Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

I. Repères historiques

Texte intégral

La diffusion de la sériciculture en Languedoc

1Selon l’historien Francisque-Michel (1861-1854, vol. I : 91-92), le tissage de la soie aurait été pratiqué en France dès le XIe siècle, le fil utilisé étant importé d’Italie méridionale, de Sicile, de Grèce et du Proche-Orient à l’occasion des Croisades. Le tissage a donc précédé la production des cocons et du fil : un phénomène déjà observé, notamment en Sicile où des tisseurs de soie capturés sur les territoires byzantins par le roi Roger II introduisirent cette activité vers 1060, soit environ deux siècles avant les débuts de la sériciculture. De manière générale, les branches de l’industrie soyeuse sont apparues dans un ordre inversé par rapport à l’enchaînement des étapes constitutives du processus technique : d’abord la fabrication des tissus, ensuite l’ouvraison, enfin l’élevage des vers à soie et le dévidage des cocons.

2Pour les régions méridionales dont le climat est particulièrement favorable à la culture du mûrier et à l’élevage des vers à soie, les débuts de la sériciculture se situeraient au XIIIe siècle.

3Diverses hypothèses ont été avancées quant au trajet emprunté par la sériciculture pour pénétrer ces régions. La soie était connue, grâce aux Arabes, dans toutes les contrées du pourtour méditerranéen, l’Andalousie, la Sicile, l’Italie du Sud puis du Nord. Au Xe siècle, sous la dynastie des Omeyades, les ateliers de tissage de soie s’étaient d’ailleurs multipliés à Grenade, à Séville, à Saragosse et l’Andalousie était alors la première région séricicole d’Europe (Vaschalde 1961 :11-20).

4La soie a donc pu franchir les Alpes pour se diffuser en Provence sous le règne de saint Louis. Dans l’Histoire du Languedoc, on trouve l’hypothèse selon laquelle les premiers mûriers auraient été plantés en Provence en 1266, à la suite de l’expédition de Charles d’Anjou à Naples. Au pied des Pyrénées, une autre tradition a cours : le mûrier et le ver à soie auraient été introduits par les Maures, via l’Espagne. Il est probable que leur propagation ait emprunté en réalité presque simultanément ces deux chemins, comme ce fut le cas pour de nombreuses techniques.

5Un document relatif au commerce de Marseille daté du 12 avril 1234 (Blancard in Chobaut 1941 : 4) indique que cette ville a reçu des ouvrages de soie en provenance des Cévennes («  opus sericum Savenarum »). Il s’agit du premier document attestant de l’existence d’une production séricicole locale. Durant cette période, les Cévennes sont à l’écart des violences qui mettent à feu et à sang le Languedoc lors de la croisade contre les Albigeois et le calme relatif qui y règne favorise l’essor de la sériciculture naissante.

  • 1 ADG H 24, Hôpital d’Alais, liasse n° 17, pièce n° IV.

6Une cinquantaine d’années plus tard, en avril 1296 précisément, Raymond de Gaussorgues, un habitant d’Anduze, est qualifié dans un acte notarié de « trahanderius », c’est-à-dire tireur de soie1.

7À partir de cette date, de nombreux documents confirment le développement de la sériciculture à Anduze où les trahandiers semblent avoir acquis une grande puissance économique. L’Histoire de la Ville d’Alais (Bardon 1894 :126-127) mentionne en juillet 1340 un marchand lucquois, demeurant à Alais, qui recrute cinq trahandiers d’Anduze pour qu’ils travaillent à son domicile des cocons achetés par ses soins.

  • 2 ADG II Ε 11, n° 16.

8Déjà, le travail de la soie ouvre les Cévennes à l’économie de marché : on y rencontre des marchands de Lausanne, de Fribourg, venus négocier l’achat des cocons et le tirage de la soie. À Anduze, un dénommé Séguret Gayran2 vend de la graine de vers à soie (« semen manhacorum ») aux éducateurs des villages voisins, Mialet et Saint-Jean-du-Gard. Il achète ensuite leur récolte de cocons qu’il fait filer sur place par des trahandiers engagés pour 48 journées et il vend la soie à un compatriote installé à Paris. Cela n’est qu’une infime partie de son activité, Séguret Gayran a bien d’autres cordes à son arc : grand propriétaire foncier, il possède également un important troupeau, fait le commerce des céréales, des bestiaux, de bêtes de somme, de l’huile, du vin, de la mercerie et des épices ; il prend à ferme la perception des impôts locaux de consommation et pratique l’usure. Les sédiers d’Anduze préfigurent ces marchands-capitalistes qui régneront sur l’économie des siècles suivants. Au début du XVIe siècle, les Stazi, des sédiers anoblis, deviendront seigneurs de Saint-Sébastien-d’Aigrefeuille, une localité voisine d’Anduze.

9Le tissage s’est également développé, comme en témoigne en 1399 l’achat en Avignon par les consuls de Lyon de quelques pièces de satin rouge afin de confectionner des robes d’apparat.

10Par lettres patentes Louis XII autorise enfin les habitants de Nîmes à exercer « l’art et métier de la draperie de soie ». En 1557, les frères Bonfas, venus d’Avignon, y installent une manufacture de velours et de drap de soie. À cette époque, Montpellier est le centre régional du commerce de la soie et de nombreux sédiers entretiennent des relations marchandes avec l’Italie, Toulouse ou l’Espagne.

Derrière le mûrier, l’État

11À partir du XVe siècle, la Royauté prend une série de mesures destinées à favoriser la production de la soie.

12Certaines ne seront guère populaires auprès des habitants du Languedoc, comme l’édit, promulgué par François Ier, qui oblige à faire transiter préalablement par Lyon la totalité des soies introduites en France. La création de ce bureau d’octroi va ainsi permettre à la place lyonnaise de se rendre maîtresse du marché languedocien.

13L’intense activité qui règne alors a un effet positif sur le développement de l’industrie séricicole. Le roi décide de la soutenir officiellement : la première ordonnance encourageant la plantation de mûriers est publiée en 1544. Puis, Catherine de Médicis se passionne à son tour pour la soie et fait établir des manufactures à Moulins et Orléans. Mais en dépit de ces soutiens, la production soyeuse progresse lentement car le pays est en proie à des conflits répétés et à des troubles religieux.

