Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

Cheminements

Texte intégral

I. – Recette des cocons dans les Cévennes.

1L’objet d’une recherche s’impose rarement d’emblée. Il est le plus souvent l’aboutissement d’une trajectoire tortueuse, faite de détours imprévus, de réajustements, jusqu’au moment où ses contours prennent enfin de la netteté. En préambule à cette étude, nous nous efforcerons de retracer ce cheminement.

2Nous avions initialement envisagé de réaliser une monographie au fil de laquelle le travail de la soie en Cévennes se serait progressivement dévoilé comme « fait social total », ce Graal dont les ethnologues poursuivent fréquemment la quête.

3Nous avons donc entrepris dans cette perspective le recueil de données tant orales que manuscrites concernant les aspects agricoles et industriels de cette activité. Mais au fur et à mesure de la progression de l’enquête, le volontarisme ethnologique de cette approche nous est apparu de plus en plus problématique.

4Le concept de « fait social total » est, selon M. Mauss lui-même, une direction, un « principe heuristique » (Mauss 1983 [...] : 274) et les pages qu’il lui consacre représentent davantage l’exposé d’une méthode et une théorisation de ce que peut (doit) être la construction d’un objet idéal de la connaissance anthropologique que la mise en évidence d’une réalité inscrite dans les faits. Dans quelle mesure l’ethnologie ne consiste-t-elle pas, précisément, à appréhender tout fait social comme total ? Le social n’accède au réel, soutient C. Lévi-Strauss, « qu’intégré en système » (in Mauss, op. cit.·. XXV). Pour A. Leroi-Gourhan, il serait, en effet, impossible de « disjoindre le passé et le présent, l’homme et ses gestes, la pensée et les actes, le matériel et le spirituel, le technique et le social » car « il s’agit réellement d’un tout, et ce qui est le propre de l’ethnologie, c’est d’étudier ce tout, et non pas d’obliquer vers des disciplines parcellaires ».

5Plus nous progressions dans notre recherche, plus la nécessité d’en restreindre la problématique s’imposait. Consciente de nous être engagée sur la voie d’une ethnologie quelque peu inaccessible, « utopique » (Schlanger 1991 :118) parce que nécessitant que nous nous transformions tour à tour en technologue, agronome, anthropologue, historienne, économiste, etc., nous décidâmes de nous focaliser sur l’étude du système technique séricicole.

  • 1 Elle s’inscrivait dans le cadre d’un appel d’offres sur les « savoirs naturalistes» diffusé par un (...)

6C’est en participant à une recherche collective sur « Les usages de la flore en Cévennes1 », au début des années 1980, que le thème de la production de la soie s’est imposé. L’enquête auprès de la population cévenole impliquait de façon générale davantage les personnes âgées que les jeunes générations. La première raison en est, bien évidemment, leur supériorité numérique, liée à un vieillissement démographique consécutif aux phénomènes conjugués de la dénatalité et de l’exode rural. Mais il faut ajouter que les « jeunes », demeurés au pays, avaient dans la plupart des cas rompu avec les modes de vie et d’appréhension du milieu humanisé qui caractérisaient leurs aînés. Lors des entretiens que nous avons réalisés au cours de près de deux années d’enquête de terrain, un « motif » revenait de façon récurrente dans les propos de nos interlocuteurs : la production de la soie.

  • 2 Entretiens réalisés entre 1989 et 1994.
  • 3 Le Figaro, 24 novembre 1994.
  • 4 Un ouvrage à paraître relate cette expérience.

7Les entretiens ouverts dérivaient en effet systématiquement vers un discours resituant tout énoncé dans un cadre de références plus large dont les pôles auraient été la soie et la désertification du pays. « Les Cévennes, c’était la soie, vous auriez vu ça, avant... » ; « Les Cévennes, c’est fini, ça n’existe plus. Ça s’est fini en 1955, quand les filatures se sont arrêtées... » ; « Aujourd’hui, il y a plus personne, les gens sont partis, avec la soie... » ; « La fin de la soie, ça a été la mort du pays2... » sont quelques-uns des propos tenus par nos interlocuteurs et qui reflètent un état d’esprit largement partagé. En effet, les élus locaux, les acteurs du développement, s’accordent également pour lier la dépopulation et la déprise paysagère à la disparition de ce secteur d’activité, comme cet élu pour qui « les Cévennes se sont dépeuplées quand l’industrie de la soie a périclité3 » ou encore l’un des instigateurs de la « relance » séricicole4 qui se souvient avoir jusqu’à l’âge de treize ans « vécu dans cette ambiance » : « J’ai vu la chute. Et quelle chute ! Abandon des magnaneries, des plantations de mûriers, etc. L’exode rural a été terrible, ici. »

