Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

II. Les hommes et leur terre

Texte intégral

Le paysage agraire

L’architecture du paysage

1La Haute-Gardonnenque et les Cévennes méridionales possèdent un réseau hydrographique particulièrement dense qui leur confère un relief extraordinairement découpé.

2Le paysage de la première est raviné, « taillé en coups de sabre » (Joutard 1979 :12), sillonné par les cours d’eau qui se dirigent de nord-ouest en sud-est, en direction de la Méditerranée. Les versants sont escarpés, les surfaces planes exceptionnelles : dévalant des hauteurs, les cours d’eau creusent des gorges resserrées, ourlées d’étroites frises de terre. Ils ont modelé le relief en dessinant le paysage caractéristique des « serres » et des « valats », une succession ininterrompue de crêtes effilées et d’échancrures profondes.

3Les vallées qui bordent les Cévennes méridionales, celles du haut Vidourle et de la Salendrinque, signent toutefois leur appartenance méditerranéenne par un adoucissement marqué des reliefs. Les serres acérés laissent place à des collines aux courbes paisibles dont le moutonnement vient mourir au contact de la basse Cévenne. Les torrents assagis sont devenus de paisibles rivières qui coulent dans des vallées élargies.

  • 1 R. Ambroise distingue trois types de sols : les terres rouges issues des schistes, les arènes gran (...)

4La principale caractéristique de ces paysages, c’est l’aménagement en terrasses des versants, façonnant un terroir qui fut chargé durant des siècles de fournir tout ce dont l’homme pouvait avoir besoin pour assurer sa subsistance. Il existe, selon J.-F. Blanc, un véritable « déterminisme du substrat » (1984) qui permet d’expliquer la localisation des terrasses : les versants aménagés sont principalement ceux formés d’une roche mica-schisteuse ou granitique1. Elles disparaissent dans la partie des Cévennes méridionales, marquée par la présence du calcaire, qui s’étend dans les environs de Saint-Hippolyte-du-Fort et de Ganges en enserrant les lits inférieurs du Vidourle et de l’Hérault.

5« C’est une chose singulière, écrivait l’Intendant de Bâville, de voir comment ils rendent leurs montagnes fertiles en soutenant des terrasses sur terrasses par des murailles de pierres sèches, sur lesquelles ils portent des terres où ils sèment ensuite des grains et plantent des vignes, travaux que l’on ne pense pas à faire dans les autres pays » (Lamoignon de Bâville 1774 : 277). Relatant ses promenades à travers le département du Gard, H. Roux-Ferrand s’étonne un siècle plus tard de voir « l’une de ces montagnes arrachées par la main de l’homme à une stérilité absolue, couverte de la base au sommet d’arbres, de fruits, de grains et autres productions utiles » (1837 : 9). Le travail accompli par les Cévenols force l’admiration de L. Destremx de Saint Christol qui constate que si dans d’autres pays c’est le sol qu’on a amélioré, « ici, c’est le sol qui a été créé, mais après avoir apporté, faix à faix, quelquefois même au sommet d’une montagne, la terre végétale » (1867 : 232).

  • 2 Elles sont appelées faïsses, bancels ou encore traversiers.

6Les terrasses2 occupent toutes les pentes escarpées qui surplombent le lit des vallées des Gardons (Vallée Borgne, Vallée Française et Vallée Longue), de la Salendrinque et de l’Hérault. Construits jusque dans les lieux les moins accessibles, les murs en pierre sèche forment de véritables amphithéâtres dont les gradins sont reliés par des réseaux d’escaliers pris dans le bâti des murettes. Leur nombre est en rapport avec la raideur de la pente : on compte plus d’une trentaine de gradins sur les versants situés en amont de Saint-André-de-Valborgne où l’on passe de 900 m d’altitude à 425 m en moins de deux kilomètres (Marcellin 1965 : 47).

7Cet aménagement est en étroite corrélation avec l’abondance des précipitations. Une cartographie des pluies diluviennes correspondrait, selon J.-F. Blanc, à la répartition géographique des terrasses (1984). La commune de Valleraugue, située au pied de la barre montagneuse du massif de l’Aigoual, enregistre les plus fortes pluies, or elle est effectivement l’un des terroirs les plus aménagés.

8Destinées en premier lieu à endiguer les eaux de ruissellement et à en réguler le cours, les terrasses sont également liées à leur conservation et à leur canalisation à des fins agricoles, ce qui est nécessaire dans cette région marquée par l’influence méditerranéenne et qui connaît de fortes sécheresses estivales.

  • 3 Rejets de châtaignier.

9Ce système, expression d’une forte intégration de l’homme dans son environnement, est aujourd’hui en pleine mutation. Dans la première moitié du XXe siècle, l’essor de l’élevage ovin et caprin a accéléré la destruction des terrasses, les troupeaux provoquant l’éboulement et l’éparpillement des pierres. La lande et les broussailles ont ensuite gagné ces arènes progressivement abandonnées par l’agriculture. À partir des années 1950, on peut distinguer trois stades d’évolution. En premier lieu, des terrasses abandonnées, plus ou moins détruites par l’érosion et progressivement couvertes de pelouses non fauchées ou même envahies par le chêne vert et les bouscas3 selon qu’elles sont sur l’adret ou sur l’ubac ; ensuite, des terrasses reboisées en résineux ; et enfin, plus rares, des terrasses entretenues et parfois encore (ou à nouveau) cultivées. Les récentes tentatives de réhabilitation de ces terrasses n’ont connu qu’un succès mitigé : elles ne concernent en réalité que quelques terroirs associés à des initiatives d’introduction ou de revalorisation de productions de qualité, comme les plantes médicinales dans la Salendrinque ou, autour de Saint-Martial, l’oignon doux.

Gestion du terroir : exercices de complémentarité

  • 4 ADG 7 M, Statistique générale. Depuis plusieurs décennies, l’action de la SAFER, en charge du reme (...)

10L’exploitation, organisée de manière à produire l’essentiel de la nourriture, est formée de parcelles aux aptitudes complémentaires, d’où l’extrême dispersion des terres qui la composent. À La Rouvière, par exemple, on trouvait au début du XIXe siècle des « bois de chênes verts, de châtaigneraies, mûriers, quelques oliviers et quelques bois de hêtre ; [des] terres cultivées, jardins, vignobles, prairies et pâturages. Mais le tout est disséminé dans la commune de telle manière que chaque particulier a quelquefois même dans la même propriété son bois, son jardin, son pré et son pâturage pour l’usage de sa maison4 ». Ce qui caractérise le terroir, c’est la diversité et la complémentarité des productions agricoles. Elle se réalise, comme on va le voir, par le biais de la complantation qui transpose au niveau de la parcelle le principe qui fonctionne au niveau de l’exploitation. Afin de montrer le jeu des alliances entre les différentes productions végétales, la culture le mûrier servira d’exemple. Nous mettrons ainsi en évidence la place qu’elle occupe – et, par conséquent, la sériciculture – dans le système agraire.

11« Se donner de l’espace, varier les productions – et d’autant plus que l’instabilité du climat poussait à ne pas faire fond sur une seule culture –, c’est se placer dans l’obligation de rechercher minutieusement les aptitudes maîtresses de chaque terrain, c’est se contraindre à composer chaque domaine de parcelles propres à porter cette multiplicité de cultures », conclut D. Faucher, après avoir longuement observé l’agriculture méridionale (1949 : 68). Chaque portion de terroir étant unique pour le paysan, sa gestion tient nécessairement compte de son individualité.

12La complémentarité entre les cultures est en premier lieu de type vertical, bien qu’à chaque palier des versants ne corresponde pas un seul type de production. D’autres facteurs déterminent ensuite l’extension des différentes productions végétales : la nature des sols, la topographie, les nuances climatiques. Les variations les plus infimes, que seule une longue pratique du finage peut déceler, sont donc prises en compte à l’échelon parcellaire.

  • 5 Il existe toutefois des châtaigneraies où sont cultivées des céréales.
  • 6 A. Ebrard mentionne des mûraies dans le récit de son voyage au village de ses ancêtres : « Dans la (...)

13À l’exception de celles qui portent la châtaigneraie5, les parcelles sont rarement affectées à une seule culture. Dans les vallées, les superficies cultivées en mûriers à l’exclusion de toute autre culture sont peu nombreuses. La première explication tient à la morphologie des terroirs, constitués de terrains de faible superficie. Au flanc de ces montagnes pentues, ceinturées d’une succession de terrasses qui s’élèvent parfois presque jusqu’au sommet, les surfaces cultivables sont exiguës et ne permettent pas de réaliser de véritables mûraies. Il n’y a qu’au creux des vallées évasées que les mûriers sont parfois cultivés en vergers, sur les rives limoneuses du Gardon en amont de Saint-Jean-du-Gard et en bordure de la Salendrinque ou de l’Hérault6. Mais aussitôt que l’on remonte les cours d’eau, le long des gorges rocheuses et étranglées qui fracturent la montagne, les mûriers sont dispersés en tous points du paysage agraire. Là, on trouve rarement des plantations étendues mais plutôt un essaimage d’arbres dont l’apparente dispersion est en réalité l’expression d’une gestion extrêmement raisonnée du terroir.

14Le mûrier s’est ici plus souvent ajouté aux autres cultures qu’il ne s’y est substitué. Ainsi est-il presque toujours associé à d’autres espèces végétales dans un savant et complexe équilibre.

  • 7 Ph. Blanchemanche estime qu’aucune création de terrasses ne fut entreprise en Europe du XVIIe au X (...)

15Les agriculteurs tirent le meilleur parti possible de leurs terres, infiniment morcelées, de natures souvent hétérogènes. Précieux en raison même de sa rareté, le terrain y est utilisé dans ses moindres replis, exploité dans ses ultimes ressources. Lorsqu’une nouvelle terre a été défoncée, épierrée, plantée en châtaigniers ou en mûriers, parfois même entièrement créée de main d’homme par effondrement et construction de murs de soutènement7, le cultivateur, qui ne peut se permettre d’attendre de longues années avant que ses plantations commencent à produire, y pratique immédiatement des cultures dérobées (Blanchemanche 1989 : 136). Un agronome suggère aux sériciculteurs de « cultiver entre leurs lignes des plantes telles que pommes de terre, betteraves, navets... » (Chavannes de la Giraudière 1845 : 66), dont le produit peut dédommager le cultivateur de sa longue attente, mais leur recommande, en revanche, de les supprimer au bout de six ans, aussitôt que les mûriers seront entrés en production. Il faut noter toutefois que ses conseils concernent essentiellement les mûraies dont les sujets sont plantés en quinconce et espacés d’environ sept mètres en tous sens. Les Cévenols laissent, quant à eux, davantage d’espace entre chaque arbre, ce qui leur permet de poursuivre ces cultures lorsque les arbres ont atteint leur pleine maturité. Seule la nature des cultures intercalaires change : en effet, le feuillage d’un châtaignier ou d’un mûrier adulte peut faire ombre aux plantes qui poussent sous son couvert.

  • 8 O. de Serres fait observer que « de tous les grains, ceux qui le plus constamment souffrent l’impo (...)

16Les cultures les plus exigeantes ne parviennent plus à trouver dans le sol épuisé les éléments nécessaires à leur croissance, mais, surtout, seules conviennent les espèces suffisamment hautes pour ne pas risquer d’être piétinées par les cueilleurs lors de la récolte, en mai et juin8.

17L’association de cultures que choisit le cultivateur tient donc compte d’une infinité de facteurs. Il faut considérer les contraintes qui sont propres à la parcelle elle-même : espace disponible, possibilités d’irrigation, différentes qualités de sol. Il faut ensuite sélectionner des espèces qui parviennent à cohabiter sans s’épuiser réciproquement. Enfin, il faut tenir compte de l’évolution des besoins des cultivateurs, en fonction de la composition du groupe familial.