14Lorsque Henri de Navarre est sacré roi de France en 1589 sous le nom de Henri IV, le royaume est déchiré par les guerres de Religion. L’Édit de Nantes, signé en 1598, marque le retour à la paix civile et le véritable développement du travail de la soie. On étudie alors la création d’une industrie nationale, malgré les réticences de Sully, ministre de Henri IV, envers la sériciculture : de son point de vue, elle est tout juste bonne à favoriser le luxe et corrompre les mœurs. Il se refuse donc à ce que la France devienne « le pays des colifichets ».

15Revenu de ses préventions, Sully entreprend de faire planter des mûriers le long des grandes routes du royaume. Son souvenir persiste en Cévennes où l’on pouvait voir, il y a encore quelques années, de vieux mûriers que l’on désignait toujours du nom de « sullys ».

4. – Olivier de Serres. Gravure extraite de Louis Figuier, Les Insectes.

  • 3 B. de Laffémas est l’auteur d’un ouvrage d’agronomie qui fit référence : La façon de faire et de s (...)
  • 4 Olivier de Serres, fils d’un négociant en tissus qui investit ses économies dans l’achat de terres (...)
  • 5 Bibliothèque municipale de Nîmes, C. Vincens Saint Laurent, Bibliographie de Traucat (manuscrit).

16C’est réellement un projet d’économie politique qui s’ébauche par la volonté du roi : encourager une branche de l’agriculture et empêcher le numéraire de quitter le royaume en assurant sur le territoire français la production de soie grège dont le pays est devenu un grand consommateur. Le roi s’entoure de l’aide précieuse de deux conseillers : Barthélemy de Laffémas3 qui l’incite à créer une « Assemblée du commerce » dont il se fait nommer contrôleur général et surtout Olivier de Serres, l’illustre agronome dont le mémoire sur les vers à soie, La Cueillette de la soie, par la nourriture des vers qui la font, suscite l’enthousiasme du roi. Ce dernier lui ayant demandé de s’occuper instamment de la naturalisation du mûrier blanc en France, O. de Serres4 s’engage alors avec ardeur dans la propagation de cette industrie et fait planter, à partir de 1601, 20 000 pieds de mûriers dans le jardin des Tuileries et aux maisons royales de Vincennes et de Madrid. À ces deux noms, il convient d’ajouter celui d’un personnage moins connu mais qui a joué en Languedoc un rôle tout aussi essentiel : il s’agit de François Traucat, un jardinier nîmois qui avait créé des pépinières de mûriers dès 1564. En 1606, il avait déjà à son actif la plantation de plus de 4 000 000 de mûriers en Provence et Languedoc5.

  • 6 Selon Méjanelle : « Les Cévenes est un pays des meilleurs qu’il y ait en France ; les habitans son (...)

17Pourtant, dans les campagnes, l’enthousiasme est modéré et les paysans ne se laissent pas facilement séduire par cette nouvelle culture. Faut-il y voir un indice du manque de perspicacité des autorités qui s’imaginaient pouvoir la populariser à coup d édits et d’ordonnances ? Certes, les courtisans, les ordres monastiques plantent avec ostentation des mûriers pour témoigner de leur fidélité au monarque, mais le clergé inférieur, la basse noblesse et le peuple sont plus difficiles à convaincre et laissent souvent dépérir les plantations. Comme le suggère H. Mendras, c’est probablement l’alourdissement des droits féodaux qui a finalement conduit les paysans à adopter cette culture commerciale (Mendras et Forsé 1987 : 33)6.

  • 7 « Le mûrier a été introduit dans les Cévennes sous le règne de Henri IV. Les habitans en plantèren (...)
  • 8 En particulier le chapitre VI du livre II ; « Les pépinières, les travaux sur les mûriers et la “c (...)

18Grâce à l’impulsion donnée par Henri IV7, le Languedoc se couvre progressivement de mûriers. On peut lire dans les Mémoires de l’histoire du Languedoc (1633) qu’« Il se fait dans le Languedoc grande quantité de soie étant quasi tout le pays planté et couvert de mûriers blancs... ». Mais Louis XIII et son ministre Richelieu, puis ceux qui lui ont succédé, ne suivent pas ses vues. La plupart des arbres plantés sous le règne précédent seront détruits lors des débordements belliqueux (Bourde 1967)8.

19En Cévennes, cependant, les notables sont pris d’une véritable « mûriomanie », à l’instar de M. de Camprieu, le consul de la ville du Vigan qui plante de jeunes sujets sur ses terres du Rey, crée des pépinières, arrache châtaigniers et noyers sous les railleries de ses concitoyens. Mais bientôt tous voudront suivre son exemple et un bourgeois viganais n’hésite pas à mettre en terre plus de 800 pieds. À Valleraugue, le capitaine François de Carle qui s’est intéressé à la sériciculture lorsqu’il servait l’armée française en Italie fait également planter de nombreux mûriers dans son domaine.

  • 9 Il s’agit de moulins mus par des roues hydrauliques utilisés à Bologne (Italie). Ces moulins « all (...)

20Quelques années plus tard, Colbert, soucieux de renforcer la puissance économique et politique de la royauté, adopte le point de vue de Laffemas : « La navette est aussi préjudiciable aux étrangers que l’épée », affirme-t-il. Il reprend donc à son compte la politique de ses prédécesseurs en faveur de l’industrie de la soie. Le protectionnisme est un des axes de son système industriel et commercial. Son action concerne en premier lieu la manufacture de soie. Il estime que les particuliers ne sont pas en mesure de faire l’avance des capitaux nécessaires à la création de tels établissements et que c’est au pouvoir d’y suppléer en accordant des prêts sans intérêts, des subventions et des monopoles de fabrication. Par un arrêt, il accorde ainsi exceptions, privilèges et libre usage des cours d’eau à ceux qui installeront des filatures et des moulinages « alla bolognese9 ». Au même moment, les États du Languedoc instituent les premières aides à la sériciculture. Ils accordent une prime pour chaque pied de mûrier de trois ans qui sera planté.