8Dans les représentations collectives, l’histoire de la soie coïncide étroitement avec celle des Cévennes. Certes, le châtaignier, le protestantisme ont leur place dans la cosmographie cévenole, mais nous n’avons jamais perçu à leur propos une telle conjonction de désarroi et de passion. S’agissant de la soie, les propos sont sous le régime de l’union des extrêmes, ils mêlent inextricablement, parfois dans la même phrase, l’expression d’une profonde mélancolie témoignant d’un affaiblissement du sentiment de soi, et un enthousiasme qui semble défier les aléas de l’histoire. Les mots se bousculent, l’émotion jaillit, embue parfois les regards. Les souvenirs, tantôt joyeux, tantôt douloureux, fusent : on évoque les grappes de jeunes filles s’égayant à la sortie des filatures dans les ruelles animées des villages, mais aussi l’agonie d’une fileuse encore adolescente aux poumons rongés par l’humidité de l’atelier ; la fierté de la magnanière devant les hautes corbeilles d’osier remplies de la précieuse récolte mais également la fatigue de l’aube, quand il fallait se lever dans la fraîcheur des premières lueurs pour cueillir le feuillage que les vers allaient engloutir tout au long du jour, ou encore le crissement monotone de leurs mandibules déchiquetant la feuille, son que chacun compare immanquablement au crépitement feutré d’une pluie d’orage.

9Apologie nostalgique d’un prétendu « Âge d’or » et rejet d’une activité que l’on n’hésite pas à qualifier de « tue-monde » : les Cévenols des années 1980 n’en finissent plus de ressasser un passé dont ils n’ont pas fait le deuil et qui leur interdit de vivre au présent autant que de s’imaginer un avenir. La soie est alors l’épicentre de ce discours rémanent. À partir d’elle se déroule l’« autrefois », souvent magnifié, et se décline la déshérence contemporaine : filatures abandonnées, magnaneries aux volets clos ou transformées en gîtes ruraux pour l’accueil des touristes durant l’été, silhouettes décharnées des mûriers qui se tordent sur des terrasses effondrées ; traces innombrables, accusatrices : « on » n’a pas su ou pas voulu, « on » a sacrifié... Un « on » sans nom et sans visage qui désigne à la fois l’État coupable d’avoir abandonné à leur triste sort les campagnes reculées, les pouvoirs locaux trop engagés dans des querelles intestines, les entrepreneurs qui ont renoncé à moderniser l’outil de production ou préféré investir leurs capitaux sous d’autres cieux.

10Pourtant, au début des années 1970, un petit groupe constitué autour d’un instituteur prétend incarner le renouveau de la production de la soie. Inutile de dire que cette initiative suscite alors un vif débat : les uns ironisent à propos de cette poignée d’utopistes, de doux rêveurs qui prétendent ressusciter un passé définitivement enterré, tandis que d’autres caressent secrètement l’espoir de voir les Cévennes redevenir terre séricicole.

  • 5 Les Chemins de la soie, réalisation L. Bazin et M.-H. Piault, Production Alfised, 1984.

11L’achèvement de l’étude sur la flore a coïncidé avec la réalisation d’un documentaire historique et ethnologique auquel nous avons participé activement5, mettant à profit les nombreux contacts noués lors de cette enquête. Centrant cette fois-ci les questionnements sur le thème de la soie, nous sommes allés plus avant dans la découverte d’un espace de représentations et d’actions dont la prégnance nous est apparue chaque jour plus manifeste. De passé à la fois dénié et revendiqué – ce qui est relativement partagé par les régions fortement investies dans un secteur d’activité (l’exploitation minière ou celle des ressources maritimes, par exemple) fonctionnant comme mode social d’existence, le travail de la soie devenait progressivement le lieu stratégique d’une observation ethnologique qui tentait de saisir la société cévenole à travers ce que nous étions peu à peu enclins à considérer comme l’une de ses composantes majeures (Piault 1987).