18Ph. Blanchemanche fait très justement remarquer que la terrasse constitue presque une unité écologique : chacun de ces micro-écosystèmes fait l’objet d’une gestion qui vise à concilier l’ensemble des facteurs mentionnés. Son économie traduit un savoir, une maîtrise de l’espace cultivé remarquablement poussés et ne peut être réduite à la persistance de pratiques inspirées par l’ignorance et la routine paysannes, comme l’affirme A. Molinier pour qui dans les façons culturales des Cévennes « prévalent l’archaïsme, l’insuffisance et même l’hérésie » (1980 : 308). Elle reflète, au contraire, une remarquable capacité à organiser en unités différenciées un parcellaire extrêmement morcelé.

19Quelques agronomes spécialisés dans la sériciculture ne s’y sont pas trompés : généralement très réservés quant au bien-fondé de la complantation, ils la tolèrent lorsqu’il s’agit des cultures intercalaires associées au mûrier. Leur préoccupation est moins de faire disparaître cette habitude que d’établir les principes d’une complantation bien pensée.

20M. B., un sériciculteur des années 1940, se souvient qu’« on mettait un mûrier au milieu d’une petite terre, on plantait ça en pommes de terre, au bord du mur quelques souches en espalier... Vous utilisiez toute la terrasse ! ». Les pommes de terre, qui font « trois mois, c’est tout », sont compatibles avec cet arbre, alors que les choux qui « aiment la lumière » végètent à l’ombre dense des mûriers. En 1845, Chavannes de la Giraudière en faisait déjà la remarque : « J’ai observé que les carrés de mûriers où je cultivais alternativement des pommes de terre et des betteraves prospéraient mieux que ceux où j’avais mis d’autres racines et notamment des choux... » (1845 : 67).

  • 9 ADG IIE 31/591, f° 4334, 1847.
  • 10 ADG IIE 31/588, f° 3919,1844.

21J. Broussoux, propriétaire foncier des environs de Saint-André-de-Valborgne, autorise les fermiers de sa propriété de Lafare-Basse à « semer du millet noir et planter des pommes de terre dans les terres plantées en mûriers », mais il fait préciser dans l’acte de fermage qu’« ils n’y pourront plus rien ensemencer sans l’exprès consentement du bailleur9...». P. Manoël de Nogaret, propriétaire foncier dans la même commune, baille son domaine de Bassurels sous la condition suivante : « Les fermiers ne pourront semer ni blé, ni panis dans les champs de la pièce du Cassandel ni dans les autres terres et bancels complantés en mûriers. Il leur sera permis d’y semer des pommes de terre mais à la condition qu’ils n’en mettent point à un rayon de 1 m 50 de chaque pied de mûrier10.» Comme on peut le voir dans ces deux derniers exemples, rien n’est laissé au hasard par ces propriétaires qui pensent et gèrent leurs domaines dans son organisation spatiale, mais aussi dans la durée. Au-delà de la rente en nature ou en argent qu’ils exigent de leurs fermiers, la pérennité de leur bien est une préoccupation centrale. C’est à cette condition qu’ils retrouveront, « après 6 années et 6 récoltes de tous fruits », une propriété maintenue en état, dont les mûriers n’auront pas été épuisés par une exploitation excessive.

22L’association arbres/céréales est davantage attestée pour le châtaignier que pour le mûrier. L. Destremx de Saint Christol constate que le seigle et le froment étaient cultivés « partout où on le pouvait et notamment dans les châtaigneraies, là où la pente le permettait » (1867 : 16). Elle est également mentionnée par la plupart des vieux agriculteurs que nous avons rencontrés. Une explication très simple en est fournie par l’un d’entre eux : la récolte de châtaignes a lieu à l’automne alors que les céréales ont été coupées depuis longtemps ; en revanche, les mûriers étant effeuillés au moment où les céréales parviennent à maturité, les cueilleurs pourraient compromettre la future récolte en foulant les épis. Lorsque cette alliance est réalisée, les mûriers sont généralement plantés en bordure des terres semées en céréales et se marient alors avec d’autres espèces arbustives, essentiellement fruitières : mûrier/olivier, mûrier/vigne, mûrier/fruitier.

  • 11 L’Echo des Cévennes, n° 1412, 20 juin 1863.

23Une offre de vente publiée dans L’Écho des Cévennes donne une illustration de la façon dont la diversité est gérée à l’échelle de la parcelle. Parmi les différentes pièces de terre mises en vente, une est « en nature de terre à semer, quelques mûriers, oliviers et péras avec treilles... », une autre « en nature de terre à semer, bordée de mûriers tout le tour, un poirier et deux péras avec treille... », une autre encore « en nature de terre à semer, mûriers, noyers, péras avec treille, fruitiers et un jardin avec puits et bassins11... ».

  • 12 « [...] en passant plus outre, d’avoir si grande quantité de ces arbres, qui si possible est, la s (...)
  • 13 Dans une lettre anonyme adressée aux États du Languedoc, un correspondant dénonce l’attitude des n (...)

24Il semble que la culture des céréales sous les mûriers ait été plus répandue lorsqu’ils faisaient l’objet d’une cueillette moins intensive. O. de Serres, qui préconisait déjà l’assolement biennal des mûraies12, suggérait alors de les semer en blé dans la partie annuellement au repos. Lorsque les mûriers, soumis à un effeuillement annuel du fait du développement de la production séricicole, eurent à fournir tous les ans une double récolte, ils supplantèrent généralement les grains dans les propriétés de dimension réduite13 . Un renversement de perspective s’opère à la fin du XVIIIe siècle : le cultivateur accorde alors au mûrier la place prépondérante qu’il réservait auparavant aux céréales dites « nobles ». Il adopte ainsi des cultures intercalaires ne risquant pas de nuire à son développement. Les grains, trop exigeants, sont abandonnés afin de ne pas priver le mûrier des « principes nutritifs » qui lui sont indispensables.

  • 14 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, ca (...)
  • 15 Ibid., canton de Sumène.

25En 1807, le correspondant de Saint-André-de-Valborgne pour la « Statistique sur la culture du mûrier » fait la réponse suivante : « Rien de plus pernicieux pour le mûrier que d’y semer des grains : ils effritent le sol, l’appauvrissent, empêchent l’action bienfaisante des pluyes de printems, nuisent à son développement et finissent par le faire périr14.» Plus précise encore est la réponse qui provient de Sumène : « Les ensemencemens de grains sous les mûriers leur sont très préjudiciables. Quand le grain mûrit, vous voyez la feuille de mûrier devenir jaune et la pousse se ralentir et cesser15.» Toutefois, certains agriculteurs sont favorables à la culture du sarrasin ou « bled noir », sa racine traçante maintenant une « fraîcheur salutaire » et empêchant la croissance des mauvaises herbes qui d’ordinaire prolifèrent au pied de l’arbre.

  • 16 ADG 6 M 838, Statistique de Lasalle.
  • 17 Il faut toutefois signaler que les éleveurs de vers à soie sont réservés quant à la valeur nutriti (...)

26Dans les jardins, on n’en cultive que quelques pieds car les plantes potagères exigent un bon ensoleillement. Les mûriers tirent profit des façons culturales et des arrosages qui sont généreusement prodigués à ces dernières, ils bénéficient également du fumier qu’on leur dispense régulièrement. « À la campagne, se sont les terres à mûriers qui servent de jardins, autant qu’il est possible, parce que l’eau et les engrais sont les seuls moyens de faire réussir les mûriers », peut-on lire dans la Statistique de Lasalle16. De fait, ceux qui poussent dans les jardins potagers sont toujours décrits comme des sujets exceptionnellement vigoureux et productifs17 car, comme le soulignent les agronomes Boyer et Labaume, « la terre la plus fertile est toujours celle qui entend le chant du coq », autrement dit celle qui est proche des bâtiments du mas.

  • 18 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, ca (...)

27On trouve également des mûriers dans les prairies. Espacés, ils laissent filtrer la lumière qui nourrit l’herbe épaisse et fraîche. « Plusieurs personnes sont dans l’usage de semer des fourrages dans leurs plantations », peut-on lire dans la statistique de 1807 concernant Anduze, mais l’auteur ajoute qu’elles ont alors « soin de fumer, évitent de semer au pied de l’arbre et fauchent l’herbe de bonne heure18 ».

  • 19 Gensoul est l’inventeur du système de chauffage à la vapeur des bassines de filature.

28Sur les terrasses les plus méridionales, la vigne voisine fréquemment avec le mûrier. « La colline exposée au midi est plantée partie en mûrier, partie en vigne », constate Gensoul19 lors d’un séjour à Valleraugue. Les terrasses qui couvrent les versants sont étroites. Sachant que le mûrier haute tige a besoin d’un espace vital de sept à douze mètres en tous sens, il est généralement planté sur un axe médian qui partage la terrasse sur sa longueur. Afin d’en utiliser au mieux la superficie exiguë, le cultivateur plante une rangée de vignes au pied du mur supérieur et une autre en bordure de celui qui domine la terrasse inférieure. Pour pouvoir effectuer une culture supplémentaire entre le mûrier et les souches, celles-ci sont dirigées sur des treilles inclinées en surplomb, de façon que le feuillage ne fasse pas ombrage aux plantes qui poussent à leurs pieds (Laurent de l’Arbousset 1893 : 65).

29Vigne et mûrier : il s’agit d’une alliance très répandue qu’Olivier de Serres avait consacrée en affirmant que partout où il est possible de cultiver la vigne, on peut cultiver le mûrier, « estant ces choses tant amies, que là où l’une est, l’autre y peust-être... » (Serres, op. cit. : 121). Les agronomes du XIXe siècle ont d’ailleurs trouvé un argument « scientifique » à cette assertion dans le fait que ces deux espèces ont les mêmes exigences en eau.

30Nous avons tenté de montrer que les associations culturales, si souvent mises en cause par les agronomes, loin d’être des pratiques archaïques, des hérésies agronomiques, témoignent d’une connaissance et d’une gestion particulièrement élaborée et rationnelle de l’espace cultivé. Deux arguments principaux sont avancés en faveur du système de complant : il permet de diversifier les cultures et d’utiliser de la façon la plus efficiente possible les surfaces cultivables presque toujours insuffisantes ; si les combinaisons végétales tiennent compte de certaines incompatibilités « naturelles » et des contraintes pratiques de culture, le mûrier a toute les chances de gagner à ce jeu des échanges. En cédant de son espace, il profite largement des soins dont le cultivateur entoure ses compagnons de culture.

31Nous avons délibérément choisi de nous situer au niveau de la description des pratiques, du repérage des associations privilégiées. Sans doute pourrait-on faire l’hypothèse que les différents modes de complantation dévoilent un champ de correspondances qui renvoie à un tout autre registre que celui de la seule logique agronomique. À cet égard, les travaux de Ch. Amiel relatifs au mariage de la vigne avec les arbres fruitiers et les légumes (1985 : 7-55) ouvrent des perspectives extrêmement intéressantes que nous n’avons pas explorées ici, souhaitant avant tout montrer que le système de culture adopté est l’aboutissement d’une réflexion qui vise à concilier les caractères propres à chaque espèce et à chaque lieu de culture : les compatibilités végétales identifées par le savoir agronomique ainsi que la déclivité du terrain, son exposition ainsi que la composition organique du sol.

La structure agraire

  • 20 « Pour résumer, la définition de la petite et de la grande propriété est assez floue » conviennent (...)