  • 10 Ce sont les termes de Pierre Faïsses qui explique dans son « livre de mémoire pour l’usage de ma f (...)

21Déjà, cependant, les mesures visant à réprimer les protestants ont des répercutions sur l’essor de la fabrication de soie grège ainsi que sur le commerce des soieries. Alors que l’édit de Nantes, signé en 1598, avait donné aux huguenots un véritable statut intégrateur, un filet institutionnel se resserre progressivement autour d’eux. Ils sont désignés, marginalisés et finalement mis au ban du royaume. À Nîmes, où la florissante industrie soyeuse est entre leurs mains, un règlement les contraint à assister aux messes sous peine d’une amende de 30 sous. Nombreux sont ceux qui décident alors « de sortir de Babylone10 », choisissant l’émigration vers l’Angleterre, la Hollande, l’Allemagne ou la Suisse. C’est ainsi qu’à Lausanne plusieurs manufactures dont « les ouvriers sont de ce pays-ci » voient le jour tandis qu’à Londres les artisans nîmois s’organisent en corps de métiers et qu’à Amsterdam ils fondent des fabriques de rubans. En Languedoc, la profession subit le contrecoup de cet exode massif : à Nîmes, le nombre des métiers de taffetas est passé de 1 100 en 1681 à 200 à la veille de la révocation et celui des moulins de 132 à seulement 80 (Monin 1884).

22L’édit de Fontainebleau vient révoquer celui de Nantes, presque un siècle après sa signature. Il renforce les mesures restrictives de liberté déjà prises à l’encontre des protestants et leur interdit de quitter le royaume de France. Rétrospectivement, on peut néanmoins considérer que la persécution dont furent victimes les Réformés a eu comme conséquence paradoxale de les inciter à s’investir dans les métiers du négoce, seules professions à leur être encore autorisées et dans lesquelles ils ont su prospérer : « Les protestans, déclarés par une loi absurde et tyrannique, inhabiles à tous les emplois publics, et même à un grand nombre de professions, n’eurent d’autres ressources pour l’avancement de leur fortune, que le négoce et ici leur activité ne pouvait guère s’exercer que dans le commerce des manufactures », souligne C. Vincens Saint Laurent (1807).

  • 11 Archives nationales [A. N.], Correspondance des Contrôleurs généraux, 1699-1708, vol. G/03,1232 M. (...)
  • 12 Ibid., Lettre de M. de Bâville, Intendant en Languedoc au Contrôleur général, 16 mai 1700.

23Pendant cette période troublée, l’effort de plantation des mûriers se poursuit en Cévennes, largement encouragé par les pouvoirs publics : distribution gratuite de mûriers blancs, renouvellement des gratifications... Le renforcement des mesures en faveur de la sériciculture fait écrire à l’Intendant de Lyon Trudaine : « Voici le temps où l’on vient de Languedoc prendre de l’argent à Lyon pour le distribuer aux peuples du Languedoc pour leur faire élever des vers à soie ; cette distribution se fait dans les villages par 2, 3 ou 4 pistoles à chaque ménage, pour leur donner moyen d’élever des vers à soie...11.» Toutefois, l’Intendant du Languedoc, Bâville, observe que de nombreux freins à l’expansion de la culture du mûrier persistent encore : « Les mûriers ne sauraient réussir dans les grands chemins de Languedoc parce qu’ils sont engravés avec du caillou et du gros gravier, et ce n’est pas un terrain propre à faire venir des arbres. Ces chemins sont si étroits qu’ils seraient toujours endommagés par les voitures et ils seraient d’ailleurs trop exposés aux passants. Si on vouloit en planter aux extrémités des terres qui avoisinent les grands chemins, on y trouverait la résistance de la part des particuliers propriétaires des terres [...]. Les bords des rivières appartiennent aux particuliers ou servent de chemins publics et on ne doit pas espérer y trouver des endroits propres à porter des arbres12...»

Le « Pérou des Cévennes »13

  • 13 « La culture des meuriers est le Pérou des Cévennes », ADH C. Notes historiques, géographiques, st (...)

24Plus encore que toutes ces incitations, c’est une catastrophe climatique qui va ouvrir la voie à la prospérité séricicole en donnant à la culture du mûrier une impulsion décisive. En 1709, Les Cévennes subissent un hiver exceptionnellement rigoureux. Les oliviers et les châtaigniers ne résistent pas au gel et périssent en grand nombre. Ils sont alors remplacés par des mûriers dont la croissance est beaucoup plus rapide, comme le suggère cette maxime locale : « Olivier de ton aïeul, châtaignier de ton père, mûrier et vigne de toi-même. »

  • 14 ADH C 2280, Mémoire de Rodier, 20 juin 1751.
  • 15 Sur l’extension du mûrier au XVIIIe siècle, voir Dutil 1911.
  • 16 ADH C 2272, Lettre de La Bruyère à l’Intendant, 26 août 1742.
  • 17 ADG 12 M 52. Nombreux sont ceux qui s’inquiétèrent de l’hégémonie du mûrier, comme M. de Ribes pou (...)

25Le mûrier conquiert alors la montagne cévenole. Sa progression impressionne les observateurs de l’époque : selon eux, il n’y eut « jamais tant d’ardeur parmi les habitants de ce coin des Cévennes pour la plantation des mûriers14 ». Ils tapissent en effet les rives du Gardon de Mialet15. Là où le terrain est particulièrement aride et escarpé, on n’hésite pas à « percer le roc » pour les y planter16. Partout, dans les meilleurs fonds, les habitants arrachent « l’arbre à pain », le châtaignier, principale source alimentaire de la population, pour lui substituer « l’arbre d’or » : « Les vallées et les bords des ruisseaux en furent embellis, peu à peu cet arbre fut porté sur les coteaux et y prit la place du châtaignier17 », constatent alors les observateurs. Certains propriétaires effectuent d’importantes plantations, comme M. de Caussan et qui fait planter à Alzon 800 pieds de mûriers ou encore Mazauric qui met en terre 1050 pieds dans sa propriété de Saint-André-de-Valborgne.

  • 18 Dans une Lettre adressée à Monseigneur le Garde des Sceaux, en date du 4 août 1752, on peut lire : (...)
  • 19 ADH C 2249.
  • 20 ADH C 7695, Lettre de M. de Ribes, Syndic du diocèse d’Alais à l’Intendant, 8 septembre 1768.

