposition avec la pratique ancienne » en supprimant tous les « scions » d’un ou deux ans. J.-B. Reynaud, en 1812, dénonce à son tour les propriétaires, animés d’une cupidité sans bornes, qui « traitent leurs mûriers à peu près comme les planteurs anglais traitent, dit-on, leurs nègres, qu’ils épuisent en peu d’années par un travail forcé » (1812 : 298). La logique de l’accroissement indéfini de la production tend à transformer la pratique « catalytique » (Delbos et Jorion 1984 : 166) qui prévalait jusque-là et dans laquelle l’homme s’efforçait d’accompagner le travail de reproduction de la nature, en un processus d’exploitation inconditionnelle de la nature. Ce changement technique, induit par la pression économique, reflète une mutation plus large, celle du passage à un système économique en expansion impliquant une exploitation de plus en plus intensive de la nature et dont les répercussions se lisent également dans l’ordre du développement industriel.

43L’avenir donnera raison à ceux qui affirment que la surexploitation de l’arbre raccourcit sa vie productive. À la fin du XIXe siècle, G. de Labaume considère que la cause première de la « décrépitude » et de l’affaiblissement du mûrier est la taille pratiquée chaque année, durant la période où l’arbre, en pleine montée de sève, se trouve affaibli par l’effeuillage radical que les sériciculteurs viennent de lui infliger (in Destremx de Saint Christol 1888 : 79). Quelques années plus tard, J. Payen constate le dépérissement rapide et la mortalité précoce des mûriers consécutifs à une taille abusive (1910 : 176), tandis que Mozziconacci, le directeur de la station séricicole, reproche aux sériciculteurs leur pratique de la taille annuelle, ce « mauvais procédé qui affaiblit beaucoup les arbres, les fait dépérir » (1906 : 26).

44Dans le passage de la pratique de l’émondage à celle de la taille peut se lire l’affrontement de deux logiques économiques antagonistes : tandis que l’émondage participe d’un souci de préservation de l’outil de production, la taille répond à une logique à court terme d’exploitation intensive. R. Delmas pose ouvertement la question dans son allocution lors du Congrès national séricicole de 1939 : « Il s’agit de savoir si l’on préfère avoir des mûriers devenant centenaires ou si l’on se contente d’une vie moins longue pour eux à condition qu’ils produisent beaucoup avant de mourir » (1940 :116). Qu’ils produisent davantage, d’ailleurs rien n’est moins sûr, si l’on en croit ce sériciculteur : « Les mûriers qui sont taillés tous les deux ans, la feuille est moins longue, pas de pousse, elle fournit davantage de feuille, tandis que quand c’est ces jingles d’un an, ça fait des pousses, c’est moins intéressant ! »

45Les sériciculteurs qui se soucient de la longévité de leurs mûriers les divisent généralement en deux soles qu’ils taillent alternativement chaque année, mais la plupart préfère les cueillir à chaque saison. S’ils n’ignorent pas qu’ils les épuisent en les effeuillant systématiquement, ils acceptent difficilement de « donner la feuille » à l’arbre une année sur deux car la récolte est alors divisée en deux et avec elle la quantité de vers qu’ils peuvent élever. Le souci d’épargner l’arbre se heurte en fait à la logique à court terme de la production. Effeuiller et émonder l’arbre tous les ans, mais le tailler seulement une année non l’autre après la récolte, c’est pour le sériciculteur le seul compromis susceptible de satisfaire les exigences de la nature tout en ne se privant pas lui-même d’une part importante de son revenu. Or toutes les familles comptent sur « l’argent des cocons » pour subvenir à leurs besoins essentiels.

8. – La taille des mûriers : à gauche, mûrier haute tige non taillé ; à droite, mûrier en cours de taille.

46La taille, comme l’émondage, peut être effectuée dès la fin de la cueillette et jusqu’à la montée de sève suivante.

  • 18 Ce calcul n’est possible que pour les plantations de mûriers en vergers. On estime que cinq journé (...)

47Les sériciculteurs sont les plus nombreux à opérer une taille d’été lorsqu’ils pratiquent des cultures dérobées auxquelles un nouveau feuillage ferait ombre. Certains préfèrent au contraire attendre l’automne car la feuille de regain peut être donnée comme fourrage pour les chèvres. Le plus souvent, c’est l’opportunité qui fait loi : ici, c’est un mur de soutènement d’une terrasse, miné par les récentes pluies, qu’il faut remonter et on en profite alors pour « donner en passant un petit coup de “récé” aux mûriers » ou bien, après avoir consolidé une treille chancelante, répandu le contenu d’une hotte de fumier, on débarrasse dans la foulée le mûrier voisin de ses « jingles » effeuillées. Compte tenu de la dispersion des parcelles et de l’éparpillement des arbres, le cultivateur a, en effet, tout intérêt à regrouper les opérations et notamment à caler la taille de chaque mûrier en fonction des autres tâches qu’il doit accomplir sur la même portion du finage. La rationalité de son organisation personnelle du travail vise ainsi à « rentabiliser » chaque déplacement18, à économiser au maximum ses forces.

Le grainage : modifications techniques et changements sociaux

48Le terme de grainage désigne la reproduction du ver à soie sous le contrôle de l’homme.

49Jusqu’aux années 1850 chaque sériciculteur confectionnait lui-même sa graine, mais la propagation de la pébrine a contraint les sériciculteurs à renoncer à utiliser la graine de fabrication domestique et à acheter des œufs d’importation, non contaminés. Une fois l’épizootie enrayée grâce à la méthode pastorienne apportant toutes les garanties sanitaires requises, ils ont néanmoins persisté à s’approvisionner auprès de producteurs spécialisés. Ainsi le grainage industriel a-t-il définitivement supplanté le grainage domestique, induisant d’importantes transformations à tous les niveaux du système technique.

50Le passage de l’un à l’autre a eu une forte incidence sur l’organisation de la production séricicole, comme nous allons le voir.

Du grainage domestique...

  • 19 ADG 7 M 401, Statistiques. Réponses aux questions relatives à l’éducation des vers à soie.
  • 20 Voir notamment ADH C 2251. En 1851, M. Salagé annonce son départ pour Milan « pour chercher de la (...)

51« La graine de vers à soie se récolte dans le pays », indiquent toutes les personnes interrogées en 1807 lors de la grande enquête sur la sériciculture19. Pour les cantons d’Alais et de Sumène, il est toutefois précisé qu’en cas de production insuffisante les sériciculteurs se pourvoient en Ardèche, en Espagne ou à Milan20.

  • 21 ADG 7 M 401, op. cit., canton d’Alais.
  • 22 Voir également Payen (1910) : « Jusqu’en 1850, [...] chaque propriétaire produisait lui-même la gr (...)
  • 23 On voit se dessiner à travers les précisions apportées dans l’enquête de 1807 une représentation d (...)

52« Chacun communément fait grainer ses cocons », ajoute J.-L. Dhombres21. En effet, de même que le cultivateur réserve une faible partie de sa récolte de céréales comme semence, les sériciculteurs prélèvent quelques cocons pour la reproduction22. Si certains ne jugent pas nécessaire de renouveler la graine et préfèrent au contraire celle qui provient de leurs vers « étant plus assurée de sa bonne qualité » – à Saint-Jean-du-Gard, « des individus [...] ont réussi pendant soixante-dix ans avec la même graine » –, d’autres prennent soin de la renouveler environ tous les cinq ans afin d’éviter son « abâtardissement ». Dans ce cas, ils se procurent des cocons venant d’une chambrée couronnée de succès, de préférence menée dans une magnanerie située en altitude et donc réputée plus fraîche23 ; ainsi a-t-on l’habitude, à Alais, de « tirer la graine de cocons faits à Alais ou au-dessus et non pas au-dessous ».

  • 24 Fondée en 1837, cette Société organise un concours de cocons de reproduction récompensant les élev (...)

53L’achat de graine est exclusivement le fait de sériciculteurs aisés, hobereaux et bourgeois campagnards qui se tiennent au courant des expérimentations liées à l’amélioration des races menées par les membres de la Société séricicole pour la propagation et l’amélioration de l’industrie de la soie en France24.

54Chez les petits sériciculteurs, on ne peut se permettre une dépense qui viendrait entamer le bénéfice provenant de la vente des cocons. Le manque d’argent ne permet pas l’audace d’une pratique dont le coût n’est pas automatiquement compensé par une récolte plus abondante.

  • 25 « Éducations de graine », Annales de la Société séricicole, Paris, Mme V. Bouchard-Huzard, 1850 : (...)
  • 26 « Récit d’une éducation dans les Cévennes », Le Propagateur de l’industrie de la soie en France, R (...)

55La crainte d’une dégénérescence, relayée par les conseils de la Société séricicole qui s’étonne qu’on n’ait pas « les mêmes soins pour obtenir les produits du ver à soie que pour obtenir ceux des chevaux ou de la race bovine25 », va néanmoins inciter de plus en plus les petits sériciculteurs à échanger les cocons : « Il y a quelques années que pour les renouveler, mon mari porta 25 livres de cocons de son bourgeois qui voulut en échange 25 livres des nôtres », rapporte une séricicultrice26.

9. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876. En haut : Bombyx mori femelle ; en bas : Bombyx mori mâle.

  • 27 J’ai pu, en revanche, observer un procédé identique au Vietnam, chez des graineurs privés. Compte (...)

56Le grainage domestique ayant été abandonné vers 1855, nous nous référerons à l’enquête de 1807 et aux comptes rendus d’élevage publiés dans les revues spécialisées27 qui apportent des informations précises, le plus souvent issues de témoignages directs ou d’observations menées sur le terrain.

  • 28 La livre est une ancienne unité de poids qui varie selon les régions entre 380 et 550 grammes.

57Avant de filer sa propre récolte ou de la livrer à un filateur, la séricicultrice en prélève une partie pour la reproduction. Le nombre (ou le poids) de cocons qu’il convient de réserver pour obtenir une once de graine, soit 25 à 30 grammes d’œufs, diffère selon les sources. Les réponses à la Statistique de 1807 indiquent une livre28 de cocons pour une once, c’est-à-dire environ 250 cocons. A. Laurent de l’Arbousset (1893 : 277) donne le chiffre de 400 cocons pour une once. Ces variations s’expliquent essentiellement par le fait que le nombre de cocons au kilo dépend des « races » de vers à soie.

  • 29 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Anduze.

58Les cocons sont au préalable rigoureusement sélectionnés car celui « qui réunit le plus de qualité est nécessairement l’ouvrage d’un ver vigoureux29 ». Pour être choisis en vue de la reproduction, ils doivent donc satisfaire un ensemble de critères visant à éliminer les insectes les plus faibles, susceptibles d’être de médiocres reproducteurs.

59On choisit « les plus beaux ». Mais qu’entend-on en invoquant un critère esthétique ?

  • 30 Il faut noter que l’on trouve des cocons de races différentes dans une même éducation. La gamme de (...)

60La beauté d’un cocon est en premier lieu liée à sa couleur qui doit être « uniforme », de préférence « ni trop pâle ni trop foncée30 » (Reynaud 1812 : 141). La gamme de coloration est large, elle va du « blanc » au « jaune foncé » en passant par le « jaune pâle » et le « jaune doré ».

  • 31 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, M. Durand, Sumène.
  • 32 Fiches d’élevage relatives aux collections de « races », archives de la Station séricicole d’Alès.

61D’autres critères sont relatifs au toucher, les cocons sélectionnés seront denses, « d’un grain serré et bien fin », « les plus durs31 », « d’un tissu fin » (Fraissinet 1835 : 54), ainsi qu’à la forme : « étoffés » (Fraissinet op. cit. : 55), « les mieux faits », « légèrement cintrés » ou encore « en forme de poire » (plus pointus à une extrémité qu’à l’autre), « fusiformes32 », etc. Leur poids est également un indicateur pertinent : si un cocon est léger, cela signifie soit qu’il est pauvre en soie – le ver qui l’a fabriqué étant chétif-, soit que la chrysalide qu’il contient est morte sans avoir achevé sa tâche – on peut le vérifier en secouant le cocon près de l’oreille : vivante, elle résonne sourdement contre la paroi interne alors que morte elle laisse entendre un son métallique, sec. Inversement, un cocon pesant peut être alourdi par le poids de la chrysalide et donc présenter une faible « richesse soyeuse », ou être au contraire d’une grande richesse soyeuse, lorsque c’est la chrysalide qui est légère. Le soupesage du cocon ne prend donc valeur de critère que si on le combine avec d’autres observations permettant d’apprécier la densité de la soie au regard de la chrysalide, comme, par exemple, la résistance du cocon lorsqu’on lui fait subir une légère pression.

62Cependant, certains sériciculteurs utilisent pour la reproduction des « doubles » également appelés « doupions » ; ces cocons étant l’œuvre commune de deux chenilles sont donc impropres au dévidage. Selon A. Laurent de l’Arbousset, le prix des doupions est inférieur d’un tiers à celui des cocons marchands, c’est pourquoi certains éducateurs, soucieux de maximiser leurs revenus séricicoles, préfèrent conserver pour la reproduction ces cocons dont la valeur marchande est la plus faible (1893 : 247). L’intérêt économique est dans ce cas un frein à une sélection orientée vers l’amélioration des performances car le fait que deux vers tissent ensemble un seul cocon est un indice de leur manque de vigueur.

  • 33 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Sumène et Anduze. Voir également F (...)

63La séricicultrice choisit une quantité équivalente de cocons de forme ronde et de forme pointue, car les premiers contiennent généralement une femelle et les seconds un mâle33. Cette parité est destinée à obtenir un taux de reproduction optimal.

  • 34 Le papillon humecte le grès de la paroi soyeuse avec une sorte de salive alcaline qu’il régurgite. (...)

64Les cocons sélectionnés sont ensuite « déblazés », c’est-à-dire que le premier tissu irrégulier et lâche qui forme l’armature extérieure du cocon est ôté afin de faciliter la sortie du papillon34. Les cocons sont alors déposés sur des paniers plats ou bien enfilés à l’aide d’une grosse aiguille sur un fil solide de façon à former une sorte de chapelet appelé filane. Chaque filane mesurant de 0,90 m à 1 m est formée d’une centaine de cocons. Une fois confectionnées, les filanes sont suspendues dans une pièce dont la température doit demeurer fraîche – cette opération a lieu en été, au moment des fortes chaleurs, afin de ne pas provoquer une accélération du processus biologique de la métamorphose.

10. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : filanes.

65La séricicultrice recueille les papillons au fur et à mesure qu’ils sortent du cocon et les accouple immédiatement sur des pièces d’étoffe ou des feuilles de papier. Après un accouplement de quelques heures, les papillons sont séparés et les femelles pondent les œufs qui sont alors délicatement enveloppés dans des linges fins.

66Une variante de ce procédé consiste à fabriquer des petits sachets de toile dans lesquels on enferme chaque couple de papillons. Après la ponte, les papillons sont extraits du sachet et jetés (Travier 1984 : 22).

67La magnanière conserve alors les linges ou les sachets dans une pièce tempérée jusqu’à la saison séricicole suivante, en prenant garde à les suspendre hors de portée des souris et des fourmis qui sont particulièrement friandes de la graine.

  • 35 Voir en particulier le Journal politique, commercial, littéraire, industriel d’Alais, l’Aigle des (...)

68Dans les années 1840, les grandes éducations se multipliant, le commerce de la graine prend de l’essor. La presse séricicole et agricole locale publie des annonces rédigées par des individus spécialisés dans le commerce de la graine et qui invitent35 les sériciculteurs à leur passer commande. Pour leur part, les agronomes incitent les éleveurs à se prémunir de la dégénérescence des « races » locales en achetant une graine sélectionnée, mais leurs appels à la prudence ne sont guère écoutés. La réussite sourit aux éleveurs car la filature qui s’est progressivement industrialisée absorbe des quantités croissantes de cocons : tous ont confiance dans l’avenir et aucun n’envisage que cette prospérité puisse prendre fin.

69L’essor de la sériciculture, au cours de cette période, entraîne toutefois un relâchement des principes d’hygiène. En effectuant des élevages de plus en plus importants, parfois trop au regard des locaux dont ils disposent, les sériciculteurs cessent de respecter les règles d’espacement des vers. Ils négligent également de nettoyer régulièrement les tables afin d’empêcher la fermentation des litières tant ils sont accaparés par la cueillette de la feuille.

70Cette négligence et le développement de la maladie qui peut lui être imputé sont à l’origine d’une transformation du grainage qui s’effectuera en trois étapes : d’abord, l’abandon du grainage domestique puis le développement du grainage cellulaire et enfin son industrialisation.

... au grainage industriel

71La pébrine, une maladie mortelle qui s’est diffusée comme une traînée de poudre dans tous les élevages français à partir du milieu du XIXe siècle, est à l’origine de la transformation en profondeur du système technique.

  • 36 Une maladie dont les caractéristiques seraient proches de celles de la pébrine se serait manifesté (...)
  • 37 ADG 7 M 207, Lettre adressée par le Maire de Valleraugue au Sous-Préfet du Vigan, 15 septembre 185 (...)

72Les premiers36 signes alarmants d’une maladie qui fait périr les vers avant qu’ils n’aient pu faire leur cocon sont observés à Cavaillon (Vaucluse) en 1843 ; en 1845, Nîmes, Avignon et Montpellier sont touchées, puis l’épizootie gagne les hautes vallées cévenoles, atteignant Valleraugue dès 184837. L’inquiétude s’empare des sériciculteurs qui voient le rendement de l’once diminuer d’année en année.

73Dans un premier temps, ils persistent cependant à produire leur graine. Mais en 1855 la récolte est catastrophique et ils sont alors contraints de s’approvisionner auprès des pays producteurs voisins, comme l’Italie (Toscane et Calabre), le Portugal et la Turquie. La maladie poursuivant inexorablement sa progression, le Caucase et les Balkans prennent ensuite le relais. « On eût dit, écrit A. Laurent de l’Arbousset, que la terrible maladie accompagnait nos graineurs et qu’ils la semaient partout sur leur passage » (1992 [1875] : 10). En 1865, les provinces danubiennes et caucasiennes, vers lesquelles s’étaient tournés les sériciculteurs, sont atteintes à leur tour et, dès lors, seul le Japon, protégé par son isolement géographique, est en mesure de fournir les pays européens.

  • 38 M. Jouve note que dans le canton de Saint-Jean-du-Gard l’once de graine produit de 4 à 6 fois moin (...)

74La diminution du rendement des élevages est considérable : on ne récolte plus que 6 à 10 kg à l’once contre 25 à 30 kg auparavant (Mozziconacci 1912 : 77)38. Louis Pasteur, l’éminent scientifique, est alors appelé au secours de la sériciculture. Ses recherches aboutissent à la mise au point d’un procédé de reproduction qui permet d’enrayer totalement l’épidémie de pébrine. Grâce à sa découverte, le grainage peut redevenir national, mais il va désormais échapper totalement aux sériciculteurs.

75Nous indiquerons rapidement les grandes lignes du procès technique propre au grainage cellulaire, puis au grainage industriel, en montrant notamment les transformations qui en ont résulté, principalement sur le plan de l’organisation sociale de la production. On remarquera qu’ayant pris comme unité d’étude l’exploitation séricicole familiale, la production de graine, à partir du moment où elle échappe au groupe domestique, n’entre plus exactement dans mon propos. On voit par là que l’analyse d’un ensemble technique, d’une « chaîne opératoire », pose la question de ses limites. En ce sens, elle constitue un puissant vecteur d’analyse des changements techniques (Martinelli in Balfet 1991 : 65), comme nous l’avons indiqué précédemment.

  • 39 Les cellules sont des sortes de pochettes confectionnées dans une toile fine et mesurant environ 5 (...)
  • 40 Initialement, les mâles étaient également examinés puis on s’est aperçu qu’ils ne jouaient aucun r (...)

76Le grainage cellulaire s’effectue de la façon suivante. Le producteur de graine prélève quelques cocons sur l’ensemble d’une récolte et place ce lot dans une pièce chauffée jour et nuit afin d’activer la métamorphose des vers en chrysalides. À l’aide d’un microscope, il examine une vingtaine de chrysalides provenant de ce lot afin de déceler la présence éventuelle de sujets corpusculeux. Lorsqu’il en découvre, il doit livrer immédiatement à la filature tous les cocons de la chambrée. Si, en revanche, les chrysalides sont saines, le lot est alors réservé pour le papillonnage. Lorsque le papillonnage commence, les papillons sont immédiatement recueillis et enfermés par couples dans des cellules39 où ont lieu l’union sexuelle, puis la ponte. Après la ponte, le graineur procède à un nouvel examen microscopique, cette fois-ci sur les femelles40. S’il est positif, la ponte est immédiatement jetée, s’il se révèle négatif, elle est au contraire conservée.

11. – Grainage Laugier, vérification au microscope, collection du musée de la Soie, cliché Alfised.

12. – Grainage Laugier, confection des cellules, collection du musée de la Soie, cliché Alfised.

13. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : microscope.

  • 41 Voir ADG 7 M 390 et 391, 1867-1881 ainsi que ADG 7 M 213, Microscopes départementaux : diffusion d (...)
  • 42 ADG 7 M 217, Mémoire adressé par Mozziconacci au Sous-Préfet d’Alais, le 5 octobre 1897.

77L. Pasteur considérait que cette méthode pouvait être mise en pratique par tous les sériciculteurs. Cet usage ne s’est cependant pas diffusé dans les milieux séricicoles, bien que durant les premières années d’application du procédé les services agricoles aient incité les sériciculteurs à utiliser des microscopes départementaux41 mis à leur disposition par les services séricicoles des départements pour produire à nouveau eux-mêmes leur graine. Pour Mozziconacci42, le microscope serait un instrument technologiquement trop sophistiqué, la complexité de son fonctionnement aurait effrayé les sériciculteurs.

78Le procédé, semble-t-il peu adapté aux petits sériciculteurs, l’est également à une production spécialisée : il nécessite des manipulations nombreuses qui ne peuvent être effectuées dans de bonnes conditions lorsqu’on produit d’importantes quantités de graine. Une maison de grainage dont la production annuelle atteint 30 000 onces de graine devrait, en effet, procéder à l’examen de 2 250 000 femelles (Rebouillon 1948 : 629). Le procédé est donc difficilement applicable en respectant minutieusement les consignes de L. Pasteur car les frais de main d’œuvre pour effectuer les examens seraient par trop exorbitants et induiraient une forte augmentation du prix de l’once, augmentation à laquelle les sériciculteurs ne pourraient consentir.

79Le grainage industriel, un procédé qui permet d’appliquer les principes du grainage cellulaire à plus grande échelle, sera donc retenu.

  • 43 Ces critères, on l’a vu, font référence à la couleur, la forme, la densité et la texture. Aux étab (...)

80La graine saine, obtenue selon la méthode cellulaire, est distribuée à des éducateurs de petites chambrées, réputés pour leur savoir-faire et installés à l’écart des centres séricicoles qui sont également des foyers de contagion. Après la récolte, un triage rigoureux élimine les cocons faibles, mal formés, etc., autrement dit tous ceux qui ne satisfont pas les critères requis, identiques à ceux qui valaient pour le grainage domestique43. On introduit ensuite les cocons sélectionnés dans des châssis mesurant environ un mètre cinquante sur un mètre, formés de deux cadres en bois tendus d’un treillage métallique et reliés par des charnières. Les papillons, à leur sortie du cocon, traversent le maillage et cherchent immédiatement à s’accoupler. Ces couples sont alors recueillis et placés sur des « cadres d’accouplement » en bois sur lesquels on a tendu une toile de calicot. Après l’accouplement, les mâles sont séparés des femelles que l’on pose sur de grandes « toiles de ponte » et, environ une semaine après la ponte, les femelles sont détachées des cadres, puis jetées et la graine est mise en boîte. Les boîtes sont enfin placées en chambres froides et conservées jusqu’au moment de leur distribution aux sériciculteurs.

14. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : cellule de reproduction.

81Rapidement, des établissements vont se spécialiser dans le grainage. Leur concentration dans l’espace a ainsi progressivement délimité deux zones distinctes : celle du grainage, dans le sud-est, au-delà de la rive orientale du Rhône, et celle de l’élevage, implantée au sud du Massif central, principalement dans les départements du Gard et de l’Ardèche.

82Favorisées par leur topographie et leur climat, les Basses-Alpes et le massif des Maures deviennent le centre de cette activité : de 1870 à 1900, le nombre des « maisons » s’accroît et le grainage français acquiert une dimension internationale puisqu’il approvisionne désormais la plupart des pays séricicoles également touchés par la pébrine, de l’Italie jusqu’à la Perse. Le grainage cellulaire s’industrialise et dans les fermes reculées des Basses-Alpes ou de l’Argens, on n’élève plus les vers à soie pour le cocon mais pour les œufs.

83Dès la fin du XIXe siècle, on voit donc s’opérer une séparation très nette entre régions spécialisées dans la reproduction et la production de la graine et régions vouées à l’élevage des vers à soie. J.-P. Digard voit dans cette coupure l’expression de différences dans l’ordre des comportements culturels (1990 :159). Cette interprétation, bien que séduisante, ne me paraît toutefois pas pertinente. Nous avancerons l’hypothèse, beaucoup plus terre à terre, selon laquelle une spécialisation économique fondée initialement sur des facteurs écologiques aurait renforcé la séparation initiale justifiée par des raisons d’ordre prophylactique.

  • 44 De même, l’isolement de certains villages de la Corse, tels Porto Vecchio et Poggio di Venaco, les (...)
  • 45 Ce prix supérieur tient au fait que la graine est un produit à forte valeur ajoutée.
  • 46 « Là où ces mœurs avaient déjà été établies, le grainage ne pouvait que se développer et les grain (...)
  • 47 D. Travier a recueilli dans les vallées des Gardons des témoignages attestant un maintien tardif d (...)

84Le grainage, dans sa phase liminaire, s’est développé, en effet, dans le Var et les Basses-Alpes, régions caractérisées par des éducations de petites dimensions dispersées dans des localités montagneuses et isolées44. Le mécanisme de cette spécialisation est remarquablement analysé par A. Rebouillon (1948) qui montre comment le prix d’achat relativement élevé des cocons45 pour la reproduction a progressivement incité les sériciculteurs de ces régions à renoncer à la production de cocons pour la filature46, beaucoup moins rémunératrice. « Là où les graineurs se multiplient, les filateurs reculent », observe-t-il : les profits provenant du grainage sont effectivement supérieurs à ceux de la filature. Ce phénomène de concentration est de plus renforcé par la persistance résiduelle d’un grainage domestique47 qui, si elle est statistiquement faible, n’en constitue pas moins un facteur de maintien de la maladie à l’état endémique.

85C’est ainsi que s’accomplit progressivement une spécialisation des zones séricicoles : les régions de grainage, de plus en plus protégées sur le plan sanitaire, voient affluer les graineurs qui y établissent leurs ateliers tandis que celles qui produisent du cocon pour la filature sont de moins en moins à même de fournir des cocons de reproduction en raison des risques latents de contamination.

86La spécialisation régionale s’explique donc par plusieurs facteurs : en premier lieu la topographie a permis l’isolement des chambrées, de petite dimension, à l’écart des foyers de contagion ; ensuite l’industrie du grainage a absorbé la quasi-totalité de la production de ces petites éducations ; enfin des conditions écologiques particulières, avec notamment l’absence de gelées trop tardives susceptibles de contrarier le travail des sélectionneurs, ont permis l’élevage de races plus ou moins précoces.

L’approvisionnement en graine

87Les éducateurs de l’époque postpastorienne achètent désormais les œufs de vers à soie directement auprès des maisons de grainage ou bien par l’intermédiaire des chambres collectives d’incubation et des filateurs.

  • 48 L’Italie, la Syrie, les Balkans, la Russie, la Perse et jusqu’au Kashmir sont désormais des pays i (...)

88Le grainage est alors une véritable industrie dont le marché, d’abord local, devient rapidement international48. Ce succès commercial va avoir pour conséquence une baisse sensible de la qualité de la graine, liée au relâchement du procédé de grainage cellulaire mais surtout à l’incompétence et à l’absence de scrupules de certains revendeurs qui ne suivent pas à la lettre le protocole technique. Lors d’un discours prononcé au Concours agricole d’Anduze, Mozziconacci distingue deux catégories de professionnels : ceux qui, « compétents et consciencieux, favorisent la sériciculture » et ceux qui, « faisant de la graine un commerce au sens absolu du mot, portent un grave préjudice aux premiers en même temps qu’aux éducateurs en leur vendant souvent au prix de la graine de parfaite qualité de la graine douteuse qu’ils se sont procurée à vil prix » (in Payen 1910 : 56). Pour y remédier, le gouvernement institue par décret du 26 avril 1907 le contrôle de l’État sur les établissements de grainage. Ce contrôle relève directement du ministère de l’Agriculture qui envoie des agents dans les ateliers de grainage et dans les élevages leur fournissant la graine afin de vérifier si la méthode pastorienne est fidèlement appliquée. Lorsque la graine est jugée conforme, elle est commercialisée dans une boîte de carton fort, ceinte d’une banderole officielle aux couleurs de la République. Il s’agit du seul produit dont l’État se porte « personnellement » garant auprès de l’acheteur.

15. – Ch. Secretain et A. Schenk, « Incubation des œufs de vers à soie », Bulletin technique séricicole, n° 4,1943 : boîte de graines.

  • 49 La Préfecture du Gard fournit en 1895 la liste des maisons les plus importantes du département : L (...)

89Jusqu’aux années 1920, les sériciculteurs achètent directement la graine auprès des maisons de grainage qui ont souvent un bureau de représentation dans les principales agglomérations des régions séricicoles49. Seuls quelques irréductibles, voulant limiter au minimum les dépenses afférentes à l’élevage, continuent à acheter leur graine aux « grainiers » (Teissier du Cros 1903 : 125), ces colporteurs qui vont de ferme en ferme proposer aux éducateurs des œufs certes très bon marché mais dont la provenance est incertaine, le procédé de fabrication sans aucune garantie et les conditions de conservation aléatoires. Les fréquents déboires de ceux qui se laissent tenter par cette marchandise frelatée expliquent la disparition progressive de ce mode de commercialisation.

  • 50 Au cours des années 1930, des chambres fonctionnaient dans les localités suivantes : Alès, Bréau, (...)
  • 51 Les sériciculteurs s’approvisionnent généralement chez plusieurs fournisseurs de façon à limiter l (...)

90À partir des années 1920, une nouvelle possibilité s’offre aux sériciculteurs : ils peuvent s’adresser aux chambres collectives d’incubation, créées dans plusieurs localités50, qui se chargent d’effectuer des commandes groupées. Chaque séricicultrice indique à la personne responsable de la « chambre » dont elle dépend le nom des graineurs auxquels elle désire acheter sa graine51 ainsi que la quantité et la qualité voulue : « Nous avions un carnet, un livre, et les gens venaient nous commander la graine qu’ils voulaient. Alors nous disions par exemple, Monsieur Durant, 15 grammes ou une once [...]. Alors on marquait le nom de la personne, la qualité de la graine et le nom du graineur à qui il avait commandé. » Les commandes sont ensuite transmises aux différents producteurs et la chambre collective reçoit directement des lots de graine qui sont étiquetés afin d’éviter tout risque d’erreur au moment de la distribution des vers à soie aux sériciculteurs (nous reviendrons sur le fonctionnement de ces chambres collectives).

  • 52 ADG 7 M 379, Station séricicole d’Alais, Rapport n° 9, 26 sept. 1922 : 126.

91Les sériciculteurs sont cependant de plus en plus nombreux à se fournir en graine auprès des filateurs52. Ces derniers se sont, en effet, imposés dans le rôle d’intermédiaires, alors même que des maisons de grainage ou des chambres collectives existaient dans un grand nombre de localités.

92Malgré la reprise séricicole amorcée avec la généralisation du grainage cellulaire, la filature souffre d’un déficit endémique de matière première, de nombreux sériciculteurs ayant abandonné leur activité au cours des dernières décennies. Dans ce contexte, les filateurs se livrent une concurrence effrénée, chacun voulant acquérir la quantité de cocons nécessaires à l’activité de son atelier. De plus, la Première Guerre mondiale, en creusant le déficit de cocons, a accru la rivalité entre filateurs. En fournissant la graine aux sériciculteurs, le filateur se donne du même coup un droit sur leur récolte. En effet, le sériciculteur qui reçoit d’un filateur la graine sans avoir à la payer au comptant prend de fait l’engagement implicite de lui vendre plus tard sa récolte. Il est convenu que le filateur se remboursera à la livraison des cocons, en déduisant le prix de la graine lors du paiement. Le « geste » du filateur n’est donc pas à proprement parler « désintéressé» : il constitue en réalité un contrat tacite qui lie étroitement le sériciculteur et le transforme en producteur captif. Dans un article sur les systèmes d’échanges entre ouvriers agricoles et propriétaires en Andalousie, P. Palenzuela et C. Cruces montrent que la prétendue « générosité » des patrons, qui attestent de la réalisation de journées de travail fictives afin que leurs journaliers soient éligibles aux prestations de chômage, masque en réalité une réciprocité asymétrique, entraînant des obligations de la part de ces derniers à l’égard de leurs employeurs (1995 : 127). La soumission de l’ouvrier est en fait accrue. La relation entre sériciculteur et filateur est du même ordre : l’obligation de réciprocité contraint le premier à « rendre » au second son « geste ». Le filateur trouve un autre avantage à servir d’intermédiaire : il se donne la possibilité d’imposer au sériciculteur des « races » avantageuses pour la filature parce qu’elles sont plus riches en matière soyeuse alors que la préférence du sériciculteur va à celles qui donnent des cocons plus lourds : « Les filateurs les aimaient pas, ceux-là, mais nous on les préférait parce qu’ils pesaient davantage... » ; « Ceux qu’il nous donnait, c’étaient des petits vers à soie, ça pesait rien mais il en fallait beaucoup et pour eux, plus il y a des cocons, plus ça vaut... alors tu travaillais pour qui ? Pour le filateur, mais tu travaillais pas pour toi ! », commentent ces séricicultrices. De plus, comme le filateur qui regroupe les commandes se porte acquéreur de quantités importantes de graine, il peut obtenir des tarifs auxquels le sériciculteur isolé ne peut évidemment pas prétendre.

93Le filateur ne traite pas directement avec les sériciculteurs. Il constitue une équipe de courtiers qui sont généralement issus des secteurs géographiques qui leur sont confiés en sorte qu’ils en connaissent bien la population. Cette connaissance du milieu physique et humain est un atout pour le rabattage et la constitution d’un réseau de sériciculteurs fidèles. Le courtier rend régulièrement visite aux sériciculteurs, les incite à produire davantage lorsqu’ils estiment qu’ils en ont les moyens humains et matériels et se tient au courant de la marche de chaque éducation.

94Une pratique est très courante chez ceux qui fournissent la graine aux éducateurs : il s’agit du péçu. Le péçu consiste à ajouter quelques grammes de graine à la quantité demandée. Il est aussi bien le fait des graineurs qui pratiquent la vente directe que des filateurs et des courtiers. Une boîte dont la contenance déclarée est de 30 grammes peut tout aussi bien contenir 35 grammes, voire 40 grammes. Ce « petit supplément », évidemment gratuit, peut varier de 1/6 à 1/2 de la quantité officiellement achetée. C’est ainsi que Mme F., qui avait l’habitude de commander deux boîtes, l’une d’une once et l’autre d’une demi-once, s’est trouvée avec deux onces et demie d’œufs de vers à soie : « Ils t’en mettent le double et alors oui ! Tu as la réussite ! », se souvient-elle. « On commandait 15 grammes et il y en avait 20 », confirme une autre éducatrice. Selon Ch. Teissier du Cros, l’once de 25 grammes pouvait être doublée, ce qui donnait lieu à des rendements très élevés, pouvant atteindre 100 à 140 kg de cocons à l’once alors que le rendement moyen de l’once ne dépassait pas 70 kg au cours de cette période.

  • 53 Le texte du règlement est le suivant. « Article premier : Les éducateurs et cultivateurs de vers à (...)

95Le principal reproche adressé au péçu par tous ceux qui luttent pour le redressement de la sériciculture est qu’il fausse les statistiques et expose les éducateurs mal informés à des difficultés lorsqu’ils viennent à manquer de feuille et même de place alors qu’ils pensaient avoir mis à incuber une quantité de graine correspondant parfaitement à leur capacité (Payen 1910 : 57). Afin de prévenir cette tricherie, le Gouvernement soumet la perception d’une prime au kilo de cocons à une double déclaration : celle du nombre d’onces que le sériciculteur entend mettre à incuber et celle du nombre de tables occupées par les vers à soie au moment de la montée53. Toutefois cette mesure ne sera pas suffisante pour enrayer cet usage dont de nombreux témoignages attestent le maintien jusque dans les années 1940.

96On peut évidemment se demander pourquoi les fournisseurs de graine ont recours à cette coûteuse supercherie. En fait, chacun semble y trouver son compte : le graineur fidélise le sériciculteur grâce à un rendement élevé qui le convainc que la graine était d’une qualité supérieure ; le filateur, dont les besoins en matière première sont pressants, achète ainsi une plus grande quantité de cocons ; la séricicultrice tire vanité d’une réussite exceptionnelle qu’elle impute, avec plus ou moins de sincérité, à son savoir-faire. A. Laurent de l’Arbousset juge naïve l’attitude de la séricicultrice, incapable selon lui de s’apercevoir qu’elle est en réalité bernée par son fournisseur (1893 : 94). Un point de vue contestable car l’éducatrice n’est pas vraiment dupe du stratagème : « Grâce au péçu, on avait une bonne récolte, tous ils faisaient pareil ! Tout le monde savait qu’il y avait un péçu, mais officiellement il y avait 15 grammes. Alors si avec 15 grammes tu avais 40 kg, celui qui avait 40 kg, il disait : “Cette année, j’ai bien réussi !” et les voisins disaient : “Tu as vu le péçu ?!” » Au fond, comme le dit cette autre éducatrice, « Ça arrangeait tout le monde, [le filateur] ça lui assurait davantage de cocons et le paysan était content de sa réussite. C’était psychologique : celui qui aurait pas eu du tout de péçu, que sa récolte vraie, il aurait été déçu : “pétard, cette année, j’ai rien !” »

Premiers âges

L’incubation

97La chenille du Bombyx mori présente la particularité d’être monophage, c’est-à-dire de n’accepter qu’un seul aliment : la feuille de mûrier. Il faut donc qu’elle puisse en consommer dès sa naissance. Cette contrainte conditionne la mise en incubation de la graine : celle-ci doit impérativement commencer aussitôt que les bourgeons des mûriers sont sur le point de s’ouvrir de façon que leur éclosion coïncide avec celle des œufs de vers à soie. Il s’agit par conséquent d’une opération étroitement tributaire du calendrier végétatif.