32Il est d’usage de classer les propriétés rurales en grandes, moyennes et petites en fonction de leur superficie. Certains économistes ruraux reprochent cependant à ces catégories d’être « purement relatives20 » car elles ne tiennent pas compte des fortes disparités régionales, tant en ce qui concerne la morphologie du territoire que la nature des ressources agricoles.

33Une « petite propriété », selon sa situation géographique, peut dégager des revenus supérieurs à ceux d’une « propriété moyenne » située sur un autre type de terroir. À surface égale, la valeur des propriétés diffère notamment selon les cultures effectuées : deux hectares de terres maraîchères ne sont évidemment pas équivalents à deux hectares de parcours herbeux.

  • 21 Voir l’étude de A. Fioravanti et H. Lamarche in M. Jollivet (éd.), Société locale et utilisation d (...)

34Ainsi les sept hectares d’une propriété cévenole axée sur la culture de la châtaigneraie et la sériciculture seraient jugés tout à fait insuffisants par un agriculteur caussenard qui consacrerait la même surface à un élevage extensif et à la culture des céréales. Cette constatation vaut également à un niveau infrarégional : il faudrait distinguer entre une petite propriété de Barre-des-Cévennes, dans la partie amont de la Vallée Française, et une autre de surface équivalente, située à une quinzaine de kilomètres en aval, aux environs de Moissac-Vallée-Française. L’exploitant de la première, dont l’économie est orientée vers la production de céréales et de foin, ne peut vivre uniquement avec les ressources de l’exploitation21 tandis que celui de la seconde, qui associe l’exploitation de la châtaigneraie et la culture du mûrier, parvient à assurer la subsistance des membres de sa maisonnée. Pour M.-H. Passy, « les petites exploitations méridionales descendent à des dimensions qui, sous des latitudes moins chaudes, laisseraient les cultivateurs presque sans ouvrage » (1853 : 49).

35Le critère « surface » se révèle insatisfaisant car il ne tient pas compte des systèmes de culture. L’histoire rurale a largement confirmé ces analyses ; comme le montre R. Hubscher, la délimitation de seuils correspondant aux trois catégories en usage nécessite une micro-analyse permettant d’appréhender les exploitations dans leur vécu et d’examiner les stratégies adoptées par les paysans (1985).

36D’autres critères ont donc été proposés (Cambraire 1952) afin de donner une définition des différentes catégories de propriétés et, en particulier, de la petite propriété. La précision numérique est ainsi abandonnée au profit d’indicateurs qualitatifs : pour Quesnay, il s’agit de celle qui est labourée avec des bœufs tandis que pour Turgot elle a comme caractéristique d’être exploitée sous le régime du métayage, quant à R. Henry, il entend par « petite propriété » celle dont le revenu peut nourrir en tout ou en partie ou avec un léger excédent une famille de cultivateurs composée de quatre ou cinq personnes (in Auge-Laribe 1902 : 13).

37Dans une étude sur la répartition de la propriété dans la partie des Cévennes comprise dans le département de la Lozère, Y. Maurin choisit pour sa part de retenir le critère de l’évaluation foncière, qui tient compte de la nature et de la superficie des sols (1962). En ce cas, la « petite propriété » comprend les biens évalués entre zéro et cent francs (la petite propriété étant subdivisée en très petite propriété de zéro à dix francs et en petite propriété de dix à cent francs) ; ceux qui constituent la « moyenne propriété » se situent entre cent et deux cent cinquante francs et la « grande propriété », entre deux cent cinquante et mille francs ; au-delà, il s’agit de la très grande propriété.

38Très petites et petites propriétés représenteraient en nombre 79 % de l’effectif total, dont 51,5 % pour la petite propriété. Y. Maurin constate, par ailleurs, que les petits propriétaires y possèdent proportionnellement plus de terres que dans les autres secteurs de l’échantillon lozérien. La moyenne propriété atteint 25 % et la grande propriété représente un faible pourcentage : seulement 6 %. Si on considère plus particulièrement la commune de Sainte-Croix-Vallée Française, on constate que les très grandes propriétés sont peu nombreuses ; elles ne représentent que 0,3 % de l’ensemble. Cette faible emprise de la grande propriété est, par ailleurs, confirmée pour l’ensemble des communes cévenoles : elle est absente dans la moitié des cas, comme, par exemple, à Saint-Étienne-Vallée-Française. Sur l’ensemble cévenol, elle n’atteint d’ailleurs pas les 0,5 %.

39Une étude portant sur le canton de Saint-Jean-du-Gard (Jouve 1978) permet de compléter cette estimation. Le critère de classement adopté est ici la superficie.

40En 1837, à Mialet, la petite propriété comprise entre zéro et dix hectares représente 79,2 % de l’effectif total et à Corbès elle atteint 82,3 %. Sur 403 propriétaires, 319, soit 79,2 %, ont un bien d’une superficie de zéro à dix hectares, 65 propriétaires, soit 16,1 %, ont une propriété comprise entre dix et trente hectares et seulement 19, soit 4,7 %, de trente à cent hectares. La propriété de plus de cent hectares est là aussi quasi absente : elle concerne moins de 0,5 % des propriétaires sur l’ensemble du canton où aucun patrimoine ne dépasse les cent soixante-six hectares. La majeure partie du territoire est cependant concentrée entre les mains des propriétaires dont les terres couvrent plus de dix hectares tandis que ceux qui se situent en dessous de ce seuil n’exploitent pas plus de 35 % de la superficie totale.

  • 22 Malons, Aujac, Peyremale, Génolhac, Sainte-Cécile, Saint-André-de-Lanuéjols, Moissac, Saint-Étienn (...)

41Un dernier exemple vient confirmer les données précédentes. R. Lamorisse (1975) analyse un échantillon de dix communes22 de l’espace cévenol.

  • 23 ADG 13 M 1 et 2.

42Sur 2 406 propriétaires recensés, 588, soit 24,4 %, possèdent moins d’un hectare ; 1 177, soit 49 %, ont un bien de un à dix hectares et 349, soit 14,6 %, de dix à vingt hectares ; 206, soit 8,5 % de vingt à quarante hectares et 86, soit 3,6 %, plus de quarante hectares. Là encore, on constate l’importance statistique des petits propriétaires, caractéristique majeure de la structure foncière du territoire cévenol, ce que valide le jugement émis par la Société d’agriculture du département du Gard : « Le département du Gard se compose d’une infinité de petites propriétés23

43L’émiettement de la propriété va d’ailleurs aller en s’accentuant dans la seconde partie du XIXe siècle : le nombre de propriétés inférieures à dix hectares représentait 76,5 % du chiffre total en 1862, elles atteignent plus de 85 % en 1892 (Lacombe 1904 : 4). Ces chiffres trahissent l’accession à la propriété d’un nombre croissant de fermiers ou de métayers qui trouvent à acheter à des prix raisonnables les terres désertées par ceux qui ne pouvant faire face à la détérioration de leur trésorerie minée par la baisse du prix des soies et du rendement de la châtaigneraie se sont résignés à émigrer vers les centres urbains et industriels.

44On peut considérer que les structures agraires qui se sont mises en place dans le courant du XIXe siècle avec l’accession d’un nombre important d’exploitants à la propriété sont demeurées relativement stables. Après la Seconde Guerre mondiale, la tendance à la concentration de la propriété se manifeste discrètement, comme le montre l’examen d’un échantillon de 768 exploitations du pays viganais réalisé en 1968 (Gros 1968).

SURFACE/HECTARE

NOMBRE D'EXPLOITATIONS

0-5

178

5-10

178

10-20

190

20-50

145

50-100

28

+ 100

14

Tableau 1. – Superficie des exploitations en pays viganais (vers 1960).

45On constate ainsi que malgré un mouvement de concentration de la propriété, près de la moitié (46 %) se situe en dessous de dix hectares et que la très grande propriété n’accuse qu’une très faible progression par rapport au siècle précédent puisqu’elle représente seulement 1,8 %.

46Concernant les Cévennes, on peut donc se risquer à parler d’une « démocratie de petits propriétaires » (Hubscher 1985 : 3), vivant essentiellement des fruits d’une polyculture vivrière mais n’ignorant pas cependant les nécessités d’une intégration à l’économie de marché puisqu’ils s’adonnent massivement à la sériciculture.

47Il existe généralement une corrélation entre la dimension moyenne des propriétés agricoles et les modes de faire-valoir dominants. Ainsi, dans le Midi où les petites propriétés de moins de cinq hectares sont majoritaires, les propriétaires-cultivateurs sont les plus nombreux.

  • 24 ADG 13 M 1, Lettre relative à la formation de La Société d’agriculture, 3 messidor An IX.
  • 25 ADG 6 M 700, État numérique de la population du Gard, s. d.

48Au début du XIXe siècle, le département du Gard « compte plus qu’aucun autre des propriétaires exploitant eux-mêmes leurs propriétés24 ». L’Etat numérique de la population du Gard permet de préciser les régimes d’exploitation de la terre qui sont alors en vigueur25.

MODE DE FAIRE-VALOIR

ARRONDISSEMENT DU VIGAN

ARRONDISSEMENT D’ALÈS

Fermiers-métayers

1 100

1 172

Métayers

540

1 352

Propriétaires

10 468

7 307

Manouvriers

1 601

1 695

Tableau 2. – Modes de faire-valoir.

49Ce tableau fait apparaître que dans l’arrondissement du Vigan les propriétaires sont beaucoup plus nombreux que dans celui d’Alais et qu’inversement le métayage est moins représenté. Cet écart peut probablement s’expliquer par le fait que l’arrondissement d’Alais comprend une plus grande superficie en plaine : la modernisation des procédés culturaux a favorisé la concentration des terres entre un nombre réduit de propriétaires, induisant une plus large emprise du faire-valoir indirect. Plus on s’avance dans la plaine languedocienne, plus on voit d’ailleurs le métayage prendre le pas sur les autres formes d’exploitation. On peut également noter que les ménagers qui représentent près de 40 % de la population agricole dans l’arrondissement d’Alais sont moins nombreux dans l’arrondissement du Vigan où ils atteignent à peine plus de 20 %, signe que la prolétarisation agricole y est sensiblement moins développée dans la mesure où les micro-propriétaires comptent sur les forces vives de l’exploitation pour accomplir le travail agricole et ont rarement recours à une main d’œuvre extérieure.

50Dans la montagne cévenole qui recouvre la totalité de l’arrondissement du Vigan et la majeure partie de celui d’Alais, l’importance de la petite propriété et celle du faire-valoir direct (Dutil 1911 : 9) invitent à s’interroger sur les formes spécifiques qu’y revêt l’exploitation du sol. R. Lamorisse (1975 : 113) a effectué un sondage sur une vingtaine de communes couvrant l’aire cévenole à partir du recensement effectué en 1851.

  • 26 À titre de comparaison, on notera qu’au plan national, en 1852, seulement 30,71 % des exploitation (...)

51On mesure l’importance numérique des propriétaires-cultivateurs : ils sont 62,5 % à ne vivre que de l’exploitation de leurs propres terres. En effet, l’enquête distingue les « propriétaires-cultivateurs » et les « propriétaires qui cultivent pour eux-mêmes et pour autrui », afin de mettre en évidence ceux qui ne parviennent pas à l’indépendance économique (Demonet 1990 : 41). Si on leur ajoute tous ceux dont le statut est mixte, on atteint alors le chiffre de 72 %26.

52Un autre fait remarquable est que le nombre des fermiers dépasse largement celui des métayers qui représentent moins de 1 %. Les éléments de comparaison fournis pas M. Jouve pour les communes de Mialet et Corbès confirment cette tendance : on trouve à Mialet 387 propriétaires-cultivateurs sur 494 exploitants, soit 77,7 %, et à Corbès 37 sur un total de 52, soit 71,2 %. Le nombre des fermiers est respectivement de 26 (5,3 %) et de 3 (5,8 %).