26Chaque pied de mûrier planté donne droit à une prime de 24 sols18. Les résultats de cette politique incitatrice se font rapidement sentir : d’après le recensement effectué dans le diocèse d’Alais, le nombre de mûriers plantés au cours de l’année 1754 s’élève à 23 65019. « Il n’y a aucune mesure à prendre pour piquer l’émulation de nos cultivateurs à planter des meuriers, qu’on laisse faire, il n’y a pas de meilleur éguillon que leur intérest propre20 », constate alors M. de Ribes dans une lettre adressée à l’Intendant du Languedoc. S’agit-il d’une véritable « mûriomanie », comme le soutiennent ironiquement certains, ou plus prosaïquement est-ce l’appât des gratifications qui incite les propriétaires ? Il est probable que ces dernières sont pour beaucoup dans cette émulation : lorsque quelques années plus tard l’État décide de les supprimer, le diocèse d’Alais voit ses plantations chuter de 20 024 en 1759 à 4 012 en 1760 !

  • 21 ADH C 2504.

27Contrée déshéritée, ingrate il y a peu, voilà les Cévennes devenues terre de prospérité par la magie d’un arbre. « Les Cévennes est un pays des meilleurs qu’il y ait en France », proclame Méjanelle21. Un fabricant d’étoffes de soie estime pour sa part que Valleraugue, considérée auparavant comme l’une des plus pauvres villes des Cévennes, est devenue l’une des plus prospères depuis qu’elle se livre à la culture des mûriers.

28L’essor de la sériciculture entraîne celui des opérations secondaires de la soie : filature, moulinage, tissage, bonneterie connaissent un essor semblable durant tout le XVIIIe siècle. Mais une étape reste à franchir, maintenant que la production séricicole semble assurée : transformer l’industrie domestique en véritable industrie manufacturière. C’est la tâche à laquelle va dorénavant s’atteler l’administration, par l’intermédiaire de ses intendants et des inspecteurs de manufactures qui parcourent le pays en surveillant avec zèle les progrès du tirage de la soie.

29Pendant la saison, les cocons sont dévidés sur place. À peine la récolte est-elle commencée que les fourneaux pour le tirage de la soie sont dressés car on file essentiellement des cocons frais. Établis dans un lieu à l’abri de la pluie ou même en plein champ, les tours se composent d’un fourneau rudimentaire chauffé au bois ou au charbon et surmonté d’un chaudron. Chaque propriétaire possède son tour et file lui-même sa récolte, assisté de son épouse et de ses filles, parfois d’ouvrières occasionnelles. Plus rarement, de petits entrepreneurs se chargent de ce travail, mais ils ne possèdent pas plus de quatre fourneaux et produisent de 15 à 60 livres de soie seulement.

30Les autorités jugent que les tirages qui se sont multipliés dans les campagnes comme dans les villes se font au mépris des règles élémentaires d’hygiène et au détriment de la qualité du fil. Les critiques les plus souvent formulées portent sur l’usage d’étouffer les chrysalides dans le four du boulanger, sur le fait que les cocons sont insuffisamment purgés et triés. On déplore, en outre, que les flottes de soie soient ternies par la poussière de charbon qui se dépose pendant le travail.

  • 22 Voir ADH C 2253, Instruction pour parvenir à la perfection du tirage des soyes ; ADH C 2295, en pa (...)

31Des mesures sévères sont alors prises afin d’améliorer la qualité des soies du Languedoc qui laissent à désirer au regard de celles qui s’achètent au Piémont. Dès le milieu du XVIIIe siècle, les intendants édictent des ordonnances qui contraignent à l’usage de certains perfectionnements et réforment l’organisation sociale de la production, à défaut de pouvoir supprimer les petits tirages qui sont une source indispensable de revenus pour la population des Cévennes. L’ordonnance de 1752 établit « la discipline et subordination dans les filatures de soie » qui réglementent tout autant la division du travail et les conditions de rétribution des tireuses que l’amélioration des procédés techniques22.

32La soie grège est soit vendue directement aux fabricants, soit livrée au commerce. Les Cévennes sont en effet devenues un véritable réservoir de soie grège où viennent puiser les fabricants de Nîmes, Lyon, Tours et même Genève. Antoine Arbousset, négociant en soie d’Alais, écoule ainsi à l’extérieur du diocèse 87,3 % de sa marchandise tandis que Laroquète, un soyeux du Vigan, commerce avec l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne (Roche 1985).

33En l’espace de quelques années le diocèse d’Alais, qui ne possédait en 1751 que 91 tours, contre 293 pour celui d’Uzès et 259 pour celui de Nîmes, passe en première position : 2 000 tours sont en activité à la veille de la Révolution (Dutil 1910 : 453).

34Dans tous les bourgs du diocèse d’Alais se tiennent alors des foires où se vendent les écheveaux de grège. Celles d’Alais et de Beaucaire sont incontestablement les pivots de ce dynamique commerce.

35La grande foire de Beaucaire qui a lieu le 22 juillet, puis celle de la Saint-Barthélemy qui se tient le 24 août à Alais voient affluer les marchands. Pour la seule année 1758, il se vend à cette dernière pour deux millions de soies. Cependant, ces échanges commerciaux sont soumis à de lourds prélèvements qui irritent les marchands. Il existe également des obstacles réglementaires, comme l’arrêt, en vigueur jusqu’en 1755, qui oblige à faire transiter les soies originaires du royaume par Lyon où elles doivent acquitter un droit d’entrée. Ce privilège est à l’origine de l’antagonisme persistant entre les Cévenols et les Lyonnais.

36La bonneterie de soie, d’abord localisée à Paris du fait de l’implantation au château de Madrid, en 1656, de la première manufacture de bas au métier, s’est diffusée en Languedoc où elle connaît un remarquable essor sous la forme du travail à domicile.