98Une telle coïncidence n’est pas toujours facile à réaliser car il arrive que le printemps soit capricieux, marqué par des écarts importants et imprévisibles de température. Alors que la nature frémit, qu’un air plus doux semble repousser définitivement les frimas, on n’est jamais à l’abri d’une chute brutale du thermomètre qui provoque le flétrissement des bourgeons prêts à s’épanouir. Ces retours de froid sont généralement fatals aux jeunes pousses, elles se recroquevillent et roussissent sous la morsure du gel. Selon J.-B. Reynaud, « un hiver doux vers sa fin doit faire craindre des froids tardifs et des gelées d’avril qui grilleraient les premiers bourgeons » (1812 : 61).

99Chaque année, des sériciculteurs se font surprendre par une offensive ultime de l’hiver ; ils n’ont plus qu’à jeter tout ou partie de leur graine et à recommencer quelques jours plus tard. C’est ce que relate ce sériciculteur : « [...] dans la nuit du jeudi au Vendredi saint, c’est-à-dire du 13 au 14, par un temps serein, une forte gelée détruisit la feuille des mûriers. Ces malheureux arbres offraient le plus triste spectacle que l’on pût imaginer ; ils paraissaient avoir subi les atteintes d’un violent incendie. La sève, en effet, ne circulait plus dans les branches, et les bourgeons, la veille encore souples et verts, étaient devenus rouges et se réduisaient en poussière impalpable dès que l’on y portait la main... devant une pareille calamité, il n’y avait plus qu’à sacrifier la plus grande partie des vers pour tâcher d’en sauver un petit nombre, grâce aux quelques arbres que leur position avait préservés » (Roman 1876 : 127-128). Autre témoignage, celui de M. Vassas, originaire de Molières, une commune du pays viganais, qui décide un 20 avril, en toute confiance, de mettre sa graine à incuber car la douceur qui règne depuis plusieurs jours a précipité la croissance de la feuille : « On venait de mettre la graine à l’éclosion, lorsque survint tout à coup un vent de nord-ouest glacé. Tous les matins la neige couvrait la montagne ; bientôt la feuille se mit à languir et à jaunir... (Boullenois 1852 : 9).

16. – Le cycle du ver à soie.

  • 54 « L’on doit s’arranger de façon que le ver trouve, en naissant, de la feuille tendre, proportionné (...)

100Pourquoi alors ne pas attendre que les risques de gelées soient écartés ? « Les vers doivent marcher avec la feuille et comme elle », proclament de concert praticiens et agronomes (Fraissinet 1835 : 81). Plus on attend, plus la feuille se développe et devient dure sous les mandibules encore peu assurés des vermisseaux54. Il faut également considérer que si l’éducation est retardée, les vers à soie « arrivent au cocon » au moment des grandes chaleurs estivales qui font craindre la touffe, un phénomène particulièrement redouté par tous les éleveurs de vers à soie.

  • 55 La vie larvaire comporte quatre âges d’une durée de 4 à 8 jours séparés par des mues au cours desq (...)

101Les vers à soie dont la croissance a été ralentie au premier âge55 par un manque de feuille en connaîtront plus tard les conséquences : « ils se languissent », « ils traînent », donnant par la suite une récolte médiocre. Les sériciculteurs dont les mûriers sont victimes de gelées printanières doivent, par conséquent, trouver au plus vite des arbres épargnés ; au pis, ils peuvent tenter de remplacer momentanément la feuille du mûrier par des pousses d’autres végétaux que les jeunes chenilles acceptent de consommer quand leur aliment de prédilection fait défaut. La ronce sauvage est utilisée à cet effet mais selon les anciennes éducatrices, il ne s’agit que d’un succédané qui permet tout au plus « de se retourner », le temps d’« emprunter » éventuellement des feuilles à leurs voisins dont les arbres ont été épargnés par le gel.

  • 56 « État météorologique à Alais, pendant la saison des vers à soie de 1843 », Annales de la Société (...)

102Concernant les gelées blanches printanières, le Comice agricole d’Alais constate qu’« il est bien rare que nous n’en éprouvions pas annuellement, mais il est rare aussi qu’elles soient générales : il nous reste toujours quelques arbres ménagés pour commencer nos éducations56 ». En effet, ceux qui ont manqué de feuille au point de perdre l’intégralité de leur chambrée faute d’avoir de quoi la nourrir sont peu nombreux : « Ah, les gelées de printemps... ! Enfin on arrivait toujours à avoir un peu de feuille. La cime se gelait souvent, mais autrement, il y avait toujours quand même de la feuille ; elles ont jamais été gelées à fond. » La séricicultrice avisée possède toujours un mûrier d’une variété précoce qui pousse dans un site protégé, à l’abri du froid et du vent : « Mes parents avaient de la chance, si on peut dire. La propriété n’était pas grande mais il y avait des mûriers tout autour de la maison. Comme toute la pente de Saint-Roman vers Moissac, c’est plutôt vers le nord, on y avait un endroit qu’on appelle la Vigne : des bancels bien abrités où il y avait des mûriers qui en général ne gelaient pas. »

103Il s’agit d’une activité agricole dépendante de facteurs climatiques d’autant moins prévisibles que l’on est dans une période charnière, un entre-deux saisonnier marqué par des variations atmosphériques aussi brutales qu’imprévisibles. Tous les sériciculteurs le savent et intègrent ce risque à leur pratique.

104Le savoir météorologique du sériciculteur est empirique. Transmis de génération en génération, affiné au fil des ans par l’observation et l’expérience, il est un instrument irremplaçable. Connaître ses parcelles dans les moindres recoins, savoir à quel emplacement le mûrier ne sera pas touché par les gelées tardives, sur quelle terre il sera épargné par la rosée nocturne si préjudiciable au ver à soie, dans quel sol il déploiera un feuillage nourrissant : c’est là toute la complexité du métier, la sériciculture étant, à l’instar de l’agriculture, cet « art de localité » enseigné autrefois par les agronomes (Mendras 1992 : 76). Le caractère unique de chaque portion du finage, combinant des particularités pédologiques et l’influence de microclimats, implique de la part du sériciculteur une connaissance intime qu’il va enrichir toute sa vie durant par ses expériences répétées et qu’il s’appliquera à transmettre à ceux qui lui succéderont. Il suit la marche des saisons, repère les singularités de son espace familier ; il connaît les lieux abrités où la végétation ne craint pas les écarts du thermomètre et s’épanouit précocement, ceux qui sont balayés par le vent et exposés aux gelées tardives ; il scrute le ciel, surveille les lunaisons, relève le moindre signe. De ces observations répétées, de ces expériences maintes fois reproduites, transmises au fil des générations par le frayage prolongé avec ses ascendants, il parvient à dégager un savoir ponctuel, limité à l’espace de son activité et subtilement opérationnel : « On savait qu’au printemps, quand par exemple de la Pause où on habitait, on regardait vers Saint-Chamand et qu’on voyait que les mûriers commençaient à changer de couleur, qu’ils bourgeonnaient, on mettait la graine à naître. C’était tout calculé, mais d’après la nature. Tout le monde avait l’habitude de ce que faisait le père, l’arrière-grand-père... C’était comme ça, quoi : regarder les arbres... »

105J.-F. Roux et A. Grévillon constatent qu’on ne peut à proprement parler de « moment venu » pour mettre la graine à incuber et invitent à s’en remettre à « la sagesse du cultivateur » (1857 : 69). Cette difficulté à fixer une échéance est également fort bien exprimée par F. de Boullenois qui voulant conseiller ceux qui désirent entreprendre un élevage de vers à soie avoue son incapacité à définir des principes de conduite : « Il y a donc un point d’autant plus difficile à saisir, que souvent les calculs les mieux combinés peuvent être déjoués par les vicissitudes de la saison ; aussi est-il à peu près impossible de poser des règles à cet égard ; on ne peut être guidé que par la réflexion, l’expérience et une suite d’observations qui doivent varier suivant les climats et d’après les années » (1842 : 148).

  • 57 À Alais, « lorsque la saison n’est ni avancée ni reculée, les mûriers poussent vers le milieu d’av (...)

106En Cévennes, la mise en incubation des vers à soie intervient généralement entre le 15 avril et le 30 avril57, selon que le printemps est précoce ou au contraire tardif, selon aussi la localisation et l’exposition des mûriers. Ainsi, plus on se rapproche du pays bas dont le climat est nettement méditerranéen, plus on avance la date ; entre les éducations qui ont lieu dans la partie supérieure de la Vallée Française et celles des environs de Saint-Hippolyte-du-Fort, il faut compter de dix à quinze jours de décalage.

107L’incubation consiste à exposer la graine à une température plus élevée que celle de sa conservation et qui augmente progressivement jusqu’au moment de l’éclosion des œufs.

  • 58 « La couvée des vers à soie, lorsque l’art n’y entre pour rien, se fait à la seule chaleur de l’ai (...)
  • 59 Voir les traductions des textes chinois et japonais effectuées au XIXe siècle : Résumé des princip (...)

108Elle pourrait se faire de façon naturelle : il suffirait d’attendre que l’activité évolutive de l’embryon reprenne sous l’effet du réchauffement de l’atmosphère qui survient dans le courant du printemps58 pour que la naissance ait lieu. Sous nos climats tempérés, cette méthode ne peut être appliquée en raison de l’amplitude des variations thermiques qui affaiblit les jeunes vers et peut provoquer des naissances prématurées ou au contraire les retarder indéfiniment... On a donc recours à l’incubation dite artificielle dont l’usage, lié à la planification de la sériciculture59, est attesté dans les premiers textes français datés du XVIe siècle qui décrivent cette production et ses techniques.

109Depuis lors, plusieurs procédés d’incubation ont été utilisés. Nous nous limiterons à présenter dans ce travail ceux qui ont été le plus communément pratiqués en Cévennes durant la période étudiée, soit du début du XIXe siècle aux années 1960.

L’INCUBATION AU NOUET

110Les œufs de vers à soie sont déposés sur un carré d’étoffe dont les quatre coins sont noués deux à deux, « un simple mouchoir fin, que la chaleur passe au travers », ou bien dans un petit sachet confectionné dans une pièce de toile. On l’appelle un « nouet ».

  • 60 Bien entendu, le rejet des matières synthétiques ne vaut que pour le XXe siècle puisque les fibres (...)

111Les séricicultrices interrogées attachent une grande importance à la texture de l’étoffe qui sert à fabriquer le nouet. Il doit, en effet, laisser l’air extérieur et intérieur circuler librement, de façon que la graine soit réchauffée par la température ambiante sans être toutefois surchauffée. Les séricicultrices bannissent les lainages qui dégagent une trop forte chaleur ainsi que les fibres synthétiques60 qui ne laissent pas respirer la graine. Rien ne vaut la toile usée et fine qui présente l’avantage d’être aérée et douce au toucher ce qui convient parfaitement aux œufs, minuscules et extrêmement délicats. Dans le même souci d’aération de la graine, on n’en met jamais plus de deux onces dans le même nouet, soit environ 60 grammes car il faut que « ça respire ».

112Les nouets sont exposés à une chaleur répartie de la manière la plus homogène possible et, en principe, croissante jusqu’à l’éclosion. Pour obtenir ce réchauffement on a eu recours à divers procédés dont il est fait état aussi bien dans l’enquête de 1807 que dans les témoignages plus récents d’éducatrices.

113La méthode la plus connue et certainement la plus tardivement pratiquée consiste à porter sur soi le nouet, directement en contact avec le corps qui lui communique sa chaleur.

17. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, la couvée au nouet.

  • 61 L’enquête décrit d’autres procédés connus au XIXe siècle lors de l’apogée de la sériciculture mais (...)

114Ce procédé61 est mentionné dans les textes les plus anciens, comme dans ce court extrait d’un poème didactique du XVIIe siècle :

Pour couver ces bons œufs aucuns font qui les monstrent,
Aux chaleurs du Soleil ou à d’autres chaleurs,
Mais ceux qui les tétons des pucelles rencontrent,
Vivent mieux et ont plus de vie et de vigueur.

  • 62 C. Isnard affirme qu’il y a une manière « très assurée pour mettre la graine à couver... savoir de (...)

De toutes les chaleurs la chaleur plus naïve,
Est celle que l’amour a mise en ces beaux seins,
La graine dans trois jours s’y trouvera hastive,
Mais elle esclotfort tard par tous autres desseins62.
(Verville 1600)

115Ce sont toujours les personnes « du sexe » qui sont chargées du soin des couvées, le nouet étant enfoui entre les seins ou bien suspendu « en haut de la cuisse, sur le devant, ou sur le côté de la hanche, entre une tunique de laine et les jupes, où la chaleur est à peu près dans les personnes saines et bien constituées de 25 °C » (Boissier de Sauvage 1763 : 96).

116Ce que l’on retiendra de ce procédé, c’est sa remarquable longévité : de nombreux témoignages provenant des séricicultrices qui sont parmi les dernières à avoir éduqué des vers à soie confirment qu’il était encore en vigueur à la fin des années 1950, alors que depuis déjà un siècle tous les spécialistes s’accordaient pour le dénoncer et incitaient à appliquer des méthodes qualifiées de rationnelles. « Mme S., elle les portait sur elle. Elle les mettait dans cette... gaze, et elle les mettait sur elle. Et la nuit, elle couchait avec un édredon et elle les mettait sous son édredon », explique une ancienne séricicultrice tandis que cette autre se souvient d’avoir elle-même eu recours à cette méthode : « Je les portais à la ceinture, sous ma jupe, il fallait faire attention de pas les écraser. »

117Il arrive également que l’incubation au nouet soit collective. En ce cas, un groupe de personnes vivant dans le même quartier confie à l’une d’entre elles leur graine, celle-ci se chargeant de l’incubation moyennant rétribution ou bien dans le cadre d’un échange de services; Mme V., de Moissac, se voyait ainsi confier la graine de plusieurs séricicultrices de son quartier dans la Vallée Française. « C’était une personne ronde, joviale et c’était elle qui faisait éclore la graine. Elle avait une bonne “circonférence”, elle portait les jupons d’autrefois, froncés à la taille et autour de sa taille, sous son jupon, elle mettait les petits sachets de graine pour chaque personne. Je sais que des voisines que je connaissais bien confiaient aussi leur graine à cette personne. »

118Comptes rendus et témoignages oraux attestent, durant plusieurs décennies, de la permanence de cette méthode que les conseillers agricoles et les auteurs de traités séricicoles ne parviennent pas à éradiquer. En 1893, A. Laurent de l’Arbousset affirme que de tous les procédés connus « le plus primitif et le plus mauvais consiste à placer le petit sac qui contient la graine le jour, sous les jupes de la femme qui fera l’éducation, et la nuit, sous son traversin » (1893 : 103). Selon les spécialistes, la plupart des échecs qui surviennent ultérieurement au cours de l’éducation seraient à imputer à « l’habitude qu’ont gardée les montagnards des Cévennes de faire éclore leurs graines en les plaçant sous leurs vêtements... » (Payen 1910 : 183). Dans une note, l’auteur croit bon de préciser que ce procédé semble à ce point absurde que nombreux sont ceux qui le pensent abandonné alors qu’il est toujours en usage dans les vallées cévenoles (Payen 1910 : 39). C’est également l’observation que fait Mozziconacci : « Beaucoup d’entre elles se conforment encore aux vieux usages que leur ont légués leurs ancêtres ; pour chauffer cette graine elles la portent sous leurs vêtements... » (1912 : 75). L’ancien directeur de la Station séricicole d’Alès, A. Schenk, affirme que dans les années 1950 les séricicultrices n’avaient pas renoncé à leurs « leurs mauvaises habitudes », en dépit de ses recommandations.

18. – Conseils aux éducatrices (Station séricicole d’Alès).

119Les arguments opposés à l’incubation au nouet se fondent sur l’impossibilité de contrôler correctement l’élévation de la température et d’assurer sa répartition homogène. La chaleur qui émane du corps est, en effet, nettement trop élevée (37 °C alors que la graine en incubation doit être portée progressivement de 15 à 22 °C) et la transpiration corporelle entretient une moiteur étouffante qui porte préjudice aux embryons. L’abbé de Sauvages, tout en soutenant qu’il s’agit de « misères qui destonnent la raison », évoque le pouvoir mortifère des odeurs corporelles lors de l’incubation au nouet : « Plus cette transpiration était abondante et d’une odeur forte et exaltée telle que celle qui part du corps des adultes pour si sains qu’ils soient, plus la graine risquoit d’en être endommagée » (Boissier de Sauvages 1763 : 102) ; aussi recommande-t-il que la graine soit plutôt confiée à des « jeunes filles dont on sait que la transpiration n’affecte point l’odorat jusqu’à l’âge de la puberté ». Selon lui, il y aurait particulièrement « danger à ce que les femmes couveroient dans les tems d’une certaine infirmité périodique ».

120Mme S., qui a joué un rôle actif aux côtés de son époux dans l’implantation des chambres d’incubation et milité à ce titre en faveur des procédés dits « rationnels », soutient que lorsque les femmes plaçaient les graines « dans un sachet de mousseline et les mettaient sous leur poitrine ou sous leur jupe [...] il en naissait toujours, mais il s’en perdait beaucoup... ». Elle attribue cette perte au fait que les femmes étaient vêtues de jupes amples au tissu épais qui n’étaient pas toujours adaptées à leurs activités et provoquaient la transpiration.

LE « CASTELET DES CÉVENNES »

  • 63 Le « castelet des Cévennes » doit son nom aux ouvertures percées dans les parois latérales qui le (...)

121Parmi ces procédés reconnus comme rationnels et donc préférables au nouet figure l’usage du castelet des Cévennes63.

122Il s’agit d’un cube en fer blanc à l’intérieur duquel sont superposés de trois à six cadres sur lesquels la graine est répartie en couches minces et régulières. L’air pénètre et circule à l’intérieur du castelet grâce à des ouvertures latérales tandis que ses doubles parois contiennent de l’eau. Une veilleuse, placée au-dessous de l’étuve, permet de réchauffer l’eau qui diffuse sa chaleur de manière homogène. La partie supérieure de l’appareil est pourvue en son centre d’une ouverture dans laquelle est fiché un thermomètre permettant de vérifier à tout instant la température de l’étuve. Ainsi on augmente ou on réduit la chaleur en avançant ou en éloignant la veilleuse du socle. Ce système permet le contrôle et une bonne régulation de la température d’incubation, c’est pourquoi son utilisation a été fortement encouragée dès le début du XIXe siècle (Laurent de l’Arbousset 1893 : III ; Blanchon 1905 : 47).

  • 64 Ses propos sont rapportés dans Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 1, juillet 1842 : 311.

123Qu’en est-il de sa diffusion et de son usage ? On trouve mention d’un castelet dans de nombreux inventaires après décès du XIXe siècle, mais ces références, au hasard des sondages effectués, ne suffisent pas pour évaluer sa diffusion et l’étendue de son usage durant cette période, pas plus que les témoignages directs concernant le XXe siècle. Par ailleurs, il semble que bien que de nombreuses séricicultrices en soient détentrices, elles ont souvent renoncé à l’utiliser, lui préférant la couvée au nouet. Un sériciculteur rapporte ainsi « qu’ayant une “étuve” pour faire éclore la graine », « [ses] filles ne s’en servent point, ayant trouvé plus commode d’en revenir à la méthode qu’elles suivaient précédemment et dont elles se sont toujours bien trouvées64 ». Jusque dans les années soixante, des témoignages attestent de l’abandon du castelet au profit du nouet, comme ce fut le cas pour Mme M. dont les parents, « un peu modernes » selon elle, avaient pourtant été des utilisateurs du castelet.

124Une explication d’ordre économique est généralement avancée quant à cette résistance des éducatrices face à l’adoption d’une méthode dont l’efficacité est incontestable. Toutefois, l’hypothèse avancée par A. Laurent de l’Arbousset selon laquelle il s’agirait d’un procédé trop onéreux, rentable uniquement si les sériciculteurs se regroupent (1893 : III), ne me semble pas pertinente ; le prix du combustible utilisé pour chauffer l’eau du castelet non plus que l’investissement ne peuvent augmenter de manière significative les coûts de production. En effet, la consommation d’huile est extrêmement faible compte tenu du volume de cette étuve, et le castelet, fabriqué localement, est commercialisé à bas prix par les artisans locaux.

125Comment alors expliquer la faible diffusion de cette innovation ? Le choix d’une technique n’est pas exclusivement lié à son efficacité, d’autres facteurs entrent en jeu et parfois peuvent s’imposer. Dans ce cas précis, notre hypothèse est qu’on a affaire à une opération dont la charge symbolique est très forte. L’interprétation de la sériciculture que nous proposerons dans la suite de ce texte nous amènera à revenir sur ce point et à l’éclaircir.

19. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, « castelet des Cévennes ».

LES CHAMBRES COLLECTIVES D’INCUBATION

  • 65 Secretain en fournit la liste pour 1939 : Alès, Bréau, L’Estréchure, Mandagout, Notre-Dame-de-la-R (...)

126Dans le second quart du XXe siècle, un nouveau mode d’incubation est mis en œuvre. Il s’agit des chambres collectives d’incubation. La première d’entre elles fut créée en 1929 à Saint-Jean-du-Gard65 (Fraisse 1953 : 69). L’installation d’une chambre d’incubation par canton constitue l’une des manifestations d’un esprit coopératif qui a eu toutes les peines du monde à s’imposer dans le milieu séricicole. Elle est également considérée comme un pas important vers la diffusion des « méthodes rationnelles » (Secretain et Schenk 1943 : 35) que préconisent ceux qui furent appelés les « propagandistes de la soie », c’est-à-dire quelques éleveurs aisés, des notables occupant également des fonctions politiques locales, ainsi qu’un aréopage d’agronomes férus de sériciculture.

127Les chambres collectives permettent l’incubation d’une importante quantité d’onces selon un procédé offrant des garanties de réussite. Selon Ch. Secretain et A. Schenk, elles peuvent traiter de 150 à 200 onces de graine chacune. À titre d’exemples, la chambre d’incubation de Mandagout se chargeait de 150 onces appartenant à 80 sériciculteurs de la commune et des hameaux environnants et celle de Saint-Jean-du-Gard d’une centaine d’onces.

128La chambre collective est un local aménagé sur le modèle d’une magnanerie, c’est-à-dire avec un système d’aération (fenêtres et trappes) et une installation de chauffage.

129La graine est fournie soit par le sériciculteur, soit commandée par la personne responsable de la « chambre » qui obtient des prix plus intéressants en regroupant les achats ; en ce cas, chaque éducateur indique la quantité et la qualité de la graine qu’il souhaite acquérir ainsi que le nom du graineur auprès duquel il désire se fournir. Une ancienne responsable explique : « Nous avions un carnet, un livre, et les gens venaient nous commander la graine qu’ils voulaient. Alors nous disions par exemple, Monsieur Durant, 15 grammes, ou 1 once (c’est 30 grammes...) ; alors on marquait le nom de la personne, la qualité de la graine et le nom du graineur à qui il avait commandé. » Comme on l’a vu plus haut, le filateur fournit gratuitement la graine au sériciculteur mais celui-ci s’engage en retour à vendre sa récolte au filateur ; dans ce cas, c’est l’éducateur qui remet la graine à la responsable de la « chambre » ; « Tout était numéroté, on risquait pas de se tromper, les œufs arrivaient, on les mettait : Mme Durand, Mme X, Mme Y... chacun avait son casier... »

130Les indications portées sur la boîte sont également retranscrites sur un registre d’incubation et le numéro d’ordre affecté à chacun est inscrit sur les caissettes de transport des vers ainsi que sur le papier perforé utilisé pour les levées. Toutes ces précautions ont pour but de garantir au sériciculteur que les vers qu’on lui remet proviennent bien de la graine qu’il a commandée, sans qu’il y ait un risque d’interversion au cours des différentes manipulations.

131Le sériciculteur prend soin de diversifier ses achats. Il passe commande (directement ou par l’intermédiaire du filateur) auprès de plusieurs graineurs et choisit des lots provenant de différentes « races » car il ne veut pas courir le risque de perdre toute sa récolte en faisant confiance à un seul graineur et à une seule « race ». Il devient dès lors nécessaire de bien identifier chaque lot de façon que le sériciculteur puisse ensuite les différencier lorsqu’il les installe dans la magnanerie car les vers se comportent différemment selon leur « race ».

20. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, intérieur d’une chambre d’incubation.

132À une autre échelle, la chambre collective met en pratique des procédés qui se fondent sur le même principe que pour l’incubation au nouet ou avec un castelet : il s’agit toujours d’exposer la graine à une chaleur régulière, progressive et suffisamment élevée pour qu’elle provoque le déclenchement du phénomène biologique. Les moyens qui sont utilisés sont simplement adaptés à la quantité de graine qui est mise à incuber.

  • 66 Dans ce domaine, la négligence est impardonnable car c’est le sort des éducations futures qui se j (...)

133« On avait une femme qui nuit et jour restait dans la magnanerie, dans la chambre d’incubation. Elle ne sortait que pour des besoins... “normaux” », précise M. S. qui supervisait le fonctionnement de la « chambre d’incubation » de Lasalle. La personne qui en prend la charge demeure effectivement dans le local durant toute la période de l’incubation. Son lit est dressé dans la chambre même ou dans une pièce attenante. Ainsi, de jour comme de nuit, elle peut veiller à ce que la température demeure constante et homogène en alimentant les poêles ou bien en entrebâillant les trappes coulissantes qui régulent l’aération de la pièce quand l’atmosphère lui paraît trop confinée. Lorsque sa couche n’est pas dans la chambre mais dans un local voisin, un thermomètre avertisseur est installé : « On réglait à un degré près, quand ça montait trop, ça sonnait, quand ça descendait plus bas, ça sonnait... » Un thermomètre enregistreur complète l’installation. Il permet de tracer la courbe des températures durant toute la période d’incubation. C’est pour les responsables un moyen de contrôle a posteriori du travail de la personne chargée de la chambre66 et pour les techniciens un dispositif qui permet d’améliorer le système.

134Lorsque les vers naissent, ils sont placés au fur et à mesure des « levées » dans une « caissette » de bois identifiée au nom de l’éducateur que la responsable de la Chambre fait prévenir afin qu’il vienne récupérer ses vers.

  • 67 Citons l’incubation dans le fumier en fermentation. Au XVIIIe siècle, on procédait également à l’e (...)

135Comme nous l’avons indiqué plus haut, d’autres procédés d’incubation ont été imaginés et expérimentés par les sériciculteurs cévenols67. Nous n’avons présenté ici que ceux qui ont été le plus couramment utilisés durant la période concernée. Sans effectuer un inventaire exhaustif de toutes les variantes techniques, nous mentionnerons néanmoins deux procédés évoqués à plusieurs reprises par d’anciennes éducatrices, l’incubation collective dans le fournil du boulanger et l’incubation domestique, à proximité du feu de bois.

136L’incubation dans le fournil de la boulangerie est décrite par Boissier de Sauvages : « On met les graines à découvert dans un corbillon et pour les garantir des blattes domestiques qui en sont friands et qui fréquentent les boulangeries on suspend le corbillon à la voûte de cette espèce d’étuve » (1763 : 120). Il s’agit d’une méthode pratiquée uniquement dans les bourgs de quelque importance où l’activité du boulanger est quotidienne. Dans les années 1930, M me B., boulangère à Lasalle, faisait incuber la graine pour plusieurs éducatrices dans la pièce où était installé le four. Les nouets, soigneusement identifiés afin qu’ils soient ultérieurement restitués à leur propriétaire sans risque d’erreur, étaient suspendus au plafond du fournil jusqu’à l’éclosion. Ce procédé, peu répandu, présente l’inconvénient d’exposer la graine à une température irrégulière, particulièrement élevée pendant la cuisson du pain.

137L’autre procédé en vigueur est l’incubation à la chaleur du foyer. En effet, dans les maisons, été comme hiver, un feu est entretenu dans la cheminée ou la cuisinière à bois pour la cuisson des aliments. Ce procédé consiste à placer une boîte contenant la graine à proximité du foyer de façon qu’elle soit exposée à la chaleur qui s’en dégage. Selon M. F. qui a pratiqué cette méthode jusque dans les années 1960, elle ne donnait pas des résultats satisfaisants car la graine se trouvait également soumise à des écarts de température trop importants, le feu s’assoupissant pendant la nuit.

138A. Schenk considérait qu’à la fin des années 1950 la proportion des sériciculteurs faisant éclore leur graine dans des chambres d’incubation s’élevait à 60 %, les autres préférant se charger eux-mêmes de cette opération délicate, notamment en pratiquant la couvée au nouet si décriée.

  • 68 Les femmes plaçaient sous leurs jupes un morceau de bois afin qu’il leur rappelle la présence de l (...)
  • 69 Si l’on en croit les spécialistes, la graine surchauffée, « morfondue » périssait souvent.

139Comment peut-on expliquer le maintien de ce procédé relativement contraignant68 et aux résultats incertains69 ? Les choix techniques se situent au carrefour de divers registres de détermination, obéissent à plusieurs logiques complémentaires ou contradictoires : logique de l’efficacité, logique sociale et enfin logique symbolique. Un procédé, pour être retenu et éventuellement s’imposer face aux anciens usages, doit incontestablement apporter une réponse technique adaptée sur le plan du résultat et susceptible de s’inscrire dans le système technique préexistant, mais il doit également tenir compte du mode de répartition des tâches techniques entre les sexes et enfin ne pas heurter les valeurs et les représentations.

  • 70 « Le progrès n’a qu’un signe et il ne peut être que positif », commente J.-J. Salomon, mettant en (...)

140Sur ce point, on trouve même chez certains historiens et ethnologues une vision extrêmement réductrice selon laquelle tout choix qui ne va pas dans le sens du « progrès70 » et d’une certaine « rationalité » se voit qualifié de « traditionnel », avec une forte connotation péjorative car les notions de « routine » et d’« archaïsme » l’accompagnent généralement. La tradition et la routine sont ce champ aveugle sur lequel semblent achopper toutes les analyses socio-historiques et dont P. Veyne a montré combien il est difficile de dire s’il s’agit d’une réalité ou d’une apparence dont la vérité se cache plus profondément dans l’ombre non événementielle. Valorisée ou mise en cause, la tradition apparaît comme une notion fourre-tout qui résiste à l’analyse.

  • 71 A.-J. Bourde dénonce dans un chapitre de son ouvrage consacré aux agronomes et à la société rurale (...)

141On trouve une illustration exemplaire de ce type d’interprétation négative71 dans un article de D. Faucher qui qualifie l’attitude des paysans face « aux cultures, aux techniques, à l’économie agricole » en terme de « résistance passive qui s’obstine dans les pratiques habituelles, malgré la force des arguments opposés » (1948 : 89-103). La position de H. Mendras n’est pas moins équivoque sur ce point ; sa typologie des comportements face à l’innovation distingue une catégorie de retardataires, regroupant » les traditionalistes, qui ont peine à changer » et les réfractaires qui « se refusent à accepter l’innovation pour rester fidèles à la routine » (Mendras et Forsé 1987 : 77). Au demeurant, il admet l’ambivalence du concept de routine que notre société utilise négativement alors que les sociétés préindustrielles y voient la référence à un héritage de choix et de comportements. Il s’agit bien, comme l’a souligné A.-J. Bourde, d’une conception « mécaniste » de la vie et de l’organisation agricole dans laquelle les choix techniques devraient découler automatiquement de considérations liées aux notions d’efficacité et de rentabilité (1967 : chapitre XIII). Tradition, routine, préjugés apparaissent finalement comme l’envers de la rationalité. C’est bien ce que pense J. Payen, spécialiste de la sériciculture qui explique son déclin par les « routinières habitudes » dont le sériciculteur refuse de s’affranchir, comme notamment celle « de faire éclore leurs graines en les plaçant sous leurs vêtements » ainsi que « le mauvais procédé d’accepter le péçu » (1910 : 183).

142L’analyse de J.-J. Salomon à propos de la résistance au changement technique est à cet égard plus pertinente. Après avoir critiqué la notion de « niveau d’acceptabilité des risques », il souligne le fait que l’ethnologue ne se soucie que des risques sociaux au sens le plus étroit du terme, alors qu’il faudrait certainement prendre en compte un autre registre de risques, notamment ceux qui, sans directement affecter la structure sociale, portent atteinte aux repères symboliques de la société.

143Pour le moment, nous n’indiquerons qu’à titre d’hypothèse ce qui apparaît fonder cette pérennité de la couvée au nouet : la relation particulière qui unit l’éducatrice à ses vers à soie. On voit par conséquent que la question de la résistance à l’amélioration des techniques d’incubation renvoie à bien autre chose qu’à la seule capacité sociale d’acceptation du changement.

Naissance et premiers âges

144Les premiers vers naissent une quinzaine de jours après la mise en incubation des œufs.

  • 72 Toutes les séricicultrices reconnaissent infailliblement ce signe sans toutefois pouvoir fournir u (...)
  • 73 Il ne faut pas voir dans cet usage d’un terme emprunté au vocabulaire de la psychologie l’indice d (...)

145L’imminence de l’éclosion se signale par un changement de coloration qu’un œil non exercé serait dans l’incapacité de repérer. D’un gris ardoise au début de l’incubation, ils s’éclaircissent progressivement jusqu’à prendre une teinte laiteuse, une coloration opaque72. On parle d’« émotion73 » de la graine pour qualifier ce changement d’aspect. Puis, de minuscules vers commencent à s’extraire de la coque et l’éducatrice dit alors que la graine « répond ».

146Bien qu’ils aient été mis en incubation au même moment, tous les œufs n’éclosent pas simultanément. Les naissances s’étalent généralement sur trois jours. Il n’est pas question d’attendre que tous les œufs d’une même couvée soient éclos car les vermisseaux, affamés, s’agitent et s’épuisent en tentant de se dégager des œufs non éclos qui pèsent sur eux et entravent leurs mouvements. L’éducatrice « lève » donc les vers à plusieurs reprises.

147Le terme de « levée » désigne indifféremment la naissance des vers, le lot de vers qui viennent de naître ainsi que l’opération qui consiste à les séparer de la graine non éclose et des coques vides. La levée, entendue au sens de naissance, a toujours lieu dans la matinée, entre 6 et 9 heures, « [...] de préférence à la fraîcheur du matin. Il leur faut un certain degré, tout en étant à la chaleur, d’humidité pour naître ».

  • 74 On utilise aussi des morceaux de canevas, toile claire et ajourée qui sert de fond aux ouvrages de (...)

148À leur naissance, ces minuscules chenilles qui ne mesurent pas plus de 3 mm de longueur sont très fragiles ; il faut donc prendre des précautions afin de ne pas les écraser lorsqu’on les sépare des œufs non éclos. Lors de chaque levée, la magnanière va donc couvrir les vers avec une pièce d’étoffe au tissage lâche74 comme le tulle, la gaze ou bien des feuilles de papier perforé. Sur ce support, elle dispose des bourgeons épanouis ou de la feuille de mûrier qu’elle a préalablement hachée afin que les jeunes vers puissent en grignoter le limbe sans difficulté. « [...] On met tout plein de feuille là-dessus, on attend une demi-heure ; tous, sitôt qu’ils naissent, ils mangent. Ils sentent la feuille, ils mangent. Ils passent à travers les trous et ils vont surnager sur la feuille alors on laisse un bon peu de temps pour que tous ceux qui sont nés puissent monter. » Pour les petites éducations, l’éducatrice se contente de « lever » les vers à l’aide de quelques feuilles de mûrier qu’elle place en contact avec eux et qu’ils garnissent rapidement, mus par leur besoin de s’alimenter. Mme M., dont la couvée ne dépassait pas l’once, procédait de cette façon : « Elle ouvrait le mouchoir, elle mettait des feuilles et alors là, elle relevait feuille par feuille. »

  • 75 Rappelons que le cocon percé est impropre au dévidage et perd par conséquent une partie de sa vale (...)

149Les trois « levées » successives sont toujours espacées d’une journée. Cet écart qui peut sembler infime doit en fait être impérativement supprimé pour que tous les vers d’une même chambrée soient « conduits » simultanément. L’égalisation des vers est une règle essentielle à laquelle toutes les éducatrices sont attentives. Si elles la négligent, les mues des vers issus des différentes levées seront décalées. Pendant que les premiers-nés « dormiront », les derniers-nés continueront à s’alimenter. Mais c’est surtout au terme de l’éducation que ce décalage se fera sentir car si les vers ne forment pas une seule et unique « classe », les retardataires achèveront leurs cocons bien après leurs aînés. Attendant que tous les vers soient montés pour procéder au décoconnage, la séricicultrice peut alors voir naître des papillons et perdre ainsi une partie de sa récolte75.

150On « appareille » donc les vers en plaçant les derniers-nés au plus près d’une source de chaleur tandis que ceux qui proviennent de la levée initiale en sont éloignés. Leur croissance est ainsi ralentie car les mécanismes vitaux et notamment la nutrition sont chez le ver à soie régis par la température ambiante : le froid freine son appétit alors qu’au contraire la chaleur le stimule. On distribue également aux derniers-nés un repas supplémentaire car « la première levée avait mangé deux, trois quatre feuilles (repas) de plus que les suivants ; ça fait qu’ils avaient fait deux, trois, quatre repas de plus que les autres ». Ce régime particulier leur permet de rattraper leur retard de croissance et ainsi les vers sont homogènes lorsqu’ils atteignent la première mue, cinq jours environ après la naissance.