MODE DE FAIRE-VALOIR

NOMBRE

REPORT

Propriétaires-cultivateurs

5 903

5 903

Fermiers-propriétaires

171

Fermiers + autre état

10

Fermiers

688

869

Métayers-propriétaires

20

Métayers + autre état

11

Métayers

58

89

Journaliers-propriétaires

619

Journaliers + autre état

133

Journaliers

1 818

2 580

Tableau 3. – Composition de la paysannerie cévenole en 1851 (d’après R. Lamorisse 1975 : 173).

53Ce schéma se révèle remarquablement durable. En 1963, selon C. Gros, le faire-valoir direct domine toujours nettement dans les 768 exploitations que compte le pays viganais. Un sondage effectué quelques années plus tard par R. Lamorisse à partir d’un échantillon de mille exploitants confirme la permanence de la répartition des modes de faire-valoir constatée dès le milieu du XIXe siècle. En mode unique de faire-valoir, sur 1 000 exploitants considérés, 800 sont en faire-valoir direct, 52 en fermage, 2 en métayage et 145 sont en mode mixte. 91 sur ces 145, en faire-valoir direct dominant, augmentent la taille de leur exploitation en prenant des parcelles en fermage ou en métayage (Lamorisse, op. cit. : 348).

54Les mutations qui sont en cours de manière générale dans le monde rural n’affectent donc pas plus le système d’exploitation qu’elles n’ébranlent les structures agraires. Cette relative stabilité témoigne finalement de la permanence (ou de la rigidité) de l’organisation de l’économie paysanne cévenole. La dégradation du tissu humain – comme on va le voir – et la détérioration des trésoreries n’ont, en effet, pas eu raison d’un système qui reflète une unité écologique et humaine adaptée à son milieu. Globalement, les exploitations cévenoles résistent dans leur structure, alors qu’elles sont profondément affectées dans leur nombre et que leur superficie se modifie en raison de l’exode rural.

55Pour R. Badouin, « les valeurs de l’agriculture cévenole », fondée sur l’ardeur au travail, l’ingéniosité, la parfaite connaissance des micro-terroirs et des micro-climats, appartenaient, en 1968, à ce que l’on appelle l’« économie paysanne » (1968).

  • 27 Il s’agit seulement de souligner que les objectifs de production, la division du travail sont orga (...)
  • 28 ADG 7, M. L. Destremx de Saint Christol, Communication à l’Académie du Gard.

56S’il est évident que l’analyse de la petite exploitation cévenole ne peut s’effectuer en terme d’économie de l’entreprise agricole mais plutôt d’économie familiale dans laquelle les stratégies adoptées par le groupe domestique et son expérience prennent une signification essentielle, la notion d’économie paysanne doit être comprise dans un sens plus large, comme désignant un « mode de production » spécifique proche du « mode de production domestique » qui a été mis en évidence par M. Sahlins dans les sociétés tribales (1968)27. En effet, l’unité socio-économique dominante est ici l’exploitation agricole familiale. Sa principale préoccupation est de produire en priorité pour sa propre consommation, même si elle doit échanger une partie de ses ressources contre des liquidités. C’est ce qu’entendait L. Destremx de Saint Christol lorsqu’il écrivait que l’ambition du paysan cévenol « n’est pas de devenir riche, sa préoccupation est de faire vivre sa famille28 ».

57Comment se répartissent les différentes cultures et surtout quelle place occupe le mûrier au sein du système de culture ? Les statistiques agricoles ne peuvent fournir de réponses précises à cette question : il s’agit toujours d’estimations à l’échelle départementale qui n’ont que peu d’intérêt pour notre propos.

58Nous aurons donc recours à des études de cas. Deux exemples de propriétés rurales dont l’une appartient à la catégorie de la petite propriété tandis que l’autre peut être considérée, par sa superficie, comme une propriété moyenne illustreront le propos.

  • 29 Ces informations sont issues d’une étude non publiée, communiquée par son auteur, M. Boschi, La Gi (...)
  • 30 La propriété n’est plus cultivée aujourd’hui.

59La Gineste est située au hameau de Gardies dans la Vallée Française29. La propriété couvre un peu plus de quatre hectares. Comme la plupart des micro-propriétés cévenoles, elle étage ses étroites terrasses à flanc de montagne, sur un versant orienté à l’est ; autrefois30, le châtaignier, la vigne, le seigle se partageaient, avec le mûrier, la majeure partie de la surface agricole utile. L’étude du bâti et un relevé systématique des traces des anciennes cultures permettent d’effectuer une ébauche de reconstitution de l’activité économique de l’exploitation. La représentation graphique du site aide à comprendre la distribution des différentes cultures : les mûriers se répartissent de part et d’autre des bâtiments ; dans leur prolongement, on trouve le jardin potager, barré au nord par la source et la « gourgue » d’où part le réseau d’irrigation ; les fruitiers sont disposés en bordure du canal principal ; au-delà, s’étendent les terrasses qui étaient cultivées en seigle ; une lande herbeuse s’étire entre les environs immédiats du bâti et la châtaigneraie qui couvre la superficie restante.

60De par ses dimensions et la répartition des cultures qui la caractérise, la Gineste constitue un exemple type de petite propriété rurale cévenole. L’activité de ses occupants était essentiellement tournée vers la production directe de ce qui était nécessaire à leur subsistance tout au long de l’année. Le jardin potager, l’élevage de quelques poules et lapins, un porc gras, les châtaignes et le seigle couvraient l’essentiel de leurs besoins alimentaires. La modélisation du fonctionnement de cette exploitation montre que la seule entrée d’argent frais de l’exploitation provenait de la vente des cocons.

61La structure de cette exploitation est voisine de celle évoquée par R. Lamorisse ; selon lui, elle suffirait à entretenir une famille de cinq personnes ayant besoin de 12000 calories par jour ; elle lui laisserait même des bénéfices (excédent énergétique supérieur à un mois) (op. cit. : 114). Cependant, les variations du rendement agricole font de ces quatre hectares la limite au-dessous de laquelle cette famille de propriétaires-cultivateurs ne peut être assurée de pourvoir à sa subsistance. Cultivés sous le régime du métayage ou du fermage, ces quatre hectares auraient été tout à fait insuffisants.

46. – Schéma de fonctionnement d’une exploitation : la Gineste (d’après M. Boschi).

  • 31 ADG Les Plantiers C3 - 3 Ρ 2045, folio 159.

62Le second exemple est celui du hameau de la Theule31, sur la commune des Plantiers. L’étude de la matrice cadastrale souligne ce qui caractérise l’agriculture cévenole : la pratique généralisée de la complantation. On trouve ainsi des « terre-vigne », « terre-mûrier », « châtaignier-pâture », « châtaignier-terre », « châtaignier-bois », « mûrier-pâture », « pâture-bois », « mûrier-châtaignier » et même des « mûrier-vigne » ou inversement « vigne-mûrier », selon la culture dominante de la parcelle.

63La projection de la matrice cadastrale sur le plan dessine la configuration du finage : la plupart des parcelles sur lesquelles sont cultivés les mûriers se situent soit dans la proximité du bâti, soit le long des méandres du Gardon des Plantiers, la rivière qui coule en contrebas du hameau. Au-dessus de celui-ci règne la châtaigneraie qui occupe également tout le versant opposé de la vallée, exposé au nord. Les prés, rares, et les parcours herbeux qui couvrent une superficie plus importante, sont relativement dispersés, à l’exception de quelques terres de pâture qui jouxtent le hameau.

64La propriété Campredon, telle qu’elle se présente en 1841, peut être considérée comme une grande propriété du point de vue de sa superficie : 54 hectares et 66 ares comprenant 25 hectares et 37 ares de châtaigniers, presque deux hectares de vignes, deux hectares et 92 ares de mûriers. Le reste de l’exploitation est composé de bois, de taillis de chênes verts et d’arbousiers, de landes de bruyères et de genêts qui occupent les parcelles les plus éloignées, proches des lignes de crête.

65Les deux autres propriétés mitoyennes couvrent des superficies quasi identiques : 12 hectares et 74 ares pour la famille Malaval, 14 hectares et 2 ares pour la famille David. Chez Malaval, 1 hectare 43 ares est cultivé en mûriers et le châtaignier totalise 8 hectares et 19 ares ; chez David, il atteint 10 hectares et 60 ares tandis que le mûrier occupe 1 hectare et 16 ares. Enfin, le hameau comprend un dernier propriétaire qui ne possède que 2 hectares et 30 ares en mûriers, châtaigniers et pâture. Située en dessous du seuil critique de quatre hectares, cette propriété ne peut faire vivre une famille. Elle sera abandonnée par ses occupants. L’habitation, insérée entre celles des familles Campredon et Malaval, sera ultérieurement démolie et les terres partagés entre les propriétaires mitoyens.

Subsistance et marchés

66Les Cévenols âgés affirment qu’autrefois « ils vivaient de ce qu’ils récoltaient » car ils avaient tous « leurs bonnes terres, ils élevaient leurs volailles, ils engraissaient le cochon – qu’ils tuaient, c’était la provision de l’année-, leurs châtaignes, leurs pommes de terre... ». Néanmoins, l’autosuffisance est plus un idéal qu’une réalité. Elle est en fait un rêve inaccessible à la plupart des paysans, contraints d’échanger une partie de leur production contre les denrées qu’ils ne peuvent pas produire ou de vendre leur force de travail lorsque l’exploitation ne permet pas d’atteindre le seuil de l’indépendance (Aymard 1983 : 1392-1410).

67Durant des siècles le sort des populations occidentales a été étroitement lié à la production des céréales qui étaient la base de l’alimentation. Selon M. Bloch, la vie rurale de l’ancienne France est dominée par un mot unique : le blé. Point de village, point d’exploitation, a-t-il affirmé « [...] qui ne lui consacrât le meilleur de ses champs [...], le blé était pour les humbles la base de la nourriture quotidienne ». Parvenant à survivre durant les années fastes, les plus pauvres étaient réduits à la famine aussitôt que de mauvaises conditions météorologiques faisaient fléchir la production céréalière.

68En Cévennes, l’aliment de base de la population n’est pas le blé mais la châtaigne : « Son fruit supplée au blé que la rapidité des pentes et le peu de consistance du terrain ne permettent pas de cultiver. Elle est la principale ressource pour la nourriture des habitants », écrivait, H. Rivoire, l’auteur de la Statistique du département du Gard (1832 : 280). Si elle n’a pas mis tous les Cévenols à l’abri du besoin, elle a cependant permis d’écarter le spectre des disettes (Poupardin, Nougarède et Larrère 1987 : 24). Selon J. R. Pitte, les paysans cévenols auraient, grâce à elle, échappé aux famines (1986 : 248). Les plus pauvres d’entre eux, ceux dont l’exploitation était trop exiguë pour qu’ils puissent subvenir à leurs besoins, trouvaient suffisamment de châtaignes pour se nourrir en étant autorisés à ramasser la quantité nécessaire à leur subsistance en échange de services (Galzin : 97).

  • 32 ADG 6 M 838, Statistique de Lasalle.

69Le châtaignier est indissociablement attaché au paysage et aux habitants. L’ancienneté de son introduction, de même que l’importance des superficies qu’il occupe, expliquent qu’il soit considéré comme « l’arbre indigène du païs32...».

  • 33 ADG 6 M 691, Mémoire sur les avantages que peut retirer la République de l’Agriculture des Mines, (...)