37Après une période d’expansion de la fabrique nîmoise, Le Vigan et Ganges deviennent les principaux centres de la bonneterie de soie qui succède à la fabrication de bas et bonnets de laine, déjà prospère au XVIIe siècle. Elle emploie des soies d’Italie et d’Extrême-Orient ainsi que de la schappe et de la soie grège du pays. Les produits des fabricants cévenols empruntent des courants commerciaux qui franchissent les limites du royaume : l’Allemagne, la Suisse, mais aussi les colonies espagnoles en Amérique comme le Pérou ou le Mexique. C’est ainsi que de Lima à Prague, de Hambourg à Murcie, les bas cévenols habillent les jambes des élégantes et les mollets princiers (Fabre-Bertrand et Chamboredon 1987).

38Les marchands-fabricants proposent un éventail de produits extrêmement large, comme en témoigne le catalogue d’un négociant du Vigan qui ne répertorie pas moins d’une vingtaine d’étoffes de soie de qualités différentes : « Gros de tours rayés et unis, serge de soie, angleterre, florence, peluche de soie unie et mouchetée, peluches rases, augustines fleuries, popelines, satin double », des bas de soie pour hommes, femmes et même pages, brodés ou veloutés, soit plus de 27 articles différents (taille, qualité, finesse) ainsi que des mouchoirs unis, damassés, quadrillés, etc. La correspondance commerciale de ces bonnetiers montre l’ampleur de leur réseau de clientèle et de relations. Les cours impériales de Russie et d’Allemagne de même que le Vatican se fournissent auprès des maisons cévenoles. À la veille de la Révolution, la seule région gangeoise compte 36 fabricants qui occupent 4 000 métiers et la ville du Vigan produit 12 000 douzaines de paires de bas sur ses 570 métiers (Poulon 1909).

La parenthèse révolutionnaire

39L’industrie de la soie a incontestablement souffert pendant la Révolution. Les hommes réquisitionnés, de nombreux métiers cessent de battre et l’état déplorable des voies de communication ne favorise guère les échanges commerciaux. En 1793, la bonneterie viganaise est exsangue : il ne reste plus que 110 métiers produisant 2 750 paires de bas. Certains fabricants choisissent l’émigration vers les pays voisins, comme l’Espagne, ce qui entraîne une nouvelle réduction du nombre des métiers et une diminution des ventes car les Espagnols, importants clients de l’industrie française, n’ont plus intérêt à acheter en France les produits de luxe qu’ils peuvent désormais fabriquer !

  • 23 ADG 6 M 838, an VII de la République.

40Mais plus encore, ce sont la sériciculture et la filature qui font les frais de ces bouleversements. En l’espace de dix ans, la production de soie est passée de 3 500 000 kg à 292 000 kg. Quant aux mûriers, ils « [...] ont aussi beaucoup souffert de l’hiver 1795 et plus encore de la Révolution23 », constate un observateur. Dans certaines localités, leur destruction est même considérée comme une preuve de patriotisme car la soie, portée par l’aristocratie, symbolise le luxe.

41En l’espace de six ans, le prix des soies s’est effondré et de nombreuses fabriques ont cessé leur activité.

Un bref « Âge d’or »...

42Lorsque s’apaise l’agitation révolutionnaire, l’industrie de la soie entre dans une nouvelle phase. Les fastes de l’époque impériale et la restauration de l’ancienne monarchie favorisent la bonneterie de soie et on recommence à planter des mûriers dans toute la montagne cévenole. Mais ce sont surtout de grands changements technologiques qui vont modifier les bases économiques et sociales de cette industrie.

43En 1809, soit un siècle après le fameux hiver qui a vu la fulgurante progression des plantations de mûriers, le préfet du Gard recense 1 140 680 mûriers.

44Les instances publiques engagent une nouvelle campagne d’encouragements qui porte rapidement ses fruits. En 1812, la récolte de cocons atteint 5 500 000 kg. Cependant, la concurrence des soies piémontaises, devenues françaises du fait de la campagne d’Italie ainsi que l’isolement des marchés anglais et hollandais, suite au blocus continental, entravent lourdement la reprise de la production cévenole.

45Il faut attendre la nouvelle politique économique menée sous la Restauration pour que l’industrie de la soie trouve véritablement un nouveau souffle. La sériciculture et la filature cévenoles entrent alors dans une période de prospérité exceptionnelle que la mémoire retiendra comme l’« Age d’or » des Cévennes.

  • 24 ADG 3 J 51, Cabiron, Notice statistique sur les Cévennes (Chartier de Cabiron), 1810 : 123.

46La fièvre séricicole s’empare à nouveau des paysans. Depuis les montagnes cévenoles jusqu’aux garrigues de l’Uzège, on plante des mûriers. Cet arbre conquiert le moindre repli de terrain, au point que certains s’inquiètent de cette hégémonie végétale qui gagne vignes et prés, jardins et châtaigniers : « Il sembla un moment que cet arbre n’avait été transplanté dans ce pays que pour en faire disparaître toutes les espèces24. » En l’espace de onze ans le nombre de mûriers plantés dans les arrondissements d’Alès et du Vigan double. Il passe de 404 000 à 808 000 à Alais et de 300 380 à 600 760 au Vigan. En 1831, le département du Gard atteint 4 713 000 mûriers.

  • 25 Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 4,1838.
  • 26 Voir à ce propos le chapitre III, « Ventiler et purifier ».

47Le développement de la culture du mûrier impressionne tous les observateurs : « Le pays d’Anduze et tous ses environs n’étaient autrefois qu’une forêt de châtaigniers dans ses parties les plus élevées et de chênes blancs dans les inférieures... lorsque la rage de planter des mûriers s’empara de tous les esprits, dans cette contrée, on abattit à tort et à travers tous les arbres forestiers... on défonça le sol à deux fers de bêche tout au plus et on y rencontra un si grand nombre de pierres que la terre remuée eut à peine 40 cm de profondeur et cependant on obtint quelques succès25 !» Certains grands propriétaires n’hésitent pas à effectuer des éducations de 50 ou 60 onces, encouragés par les agronomes et « missionnaires de la soie » qui combattent les anciennes méthodes d’éducation et prônent l’industrialisation de l’élevage par le développement des vastes magnaneries dotées d’un système de ventilation perfectionné26. Un temps, ces derniers croient pouvoir faire de cette activité domestique une production quasi « manufacturière », mais ils ne trouveront pas de véritable écho auprès des sériciculteurs du Languedoc qui résistent aux « doctrines parisiennes » (Teissier du Cros 1903 : 59). Le développement séricicole s’accompagne de nombreux perfectionnements dans le domaine industriel. Grâce à l’invention par Gensoul du système de chauffage à la vapeur des bassines, la filature va connaître une mutation technique et économique sans précédent. Mais, bien que la concentration manufacturière soit en marche, l’évolution sera lente. Les modestes hangars abritant une dizaine de tours actionnés à la main vont demeurer longtemps encore en activité.