151Toutefois, l’égalisation des vers est contrariée par l’absence d’homogénéité génétique des vers, les sériciculteurs ayant l’habitude, comme on l’a vu, de diversifier les races pour une même chambrée. Or ces races n’ont pas toutes la même rapidité d’incubation et de croissance. L’égalisation est donc une opération extrêmement délicate car les paramètres à considérer sont multiples : étalement des naissances sur trois jours mais aussi durée d’incubation et caractéristiques « raciales ».

  • 76 30 000 à 35 000 vers à soie provenant d’une once de graine, soit 25 ou 30 grammes, pèsent à la nai (...)
  • 77 Les témoignages récents sont confirmés pour le début du siècle par les observations de Mozziconacc (...)

152Durant leurs premiers jours d’existence, les vermisseaux doivent être soumis à une température d’environ 22 °C. Comme ils n’occupent alors que très peu de place76, la magnanière les installe immédiatement après la levée dans une pièce d’habitation, généralement la cuisine77, car c’est la seule pièce à être chauffée dans la plupart des fermes cévenoles.

  • 78 « Les porte-clayons se nomment vulgairement râteliers ou “escaras”. Ce sont des espèces de châssis (...)

153Pour qu’ils profitent pleinement de la chaleur du foyer, les vers sont répartis sur des paniers plats en osier ou en lamelles de châtaignier tressées que l’on appelle « cléons » ou « clayons ». Ces cléons qui mesurent environ 50 à 70 centimètres de côté, sont superposés entre des montants verticaux et parallèles que relient des barres horizontales : « [...] On le mettait dans la cuisine. Il y avait une grande cheminée et près de la cheminée une sorte de construction, de la forme d’un grand fauteuil, quatre pieds et puis comme si le dossier faisait des étagères et on posait les vers dans les clayons en laissant soigneusement les marques : 1, 2, 3... et on posait les clayons sur ces étagères. Et puis on entourait d’un grand rideau pour qu’il n’y ait pas de courants d’air et que la chaleur du feu ne les chauffe pas non plus trop », précise l’éducatrice. Il faut compter une surface totale d’environ un mètre carré pour une once de graine, soit quatre ou cinq cléons. Pour les techniciens, ces vers sont entassés, mais les séricicultrices considèrent, au contraire, qu’une relative promiscuité leur est bénéfique car elle « tient chaud ». L’usage de cette installation, appelée en occitan espélido ou encore escaras, est attesté tout au long du XIXe siècle et jusque dans les années 196078.

  • 79 Il s’agit d’œufs brouillés avec des herbes sauvages et/ou le vert de plantes cultivées, comme la c (...)

154À ce stade de leur croissance, les vers consomment des feuilles naissantes, très tendres, mais « pour que les vers puissent la manger parce que c’était minuscule, minuscule ; on prenait la peine de couper la feuille comme si vous vouliez faire une omelette et que vous coupez la feuille menue. On n’en coupait pas beaucoup parce qu’il en fallait une poignée... comme ça ! », indique une séricicultrice. Le hachage de la feuille peut s’effectuer à l’aide d’un simple couteau de cuisine bien aiguisé que l’on utilise habituellement pour « capouler les herbes » qui entrent dans la composition de certains plats comme la « bourbouillade79 » ou bien une « omelette de blettes ou de persil ». Certaines séricicultrices utilisent un outil spécial : un coupe-feuilles formé d’un couteau à lame droite dont l’extrémité fixée par une charnière fait levier tandis que la partie préhensile se prolonge par un manche permettant d’actionner rapidement la lame.

  • 80 Le bouscas est un rejet de châtaignier. Par extension, le terme désigne tout autre rejet, ici de m (...)

155Il n’est cependant pas nécessaire de hacher la feuille si l’on dispose de mûriers « sauvageons » ou d’arbres qui n’ont pas été taillés depuis plusieurs années : moins épaisse et aqueuse, naturellement menue, cette feuille est parfaitement bien assimilée par les jeunes vers. Ce sont des variétés que les séricicultrices les plus attentives réservent au premier âge : « J’en avais toujours quelques-uns pour leur donner au début, de ces bouscas80, de ces sauvageons. Ils venaient les premiers. »

  • 81 Leur nombre peut varier en fonction de la race et selon la valeur de l’once (de 25 à 30 g).

156Quelques centaines de grammes de feuille suffisent pour nourrir quotidiennement ces 40 000 à 50 000 vers81 dont la consommation est estimée à 4 kg de feuille durant le premier âge (Laurent de l’Arbousset 1893 : 161).

157Pendant cette période, la séricicultrice poursuit son effort d’égalisation, augmentant la ration des vers qui lui paraissent avoir pris du retard.

158Cinq jours après la naissance, les vers subissent leur première « maladie », autrement dit leur première mue. Plusieurs expressions sont indifféremment utilisées par les magnanières : on dit qu’ils « dorment » ou encore qu’ils « s’alitent ». Au cours des heures qui précèdent la mue, l’appétit des vers se calme. Pour la séricicultrice, un autre signe indicateur est leur imperceptible changement de couleur : ils semblent transparents, diaphanes. Leurs mouvements, déjà lents, se ralentissent encore puis cessent complètement. Ils émettent alors quelques filaments de soie qui restent accrochés à la feuille puis ils s’immobilisent, la partie avant de leur corps redressée, comme en attente. Après une journée passée dans cette position, la peau se détend puis se détache et le ver s’en extrait comme d’un étui, abandonnant son ancienne dépouille sur la litière.

159Lorsque tous les vers ont achevé leur mue, la magnanière procède au premier délitage, opération qui consiste à ôter cette couche souillée où les débris de limbes et de nervures se mêlent aux excréments. Ce premier délitage s’effectue, comme pour les levées, en déposant de la feuille fraîche sur les vers aussitôt qu’ils sortent de mue ; affamés après ce jeûne de deux jours, ils couvrent immédiatement les feuilles fraîches qu’ils s’empressent de grignoter. Ces feuilles couvertes de vers sont alors relevées et déposées sur des cléons propres.

160Une fois que les différentes levées sont égalisées, l’éducatrice cesse de hacher les feuilles car les vers parviennent maintenant à en déchirer le pourtour avec leurs mandibules sans aucune difficulté.

161Au deuxième âge, la chambrée, quand elle ne dépasse pas une once, peut demeurer dans la cuisine à condition toutefois qu’il y ait assez de place pour les cléons dont le nombre a pratiquement doublé en l’espace d’une semaine seulement. Certaines éducatrices préfèrent les y garder, par souci d’économiser le combustible nécessaire au chauffage des locaux d’élevage mais aussi parce que, tout en vaquant à leurs activités domestiques, elles peuvent plus facilement veiller sur eux. Et puis, dit l’une d’elles, « ça faisait une présence, j’aimais bien les avoir là ».

162Le moment choisi pour les transférer dans la magnanerie dépend donc de la dimension de la chambrée. Avec une éducation de plus d’une once, les cléons sont rapidement trop exigus et il faut déplacer les vers immédiatement après la première mue.

163Ce transfert s’opère comme précédemment pour les levées ou le délitage, une opération sur laquelle nous reviendrons ultérieurement.

Les paradigmes de la domestication

164Comme nous l’avons indiqué précédemment, il est impossible de décomposer le processus technique en une succession d’étapes articulées en suite logique, de déterminer un enchaînement d’opérations techniques composant une « chaîne opératoire séricicole ».

165Le contenu du travail d’éducatrice se prête difficilement à une analyse exhaustive. Sans doute faut-il y voir la conséquence de l’extrême difficulté à codifier, à « algorithmiser », ce qui appartient au registre du travail avec le vivant. Nous avons donc choisi d’aborder l’éducation des vers à soie en mettant en évidence trois schèmes techniques qui permettent de rendre compte des actions plutôt que de tenter de reconstituer un processus type nécessairement impropre à restituer la fluidité de l’agencement des opérations dans le temps. Il ne s’agit pas en effet de confondre le cycle biologique du ver à soie, passant par une succession d’étapes que l’on peut aisément décomposer et schématiser, et le processus technique de l’élevage qui tient compte d’une multitude de paramètres se combinant les uns avec les autres.

166Nous aborderons successivement les trois paradigmes techniques : celui du « nourrissage », celui de l’« aération » et celui de l’« éducation ».

Le paradigme du nourrissage

167Le ver à soie a un remarquable pouvoir de croissance : son poids qui était de 0,00056 gramme au moment de la naissance atteint 4 g à sa maturité et sa taille passe de 0,3 cm à 9 cm (Rostand 1943 : 37). Son éducation est donc en grande partie une affaire de nourrissage intensif, d’« embouche » pour reprendre l’expression utilisée par J.-P. Digard (1990 : 159).

168Nous évoquerons en premier lieu les opérations destinées à obtenir l’aliment du ver à soie, la feuille de mûrier : il s’agit de sa cueillette, puis de son transport jusqu’à la magnanerie. Nous aborderons seulement ensuite le nourrissage proprement dit.

LA CUEILLETTE DE LA FEUILLE

169En Cévennes, les mûriers sont principalement, pour ne pas dire exclusivement, cultivés en haute tige. Cette conduite de l’arbre permet d’obtenir un rendement maximal pour une emprise au sol minimale, ce qui intéresse particulièrement les petits exploitants qui cherchent à tirer le meilleur parti d’une propriété dont la superficie est généralement réduite, comme on l’a vu précédemment.

170Les techniques de cueillette diffèrent selon le degré de maturité de la feuille et le fait que l’arbre a été ou non taillé après la précédente récolte. En effet, quand la taille date de deux ans le bois est dur et les feuilles se détachent difficilement ; elles doivent être arrachées une à une, d’un mouvement sec. En revanche, sur des arbres qui ont été taillés dans l’année, elles sont cueillies en saisissant à pleine main la « jingle » (le rameau) à sa base et en remontant d’un mouvement rapide jusqu’à son extrémité supérieure ; un bouquet reste ainsi prisonnier entre les doigts réunis : « La feuille est de meilleur ramassé, elle est moins dure, alors, à la cime des jingles ! Ça fait 3 ou 4 jets et alors vous avez qu’à tirer. » Les sériciculteurs disent alors qu’« on rassoie, on les attrapait comme ça, et vroum ! Ça coupait feuille par feuille, rien qu’en tirant avec la main. » Toutes les variétés de mûrier ne se prêtent pas de la même façon à ce mode de cueillette explique une éducatrice ; autant, chez elle, « on les attrapait comme ça et ça venait... », autant « ceux de la Baume ou de chez Cabanel – il s’agit de propriétés voisines-, il aurait fallu des tenailles ! » Les feuilles sont alors délicatement détachées de la branche, une à une.

171Les feuilles sont enfouies dans un sac de toile, une « saqueta » que les cueilleurs, hommes ou femmes, attachent à leur ceinture comme on le fait d’un tablier, cela afin d’avoir les mains entièrement libres pour la cueillette. Certains préfèrent suspendre à une branche de l’arbre un grand sac de toile de jute dont l’ouverture est maintenue béante grâce à un cerceau de bois : il s’agit d’un sac « traouca », autrement dit maintenu ouvert en permanence, dont la contenance est supérieure : « Bien “quiché” (compressé), il faisait vingt-cinq kilos. » Compte tenu de son poids, ce sont généralement les hommes qui utilisent ce sac, les femmes préférant la « saqueta » plus légère.

  • 82 Terme occitan que l’on peut traduire littéralement par linceul.

172Chaque fois qu’ils sont pleins, « saqueta » et sacs « traouca » sont déversés sur un drap étalé à même le sol ou sur une large pièce taillée dans une toile de jute grossière, le « lincol82 ». Comme la feuille se flétrit rapidement lorsqu’elle reste de longues heures exposée à la chaleur du soleil, on prend soin de l’en protéger en le déployant à l’ombre d’un arbre voisin. En mai et juin, le soleil peut, en effet, être brûlant et échauffer la feuille fraîche. Lorsque la cueillette est terminée, les quatre coins de la pièce de toile sont liés deux à deux de manière à former un volumineux baluchon pouvant peser jusqu’à quatre-vingts kilos. Certains utilisent un grand sac de toile grossière dans lequel ils « ensachent » la feuille en prenant garde à ne pas la comprimer à outrance, toujours par crainte d’un échauffement qui provoquerait un début de fermentation.

21. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : saquette.

  • 83 « Quand on n’avait personne, c’était nous qu’on la coupait. Mais alors là, il aurait tombé une plu (...)

173Une variante de ce procédé de cueillette consiste à couper des branches de mûrier et à les dépouiller de leur feuillage à même le sol. « Quand c’était des mûriers de deux ans, on nous les taillait... » : l’homme83 coupe les branches et « là, on avait notre chaise, on mettait un grand drap par terre et on ramassait la feuille comme ça, par terre ». L’intérêt de cette méthode est double. C’est une façon de mettre à contribution les femmes les plus âgées qu’il n’est pas question de faire grimper aux échelles et qui, ainsi, ne restent pas inactives : « On restait pas sans rien faire ! On coupait les branches et les femmes les ramassaient par terre. » « Quand il n’y en avait qu’un pour couper la feuille pour trois ou quatre, il avait de la peine à nous en tenir, hé, parce qu’il y avait Marcelle, Lucette, sa vieille mère, Simone, moi... et son mari, il partait des fois demi-heure à l’avance pour nous préparer deux ou trois mûriers ». Cette façon de procéder permet aussi de réaliser deux opérations en une seule, la cueillette et la taille : « quelquefois, il allait chercher la feuille en fagot ; c’est comme ça finalement qu’on les taille [...] ça nettoie l’arbre en même temps et on n’a pas à y revenir. »

22. – Valleraugue, carte postale du début du XXe siècle. Au premier plan, mûriers dépouillés de leurs feuilles après la récolte.

  • 84 La production de chaque arbre est fonction des soins dont il a bénéficié, de son âge et bien enten (...)

174Le temps de travail nécessaire quotidiennement pour la cueillette de la feuille consommée par un élevage d’une once varie, comme on le verra plus loin, en fonction de la croissance des vers mais aussi de l’adresse du cueilleur, du fait que l’arbre est bien entretenu, des conditions de cueillette liées à la forme de l’arbre qui facilite ou non l’accès aux branches ainsi que de la variété de mûrier84.

175A. de Gasparin considère qu’un cueilleur habile pourrait atteindre 300 kg par jour dans des conditions optimales, mais ramène ce chiffre à des proportions plus raisonnables : 100 kg, c’est selon lui le rendement quotidien d’un cueilleur si l’on tient compte de tous les facteurs susceptibles de ralentir son travail (1833 :12). C’est également ce qu’on peut inférer des calculs de F. Soulier, sériciculteur à Lasalle : 900 kg de feuille demandent 70 heures de travail, soit, pour une moyenne de 8 heures de travail par jour, une récolte quotidienne avoisinant 100 kg. Il faut en effet considérer que les mûriers sont souvent dispersés et leurs branches généralement accessibles seulement au moyen d’une échelle.

  • 85 Il s’agit certainement de Morus alba vulgaris rebeleira, appelé en Cévennes Rabalaïre ou traîneuse (...)

176Les estimations des anciens sériciculteurs sont très variables. Tous indiquent que l’âge avancé de la plupart des mûriers rend la cueillette difficile, voire dangereuse : branches saines, en apparence, mais pourries au cœur, tronc incliné au bord des terrasses dont on craint qu’il ne vienne à rompre sous le poids du cueilleur... Cependant M. B. se souvient d’avoir ramassé jusqu’à 400 kg de feuille en une seule journée sur des mûriers « rabalaïres85 », une variété réputée pour sa facilité de cueillette : il s’agit de ces arbres que l’on peut aisément « rassoler » car le bois est tendre et les branches ployées vers le sol.

  • 86 Le terme mou fait référence au fait que le corps du ver se ramollit. Passi signifie passé, flétri, (...)

177Le ver à soie étant d’une nature délicate, la récolte de la feuille de mûrier est soumise à certaines précautions afin de ne pas nuire à sa santé et compromettre la poursuite de l’éducation. Il faut tout particulièrement éviter de la cueillir aux premières heures du jour car la nuit a déposé sur le feuillage une rosée qui provoque une rapide fermentation de la feuille ingurgitée par le ver : « Ça tourne dans leur intestin et ils crèvent en moins de deux. » De plus, dans la magnanerie chauffée, cette rosée s’évapore et accélère le processus de décomposition de la litière elle-même. La rosée est ainsi tenue pour responsable d’une indisposition des vers que les sériciculteurs assimilent à une indigestion, la flacherie que l’on appelle également maladie des mous86, des passis ou des arpians. C’est donc seulement lorsque la feuille s’est « ressuyée» aux rayons du soleil que la cueillette peut commencer. Pour les mêmes raisons, les éducateurs prennent également soin d’éviter l’humidité vespérale et préfèrent interrompre la cueillette au crépuscule.

178La feuille ruisselante de pluie est prohibée, bien que l’interdit ne soit pas aussi ferme que pour la rosée. En début d’éducation, lorsque les vers à soie ne consomment qu’une faible quantité de feuille, une averse n’est pas à craindre car aussitôt que la pluie menace l’éducatrice peut rapidement cueillir une provision de feuille qui lui permettra d’attendre le retour du soleil, lequel ne se fait pas attendre longtemps en cette saison et sous ce climat méditerranéen. Mais il n’en va pas de même par la suite et surtout pendant la « grande frèze », cette période qui se situe entre la 4e mue et la montée, au cours de laquelle l’appétit des vers à soie est insatiable. Leur consommation quotidienne est alors d’environ 100 kg de feuille par once. Alerté par un ciel nuageux, une chaleur lourde, le cueilleur ne peut constituer rapidement une telle réserve de feuille car il faut compter huit heures de travail, comme on l’a vu, pour récolter la quantité nécessaire. Il est alors préférable, à partir de la 3e ou 4e mue, d’avoir toujours de l’« avance » pour les repas d’une ou deux journées au cas où le mauvais temps durerait, interdisant la cueillette. Lorsque les intempéries se prolongent, il faut toutefois se résoudre à cueillir sous la pluie. En cas de pluie persistante, on coupe des branches entières qui sont ensuite secouées vigoureusement pour chasser les gouttelettes qui parsèment le feuillage, puis entreposées dans les locaux d’habitation ou dans un local réservé à cet usage, le « ramier ».

LE TRANSPORT ET LA CONSERVATION

179Le transport de la feuille jusqu’à la magnanerie tient compte de l’éloignement des mûriers, des conditions d’accès aux terres sur lesquelles ils sont plantés ainsi que de l’importance de la récolte.

180Le portage se fait le plus souvent à dos d’homme quand les mûriers sont situés dans l’environnement proche du mas ou quand un véhicule à roues ne peut pas être tiré jusqu’à proximité des arbres. Lorsqu’il faut acheminer quotidiennement plusieurs dizaines de kilos de feuille, voire cent ou deux cents kilos, on utilise la charrette ou un charreton à bras. Au fur et à mesure de la modernisation des moyens de transport, le vélo, la mobylette ou la moto les ont remplacés. Jusqu’aux années 1960, on pouvait croiser sur les routes d’étranges équipages : deux roues avançant péniblement et surmontées d’un volumineux paquetage qui masquait presque entièrement le conducteur : « Comment la descendre à Monoblet ? À mobylette, sur le porte-bagages, il y avait le “lincol”, parfois un sac en plus avec des tendeurs, des cordes et souvent j’en avais un autre sur l’épaule... », se souvient M. I. : « J’allais chercher la feuille là-bas, après Malignos, je portais environ 120, 130 kg de feuille sur ma moto ! » La feuille de mûrier est heureusement plus encombrante et volumineuse que lourde. Ceux qui possèdent une charrette n’hésitent pas à aller jusque dans le pays bas, comme cette famille de sériciculteurs de Sainte-Croix-de-Caderle qui se rend à Canaules, un village situé à une trentaine de kilomètres, où on lui laisse gratuitement cueillir toute la feuille dont elle a besoin : « Ils partaient toute la famille, sauf la femme, avec la charrette, le matin de bonne heure, à la pointe du jour ; ils allaient ramasser la feuille tout le jour puis le soir, avec la charrette, ils rentraient à minuit, une heure du matin. »

181« Quand on arrivait, il fallait vite vider cette feuille parce qu’elle était chaude ! » En effet, la feuille compressée dans les sacs ou les « lincols » risque de fermenter rapidement. Dès l’arrivée au mas, elle est entreposée dans le ramier, local situé à proximité de la magnanerie afin de limiter les déplacements lors de la distribution des repas. Une magnanerie mitoyenne inoccupée, un coin de fenil sont généralement utilisés comme ramier mais toute autre pièce de la maison peut avoir la même fonction car il ne nécessite aucun aménagement spécifique. Toutes les éducatrices s’en souviennent : « Quand on faisait les vers à soie, les vers à soie nous sortaient de la maison. Il fallait mettre de la feuille de mûrier partout : les chambres en étaient pleines, les cuisines en étaient pleines !... Dans les chambres, il y avait juste la place du lit ! »

182La feuille est conservée en tas et remuée plusieurs fois par jour pour permettre à l’humidité de s’évaporer. On la brasse une première fois au retour de la cueillette pour « l’aérer » et on recommence à plusieurs reprises au cours de la journée, notamment avant chaque repas : « Demi-heure avant, il fallait préparer la feuille. Alors on l’aérait, on l’aérait... » Amoncelée parfois en une épaisse couche, en dépit des injonctions des techniciens qui préconisent une hauteur maximale de 0,30 m, la feuille « transpire » abondamment : « [...] des hauteurs parfois de 40, 50 cm ! Il fallait la tourner, la retourner pour pas qu’elle s’abîme... » Les éducatrices se lèvent même dans le courant de la nuit afin de brasser cette feuille à deux ou trois reprises, « pour pas qu’elle fermente, parce que si la feuille de mûrier transpirait, les vers à soie qui mangeaient ça crevaient. »

LA DISTRIBUTION DES REPAS

  • 87 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie.

183La magnanière distribue généralement cinq ou six repas en début d’éducation puis réduit leur nombre à trois lorsque les vers atteignent le 4e âge. Cette pratique est sensiblement en deçà de ce que recommandent les techniciens pour qui la même quantité de feuille devrait être répartie en au moins quatre repas afin de réduire le gaspillage et favoriser une consommation régulière. L’enquête de 1807 confirme l’usage « de ne donner de la feuille que trois fois, quoique quatre repas soient infiniment plus souhaitables » ; elle ajoute cependant qu’il est ainsi « ordinairement pratiqué à cause de la peine qu’on éprouve pour se procurer une quantité de feuille suffisante87 ». En effet, l’augmentation du nombre de repas se traduit par une augmentation sensible de la consommation quotidienne qui prolonge la durée de la cueillette. Pour les femmes qui se chargent de la distribution des repas, c’est également un allongement du temps de travail : « Au début, c’était vite fait, mais à la fin, il fallait bien deux heures pour leur donner à manger ! » Le calcul est rapide : la distribution des trois repas occupe l’éducatrice au moins six heures par jour en fin d’élevage. Un repas de plus, ce serait donc près de deux heures supplémentaires à leur consacrer. La force de travail constitue donc une limite.

184Au cours des deux premiers âges, les repas ont lieu approximativement aux horaires suivants : six heures, onze heures, seize heures et vingt et une heures. Par la suite, le repas de l’après-midi est supprimé et on cueille la feuille sans interruption entre les deux principaux repas de la journée. Le premier repas des vers à soie est alors donné au saut du lit, vers cinq du matin ; le second intervient vers midi, juste avant que la famille passe à table pour déjeuner ; le dernier est distribué entre 9 et 10 heures du soir, parfois plus tard lorsque la cueillette de la feuille oblige à parcourir une grande distance. M. I. décrit la journée d’un couple de sériciculteurs : « Le matin, on se levait assez tôt, on leur donnait à manger de bonne heure ; on se levait à la point du jour. Puis après, quand on avait fini, on allait déjeuner, mais rapidement. Dès qu’on avait déjeuné, on allait ramasser la feuille jusqu’à midi. On revenait, on étendait la feuille, on l’étendait bien pour préparer le repas, on allait vite manger un bout puis on donnait à manger aux vers à soie après, puis quand on avait fini de donner à manger on délitait s’il fallait déliter [...]. On repartait ramasser la feuille jusqu’au soir huit ou neuf heures, on rentrait, on préparait la feuille pour le repas et on la donnait, puis on mangeait à onze heures, minuit, puis il fallait recommencer le lendemain... »

23. – Feuilles pour les premiers âges.

185La distribution de la feuille, rapide durant les premiers âges, prend de plus en plus de temps au fur et à mesure que les vers grandissent. Au cinquième âge, « [...] c’était très long. Quand on avait fini en haut, ceux d’en bas avaient presque fini de manger et il fallait presque recommencer ! » On comprend que les éducatrices se refusent à donner un repas supplémentaire alors que l’ensemble des tâches qu’elles doivent accomplir tout au long de la journée se situe déjà aux limites de leur capacité.

24. – Feuilles pour les 2e et 3e âges.

186C’est avant tout l’organisation du travail à la ferme qui détermine la gestion du temps de travail proprement séricicole et l’aménagement des horaires. L’éducatrice fixe le nombre et l’espacement des repas en fonction de l’importance de sa chambrée et de la force de travail dont elle dispose pour la cueillette et la distribution de la feuille.

187Les vers provenant d’une once de graine ingurgitent environ une tonne de feuille de mûrier entre le premier âge et la montée. Bien entendu, cette quantité se répartit inégalement durant leur vie larvaire puisque quelques dizaines de grammes suffisent en début d’éducation alors qu’il faut une centaine de kilos par jour au dernier âge. On peut considérer que ces vers consomment en moyenne de trois à quatre kilos de jeunes feuilles et de bourgeons durant le premier âge ; qu’au deuxième âge, ils ingurgitent environ quinze kilos de jeunes feuilles ; puis une centaine au troisième, de deux cents à trois cents au quatrième et dans les sept cents kilos lors de la « grande frèze », c’est-à-dire au dernier stade de leur vie larvaire, dans la période qui précède la montée.

  • 88 « À partir de cet âge [le 3e], on peut se dispenser de monder la feuille : les vers sont assez for (...)

188À partir du deuxième âge, les feuilles sont données entières88. Tout au plus prend-on soin, après chaque mue, de leur réserver la feuille la plus « fine » et « délicate », cueillie sur des mûriers « sauvageons », afin de les « réveiller ». Bien que d’une cueillette plus difficile, cette feuille est une véritable « gourmandise » pour les vers dont elle aiguise l’appétit : « C’est comme avec un convalescent, on lui donne ce qui lui fait plaisir. »

189Plus l’éducation est avancée, plus la distribution des repas se prolonge car la feuille doit être répartie de manière parfaitement équitable entre les milliers de vers disséminés sur plusieurs dizaines de mètres carrés de canis.

  • 89 « Nous avions des saquetos, des grands sacs serrés à la ceinture pour avoir les mains libres, alor (...)

190Dans le ramier, l’éducatrice remplit de feuille une saquette qu’elle a préalablement attachée autour de sa taille afin que ses deux mains restent entièrement libres89 ; elle y puise à pleines mains les feuilles qu’elle éparpille ensuite délicatement sur les vers, une à une, en couche régulière jusqu’à ce que le feuillage contenu dans la saquette soit épuisé. Elle retourne alors au ramier pour remplir à nouveau la saquette et recommencer son travail minutieux de nourrissage jusqu’à ce que la totalité des claies soit uniformément recouverte d’un tapis de feuille fraîche.

191Entre la magnanerie et le ramier, c’est un incessant va-et-vient dont la fréquence s’accroît au fur et à mesure que les vers à soie gagnent en appétit. Au 4 e âge et surtout au 5 e, il faut sans cesse aller faire le plein de feuille : « On puisait là-dedans et quand on n’en avait plus, on allait au feuillage. On les a usées, les marches, à force de monter et descendre. » Au cours de cette dernière période marquée par l’intensification du travail de nourrissage, deux personnes sont rarement de trop pour venir à bout de cette tâche, « surtout à la fin, il fallait être deux pour donner à manger, c’était trop long, sinon ! » Comme il s’agit d’une opération lente et minutieuse mais qui ne présente aucune difficulté proprement technique, les enfants les plus âgés sont souvent mis à contribution, main-d’œuvre flottante « au degré zéro de la spécialisation » (Delbos et Jorion 1984 : 110). Dans la magnanerie, ils assistent la magnanière en lui évitant tout geste susceptible d’interrompre la continuité de son action : ce sont eux qui gravissent et descendent sans relâche les étages pour faire le plein de feuille ou bien pour transporter le bois qui alimente les « fornels » ou les cheminées d’angle.

192La croissance des vers étant principalement conditionnée par leur nourrissage, nous avons présenté en premier lieu cette séquence d’activité. Mais la sériciculture, comme domaine technique, ne se résume pas à l’alimentation du ver à soie ; insecte délicat, ce dernier exige bien d’autres soins nécessaires à son existence que nous allons maintenant aborder.

Le paradigme de l’aération

  • 90 Fraissinet, comme de nombreux autres auteurs, parle plus volontiers du sériciculteur, de l’éleveur (...)

193À travers les conduites techniques et les discours des éducateurs, on peut saisir l’extrême importance qui est accordée à la gestion de l’air. « Éviter l’air humide, l’air stagnant, les rayons du soleil et entretenir dans sa magnanière [sic] un air pur, sec, suffisamment chaud et toujours légèrement agité, tels sont les objets que doit avoir en vue tout homme90 qui veut réussir dans l’éducation des vers à soie », conseillait un habitant de Sauve, auteur d’un opuscule à l’usage des sériciculteurs de sa région (Fraissinet 1835 : 13).

194Les représentations afférentes à l’influence de l’air sur les organismes et les comportements s’inscrivent dans une longue tradition que l’on peut faire remonter à Hippocrate. Reformulées par les chimistes et les médecins du XVIIIe siècle, elles trouvent un champ d’application dans la pratique séricicole telle qu’elle a pu se fixer au cours de cette période, notamment à travers certains ouvrages qui ont renouvelé et précisé les éléments constitutifs du savoir-faire séricicole.

  • 91 Les Mémoires seront réédités à de nombreuses reprises.

195On constate une évidente convergence entre certaines théories physiques et chimiques relatives à la nature du « fluide » aérien et les manuels techniques qui décrivent et tentent de formaliser la pratique séricicole. Ce lien est particulièrement manifeste quand on lit les Mémoires sur l’éducation des vers à soie, publiés en 1763, par l’abbé Boissier de Sauvages ; un ouvrage de référence pour l’ensemble des Cévennes séricicoles durant plus d’un siècle91 et qui a considérablement inspiré les conduites techniques des sériciculteurs. Son auteur brosse un tableau détaillé des méthodes séricicoles telles qu’il a pu les observer au cours de ses nombreuses visites dans les magnaneries et l’enrichit d’observations personnelles issues de sa propre expérience d’éducateur. L’influence de la pensée aériste est particulièrement sensible dans ce texte. La parenté intellectuelle que l’on peut déceler entre un champ d’investigation scientifique qui fait alors preuve d’un remarquable dynamisme et ce domaine technique renvoie à une autre forme de parenté, celle-ci au sens propre : F. Boissier de Sauvages, scientifique reconnu et primé par l’Académie de Dijon pour avoir écrit une Dissertation où l’on recherche comment l’air, suivant ses différentes qualités, agit sur le corps humain (1753) n’est autre que le frère de l’abbé qui s’est distingué dans le domaine de la sériciculture.

25. – Intérieur de magnanerie.

196L’air est alors considéré comme un élément constitutif des êtres vivants tout autant que du milieu dans lequel ils évoluent. Un échange permanent s’opérerait entre l’air interne (celui qui circule à l’intérieur des organismes) et l’air externe (celui dans lequel ils vivent). Cet équilibre étant extrêmement fragile, toutes les stratégies préventives et curatives sont destinées à le maintenir quand il est menacé ou à le restaurer lorsqu’il est contrarié. Les spéculations sur son rôle et sa composition donnent lieu à un discours foisonnant auquel le savoir-faire séricicole n’a cessé d’emprunter, de façon plus ou moins explicite et ce jusqu’à nos jours. Dans ses Observations météorologiques, Ch. Hombres-Firmas note que « l’influence des différents états de l’air sur l’économie animale et sur la végétation engage les médecins et les agriculteurs à observer, avec les physiciens, les instrumens qui servoient à déterminer la pesanteur, la température, le plus ou moins d’humidité, l’électricité de l’air et les éléments qui le composent, la direction et la force des vents, la quantité d’eau qui tombe du ciel et celle que l’évaporation enlève de la terre » (1838-1841, vol. 2 : 2). C’est ainsi que l’éducatrice veille continuellement à prévenir le dérèglement de l’échange et/ou à le rétablir, à favoriser la circulation de l’air et à en améliorer la qualité, celle-ci étant toujours menacée par des émanations délétères aux origines diverses : minérale, végétale, animale... Selon Ch. Fraissinet, « étant pourvus d’un grand nombre d’organes aspirans et exhalans, [les vers à soie] sont par cela même infiniment sensibles aux influences miasmatiques » (1835 : 72).

197Nous nous efforcerons donc de montrer la récurrence de cette thématique, à partir d’exemples empruntés aussi bien à des témoignages écrits qu’oraux, de manière à mettre en évidence la continuité historique du système de représentations qui les inspire, mais aussi les controverses entre les conceptions savantes et les pratiques « populaires », les éventuelles contradictions liées à la mise en œuvre de ce paradigme. Il nous paraît, en effet, possible d’affirmer qu’entre le discours technique de l’abbé Boissier de Sauvages, celui de ses successeurs, les pratiques qui ont été observées et décrites depuis deux siècles par les agronomes et celles qui nous ont été rapportées oralement, c’est la même veine inspiratrice qui se perpétue. Les modifications que l’on peut repérer concernent certaines pratiques instrumentales mais n’affectent jamais le fondement conceptuel du savoir-faire, marqué par sa cohérence dans le temps.

198« Puisqu’un air pur constitue le meilleur des antiseptiques, puisque les émanations qui s’élèvent des corps et de l’ordure incarnent la menace putride, ventiler, drainer l’immondice, désentasser les individus, c’est déjà désinfecter », écrit A. Corbin (1982 : 120) dans son ouvrage consacré à l’histoire de la perception olfactive.

199Les trois grandes catégories de pratiques que distingue cet auteur correspondent aux principaux « thèmes » techniques qui reviennent continuellement dans les écrits et les discours liés à la sériciculture. L’espacement, tout d’abord, qui recouvre l’idée de désentassement et dans laquelle Ch. Teissier du Cros voyait une « loi d’airain » de la sériciculture ; le délitage ensuite, qui consiste à « drainer l’immondice»; la ventilation enfin qui signifie à la fois le renouvellement de l’air et la modification de ses qualités par l’emploi des odeurs.

ESPACER

  • 92 La muscardine est une maladie qui provient d’un champignon. Les vers atteints de muscardine devien (...)
  • 93 La flacherie est une affection du type dysentérique.

200L’espacement est lié au fait que la croissance du ver à soie est, nous l’avons indiqué, extrêmement rapide. En effet, le poids du ver triple toutes les 24 heures pendant les premiers âges et quadruple au cours de la dernière semaine. En quatre semaines, il multiplie par trente sa longueur initiale. C’est donc par l’espacement que la séricicultrice prévient l’entassement des vers, facteur de développement de certaines maladies contagieuses comme la muscardine92 et la flacherie93 dont on pense que l’air est le principal agent de diffusion : « S’ils étaient serrés, ils respiraient pas bien et ce qu’ils respiraient, c’était plein de microbes. » À l’inverse, des vers clairsemés sont moins exposés à un « air méphitique » (Fraissinet 1835 : 41) susceptible de provoquer leur contamination. « Quand ils sont épais et que tu as quelques vers malades au milieu, ils te mettent la peste partout », explique M. C.

201O. de Serres avait pressenti la nécessité de l’espacement : « C’est quelque chose bien expérimentée que peu de magniaux nourris au large rendent plus de soye que grand nombre serrez à l’estroit. Tant plus les magniaux vivent, tant plus au large convient les loger » (Serres 1600). L’espacement permettrait, d’après Dandolo (1825 : 336), d’obtenir un rendement de cinquante-six kilos à l’once contre une moyenne de trente à trente-cinq kilos s’ils sont entassés. Pour A. Laurent de l’Arbousset, il faut considérer que le rendement est exactement proportionnel à la surface occupée au dernier âge, soit un kilo de cocons par mètre carré : ainsi les vers issus d’une once de graine qui occupent quarante mètres produisent quarante kilos de cocons alors qu’ils peuvent atteindre jusqu’à soixante-dix kilos si on leur accorde soixante-dix mètres carrés de surface (1893 : 145). « Ils ont besoin d’air pour respirer », affirment les séricicultrices, substituant ainsi la notion d’air à celle d’espace, comme cela arrive dans le langage courant lorsqu’on invoque « de l’air ! » afin d’inviter ceux qui nous entourent à s’écarter. Ils « profitent mieux », disent-elles : plus gros, plus vigoureux, ils donnent des cocons également plus volumineux puisque quatre cents suffisent à faire le kilo alors qu’il en faut pas loin de six cents lorsqu’ils sont trop rapprochés. L’échec des grandes chambrées serait imputable, selon Boissier de Sauvages, à la promiscuité car « une quantité déterminée d’air qui n’est respirée que par dix personnes perd bien moins de son ressort que celle qui passe par les poumons de trente et qui se charge de transpiration » (1763 : 53). Pour Ch. Fraissinet : « Tant que le ver est au large, dans un air pur [...] il chasse de son corps, avec le trop d’eau qu’il avale, une grande partie de ces substances qui s’y trouvent en solution ; alors il se porte bien » (1835 : 74).

202Une fois installés définitivement dans la magnanerie, les vers sont espacés à l’occasion des délitages ou des repas quotidiens. Lorsqu’elle utilise une table supplémentaire, la magnanière les y dispose en bandes régulières de 30 cm de large environ sur les bordures du canis. Ces bandes latérales sont progressivement élargies en étalant la feuille vers l’intérieur du canis au fur et à mesure du grossissement des vers et ce jusqu’à ce qu’ils couvrent en totalité la surface du canis.