70L’historien E. Le Roy-Ladurie note la remarquable extension de la châtaigneraie dans la Cévenne du XVIe siècle : « Au flanc des Cévennes, de part et d’autre d’un axe Alès-Le Vigan, il forme en 1552 un bloc sombre et puissant accroché à la montagne... » (1969 : 75). Exactement trois siècles plus tard, en 1852, il couvre encore toute la partie montagneuse du département et occupe l’essentiel de sa surface agricole : 41756 hectares pour les arrondissements d’Alais et du Vigan. Le Gard vient en tête des départements français classés en fonction du pourcentage de leur superficie totale occupé par les châtaigniers : 31,3 %, répartis sur ces deux seuls arrondissements. Concernant le district du Vigan, on apprend « que le peu de planimétrie du sol et la nature du terrain ne permettent pas d’y cueillir du bled conséquent mais en revanche il y a beaucoup [...] de châtaigniers qui couvrent la majeure partie de ces montagnes et qui sont la principale production de pain33 ».

  • 34 ADG 6 M 713.
  • 35 « Les domaines des Cévennes sont généralement d’une étendue médiocre, les plantations de châtaigni (...)
  • 36 ADG 6 M 691.

71On le rencontre aussi bien au sommet des collines qu’au creux des vallons. Il couvre les terrains escarpés et envahit les terrasses, s’avance même jusqu’aux portes de la ville. À l’orée d’Alais, le quartier dit de « La Prairie » était, durant le XVIIIe siècle, une vaste plaine couverte d’immenses châtaigniers34. Quelle que soit la dimension de la propriété, la majeure partie des parcelles est consacrée à cet arbre35. À proximité des maisons isolées ou regroupées en hameaux, on trouve les arbres greffés, les meilleures variétés dont les fruits seront séchés pour nourrir les membres de la maisonnée ; plus à l’écart, dans les vallons difficiles d’accès ou à proximité des crêtes, se trouvent les forêts de rejets, les bouscas où vont paître les troupeaux. L’arbre, poussé jusqu’à ses limites biologiques, s’est emparé des versants, ne s’inclinant que face aux rochers qui hérissent les serres, aux landes de bruyères et de genêts qui habillent les sommets à partir de 800 m. Dans le premier cadastre, la châtaigneraie atteint jusqu’à 70 % de la surface de la commune de Mandagout (Poupardin, Nougarède et Larrère, op. cit. : 7 ; Riollet et Silhol 1980) : « Il y a surtout une très grande quantité de châtaigniers qui couvrent la majeure partie de ces montagnes et qui font la principale production, car sans elle [le Cévenol] serait souvent embarrassé pour vivre, les grains n’y parvenant qu’à grand frais36. »

  • 37 Elle subit notamment l’attaque de la maladie de l’encre dans les années 1880.

72Dans le courant du XIXe siècle la superficie plantée en châtaigniers amorce un recul37, même si l’emprise de la châtaigneraie fruitière demeure puissante.

73Le XXe siècle confirme ce repli. À Colognac, la châtaigneraie, qui occupait, en 1836, 56 % de la superficie communale, soit 604 hectares, n’en couvrait plus que 160 en 1963 (Calas, Tranton, Nègre, 1962-1963). Cependant, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, cette réduction affecte l’économie castanéicole davantage à l’échelle territoriale qu’au niveau de l’exploitation paysanne car elle est accompagnée d’une égale diminution de la population, liée à l’exode rural. La châtaigneraie fruitière demeure ainsi, sur le plan alimentaire, la principale ressource de l’exploitation.

  • 38 ADG 6M 691, Essai de statistique, Thermidor an XIII. Commune de Lasalle : 12.
  • 39 Cette fourchette correspondrait au « seuil d’occupation », compte tenu des caractéristiques du ter (...)

74« Le châtaignier est véritablement l’arbre du pays, il exige peu de soin et paye largement celui qu’on lui donne », affirme un document qui a servi à l’élaboration de la Statistique38 . En effet, ni tout à fait cultivé ni véritablement sauvage, il est un arbre « peuplant par l’énergie que contiennent les bogues », bien qu’il ne le soit guère par les travaux qu’il nécessite (Lamorisse, op. cit. : 118). L’entretien de la châtaigneraie fruitière occupe surtout le paysan durant les temps morts de l’activité agricole, pendant l’hiver et au début du printemps. La période la plus exigeante en main-d'œuvre est la récolte qui va d’octobre à novembre. Cette culture a donc la propriété de libérer la force de travail lors du démarrage des autres cultures, au moment où la charge de travail s’alourdit et notamment à la saison des vers à soie. Selon Ch. Hombre-Firmas, une famille de cinq personnes possédant une châtaigneraie de deux hectares peut récolter trois tonnes de fruits, de quoi satisfaire les besoins alimentaires de ses membres, lui laisser un excédent et autoriser un petit élevage qui consommera les « brises ». C’est également l’avis de R. Lamorisse qui estime qu’une exploitation comprise entre 4 et 7 hectares39, « normalement structurée et entretenue par un ménage ayant deux fils dont l’un serait marié, arriverait bon an mal an à nourrir tout le monde » (op. cit. : 116).

75Comme l’écrit Ch. Hombres-Firmas, les châtaignes sont presque toute l’année « la nourriture habituelle des pauvres habitants des Cévennes ». Ce rôle prépondérant de la châtaigne se vérifie tardivement, comme en attestent des témoignages récents : jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, « tout le monde en mangeait, des châtaignes... Les enfants venaient grands avec les châtaignes ! On en mangeait de novembre jusqu’au mois de mai... ».

76En dépit d’un sol peu propice aux céréales, le paysan s’efforce néanmoins de les cultiver pour les besoins de sa maisonnée : « Chaque Cévenol a un petit coin de pré, sème un peu de seigle, fait un jardin auprès de sa maison... » (Hombres-Firmas 1838-1841 : 86). Il n’est pas d’exploitation qui ne possède son carré de seigle, fût-ce sur une terrasse d’accès difficile. Les paysans les mieux lotis ensemencent les terres arables qui bordent les rivières tandis que les autres cultivent « du seigle et du froment partout où on le pouvait et notamment dans les châtaigneraies, là où la pente le permettait ».

  • 40 Toujours selon R. Lamorisse, la ration quotidienne nécessaire de protéines animales s’élèverait à (...)

77Le cochon joue également un rôle majeur dans l’alimentation de la population. C’est lui qui fournit l’essentiel de la ration quotidienne de protéines animales40.

78Les sources montrent que chaque mas engraissait un cochon au début du XXe siècle, ce qui fait apparaître une nette progression par rapport aux siècles antérieurs. Une évolution qu’il faut peut-être mettre en relation avec l’abandon de certaines châtaigneraies en raison de l’exode rural. Comme le montre un témoignage recueilli par J.-N. Pelen, « selon ce que vous aviez comme quantité de châtaignes, vous mettiez du bétail à même raison » (1987 : 56).

79D’autres produits viennent enrichir et diversifier cette base alimentaire. Malheureusement, les sources manuscrites sont relativement silencieuses les concernant ; les états des récoltes, les tableaux des produits de l’agriculture, les enquêtes ne mentionnent pas les productions considérées comme secondaires. Ainsi la place des légumineuses est-elle tout particulièrement difficile à mesurer, cette production étant exclusivement destinée à l’autoconsommation.

80Les produits de la chasse, de la basse-cour, de l’élevage et de la pêche contribuent à réduire le déficit protéique et les légumes les plus variés complètent cette alimentation, frugale mais suffisamment diversifiée pour ne pas présenter de grave carence. A. Ebrard, lors de son périple dans les Cévennes, constate que les terrasses sont souvent employées à la culture des légumes : les aubergines, la chicorée, la laitue, les endives, les haricots ainsi que l’« indispensable poivron » (1985 : 54).

81Les ressources d’une exploitation atteignant le « seuil de subsistance » permettent donc de nourrir frugalement mais convenablement une famille comprenant parents, enfants et parfois un couple d’ascendants.

  • 41 Le Dr Barbut souligne la grande diversité culturale des terres schisteuses des Cévennes : « [...] (...)
  • 42 Voir ci-dessus l’exemple du hameau de La Theule.

82Ce relatif équilibre alimentaire, lié à la diversité des ressources41 et à l’exploitation extensive de la châtaigneraie qui, à surface égale, est d’une valeur énergétique bien supérieure à celle du seigle (Galzin ; Bruneton 1982), n’est cependant pas le lot de tous les paysans. Ceux dont l’exploitation se situe en dessous du seuil indiqué42 ainsi que les journaliers agricoles connaissent des difficultés à satisfaire leurs besoins, comme le constatent Galzin et Lamorisse. Ils seront les premiers à choisir l’émigration vers les centres industriels.

83Les paysans ont néanmoins besoin de liquidités (Verdon 1987 ; Mendras 1972) afin de compléter la gamme des produits de consommation, payer l’impôt et, le cas échéant, régler le fermage. Ils y parviennent en vendant une partie de leur récolte ou bien en ayant une activité artisanale ou industrielle complémentaire (Thorner 1964).

84Les produits les plus couramment commercialisés sont les cocons et, accessoirement, des agneaux, des porcelets ou des chevreaux.

  • 43 ADG 6 M 691. Essai de statistique, commune de Lasalle.

85Pour l’excédent de châtaignes, il existe le marché local des gens sans terre, qu’ils soient journaliers agricoles, ouvriers ou artisans ainsi que l’exportation vers les centres urbains de la périphérie. La commune de Lasalle qui « recueille encore plus de châtaignes qu’il ne lui en faut soit pour la nourriture des hommes, soit pour celles des bestiaux » vend ses excédents, « fraîches ou après qu’elles ont été blanchies43 ».

86Dans la première moitié du XXe siècle, l’élevage de quelques chèvres s’est largement répandu. Elles fournissaient lait et fromage à la maisonnée et « on vendait les chevreaux, ça faisait un peu d’argent. Quand il y avait les agneaux, c’était pareil », se souvient un ancien agriculteur. Parfois aussi on commercialise les fromages excédentaires, généralement auprès des habitants des bourgs qui ne peuvent « tenir » quelques chèvres, faute de pâturages à proximité immédiate de leur habitation.

  • 44 ADH C 2253, Idée de mémoire sur les muscardins.
  • 45 ADH C 2290, Mémoire sur l’introduction de la filature de cocons, venant des Échelles du Levant, fa (...)

87Les cocons représentent la principale source d’argent frais. « La richesse des Cévennes dépend principalement du succès des vers à soie », affirme un mémoire du XVIIIe siècle44 Cette opinion est partagée par les administrateurs qui marquent leur inquiétude à chaque mauvaise récolte ou mévente des soies : « Les habitants laborieux des Cévennes et du Vivarais, spécialement attachés à cette éducation [seraient] réduits à la plus affreuse misère, écrasés sous le poids des impôts qu’ils ne pourraient payer si cette ressource leur était enlevée45

  • 46 ADH C 2295, Lettre du 8 septembre 1786. Voir également le mémoire rédigé par M. Puech, habitant de (...)

88Une année où la récolte fut particulièrement faible, un agriculteur46 dépeint « l’état malheureux d’Alais et des Cévennes [...], à peine pourra-t-on payer les impositions, les redevances aux seigneurs ».

89La vente des cocons occupe une place prépondérante dans les budgets familiaux. Pour R. Lamorisse, elle offre en quelques semaines une rentrée d’argent qui permet d’acquitter les contributions, de rembourser les dettes, de réaliser quelques achats indispensables, voire superflus (op. cit. : 110). Jusqu’au second tiers du XXe siècle, « l’argent des vers à soie » sera ainsi le principal revenu monétaire des foyers : « On payait toutes les dettes qu’on avait avec l’argent des vers à soie. Alors si l’argent des vers à soie rentrait pas ou s’il rentrait peu, on pouvait pas payer les dettes. Chacun avait ses chèvres, son fromage, son lait, ses œufs... mais du point de vue entrée d’argent, c’était l’argent des vers à soie qui était à la base de l’année », se souvient M me V. tandis qu’une autre ancienne séricicultrice résume la situation économique de la population locale en ces termes : « C’était la richesse du pays, la meilleure récolte ; ils ne comptaient, en fait d’argent, que quand ils vendaient leurs cocons. »

  • 47 Comme on le verra plus loin, la production de cocons est toujours à la merci des gelées printanièr (...)