  • 27 ADG 9 M 45, Mémoires et observations diverses.
  • 28 ADG 45 J 323, Correspondance passive, fonds Teissier du Cros.
  • 29 ADG 9 M 12, Statistique industrielle et manufacturière du département du Gard, 1812.

48En 1810, La filature de Molines, à Saint-Jean-du-Gard, est la première à être équipée par Gensoul d’une chaudière à vapeur27. Cinq ans plus tard, Teissier du Cros, un important filateur de Valleraugue, fait installer à son tour un appareil à vapeur28. Toutefois, la Statistique industrielle et manufacturière du département du Gard29 montre que dans la plupart des communes on trouve à la fois des filatures concentrant des bassines chauffées chacune par un fourneau et des « particuliers » qui filent leur récolte en famille. La durée de la filature est alors très brève : 25 jours à Lasalle, de 45 à 60 jours à Saint-Hippolyte. Les innombrables essais effectués entre 1825 et 1830 attestent de l’ardeur déployée pour rechercher des perfectionnements, qu’il s’agisse de diminuer les mariages, d’arrêter rapidement les asples pour retrouver le fil cassé, d’empêcher la création de bouchons, de régulariser le nombre des tours de la croisure, etc.

49Jusqu’en 1833, les soies indigènes sont réservées à l’industrie nationale, leur sortie est interdite et les sériciculteurs sont protégés par le droit d’entrée qui frappe les soies étrangères. Mais si la Fabrique a tout intérêt à se prononcer pour le maintien de la prohibition sur l’exportation des grèges, en revanche, elle proteste contre les droits d’importation qui en augmentent le prix d’achat.

50Ces mesures privent les Anglais de la matière première qu’ils ne peuvent produire eux-mêmes et ils demandent à leur tour que les pays producteurs de grèges qui en refusent l’exportation ne puissent pas davantage exporter leurs soieries. Finalement, en 1833, un droit de sortie des grèges et des soies moulinées est institué.

51La production de cocons atteint, en 1850, vingt-cinq millions de kilos et, en 1855, celle de soie grège dépasse avec ses cinq millions de kilos celle des royaumes lombard et vénitien réunis.

Une succession de crises

52Ces chiffres ne seront jamais plus atteints car en 1845 une maladie des vers à soie fait son apparition à Cavaillon.

  • 30 Correspondance de Charles-Victor Bourbon·. Nouka, 1862, 1863 et Yokohama, 1864. Archives privées.

53Ce n’est pas la première fois : au cours du XVIIIe siècle des épidémies avaient périodiquement décimé les éducations. Mais cette fois-ci, elle est exceptionnellement virulente et progresse avec une rapidité foudroyante. Toutes les races cévenoles sont touchées et le rendement à l’once chute vertigineusement. Une véritable course contre le mal s’engage alors, contraignant les négociants à aller toujours plus loin acheter les œufs de vers à soie, la graine. Au début des années 1860, une route de la graine relie Marseille au Caucase où la maladie ne s’est pas encore déclarée. De nombreux Cévenols se joignent aux compagnies européennes qui dirigent à Nouka d’importantes maisons de grainage produisant des œufs de vers à soie sains30. La graine est ensuite acheminée jusqu’à Marseille puis répartie entre les différents intermédiaires qui la vendent aux éducateurs. Mais l’épizootie gagne inexorablement du terrain et le Japon, dernier pays encore épargné, devient le seul fournisseur de la sériciculture européenne.

54En l’espace de dix ans, la maladie s’est diffusée avec une terrible vélocité : en 1856, la récolte de cocons tombe à 7,5 millions de kilos, à 6,5 millions en 1863, puis à 4 millions en 1865. Le rendement atteint à peine dix kilos de cocons par once de graine.

55L’« Age d’or » de la sériciculture n’est plus qu’un souvenir. La filature commence à être frappée par une pénurie de cocons, malgré les importations d’Orient qui compensent tant bien que mal le déficit de la sériciculture nationale. Des ateliers ferment. Alors qu’en 1869, 600 usines faisaient fonctionner 30 000 bassines, il ne reste plus que 450 filatures et 18 420 bassines en activité dix ans plus tard.

56Pendant ce temps, les scientifiques tentent d’élucider l’origine du mal. A. de Quatrefages, savant naturaliste et anthropologue physique originaire de Valleraugue, constate que les organes du ver atteint sont détruits par des corpuscules semblables à des grains de poivre et nomme la maladie : la pébrine.

57En 1865, L. Pasteur est envoyé en Cévennes par le ministère de l’Agriculture afin d’y étudier l’épizootie et tâcher d’y trouver un remède. Après quatre années de recherches, il parvient à démontrer que la maladie est héréditaire mais que des papillons sains, c’est-à-dire exempts de corpuscules symptomatiques, donnent toujours naissance à des œufs également sains. Il met ainsi au point le « grainage cellulaire », méthode efficace qui va très rapidement porter ses fruits : en 1886, le rendement remonte à 34 kg de cocons pour une once de graine.

58Pour populariser la méthode pastorienne, les pouvoirs publics créent la Station séricicole de Montpellier, puis, en 1897, une chaire de Sériciculture à Alais. Afin d’améliorer le dispositif préventif, des microscopes sont, par ailleurs, distribués auprès des sociétés d’agriculture ainsi qu’aux instituteurs. Grâce à l’application rigoureuse de la méthode, le rendement augmente rapidement et atteint, en 1900, 45 kg à l’once. Les conditions semblent remplies pour que la sériciculture retrouve sa prospérité antérieure.