203On divise les vers au fur et à mesure de leur croissance. Les tables basses, les plus facilement accessibles, sont les premières à être remplies, mais les vers exigeant de jour en jour davantage de place, les tables les plus hautes sont à leur tour utilisées. « Chaque fois on les mettait au double de place », explique une éducatrice, mettant en pratique la recommandation que l’on trouve dans la plupart des manuels de vulgarisation séricicole : « d’une claie en faire deux » (Roman 1876 : 79).

DÉLITER

  • 94 En occitan, excréments des vers à soie.
  • 95 Nocive pour le ver, la litière humide l’est également pour la magnanière : elle redoute le « venin (...)

204Le délitage est également à mettre en relation avec la qualité de l’air. Comme ils consacrent toute leur vie larvaire à s’alimenter, les vers à soie produisent, en effet, une importante quantité de déjections. Ce crottin s’accumule donc sur les tables. Mélangé aux débris de feuillage, humecté par la transpiration des vers et par l’évaporation, il forme une couche épaisse qui fermente rapidement, le jas94. Alors que le ver à soie n’émet pas d’urine, les magnanières considèrent le plus souvent qu’à l’instar des autres espèces animales, le ver à soie, « ça faisait comme toute bête, ça faisait pipi » ; il s’agit en réalité de l’humidité qui émane de la litière95.

205La conjonction de la chaleur et de l’humidité déclenche le phénomène d’échauffement, de fermentation. « Ça chauffe et ça moisit », expliquent les éducateurs, et quand « ça moisit », les vers qui sont en contact direct avec ces matières putrides inhalent les vapeurs dégagées par la litière et qui sont en suspension dans l’air de la magnanerie.

206Le délitage des vers à soie est donc une opération qui doit être accomplie régulièrement. On profite généralement de la sortie de mue des vers pour effectuer le délitage, ainsi les dépouilles abandonnées sont-elles ôtées en même temps que le jas. Les vers à soie abordent ainsi chaque nouvel âge sur une couche saine : « À chaque mue on les délitait, les vers à soie, il fallait lever... parce que ça faisait une épaisseur de litière comme ça ! » Au 5e âge, les vers provenant d’une once produisent quotidiennement plus de huit kilos de déchets (Rostand 1943 : 33).

  • 96 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Réponse du canton de Saint-André-d (...)
  • 97 Le jas est ensuite réutilisé, soit comme fumure, soit comme aliment pour les cochons qui en sont f (...)
  • 98 À chaque âge des vers à soie correspond un diamètre de perforation, depuis 4 millimètres pour le p (...)
  • 99 Pour économiser, M. L. « bricolait » lui-même son papier perforé en achetant du papier alimentaire (...)
  • 100 D’autres sériciculteurs appliquent des procédés qui leurs sont propres, comme la mère de Mme S. qu (...)

207Il existe deux techniques de délitage. L’une consiste à distribuer la feuille régulièrement sur les tables comme on le fait lors de chaque repas. Lorsque les vers sont répartis sur les feuilles fraîches pour les dévorer, il suffit de les saisir une à une et de les déposer sur une table inoccupée. On peut lire une description de ce procédé de délitage dans l’enquête de 1807 : « On leur jette des feuilles aussi longues que possible, on ramasse les vers en petit tas, on enlève la litière après quoi ils sont étendus de nouveau sur les tables96.» M. B. a procédé ainsi jusqu’aux années 1960 : « Quand ils sortaient de la mue, les premiers qui sont sortis – ils sortent pas tous à la fois, hein ! – on mettait de la feuille, puis on les prenait feuille par feuille, par grappes, comme ça ; puis alors, ils montaient sur la feuille et sitôt qu’on voyait qu’il y en avait assez, on les mettait à côté, sur du propre. » Il ne reste plus qu’à retirer la litière souillée à l’aide d’une pelle à bords hauts ou de la faire glisser dans des seaux97. Cette méthode est évidemment d’une extrême lenteur. On imagine aisément le temps qu’il faut pour déplacer quelques dizaines de milliers de vers : « Il fallait y être, hein, c’était tout le jour ! » se souvient M. V. C’est la raison pour laquelle les organisations séricicoles ont très tôt encouragé les sériciculteurs à employer la seconde méthode qui consiste à utiliser de grandes feuilles de papier perforé d’une qualité assez résistante que l’on étale sur les vers à soie98. Comme précédemment, on couvre le papier de feuilles de mûrier fraîches qui attirent les vers affamés99 . Lorsque tous les vers ont traversé les perforations, il suffit d’ôter une à une, délicatement, ces nouvelles feuilles et de les déposer sur une claie inoccupée. Ce procédé qui selon L. Roman remonterait aux années 1830 (1876 : 57) est, en effet, mentionné dans les Annales de la société séricicole dès 1840 : un fabricant de « papiers-filets pour déliter les vers à soie » y publie une annonce dans laquelle il propose aux sériciculteurs des feuilles de délitage fabriquées artisanalement par ses soins (1841 : 424). Quoique les papiers à déliter ait constamment été recommandés par la suite, de nombreux sériciculteurs cévenols ont continué à déliter manuellement. D’après A. Laurent de l’Arbousset, cela tiendrait au prix de vente de ces feuilles que les petits sériciculteurs jugent trop élevé. C’est seulement avec la mise en place d’une politique d’incitation à produire des cocons, entre les deux guerres, puis dans les années 1950, que tous les sériciculteurs ont finalement adopté le papier perforé que la station séricicole leur fournissait, il est vrai, gratuitement100.

CHAUFFER

208La montagne cévenole n’est pas un milieu auquel le ver à soie, insecte originaire des pays tropicaux, est naturellement adapté. Sa température organique étant dépendante du milieu et ses fonctions vitales régies par l’atmosphère ambiante, il supporte mal le froid mais aussi les écarts de température.

209L’élevage commence à la fin du printemps, délicate période de transition climatique marquée par de forts contrastes : des températures diurnes très douces et un soleil ardent qui annoncent l’été alternent avec des gelées nocturnes qui font chuter brutalement la température ambiante. La fin de l’éducation, dans le courant du mois de juin, coïncide, en revanche, généralement avec l’arrivée des fortes chaleurs.

210La vie des vers à soie est prise entre ces extrêmes, aussi la séricicultrice doit-elle s’employer à leur créer artificiellement un milieu de vie conforme à leurs caractéristiques physiologiques et tenant compte du temps qu’il fait.

211Le milieu idéal combine climatisation et aération ; il ne suffit pas de chauffer quand il fait froid et de ventiler quand il fait chaud en respectant la courbe des températures. Ces opérations sont en réalité complémentaires, combinées en permanence : « Chauffer sans aérer, c’est la mort du ver par asphyxie ; aérer sans chauffer, c’est retarder indéfiniment l’insecte » (Laurent de l’Arbousset 1893 : 153). Exposé à une température insuffisante, le ver à soie réduit sa consommation et la durée du stade larvaire est ainsi rallongée ; dans ces conditions, la montée est retardée, ce qui ne fait pas l’affaire de la séricicultrice car plus longue est l’éducation plus importante sera la quantité de feuille nécessaire : « Une année, il a fait un froid ! on chauffait mal alors je les ai gardés quarante jours et il a fallu leur tenir la feuille pendant tout ce temps ! C’était pas intéressant. » Les sériciculteurs considèrent également que l’air froid bloque le mécanisme de la digestion : « Ils avaient pas de reste chaud, ils ont eu une indigestion... alors ils se tournent en arrière et ils rendent. Que de l’eau. On s’en est tiré en chauffant et ça leur a passé. » Le froid, « surtout quand il fait humide [...] ça leur flanquait la colique, on appelait ça la grasserie », ajoute une autre éducatrice. « Un froid subit suspend la transpiration », constate de son côté Ch. Teissier du Cros (1903 : 110). Ces deux remarques qui mettent en relation le mécanisme de la transpiration et l’apparition de symptômes gastriques sont à rapprocher d’une théorie, défendue par les médecins du XVIIIe selon laquelle « un air trop froid risque de gêner l’évaporation des excreta et de déterminer le scorbut» (Corbin 1982 : 12). Raisons économiques et raisons physiologiques se complètent donc pour inciter les sériciculteurs à chauffer convenablement.

212L’aménagement des magnaneries ne facilite cependant pas le chauffage : « À cette époque, c’était terrible, me dit une éducatrice, les magnaneries étaient sous les toits et le froid pénétrait. » Dépourvues de plafond, elles sont particulièrement exposées aux rigueurs extérieures ; la chaleur s’échappe en s’insinuant entre les tuiles ou les ardoises et la séricicultrice a beau tisonner les feux pour activer les flammes, la température ne parvient pas à s’élever ; quand souffle le vent du nord, il arrive même que les vers des tables supérieures soient engourdis par le froid.

213Cela explique pourquoi les séricicultrices ne respectent pas aussi scrupuleusement qu’elles le soutiennent le principe de l’espacement. Selon M. S., qui a visité toutes les magnaneries des Cévennes pendant près de trente ans, « dans la plupart des cas, les gens avaient toujours une surface insuffisante pour le nombre des vers, c’était éternel ».

26. – Cheminée maçonnée angulaire.

214Convenant que les vers sont « plus beaux » s’ils ne sont pas entassés, les éducatrices reconnaissent qu’elles ont néanmoins toujours eu tendance à les « tenir serrés », persuadées que la promiscuité leur tient chaud. Les magnaneries sont équipées de cheminées construites aux quatre angles, les fogairos. Lorsque le volume de la pièce est important, des foyers intermédiaires sont édifiés latéralement pour une répartition plus homogène de la chaleur.

  • 101 Voir l’observation de Ch. Hombres-Firmas : « Il y a toujours beaucoup de fumée dans les petites ma (...)

215Ce sont des constructions rudimentaires (Ozil 1986 : 92-97) : l’âtre triangulaire est bâti avec des pierres ou des briques sommairement assemblées. Le conduit est rarement maçonné : quelques tuiles à peine jointées dirigent verticalement ou parfois obliquement la fumée jusqu’à la toiture ; elle s’échappe directement sous les tuiles ou les ardoises car ces cheminées n’ont pas de conduit extérieur. Lorsque l’air extérieur est froid ou que le vent souffle, elle est refoulée vers les tables ce qui fait dire à cette éducatrice que les vers, « on ne les chauffait pas, on les enfumait plutôt101 !». Toujours par souci d’une propagation la plus régulière possible de la chaleur et lorsque les conditions météorologiques l’exigent, on utilise des foyers mobiles, les braisiers, des récipients métalliques sur pieds et munis d’une anse que la magnanière remplit de braises incandescentes et déplace à travers la magnanerie.

  • 102 Fourneaux en occitan.

216Dans les magnaneries qui ont été restaurées à partir de 1945, les cheminées d’angle ont parfois été remplacées par des fornels102, composés d’un foyer et d’un cendrier, qui permettent une meilleure combustion du bois. Ils sont également équipés d’une tuyauterie qui court le long des murs de façon à optimiser la diffusion de la chaleur : « On avait fait un fornel avec une ouverture devant, avec une grille. Le feu dessus et la cendre tombait dessous. Il y avait le tuyau qui sortait dessus et le tuyau montait de biais jusqu’à l’autre côté de la magnanerie. Et de l’autre côté, le fornel qui était à droite, il se trouvait à gauche, il venait en sens inverse pour que la chaleur soit régulière. »

  • 103 Allusion à la prétendue pingrerie des épiciers qui chercheraient toujours à économiser quelques gr (...)

217Les séricicultrices disent généralement préférer les cheminées dans lesquelles elles maintiennent des « feux d’épicier103 » aux fornels et aux poêles : « Ce qu’ils craignent le plus [les vers], c’est que ça change brusquement : un coup chaud et un coup froid. »

218En effet, les jours de grand vent, il arrive que le bois ou le charbon contenus dans le poêle ou le fornel s’embrase au lieu de se consumer lentement. C’est l’amère expérience vécue par M. I. : « On avait une magnanerie moderne, soi disant ! Une fois on a mis un gros soc d’olivier, on s’est dit que ça va tenir comme il faut, ça ira bien... Quand on est revenu, le tuyau était rouge ! il te faisait une chaleur là-dedans ! inutile de dire que tous les vers à soie qui étaient du côté du fornel, ils étaient vivants, toujours, mais après il a fallu les jeter ! »

  • 104 Les publications locales mentionnent fréquemment des incendies de magnaneries durant la période d’ (...)

219La magnanière veille sans répit sur les foyers de façon que la température se maintienne constamment entre 19 et 25 °C (16 à 20 °C) : « Mme S., elle quittait pas la magnanerie pour se tenir à faire du feu ! », se souvient une éducatrice. Lorsque la dernière feuille a été donnée, elle charge les foyers pour la nuit et étouffe les flammes en saupoudrant quelques pelletées de cendres sur les braises pour écarter tout risque d’incendie104. Durant les brèves heures de repos nocturne, les braises entretiennent un semblant de chaleur et, dès son lever, l'éducatrice s'emploie à réactiver les feux assoupis.

220La séricicultrice dispose heureusement d’un instrument pour contrôler la température : le thermomètre Réaumur. Les gradations du thermomètre Réaumur correspondent aux degrés suivants du thermomètre centigrade (Ozil 1986 : 97) :

Réaumur

Centigrade

Éclosion

13 à 20 °R

16 à 25 °C

1re mue

19 °R

23,7 °C

2e mue

18 °R

23 °C

3e mue

17 °R

21,2 °C

4e mue

6 °R

19 °C

27. – Thermomètre Réaumur.

221Des indications sont portées face aux graduations qui vont de 0 °R à 40 °R : au ο correspond « glace » et au 20, « naissance et mues » ; il s’agit de rappeler les étapes cruciales de la vie de l’insecte auxquelles il faut tout particulièrement veiller.

222J.-B. Reynaud déplorait au début du XIXe siècle qu’on ne puisse « trouver quatre thermomètres Réaumur » dans toutes les campagnes des Cévennes (1812 : 93). L’usage du thermomètre s’est généralisé par la suite et chaque magnanerie en possédait un au XXe siècle. En Ardèche, selon H. Ozil, il aurait été remplacé (1986) par le « Centigrade », à usage domestique, dans les années 1940, ce qui n’est pas confirmé pour les Cévennes d’après les informations recueillies.

  • 105 En occitan, une petite fenêtre.

223Mais comme le dit cette séricicultrice, « le Réaumur, ça fait pas tout, parce que des fois à un bout de la magnanerie il fait 25 °R et à l’autre pas plus de 15 °R ! [...] alors on fait à l’instinct ». Le corps humain peut, en effet, être un « étalon de connaissance » (Andrieux 1991 :192) aussi précis que l’instrument. En circulant constamment entre les tables, en s’accroupissant pour nourrir les vers placés sur les plus bas canis ou en grimpant à l’échelle pour atteindre les tables les plus hautes, la magnanière ressent les plus subtiles variations de température, ce que ne peut faire le thermomètre Réaumur qui est fixe, suspendu à un montant de table en un point du local. Son corps, tel un instrument de mesure, capte les écarts et les changements de température, effectue une prise d’indices immédiatement traduite en acte : elle ajoute quelques bûches, tisonne les braises ou au contraire entrebâille un fenestron105 afin de rafraîchir l’atmosphère surchauffée.

224Veillant à ce que les vers ne subissent pas le rafraîchissement de l’air ambiant, la séricicultrice n’est pas pour autant soulagée quand les rayons du soleil pénètrent dans la magnanerie et en réchauffent l’atmosphère. Aux heures où ils s’y insinuent, elle prend soin de masquer les ouvertures avec un rideau pour que les raies de lumière n’atteignent pas les litières car on les considère comme néfastes : « Le soleil les énervait, ils remuaient la tête de gauche et de droite, ils étaient excités, puis la chaleur du soleil risquait de donner la flacherie... »

VENTILER ET PURIFIER

225« Le ver à soie, il lui faut de l’air », expliquent toutes celles qui ont élevé des vers à soie.

226L’aération est donc l’une des principales préoccupations de la séricicultrice. Insecte délicat, le ver à soie est sujet à des maladies qui seraient provoquées et/ou transmises par la médiation de son environnement et notamment par l’air. Le froid qui ralentit leur croissance est rarement mortel alors qu’une mauvaise aération peut décimer une chambrée en quelques instants.

227Le principe de l’aération recouvre en fait deux niveaux d’intervention : la ventilation qui revêt un caractère prophylactique et la purification qui est de nature davantage thérapeutique.

228La nécessité de renouveler l’air régulièrement tient à l’intensité de l’activité respiratoire des vers. « Ça respire énormément. Quand ils sont gros, ça se voit très bien : ça s’ouvre le long du dos, ça s’ouvre et ça se referme », explique une éducatrice.

  • 106 L’abbé Boissier de Sauvages déconseillait en son temps d’élever des vers à soie dans « les fonds, (...)

229Souvent mal isolée, la magnanerie est naturellement aérée. L’air y pénètre par les interstices entre les tuiles ou les lauzes (ardoises) et les feux qui brûlent presque constamment activent sa circulation (Laurent de l’Arbousset 1893 : 156). Pour l’abbé Boissier de Sauvages, les Cévenols réussissaient généralement leurs éducations parce qu’elles avaient lieu dans des locaux ouverts à tout vent : « Il faut donner la préférence aux pièces dont le plancher ou la couverture sont les plus exhaussées, de vrais galetas ; il n’importe que les murs soient crevassés, que les portes, les fenêtres joignent mal ; bien loin de là, les habitans des Cévennes réussissent bien pour la plupart dans leurs chaumières ou dans leurs masures qui ne sont rien moins que bien calfeutrées » (1763 :19). Les éleveurs considèrent également qu’on réussit mieux son élevage dans une magnanerie d’altitude : « Un village comme la Bécède, situé sur Valleraugue, ils se sont enrichis – façon de parler – ça venait de la disposition ; il y avait toujours un peu d’air [...] on a l’altitude, ici. C’est ça qui est très mauvais pour les vers à soie, dans les bas-fonds, quand il fait très chaud », constate M. F.106.

230Les techniciens jugent l’aération naturelle insuffisante ; ils estiment qu’une chambrée d’une once a besoin de mille mètres cube d’air en vingt-quatre heures, ce qui correspond, pour un local d’une capacité de 100 m3, à un renouvellement intégral dix fois par jour. Mais jamais les séricicultrices ne calculent ainsi, elles se contentent d’aérer dans les limites fixées par la contrainte du chauffage : à quoi bon chauffer, disent-elles, « si on doit faire des courants d’air ! » L’aération, dont elles admettent la nécessité pour des raisons qui tiennent à la manière dont elles se représentent l’organisme du ver à soie, est un véritable casse-tête : comment, en effet, renouveler l’air en permanence quand il faut dans le même temps maintenir une température régulière ? « On n’arrivait même pas à avoir chaud dans nos cuisines... alors les tenir chauds et faire des courants d’air, ça va pas bien ensemble... », constate l’une d’entre elles. L’aération est donc fréquemment sacrifiée à la chaleur et, comme l’admet M. B. : « Il faut tâcher moyen d’aérer, mais dans le temps, on fermait ! J’aurais bouché le trou de la serrure ! » Cette attitude contradictoire, fondée sur la négation, au niveau du comportement, d’un principe pourtant reconnu, témoigne de la coexistence de deux modes de penser. Selon A. Corbin, le refus d’aérer participerait également d’une résistance opposée à l’entreprise de désodorisation, particulièrement dans les campagnes où on croit fermement aux vertus d’une « aérothérapie vitaliste » (1982 : 252).

  • 107 Comme on le verra plus longuement, la vertu purificatrice de la flamme vive se conjugue avec son p (...)

231Lorsque l’air est chargé d’humidité, comme cela se produit à l’aube, quand la rosée nocturne a été particulièrement abondante et que l’atmosphère n’a pas encore été « dégourdie » par la réactivation des feux, la séricicultrice s’empresse de faire une « petite flambée » ; elle tisonne les braises, ajoute quelques brassées de bois très sec ou de sarments de vigne dont la flamme ravive l’air et absorbe l’humidité car « le feu purifie l’air ». Si l’humidité persiste, les vers sont « tout languissants », comme privés « de ressort », ils « se traînent sur la litière107 ». En ce cas, des coupelles contenant de la chaux vive sont placées dans différents points de la magnanerie afin d’en absorber l’excès.

232Depuis le courant du XIXe siècle, les agronomes et quelques sériciculteurs « éclairés » proposent des aménagements pour parfaire le chauffage et l’aération. L’Italien Dandolo a été parmi les premiers à concevoir un système de ventilation élaboré (1825). Il repose sur la multiplication des fenêtres – treize au total dans sa « dandolière » – et la construction de cheminées servant moins à chauffer le local qu’à faire des flambées de sarments, de paille ou de copeaux dont la flamme vive est censée provoquer un appel d’air.

  • 108 J.-P. D’Arcet, membre de l’Académie des sciences et de la Société royale et centrale d’agriculture (...)

233D’Arcet108 lui emboîte le pas en imaginant une magnanerie à « ventilation forcée », système sophistiqué qui repose sur l’installation de gaines d’évacuation de l’air vicié par le plafond et sur le captage d’un air « neuf » par le plancher. Ce théoricien de la ventilation a joué, par ailleurs, un rôle essentiel dans la mise en œuvre d’une politique de désinfection des lieux collectifs d’entassement, notamment les hôpitaux, les casernes et les manufactures. Pour lui, il ne suffit pas de permettre à l’air de circuler, on doit également le diriger. C’est le principe qu’il met en application avec sa magnanerie modèle.

28. – Magnanerie de J.-P. D’Arcet.

234Le système imaginé ensuite par Aribert se contente d’inverser la direction de l’air : c’est l’air chaud qui est propulsé dans le local à partir du plafond et aspiré au niveau du sol par une cheminée d’appel qui l’évacue vers l’extérieur. En réalité, ces innovations qui se sont multipliées durant le XIXe siècle et dont le retentissement dans la presse spécialisée est considérable sont restées confidentielles. Leur faible succès auprès des éducateurs est dû à leur complexité mais surtout à un coût trop élevé et par conséquent incompatible avec les capacités d’investissement des petits sériciculteurs qui sont majoritaires. De fait, elles n’ont séduit que les grands propriétaires et les notables désireux d’asseoir leur prestige en se montrant à la pointe de la modernité.

235En revanche, la « magnanerie moderne » conçue à l’initiative des associations professionnelles séricicoles dans les années 1940 a remporté un vif succès, explicable moins par un changement d’attitude des sériciculteurs face à l’innovation que par le fait qu’étant largement subventionnée elle ne leur coûtait en réalité rien. La subvention a parfois permis de transformer la magnanerie en pièce(s) d’habitation. « Les gens, je le dis, ils se sont fait faire des chambres, ça a servi à ça, les subventions ! et moi la première... », avoue une éducatrice qui a cessé de faire des vers à soie un an seulement après avoir bénéficié de l’aide à la restauration. Ces travaux étaient financés pour deux tiers par le Service du génie rural du ministère de l’Agriculture et par la Société interprofessionnelle pour la production des cocons, le sériciculteur étant tenu d’apporter le tiers restant, soit en argent, soit en travail, de sorte qu’il avait la possibilité de ne rien débourser. Plus d’une centaine de magnaneries ont été transformées chaque année à partir de 1945, les paysans achetant les matériaux avec la subvention et réalisant eux-mêmes les travaux comme la loi les y autorisait. Outre la substitution de fornels ou de poêles aux anciennes cheminées angulaires, le programme prévoyait l’aménagement d’un faux plafond fait de chevrons et de lattis enduits de plâtre (Fabre 1948 : 236) afin d’empêcher que la chaleur ne s’échappe par la toiture. Un système de trappes complétait l’ensemble ; ouvertes aux niveaux du plancher et du plafond, elles devaient permettre un renouvellement constant de l’air.

236L’exemple de la « touffe » nous semble particulièrement intéressant à évoquer car elle cristallise toutes les composantes de cette appréhension du rôle de l’air dans la sériciculture.

29. – Modernisation des magnaneries.

237La touffe se produit lorsque la ventilation de la magnanerie n’est plus assurée et que l’air se charge de l’humidité émanant des litières. Elle survient surtout lorsque les vers à soie atteignent le 4e ou 5e âge, une période au cours de laquelle ils produisent une grande quantité d’excréments, transpirent abondamment et laissent également des reliefs importants après chaque repas ; c’est également une période de fortes chaleurs, où l’atmosphère de la magnanerie peut être une véritable fournaise : « À ce moment-là, on surveillait le temps... tout le temps ! », s’exclame une éducatrice.

  • 109 ADG 7 M 401.

238« Un excès de chaleur », « un air épais qui précède et accompagne l’orage109 » sont susceptibles de provoquer la touffe. « Quand il va faire orage, il fait lourd, il n’y a pas de courant d’air, il y a rien... Vous savez ce que c’est, avant l’orage, c’est tellement calme », explique Mme T. C’est à cet instant où il n’y a pas le moindre souffle, où l’air semble immobile, que peut se produire une touffe atmosphérique qui va mettre la litière « en effervescence ». Elle entraîne le «relâchement des fibres de l’insecte [...] que produit l’humidité ou plutôt l’aspiration de gaz carbonique dégagé par la litière en fermentation » (Fraissinet 1835 : 79). En réponse au questionnaire sur l’éducation des vers à soie de 1807, un sériciculteur donne l’interprétation suivante : « Les vers à soie exposés à cet air malsain tombent dans un état de langueur, n’ont plus d’appétit, leurs fibres se relâchent et ils perdent cette tension, cette élasticité qui leur est si nécessaire... Les humeurs se vicient, dégénèrent en pourriture. » Comme le montre A. Corbin, les savants du XVIIIe siècle considèrent que la chaleur et l’humidité de l’air exercent une influence sur les corps : « Par un jeu subtil de resserrement et d’expansion, elles contribuent à détraquer ou à restaurer le difficile équilibre entre le milieu interne et l’atmosphère. La chaleur tend à raréfier l’air ; elle détermine de ce fait un relâchement et un allongement des fibres [...] l’organisme tout entier éprouve de la faiblesse, voire de l’abattement » (1982). Les séricicultrices interrogées au cours des années quatre-vingt sont unanimes : « Ils devenaient tout mous, ils manquaient de ressort. »

239En situation de touffe, il faut réagir promptement car il suffit parfois de quelques minutes pour qu’une chambrée soit anéantie par l’effet des émanations meurtrières. La déceler est avant tout affaire d’expérience. La séricicultrice doit se fier à ses sensations. Comme l’a écrit l’abbé Boissier de Sauvages, « on ne juge point par le thermomètre de la qualité dont l’air est alors affecté, cet instrument ne marque que les degrés de chaleur et une forte chaleur n’est pas toujours accompagnée de touffe. On ne connaît celle-ci que par le sentiment » (1763 : 73). « On montait à la magnanerie pour voir si ça faisait pas touffe et si on sentait la touffe... », se souvient Mme I.

  • 110 « Troisième lettre de M. Gensoul à M. Rivière », Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 2, j (...)

240Les récits autobiographiques qui mentionnent ce phénomène mettent en évidence sa soudaineté. Un sériciculteur peu aguerri rapporte sa cuisante expérience : « La température extérieure était brûlante ce jour-là, mais pourtant un léger vent la rendait supportable... le thermomètre n’était qu’au vingt et unième degré... les vers, courant sur le bords des canis, semblaient annoncer un besoin pressant de monter à la bruyère ; tout était dans la joie. Au milieu de cet empressement arrive un éducateur : “Mais, dit aussitôt notre éducateur, vos vers sont perdus, entièrement perdus car on étouffe ici ! Ouvrez portes et fenêtres, ouvrez tout ; ces vers cherchent à respirer, ils sont arpians !” On ouvrit, on aéra mais trop tard ; pas un ver ne put être sauvé110 ! »

  • 111 La muscardine est une maladie des vers à soie causée par un cryptogame, le Botrytis Bassiana.

241Il existe heureusement un moyen infaillible pour détecter une touffe : « Il faut avoir une bûche qui fait de la fumée ou celui qui fume lance la fumée dessus eux : si la fumée tombe, ils sont en train de s’asphyxier et si la fumée monte, ils ont de l’air. » On la combat alors en ouvrant toutes grandes portes et fenêtres, de façon à provoquer une turbulence de l’air qui transporte les émanations délétères. Il s’agit de l’agiter afin de rétablir les échanges. L’air, voilà le principal remède ; toute séricicultrice a au moins une fois fait l’expérience de jeter au tas de fumier des vers présentant les symptômes de la muscardine111 et pour lesquels il n’y avait, semblait-il, plus aucun espoir de survie : elle a eu la surprise de les retrouver bien vivants le lendemain matin, revigorés par l’air frais et vivifiant de la nuit.

242En cas de touffe « sèche » provoquée par un feu trop vif, on arrose les murs et le sol de la magnanerie de façon à augmenter le niveau hygrométrique tout en provoquant une baisse de la température ambiante. La séricicultrice distribue également une « feuille » supplémentaire (c’est-à-dire un repas) : « Ils s’énervaient, ils s’agitaient et on leur donnait à manger alors ça les occupait. Il y avait la fraîcheur de la feuille qui était très bonne pour eux. »

  • 112 « On prétend avoir démontré que le bruit du tonnerre et des coups de canon n’affecte point les ver (...)
  • 113 L’auteur ajoute qu’en la faveur des vers à soie, dans les villes de garnison, « on ne fait battre (...)
  • 114 J’ai recueilli plusieurs témoignages allant dans ce sens auprès d’anciennes séricicultrices.

243La touffe qui se conjugue à l’orage est la plus dangereuse car elle est souvent accompagnée du tonnerre auquel les vers sont, dit-on, sensibles : « Quand on voyait le temps à l’orage, on disait : “Oh, ça marque mal !” Le manque d’air et le tonnerre, on pouvait dire qu’à chaque fois ça faisait crever les vers à soie ! » La crainte du tonnerre est unanimement partagée, en dépit des dénégations de certains agronomes et des zoologues qui affirment que les bruits sont sans effet sur les vers à soie, ces derniers étant probablement sourds112. L’explication est à chercher ailleurs : le bruit n’agirait pas directement sur le ver, mais sur l’air. L’abbé Boissier de Sauvages l’a bien montré : « Les magnaniers ont de tous tems accusé de ces chutes [des vers sur la litière] le bruit du tonnerre ou la commotion qu’il produit dans l’air113.» (1763 : 122). Pour Mme S.-P., les vers sont « comme électrocutés », « ils savent plus ce qu’ils font » : ils se retournent convulsivement, chutent sur la litière et ne parviennent plus à monter dans les cabanes pour faire leur cocon. Le fracas du tonnerre « détournerait » les vers, c’est-à-dire qu’il perturbe le processus biologique à l’œuvre, de la même manière que « si le poulet est prêt à naître et qu’il fasse un orage ça détourne les œufs ». Comme « antidote » au grondement du tonnerre, pour en quelque sorte en annuler les effets, il était d’usage d’entrechoquer violemment les ustensiles qui servent à tisonner le feu dans les cheminées ; le vacarme qui en résultait provoquait en quelque sorte une «commotion» contraire, propre à rétablir l’équilibre compromis114.

244Il existe une forme de touffe que les sériciculteurs disent « accidentelle ». C’est le sériciculteur lui-même qui la provoque lorsqu’il bouche hermétiquement toutes les ouvertures et surchauffe la magnanerie alors que la litière épaisse commence à fermenter. « La plus dangereuse est celle qui est renfermée dans l’appartement humide, chargée de vapeur et d’exhalaisons, soit qu’elles arrivent du dehors, soit qu’elles proviennent d’une litière en effervescence », précise un sériciculteur interrogé lors de l’enquête de 1808. Elle est un indicateur de la propreté dans laquelle est tenue la chambrée et n’arrive évidemment jamais chez soi mais toujours chez les autres car avouer une touffe accidentelle, c’est reconnaître qu’on n’est pas suffisamment vigilant en matière d’hygiène : « J’en ai pas guère connu, moi, je les tenais propres », dit une séricicultrice qui se fait ainsi l’écho de chacune.

245Bien que conçues pour améliorer l’aération, les « magnaneries modernes » ne font pas l’unanimité. Certaines séricicultrices tiennent même ce système pour responsable de leurs échecs. Dans la mesure où la touffe est considérée comme la principale menace qui pèse sur la chambrée, elles jugent, en effet, que le plafonnage favorise la stagnation de l’air. Mme F. raconte sa mésaventure : « Ils ont voulu faire des magnaneries modernes ! Un jour mon mari est monté, de colère il a tombé tout ce qu’ils avaient fait, le plafond avec quatre trappes ; mais quatre trappes, ils avaient pas assez d’air ! On a ouvert portes et fenêtres et avec la pelle il a tout tombé, mais c’était trop tard, ma récolte avait déjà pris mal ! » Ce récit pourrait être rapproché des critiques déjà formulées par E. Maillot et F. Lambert à l’encontre de la « magnanerie D’Arcet », ancêtre de la « magnanerie moderne » : « Dans la pratique, on a été rarement satisfait du fonctionnement des magnaneries ainsi installées ; dans les cas de touffe, la ventilation a été presque toujours mauvaise » (1906 : 200).

ASSAINIR

246La perception olfactive ainsi que les odeurs jouent un rôle essentiel dans le dispositif technique. Nous aborderons dans un premier temps la mise en œuvre par les séricicultrices d’un véritable savoir-faire olfactif afin de repérer certaines odeurs symptomatiques soit d’un air vicié, soit d’une maladie des vers à soie ; nous examinerons ensuite le rôle prophylactique et curatif des odeurs.

247L’éducatrice guide, en effet, son action quotidienne en ayant recours à son odorat pour repérer certains signes. Il constitue un excellent indicateur du degré d’humidité et d’insalubrité de l’atmosphère. Comme on l’a vu précédemment pour le chauffage, la perception sensorielle est un instrument de connaissance, l’odorat étant ce « sens de la transition, des seuils et des marges » (Corbin 1992) qui dévoile les processus de transformation des organismes vivants et des choses. La séricicultrice fait donc preuve d’une extrême vigilance olfactive. À chacun de ses passages dans la magnanerie, elle en flaire l’atmosphère afin de déceler les effluves suspectes. Celles-ci signalent la corruption des déchets organiques sous l’effet d’un excès hygrométrique dû à l’humidité du feuillage et à la transpiration des vers.

248La « bonne odeur » témoigne des précautions d’hygiène prises par la séricicultrice, de la propreté qu’elle fait régner dans sa magnanerie. Une séricicultrice expérimentée sait « rien qu’à l’odeur si elle [la magnanerie] est bien tenue » : les notes vertes, boisées signalent que la litière est régulièrement changée et que les débris de feuille sont encore frais. À l’inverse, une odeur écœurante, lourde indique que les vers, « tenus trop serrés », sont ensevelis sous une épaisse couche de déjections et de fragments pourrissants de nervures et de limbes déchiquetés. Dans le cas de la touffe, évoquée plus haut, c’est « la mauvaise odeur dont on est saisi en entrant dans l’atelier » (Reynaud 1812 : 328) qui annonce le plus sûrement ce phénomène atmosphérique susceptible de causer la perte des vers ; puanteur étouffante, âcre, qui prend à la gorge dès que l’on franchit le seuil de la magnanerie.

  • 115 Il s’agit de vers atteints de grasserie.

249L’odeur qui se dégage de la litière atteste donc de la santé – bonne ou mauvaise – de la chambrée et par là elle est un « pronostic de réussite » (Fraissinet 1835 : 40). La dégradation de l’air vital dans le milieu confiné de la magnanerie, particulièrement lorsqu’elle se combine avec l’entassement des vers, se traduit par des relents fétides qui signalent un dérèglement physiologique des vers. L’odorat exercé de la séricicultrice est capable de reconnaître les signes avant-coureurs d’une maladie avant qu’elle ait commencé à se diffuser à l’ensemble de la table, c’est pourquoi la vigilance olfactive est essentielle. La présence, même à un degré subtil, d’une odeur ammoniaquée est ainsi le signe annonciateur « que la peste est en train de s’y mettre, qu’on va avoir des gras115 », affirme une éducatrice.

250Les odeurs ne sont pas seulement signe, elles sont également nuisance en elles-mêmes, cause directe d’une altération de la santé des vers.

  • 116 L’effort de modernisation des magnaneries initié par Dandolo et D’Arcet va dans le sens de la lutt (...)

251Les odeurs qui montent des litières agissent directement sur l’organisme des vers à soie116 tandis que d’autres odeurs, amenées de l’extérieur, peuvent également incommoder les vers, nuire à leur santé. Selon Ch. Isnard, il en va ainsi de « l’alaine forte de ceux qui ont mangé des aulx, oignons ou pourraux et de ceux qui ont mâché ou fumé du tabac [...] nuisible aux vers lorsqu’ils sont sains et encore plus nuisible lorsqu’ils sont malades ». Il range dans la même catégorie « certaines coquilles, cornes, crain, vieux souliers et autres [qui...] les empoisonnent » (1765).

  • 117 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Génolhac.
  • 118 Y. Verdier souligne que la femme indisposée partage son pouvoir de corruption avec l’orage, les rè (...)

252Documents et témoignages recueillis lors de l’enquête invitent à se garder des femmes : « Les filles et jeunes femmes, durant le cours de leurs purgations, feront bien de ne pas toucher aux vers, et s’abstiendront pendant ce temps-là d’entrer dans les chambres où ils sont car elles les feroient mourir », recommande ce même auteur. « Femme réglée, femme dangereuse », écrit J. Gélis. En effet, on a longtemps attribué au sang menstruel des propriétés néfastes. On l’accuse de corrompre les viandes, faire tourner le vin, mourir les mûriers et les vers à soie117. Selon plusieurs éducatrices, on disait qu’une magnanière « indisposée » était « dangereuse [...], les vers à soie réussissaient pas ». C’est pourquoi certaines magnanières ne laissent pas entrer les jeunes femmes dans leur atelier « parce qu’elles peuvent se trouver dans une circonstance telle que leurs émanations seraient funestes aux jeunes vers » (Boissier de Sauvages 1763 : 55). L’idée selon laquelle les règles altèrent le « cachet olfactif » des femmes et leur confèrent un pouvoir putréfiant est restée vivace jusque dans le courant du XXe siècle. C’est ce que nous rappelle Y. Verdier dans la recherche qu’elle a consacrée aux travaux et aux jours des femmes de Minot (1976 et 1979)118.