90La récolte de cocons est néanmoins aléatoire. Les bonnes années qui justifient l’image (le mythe ?) d’un « Âge d’or » alternent avec les années sombres. Les crises de production dues tantôt à des maladies des vers à soie, tantôt à de mauvaises conditions climatiques47 ont en effet régulièrement sévi depuis que la sériciculture occupe une place maîtresse dans l’économie cévenole. Nous y reviendrons.

  • 48 ADG 6 M 713. Topographie médicale, Alzon.

91Le travail saisonnier est également une importante source de revenus. Comme on le verra, les paysans étaient nombreux à « aller à la journée », c’est-à-dire à louer leur force de travail pour des travaux agricoles : « ils s’occupent suivant la saison à moissonner, à vendanger, à ramasser des feuilles de meurier, des châtaignes, des feuilles sèches des arbres et du buis pour faire du fumier48 », constate un observateur local.

92L’exploitation est ouverte à d’autres types de revenus que ceux provenant du travail agricole. Les paysans sont souvent des doubles actifs qui parviennent à équilibrer leur budget par un salaire d’appoint. C’est ainsi que le travail artisanal et industriel contribue à équilibrer le budget des familles. La pluriactivité peut être considérée comme une composante fondamentale de l’économie paysanne. Dans chaque famille, on trouve au moins une personne qui travaille ponctuellement ou régulièrement à la filature, à la mine ou bien qui se consacre à une activité artisanale. Les mines attirent principalement la population masculine de la basse Cévenne et des Cévennes méridionales, d’Alès à Ganges et au Vigan en passant par Anduze et Saint-Hippolyte-du-Fort, tandis que la bonneterie, d’abord à domicile puis industrielle, complète les revenus de la plupart des familles paysannes de Ganges, Valleraugue et Le Vigan. « Le faiseur de bas est en même temps un propriétaire. Dans la majorité des cas, le bonnetier à domicile, surtout celui à la campagne, possède une petite propriété », explique l’auteur d’une étude sur le travail à domicile dans la bonneterie de soie des Cévennes (Poulon 1909). Prenant comme exemple une famille de Mars, un village proche du Vigan, il nous montre comment la propriété lui fournit l’essentiel de sa nourriture, la vente des cocons et la fabrication de bas apportant l’argent frais.

  • 49 La durée d’activité des filatures varie selon les époques. Pour résumer, on dira que la période d’ (...)
  • 50 Voir également La Pluriactivité dans les familles agricoles, 1984.

93Mais le véritable pilier de la pluriactivité, c’est la filature de la soie. Le salaire de la fileuse, quoique modeste, n’en constitue pas moins un gain régulier durant la majeure partie de l’année49 ; il permet d’assurer les dépenses monétaires incompressibles. Ainsi le travail à la filature, instrument de régulation du budget familial, est-il une composante essentielle de cette économie. L’interpénétration de l’activité agricole et de l’activité industrielle, caractéristique majeure des sociétés rurales (Garrier et Hubscher 1988)50, constitue ici une opportunité économique qui explique pourquoi et comment un même système économique a pu se maintenir durablement, pendant près de deux siècles.

94Le déclin de la production de la soie, dans le courant du XIXe siècle puis pendant la Première Guerre mondiale, a profondément affecté le système économique, entraînant le repli progressif des paysans d’une économie mixte vers une économie vivrière. On assiste ainsi à un renforcement de l’« économie potagère », la polyculture parvenant à fournir l’essentiel des productions agricoles de consommation courante à des familles rurales de plus en plus démantelées par l’émigration.

Une population en déclin

95À travers l’évolution démographique d’une région on perçoit comment les groupes humains se sont insérés dans leur environnement et on mesure le retentissement des mutations économiques auxquelles ils ont été confrontés. On peut y lire la trace des activités qui leur ont permis de se maintenir et de se reproduire sur leur territoire. Il y a donc lieu d’indiquer les principales caractéristiques de la population cévenole et mettre en évidence ses mouvements significatifs sur une durée d’un siècle et demi, soit du début du XIXe siècle à la fin des années 1950.

  • 51 De récentes installations permanentes ont toutefois entraîné la remise en état de mas isolés et re (...)

96Maisons aux volets hermétiquement clos, rues silencieuses et vides, lourdes chaînes barrant l’entrée des chemins qui conduisent aux mas isolés, hameaux désertés qui ne revivent que l’espace des mois d’été... Telle est la vision qui s’offre aujourd’hui à celui qui découvre les Cévennes. Celle d’une terre d’où l’homme semble s’être absenté51. Partout, cependant, les traces de sa présence aident à imaginer ces temps révolus où « il y avait des gens dans tous les coins ».

97L’étagement des terrasses aujourd’hui colonisées par le genêt, la dispersion de l’habitat, les vestiges de multiples aménagements hydrauliques témoignent d’une intense colonisation des terres. Les devantures délabrées des anciennes boutiques, leurs enseignes peintes effacées par les intempéries laissent également deviner l’animation qui régnait autrefois dans les bourgs où s’activait toute une population agricole, artisanale, industrielle et commerçante.

  • 52 Cela expliquerait le grand nombre de communes désignées par un nom de saint : Saint-Jean-de-Gardon (...)

98L’humanisation des Cévennes s’est effectuée en plusieurs étapes. Nous ne ferons que mentionner les hypothèses relatives aux premières phases de la colonisation, d’abord au XIIe siècle, avec les défrichements entrepris par les bénédictins52, puis au XVIe siècle, lors de l’extension de la châtaigneraie : « Le fait éclatant du XVIe siècle, entre 1500 et 1570, c’est la multiplication du nombre des hommes », commente E. Le Roy Ladurie (1969 : 59).

99Une nouvelle période de colonisation s’amorce dans le courant du XVIIIe siècle. Selon P. Blanchemanche, la démographie croissante, l’introduction du mûrier qui produit et rapporte relativement vite, l’extension des défrichements à la fin du XVIIIe siècle, « sont autant de facteurs qui feront que des terres jusque-là réputées inaccessibles ou vouées au domaine de l’inculte feront l’objet de ce l’on peut appeler sans risque de confusion maintenant “un véritable travail de Romain” » (1989 : 189).

100Dans la plupart des communes rurales, la fécondité est extrêmement soutenue au début du XIXe siècle. Le taux brut de natalité atteint alors 37,5 % dans un échantillon de dix-neuf communes de la Cévenne gardoise. Malgré un âge féminin au mariage relativement tardif, on constate que la fécondité des femmes est élevée puisque 59,4 % d’entre elles ayant entre 35 et 44 ans ont au minimum trois enfants et 40 % ont déjà donné naissance à deux enfants à l’âge de trente ans. La conséquence directe de cette fécondité est la proportion de jeunes : ils représentent alors plus de 42 % de la population.

101Il faut cependant distinguer le comportement des ménages ruraux de celui des ménages des petites villes ou des villages : les familles nombreuses sont, en effet, beaucoup plus fréquentes dans les campagnes que dans les bourgs où, pour la même tranche d’âge, le nombre de femmes ayant au maximum un enfant s’élève à 34 %.

  • 53 La valeur énergétique de la châtaigne séchée dépasse celle des céréales et, fraîche, celle de la p (...)

102La densité de peuplement au début du XIXe siècle est telle qu’on dit les Cévennes surpeuplées. La présence du châtaignier n’est pas étrangère à cette situation. Arbre « peuplant » par la qualité énergétique (Bruneton 1982 : 428)53 de son fruit, il correspond, par ailleurs, à une culture extensive. Le dynamisme de la population a ainsi permis d’atteindre durant la première moitié du siècle un seuil de peuplement au-delà duquel la progression n’est plus possible. Les châtaigneraies et les terrasses de culture s’étagent jusqu’aux crêtes car partout où l’eau peut être captée l’homme s’est installé. Par un travail opiniâtre et l’exploitation extensive de la châtaigneraie, il est parvenu à coloniser un milieu considéré comme particulièrement hostile : « On chercherait en vain un pouce de terrain à cultiver. Le Cévenol a tout conquis. Sur les cimes, à peine accessibles, la terre a été transportée à dos d’homme et la vigne pousse là où les genêts et les chardons foisonnent sous d’autres cieux », peut-on lire dans L’Echo des Cévennes (9 juin 1866). Ainsi, dans la Cévenne lozérienne, correspondant notamment au canton de Sainte-Croix-Vallée Française, on peut compter une population de 16000 habitants, ce qui représente une densité de 35 habitants au kilomètre carré (Lamorisse 1974 : 397).

  • 54 La densité moyenne dans le Midi de la France est de 72 h/km (Duby et Wallon 1992 : 62).

103L’expansion de la châtaigneraie explique la capacité de cette terre a priori ingrate à satisfaire les besoins alimentaires d’une nombreuse population. Les Cévennes ne sont « surpeuplées » qu’en terme relatif. L’exemple de la commune de Mandagout en 1835 est à cet égard significatif : 55 % de sa surface agricole utile (SAU) (qui ne représente que 13 % de sa superficie totale) sont plantées en mûriers, 20,7 % en prés, 13,2 % en vignes, 7 % en terre ; quant au châtaignier, il représente à lui seul 70 % des terres hors SAU. Or, si le rendement à l’hectare de la châtaigneraie est inférieur à celui d’une terre à seigle, il lui est nettement supérieur du point de vue de la surface cultivée. Cela explique une densité humaine que les observateurs jugent excessive dans la mesure où ils la réfèrent aux terres labourables – ou plus exactement « piochables » (Lamorisse 1975 : 105) – et non à la superficie cultivée en châtaigniers. Du point de vue de la densité relative, estimée par rapport à la SAU qui ne tient pas compte de l’extension de la châtaigneraie, les Cévennes peuvent sembler surpeuplées. Mais si on prend cette dernière en compte, cette densité doit être révisée : le canton de Saint-Jean-du-Gard passe ainsi de 76,7 h/km54, en densité absolue à 129,6 h/km, en densité relative, c’est-à-dire calculée par rapport à la SAU (Jouve 1978 : 212).

104Si on peut se risquer à parler en Cévennes de surpopulation – en valeur relative et non en valeur absolue – au début du XIXe siècle, c’est moins en terme de capacité du territoire à nourrir ses habitants qu’à les occuper. L’exploitation type de cinq à sept hectares ne fournit du travail qu’à deux personnes alors qu’elle parvient à en nourrir cinq. Il existe donc un excédent de main-d'œuvre qui ne peut être utilisé dans le cadre de l’exploitation familiale. Ce surplus grossit, par conséquent, le contingent des journaliers cherchant à se louer sur les terres d’autrui et favorise notamment la sériciculture et la castanéiculture qui ont toutes deux besoin de bras supplémentaires pendant des périodes relativement courtes.

105La croissance démographique est cependant freinée par plusieurs facteurs. Le taux de fécondité élevé est en premier lieu contrebalancé par une mortalité relativement élevée qui concerne surtout les enfants. De fait, l’accroissement naturel ne progresse que d’un point par an.

  • 55 Voir également la réponse adressée par le sous-préfet au ministre de l’Intérieur pour l’année 1810 (...)
  • 56 Le Propagateur de l’industrie de la soie en France, t. IV, Rodez, Carrière aîné, 1841 : 367.
  • 57 ADG 6 M 713. Topographie médicale du département du Gard.