59Mais d’autres facteurs sont intervenus entre-temps qui contrarient le renouveau de cette industrie. L’ouverture du canal de Suez, en 1869, a, en effet, amorcé une nouvelle crise : les Chinois et les Japonais profitent de cette nouvelle voie d’échange pour inonder de leurs soies le marché français, ce qui provoque une importante baisse des prix. À la fin du XIXe siècle, les soies orientales figurent pour 60 % dans la totalité des soies mises à disposition de l’industrie européenne.

  • 31 Plusieurs thèses de droit ont été consacrées à la situation économique de la filature française, n (...)

60Les pouvoirs publics sont invités à intervenir d’urgence pour sauver la production française. Ils sont face à une alternative : doivent-ils instaurer des droits protectionnistes ou bien des primes à la sériciculture et à la filature ? Les sériciculteurs préféreraient des droits de douane afin d’empêcher les cocons étrangers de concurrencer leur production. Les filateurs, pour leur part, sont davantage attachés à un droit de douane sur les grèges car ils ont intérêt à s’approvisionner en matière première au port de Marseille où arrivent les cocons étrangers bon marché. Quant aux tisseurs qui n’achètent plus qu’un huitième de leur matière première chez les filateurs français, ils affirment que les droits de douane seraient la ruine de la fabrique lyonnaise et se déclarent partisans d’un système de primes. Le Gouvernement tranche en leur faveur, au grand mécontentement des sériciculteurs et des filateurs cévenols qui lui reprochent de sacrifier leur intérêt à celui des soyeux lyonnais31 et de condamner leur activité en maintenant artificiellement ce secteur d’activité.

  • 32 Voir également sur ce point les critiques formulées par Payen (1910). Selon lui, la séparation ent (...)

61Incontestablement, cette mesure mal étudiée a eu des effets pervers : elle a freiné davantage le processus de modernisation industrielle qu’elle ne l’a accéléré. Un rapport établit, en effet, que certains filateurs organisent le travail de leur atelier de manière à percevoir les primes les plus élevées tout en réduisant au minimum les frais de main-d'œuvre et de matière première (Bouzanquet 1906 : 107)32. Que dire également de ces entrepreneurs, plus enclins à abuser d’une main-d'œuvre captive qu’à rénover leur outil productif et n’hésitant pas à transférer leurs capitaux vers des investissements viticoles et coloniaux ?

62À la concurrence des soies asiatiques vient s’ajouter celle du fil de cellulose, la rayonne. Ce textile artificiel remplace d’abord les soies de qualité inférieure puis prend une prodigieuse expansion. Pourtant moins résistante et agréable au toucher que la soie naturelle, la rayonne bénéficie d’un énorme avantage : elle est meilleur marché.

63Dégénérescence des mûriers, baisse de la natalité, exode rural, fluctuation des prix du cocon : tous ces facteurs accélèrent le déclin de la sériciculture, en dépit d’une progression des rendements et de l’intense effort de « propagande » accompli par les organismes séricicoles. À l’échelon national, on est passé de plus de 90 000 sériciculteurs en 1913 à 11 000 en 1939. Toutefois, les Cévennes, en mal d’activités de remplacement, résistent relativement mieux que les régions concurrentes. Elles assurent 86 % de la production séricicole nationale en 1938 contre 51 % trente ans auparavant. Leur part croissante de marché ne parvient pas néanmoins à compenser la baisse globale de la production.

64Des moyens financiers importants sont débloqués pour l’aménagement de magnaneries modernes. Des chambres d’incubation collectives qui livrent aux éducateurs les vers du deuxième âge sont créées dans chaque vallée, des concours sont ouverts, des chaires de sériciculture sont mises en place dans les écoles normales d’instituteurs... Tout est fait pour enrayer la décadence de la sériciculture. La Station séricicole d’Alès incite les sériciculteurs à se regrouper pour défendre leurs intérêts et quelques tentatives de magnaneries coopératives voient également le jour, comme à Saint-Etienne-Vallée-Française. Mais le principe coopératif se heurte à l’« individualisme farouche » du sériciculteur, alors que cette forme d’organisation remporte un véritable succès auprès des sériciculteurs italiens.

65La production connaît un sursaut lors de la Seconde Guerre mondiale. La Défense nationale a, en effet, besoin d’une grande quantité de soie pour la fabrication de parachutes et attache, dans ces circonstances, une extrême importance au fait de ne pas dépendre d’approvisionnements extérieurs. Produire du cocon devient ainsi un effort de guerre, comme en témoignent les affiches placardées dans tous les lieux publics. La récolte de cocons de 1939 est entièrement réquisitionnée pour les besoins de la Défense nationale (Carron 1946) et une loi – qui n’a toujours pas été abrogée – est promulguée en 1941, interdisant l’abattage des mûriers et l’utilisation de la feuille pour un autre usage que l’alimentation des vers à soie.

66À l’issue de la guerre, les efforts consentis pour rénover l’industrie soyeuse ne permettent pas d’enrayer son déclin. Les unes après les autres, les filatures cessent leur activité. Pourtant, en 1957, les derniers filateurs du Midi décident de se regrouper dans une société, la « Filature française de Soie des Cévennes », à Saint-Jean-du-Gard. Ils installent sur le site de la « Maison rouge » un équipement de filature extrêmement performant acheté au Japon : huit fileuses font le travail de soixante autrefois. Pour fonctionner toute l’année, la filature a besoin de davantage de cocons. Grâce au concours d’André Schenk, le directeur de la Station séricicole d’Alès, les mûriers arrachés sont progressivement remplacés et des méthodes « rationnelles » d’élevage sont mises au point. Malgré cela, la production de cocons va en s’amenuisant d’année en année et celle de soie grège est bien en deçà de la capacité de production de la « Maison rouge » qui cesse son activité en 1965, à la suite du décès de son directeur.

67En 1968, l’État suspend les aides à la production séricicole qui aidaient les 133 sériciculteurs encore en activité. Ce faisant, il signe l’arrêt de mort de la sériciculture.

5. – Valleraugue, vue générale, paysages en terrasses, carte postale, Lib. Ε. Monna (vers 1910).