  • 119 « Cocotte » est un terme figuré qui désigne une femme aux mœurs légères, que l’on peut identifier (...)

253De manière générale, les odeurs corporelles et notamment celle de la transpiration ont la réputation de nuire au ver à soie. Celle-ci serait responsable de la naissance irrégulière des vers, lorsque l’incubation de la graine est effectuée « au nouet », dans un contact intime avec le corps féminin. Un parfum trop prononcé, capiteux, peut également être mis en cause en cas de mauvaise réussite, aussi les séricicultrices préfèrent-elles interdire l’accès à leur magnanerie aux femmes parfumées. Mme T., séricicultrice à Mialet, a ainsi toujours refusé aux visiteuses sentant « la cocotte119 » la permission d’entrer dans sa magnanerie.

254L’odeur peut enfin jouer un rôle prophylactique et curatif. Le recours aux odeurs permet alors de lutter efficacement contre l’air vicié et de freiner le processus de putréfaction des litières.

  • 120 Voir sur ce point A. Corbin (1982). L’auteur montre que la croyance en la vertu des parfums plonge (...)

255Les fumigations de divers produits font écho aux prescriptions des médecins concernant les humains. C’est dans ce cadre qu’entrent en scène les aromates dont on connaît l’emploi depuis l’Antiquité120. Longtemps, en effet, l’essentiel de l’effort préventif et thérapeutique a reposé sur l’utilisation de substances odorantes, fondée sur le principe d’incorruptibilité qui leur est associé (Le Guérer 1990 : 35). La pratique séricicole n’a fait que puiser dans ce vaste répertoire de recettes et de procédés destinés à la fois à purifier, assécher et désodoriser, la fonction curative de l’odeur n’étant pas toujours distincte de sa valeur hédonique (Corbin 1982 : 72) ainsi que le suggère cette remarque d’une ancienne éducatrice : « Quand il faisait humide, on brûlait du serpolet. Ça assèche... et ça sent bon ! »

  • 121 ADG 7 M 407, Réponse de M. Desbroche aux questions relatives à l’éducation des vers à soie (questi (...)

256Odeur contre odeur : les « bonnes » senteurs ont la faculté de neutraliser ou d’atténuer les émanations nauséabondes tout en exaltant certaines de leurs composantes dont l’effet sur les vers est jugé bénéfique. En même temps qu’elles « dissipent les miasmes pestilentiels et purifient l’air121 », elles augmentent la résistance des vers, les « émoustillent », leur font « du bien », « stimulent » leur appétit, les « ragaillardissent » en raison de leurs qualités astringentes.

  • 122 A. Corbin cite l’exemple de bûchers de bois de genévrier allumés dans les rues de Bois-le-Roi pour (...)
  • 123 La fumée a longtemps été considérée comme un agent désinfectant.

257Les principaux aromates utilisés sont le thym, la lavande et le serpolet, l’aromatique par excellence des vallées des Gardons, de la Salendrinque et de la haute vallée de l’Hérault, ainsi que le laurier et le genévrier122 qui a l’avantage de faire « beaucoup de fumée123 ». Pour M. B., « ce qui était valable, c’était surtout la fumée qui sentait et qui devait énerver les vers à soie, les exciter, alors il fallait leur donner à manger et comme ils étaient excités ils se mettaient à manger ». L’idée selon laquelle les senteurs qui se dégagent du feu et que véhicule la fumée sont par nature désinfectantes trouve une application dans l’usage excessif que font les séricicultrices des « bonnes petites flambées » qui revigorent les vers.

258En complément du « benjoin ou autre produit du Levant et de bonnes herbes des champs et des jardins qui soient odoriférantes », Ch. Isnard préconisait, en outre, l’usage d’une large panoplie de « parfums » thérapeutiques qui ne font pas partie de la catégorie des aromates mais qui dégagent une odeur puissante et agissent comme des contrepoisons. Les sériciculteurs ont eu tardivement recours à ces odeurs intenses, prégnantes : selon une séricicultrice qui a poursuivi son activité jusqu’à la fin des années 1950, la poix, cette résine obtenue par distillation de bois ou de goudron et dont la senteur âcre paraît étouffante, serait « ce qu’il y avait de mieux, ça sent fort mais ça sent bon ». On peut lui préférer le vinaigre dont les vapeurs caustiques ont des vertus reconstituantes, donnent « un coup de fouet » aux vers alanguis. L’usage de l’huile de cade, un liquide particulièrement malodorant, également utilisé en médecine à des fins parasiticides, les effluves nauséabondes qui se dégagent des « vieilles savates » sont aussi mentionnés dans un numéro du Bulletin du comice agricole de l’arrondissement d’Alais.

259À côté des matières d’origine végétale, d’autres produits d’origine humaine, animale ou minérale sont, en outre, mis à contribution. « Du lard maigre, jambon et saucisson ou bien faire chauffer et rougir un gros moillon, caillou ou une pelle pour les éteindre avec du vin ou du vinaigre », recommande Ch. Isnard (1765 : 162). Le principe actif, curatif de ces émanations qui irritent les narines tient à leur puissance olfactive qui l’emporte sur celle de l’air vicié et pénètre jusqu’au cœur de l’organisme du ver pour en chasser les miasmes. Comme le montre A. Le Guerrer, une médecine « dure » des odeurs violentes s’oppose à une médecine « douce » des senteurs agréables (1988 : 92) : ces odeurs puissantes, voire nauséabondes, recèleraient une force bien supérieure à celle des fragrances aromatiques. Les pratiques séricicoles illustrent cette représentation : l’utilisation des aromates se conjugue avec celle des effluves malodorantes ou âcres dont les qualités caustiques et purificatrices sont censées combattre efficacement la maladie.

260La sériciculture, dans sa technologie comme dans ses pratiques effectives, constitue un champ d’application de la sémiologie olfactive élaborée dans le domaine de l’hygiène et de la médecine. L’odorat est ainsi un outil de connaissance empirique et l’odeur un véritable agent thérapeutique. Ces savoirs sensibles, souvent interprétés comme des errements préscientifiques, se sont inscrits durablement dans la pratique séricicole, comme en attestent des témoignages recueillis lors de récentes enquêtes que nous avons menées tant en France qu’en Bulgarie (1997) et au Vietnam (1993, 1994, 1995), tous pays de tradition séricicole.

261Si on ne considère plus désormais que l’odeur engendre la maladie et constitue un vecteur de la contagion, on persiste à penser qu’elle en est un signe immédiat, aisément lisible et qu’elle peut contribuer, si ce n’est à l’éradiquer, tout au moins à en réduire le développement et les effets.

LE SYSTÈME TECHNIQUE SÈRICICOLE : UNE OPPOSITION AXIOMATIQUE

262On peut rendre raison de la manière dont les éducatrices organisent les éléments constitutifs de leurs savoir et savoir-faire en émettant l’hypothèse que toutes les représentations sont construites à partir d’un système d’oppositions entre deux groupes symétriques et antithétiques de notions qui sont en correspondance les unes avec les autres.

Haut (altitude, cabanes)

Bas (bas-fonds, vallon, litière)

Chaleur sèche

Chaleur humide

Air brassé

Air stagnant

Sain, pur

Malsain, vicié

Feu

Eau

Odeurs purificatrices, aromatiques

Odeurs putrides

Mûrier « sauvageon »

Mûrier greffé

Feuillage « maigre »

Feuillage « gras »

263L’opposition entre le haut et le bas renvoie au choix de localisation des magnaneries : « On doit, autant que possible, placer ces bâtimens sur de petites élévations, loin des marais et des rivières », recommande Ch. Fraissinet (1835 : 10). Sans nous étendre davantage sur les critères de choix d’un emplacement pour construire une magnanerie, nous pouvons souligner que ceux indiqués par l’auteur cité ci-dessus sont unanimement admis et ce conformément à la conception largement partagée de l’insalubrité des bas-fonds où dort une eau stagnante.

264Elle dessine également, à une échelle plus réduite, l’espace vertical où se déroule l’existence du ver à soie, espace dont la limite inférieure est constituée par la litière et la limite supérieure par la « cabane ».

265L’opposition que l’on peut relever entre le « feu » et l’« eau », récurrente dans les discours, trouve à s’exprimer dans diverses pratiques : c’est le « feu » qui réchauffe les vers à soie, consume les plantes odoriférantes, renouvelle l’air (« Il faut avoir soin de renouveler l’air par l’action de la flamme », note également Ch. Fraissinet) mais c’est l’« eau » de pluie, la rosée qui rendent le feuillage indigeste, c’est l’humidité qui active la décomposition de la litière.

266Prises également dans ce jeu d’oppositions se trouvent les plantes aromatiques dont M. Détienne (1972 : 19-68) a montré les affinités avec le soleil et qui, par conséquent, sont étroitement liées au « feu » et au « sec ». Les « bonnes odeurs » qu’elles dégagent s’opposent aux odeurs viciées, toujours associées à l’« humide » et à l’« aqueux ».

267On retrouve ce système d’opposition en ce qui concerne l’air dont on a vu que « stagnant » il est le vecteur des odeurs méphitiques, favorise le phénomène de putréfaction lié à l’humidité de la litière et provoque l’asphyxie du ver à soie ainsi que le développement de certaines maladies, tandis qu’« agité », il leur « donne du ressort », stimule leur croissance, les revigore.

  • 124 « Quatrième lettre de M. Gensoul à M. Rivière », Propagateur de l’industrie de la soie, juillet 18 (...)

268La même symétrie peut être relevée à propos de la feuille de mûrier. Provenant d’un spécimen greffé, elle est jugée trop « forte », « épaisse » et par conséquent indigeste, alors que cueillie sur un « sauvageon » ou sur une variété rustique, elle est considérée comme « fine » et parfaitement assimilable par le ver. Gensoul constate qu’il existe « des qualités de feuilles larges, épaisses, d’une végétation luxuriante, flatteuse à l’œil mais funeste aux vers » et d’autres, délicates, fines et très nourrissantes comme, par exemple, celles qui proviennent du mûrier rose124. On notera que l’opposition sec/humide fonctionne également à son propos : la proximité des fleuves et des rivières, « parce que dans ces endroits [...] le sol peut renfermer une dose d’humidité très nuisible », est rejetée car malgré une végétation exceptionnelle « il ne s’ensuit pas que les feuilles soient supérieures du point de vue qualitatif : au contraire elles sont trop épaisses et aqueuses » (Guillaud 1899 : 217-218).

Le paradigme de l’éducation

269Examinons maintenant le paradigme de l’éducation. Le recours à la notion d’éducation pour désigner l’élevage des vers à soie, a un effet suggestif immédiat : il s’agit non seulement de veiller à « la santé et la bonne conformation du corps », mais également de surveiller « les mœurs, c’est-à-dire la conduite de la vie et les qualités sociales » (Le Robert, 1964).

270La métaphore éducative invite donc à considérer que le traitement du ver à soie prend pour modèle celui de la personne. Son usage témoigne du véritable « transfert » métonymique dont le ver à soie fait l’objet.

271Certes, le ver à soie n’est pas seul à bénéficier d’une éducation : on emploie également ce terme pour les abeilles (autre insecte) et parfois pour le chien et le cheval, quoiqu’on préfère parler de dressage à leur propos. Nous aimerions, cependant, montrer que l’éducation des vers à soie constitue un système domesticatoire archétypal, épuisant toutes les significations attachées à ce concept (Milliet 1993).

272Pour y parvenir, nous procéderons en trois étapes.

273Tout d’abord, nous retracerons l’histoire des connaissances concernant le ver à soie (et plus largement les insectes, classe à laquelle il appartient). Cette approche historiographique est rendue nécessaire par le fait qu’il n’existe pas, dans nos sociétés, de savoirs de la nature et du monde animal vierges de toute influence de la culture « savante » qui est pour l’essentiel une culture écrite puisque les savoirs des naturalistes, des agronomes et des zoologues sont depuis fort longtemps diffusés. C’est ainsi que pour M. Foucault, « connaître une bête [...] ou une chose quelconque de la terre, c’est recueillir toute l’épaisse couche des signes qui ont pu être déposés en elles et sur elles » (1966 : 55).

274Nous aborderons ensuite la notion de domestication et montrerons que le ver à soie est non seulement un animal domestique mais probablement aussi l’animal le plus domestique d’entre tous.

275Enfin, nous reviendrons à la métaphore éducative considérée dans sa dimension opératoire, c’est-à-dire du point de vue de son rôle au sein du système technique.

LA SÉMANTIQUE DE L’INSECTE

276Sur quel socle de connaissance(s) et d’expérience(s) le savoir-faire séricicole s’est-il élaboré ? En choisissant d’en effectuer une lecture diachronique, nous procéderons d’une certaine façon à la généalogie des savoirs et des représentations à l’œuvre dans ce domaine d’activité technique et nous montrerons de quelle manière il les a capitalisés.

  • 125 La Bactriane correspond au nord de l’Afghanistan actuel.

277En tant que produit, la soie a été connue en Occident bien avant la chenille (le ver) dont elle provient. Pour L. Tesnières, ce serait à la suite de la première expédition en Chine menée en 126 avant J.-C. par une ethnie émigrée en Bactriane125, les « Yuë-Tchi », que la soie chinoise aurait été introduite en Perse et ensuite en Europe (1941). La voie commerciale de la soie était florissante dès le Ier siècle avant J.-C. ; les étoffes parvenaient jusqu’au monde gréco-romain grâce aux Parthes qui assuraient le commerce caravanier depuis les contrées asiatiques.

  • 126 Virgile, Traité des animaux, Livre V, chapitre XIV.

278Des auteurs romains comme Virgile126, Properce et Ovide, ainsi que grecs, comme Strabon, l’ont mentionnée. Ils ont d’abord pensé qu’elle était d’origine végétale. Virgile affirme qu’elle se cueille directement sur les arbres tandis que Strabon soutient qu’elle provient du peignage de différentes écorces. Le géographe et historien grec Pausanias dément le propos de Strabon : pour lui, « les fils dont les Sères font des vêtements ne proviennent pas d’une écorce mais sont obtenus d’une autre façon [...] ». Elle proviendrait d’un animal « deux fois plus gros qu’un scarabée » et semblable « aux araignées qui tissent sur les arbres et comme elles [il] a huit pieds [...]. Pendant quatre mois on les nourrit au millet ; au cinquième on leur donne du fourrage vert, nourriture dont ils sont très avides. Quand ils sont saturés, ils éclatent et on tire de leurs entrailles une grande quantité de fil soyeux » (Pausanias in Goédès 1910).

279Bien qu’à partir d’Aristote la pensée naturaliste adopte une ligne directrice privilégiant l’expérimentation, l’autorité des auteurs anciens ne cesse pas pour autant d’influencer les écrits. Alors qu’on trouve chez Pline une description des bombyx vivant dans l’île de Cos plus conforme à la réalité que tout ce qui a été écrit précédemment, c’est encore l’origine végétale qui trois siècles plus tard a la faveur de l’historien latin Ammien Marcellin : « Il y a chez les Sères en abondance des forêts sombres, écrit-il, [...] par des aspersions d’eau répétées sur la production de ces arbres, ainsi qu’on le fait pour assouplir les peaux, à partir de la bourre obtenue et du liquide mélangés, ils cardent cette matière très fine et très tendre et la tissent en une trame, le tissu sérique » (Ammien Marcellin in Anquetil 1992 : 145).

280Concernant, en particulier, le ver à soie, les écrits sont muets pendant près de dix siècles, du VIe siècle jusqu’au XVIe siècle. Alors que l’histoire économique de la sériciculture, de la filature et du tissage est largement évoquée, on n’apprend rien sur la façon dont ce dernier était alors appréhendé. Faut-il pour autant en conclure qu’aucun document ne le mentionne durant un millénaire ? C’est peu probable et sans doute faudrait-il étudier les auteurs arabes puisque c’est par l’Espagne et la Sicile, pays qui au XIIe siècle appartenaient au monde musulman, que la sériciculture se serait diffusée de la Toscane au Piémont, d’Aragon en Catalogne et de là en Provence et Languedoc (Morral y Romeu 1991). De son côté, la Chine nous a bien légué plusieurs traités sur l’élevage du ver à soie mais ces ouvrages n’ont été traduits en Occident qu’au XIXe siècle et ils étaient, par conséquent, ignorés des auteurs médiévaux. Selon J.-P Digard, de l’Antiquité gréco-romaine à la fin de la Renaissance occidentale on ne s’intéressa véritablement qu’au cheval (Digard 1990 : 23), l’ensemble du monde animal ne semblant exister que pour fournir des arguments en faveur du message religieux (Voisenet 1989 : 253-280).

  • 127 Selon P. Delaunay, la Renaissance se caractériserait par l’affranchissement des entraves scolastiq (...)
  • 128 Voir l’extrait suivant du poème de B. de Verville :
    Un pauvre tourangeau de sa vache vesleuse,
    receu (...)

281Au XVIe siècle, deux textes consacrés à l’élevage du ver à soie sont publiés en Italie et en France, il s’agit du De Bombyce (1527) de M. G. Vida et de l’Histoire des vers qui filent la soie ou sérodokimasie (1600) de B. de Verville. Ces deux ouvrages rédigés en vers font l’éloge du ver à soie et décrivent les modalités techniques de son élevage. Ils renouent avec l’héritage d’Ovide et d’Aristote dont les écrits zoologiques ont été réédités en 1483127. La théorie de la génération spontanée sert notamment d’explication à la reproduction du ver à soie dans le poème tout à la fois galant et apologétique de B. de Verville, un auteur fortement marqué par l’influence de la doctrine chrétienne128. Pour lui, l’évocation de l’animal est à la fois un procédé de rhétorique et un modèle opératoire, rendant plus aisé le cheminement de l’homme vers Dieu.

282Selon P. Delaunay, le XVIe siècle n’aurait que faiblement contribué à la connaissance des animaux inférieurs, catégorie qui regroupe les vers et certains insectes. Ce désintérêt tiendrait au fait que dans le bestiaire médiéval les animaux rampants sont considérés comme sataniques. Le ver à soie, insecte ambivalent qui se soustrait à sa condition initiale en se métamorphosant, échappe, du fait de cette caractéristique, à la stigmatisation. Les poèmes de Vida et de De Verville, qui appartiennent par leur forme à un registre plus littéraire que savant, offrent néanmoins une description du processus technique qui donne des indications précises sur le cycle de ses métamorphoses, par ailleurs inépuisable source symbolique à laquelle ils ne se privent pas de puiser. Selon le biologiste contemporain J.-M. Legay, Vida aurait même fait preuve d’une réelle curiosité scientifique en décrivant les caractéristiques symptomatiques d’une maladie du ver à soie récemment étudiée par les chercheurs de l’INRA et du CNRS (1979 : 1212-1220).

30. – Marc-Jérôme Vida, Le Ver à soie, poème en deux chants, frontispice.

31. – Marc-Jérôme Vida, Le Ver à soie, poème en deux chants, page de titre.

283Au XVIIe siècle paraissent les premiers traités zoologiques consacrés aux insectes. Les œuvres de U. Aldrovandi (1602), de Th. Muffet (1634) et de J. Goedaert (s.d.) s’inscrivent dans le courant naturaliste dépeint par M. Foucault. Quand à l’époque d’Aldrovandi, écrit-il, on veut rédiger l’histoire d’un animal, « [...] impossible de choisir entre le métier de naturaliste et celui de compilateur : il faut recueillir dans une seule et même forme du savoir tout ce qui a été vu et entendu, tout ce qui a été raconté par la nature ou les hommes, par le langage du monde, des traditions ou des poètes » (1966 : 55). Ces ouvrages, œuvres d’érudits qui ne se soucient aucunement de l’observation directe, se présentent, en effet, comme de véritables recueils encyclopédiques, reprenant tout ce qui avait été écrit précédemment sur une espèce donnée et le complétant par quelques détails originaux.

284Ces monographies ne font pas grand cas du ver à soie. Leurs auteurs, des « naturalistes de cabinet » qui disposent de sources écrites réduites, vivent, en outre, dans des régions du nord de l’Europe alors que l’élevage du ver à soie est circonscrit aux contrées méditerranéennes. Une telle méconnaissance empirique est flagrante chez J. Goedaert, le seul de ces trois auteurs qui lui ait consacré quelques lignes, lorsqu’il affirme que les vers à soie sont nettement plus petits en Europe qu’ailleurs où leurs « pelotons [c’est-à-dire cocons] seraient d’une grosseur équivalente à la tête humaine, alors que dans notre climat à peine les peut-on comparer à un œuf de poule ».

285En 1669, M. Malpighi publie Dissertatio epistolica de bombyce, la toute première monographie consacrée à un invertébré, décrivant l’anatomie fine d’un insecte à partir de l’exemple du ver à soie. Cet ouvrage fait entrer la connaissance zoologique dans une ère nouvelle. Sa parution, ainsi que précédemment celle du Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres (1600) qui se penche en agronome sur le ver à soie, témoignent d’un profond changement dans la manière de penser l’animal, à une époque où la plupart des écrits zoologiques, inspirés par les idées de l’Antiquité (Petit et Théodoridès 1962 : 297), persistaient à prendre Aristote et Pline pour modèles tandis que d’autres faisaient encore preuve d’une indéfectible prédilection pour le merveilleux et l’anecdotique.

  • 129 Il se révèle difficile de se documenter auprès des historiens de la zoologie tant leurs commentair (...)
  • 130 F. Rédi a démontré que les vers « sont tous engendrés par insémination et la matière putréfiée dan (...)

286D’un côté donc, l’emprise persistante des Anciens sur une littérature qui fait se mêler inextricablement des citations, des récits fabuleux, des commentaires portant indifféremment sur l’anatomie et les différentes utilisations d’une espèce..., un assemblage original de conceptions religieuses et profanes, populaires et savantes forgeant une définition encyclopédique de l’espèce évoquée129 ; de l’autre, la progressive émergence d’un savoir qui s’ancre dans l’observation expérimentale, qu’elle ouvre sur une approche anatomique (Malpighi) ou qu’elle soit davantage liée à des préoccupations d’ordre technique (O. de Serres) : il condamne la redite, la compilation, et ose mettre en question l’autorité des Anciens. On voit ainsi O. de Serres, près d’un demi-siècle avant que F. Rédi ne réfute la théorie de la génération spontanée des êtres vivants, s’interroger à son propos : « Je vous représente ces choses sous le crédit d’autrui, en attendant que la preuve me donne matière de vous assurer ce qui en est » (Serres 1600 : 140)130 De la même façon, M. Malpighi, au lieu de suivre ses contemporains qui rangeaient le Bombyx dans une catégorie résiduelle créée pour accueillir les espèces incertaines dont les caractères changeants brouillaient la définition, en effectue une étude anatomique et micro-structurelle et met en lumière la structure intime de ses organes en précisant leur rôle physiologique.

287M. Malpighi et O. de Serres ont révolutionné l’un la zoologie et l’autre la zootechnie en épurant leur discipline de considérations que l’on qualifie aujourd’hui de préscientifiques et dont on dit qu’elles appartiennent au registre des croyances alors que jusqu’au XVIIIe siècle elles ont constitué le fond même du savoir sur le monde animal.

  • 131 « Quand Jonston écrit son Histoire naturelle des quadrupèdes, en sait-il plus qu’Aldrovandi, un de (...)
  • 132 P. Feyerebend parle de traditions historiques et de traditions théoriques qui sont selon lui « tou (...)
  • 133 Comme la méthode pour se procurer des vers à soie à partir du cadavre d’un veau nourri de feuilles (...)

288Si avec M. Malpighi, que l’on tient pour le fondateur de l’anatomie microscopique, la connaissance des insectes gagne indubitablement en rigueur scientifique, il faut cependant moins raisonner en terme de perfectionnement et de progrès – un nouveau savoir affecté d’un indice supérieur de scientificité qui disqualifierait l’ancien – qu’en terme de diversification du savoir, d’adjonction d’un savoir sémantique à un savoir encyclopédique. M. Foucault considère que les sciences de la nature et de la vie, dans leur phase constitutive, ont effectué un travail d’épuration afin de briser la gangue qui opacifiait leur objet de réflexion et le rendre ainsi accessible à l’analyse. Pour lui, cette décantation aurait été un véritable appauvrissement131. Pourtant, si on se réfère au domaine de l’entomologie, on constate qu’en réalité le nouveau modèle de savoir n’a pas chassé celui qui le précédait, ne s’y est pas substitué, mais que la connaissance a procédé au contraire par addition. La constitution d’un savoir zoologique rationnel parce que fondé sur l’observation et l’expérimentation représente certes un processus de normalisation mais force est de constater qu’il ne s’est pas imposé aussi nettement qu’on est parfois porté à le croire. Nous adopterons volontiers la proposition de P. Veyne pour une coexistence de plusieurs « mondes de vérité », afin d’expliquer comment deux registres de savoir peuvent coexister : « Aussi bien, tenons-nous pour des rêveries, assurément intéressantes, la totalité des productions du passé et ne tenons-nous pour vrai, très provisoirement, que le “dernier état de la science” » (1983 : 12), conclut cet auteur. La philosophie de la connaissance a depuis quelques siècles suffisamment fait vaciller nos certitudes pour qu’il soit possible d’admettre qu’il n’y a de « vérité vraie » que de manière relative. Les sciences sociales nous ont, par ailleurs, appris que les hommes s’accommodent fort bien d’une mise en ordre des événements fonctionnant sur un mode cumulatif. Le statut distinctif132 de la science zoologique ne lui confère donc pas de prévalence : la connaissance fine de l’insecte que va permettre l’usage du microscope n’est pas exclusive de toute autre forme de représentation. Les formes de pensée dites « préscientifiques » n’ont pas nécessairement disparu sous les assauts d’une rationalité triomphante, contrairement à une opinion répandue qui veut que l’hostilité dont ferait preuve la science nouvelle à leur égard conduise nécessairement à leur éradication. O. de Serres, reconnu comme le père fondateur de l’agronomie, est loin d’être suivi par tous ses contemporains dans ce qu’il considère comme un effort nécessaire de rationalisation de la technique séricicole. D’autres, comme Ch. Isnard, auteur de plusieurs ouvrages sur la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie, concilient habilement plusieurs registres, mêlant des observations d’ordre technique qui préfigurent le savoir-faire des siècles suivants, des considérations venant en droite ligne des Anciens133 et des commentaires empreints d’un spiritualisme qui influencera durablement les représentations tant « savantes » que « populaires » de cet insecte.

289Comme le suggère B. Latour (1991 : 138), il est temps de déconstruire le « Grand Partage intérieur » qui nous incite à penser tous les autres – qu’ils soient éloignées de nous dans l’espace et la « culture » comme les peuples dits « exotiques » ou dans le temps et l’inscription sociale comme le sont les zoologues des siècles précédents et leurs homologues sériciculteurs – comme des esprits confus, illogiques, témoins et/ou vestiges d’une « pensée sauvage » vaincue par la raison scientifique. On peut ainsi se demander si en focalisant son analyse sur la thématique de la domination, M. Foucault ne prive pas les autres modes d’appréhension du monde de leur influence, tant il est vrai, comme l’écrit M. Serres, qu’il n’est de plus « pur mythe que l’idée d’une science pure de tout mythe » (1974 : 259).

  • 134 Notre italique.
  • 135 Concernant les fourmis, P.-A. Latreille écrit que « la vérité a ici assez de charme pour n’avoir p (...)
  • 136 Il s’agit d’un organisme à vocation scientifique qui deviendra plus tard une unité de recherche de (...)

290La progression de la précision descriptive grâce à l’usage d’instruments d’optique de plus en plus performants n’a donc pas éliminé radicalement la production d’un sens qui s’écarte de la norme scientifique. « Il ne se trouve nulle part autant de merveilleux, et de merveilleux vrai134 que dans l’histoire des insectes », écrivait Réaumur (1734 : 10), réconciliant par cette formule l’assertabilité que l’on prête au fait scientifique et la transcendance du merveilleux135. En 1927, le directeur de la station séricicole d’Alès136 déplorait pour sa part que les « fables et absurdités » que débitaient les Anciens, dans des temps où « la physique et l’histoire naturelle, si nécessaires pour les progrès de l’art de cette espèce, étaient bien défectueux », soient toujours d’actualité chez des auteurs modernes qui « tiennent si fort à l’Antiquité et retombent dans les mêmes erreurs » (Mazauric 1943 : 73). Un sentiment partagé par l’économiste lorsqu’il critique les auteurs qui, selon lui, évoquent « rituellement » la silhouette « désuète » de l’impératrice Si-Ling-Chi dont la légende a fait la première magnanière de l’histoire, au lieu de s’en tenir à des réalités « moins poétiques » (Mazauric, op. cit. : 73).

  • 137 C. Rivals, dans l’article qu’il a consacré à la figure du renard (1987), dénonce le manichéisme d’ (...)
  • 138 En ouverture d’une séance de l’Académie d’agriculture de France consacrée à la sériciculture, J. B (...)
  • 139 J.-F. Roux et A. de Gravaillon, auteurs d’un traité pratique publié au XIXe siècle, expriment fort (...)
  • 140 Notamment selon Réaumur dont l’abbé Boissier de Sauvages fut le disciple (Bourde 1967 : 709).

291On trouve ainsi chez la plupart des spécialistes des insectes – y compris chez nos contemporains – des expressions d’un imaginaire qui chemine en dehors des sentiers balisés de la connaissance zoologique pure. À l’instar du renard étudié par C. Rivais137, le fait que l’insecte ait une existence zoologique objectivement observable n’enlève rien au fait que les hommes vivent leurs rapports aux insectes sur des modes extrêmement divers (1987 : 157). Lorsque P. Douzou évoque ces « créatures étranges, fascinantes ou inquiétantes, utiles ou nuisibles, offensant parfois notre esthétique ou la flattant à l’excès » (1985 : 13), il se situe résolument sur un autre plan que celui de l’approche scientifique. La perception de l’animal par le biologiste exprime une foi en quelque sorte laïcisée dans le « merveilleux » qui ne s’est pas évanouie sous les assauts répétés du positivisme scientifique138. Ainsi, les spécialistes de la biologie des espèces admettent-ils unanimement leur fascination pour les insectes. « L’important relais des sciences (et des sciences naturelles tout particulièrement), réservoir de prodiges et sources d’étonnements, ne le cède en rien aux mythes déchus », constate C. Besson (1991 : 31) : la miniaturisation de leurs organes, la complexité de leur structure, la gamme étendue des potentialités qu’ils ont développées pour s’adapter à tous les milieux, leur pouvoir de mimétisme, leur capacité à ressentir les vibrations de l’air et du sol et à s’orienter dans tous les actes de leur existence à partir de messages chimiques (odeurs), leur exceptionnelle résistance dans des conditions de vie extrêmes... confortent l’étonnement émerveillé et souvent inquiet139 – l’un allant rarement sans l’autre140 – des naturalistes et biologistes.

  • 141 A. Siganos, auteur d’un ouvrage consacré aux mythologies de l’insecte, explique dans son introduct (...)
  • 142 Voir sur ce thème, concernant l’abeille : Grèzes 1989 : 493-505.

292La fascination pour ces animaux se fonde sur une ambiguïté, une étrangeté qui, loin de se dissiper du fait des connaissances de plus en plus précises (objectives ?) dont ils sont l’objet, en sortent au contraire renforcées141. Les révélations de la science n’ont fait qu’accroître le capital sémantique des insectes142 . C’est ainsi qu’un prix Nobel de médecine, M. von Frisch, émet l’hypothèse pour le moins fantasque que les insectes pourraient bien être les véritables « maîtres de la terre », en raison de « leur supériorité sur tous les autres animaux qui la peuplent, y compris l’homme » (in Bouveresse, 1978 : 764-774) !

  • 143 « L’insecte, un autre monde » : tel est l’intitulé d’un chapitre du numéro de la revue Cévennes su (...)

293Au XXe siècle, l’altérité de l’insecte stimule l’imagination et les auteurs insistent sur la discontinuité entre l’animal et l’homme. Selon Maeterlinck, il apporte, à la différence des autres espèces, « quelque chose qui n’a pas l’air d’appartenir aux habitudes, à la morale, à la psychologie de notre globe » (in Bouvier 1919 : 3). Il forme un « autre monde143 », « un monde en marge du nôtre, si étonnant pour notre anthropocentrisme », ajoute P. Douzou. Les propos de E. L. Bouvier lui font écho : qui ne décèle en eux aucune « fraternité terrestre » et considère que « jamais ils ne s’éloignent autant de nous que lorsqu’ils paraissent davantage nous ressembler » (1919 : 4). À l’inverse, les entomologistes du XIXe siècle voyaient en lui « un monde en miniature ». Pour S. Audouin, « nous retrouvons dans cette classe nombreuse, presque tous les arts et toutes les habitudes soit des autres animaux, soit de l’espèce humaine » (1831 : 6).

294La perception commune, moins tranchée si on se place d’un point de vue historique, exprime plus fortement cependant l’ambivalence de l’insecte, pris entre les figures opposées de l’altérité radicale et de la ressemblance. On peut dire que celui-ci occupe une position paradigmatique au regard de la sensibilité particulière que l’homme a de tous temps développée envers le monde animal.

295« De quelque façon qu’on le conçoive, le rapport de l’homme à l’animal est une représentation, non un rapport réel », écrit J.-L. Poirier. Selon lui, les sciences de la nature et de la vie, comme la biologie, la zoologie ou l’écologie, échouent à radicaliser les différences qu’elles s’emploient à établir entre l’animal et l’homme en faisant de ce dernier non pas « autre chose qu’un animal » mais un animal parmi d’autres. Nous devons par conséquent regarder la différence elle-même comme la représentation d’une différence et en inscrire l’histoire dans celle des représentations (1978 : 674-675).

  • 144 « Les travaux de nombre d’anthropologues donnent à penser que c’est une tendance permanente de la (...)
  • 145 Il existe de multiples conceptions de cette différence. Pour les uns ce serait l’absence de langag (...)

296L’anthropologie culturelle s’est particulièrement intéressée aux représentations de l’animal, pour montrer notamment que, d’une part, l’animalité ne se réduit pas au monde animal mais constitue plutôt « une marque, la façon de nommer le hors-champ de l’humain [...] » (Chevrier et Maurice 1978 : 838) et que, d’autre part, l’homme a tendance à projeter sur l’animal un ensemble de catégories et de valeurs empruntées à la société puis à les réemployer afin de critiquer ou au contraire renforcer son ordre propre144. G. Bataille a admirablement exprimé la complexité du regard que l’homme porte sur l’animal en rapprochant ces deux énoncés qui peuvent sembler contradictoires : « Rien à dire vrai ne nous est plus fermé que cette vie animale dont nous sommes issus », affirme-t-il, en ajoutant immédiatement après que « l’animal, n’étant pas simplement une chose, n’est pas pour nous fermé et impénétrable. L’animal ouvre devant moi une profondeur qui m’attire et m’est familière. Cette profondeur, en un sens, je la connais : c’est la mienne » (1976 : 52-53). De leur différence145 à leur communauté d’attributs, l’homme et l’animal se mêlent et se confrontent dans un espace de représentations aux limites incertaines, ouvert à toutes les variations sémantiques et au sein duquel coexistent et l’instauration d’une distinction et son effacement.

  • 146 Voir l’introduction au numéro spécial que la revue Alter a consacré à l’animal (1995, n° 3 : 12).

297L’anthropomorphisation de l’animal qui revient de manière récurrente dans les études anthropologiques rend compte de ce mouvement de distanciation/assimilation qui caractérise le rapport de l’homme à l’animal et participe à la définition de leurs statuts respectifs. En un sens, cette anthropomorphisation ne fait que traduire l’impossibilité de penser ce rapport autrement qu’en termes anthropocentristes (Millet 1993 : 26), dans la mesure où l’homme est l’unique sujet classificateur. La distinction homme/animal se déploie selon un axe qui permet de dessiner un mouvement de bascule permanent, l’animal étant perçu tantôt comme le contraire de l’homme, tantôt comme son double : « L’animal se présente à la fois sous le signe de l’étrangeté et de l’intimité par rapport à l’homme : sa parenté avec lui est, semble-t-il, abyssale146

298L’insecte, tous en conviennent, occupe donc une place à part dans ce dispositif imaginaire. A. Siganos a sous-titré son essai consacré aux « Mythologies de l’insecte » : histoire d’une fascination. À l’instar des scientifiques cités plus haut, il voit en lui un « être » dont la compréhension nous échappe et qui serait engagé dans « une autre aventure » (1985 : 9). Dans son ouvrage, il propose un tour d’horizon des façons dont les sociétés l’ont pensé, à travers la littérature orale (notamment le mythe), la poésie, la philosophie, les croyances religieuses, etc., et met ainsi en évidence son exceptionnelle polysémie. Œuvre parcellaire et partiale, de l’aveu même de son auteur, ce travail permet toutefois de dégager les principaux axes autour desquels s’organise la sémantique de l’insecte.

299Ayant observé le comportement des individus face aux insectes, les anthropologues J. Milliet et J.-P. Digard estiment également que les insectes occupent une place spécifique dans notre imaginaire (1989 : 34).

300Comme on l’a vu, ce point de vue est partagé par les scientifiques. Il n’est pas toujours possible de distinguer le registre du savoir zoologique de celui du mythe ou de l’imaginaire littéraire et religieux : jusqu’au XVIIIe siècle, les zoologues étaient la plupart du temps des théologiens soucieux de trouver dans la nature et les animaux qui la peuplent des arguments en faveur de la toute-puissance du Créateur. C’est pourquoi il importe d’élargir la réflexion à d’autres types de discours, venant aussi bien des littérateurs, des clercs et des moralistes, des érudits locaux, que des scientifiques et évidemment des vulgarisateurs séricicoles et des éducatrices, en ce qui concerne spécifiquement cette espèce singulière qu’est le ver à soie.

  • 147 Voir à ce propos la mise en garde de F. Sigaut (1981 : 38-41).