106Le gain de population est également atténué par l’incidence des courants migratoires, saisonniers et définitifs. Pour la période considérée, les migrations temporaires priment encore sur les départs définitifs. Ces mouvements saisonniers (Corbin 1973 ; Châtelain 1968 ; Goreux 1956) sont rendus possibles par l’étagement de la végétation et les décalages dans la maturation des récoltes : entre la plaine languedocienne et la montagne cévenole, on peut compter un bon mois d’écart. Dans la région, ils s’effectuent principalement à l’intérieur même des départements dans la mesure où par le jeu des conditions climatiques et topographiques les différentes récoltes se trouvent étalées dans le temps. Dès le mois de mars, ceux qui ne possèdent pas de terre ou sont en surnombre sur l’exploitation se rendent dans les communes situées en aval pour s’occuper des vers à soie, faucher les foins et les céréales55 : « J’avais deux frères qui accompagnaient d’abord mes parents comme aides et se chargèrent plus tard d’éducations considérables ; ils ne revenaient du pays bas qu’après y avoir fait la moisson », écrit en 1841 une éducatrice cévenole56. Certains d’entre eux remontent ensuite vers la Lozère ou la haute Loire pour le temps de la moisson, mais la plupart regagnent le toit familial au moment de l’élevage des vers à soie car il s’agit d’une activité qui exige une main-d'œuvre abondante. Puis ils repartent généralement pour les vendanges dans le pays bas et rentrent chez eux à temps pour la récolte des châtaignes. Compte tenu de leur spécialisation en matière séricicole, les Cévenols sont extrêmement appréciés dans les grandes exploitations séricicoles du couloir rhodanien ou du bas Languedoc ; selon G. de Labaume, dans l’arrondissement d’Uzès où l’on compte le plus grand nombre de grandes éducations, « le propriétaire donne sa chambrée à un Cévenol qui se charge de supporter tous les frais qu’elle occasionnera » (1842-1844 : 70-99). Ces migrations concernent aussi bien les femmes et les jeunes filles que les hommes : celles qui habitent la campagne « ont à cœur d’aller se louer pendant tout le temps de l’éducation des vers à soye, d’en faire autant pour tout le temps de la moisson, de terminer ensuite leur occupation champêtre pour faire les vendanges et d’aller passer l’hiver sous le toit paternel57. »

  • 58 Les drailles sont des voies qui suivent les crêtes et qu’empruntent les troupeaux qui montent depu (...)

107Mais les Cévennes, terre d’émigration saisonnière, sont aussi foyer d’immigration. L’essor de la sériciculture conduit de nombreux laboureurs de la Lozère pauvre à y effectuer une halte afin de louer leur travail durant la récolte des vers à soie puis à revenir pour la récolte des châtaignes, après avoir passé la période estivale dans la plaine. Des scieurs de long, groupés en « colles » de deux ou trois personnes, traversent le pays entre la fin octobre et Pâques et des « maçons à pierre crue » descendent d’Auvergne au mois de novembre. Les Cévennes se trouvent, en effet, sur la trajectoire migratoire qui relie le haut Gévaudan à la plaine languedocienne ; le « couloir de Florac » qui suit la draille collectrice58 de l’Asclier constitue une voie de circulation importante, permettant à ceux qui l’empruntent de s’arrêter momentanément dans les communes cévenoles.

108Encore peu importante pendant cette période, l’émigration définitive contribue cependant à alléger les effectifs humains. Ces départs ne peuvent s’expliquer par le mariage car la plupart des alliances se concluent dans la même vallée : entre 1822 et 1855, plus de 80 % des mariages unissent des personnes vivant dans la même commune ou dans des communes voisines. Les unions célébrées entre Cévenols et gens du pays bas sont peu fréquentes : l’alliance ne fixe donc pas les montagnards à l’extérieur du pays. Il faut donc chercher plutôt dans le surpeuplement relatif l’explication de l’émigration définitive. Si on tient compte de la superficie moyenne des exploitations cévenoles, elles ne parviennent pas, comme on l’a vu plus haut, à assurer un travail à plein temps à tous les membres du groupe familial et sont donc surchargées d’hommes en âge de produire. La question de la succession se pose, en outre, de façon cruciale (Mathieu 1889). Pour éviter le morcellement des propriétés suite au partage des terres entre les héritiers, le chef de famille a tendance à « supprimer les cadets » en les incitant à quitter le foyer familial.

  • 59 Le maximum de population aurait été atteint vers 1838 dans 23 communes situées au pied de l’Aigoua (...)

109À partir de 1870 le croît naturel, jusque-là positif59, devient déficitaire dans de nombreux cantons, comme l’atteste le tableau suivant.

Communes

1826

1836

1856

1876

1896

1926

1946

1968

Anduze

5 456

5 403

5 451

5 110

624

2 621

2 190

3 027

St-A.-Val.

2 037

1 920

1 821

1 775

1 534

1 354

852

524

Lasalle

2 121

2 296

2 477

2 515

2 340

1 482

1 314

1 201

Monoblet

1 155

1 162

1 040

912

804

605

573

484

St-J.-du-G.

4 019

4 296

4 450

3 978

3 302

2 757

2 437

2 427

Ste-Cx-V.-F.

808

866

830

752

635

506

397

277

Tableau 4. – Évolution de la population de six communes cévenoles.

110Quels sont les facteurs qui expliquent cette inversion de tendance ? On peut indiquer en premier lieu l’essor de la viticulture languedocienne et l’attrait exercé par le bassin houiller. C’est, en effet, dans les années 1840 que l’industrie extractive commence à drainer les habitants de l’arrière-pays. Entre 1836 et 1846, la production de charbon de la Compagnie houillère de la Grand-Combe est décuplée : 306 000 tonnes contre 32 000 dix ans auparavant. Le bassin houiller se transforme dès lors en région d’accueil pour les montagnards poussés hors de leurs terres par la pression démographique. Les conditions de vie de la population minière sont telles que la mortalité y sévit bien plus que dans les vallées et c’est donc essentiellement par apport extérieur que le renouvellement humain est assuré. Les vallées cévenoles fournissent ainsi à l’extraction minière un important contingent de travailleurs et la migration saisonnière, jusque-là dominante, est progressivement supplantée par l’émigration, cette fois-ci définitive (Weber 1983 : 412).

111Une autre explication est fournie par l’apparition, vers 1850, d’une maladie du ver à soie, la pébrine. La baisse des revenus séricicoles oblige les familles les plus pauvres, notamment celles des ouvriers agricoles dont la rétribution, qu’elle soit en nature ou en argent, est également affectée, à s’en aller tenter leur chance dans les localités minières du Piémont cévenol et dans la plaine viticole. Désormais, l’émigration cesse d’être une stratégie visant à maintenir la stabilité de la vie rurale pour devenir un véritable acte de rupture, l’expression d’un découragement (Garrier et Hubscher 1988).

112Les propriétaires fonciers, même petits, résistent cependant mieux. Certains secteurs, comme la Vallée Borgne, connaissent un étiage humain moins important, signe que la pression économique y est probablement moindre et que les trésoreries familiales, gonflées par la réussite séricicole des décennies précédentes, permettent d’attendre que la situation s’améliore. Les cantons montagnards, comme Saint-André-de-Valborgne, Valleraugue ou Sainte-Croix-Vallée-Française sont ainsi moins affectés par le vieillissement de la population que ceux, plus industriels, du Piémont cévenol. La baisse de natalité s’explique par l’importance relative du célibat féminin lié à l’intensité de l’émigration masculine.

113L’exode rural est donc la principale cause de la dégradation des structures démographiques.

  • 60 La maladie des vers à soie a été vaincue par Louis Pasteur.
  • 61 L’encre est une moisissure des racines. Elles se couvrent de plaques noires suintantes, d’où son n (...)

114Après 1850, l’effectif humain ne cesse de diminuer. Techniquement rétablie60, la sériciculture doit affronter de nouvelles difficultés provoquées par la concurrence exercée par les soies étrangères importées à bas prix tandis que la châtaigneraie est à son tour frappée par la maladie de l’encre61. Le désastre phylloxérique dans la plaine viticole freine cependant l’appel de la main-d'œuvre entre 1870 et 1885, mais les centres urbains et industriels se comportent comme de véritables pompes aspirantes, drainant tous ceux que leurs conditions matérielles d’existence découragent. De plus, un malthusianisme appuyé crée dans les principales villes du Languedoc un vide favorable à l’immigration. La Cévenne rurale n’adopte pas ce comportement malthusien et la fécondité des ménages se maintient. C’est donc toujours l’émigration des adultes en âge de procréer qui est à l’origine de la baisse de natalité enregistrée durant cette période.

115Au début du XXe siècle, la population recensée ne représente plus que 71,6 % de celle enregistrée en 1846.

116Les départs ont bien permis à quelques propriétaires d’agrandir leurs exploitations en achetant des parcelles et aux fermiers de se porter acquéreurs de terres délaissées, mais ce n’est pas suffisant pour modifier véritablement le système. Ce sont principalement les enfants en surnombre qui abandonnent l’exploitation familiale lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. On trouve même des propriétaires qui déplorent une insuffisance de bras lors de la récolte des châtaignes, la taille des mûriers ou la cueillette de la feuille.

117L’émigration de la jeunesse a pour corollaire, d’une part, l’augmentation du nombre d’exploitants âgés et, d’autre part, la multiplication des exploitations tenues par des célibataires ou des fratries. Ils représentent 10,3 % des exploitants en 1906.

118Dans un tel contexte, la Première Guerre mondiale est un véritable désastre démographique, dû aussi bien à la surmortalité masculine qu’à la sous-natalité enregistrée pendant le conflit. Après la guerre, le relèvement de la fécondité, phénomène bien connu suite à une période de conflits, ne permet pas d’enrayer le déclin. C’est qu’aussi bien du côté masculin que féminin la jeunesse émigre vers les villes, happée par l’espoir d’une meilleure rémunération dans l’industrie et d’une vie plus facile : « [...] Jeunes gens et jeunes filles délaissent le foyer familial où leurs ancêtres vécurent dans une certaine aisance et se dirigent vers un inconnu qui leur occasionne souvent des déboires. Alléchés par le salaire des cités industrielles qui leur paraît plus élevé et mieux assuré que le leur, les ouvriers agricoles abandonnent le grand soleil, l’air pur des champs et la sécurité du lendemain » déplore le directeur de la Station séricicole d’Alais au début du XXe siècle (Mozziconacci 1909).

119Ce bilan fait dire à R. Lamorisse que le malaise démographique, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, présente des symptômes alarmants. La population adulte est gangrenée par le célibat, de plus en plus réticente à procréer, décimée par l’émigration (op. cit. : 270). Les chiffres confirment son analyse : une commune comme Les Plantiers a perdu 75 % de sa population entre 1886 et 1946.

120À partir de 1950, le nombre des mariages accuse une constante érosion. L’étiage est durant cette période équivalent à celui qui a été constaté durant les deux guerres, même si dans les vallées la fécondité féminine est globalement supérieure à la moyenne nationale. Ainsi les familles qui comptent au moins trois enfants représentent-elles encore 36,2 %.

121L’exode rural est la principale cause de la dégradation des structures socio-démographiques. L’accroissement du célibat – les femmes représenteraient 60 % du contingent total des émigrés de la Vallée Française (Saussol 1965) – et la baisse de la natalité en sont les conséquences directes. Cette dégradation constante a également pour effet de figer les structures économiques. Après la Seconde Guerre mondiale, l’économie des exploitations familiales cévenoles ressemble à s’y méprendre à ce qu’elle était au cours du siècle précédent, à la nuance près que la pluriactivité des agricultrices s’est nettement réduite avec la fermeture de la plupart des ateliers de filature et que l’« économie potagère » s’est, en revanche, développée.