Notes

1 ADG H 24, Hôpital d’Alais, liasse n° 17, pièce n° IV.

2 ADG II Ε 11, n° 16.

3 B. de Laffémas est l’auteur d’un ouvrage d’agronomie qui fit référence : La façon de faire et de semer la graine du mûrier, les élever en pépinières et les replanter aux champs, 1876 (réédition).

4 Olivier de Serres, fils d’un négociant en tissus qui investit ses économies dans l’achat de terres, est né en 1539 à Villeneuve-de-Berg (Ardèche). Il s’initie très tôt à l’agriculture et après avoir d’abord été diacre de l’Église réformée de sa commune, il écrit son ouvrage majeur : Le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs. La partie consacrée à « la cueillette de la soie » fait l’objet d’une publication anticipée en 1599, un an avant l’œuvre intégrale (1600).

5 Bibliothèque municipale de Nîmes, C. Vincens Saint Laurent, Bibliographie de Traucat (manuscrit).

6 Selon Méjanelle : « Les Cévenes est un pays des meilleurs qu’il y ait en France ; les habitans sont extrêmement laborieux et vivent avec la plus grande économie afin de subvenir à payer les charges de l’État. » [Archives départementales de l’Hérault] ADH C 2.504, Mémoire sur le commerce et les manufactures de la province du Languedoc, 1728.

7 « Le mûrier a été introduit dans les Cévennes sous le règne de Henri IV. Les habitans en plantèrent dans les meilleurs fonds ; les vallées et les bords de ruisseaux en furent embellis ; peu à peu cet arbre fut porté sur les coteaux et y prit la place du châtaignier », peut-on lire dans une lettre adressée au préfet du Gard en 1807. [Archives départementales du Gard] ADG 7 M 401.

8 En particulier le chapitre VI du livre II ; « Les pépinières, les travaux sur les mûriers et la “culture des soies” ».

9 Il s’agit de moulins mus par des roues hydrauliques utilisés à Bologne (Italie). Ces moulins « alla bolognese » produisaient une soie de qualité, plus homogène que celle produite par les moulins à main (Poni 1972).

10 Ce sont les termes de Pierre Faïsses qui explique dans son « livre de mémoire pour l’usage de ma famille » dans quelles conditions il a fui les Cévennes. Voir Magdelaine 1992 : 229.

11 Archives nationales [A. N.], Correspondance des Contrôleurs généraux, 1699-1708, vol. G/03,1232 M. Trudaine, Intendant à Lyon au Contrôleur général, 26 avril 1707.

12 Ibid., Lettre de M. de Bâville, Intendant en Languedoc au Contrôleur général, 16 mai 1700.

13 « La culture des meuriers est le Pérou des Cévennes », ADH C. Notes historiques, géographiques, statistiques et administratives sur les diocèses, villes et communautés de Languedoc, s. d.

14 ADH C 2280, Mémoire de Rodier, 20 juin 1751.

15 Sur l’extension du mûrier au XVIIIe siècle, voir Dutil 1911.

16 ADH C 2272, Lettre de La Bruyère à l’Intendant, 26 août 1742.

17 ADG 12 M 52. Nombreux sont ceux qui s’inquiétèrent de l’hégémonie du mûrier, comme M. de Ribes pour qui cette « augmentation de feuillage fait beaucoup de tort aux châtaigniers » : ADH C 2293, Copie de la lettre écrite à M. de Ribes par M. de Joubert, 8 septembre 1768.

18 Dans une Lettre adressée à Monseigneur le Garde des Sceaux, en date du 4 août 1752, on peut lire : « [...] J’ai l’honneur de vous adresser un projet de l’ordonnance qu’il me paroit actuellement nécessaire de rendre pour annoncer aux habitans de cette province la gratification que le Roi veut bien accorder à ceux qui y multiplieront les meuriers... », ADH C 2248.

19 ADH C 2249.

20 ADH C 7695, Lettre de M. de Ribes, Syndic du diocèse d’Alais à l’Intendant, 8 septembre 1768.

21 ADH C 2504.

22 Voir ADH C 2253, Instruction pour parvenir à la perfection du tirage des soyes ; ADH C 2295, en particulier : Observations sur le tirage des soies en France et sur les moyens de le perfectionner, adressées à Monseigneur de Ballainvilliers, Intendant du Languedoc par le Sieur Martial de Bagnols, 2 septembre 1786 ; Observations sur les filatures de soye à Nîmes, par l’inspecteur Tricout fils, juillet 1786 ; Projet de règlement pour le tirage de soye.

23 ADG 6 M 838, an VII de la République.

24 ADG 3 J 51, Cabiron, Notice statistique sur les Cévennes (Chartier de Cabiron), 1810 : 123.

25 Le Propagateur de l’industrie de la soie, n° 4,1838.

26 Voir à ce propos le chapitre III, « Ventiler et purifier ».

27 ADG 9 M 45, Mémoires et observations diverses.

28 ADG 45 J 323, Correspondance passive, fonds Teissier du Cros.

29 ADG 9 M 12, Statistique industrielle et manufacturière du département du Gard, 1812.

30 Correspondance de Charles-Victor Bourbon·. Nouka, 1862, 1863 et Yokohama, 1864. Archives privées.

31 Plusieurs thèses de droit ont été consacrées à la situation économique de la filature française, notamment Cambell 1898, Bouzanquet 1906, CampredonFesquet 1908 et Mazauric 1943.

32 Voir également sur ce point les critiques formulées par Payen (1910). Selon lui, la séparation entre les deux opérations de battage (détachement de la surface du cocon des couches soyeuses de texture imparfaite et saisie du brin) et de dévidage du cocon aurait entraîné un perfectionnement considérable de la filature. Or, les primes ne sont allouées qu’aux bassines fileuses. La séparation des tâches, bien qu’elle profite à la qualité de la soie filée, implique la suppression de la prime pour les bassines réservées au battage. Dans ces conditions, certains filateurs ont préféré réinstaller les anciennes bassines où s’effectuaient les deux opérations de manière à obtenir une prime pour chaque bassine.

Table des illustrations

Légende 4. – Olivier de Serres. Gravure extraite de Louis Figuier, Les Insectes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Légende 5. – Valleraugue, vue générale, paysages en terrasses, carte postale, Lib. Ε. Monna (vers 1910).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 903k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540