301En retenant des sources aussi éclectiques, nous faisons donc le choix d’effacer la distinction entre des discours dont les statuts cognitifs sont généralement considérés comme hétérogènes et que l’on est souvent tenté de ranger dans des catégories séparées : la connaissance scientifique, la technique et enfin ce qui est de l’ordre d’une activité que l’on qualifie hâtivement, ou faute de mieux, de symbolique147. Comme nous l’avons esquissé dans les pages qui précèdent, l’imaginaire ou le symbolique d’aujourd’hui sont bien souvent le savoir d’hier. Il n’y a donc pas d’errements du savoir comme on peut parfois le laisser entendre, mais plutôt des formes de savoir qu’il faut considérer dans leur historicité et qui « ont surgi par des voies culturellement dépendantes » (Feyerabend 1989 : 107). C’est pourquoi il me paraît possible de les traiter simultanément comme des représentations et néanmoins de les interpréter historiquement comme des savoirs, chaque époque possédant son savoir et chaque savoir exprimant son époque. En effet, selon H. G. Gadamer : « Toute tradition qui se révèle aux yeux de la raison impossible ou dénuée de sens ne peut être comprise qu’historiquement, c’est-à-dire par un retour aux modes de représentations du passé » (1976 : 114).

  • 148 J.-P. Digard dénonce les dérives sémantiques de travaux américains, inspirés par C. Lévi-Strauss, (...)

302Sensible aux conseils de prudence que donne J.-P. Digard dans son ouvrage consacré à L’Homme et aux animaux domestiques au regard de l’usage selon lui intempestif des symboles et des métaphores148 qui font de ces derniers « des reflets de la société », nous ne pouvons, toutefois, faire l’économie d’une analyse de ce registre de sens qui participe également à la constitution du savoir et au fonctionnement de la mémoire (Sperber 1974 : 11) et, par conséquent, à la production des savoir-faire, question qui demeure notre ligne d’horizon.

  • 149 Pour un parcours plus détaillé, on consultera notamment l’ouvrage de Siganos (1985).

303Une longue tradition de la pensée occidentale se plaît à projeter les comportements et les sentiments humains dans le monde animal (Vauclair 1991 : 83-93). L’insecte y joue le rôle d’une figure emblématique de l’être humain. S. Audoin, par exemple, voit en eux « un peuple immense d’artisans laborieux, intelligents, agiles, de soldats courageux, armés, cuirassés pour leur défense » (1831 : 5). Nous retiendrons dans le vaste répertoire métaphorique’149 qui les concerne, deux traits principaux, mis d’ailleurs en exergue dans la citation précédente : leur technicité et leur sociabilité.

  • 150 Voir également sur ce thème : Rendu 1872.
  • 151 Ils affichent une intention véritablement didactique et s’adressent aux sériciculteurs, affirmant (...)
  • 152 Il s’agit du tisseur de soie lyonnais.

304L’image de l’insecte artisan domine en effet toute la littérature entomologique, scientifique ou littéraire constate C. Besson (1991 : 35) : « Architectes et sculpteurs, maçons et tisserands rappellent l’industrie et les arts de la vie civilisée150.» Pour J. Michelet, il est « l’industriel par excellence » (1858) tandis que dans un traité pratique consacré aux vers à soie151. J.-F. Roux et A. de Gravillon se font lyriques pour évoquer le sort commun du magnan et du canut152 : « de la cité laborieuse [Lyon], nous sommes allés visiter ces ateliers des campagnes où travaillent aussi à leur manière les chenilles délicates [...], n’est-ce pas alors une filature que la magnanerie et tous ces manœuvres ne mériteraient-ils pas le denier du père de famille ? » (1857 : 107).

305Capable de fabriquer un objet dans lequel il est permis de voir un artefact, le cocon – qu’on appelle également « bobine » –, le ver à soie est assimilé à celui qui exerce un art. Dans son œuvre poétique, P. Valéry s’appuie sur la conjonction de sa capacité à fabriquer et de sa faculté à se métamorphoser pour en faire le modèle de la création. Selon G. Ducret, le poète n’a cessé de concevoir la création comme une « phénixologie cutanée », l’artiste se défaisant de ses œuvres comme de peaux successives en se donnant comme modèle le ver à soie, ce « grand phénixologue qui s’ignore » : « Péniblement sécrétée de l’intérieur, cette peau qui l’enveloppe est son œuvre, une œuvre d’art qui recouvrira bientôt “d’un épiderme plus fin que l’épiderme véritable” les jambes des femmes » (Cocteau in Ducret 1994 : 68-70).

306Le ver à soie échappe à la comparaison avec d’autres animaux comme la vache ou le mouton. Leurs « produits » que l’homme s’approprie pour s’alimenter ou se vêtir sont incontestablement « utiles », mais ils ne résultent pas, comme on peut le concevoir pour la soie, d’une action volontaire de fabrication accomplie par l’animal lui-même. À la passivité de la vache ou du mouton s’oppose l’activité du ver à soie qui non seulement « tisse sa soie » mais aussi – et ce sont les éducatrices qui introduisent la nuance-, la « donne » : aussi, « si vous vous en occupez pas bien [...] il ne veut pas, il la donne pas, il la garde ». Cette particularité contribue à lui assurer son ancrage du côté de l’humain et les éducatrices, à l’instar des zoologues, s’émerveillent chaque fois qu’elles assistent au « travail » du ver à soie : « C’est pas croyable ce qu’ils sont capables de faire, c’est une vrai œuvre d’art. » La métaphore est également d’usage quand une séricicultrice compare le dilettantisme de voisins peu assidus au travail avec l’acharnement supposé des vers à soie, qui, eux, ne « chôment pas », « ne passent pas leur temps le nez en l’air ». Ch. Teissier du Cros évoque pour sa part ce « petit ouvrier animal » et affirme que « les mêmes caractères essentiels » se retrouvent, en somme, chez l’homme et le ver à soie (1903 : 99).

  • 153 Fénelon, Fable XXVI, « Les abeilles et les vers à soie ».

307L’autre thème sur lequel nous nous arrêterons est celui de la sociabilité du ver à soie. Vision paradoxale, prouvant que la métaphore, au même titre que l’analogie (Guillaumin in Poliakov 1978 : 375-376), peut fournir n’importe quel montage symbolique propre à appuyer les présupposés les plus éloignés. Contrairement à ce qu’affirme V. Pelosse, le fait que les circonstances s’y prêtent (1992 : 103) est loin d’être une condition nécessaire. En effet, le ver à soie n’a rien d’un insecte social comme la fourmi ou l’abeille. Seule son expansion démographique peut expliquer la métaphore sociale car rien dans le comportement des vers entre eux ne suggère l’existence d’une quelconque organisation. Cela n’empêche pas Fénelon, dans une de ses fables, d’évoquer la société paisible des vers à soie, comparée à celle des abeilles guerrières qui « s’entretuent à chaque changement de roi ». « Sans lois, fait-il dire aux vers à soie, nous vivons en paix et on ne voit jamais de guerre civile entre nous153 .» Mme Verdier-Allut a également publié un éloge du ver à soie de la même veine que l’écrit précédent :

Peuple tranquille et doux que ne trouble jamais,
ni rivalité, ni querelle,
et dont l’inaltérable paix,
peut servir à la fois aux mortels inquiets,
et de reproche et de modèle.

308À travers ces écrits, les vers à soie qui semblent vivre de manière très pacifique figurent une société idéale, exemplaire, propre à inspirer les hommes dans l’exercice de la vie sociale. Ch. Teissier du Cros est même allé jusqu’à évoquer l’image d’un « phalanstère de cénobites », forçant ainsi la réalité afin de concilier par cette formule hardie l’absence évidente de lien social entre les vers avec sa volonté de voir en eux une forme républicaine de gouvernement. Il parle d’ailleurs d’une « république involontaire ». On peut également voir dans la notion de « chambrée », couramment utilisée pour désigner un élevage de vers à soie, la référence à un groupe constitué et organisé comme le sont notamment les soldats.

309Mais le langage métaphorique s’approprie l’insecte, le ver à soie, à d’autres niveaux de signification, de symbolisation.

  • 154 Le ver se déplace en fait au moyen de minuscules pattes.
  • 155 Dans Alice au pays des merveilles, L. Carroll fait jouer au bombyx le rôle d’un interlocuteur et d (...)
  • 156 Dans la Genèse, on peut lire que Dieu a pris soin de faire « les bêtes sauvages selon leur espèce, (...)

310Dans un article important, D. Sperber a montré qu’une représentation symbolique vient d’une représentation conceptuelle qui a échoué à « rendre assimilable son objet » (1975 : 5). Il ajoute qu’une représentation zoologique devient symbolique dès lors que la norme idéale se trouve évoquée. S’agissant du ver à soie, on peut donc se demander en quoi il y aurait eu échec dans l’assimilation de sa représentation conceptuelle. L’historiographie zoologique nous éclaire sur ce point. Dans ses hésitations classificatoires, elle confirme l’idée selon laquelle les animaux qui possèdent des traits d’espèce ou de genre autres que le leur, par exemple les hybrides ou ceux qui se métamorphosent, font généralement l’objet d’une élaboration symbolique (Sperber 1975 : 24). C’est le cas notamment de la chimère, cet animal fabuleux appartenant à la mythologie grecque qui avait la particularité de posséder la tête et le poitrail d’un lion, le ventre d’une chèvre et la queue d’un serpent et ne pouvait, par conséquent, être classé dans aucun ordre. Cette hypothèse s’applique à la chenille improprement appelée ver à soie. Sur quels critères stables fonder, en effet, une norme puisque par ses métamorphoses il se dérobe sans cesse à l’identification, d’abord animal rampant154 et consommateur avide de feuilles de mûrier, puis « momie » inerte et qui ne s’alimente pas et enfin papillon155 ? Quel lien unit ces états successifs qui semblent toujours renvoyer à des espèces différentes et interrogent de fait le principe taxinomique fondé sur la thèse créationniste selon laquelle les animaux se reproduisent selon leur espèce156 ? O. de Serres a parfaitement exprimé les interrogations que soulève une telle nature, mal définie, composite, en situation de « glissement métamorphique » (Bétis 1995 : 95) lorsqu’il évoque cette « bestiole à laquelle défaille notoirement chair, sang, ossemens, même artères, veines, nerfs, boyaux, dents, yeux, aureilles, escailles, espines, arestes, plumes, poils excepte aux pieds quelque subtile bourre ressemblant à poil folet ou duvet, et aux autres choses communes presque à tout bestail terrestre, aquatique et aérin » (1600 : 140).

311Depuis l’Antiquité, ce « vivant singulier », selon l’expression d’Olivier de Serres, n’a cessé d’être un objet privilégié pour toutes les formes de pensée, la frontière entre le naturaliste et le théologien étant ténue, voire inexistante. Au fil des siècles, il a donné lieu à de multiples représentations symboliques qui ont conservé une remarquable vivacité jusqu’à aujourd’hui, si l’on considère les divers éclairages apportés à la fois par la zoologie et l’agronomie.

  • 157 O. de Serres utilise également cette image quand il évoque le ver à soie à l’état de chenille qui (...)

312Les mues du bombyx, ses transformations successives qui lui permettent de passer de l’état de chenille à celui de papillon, figurent dans de nombreux textes la condition de l’homme qui s’affranchit de ses attaches terrestres, s’extrait de la fange dont il est issu (Serres 1600 : 18)157 pour s’élever vers les cieux où règne le Divin. Ainsi le ver à soie apparaît-il comme la face lumineuse de l’insecte, souvent perçu comme ambivalent, voire annonciateur de mort. Certains auteurs font d’ailleurs remarquer qu’appeler ver ce qui taxinomiquement est chenille marque sa parenté avec « un autre ver sans nom, sans patrie, qui surgit partout où il doit agir, qui accomplit sourdement son œuvre implacable, qui détruit comme le premier édifie, qui découd comme celui-là tisse [...], qui est, hélas, le terme des misères humaines et l’épouvantement de la mort » (Roux et Gravaillon 1857 : 23-24). Ce lien identitaire, loin d’affaiblir la représentation, au contraire la renforce, certains, comme J. Godeart, affirmant que « les hommes ne sont proprement que des chétifs et misérables vers de terre et des pauvres chenilles » tandis que Luther déclare : « Je suis un ver et non un homme » (in Lesser 1742 : 2).

  • 158 Pour l’abbé Pioger, l’insecte témoigne de la providence du Créateur « qui a voulu sous tant de for (...)

313Le cycle biologique du ver à soie est également utilisé comme métaphore de l’existence humaine. Son assimilation à un ver renforce la métaphore filée en marquant plus nettement encore le chemin que l’homme doit parcourir entre les deux pôles de son existence, ainsi que les étapes successives qu’il lui faut franchir pour s’affirmer dans son être158. « Permise ou octroyée par les dieux », la métamorphose est un privilège et l’animal qui l’accomplit est considéré comme dépositaire du divin. En effet, le ver fait partie des animaux les plus terrestres, les plus éloignés des hautes sphères où souffle l’Esprit, tandis qu’à l’autre extrémité le papillon, à l’instar de l’oiseau considéré dans les bestiaires comme son plus proche parent, est propre à symboliser les échappées mystiques puisqu’il s’élève de la terre vers les cieux. Le sens connotatif joue ici un rôle essentiel : la métaphore a une puissance suggestive incontestable.

  • 159 Les protestants qui ne voulaient pas se rendre à la chapelle pour faire bénir la graine n’hésitaie (...)
  • 160 J’ai recueilli plusieurs témoignages relatifs à cette pratique auprès de séricicultrices de la hau (...)
  • 161 ADH C 180 ; fos 628-632, cité in Vidal 1983 : 49.

314Les métamorphoses du ver à soie prennent également une dimension allégorique : elles suggèrent la vie de Jésus-Christ, passé par les étapes successives de la naissance, de la mort et de la résurrection. « C’est pourquoi il n’est pas hors de propos que je dis [...] que le ver à soie estoit la figure de la Naissance, de la Vie, de la Mort et de la Passion et de la Résurrection de notre seigneur Jésus-Christ », écrit Ch. Isnard (1765 : 290). Les bénédictions des vers à soie mentionnent également cette allégorie : « [...] Daignez dans votre miséricorde bénir et sanctifier ces semences de vers à soie ; que par leur naissance, leur mort et leur résurrection, ils représentent la Naissance, la Mort et la Résurrection de votre Fils » (Julio 1933 : 142-143), peut-on lire dans un recueil de formules du XXe siècle. Cette pratique, largement diffusée dès le XVIIIe siècle (Delumeau 1989 : 55), s’est maintenue en Cévennes jusqu’à l’arrêt de la sériciculture dans les années 1960, plus particulièrement dans les secteurs où la population catholique est majoritaire159. C’est le cas dans la Haute Vallée de l’Hérault où la chapelle Saint-Roch d’Ardaillès160 accueillait chaque année les sériciculteurs qui voulaient faire bénir leur graine. Il est intéressant de remarquer que le poète B. de Verville et J. Barbusse, un visionnaire cévenol du début du XVIIIe siècle, ont tous deux recours à cette allégorie. B. de Verville invite les mortels qui ne croiraient point en la résurrection à venir « ouyr icy dans leur muet langage, de vos coupables cœurs la condamnation. Ce ver me fait penser au Ver qui rien ne monte... » (1600) tandis que J. Barbusse compare l’homme « à un ver et quelquefois ver que rien ne monte à Dieu puisqu’il n’y a rien à représenter si bien la résurrection que les vers à soie » l161.

315La mise en évidence d’une représentation qui oscille continuellement entre l’affirmation d’une séparation radicale et la reconnaissance d’une parenté aura permis d’esquisser le réseau de significations à l’intérieur duquel va s’inscrire le ver à soie. Cette tension en jeu dans la qualification du ver à soie s’exprime également dans la pratique et le langage techniques. C’est ce que nous voudrions montrer maintenant en revenant d’abord sur sa domestication.

UN INSECTE QUE L’ON ÉDUQUE

  • 162 Pour R. Chartier, les idées de la science « doivent être saisies à travers la circulation des mots (...)

316La sériciculture met en présence des humains et des insectes. Cette confrontation, au cours d’une série d’actes techniques organisés, implique des compétences, ensemble interactif de connaissances procédurières – des savoir-faire – et un système de représentations au sein duquel se rencontrent, de manière parfois indistincte, des connaissances déclaratives, ce qu’on appelle un savoir, et des productions mentales que l’on qualifie, par commodité, de « symboliques ». D’un domaine à l’autre la frontière est, on l’a vu, indécise et ces registres de connaissance se confondent, s’enchâssent et s’actualisent dans un système domesticatoire donné. Les représentations de l’insecte traversent les frontières du savoir-faire162, on ne peut donc les ignorer si l’on veut appréhender ce système dans sa complexité et en donner une lecture non seulement descriptive mais également interprétative. Comme l’indique bien F. Sigaut, l’activité d’élevage implique l’acquisition préalable d’un certain nombre de connaissances : des notions qu’il qualifie de « cognitives » parce qu’elles concernent l’animal domestique en tant que tel (anatomie, physionomie, comportement) et des notions proprement techniques, relatives « aux moyens de manipuler l’objet » (1989 : 16).

  • 163 C’est un avis partagé par F. Sigaut dans un article où il s’emploie à déconstruire cette notion (1 (...)

317Nous devons cependant nous attarder sur cette notion de domestication dont certains auteurs mettent en question la rigueur conceptuelle. De toutes les définitions qui lui ont été affectées, « aucune n’est véritablement pertinente et toutes comportent un certain flou sur leurs marges », estime en effet R. Delort qui navigue lui-même, tout au long de son ouvrage, entre différentes acceptions (1984 : 117)163.

  • 164 J.-P. Digard parle de « première domestication » et considère qu’il s’agit de l’acception la plus (...)

318On peut retenir une première définition faisant référence à l’étymologie du mot, apparu dans le vocabulaire au XIVe siècle (Robert 1964) et qui a pour origine le terme latin domesticus (de domus, maison). C’est en ce sens que I. Geoffroy Saint-Hilaire peut dire que domestiquer164 un animal, c’est l’habituer à vivre et à se reproduire dans les demeures de l’homme ou auprès d’elles.

319Selon une seconde définition, la domestication consisterait dans le processus de « réduction à l’état domestique » (Digard 1992 : 253) : il s’agit en quelque sorte d’écrire les premières pages du récit biographique d’une espèce. Pour I. Geoffroy Saint-Hilaire il convient de distinguer ce moment qui marque l’entrée d’une espèce dans la sphère de l’homme et qu’il appelle « domestication » de l’« état d’animal domestique » qu’il préfère qualifier de « domesticité ».

  • 165 Pour R. Needham, cette notion est polythétique (1975 : 349-369).

320Une autre interprétation consiste à regrouper derrière cette notion l’ensemble des relations homme/animal. C’est celle qui est le plus couramment utilisée par les anthropologues et qui soulève la plus vive polémique. Selon F. Sigaut, ce terme recouvre au moins trois niveaux de relations à l’animal : l’appropriation, la familiarisation et l’utilisation. Étayant son analyse d’une série d’exemples, il met en évidence le fait que ces trois niveaux sont virtuellement autonomes, même s’il leur arrive fréquemment de se conjuguer. Ainsi l’appropriation n’implique-t-elle pas nécessairement la familiarisation et l’utilisation, de même que la familiarisation ne s’accompagne pas toujours d’utilisation165. Si on se place d’un point de vue anthropologique, le fait que l’articulation des trois niveaux de relation, pour une espèce animale donnée, est soumise à des variations culturelles ajoute à l’imprécision du terme ; en effet, dans une société donnée, l’homme entretiendra avec un animal particulier des relations associant familiarisation et utilisation alors que dans une autre société il pourra y avoir familiarisation sans utilisation de cette même espèce.

321C’est pourquoi J. Barrau introduit l’idée de « degré de domestication» : « C’est au degré d’intervention des hommes à chacun de ces trois niveaux critiques de la vie et de la survie [...] animales, dans chacune de ces trois exigences vitales, que l’on pourra apprécier le degré de domestication », commente-t-il (1978 : 49-71). Il serait donc possible d’envisager l’existence d’une échelle de domestication selon un continuum dont le degré ultime correspondrait au stade où un animal reçoit nourriture et protection de l’homme et se reproduit sous sa surveillance. Dans cette perspective, la modification du génotype d’un animal indique le degré de sélection et de contrôle de la reproduction d’une espèce et renvoie donc au degré supérieur de la domestication tel que l’entend J. Barrau. Pour R. Thévenin, un animal domestique serait donc « celui qui, élevé de génération en génération sous la surveillance de l’homme, a évolué de façon à constituer une espèce ou pour le moins une race différente de la forme sauvage primitive dont il est issu » (1947). C’est l’isolement génétique qui est retenu ici comme critère de domestication.

322Une autre facette de la discussion sur le thème de la domestication concerne la spécificité éventuelle des « systèmes domesticatoires » par rapport aux autres domaines techniques. Cette spécificité se fonderait sur le fait que l’action technique s’exerce sur une matière vivante, animée, dont les mécanismes physiologiques ne peuvent être entièrement maîtrisés par l’homme.

323Toutefois, comme plusieurs études l’ont montré, on retrouve des composantes identiques dans d’autres secteurs d’activité. Dans le maraîchage ou la saliculture, par exemple, l’action technique s’inscrit également au sein de processus naturels que l’homme accompagne, favorise, oriente mais qu’il ne peut entièrement contrôler ; d’où l’idée d’une collaboration de l’homme avec la Nature, « comme un vivant avec une nature qui est vivante » (Delbos et Jorion 1984 : 168). On peut également trouver dans certains modes de domestication pratiqués de nos jours des arguments pour infirmer cette spécificité. Nous voulons parler de l’élevage dit industriel où le bétail est réifié, manipulé comme une matière inanimée, dans une logique exclusivement productiviste, en d’autres termes « dédomestiqué », car la volaille élevée en batterie est davantage traitée comme une pièce itinérante d’une chaîne de montage que comme un organisme vivant (Raffin, 1991 : 9).

324Selon J.-P. Digard, la spécificité des systèmes domesticatoires tiendrait avant tout à l’existence d’un lien affectif entre l’homme et les animaux domestiqués. Un système domesticatoire n’est pas tout à fait un ensemble technique comme les autres, écrit-il, car « l’homme ne s’implique pas de la même manière, ni avec la même sensibilité émotionnelle dans la domestication des animaux que, par exemple, dans la culture des plantes » (1990 : 219-220). Sur ce point, le dispositif technique des porcheries ou des poulaillers industriels, déjà évoqué ci-dessus, peut servir de contre-exemple puisqu’il « désocialise » l’animal de rente (Pelosse 1994 :138) et supprime toute part d’affectivité positive. En outre, si on admet qu’il y a peu de cas, dans la tradition occidentale, d’identification de l’homme en tant qu’espèce au règne végétal alors que son identification au règne animal est fréquente (Pelosse 1992 : 103), on ne peut ignorer toutefois que cette identification est courante dans les sociétés « exotiques » (Lory 1984 ; Descola 1986), ce qui tend à infirmer le caractère spécifique de la relation entre l’homme et l’animal.

325Il est néanmoins possible de considérer, en tenant compte des réserves émises, que certains cas de domestication font l’objet d’un investissement humain si ce n’est exclusif, tout au moins particulièrement marqué. Le ver à soie, nous semble-t-il, est l’un d’entre eux.

326La « domesticité » du ver à soie est un fait acquis. Pour l’historien R. Delort, le ver à soie est l’un des cas de domestication les plus poussés (1984 : 160) tandis que les biologistes J.-P. Garel, J. Daillie et J.-M. Legay le considèrent comme le seul insecte « réellement domestique » (1979 : 1223) si on le compare à l’abeille dont le statut entre sauvage et domestique est tenu pour incertain (Marchenay 1993 : 118). L’anthropologue J.-P. Digard (1990 : 143) voit en lui un animal « incontestablement domestique » que J. Rostand va jusqu’à qualifier de « mouton des insectes » (1943 : 10).

  • 166 Les particularités des races de vers à soie sont strictement héréditaires, ce qui signifie qu’on p (...)

327Cette espèce a fait l’objet d’un travail de sélection ininterrompue depuis que l’homme a commencé à l’utiliser. La sélection s’est d’abord opérée en ne retenant qu’une seule espèce de papillon, celle à l’origine du Bombyx mori, parmi toutes celles produisant de la soie, puis en ne conservant pour la reproduction, de génération en génération, que les individus qui présentaient les caractères les plus conformes aux critères recherchés : forme du cocon, diamètre du fil, abondance et coloration de la soie166.

  • 167 Selon J.-P. Digard, l’hybridation serait l’un des « instruments privilégiés de la gestion des rapp (...)

328En raison de l’ancienneté de la sélection, il est impossible d’indiquer avec certitude l’origine du Bombyx mori mais les naturalistes s’accordent pour lui assigner comme ancêtre probable un papillon chinois, le Theophila mandarina. Dans la première moitié de ce siècle des croisements interspécifiques, autrement dit des hybridations167, ont été effectués afin d’améliorer encore davantage les performances des races utilisées, sur les plans quantitatif et qualitatif. On peut donc voir dans le bombyx une espèce artificielle, entièrement « fabriquée ». Issu d’une longue série de manipulations génétiques orientées vers un unique objectif, la production de soie, il constitue en quelque sorte une race dérivée (Denis 1982 : 53) qui a perdu toutes ses facultés d’adaptation au milieu et ne peut donc survivre sans le secours de l’homme dont il dépend à tous les stades de son existence.

329Qu’il s’agisse de sa naissance, de son alimentation et même de sa reproduction, chacune de ces fonctions est soumise à l’intervention humaine, comme on a pu le voir. Cette dépendance est accrue sous nos latitudes qui ne conviennent pas « naturellement » sur le plan climatique au bombyx. Ce degré extrême de domestication, tel que l’entend J. Barrau, fait donc du ver à soie une sorte d’artefact – c’est une espèce « fabriquée » –, en même temps qu’il autorise un rapprochement avec l’homme en raison de l’extrême dépendance du ver à l’égard de ce dernier. En effet, un parallèle s’impose entre l’enfant qui exige d’être nourri, vêtu, protégé pendant une longue période et le ver qui demande des soins identiques. De toutes les espèces domestiquées, le ver à soie est certainement celle qui fait preuve du plus faible degré d’autonomie.

330J. Milliet a mis en évidence le statut instable de l’animal. Elle constate que l’anthropologie éprouve des difficultés à penser les rapports homme/animal parce qu’elle a pour tâche de « traiter symétriquement de l’animal-objet et de l’animal-humain ou du passage de l’un à l’autre dans ces processus d’action sur et avec l’animal » (1993 : 41). Cette remarque est en réalité valable pour toutes les sciences de l’homme et de la société, comme en témoignent les nombreuses études sur ce thème, notamment en philosophie ou en histoire. L’ambivalence de l’animal s’exprime particulièrement à propos de cette espèce éminemment singulière qu’est le ver à soie et on la perçoit tout à fait à travers la pratique séricicole qui doit être saisie à la fois dans son contenu intellectuel (les savoirs examinés ci-dessus) et dans le discours technique qui s’y réfère et que nous nous proposons maintenant d’examiner.

331En mettant en avant les interactions entre l’homme et l’animal domestique, J.-P. Digard (1988 : 45) poursuit l’idée que la relation est au cœur de la domestication. L’exemple du ver à soie peut apporter un nouvel éclairage à cette interprétation en montrant que ce qui est au cœur de la domestication, comme le suggère J.-L. Poirier (1978), c’est moins la relation réelle que la représentation d’une relation, balançant constamment entre la réification et l’affectivité.

332Revenons, à présent, à ce que nous avons qualifié plus haut de paradigme technique, à savoir le concept d’« éducation des vers à soie ».

  • 168 « Avant d’arriver à la bruyère, une grande partie de nos élèves avait disparu ; le reste est monté (...)
  • 169 On distingue trois « classes » qui correspondent aux trois « levées », lors de l’éclosion de la gr (...)

333On n’élève donc pas les vers à soie, on les éduque. Dans le vocabulaire séricicole, le terme « éducation » sert également à désigner le « groupe » de vers dont s’occupe une éducatrice ; ainsi une séricicultrice dira, en parlant de ses vers, « mon éducation », ou bien complimentera une autre sur le succès de « son éducation ». Autour de cette notion centrale se greffe une multitude d’autres expressions métaphoriques comme celle, courante, qui assimile le ver à soie à un « élève168 », qui de plus est regroupé en « classes169 ». Pour qualifier ce bouillonnement rhétorique, N. Charbonnel parle de « salve métaphorique » (1991 : 41). L’effet expressif de ces figures est, en effet, renforcé par leur accumulation.

334À cet égard, nous traiterons de la même manière ce qu’on pourrait appeler des métaphores discursives, puisqu’elles appartiennent au langage articulé, et des métaphores « actantes », c’est-à-dire des gestes et des comportements techniques, un véritable « langage » corporel, également inspiré par une représentation de cet élevage comme éducation. En effet, les concepts du langage se situent toujours à la limite « entre l’action et la réflexion, entre l’agir et le contempler » (Cassirer 1972 : 225). Notre propos n’est donc pas simplement de classer et d’ordonner des « intuitions » selon certaines caractéristiques, mais d’exprimer un « intérêt agissant porté au monde et à sa construction ». L’intrication du dire et du faire est soulignée par M. Foucault qui considère les pratiques comme les lieux « d’enchaînement » de ce qu’on dit et de ce qu’on fait, des règles qu’on s’impose et des raisons qu’on se donne. Autrement dit, l’analyse des « régimes de pratiques » est avant tout l’analyse de « programmations de conduite » qui ont, d’une part, des « effets de prescription » par rapport à ce qui est à faire (effets de « juridiction ») et, d’autre part, des « effets de codification » par rapport à ce qui est à savoir (effets de « véridiction ») (1994 : 22).

335Pour J. Molino, l’anthropologie, contrairement à ce qu’elle ne cesse d’affirmer, s’emploierait à maintenir côte à côte « technique rationnelle » et « irrationnel symbolique », c’est-à-dire le propre et la figure, appréhendée comme une « broderie miroitante et incertaine sur le tissu solide de la technique et de la raison », au lieu de gommer la distinction en reconnaissant à la figure une valeur véritablement cognitive. Dans cette perspective, la métaphore serait réduite à une fonction expressive ; elle participerait d’un « fatras magico-religieux » qui, échappant à toute réfutation empirique, se trouverait de fait disqualifié par la raison.

  • 170 N. Charbonnel propose « d’appeler cet autre régime, cognitif, en entendant par là que la similitud (...)

336Dans l’étude qu’elle a consacrée à la pensée de l’éducation, et en particulier à l’usage que celle-ci fait de la métaphore, N. Charbonnel va plus loin en analysant ses différents « régimes sémantiques ». D’après elle (1991 :135), il n’y aurait pas deux régimes sémantiques, un régime expressif et un régime cognitif, comme le soutiennent M. Foucault (1966 : 368) et la plupart des théoriciens, mais bien trois170 . Aux deux précédents, elle ajoute, en effet, le régime « praxéologique », entendant par là « que ces énoncés a) fussent-ils à l’indicatif et apparemment descriptifs, sont prescriptifs, injonctifs, b) et prescriptifs à l’égard d’une “praxis”, c’est-à-dire, au sens le plus large de ce mot, de ce qui dans une conduite, dans un ensemble d’attitudes et de sentiments, peut-être l’objet d’énoncés normatifs » (op. cit. : 143).

337Anthropologues et philosophes du langage ont récemment souligné le rôle de la métaphore dans l’ordre du cognitif. L’anthropologie du « symbolique » insiste sur cette dimension : C. Fabre-Vassas et D. Fabre évoquent notamment « la dimension cognitive de l’activité symbolique qui appréhende, comprend – au sens premier – et donc met en ordre » (1996 : 135). C’est cet aspect que met en lumière S. Atran dans son étude sur les analogies formatives de la science, distinctes selon lui des analogies « symboliques » (1986 :161). En violant certaines divisions ontologiques fondamentales du monde quotidien, affirme-t-il, on ne propose pas un « réagencement phénoménal d’un monde imaginaire, [...] il s’agit plutôt d’une directive qui vise à faire ressortir certaines propriétés de ces sujets catégoriquement distincts, pour les rendre mutuellement et précisément intelligibles » (ibid. : 162). L’analogie constitue dans les opérations cognitives un moyen naturel, spontané, presque instinctif, d’élargir et de transmettre des connaissances (Dambska 1969 : 34). Cette thèse est partagée par des épistémologues et philosophes qui dénoncent le mythe de la « pureté scientifique », d’un cheminement sans retour de la science qui irait ainsi « des pièges du vécu, du langage quotidien qui véhicule images et confusions à la pureté d’une langue qui correspond sans ambiguïté à des contenus bien définis » (Molino 1979 : 84-85).

338La dimension cognitive de la métaphore et de l’analogie est donc une propriété admise. Elle permet de conclure à l’unité profonde de tous les systèmes symboliques dans lesquels est incluse la « science », grande pourvoyeuse de métaphores : « Dans le symbolisme rituel comme dans les systèmes de croyance, dans les mythes comme dans la magie ou l’activité technique, ce sont les mêmes démarches cognitives qui sont à l’œuvre », affirme J. Molino (ibid. : 123).

339Le registre praxéologique est, en revanche, moins fréquemment mis en avant, ce qui traduit probablement le faible intérêt dont bénéficient les techniques. V. Soriano insiste néanmoins sur le fait que certaines images ont un rôle important pour les agriculteurs parce qu’elles font sens pour eux ; elles leur servent à mémoriser des connaissances et à agir efficacement. L’auteur choisit, pour étayer son analyse, précisément une métaphore : dire qu’une terre est « forte » ne recouvre pas la même réalité que dire « j’ai un sol argilo-calcaire » (1988 : 75). Pour cet auteur, l’appropriation d’un savoir exige « un fondement à la fois illustré et enraciné profondément dans le stock d’expériences visuelles et ressenties antérieurement » (ibid. : 78). C’est également ce qu’entend M. Salmona lorsqu’elle évoque les « stratégies de maternage» qu’elle identifie dans le discours métaphorique relatif à la culture des plantes : « La pensée technique [...] s’appuie en permanence, pour ce faire, sur une production métaphorique qui, comme nous l’avons montré dans le travail avec la terre, permet de pouvoir opérer sur un objet. Il est ainsi, au travers de la métaphore mieux connu, plus familier, riche en implications et, du même coup, fécond au plan des hypothèses qui guident l’action » (1983 : 85).

340Comme les modèles scientifiques, nous dit M. Salmona, la métaphore n’appartient pas à une logique de la preuve dans l’activité technique mais à une « logique de la découverte, de l’action du projet » (ibid. : 81). La sociologie de l’innovation ouvre d’intéressantes perspectives quant à une approche praxéologique du discours métaphorique. S’interrogeant, en effet, sur la genèse de l’innovation technique, de nombreuses études se donnent comme programme d’examiner le tissu de représentations, d’idées et de pratiques dans lequel elle s’insère.

341Avant de montrer en quoi cette théorie de la métaphore permet d’interpréter le discours métaphorique propre à l’activité séricicole et de préciser le sens de certaines séquences techniques, il est nécessaire de revenir sur la notion même d’éducation, de rappeler les connaissances encyclopédiques qui lui sont attachées, d’établir ses propriétés, comme nous l’avons fait précédemment pour le ver à soie.

  • 171 On remarquera que si l’expression « j’élève mon enfant » est courante, en revanche, l’expression « (...)

342On remarquera tout d’abord que, dans l’élevage des vers à soie comme dans celui des enfants171, la notion d’« éducation » s’est substituée à celle de « gouvernement » au cours du XVIIIe siècle, lorsque philosophes et théoriciens de l’éducation ont revisité ce concept. Les penseurs des Lumières ont, en effet, commencé à s’intéresser à cette notion afin de dépasser l’antinomie nature/culture et en même temps marquer la ligne de partage entre animalité et humanité. Cette coïncidence n’est pas le fruit du hasard ; elle invalide l’hypothèse de M. de Coster qui attribue à l’analogie – une métaphore est une analogie condensée – une fonction en premier lieu « conceptuelle » : « Pallier la pauvreté du vocabulaire par un emprunt conceptuel à un autre domaine de connaissance » (1978 : 23). L’usage du terme « éducation » dans le cadre de la sériciculture ne résulte en aucune façon d’une lacune terminologique, il n’est pas choisi « faute de mieux » mais afin d’établir une similitude entre ces deux pratiques. On peut également penser que s’il n’y a pas eu substitution de la notion d’élevage, apparue dans les années 1830, à celle d’éducation, c’est parce que cette dernière rend correctement compte de la manière dont les éducateurs se représentent cette activité.

  • 172 « L’enfant est aux femmes », écrit également J. de Viguerie (1979 : 33).

343Quelles caractéristiques et significations sont attachées, dans notre société, à la notion d’éducation ? É. Badinter apporte quelques précisions sur ce point (1980). Rejoignant J. de Viguerie qui affirme qu’« éduquer, c’est donc nourrir : nourrir le corps et nourrir l’âme » (1978 : 19), elle constate que la fonction éducatrice prolonge la fonction nourricière, également dévolue à la femme172 . Gardienne de la morale, de la tradition, celle-ci pèse sur le sort de la famille et de la société à travers la manière dont elle éduque ses enfants. L’auteur invite à ne pas confondre éducation et instruction dont le sens est beaucoup plus étroit ; l’instruction a pour but exclusif la formation intellectuelle de l’enfant alors que l’éducation concerne davantage la transmission de valeurs morales. Elle revêt également une connotation affective et prend le sens de sacerdoce : « la surveillance maternelle s’étend de façon illimitée. Point de jour ni de nuit que la mère ne veille tendrement son petit. Qu’il soit en bonne santé ou malade, elle doit rester vigilante », commente É. Badinter qui ajoute que ce serait « l’instinct maternel » (sic), appelé par d’autres « génie maternel », qui guiderait infailliblement les femmes dans leurs tâches d’éducatrices (ibid : 253-254).