122La diminution globale de la population des vallées se poursuit entre 1962 et 1968. Ce déclin s’exprime par un vieillissement accru, car les jeunes sont toujours plus nombreux à refuser le faible niveau de vie qui leur est proposé ainsi qu’un avenir incertain en raison des sombres perspectives de l’économie locale. Autour de 1968, avec la dégradation de la situation économique, le malthusianisme urbain gagne les campagnes. Le dépérissement de la structure par âges est manifeste ; la proportion des jeunes se réduit à 21,4 % (Lamorisse 1978 : 53-59).

123Il faut replacer l’évolution de la population cévenole dans les contextes régional et national : les phénomènes observés ne font en effet que refléter la mutation des sociétés rurales qui se produit à plus large échelle. Le malaise du monde paysan est une réalité qui dépasse largement les frontières du pays cévenol et on pourrait faire des constatations identiques dans la plupart des zones rurales françaises en déclin démographique.

124Le tournant de l’après-guerre est incontestablement marqué par un décroît humain sans précédent : les pertes dues à l’émigration n’étant plus modérées par une fécondité élevée, les vallées se vident de leurs habitants, les propriétés sont abandonnées et le paysage cultivé se dégrade. Le phénomène de « déprise » traduit le relâchement de la pression exercée par les agriculteurs sur les terres. De façon générale, la déprise représente (Derioz 1994) la somme des renoncements propres à chaque exploitation qui découlent tantôt du vieillissement du chef d’exploitation et de l’absence de successeur, tantôt d’un rééquilibrage interne du système de production, conduisant à délaisser certaines portions de l’espace exploitées précédemment. Si un rééquilibrage a effectivement lieu sur la bordure cévenole où la viticulture parvient à se substituer à l’exploitation – plus marginale, ici – de la châtaigneraie et à la sériciculture, il n’en va pas de même dans les zones montagneuses qui n’offrent aucune perspective de culture alternative, vivrière et/ou commerciale.

Notes

1 R. Ambroise distingue trois types de sols : les terres rouges issues des schistes, les arènes granitiques et les terres solifluées, c’est-à-dire les débris de schiste et de granite formant sur les pentes des dépôts meubles (1989).

2 Elles sont appelées faïsses, bancels ou encore traversiers.

3 Rejets de châtaignier.

4 ADG 7 M, Statistique générale. Depuis plusieurs décennies, l’action de la SAFER, en charge du remembrement du territoire, s’emploie à redistribuer les parcelles entre les agriculteurs.

5 Il existe toutefois des châtaigneraies où sont cultivées des céréales.

6 A. Ebrard mentionne des mûraies dans le récit de son voyage au village de ses ancêtres : « Dans la vallée, c’est la zone étroite des prés fertiles plantés de nombreux mûriers et abondamment irriguées par l’Hérault... » (1985 : 45).

7 Ph. Blanchemanche estime qu’aucune création de terrasses ne fut entreprise en Europe du XVIIe au XIXe siècle dans le seul but de cultiver des céréales ou des plantes sarclées. Elles ont été construites pour des espèces arbustives comme le mûrier, le châtaignier ou la vigne (1989 : 135).

8 O. de Serres fait observer que « de tous les grains, ceux qui le plus constamment souffrent l’importunité des meuriers, sont les avoines et petits pois, mesme estant contraint de les trépigner pour la cueillette de la feuille, grand mal ne leur peut-on faire » (1804-1805 [1600] : 120).

9 ADG IIE 31/591, f° 4334, 1847.

10 ADG IIE 31/588, f° 3919,1844.

11 L’Echo des Cévennes, n° 1412, 20 juin 1863.

12 « [...] en passant plus outre, d’avoir si grande quantité de ces arbres, qui si possible est, la seule moitié suffise pour vostre nourriture qu’on effeuillera pendant que l’autre s’apprestera pour l’année suivante... » (Serres, op. cit. : 119).

13 Dans une lettre anonyme adressée aux États du Languedoc, un correspondant dénonce l’attitude des nombreux propriétaires qui « par leurs plantations de mûriers et les soins qu’ils leurs ont donnés ont frustré leurs fonds en grain ». ADH C 2296.

14 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, canton de Saint-André-de-Valborgne.

15 Ibid., canton de Sumène.

16 ADG 6 M 838, Statistique de Lasalle.

17 Il faut toutefois signaler que les éleveurs de vers à soie sont réservés quant à la valeur nutritive des mûriers trop bien nourris. Ils considèrent qu’un feuillage luisant et abondant est généralement moins prisé par les vers à soie que celui qui a « pâti ».

18 ADG 7 M 401, Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier, 1807, canton d’Anduze.

19 Gensoul est l’inventeur du système de chauffage à la vapeur des bassines de filature.

20 « Pour résumer, la définition de la petite et de la grande propriété est assez floue » conviennent les auteurs de Grande et petite propriété. Histoire des doctrines en France sur la répartition du sol et la transformation industrielle de l’agriculture, 1902 : 9-16.

21 Voir l’étude de A. Fioravanti et H. Lamarche in M. Jollivet (éd.), Société locale et utilisation de l’espace rural, rapport de groupe de sociologie rurale, mai 1977 (rapport dactylographié).

22 Malons, Aujac, Peyremale, Génolhac, Sainte-Cécile, Saint-André-de-Lanuéjols, Moissac, Saint-Étienne-Vallée Française, Saumane et Soudorgues.

23 ADG 13 M 1 et 2.

24 ADG 13 M 1, Lettre relative à la formation de La Société d’agriculture, 3 messidor An IX.

25 ADG 6 M 700, État numérique de la population du Gard, s. d.

26 À titre de comparaison, on notera qu’au plan national, en 1852, seulement 30,71 % des exploitations sont en faire-valoir direct.

27 Il s’agit seulement de souligner que les objectifs de production, la division du travail sont organisés sur la base du groupe familial.

28 ADG 7, M. L. Destremx de Saint Christol, Communication à l’Académie du Gard.

29 Ces informations sont issues d’une étude non publiée, communiquée par son auteur, M. Boschi, La Gineste, petite exploitation agricole de la Cévenne schisteuse du hameau de Gardies, Vallée Française, document dactylographié.

30 La propriété n’est plus cultivée aujourd’hui.

31 ADG Les Plantiers C3 - 3 Ρ 2045, folio 159.

32 ADG 6 M 838, Statistique de Lasalle.

33 ADG 6 M 691, Mémoire sur les avantages que peut retirer la République de l’Agriculture des Mines, des manufactures du département du Gard, s. d. District du Vigan.

34 ADG 6 M 713.

35 « Les domaines des Cévennes sont généralement d’une étendue médiocre, les plantations de châtaignier en occupent la plus grande partie », témoigne Cabiron. ADG. Chartier de Cabiron.

36 ADG 6 M 691.

37 Elle subit notamment l’attaque de la maladie de l’encre dans les années 1880.

38 ADG 6M 691, Essai de statistique, Thermidor an XIII. Commune de Lasalle : 12.

39 Cette fourchette correspondrait au « seuil d’occupation », compte tenu des caractéristiques du terroir.

40 Toujours selon R. Lamorisse, la ration quotidienne nécessaire de protéines animales s’élèverait à 200 grammes. Une famille composée de cinq personnes devrait donc entretenir deux cochons pour atteindre les 44 kg de protéines qui couvriraient ses besoins durant sept mois de l’année. Ce nombre étant rarement atteint, on peut considérer que les Cévenols ne disposent pas d’un apport suffisant en protéines animales. Heureusement, comme on le verra plus loin, les produits de la chasse et de la basse-cour complètent cet apport et réduisent partiellement le déficit.

41 Le Dr Barbut souligne la grande diversité culturale des terres schisteuses des Cévennes : « [...] Céréales, mais aussi pommes de terre et racines et surtout une grande variété de cultures légumières et fruitières auxquelles s’ajoutent la châtaigneraie, le vignoble, le mûrier pour l’éducation des vers à soie » (1909).

42 Voir ci-dessus l’exemple du hameau de La Theule.

43 ADG 6 M 691. Essai de statistique, commune de Lasalle.

44 ADH C 2253, Idée de mémoire sur les muscardins.

45 ADH C 2290, Mémoire sur l’introduction de la filature de cocons, venant des Échelles du Levant, fait par la chambre de commerce de Montpellier.

46 ADH C 2295, Lettre du 8 septembre 1786. Voir également le mémoire rédigé par M. Puech, habitant de Saint-Martial : « Dans les Sévènes, [...] la soye est le seul revenu qui puisse y procurer et de quoi faire subsister les habitants et payer leurs charges. » ADH C 2250, Mémoire de Puech, 21 décembre 1759.

47 Comme on le verra plus loin, la production de cocons est toujours à la merci des gelées printanières, de la grêle qui détruit le feuillage des mûriers, de la chaleur étouffante qui survient à la fin des éducations.

48 ADG 6 M 713. Topographie médicale, Alzon.

49 La durée d’activité des filatures varie selon les époques. Pour résumer, on dira que la période d’activité des filatures s’est allongée durant le XIXe siècle qui correspond, d’une part, à l’industrialisation de cette production et, d’autre part, à l’importation croissante de cocons étrangers. En 1812, les filatures de Saint-Jean-du-Gard travaillaient durant 36 jours après la récolte (ADG 12 M 49) ; à Alais, elles fonctionnaient de juin à septembre en 1832 (ADG 14 M 103) et à partir de 1860 toute l’année. On peut, cependant, noter un ralentissement de l’activité après la Première Guerre mondiale, les filatures manquant alors de cocons d’importation. Certains ateliers ont ensuite continué à travailler seulement avec les cocons locaux, interrompant leur activité.

50 Voir également La Pluriactivité dans les familles agricoles, 1984.

51 De récentes installations permanentes ont toutefois entraîné la remise en état de mas isolés et redynamisé l’activité de certains hameaux et villages, notamment en Vallée Française.

52 Cela expliquerait le grand nombre de communes désignées par un nom de saint : Saint-Jean-de-Gardonnenque (Saint-Jean-du-Gard), Sainte-Croix-Vallée-Française, Saint-André-de-Valborgne, etc.

53 La valeur énergétique de la châtaigne séchée dépasse celle des céréales et, fraîche, celle de la pomme de terre. Sa teneur en vitamines rejoint celle des agrumes, comme l’orange et le pamplemousse.

54 La densité moyenne dans le Midi de la France est de 72 h/km (Duby et Wallon 1992 : 62).

55 Voir également la réponse adressée par le sous-préfet au ministre de l’Intérieur pour l’année 1810, ADG 12 M 24.

56 Le Propagateur de l’industrie de la soie en France, t. IV, Rodez, Carrière aîné, 1841 : 367.

57 ADG 6 M 713. Topographie médicale du département du Gard.

58 Les drailles sont des voies qui suivent les crêtes et qu’empruntent les troupeaux qui montent depuis la plaine languedocienne vers les hauteurs des Cévennes. Une collectrice est un point de croisement de plusieurs drailles et donc de rassemblement de troupeaux.

59 Le maximum de population aurait été atteint vers 1838 dans 23 communes situées au pied de l’Aigoual (Poupardin, Nougarède, Larrère, op. cit.)

60 La maladie des vers à soie a été vaincue par Louis Pasteur.

61 L’encre est une moisissure des racines. Elles se couvrent de plaques noires suintantes, d’où son nom.

Table des illustrations

Légende 46. – Schéma de fonctionnement d’une exploitation : la Gineste (d’après M. Boschi).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 671k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540