344L’interprétation d’une métaphore exige, selon U. Eco (1992 : 159-160), d’effectuer une série d’inférences complexes. Dans notre exemple, il faut convoquer toutes les significations associées à la notion d’éducation, comme le nourrissage physique et spirituel, le rôle de la mère ; se souvenir des ressemblances établies entre les vers à soie et l’homme (en puisant dans le champ de références précédemment décrit) ; se rappeler que c’est également la femme qui s’occupe des vers à soie ; puis, agencer tous ces éléments, les mettre en interaction. Pour atteindre ce résultat interprétatif, il s’est donc agi de mobiliser certaines propriétés, de sélectionner des traits pertinents et, nous dit U. Eco, de « narcotiser » tous ceux qui ne servent pas le propos métaphorique.

345Les trois registres, expressif, cognitif et praxéologique, sont indissociables, de sorte qu’une expression métaphorique relève généralement de plusieurs registres simultanés, selon son contexte d’usage.

  • 173 Une telle conception émotive de la figure se fonde sur une dichotomie opposant deux « versants » d (...)

346Ainsi donc, la séricicultrice qui dit à propos d’une autre qu’elle était « une vraie mère, pour les vers à soie », de même que le conseiller séricicole qui consigne dans un fascicule technique qu’en sériciculture, « tout est affaire de présence », doivent également être pris au sérieux. En considérant ces propos métaphoriques seulement dans leur dimension expressive, en ne retenant que la « conception émotive de la figure173 », en n’y voyant que des projections fantasques, des bizarreries marquées du sceau de l’irrationalité, on omet le fait qu’ils participent d’un savoir (Eco 1992 : 156) et d’un faire, qu’ils s’inscrivent dans une description normative de la technique, comprise comme système de pratiques efficaces.

347En construisant une homologie entre l’élevage du ver et l’éducation de l’enfant, le discours métaphorique propose, en effet, un ensemble de repères procéduraux. En ce sens, il joue pleinement son rôle de modèle, dépassant la fonction étroite de représentation pour celle de guide. N. Charbonnel montre que la fonction praxéologique de la métaphore concerne le plan du « perlocutoire », c’est-à-dire du « contenu de l’action ou de l’attitude (la “praxis”) extralinguistique ». Ainsi pour cette philosophe qui étudie le discours de l’éducation, les énoncés du type « l’enfant est une plante » signifient : « Tu dois te comporter à l’égard de l’enfant comme on se comporte à l’égard d’une plante » (1991 : 146).

348De la même façon, derrière le discours des éducatrices ou des techniciens, derrière certaines pratiques se dessine le modèle qui les inspire et les différentes composantes de l’action technique se voient assignées les propriétés qui ont été sélectionnées afin de construire le sens voulu. Le rôle essentiel de la femme dans l’éducation se reflète dans l’ordre de la pratique par une division des tâches qui est effectivement extrêmement tranchée : seule la femme s’occupe des vers à soie.

  • 174 Voir ci-dessus la définition que É. Badinter donne du maternage.

349L’éducation, en tant qu’activité sexuellement marquée, intègre une dimension affective qu’on associe communément à la notion de « maternage ». A. Laurent de l’Arbousset fait remarquer qu’avec la naissance des vers à soie, « c’était comme une nouvelle famille qui venait se joindre aux enfants, qui, comme eux, avait sa place au foyer, souvent la meilleure » (1875 : 2). L’éducatrice des vers à soie, comme toute bonne mère, doit faire et fait preuve de prévenance, de prévoyance, de dévouement même. C’est ainsi que comme l’explique une éducatrice, « la vraie mère des vers à soie, c’est la femme de la maison qui s’occupe d’eux ». De même que la présence de la mère de famille dans son foyer favorise une bonne éducation, celle de l’éducatrice auprès des vers est censée garantir un bon développement de la chambrée. Les expressions des séricicultrices sont identiques à celles qu’on peut entendre dans la bouche d’une mère de famille : « Tout le temps que ça durait, je les avais à l’œil », « il faut être vigilant, si on ne veut pas avoir de problèmes avec eux plus tard174...»; car pour les vers à soie, comme pour les enfants, les problèmes ne se rencontrent pas aux premiers âges. C’est seulement au moment de la montée que la négligence se « paie » : « à ce moment-là, ils faisaient n’importe quoi », affirme une éducatrice signifiant par là que les vers avaient un comportement incohérent, désordonné, courant sur les litières plutôt que de monter dans les cabanes. Ainsi ce sériciculteur qui relate les difficultés rencontrées lors d’une éducation : « Ma fille fut en proie aux plus pénibles angoisses. Elle consulta tous les livres ; elle se laissa aller à cette crédulité des mères quand il y va du salut de leurs enfans ; elle essaya tous les expédiens » (Propagateur de l’industrie de la soie 1842 : 137). Montrant les signes d’une atteinte par la flacherie ou toute autre maladie, le ver à soie est mis « à l’hôpital », c’est-à-dire sur une petite claie séparée où il recevra un traitement de faveur, la séricicultrice étant « à ses petits soins ». Au moment de la mue, elle les laisse « dormir, sans les déranger ».

350Douceur dans les manipulations, attention toujours en éveil, régularité dans les soins et par-dessus tout cet « amour du ver à soie » qui désigne les « vraies » éducatrices. La notion de présence, concept qui peut paraître bien flou, renvoie en réalité à des attitudes précises de surveillance discrète et constante afin qu’aucun comportement non conforme n’échappe à l’attention de l’éducatrice. Toute action technique, distribuer les repas, déliter, ranimer le feu dans l’âtre, s’accompagne de postures d’observation, parfois même de paroles comme cette personne qui me dit qu’en leur donnant la feuille, elle parlait continuellement à ses vers à soie, les « engueulait » quand ils gaspillaient la feuille et les félicitait lorsqu’ils « avaient bien travaillé » et que la récolte s’annonçait abondante.

351Toujours en référence à la fonction maternelle de la séricicultrice, elle prépare les repas des jeunes vers « comme on fait avec un bébé », ce qui signifie : avec beaucoup de soin, en coupant la feuille menue « pour qu’il puisse bien la mâcher, parce qu’il a des dents minuscules ». Elle les « lève » au sortir de chaque mue. La pérennité de la couvée au nouet, procédé dans lequel la femme porte les vers à soie sur des parties du corps liées à la maternité, les seins ou le ventre, est un exemple intéressant qui invite à s’interroger sur le poids de la représentation. La résistance des séricicultrices à adopter d’autres procédés moins contraignants trouve une explication dans la dimension affective de cette tâche, faisant dire à Ch. Teissier du Cros que « c’est sans doute le même instinct féminin qui lui [la fermière] fait conserver ce culte si touchant, presque maternel, pour la frêle petite bête qu’elle n’hésite pas à faire éclore à la chaleur de son sein » (1903 : 118).

352Nous avons montré précédemment en quoi le ver à soie se situe du côté de l’humain, quelle est la déclinaison des correspondances établies entre cet animal et l’homme. De ce point de vue, la métaphore éducative contribue à fixer une image du ver à soie qui offre une ressemblance avec la figure humaine. Le développement du ver à soie, en quoi consiste son élevage, est pensé par analogie avec celui de l’être humain auquel il est assimilé. On comprend alors que son milieu de vie soit évoqué en des termes habituellement employés pour décrire le milieu de vie de l’homme : la séricicultrice dira qu’elle vient d’installer les vers dans leurs « appartements » pour désigner la magnanerie. Tous ces termes qui appartiennent à la sphère terminologique de l’homme, en violant le code du langage, renforcent la puissance anthropomorphique de la métaphore éducative. Quitte parfois à forcer le trait en effectuant une lecture des propriétés du ver à soie allant dans le sens recherché. Ainsi l’éducatrice décèle chez ce dernier des signes de reconnaissance : quand M me A. entrait dans la magnanerie « ils tournaient la tête vers la porte, tous en même temps » ; une autre s’interroge : « On nous disait bien que le ver comprend rien, il voit rien, il entend rien, il pense rien... mais moi je ne crois pas bien, ils réagissent quand on est là, ils doivent bien sentir quelque chose, une présence. »

353Le refoulement de l’animalité du ver à soie et la reconnaissance de son humanité analogique, qui en est le corollaire, trouvent à s’exprimer dans l’importance accordée à la propreté. Or on sait que le devenir propre est une étape fondamentale du développement de l’enfant et par la même de l’éducation qui a pour fonction de le socialiser et le civiliser. S. Freud a montré qu’il existait une relation étroite entre la verticalisation de l’humanité et la relégation de l’odeur. Le redressement serait ainsi une étape dans le processus de « civilisation » et assurerait selon lui la transition entre la prépondérance de l’odorat qui caractérise la bête et celle du regard qui désigne l’être humain.

354C’est à se redresser que le ver à soie va se consacrer au cours de l’ultime étape de son existence de chenille, la « montée » qui précède la fabrication du cocon.

De la « montée » à la récolte

L’encabanage

355À la fin du cinquième âge, également appelé la « grande frèze », le ver à soie s’apprête à fabriquer son cocon.

356Les éducatrices jugent que le moment est venu lorsque son appétit diminue et qu’elles le voient redresser la partie supérieure de son corps. Aussitôt qu’il manifeste le désir de « monter », on doit donc préparer des supports, les « cabanes » dans lesquelles, au terme de son ascension, il va « rendre » sa soie.

357Le vocabulaire restitue bien le caractère à la fois protecteur et sommaire de cette installation. Pour fabriquer ces cabanes, on emploie, en effet, des branchages de différentes variétés arbustives, chêne blanc ou vert, bouleau ou yeuse, ou buissonnantes comme le genêt ou la bruyère (Blanchon 1905 : 67). La bruyère qui tapisse les hauteurs des montagnes et les adrets que l’homme n’a pu mettre à profit est une espèce couramment utilisée dans les Cévennes méridionales et les vallées des Gardons tandis que les populations de la Haute Vallée de l’Hérault lui préfèrent le genêt qui colonise les hauteurs inexploitées des massifs.

  • 175 En occitan, brus ou bruc : bruyère dite « à balai ».
  • 176 ADG 7 M 401.
  • 177 Terme occitan qui désigne un arbrisseau rameux et toujours vert, le rhamnus alaternus.
  • 178 « Francisation » du terme occitan descoucouna qui signifie ôter les cocons de leur support.

358La cueillette de la bruyère se fait généralement au début de l’éducation : il faut que les minuscules feuilles et fleurs qui couvrent les rameaux aient le temps de sécher puis de tomber. Comme durant les premiers âges l’élevage et notamment la cueillette de la feuille n’occupent pas encore les sériciculteurs de l’aube au crépuscule, ils se réservent une journée pour couper le quintal de bruyère ou de genêt qui leur sera nécessaire pour « encabaner » une once de vers à soie. La préférence de certaines éducatrices va au bruc175 une bruyère arborescente qui pousse volontiers dans les endroits frais et ombragés où les plantes s’étirent vers la lumière et jouissent d’une humidité qui favorise leur croissance. On choisit plutôt des rameaux qui ont « la jambe bien unie » et « le haut touffu176 »; en effet, si la partie inférieure de la branche est régulière, sans aspérités, les vers à soie y grimperont sans difficulté. Les espèces dépourvues de fleurs sont également recherchées car la bourre qui entoure le cocon est beaucoup plus propre : « Nous, ce qu’on aimait bien avoir, c’était des “aladers177”, c’était pas de la bruyère qui fleurissait et c’était intéressant à décoconner178. » Le genêt offre également l’avantage d’« être plus propre », c’est-à-dire d’être lisse ; il peut donc être cueilli tardivement, voire juste avant de fabriquer les cabanes. Selon M. F. : « C’était encore mieux quand il était vert, il sentait fort et c’était bon pour les vers. »

  • 179 « L’élevage aux rameaux » a pour but de pallier la carence de main d’œuvre pour cueillir la feuill (...)

359Une fois coupée, la bruyère est souvent laissée sur place pendant quelques jours de façon à « s’essuyer » au soleil tandis que le genêt peut être immédiatement transporté au mas où les rameaux sont ensuite coupés à la hauteur voulue, selon l’espacement qui a été laissé entre les tables superposées : 60 à 70 centimètres pour un élevage « traditionnel » en fonction de l’espacement vertical entre les tables, davantage lorsqu’il s’agit d’une éducation aux rameaux179.

360« Quand ils s’apprêtaient à monter à la bruyère, là on le voyait. Ils changeaient de couleur » ; « le ver à soie devenait très, très clair, on y voyait à travers... ». Comme signe de l’imminence de la montée, tous les témoignages mentionnent en premier lieu le changement de coloration, cette opalescence qui a inspiré à O. de Serres une jolie expression : « Il transluit comme un raisin mûrissant. » Plus prosaïquement, ce sont les réservoirs soyeux occupant à ce moment-là la quasi-totalité de l’abdomen de la chenille (Maillot et Lambert 1906 : 140) qui transparaissent sous la cuticule.

  • 180 Littéralement, vers qui fabriquent un tapis, c’est-à-dire qui rejettent la soie en nappes horizont (...)

361D’autres signes avant-coureurs avertissent les éducatrices que les vers à soie s’apprêtent à fabriquer le cocon. Le ver qui n’avait d’autre occupation que de se nourrir se désintéresse soudainement de la nourriture et commence à divaguer en tous sens sur la litière. Il se redresse, ballotte la tête et « étire son museau » comme s’il cherchait à atteindre un objet situé en hauteur et hors de portée, agitation incohérente qui succède à une longue période de boulimie apathique. « On voyait qu’il commençait à lui sortir du fil de par la bouche. Là, on disait : “maintenant le ver à soie, il est mûr”. » Lorsqu’il commence à sécréter son fil soyeux, l’encabanage doit être fait de toute urgence. Combien de séricicultrices dont les vers ont été « dérangés » dans leur travail les ont vu se transformer en « vers tapissiers180, vomissant par paquets, à même la litière, une soie dès lors inutilisable !

362On construit les cabanes en respectant la différence éventuelle de maturation des chenilles, particulièrement lorsque l’égalisation est imparfaite. La magnanière, juchée sur la courte échelle qui lui a servi pour distribuer la feuille, dresse la première rangée de rameaux en bordure de la claie sur laquelle elle a repéré des vers s’apprêtant à nymphoser. Coupés sensiblement plus long que la hauteur entre les tables, ces rameaux sont pliés, arc-boutés contre la table supérieure de façon à constituer des supports solides. Une fois cette première rangée placée, elle en dispose une nouvelle à environ cinquante centimètres de la précédente, en prenant soin de recourber alternativement un rameau vers la rangée déjà installée, puis le suivant en direction de celle qu’elle dressera parallèlement ; de cette manière, elle forme une voûte dont les arceaux sont prêts à accueillir les vers fileurs. Continuant à dresser de la sorte la bruyère en faisant alterner les rameaux inclinés alternativement à droite et à gauche, la magnanière construit des rangées parallèles de cabanes qui couvrent progressivement toute la superficie de la table.

363Pendant la mise en place des cabanes, on continue à nourrir les vers car tous ne sont pas prêts à faire le cocon exactement en même temps. C’est le moment le plus pénible pour l’éducatrice qui n’a pas un instant de répit. Certaines se mettent à la tâche après avoir donné le dernier repas et expédié toutes les besognes courantes ; « On regardait les canis où les vers à soie devenaient les plus roses et puis on passait une partie de la nuit à mettre la bruyère ; le lendemain matin, il était pas question de rester au lit ! il fallait de nouveau aller ramasser la feuille et continuer à mettre les bruyères aux autres ! »

  • 181 Il s’agirait de rameaux de « ciste à feuilles de sauge », appelé mounchèto en occitan.
  • 182 Embruquer vient de embrugar, terme dérivé de bruc, bruyère en occitan.
  • 183 De desmamaduros, littéralement ceux qui ne sont pas mûrs (Roman 1876 : 93).
  • 184 Terme occitan qui désigne une construction en bois supportant de petites claies et que l’on utilis (...)

364Une fois la cabane édifiée, les Cévenols ont coutume de disposer sur le pourtour des claies des rameaux de « mounche181 » destinés aux vers trop « dévarillés » (énervés) qui commencent à nymphoser sur la litière ou à ceux, faibles, qui ne parviennent pas à « embruquer », c’est-à-dire monter à la bruyère182. Si ces vers à soie « aiment bien se mettre là-dedans », c’est parce qu’ils sont attirés par les effluves aromatiques qui se dégagent de cet arbrisseau dont les pousses sécrètent une résine odorante. M. I. recueillait les « démamadures183 », autrement dit les vers non parvenus au terme de leur transformation, et les installait à part, sur un « lévado184, avec des branches de chêne blanc tout autour parce que le chêne blanc, la feuille s’enroule en séchant et le ver aimait à se mettre au milieu pour faire le cocon ».

32. – C.-F. Beaurepère, L’Art d’élever les vers à soie, 1833, cabanes.

365La magnanière veille à ce que tous les vers soient en mesure de fabriquer leur cocon dans de bonnes conditions. Elle saisit délicatement ceux qui, égarés, errent en tous sens afin de les installer elle-même au cœur des cabanes. Elle récupère parfois les acrobates maladroits qui en voulant grimper toujours plus haut finissent par chuter sur la litière ou sur le sol de la magnanerie en atteignant l’extrémité fragile et mal orientée d’un rameau. Elle traque également ceux qui confondent les montants des tables avec les branches de bruyère ou de genêt et tentent d’arrimer le fil dans des espaces non prévus à cet effet.

  • 185 Voir les pages consacrées à la touffe, p. 172-176.

366Lorsque tous sont dans les cabanes occupés à tisser leurs cocons, le dur labeur des sériciculteurs s’achève : plus de feuilles à cueillir et à distribuer, plus de feu à entretenir car la température ambiante qui s’est généralement adoucie en l’espace d’un mois convient parfaitement au ver à soie qui file son cocon. Il faut seulement aérer, ventiler la magnanerie car une touffe qui surviendrait à ce moment-là pourrait encore être dangereuse, surtout si elle accompagne un orage185 : comme on l’a vu, les sériciculteurs sont persuadés que les vers redoutent tout particulièrement le tonnerre au moment de la montée.

367Progressivement, au fur et à mesure que les vers cessent de manger pour filer leur soie, un profond silence s’installe, contrastant avec le crissement ininterrompu, semblable au crépitement d’une pluie d’orage, des milliers de mandibules déchiquetant la feuille.

368L’éducation est quasi achevée. Quelques retardataires terminent leur cocon tandis que les plus hâtifs commencent leur métamorphose secrète, à l’intérieur de leur gangue soyeuse.

369Si l’éducation s’est déroulée sans incident majeur, la séricicultrice peut déjà, à la seule vue des bruyères chargées de cocons, se faire une idée approximative du volume de sa récolte mais elle n’en dit généralement rien à son entourage car aucune d’entre elles ne s’aventurerait à faire un pronostic précis, craignant d’être déçue lorsque les cocons auront été récoltés.

370Les portes de la magnanerie où nul n’avait le droit de pénétrer s’il n’appartenait au cercle étroit de la proche parenté s’ouvrent à tous ceux, voisins, parents éloignés, amis ou curieux qui viennent s’enquérir de sa réussite. Fierté légitime devant le fruit de son labeur et que la pratique du péçu ne peut que renforcer : même si personne n’est dupe, les séricicultrices éprouvent une évidente satisfaction à faire admirer les rameaux lourds de cocons et selon toute apparence plus nombreux qu’elles ne seraient en droit de l’espérer compte tenu de la quantité de graine mise à incuber !

371Parmi les visiteurs, les uns s’adonnent au jeu du pronostic et lancent des chiffres qui flattent l’amour-propre de la séricicultrice, d’autres, envieux, gardent le silence et hochent la tête d’un air entendu, laissant imaginer à leur interlocutrice qu’ils ont fait nettement mieux. Mais les regards jaloux ne soucient plus l’éducatrice car tout est définitivement joué : la récolte est là, exposée au regard de tous, preuve manifeste de sa compétence et récompense de tant d’efforts et de sacrifices.

372Quatre ou cinq jours après que les vers retardataires sont montés à la bruyère, l’éducatrice peut considérer que son travail est définitivement achevé. Il est temps de procéder à la récolte qu’on appelle décoconnage.

Le décoconnage

373Le décoconnage consiste à ôter les cocons de la bruyère. C’est une opération qui n’admet pas de retard car les premiers vers à être montés à la bruyère ont achevé leurs cocons depuis déjà quelques jours lorsque les derniers y parviennent à leur tour. Le temps est donc compté : il faudra impérativement étouffer les chrysalides avant qu’elles ne deviennent papillons.

  • 186 Décoconnage et déramage sont des termes synonymes.
  • 187 À combien de plaisanteries, de sous-entendus malicieux ce terme ne se prête-t-il pas !

374Les rameaux sont retirés des tables de la magnanerie et transportés par les hommes jusqu’à l’endroit où on procédera au décoconnage ou déramage186. Si la température extérieure est fraîche ce jour-là, le cercle bruyant et joyeux des « décoconneuses187 » se réunit dans une pièce de l’habitation ou dans le ramier libéré de son stock de feuilles. Par une chaude journée, comme c’est souvent le cas en juin ou juillet, on recherche, au contraire, la protection du marronnier ou du tilleul qui ombragent généralement la cour des mas cévenols.

375Les branchages sont rassemblés en fagots et déposés devant les décoconneuses, sur des bâts ou des couvertures de laine afin que l’humidité du sol « ne prenne » pas le cocon.

376« Les femmes restent là, assises tout le tour et allez, on prend la bruyère...» Il faut à la fois « rendre propre le cocon », c’est-à-dire le débarrasser des brindilles, des particules sèches qui restent accrochées à la soie pour qu’il ait belle apparence et en même temps lui laisser le plus possible de sa « blaze », ce réseau lâche de soie qui a servi au ver à délimiter l’emplacement de son cocon : « Il fallait lever la saleté, mais pas trop ! », insiste Mme M. qui ajoute que la blaze, « ça donnait du charme au cocon ». Ce « charme » se compte en fait en milligrammes qui, additionnés, augmentent de manière non négligeable le poids total de la récolte.

377Les cocons font l’objet d’un premier tri au fur et à mesure qu’ils sont détachés de leur support. Les décoconneuses séparent les cocons bien formés de ceux qui sont de second choix. Elles forment une série de petits tas, « pour leur donner de l’air de tout le tour » car le cocon est humide et présente donc un risque de pourrissement. Chaque tas correspond à une qualité. En prenant le cocon entre ses doigts, la décoconneuse exerce une légère pression destinée à apprécier la densité de soie. Les cocons dont la partie centrale est sans faiblesse sont classés en première catégorie, en revanche, les « peaux », les « chiques » qui cèdent à la pression sont mises à part.

378Les éducatrices distinguent d’autres catégories de cocons de second choix :

  • les « doubles », c’est-à-dire ceux auxquels deux vers ont travaillé simultanément ; ils sont facilement reconnaissables à leur grosseur et à leur aspect bosselé ;
  • les « vitrés » dont une extrémité presque dépourvue de soie laisse deviner par transparence la chrysalide ;
  • les « fondus » que l’on repère immédiatement à la tache sombre qui macule l’une des extrémités. Il s’agit de cocons renfermant une chrysalide morte et en voie de décomposition.

379Dans une éducation menée avec succès, la proportion de cocons défectueux représente à peu près 9 % soit environ 6 % de doubles et 3 % de « fondus », de « vitrés », de « peaux » ou présentant tout autre défaut ; ce qui correspond, en terme de poids et considérant un rendement de l’ordre de 70 kg à l’once, à 63,7 kg de Ier choix, 2,1 kg de défectueux et 4,2 kg de cocons doubles (Laurent de l’Arbousset : 249).

33. – Corbeilles pour stocker les cocons.

380Une fois triés, les cocons sont répartis dans différentes corbeilles d’osier ou dans de grands sacs de toile afin d’être livrés au courtier ou directement au filateur.

381Le décoconnage est toujours présenté par les éducatrices comme une fête, une (rare) occasion de sociabilité, moment privilégié d’échanges, de bavardages. La vie austère d’une paysanne cévenole offre peu d’occasions pareilles, aussi « c’était un peu l’euphorie », se souvient l’une d’entre elles. Il s’agit d’un moment de détente, de « décompression » après les derniers quinze jours de l’éducation marqués par une fatigue intense et une inquiétude constante. Toutes évoquent la dimension ludique du décoconnage : « C’était la fête... Cocagne ! », dit une autre, « Là, vous mettez des femmes... et c’est un ou deux jours de noce ! »

382Il rassemble généralement les voisins, ceux qui vivent dans le même quartier (Balfet et Bromberger in Poirier et Raveau 1976 : 117-136). Les éducatrices se concertent de façon à étaler dans le temps les séances de décoconnage. Un jour chez l’une, deux jours chez l’autre, sans interruption car le temps est compté si on veut livrer les cocons au filateur sans prendre le risque de voir sortir les papillons. La rotation concerne tout au plus cinq ou six maisons : « Tous les voisins venaient chez nous, puis on allait décoconner chez eux », se souvient M. I. ; « un gâteau, une bonne bouteille de carthagène », parfois même un « bon petit repas, histoire de marquer le coup » : la récolte des cocons est pour chacun la promesse d’une rentrée d’argent attendue. Les plaisanteries allègres fusent, les jeunes enfants slaloment entre les paniers de cocons en chahutant tandis que leurs aînés prêtent mainforte. Les hommes ne sont pas exclus du cercle joyeux mais leur présence n’est sollicitée que lorsqu’ils manquent des bras : on décoconne plus volontiers entre femmes.

  • 188 Avant l’instauration du système des primes à la sériciculture, les cocons étaient pesés seulement (...)

383Avant la pesée officielle qui intervient au moment de la vente proprement dite188, les cocons sont tout d’abord pesés par l’éducatrice et sa famille, impatientes de savoir si la récolte est bonne. Certaines usent de subterfuges : elles descendent les sacs de cocons à la cave pour la nuit, « parce que la cave c’était humide alors la soie pompait un peu d’humidité » ou bien décoconnent le plus rapidement possible car « plus tu les ramasses tôt, plus ça pèse ». La chrysalide, plus légère que le ver, n’est, en effet, pas encore formée. D’autres encore dissimulent des « peaux » sous une épaisse couche de cocons de belle apparence, espérant que le filateur ne plongera pas ses mains dans le sac pour vérifier : « C’était chacun sa petite “ficelle”, pour gagner davantage. »

L’étouffage, une mise à mort acceptée

384L’étouffage de la chrysalide qui se forme à l’intérieur du cocon dans les jours qui suivent sa fabrication est une opération essentielle qui interrompt le cycle des métamorphoses. Si elle n’est pas exécutée, la chrysalide se transforme en papillon et celui-ci s’échappe hors du cocon en écartant les entrelacs de soie qui le constituent. Ce cocon que l’on dit percé ne peut plus être dévidé mais seulement cardé ce qui diminue considérablement sa valeur marchande.

385Nous reviendrons plus longuement sur l’importance de l’étouffage qui apparaît comme une véritable « tâche stratégique » (Lemonnier 1980 : 9). À ce stade, il importe de faire remarquer que l’étouffage constitue une véritable mise à mort. On peut alors se demander comment cet acte trouve place dans le processus technique alors qu’il paraît contradictoire avec tout ce qui a été écrit jusqu’ici concernant l’anthropomorphisation dont le ver à soie fait l’objet. Comment, en effet, les éducatrices de vers à soie acceptent-elles d’abandonner à la mort ces vers qu’elles ont entourés de sollicitude, qu’elles ont assimilés à des enfants chéris ?

386Ce qui rend possible ce passage d’une éducation qui dans ses pratiques et son langage ne cesse d’affirmer la proximité entre le ver et l’homme à une mise à mort dans des conditions qui peuvent sembler particulièrement cruelles, c’est la discontinuité manifeste entre le ver à soie, objet d’affection et de soins attentifs, que la séricicultrice voit progressivement disparaître derrière son enveloppe soyeuse, et la chrysalide qui lui succède dans le secret du cocon. Le cocon est ce lieu où s’accomplit la transmutation, où le ver, à l’abri des regards et sans que l’éducatrice ait à intervenir, subit une métamorphose qui fera de lui un être radicalement autre.

387Si sa mise à mort peut être acceptée sans difficulté par les éducatrices, si cet épisode peut être évoqué sans conduire à une remise en question de la relation nouée entre elles et leurs chambrées, c’est parce que le phénomène de la métamorphose conjugué à la dissociation de l’éducation et de l’étouffage autorise une manipulation symbolique : dans un premier temps le ver disparaît, dans un second temps la séricicultrice livre à la filature et donc à l’étouffage une enveloppe, le cocon, qui ne le contient plus puisqu’il s’est transformé. Ce qui sera étouffé, c’est la chrysalide, non le ver avec lequel elles ont entretenu un commerce de plusieurs semaines.

388Au cours de l’enquête, jamais le fait que la chrysalide est en quelque sorte le prolongement du ver n’a été évoqué. La dissociation des « êtres » se substitue à la séparation des tâches dont N. Vialles a souligné la nécessité au sein des abattoirs afin de rendre la mise à mort acceptable (1987 : 35-42). À l’instar du hall d’abattage, le cocon est un espace secret de « latence » (Van Gennep 1981 [1909]). Il n’est donc pas nécessaire ici d’inventer un dispositif de dénégation ou de contournement car celui-ci est déjà naturellement, pourrait-on dire, donné. C’est en dépossédant Bombyx mori de sa continuité que la mise à mort de l’animal peut être occultée. Entre le corps vivant incarné par le ver à soie et le corps mort qui est celui de la chrysalide, la différence est radicale : il s’agit d’une différence de nature.

389L’ambiguïté du ver à soie permet d’étanchéifier la séparation entre ce dernier, objet d’affection et de sollicitude, et la chrysalide, moins représentée comme une étape ultérieure dans le cycle des métamorphoses que comme un être de nature radicalement différente, dont le statut oscille entre « chose » et animalité « primaire ». En effet, comme on l’a vu, le travail éducatif vise non seulement à faire croître le ver mais aussi à le « civiliser » en lui inculquant la maîtrise de ses pulsions sexuelles et le dégoût de ses excréments, dégoût qui signe tout particulièrement le passage de l’animalité à l’humanité. Il ne semble pas y avoir de lien entre la quasi-humanité du ver et l’animalité de la chrysalide.

390Les termes qui servent à désigner la chrysalide méritent d’être examinés. À son propos, on parle indifféremment de « nymphe » ou de « momie ».

391Le premier terme est d’origine savante : les entomologistes y ont recours pour désigner le deuxième stade de la métamorphose des insectes et il est aussi utilisé par certains auteurs de manuels techniques. Mais il revêt deux autres significations particulièrement éclairantes : il désigne, d’une part, une jeune fille au corps gracieux et une courtisane, d’autre part, en anatomie, une partie des organes sexuels féminins correspondant aux petites lèvres de la vulve.

392Le second terme est analogique : la chrysalide est de forme ovoïde, comme emmaillotée dans un corselet hermétique qui lui donne l’apparence d’une momie et comme cette dernière, indissociable de la mort, elle est inerte, sans mouvements.

393Les significations attachées au premier terme ramènent à la sexualité alors que, comme cela vient d’être dit, le travail éducatif a notamment pour vocation d’absorber les pulsions, d’extirper le sujet d’un état « animal » qui leur laisse libre cours (Freud 1995 : 37). Paradoxalement, alors qu’au stade de nymphe Bombyx mori est dépourvu de toute fonction organique, les séricicultrices, la plupart du temps aussi ouvrières de filature, font sans cesse allusion au pouvoir de son odeur. « L’odeur de la fileuse » qui les imprègne est liée à la chrysalide que le dévidage dépouille de son enveloppe de soie. Mais cette odeur est non pas associée à la mort mais à la sexualité : on la décrit comme plus entêtante que forte, plus « drôle » (au sens de troublante) qu’écœurante. On nous a signalé à plusieurs reprises que lorsque les filatures étaient en activité, on avait coutume d’imposer aux jeunes filles pensionnaires dans les établissements religieux un détour lors des promenades afin d’éviter la proximité des filatures en raison des tas de chrysalides dont les effluves étaient susceptibles de provoquer des émois érotiques.

394Momie, la chrysalide dont on vient de voir qu’elle était davantage pensée comme de nature différente de celle du ver à soie que comme un stade successif, ne peut être véritablement tuée car elle est déjà morte : son immobilité, l’arrêt de toutes les fonctions organiques et sensorielles en témoignent. Pour les séricicultrices, la chrysalide n’est pas réellement vivante, rien, si ce n’est le dessèchement, ne permet de distinguer une chrysalide avant l’étouffage d’une chrysalide étouffée.

395Le contraste que l’on peut observer entre l’investissement considérable des éducatrices dans leur relation aux vers à soie et le désintérêt qu’elles manifestent envers la chrysalide trouve donc une explication plausible dans l’instauration d’une séparation entre deux étapes consécutives et liées du cycle des métamorphoses du Bombyx mori.

Notes

1 L. Febvre écrivait en 1935 : « Technique, un de ces nombreux mots dont l’histoire n’est pas faite. Histoire des techniques : une de ces nombreuses disciplines qui sont tout entières à créer » (1935 : 531).

2 On peut distinguer cinq manières d’envisager les rapports entre technique et société : la technique conditionne le social (White) ; les choix techniques sont avant tout des choix sociaux (Bloch, Mumford) ; il y a interaction du social et du technique (le courant de la « technologie culturelle ») ; le social et la technique forment un tissu sans couture (Akrich, Hughes et Latour) ; les techniques sont autonomes (Ellul, Habermas, Virilio).

3 Elle affirme également que de « nombreuses études de cas nous ont vaccinés contre un déterminisme technique plat et nous ont habitués à l’idée d’une définition conjointe des objets techniques et des dispositifs sociaux, économiques » (Akrich 1990 : 84).

4 Ne pas réduire mais pour autant ne pas ignorer. D’après Y. Schwartz, il n’est pas « de géographie historique de l’innovation sans une économie des rapports de pouvoir » (1991 : 183).

5 Ici, la notion de « système technique » est prise lato sensu. Elle correspond à l’interprétation qu’en propose B. Gille (1979 : 8-18).

6 Ce que H. Balfet appelle la « chaîne opératoire centrale » (1991 : 13).

7 Les vers atteints par la « grasserie » grossissent excessivement et leur peau se distend et s’amincit. Ces vers, s’ils parviennent à tisser leur cocon, ne peuvent se transformer en chrysalides. Ils se décomposent en un liquide noirâtre et nauséabond qui tache le cocon.

8 Bulletin de la société d’agriculture du Gard, année 1834 : 47, in : Rivoire 1842.

9 On peut citer ce commentaire d’Olivier de Serres : « Pour la quantité de fueille, est à souhaitter les arbres estre plantés en bon fonds, mais non pour la qualité; fueille pour ce que jamais ne soit la fueille tant fructueuse de gras que de maigre terroir, attendu que ce terroir-là rapporte la fueille grossière et fade, et cestui-là, délicate et savoureuse » (1805 [1600] 114). E. Guillaud fait également remarquer que dans les terrains humides et argileux la végétation du mûrier est exceptionnelle « mais il ne s’en suit pas que les feuilles soient supérieures du point de vue qualitatif : au contraire, elles sont trop épaisses et aqueuses » (1899 : 218).

10 Des enquêtes menées au Vietnam (1992, 1993, 1994) et en Bulgarie (1997) montrent que dans ces pays les sériciculteurs valorisent au contraire les mûriers au feuillage vigoureux.

11 La taille de formation a lieu chaque année au printemps et jusqu’à ce que l’arbre entre en production, vers 6 ans environ. Elle consiste à donner à l’arbre ce qui sera sa charpente lorsqu’il sera à maturité. Elle tient compte à la fois de sa croissance annuelle et de la forme définitive que souhaite lui donner le sériciculteur : « Quand ils sont jeunes, on laisse allonger ou écarter un peu ; il vaut mieux enlever les “jingles” du milieu [...] une fois qu’ils avaient formé la tête. »

12 Les arbres trop longtemps négligés, maltraités ou « abouris » acquièrent une nouvelle jeunesse par le recépage, appelé également étêtage. C’est une opération courante, particulièrement au XXe siècle où de nombreux sujets, épuisés et insuffisamment soignés, donnent des signes de dépérissement. Par ce procédé, le sériciculteur leur restitue un peu de leur vigueur primitive et freine leur baisse de productivité. « On coupait toutes les “bougnes” et s’ils voulaient repartir, ils repartaient, sinon ils crevaient ! », explique un sériciculteur.

13 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807.

14 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier·. Qu. 157 : Taille-t-on les mûriers de tige, les émonde-t-on, les recèpe-t-on, les ravale-t-on ? / Qu. 158 : Quelle est la manière de tailler les mûriers de tige, et l’époque à laquelle on les taille ? / Qu. 159 : Quelle est la manière d’émonder les mûriers de tige, et l’époque à laquelle on les émonde ? / Qu. 160 : Quelle est la manière de recéper les mûriers de tige, et l’époque à laquelle on les recèpe ? / Qu. 161 : Quelle est la manière de ravaler les mûriers de tige, et l’époque à laquelle on les ravale ?

15 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, canton de Saint-André-de-Valborgne.

16 Ibid., canton de Sumène.

17 Ibid., canton d’Anduze.

18 Ce calcul n’est possible que pour les plantations de mûriers en vergers. On estime que cinq journées sont nécessaires pour tailler 220 mûriers réunis sur un hectare de terrain ; cependant, dans les micro-propriétés cévenoles aménagées en terrasses, les mûriers sont généralement cultivés en cordons et les plantations d’un seul tenant sont rares.

19 ADG 7 M 401, Statistiques. Réponses aux questions relatives à l’éducation des vers à soie.

20 Voir notamment ADH C 2251. En 1851, M. Salagé annonce son départ pour Milan « pour chercher de la graine » : Journal politique, commercial, littéraire, industriel d’Alais, 13 janvier 1851, n° 654.

21 ADG 7 M 401, op. cit., canton d’Alais.

22 Voir également Payen (1910) : « Jusqu’en 1850, [...] chaque propriétaire produisait lui-même la graine dont il avait besoin pour la campagne suivante. »

23 On voit se dessiner à travers les précisions apportées dans l’enquête de 1807 une représentation des conditions de dégénérescence de la graine.

24 Fondée en 1837, cette Société organise un concours de cocons de reproduction récompensant les éleveurs qui s’emploient à créer de nouvelles races par croisement ou à perfectionner les anciennes en sélectionnant les plus beaux cocons.

25 « Éducations de graine », Annales de la Société séricicole, Paris, Mme V. Bouchard-Huzard, 1850 : 315. Loiseleur-Deslongchamps évoque même l’idée de créer de véritables « haras séricicoles » « où l’on travaillerait sans cesse à ramener les races à des types purs... en sacrifiant le produit industriel pour ne songer qu’à la reproduction » (in Rebouillon 1940 : 136).

26 « Récit d’une éducation dans les Cévennes », Le Propagateur de l’industrie de la soie en France, Rodez, Carrière aîné, 1841 : 369.

27 J’ai pu, en revanche, observer un procédé identique au Vietnam, chez des graineurs privés. Compte tenu des contraintes biologiques qui pèsent sur cette activité, les variantes sont peu significatives.

28 La livre est une ancienne unité de poids qui varie selon les régions entre 380 et 550 grammes.

29 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Anduze.

30 Il faut noter que l’on trouve des cocons de races différentes dans une même éducation. La gamme de couleur des cocons est très large puisqu’elle va du jaune vif au vert céladon, en passant par le blanc, l’incarnat, le fauve clair... C’est seulement à la fin des années 1830 que, sous l’impulsion de Camille Beauvais, sera créée la Société séricicole pour la propagation et l’amélioration de l’industrie de la soie en France qui mettra la sélection des races à l’ordre du jour.

31 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, M. Durand, Sumène.

32 Fiches d’élevage relatives aux collections de « races », archives de la Station séricicole d’Alès.

33 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Sumène et Anduze. Voir également Fraissinet 1835 : 56.

34 Le papillon humecte le grès de la paroi soyeuse avec une sorte de salive alcaline qu’il régurgite. Les fils de soie se séparent et il n’a plus qu’à se frayer un passage vers l’extérieur.

35 Voir en particulier le Journal politique, commercial, littéraire, industriel d’Alais, l’Aigle des Cévennes, les Annales séricicoles de 1840 à 1855.

36 Une maladie dont les caractéristiques seraient proches de celles de la pébrine se serait manifestée pour la première fois en France en 1688. Selon les spécialistes, elle serait réapparue à plusieurs reprises durant les décennies suivantes, jusqu’à l’épidémie généralisée du milieu du XXe siècle (Mozziconacci 1912 : 65-107).

37 ADG 7 M 207, Lettre adressée par le Maire de Valleraugue au Sous-Préfet du Vigan, 15 septembre 1850.

38 M. Jouve note que dans le canton de Saint-Jean-du-Gard l’once de graine produit de 4 à 6 fois moins qu’avant la maladie. En 1850, le rendement est de 28,4 kg. Il n’est plus que de 5 kg en 1860.

39 Les cellules sont des sortes de pochettes confectionnées dans une toile fine et mesurant environ 5 cm de côtés.

40 Initialement, les mâles étaient également examinés puis on s’est aperçu qu’ils ne jouaient aucun rôle dans la transmission de la maladie aux œufs.

41 Voir ADG 7 M 390 et 391, 1867-1881 ainsi que ADG 7 M 213, Microscopes départementaux : diffusion dans les communes et auprès des sériciculteurs.

42 ADG 7 M 217, Mémoire adressé par Mozziconacci au Sous-Préfet d’Alais, le 5 octobre 1897.

43 Ces critères, on l’a vu, font référence à la couleur, la forme, la densité et la texture. Aux établissements Ferran-Guintrant de Cogolin (Var), le triage s’effectue à l’aide d’un tapis roulant sur lequel passent les cocons. « Ainsi le choix n’est pas subordonné à l’appréciation d’une seule ouvrière puisque les cocons passent sous les yeux de toutes, de telle sorte que, les ouvrières étant rangées à la suite l’une de l’autre de chaque côté du tapis, la suivante voit ce qui a pu échapper à l’attention de la précédente » (Mazel 1924 : 81).

44 De même, l’isolement de certains villages de la Corse, tels Porto Vecchio et Poggio di Venaco, les a préservés de la pébrine. Voir Pasteur 1870, t. II.

45 Ce prix supérieur tient au fait que la graine est un produit à forte valeur ajoutée.

46 « Là où ces mœurs avaient déjà été établies, le grainage ne pouvait que se développer et les graineurs se multiplier » (Rebouillon 1948 : 628).

47 D. Travier a recueilli dans les vallées des Gardons des témoignages attestant un maintien tardif du grainage domestique.

48 L’Italie, la Syrie, les Balkans, la Russie, la Perse et jusqu’au Kashmir sont désormais des pays importateurs de graine française. En 1900, elle atteint 1 200 000 onces dont 1 000 000 pour l’exportation.

49 La Préfecture du Gard fournit en 1895 la liste des maisons les plus importantes du département : Laurent de l’Arbousset et Darbusse à Alais, Martel à Saint-Étienne-de-l’Olm, Bousquet et Portalès au Vigan, Journet à Sumène, Lévy à Durfort, Perrier et Laget à Saint-Hippolyte-du-Fort et Chabal à Aumessas. ADG 7 M 217, Liste des maisons les plus importantes du Gard qui s’occupent de grainage de vers à soie et du commerce d’exportation, 8 avril 1895.

50 Au cours des années 1930, des chambres fonctionnaient dans les localités suivantes : Alès, Bréau, L’Estréchure, Mandagout, Notre-Dame-de-la-Rouvière, Lasalle, Saumane, Sumène, Saint-André-de-Majencoules, Saint-Martial, Saint-Jean-du-Gard, Sénéchas, Valleraugue.

51 Les sériciculteurs s’approvisionnent généralement chez plusieurs fournisseurs de façon à limiter les risques de perte au cas où la graine commandée serait de mauvaise qualité.

52 ADG 7 M 379, Station séricicole d’Alais, Rapport n° 9, 26 sept. 1922 : 126.

53 Le texte du règlement est le suivant. « Article premier : Les éducateurs et cultivateurs de vers à soie qui veulent bénéficier des primes allouées par la loi du 2 avril 1898 doivent, avant la mise en incubation, au plus tard avant le premier mai de chaque année, déclarer à la mairie de leur commune la quantité de graine de vers à soie qu’ils ont l’intention d’élever [...]. Article 2 : le jour où il met ses vers à la bruyère, l’éducateur en fait la déclaration à la mairie, en indiquant le nombre de claies ou tables mises ou à mettre successivement à la bruyère. » Règlement d’administration publique du 28 mai 1898 (Cambell 1898 : 152).

54 « L’on doit s’arranger de façon que le ver trouve, en naissant, de la feuille tendre, proportionnée à la faiblesse de ses dents et à la délicatesse de son estomac. On dit communément que le ver doit venir avec la feuille... » (Boissier de Sauvages 1763 :128).

55 La vie larvaire comporte quatre âges d’une durée de 4 à 8 jours séparés par des mues au cours desquelles le ver renouvelle sa cuticule (peau).

56 « État météorologique à Alais, pendant la saison des vers à soie de 1843 », Annales de la Société séricicole, 7e vol., Paris, Veuve Bouchard-Huzard, 1844 : 38.

57 À Alais, « lorsque la saison n’est ni avancée ni reculée, les mûriers poussent vers le milieu d’avril ; et la feuille des gros arbres a pris tout son accroissement vers le 20 ou 25 mai. Il est d’usage alors de mettre les couvées aux environs du 22 avril » (Boissier de Sauvages 1763 : 47).

58 « La couvée des vers à soie, lorsque l’art n’y entre pour rien, se fait à la seule chaleur de l’air » (Boissier de Sauvages 1763 : 15).

59 Voir les traductions des textes chinois et japonais effectuées au XIXe siècle : Résumé des principaux traités chinois sur la culture des meuriers et l’éducation des vers à soie (1837) ; Yo-San-Fi-Rok l’art d’élever les vers à soie au Japon (1848) ; Yo-San-Sin-Sets Traité de l’éducation des vers à soie au Japon (1848). Voir également l’article de C. Zanier consacré à « L’imagine della Cina e del Giappone in Italia attraverso l’introduzione di pratiche sericole estrémo-orientali in Europa (1825-1870) » (1989 : 521-554).

60 Bien entendu, le rejet des matières synthétiques ne vaut que pour le XXe siècle puisque les fibres artificielles, appelées d’ailleurs soie artificielle, ont été inventées à la fin du XIXe siècle par le comte de Chardonnet et ont été produites industriellement au début du XXe siècle.

61 L’enquête décrit d’autres procédés connus au XIXe siècle lors de l’apogée de la sériciculture mais quasi abandonnés au XXe siècle. Ils permettent l’incubation d’une importante quantité de graine. Les nouets sont déposés dans une corbeille « faite exprès, espèce de panier long, étroit, plat de forme ovale » qui est placée au ciel du lit ; chaque matin au lever, la corbeille est recouverte, enveloppée dans de chauds jupons de laine ou enfouie sous des coussins de plume afin de conserver la chaleur que les corps assoupis ont communiquée à la couche. Il arrive également que l’on utilise les services d’une « couveuse » qui repose la nuit, mais « parfois aussi une partie du jour afin que la graine conserve toujours à peu près le même degré de chaleur ». Afin que le réchauffement de la graine soit progressif, on évite de la mettre durant les premiers jours en contact trop étroit avec la couveuse, « après quatre jours on lui donne un peu plus de chaleur, on met la corbeille plus près des pieds de la femme qui couve, on augmente la chaleur jusqu’au moment où les vers à soye éclosent ». Cette méthode est utilisée lorsque la quantité de graine mise à incuber, dépassant les deux onces, doit être partagée entre plusieurs nouets. Elle permet également de réaliser une incubation collective : plusieurs séricicultrices confient alors leurs nouets à l’une d’entre elles qui se charge du soin de couver leur graine en s’alitant.

62 C. Isnard affirme qu’il y a une manière « très assurée pour mettre la graine à couver... savoir de mettre la graine dans un petit sachet de linge ou de taffetas molet et le mettre dans le sein ou sous les esselles des femmes ou autre part (pour celles qui demeurent assises, ou celles qui n’agitent pas beaucoup hors la chambre)... » (Isnard 1765 : 125). « Il nous faudra des œufs ou graines de vers à soye, que nous ferons éclore sous les jupes des fames », peut-on lire également dans une lettre de la même époque, ADH C 2250, Lettre de M. Desmollins, s. d.

63 Le « castelet des Cévennes » doit son nom aux ouvertures percées dans les parois latérales qui le font ressembler à un château miniature. On l’appelle également couveuse, étuve ou fourneau hydraulique.

64 Ses propos sont rapportés dans Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 1, juillet 1842 : 311.

65 Secretain en fournit la liste pour 1939 : Alès, Bréau, L’Estréchure, Mandagout, Notre-Dame-de-la-Rouvière, Lasalle, Saumane, Sumène, Saint-André-de-Majencoules, Saint-Martial, Saint-Jean-du-Gard, Sénéchas et Valleraugue pour le département du Gard ; Sainte-Croix-Vallée-Française pour celui de la Lozère (1940 : 79). L’implantation de chaque chambre d’incubation est déterminée par plusieurs facteurs : il faut éviter aux jeunes vers le risque d’un trop long transport entre la chambre d’incubation et les lieux d’éducation et surtout la végétation des mûriers doit être homogène de façon que tous les vers nés simultanément aient de la feuille pour se nourrir.

66 Dans ce domaine, la négligence est impardonnable car c’est le sort des éducations futures qui se joue : « C’était la chambrée de tout le monde qui était en jeu, c’était très strict », se souvient une ancienne responsable. Le choix de la personne chargée de l’incubation est donc décisif. Les responsables de la station séricicole considèrent même qu’il vaut mieux renoncer à la chambre si on ne trouve pas de personne de confiance.

67 Citons l’incubation dans le fumier en fermentation. Au XVIIIe siècle, on procédait également à l’exposition de la graine à la chaleur naturelle du soleil. Ce procédé est actuellement en vigueur dans les pays à climat tropical, notamment le Vietnam.

68 Les femmes plaçaient sous leurs jupes un morceau de bois afin qu’il leur rappelle la présence de la graine qu’elles risquaient d’oublier en bougeant pour vaquer à leurs occupations et d’écraser par mégarde.

69 Si l’on en croit les spécialistes, la graine surchauffée, « morfondue » périssait souvent.

70 « Le progrès n’a qu’un signe et il ne peut être que positif », commente J.-J. Salomon, mettant en cause cette conception du progrès (1982 : 3).

71 A.-J. Bourde dénonce dans un chapitre de son ouvrage consacré aux agronomes et à la société rurale française « l’attitude méprisante de nos auteurs pour la routine, le préjugé, l’esclavage de l’habitude » (1967 : 987).

72 Toutes les séricicultrices reconnaissent infailliblement ce signe sans toutefois pouvoir fournir une explication. Ce changement de couleur s’explique par le fait que l’embryon a mangé la membrane intérieure de son œuf.

73 Il ne faut pas voir dans cet usage d’un terme emprunté au vocabulaire de la psychologie l’indice d’une projection anthropomorphique : le langage séricicole s’est forgé au XVIIe siècle, alors que le terme d’émotion était utilisé pour désigner des manifestations d’ordre physiologique.

74 On utilise aussi des morceaux de canevas, toile claire et ajourée qui sert de fond aux ouvrages de tapisserie. Les Questions relatives à l’éducation des vers à soie mentionnent également l’utilisation d’étoupe, un résidu de chanvre et de filoselle. Ces matériaux semblent avoir être abandonnés progressivement au cours du siècle. ADG 7 M 401.

75 Rappelons que le cocon percé est impropre au dévidage et perd par conséquent une partie de sa valeur marchande.

76 30 000 à 35 000 vers à soie provenant d’une once de graine, soit 25 ou 30 grammes, pèsent à la naissance 17 à 20 grammes. Voir Payen 1910 : 40.

77 Les témoignages récents sont confirmés pour le début du siècle par les observations de Mozziconacci : « Généralement on les met dans la cuisine devant le feu superposés à environ 0,40 m les uns des autres sur une sorte de support désigné en patois sous le nom d’escarras », Mozziconacci, op. cit. : 75. Voir également, pour l’Ardèche, Ozil 1986 : 119.

78 « Les porte-clayons se nomment vulgairement râteliers ou “escaras”. Ce sont des espèces de châssis longs d’une toise et larges d’un pied et demy environ » peut-on lire dans l’enquête de 1807. ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, canton d’Anduze. (Le pied mesure 0,324 m.)

79 Il s’agit d’œufs brouillés avec des herbes sauvages et/ou le vert de plantes cultivées, comme la côte de bette.

80 Le bouscas est un rejet de châtaignier. Par extension, le terme désigne tout autre rejet, ici de mûrier.

81 Leur nombre peut varier en fonction de la race et selon la valeur de l’once (de 25 à 30 g).

82 Terme occitan que l’on peut traduire littéralement par linceul.

83 « Quand on n’avait personne, c’était nous qu’on la coupait. Mais alors là, il aurait tombé une pluie de crapauds et bien ils auraient pu s’y pendre, parce qu’on coupait des tiges comme ça ! Mon mari me disait : pas besoin de demander qui a passé aux mûriers ! »

84 La production de chaque arbre est fonction des soins dont il a bénéficié, de son âge et bien entendu des facteurs climatiques. Il faut noter que le mûrier, contrairement aux arbres dont la biologie florale et reproductive induit des récoltes alternes, comme, par exemple, le châtaignier, a une production relativement stable d’une année sur l’autre. Étant donné ces différents facteurs, il est difficile de donner des indications générales concernant la productivité d’un arbre et les sériciculteurs se disent incapables d’indiquer un rendement moyen, que ce soit à l’hectare ou par pied. Chaque arbre est considéré comme un sujet unique dont la productivité n’est évaluable que sur pièce : l’épaisseur et la hauteur d’un tronc, la vigueur et l’élancement des branches, l’exposition et les amendements apportés sont autant d’éléments à prendre en compte dans sa détermination. Les réponses portent toujours sur un arbre précis qui s’inscrit dans le champ visuel, ce mûrier et nul autre.

85 Il s’agit certainement de Morus alba vulgaris rebeleira, appelé en Cévennes Rabalaïre ou traîneuse, variété à rameaux flexibles et retombants. Déjà mentionnée dans un mémoire du XVIIIe siècle (C 2250, Mémoire instructif sur la manière de cultiver les mûriers, d’élever les vers à soie et de bien filer les soies, 21 décembre 1759), elle est également signalée par Maillot et Lambert (1906 : 432-433) et Secretain et Schenk (1944 : 30).

86 Le terme mou fait référence au fait que le corps du ver se ramollit. Passi signifie passé, flétri, la peau du ver paraissant ridée ; arpian se rapporte aux fausses pattes du ver qui restent accrochées aux feuilles de la litière même lorsqu’il est mort.

87 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie.

88 « À partir de cet âge [le 3e], on peut se dispenser de monder la feuille : les vers sont assez forts pour la manger telle qu’on la cueille » (Roman, op. cit. : 81).

89 « Nous avions des saquetos, des grands sacs serrés à la ceinture pour avoir les mains libres, alors on allait dans le ramier... »

90 Fraissinet, comme de nombreux autres auteurs, parle plus volontiers du sériciculteur, de l’éleveur... Or comme on le verra plus loin la sériciculture est une activité essentiellement féminine. Cette masculinisation est le reflet d’une idéologie sexiste qui veut ignorer le rôle des femmes dans l’économie.

91 Les Mémoires seront réédités à de nombreuses reprises.

92 La muscardine est une maladie qui provient d’un champignon. Les vers atteints de muscardine deviennent d’abord mous. Une fois morts ils durcissent et se recouvrent d’une moisissure blanche.

93 La flacherie est une affection du type dysentérique.

94 En occitan, excréments des vers à soie.

95 Nocive pour le ver, la litière humide l’est également pour la magnanière : elle redoute le « venin » des vers à soie, une irritation de la peau causée par les substances toxiques douées de propriétés urticantes qui se trouvent dans les excréments des vers et qui provoque de fortes démangeaisons.

96 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Réponse du canton de Saint-André-de-Valborgne.

97 Le jas est ensuite réutilisé, soit comme fumure, soit comme aliment pour les cochons qui en sont friands.

98 À chaque âge des vers à soie correspond un diamètre de perforation, depuis 4 millimètres pour le premier âge à environ 16 millimètres pour le cinquième. Voir Blanchon 1905 : 79.

99 Pour économiser, M. L. « bricolait » lui-même son papier perforé en achetant du papier alimentaire gris dans lequel les commerçants enveloppaient les produits comestibles, qu’il perforait à l’aide d’emporte-pièce de différentes dimensions en fonction des âges.

100 D’autres sériciculteurs appliquent des procédés qui leurs sont propres, comme la mère de Mme S. qui « avait son tour de main, un savoir-faire : elle soulevait une couche de feuilles, une certaine épaisseur avec les vers, elle la roulait pas serré, disons qu’elle la faisait glisser comme on roule un matelas et elle enlevait cette partie et la mettait sur un autre canis ».

101 Voir l’observation de Ch. Hombres-Firmas : « Il y a toujours beaucoup de fumée dans les petites magnaguières ; c’est même, on peut le dire, avec la fumée qu’on les chauffe » (Hombres-Firmas, « Application des tubes à vapeur pour chauffer les vers à soie », op. cit. : 30).

102 Fourneaux en occitan.

103 Allusion à la prétendue pingrerie des épiciers qui chercheraient toujours à économiser quelques grammes en servant leurs clients.

104 Les publications locales mentionnent fréquemment des incendies de magnaneries durant la période d’élevage des vers à soie. L’Écho des Cévennes daté du 27 mai 1865 signale deux incendies : l’un au hameau de Saumane, commune de Sumène, a détruit la magnanerie de J. Triaire et « le même jour, à Colognac, commune de Lasalle, éclatait également un incendie dans la magnanerie du Sieur Antoine Hébrard. Autre exemple, dans une magnanerie de Durfort : « Un incendie a éclaté dans une magnanerie de notre bourg et a détruit une chambrée de vers à soie de six onces sur la bruyère et en grande partie en cocons... On attribue la cause du sinistre à une étincelle qui se serait dégagée du foyer placé dans un angle de la vaste chambre servant de magnanerie ; foyer sans conduit de cheminée et alimenté avec du bois de châtaignier » (L’Écho des Cévennes, 12 juin 1880).

105 En occitan, une petite fenêtre.

106 L’abbé Boissier de Sauvages déconseillait en son temps d’élever des vers à soie dans « les fonds, les valons et les plaines peu ouvertes : les exhalaisons qui s’en élèvent y croupissant, l’air retient plus long-tems les mauvaises qualités que sur les élévations plus exposées aux vents » (1763 : 5).

107 Comme on le verra plus longuement, la vertu purificatrice de la flamme vive se conjugue avec son pouvoir odorant pour assainir l’atmosphère et émoustiller les vers.

108 J.-P. D’Arcet, membre de l’Académie des sciences et de la Société royale et centrale d’agriculture, a conçu un procédé d’assainissement de la magnanerie, qu’il expose notamment dans les Annales de la Société séricicole, Paris, Bouchard-Huzard, 1841 : 146-171.

109 ADG 7 M 401.

110 « Troisième lettre de M. Gensoul à M. Rivière », Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 2, juillet 1837 : 135.

111 La muscardine est une maladie des vers à soie causée par un cryptogame, le Botrytis Bassiana.

112 « On prétend avoir démontré que le bruit du tonnerre et des coups de canon n’affecte point les vers à soie... », écrit Ch. Hombres-Firmas avec une pointe de scepticisme. (Hombres-Firmas, « Mémoire sur les funestes effets des pluies du mois de mai 1829 », op. cit. : 235.)

113 L’auteur ajoute qu’en la faveur des vers à soie, dans les villes de garnison, « on ne fait battre qu’un seul tambour pour la retraite et pour l’assemblée et pour le jour de la Fête-Dieu on ne tire point le canon ».

114 J’ai recueilli plusieurs témoignages allant dans ce sens auprès d’anciennes séricicultrices.

115 Il s’agit de vers atteints de grasserie.

116 L’effort de modernisation des magnaneries initié par Dandolo et D’Arcet va dans le sens de la lutte contre les odeurs émanant des litières en fermentation.

117 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie, Génolhac.

118 Y. Verdier souligne que la femme indisposée partage son pouvoir de corruption avec l’orage, les règles étant perçues à Minot comme une sorte de grand « orage biologique » (1979 : 41).

119 « Cocotte » est un terme figuré qui désigne une femme aux mœurs légères, que l’on peut identifier au fait qu’elle abuse du parfum, atout avéré de séduction.

120 Voir sur ce point A. Corbin (1982). L’auteur montre que la croyance en la vertu des parfums plonge dans l’Antiquité et que les médecins du XVIIIe siècle se réfèrent à Hippocrate, Galien et Criton. A. Le Guérer évoque également le rapport entre l’aromate et l’incorruptibilité, en vertu d’une conception héritée de l’Égypte ancienne (1988 : 21).

121 ADG 7 M 407, Réponse de M. Desbroche aux questions relatives à l’éducation des vers à soie (question 92).

122 A. Corbin cite l’exemple de bûchers de bois de genévrier allumés dans les rues de Bois-le-Roi pour combattre une épidémie de peste à la fin du XVIIIe siècle (1982 : 77).

123 La fumée a longtemps été considérée comme un agent désinfectant.

124 « Quatrième lettre de M. Gensoul à M. Rivière », Propagateur de l’industrie de la soie, juillet 1839, t. II : 206.

125 La Bactriane correspond au nord de l’Afghanistan actuel.

126 Virgile, Traité des animaux, Livre V, chapitre XIV.

127 Selon P. Delaunay, la Renaissance se caractériserait par l’affranchissement des entraves scolastiques et un retour vers l’Antiquité (1963 : 83).

128 Voir l’extrait suivant du poème de B. de Verville :
Un pauvre tourangeau de sa vache vesleuse,
receut un petit veau qu’il désiroit nourrir,
Mais par un grand hazard fortune industrieuse,
Fit serrant le licol le triste veau mourir.
Il avoit un meurier de petite espérance,
Au pied duquel il mit le corps suffoqué,
Ce veau de vers vivans jetta telle abondance,
qu’il sembloit que le ciel l’eut de mort révoqué.
Infinis de ces vers dedans l’arbre gravirent,
Et se prirent au verd pour s’en alimenter,
Quelques-uns des voisins qui l’avanture virent,
Ne s’avisèrent pas de les en délitter.

129 Il se révèle difficile de se documenter auprès des historiens de la zoologie tant leurs commentaires sont orientés et disqualifient les savoirs anciens. Ceux de Petit et Theodorides (1962) sont tout à fait représentatifs de cette attitude : « expérimentation enfantine », « fatras », « macédoine zoologique », « fables »... sont quelques-unes des expressions qui émaillent leur essai historique.

130 F. Rédi a démontré que les vers « sont tous engendrés par insémination et la matière putréfiée dans laquelle on les trouve ne sert à rien d’autre que d’emplacement » (1686 : 17-18 in Jacob 1971 : 65).

131 « Quand Jonston écrit son Histoire naturelle des quadrupèdes, en sait-il plus qu’Aldrovandi, un demi-siècle plus tôt ? [...] il faut répondre que Jonston en sait beaucoup moins qu’Aldrovandi », écrit M. Foucault (1966 : 141).

132 P. Feyerebend parle de traditions historiques et de traditions théoriques qui sont selon lui « toutes deux des traditions de plein droit [...]. Le rationalisme n’a pas introduit l’ordre et la sagesse là où auparavant il n’y avait que le chaos et l’ignorance ; il a introduit un type particulier d’ordre, établi selon des procédures particulières et différent de l’ordre et des procédures présentes dans les traditions historiques » (1989 : 140-141).

133 Comme la méthode pour se procurer des vers à soie à partir du cadavre d’un veau nourri de feuilles de mûrier.

134 Notre italique.

135 Concernant les fourmis, P.-A. Latreille écrit que « la vérité a ici assez de charme pour n’avoir pas besoin des illusions de la première [la fiction] » (1989 : 22).

136 Il s’agit d’un organisme à vocation scientifique qui deviendra plus tard une unité de recherche de l’INRA.

137 C. Rivals, dans l’article qu’il a consacré à la figure du renard (1987), dénonce le manichéisme d’une pensée qui oppose l’unicité et l’homogénéité de la culture savante, officielle, à l’hétérogénéité et la confusion de la culture populaire. Il souligne au contraire les contradictions et les oppositions à l’œuvre dans l’idéologie dominante et l’unité qui court derrière l’apparent désordre des « couleurs locales ».

138 En ouverture d’une séance de l’Académie d’agriculture de France consacrée à la sériciculture, J. Bustarret a déclaré qu’« on est attaché par une espèce de fascination qu’exerce sur tout biologiste normalement constitué aussi bien l’histoire mouvementée de la plus noble des matières premières textiles utilisées par l’Homme depuis des millénaires que celle de l’insecte et de l’arbre magiques dont elle est issue » (Grison 1991).

139 J.-F. Roux et A. de Gravaillon, auteurs d’un traité pratique publié au XIXe siècle, expriment fort bien l’ambiguïté du sentiment éprouvé par ceux qui ont été en contact avec le ver à soie : « Comme aspect, nous en convenons, le ver à soie n’a rien d’attrayant. Ce corps flasque, velu, pâle ou tacheté, de couleur fauve, cette peau ridée, ces nœufs, ces anneaux remuant les uns contre les autres dans l’élasticité du mouvement [...], ces pattes molles et multipliées, les unes écailleuses, les autres garnies de crochets, cette tête bizarre, ce museau embrouillé d’antennes, de mâchoires, de filières comme une trousse d’outil, persillé de petits points noirs qui sont les yeux, sans plus d’expression qu’un crible : tout cet attirail traînant, muet, froid, souvent fétide, est peu fait pour charmer le regard [...] » (1857 : 12-13).

140 Notamment selon Réaumur dont l’abbé Boissier de Sauvages fut le disciple (Bourde 1967 : 709).

141 A. Siganos, auteur d’un ouvrage consacré aux mythologies de l’insecte, explique dans son introduction qu’il est lui-même fasciné par les insectes et qu’il a pratiqué l’entomologie durant dix ans avant de s’intéresser à l’entomologie « littéraire » et « artistique » (1985 : 9).

142 Voir sur ce thème, concernant l’abeille : Grèzes 1989 : 493-505.

143 « L’insecte, un autre monde » : tel est l’intitulé d’un chapitre du numéro de la revue Cévennes sur le thème « des insectes et des hommes » (n° 31-32, 1985).

144 « Les travaux de nombre d’anthropologues donnent à penser que c’est une tendance permanente de la pensée humaine de projeter sur le monde naturel (et en particulier sur le règne animal) des catégories et des valeurs provenant de la société humaine... », écrit K. Thomas (1985 : 77).

145 Il existe de multiples conceptions de cette différence. Pour les uns ce serait l’absence de langage qui distinguerait l’animal de l’homme : voir le fameux « Parle et je te baptise » adressé par M. de Polignac à l’orang-outan (Diderot, 1951 : 941). Pour Aristote, à la différence de l’animal, l’homme est « un vivant doué de logos ». D’autres ont retenu l’absence de raison de l’animal comme critère de distinction.

146 Voir l’introduction au numéro spécial que la revue Alter a consacré à l’animal (1995, n° 3 : 12).

147 Voir à ce propos la mise en garde de F. Sigaut (1981 : 38-41).

148 J.-P. Digard dénonce les dérives sémantiques de travaux américains, inspirés par C. Lévi-Strauss, « qui voient partout des signes, et seulement des signes, les animaux n’apparaissent plus, à leurs yeux, que comme des métaphores, des reflets de la société » (1990 : 79).

149 Pour un parcours plus détaillé, on consultera notamment l’ouvrage de Siganos (1985).

150 Voir également sur ce thème : Rendu 1872.

151 Ils affichent une intention véritablement didactique et s’adressent aux sériciculteurs, affirmant qu’« il manquait un ouvrage populaire, peu coûteux, aisé à parcourir, facile à suivre dans ses naturels enseignements ; le nôtre prend cette place hardiment, sans crainte d’y manquer » (Roux et Gravaillon 1857).

152 Il s’agit du tisseur de soie lyonnais.

153 Fénelon, Fable XXVI, « Les abeilles et les vers à soie ».

154 Le ver se déplace en fait au moyen de minuscules pattes.

155 Dans Alice au pays des merveilles, L. Carroll fait jouer au bombyx le rôle d’un interlocuteur et d’un miroir face à Alice. « Créature multiple comme le Sphinx, à la fois aérienne et reptile, le bombyx ne suscite pas les questions : il les pose » (Brunel 1974 : 106).

156 Dans la Genèse, on peut lire que Dieu a pris soin de faire « les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les bestioles du sol selon leur espèce » (Genèse, 1965 : 10).

157 O. de Serres utilise également cette image quand il évoque le ver à soie à l’état de chenille qui n’a que « des inclinaisons basses, terrestres et conformes à sa nature de chenille, qui ne songe qu’à manger comme un glouton » (1600 : 18).

158 Pour l’abbé Pioger, l’insecte témoigne de la providence du Créateur « qui a voulu sous tant de formes différentes nous donner l’idée de notre résurrection future » (1882).

159 Les protestants qui ne voulaient pas se rendre à la chapelle pour faire bénir la graine n’hésitaient pas à la confier à une personne catholique de leur entourage, considérant que « si ça ne faisait pas de bien, ça ne pouvait pas faire de mal ».

160 J’ai recueilli plusieurs témoignages relatifs à cette pratique auprès de séricicultrices de la haute vallée de l’Hérault (Ardaillès, Talleyrac, le Mazel...). Elle est également évoquée dans un entretien publié dans la revue Cévennes : « Les catholiques venaient ici, à Ardaillès, à la chapelle Saint-Roch pour le pèlerinage. Il en venait de partout pour faire bénir la graine début mai... » (n° 31-32, 1986 : 21).

161 ADH C 180 ; fos 628-632, cité in Vidal 1983 : 49.

162 Pour R. Chartier, les idées de la science « doivent être saisies à travers la circulation des mots qui les désignent, situées dans leurs enracinements sociaux, pensées dans leur charge affective et émotionnelle autant que dans leur contenu intellectuel ».

163 C’est un avis partagé par F. Sigaut dans un article où il s’emploie à déconstruire cette notion (1988 : 59-71).

164 J.-P. Digard parle de « première domestication » et considère qu’il s’agit de l’acception la plus courante du terme.

165 Pour R. Needham, cette notion est polythétique (1975 : 349-369).

166 Les particularités des races de vers à soie sont strictement héréditaires, ce qui signifie qu’on peut isoler des lignées pures où ces caractères se transmettent de manière constante. La régularité et la rigueur mathématique de cette transmission permettent de retenir une série choisie de caractères.

167 Selon J.-P. Digard, l’hybridation serait l’un des « instruments privilégiés de la gestion des rapports entre nature et culture. Dans le cas le plus général, il s’agit d’arracher, par la culture, des animaux à la nature » (1994 : 47).

168 « Avant d’arriver à la bruyère, une grande partie de nos élèves avait disparu ; le reste est monté mollement et ne nous a pas donné de brillants résultats », peut-on lire dans un compte rendu à la Société d’agriculture du département du Gard (Annales séricicoles, 1850 : 7).

169 On distingue trois « classes » qui correspondent aux trois « levées », lors de l’éclosion de la graine.

170 N. Charbonnel propose « d’appeler cet autre régime, cognitif, en entendant par là que la similitudo y est traitée sémantiquement comme inspirant des connaissances » (1991).

171 On remarquera que si l’expression « j’élève mon enfant » est courante, en revanche, l’expression « élevage des enfants » n’est pas utilisée.

172 « L’enfant est aux femmes », écrit également J. de Viguerie (1979 : 33).

173 Une telle conception émotive de la figure se fonde sur une dichotomie opposant deux « versants » dans le fonctionnement du langage. L’un serait purement cognitif tandis que l’autre serait affectif. Cette dichotomie se retrouve dans les grammaires ainsi que dans les analyses philosophiques du langage, selon J. Molino, qui ajoute que nous avons là « le modèle de tous les réductionnismes selon lesquels le contenu cognitif du symbolique est, en dernière analyse, insignifiant puisqu’au service exclusif de sa fonction de communion émotive » (Molino, ibid. : 112). Selon J. Molino, F. Toublin et E. Tamine, on considère généralement que la métaphore relève d’un type particulier du discours, le discours poétique, langage polysémique, complexe, ambigu, qui sert à exprimer les émotions (1979 : 36).

174 Voir ci-dessus la définition que É. Badinter donne du maternage.

175 En occitan, brus ou bruc : bruyère dite « à balai ».

176 ADG 7 M 401.

177 Terme occitan qui désigne un arbrisseau rameux et toujours vert, le rhamnus alaternus.

178 « Francisation » du terme occitan descoucouna qui signifie ôter les cocons de leur support.

179 « L’élevage aux rameaux » a pour but de pallier la carence de main d’œuvre pour cueillir la feuille lorsque les vers à soie ont atteint le 4e ou le 5e âge. Cette technique qui consiste à leur distribuer directement des branches couvertes de feuilles économise de la force de travail.

180 Littéralement, vers qui fabriquent un tapis, c’est-à-dire qui rejettent la soie en nappes horizontales.

181 Il s’agirait de rameaux de « ciste à feuilles de sauge », appelé mounchèto en occitan.

182 Embruquer vient de embrugar, terme dérivé de bruc, bruyère en occitan.

183 De desmamaduros, littéralement ceux qui ne sont pas mûrs (Roman 1876 : 93).

184 Terme occitan qui désigne une construction en bois supportant de petites claies et que l’on utilise pour les vers à soie au cours des deux premiers âges, lorsqu’on veut égaliser les levées.

185 Voir les pages consacrées à la touffe, p. 172-176.

186 Décoconnage et déramage sont des termes synonymes.

187 À combien de plaisanteries, de sous-entendus malicieux ce terme ne se prête-t-il pas !

188 Avant l’instauration du système des primes à la sériciculture, les cocons étaient pesés seulement par le producteur et l’acheteur. Par la suite a été instaurée la pesée officielle servant de base au calcul des primes et neutralisant également les litiges éventuels entre vendeurs et acheteurs.

Table des illustrations

Légende 7. – L’Art d’élever les vers à soie, planche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 8. – La taille des mûriers : à gauche, mûrier haute tige non taillé ; à droite, mûrier en cours de taille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende 9. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876. En haut : Bombyx mori femelle ; en bas : Bombyx mori mâle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 10. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : filanes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende 11. – Grainage Laugier, vérification au microscope, collection du musée de la Soie, cliché Alfised.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Légende 12. – Grainage Laugier, confection des cellules, collection du musée de la Soie, cliché Alfised.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Légende 13. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : microscope.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende 14. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : cellule de reproduction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende 15. – Ch. Secretain et A. Schenk, « Incubation des œufs de vers à soie », Bulletin technique séricicole, n° 4,1943 : boîte de graines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende 16. – Le cycle du ver à soie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende 17. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, la couvée au nouet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 18. – Conseils aux éducatrices (Station séricicole d’Alès).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Légende 19. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, « castelet des Cévennes ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 20. – Ch. Secretain et A. Schenk, Incubation des œufs de vers à soie, intérieur d’une chambre d’incubation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 21. – L. Roman, Manuel du magnanier, 1876 : saquette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 22. – Valleraugue, carte postale du début du XXe siècle. Au premier plan, mûriers dépouillés de leurs feuilles après la récolte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Légende 23. – Feuilles pour les premiers âges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 24. – Feuilles pour les 2e et 3e âges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende 25. – Intérieur de magnanerie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende 26. – Cheminée maçonnée angulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 27. – Thermomètre Réaumur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende 28. – Magnanerie de J.-P. D’Arcet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 29. – Modernisation des magnaneries.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende 30. – Marc-Jérôme Vida, Le Ver à soie, poème en deux chants, frontispice.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Légende 31. – Marc-Jérôme Vida, Le Ver à soie, poème en deux chants, page de titre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende 32. – C.-F. Beaurepère, L’Art d’élever les vers à soie, 1833, cabanes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 33. – Corbeilles pour stocker les cocons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6893/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540