12Le film documentaire Les Chemins de la soie a débouché sur le projet de création d’un « itinéraire culturel », démarche alors expérimentale – nous étions au milieu des années 1980 – qui visait à relier et mettre en valeur des lieux musées, paysages, entreprises en activité – donnant à comprendre la société cévenole à partir de la production de la soie, à la fois activité économique fondamentale et « marqueur identitaire ». Il s’agissait, dans la mouvance d’une ethnologie « impliquée », de concevoir un « itinéraire intérieur de réappropriation culturelle » (Piault 1989).

  • 6 Le « groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique » est une for (...)

13Devenue coordinatrice du « Groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique6 », la formation qui présidait à la mise en œuvre de l’itinéraire, nous avons profité de cette activité pour commencer à collecter les données ethnographiques qui constituent la matière de ce travail.

14Deux questionnements principaux confèrent à cet ouvrage son architecture et expliquent la place centrale qu’y occupe l’analyse du système séricicole.

  • 7 Cette recherche a été soutenue par la Mission du patrimoine ethnologique, dans le cadre d’un progr (...)

15Le premier porte sur le changement social et technique. Nous étions concernée par l’actualité de la soie à travers la construction de l’itinéraire dont l’un des principaux partenaires était l’Association pour le développement de la sériciculture en Cévennes (ADSC), à l’origine du projet de relance de la production de la soie. Nous commencions, par ailleurs, une recherche sur l’innovation dans le cadre de cette expérience de renouveau séricicole7. Il nous est rapidement apparu que les modalités actuelles de la production ne pouvaient se comprendre qu’en effectuant un retour sur son histoire, en examinant son fonctionnement antérieur et en mettant tout particulièrement en évidence l’articulation des rapports de sens et de travail.

16En ayant comme ligne d’horizon le devenir de la relance, nous avons fait nôtre la belle expression de N. Wachtel : « C’est à partir de ce qui, du passé, est vivant dans le présent, que l’on entreprend de reconstituer le film du devenir, avec ses répétitions, ses latences, ses lacunes et ses novations » (1990 : 19).

  • 8 Nous ne développerons pas ici les conditions d’élaboration d’un discours identitaire sur et à part (...)

17Cette plongée dans le passé afin d’éclairer le présent a, en fait, soulevé diverses questions dont l’élucidation nous est apparue essentielle pour appréhender plus largement le rôle central de la soie en Cévennes qui introduit à la compréhension de l’évolution économique et démographique, des rapports de sexe et de production, de l’aménagement de l’espace, mais aussi des mécanismes contemporains du renouveau séricicole, érigé en véritable « emblème identitaire8 ». Il était, semble-t-il, impossible d’appréhender l’enjeu qu’a incarné la « relance » pendant une vingtaine d’années en faisant abstraction des formes passées de cette activité. Qu’on ne s’y trompe pas : si des années 1985 à 1995 on assiste à un processus d’instrumentalisation de la mémoire, de « patrimonialisation » (auquel nous avons contribué au sein de l’association Les Chemins de la soie qui nous employait alors), il n’en a pas été de même de 1972 à 1985. Durant cette première période, en effet, la relance s’affirme comme une initiative non patrimoniale, qui vise à « ressusciter [le travail de la soie] en reprenant toutes les techniques encore valables de nos jours et à en poursuivre le perfectionnement », dans une perspective ouvertement affichée de résistance et d’alternative à un développement social et économique imposé par la centralité.

18L’étude de la « relance » ne pouvait donc faire l’économie d’un travail sur la « mémoire collective » liée à la production de la soie. Les attitudes des sériciculteurs face à l’innovation, les choix socioéconomiques opérés par les instigateurs du projet de relance, les modalités de réappropriation des savoir-faire sont autant de facettes d’une réalité contemporaine qui ne prend sens que par une mise en perspective historique. Il s’agissait donc d’articuler les différents éléments constitutifs de ce qu’on pourrait appeler le « système séricicole », de mettre en évidence son caractère structurant, tant en termes de conditions économiques d’existence que de rapports sociaux et plus largement de production de sens. C’est à ce prix seulement qu’il serait alors possible de comprendre les enjeux contemporains et la forme singulière d’élaboration mémorielle et pratique dont cette initiative a fait l’objet. Pour appréhender la manière dont une mémoire se construit et se trouve instrumentalisée dans un processus de relance de production, il faut au préalable rassembler les matériaux à partir desquels elle opère ce travail de construction. Contre une interprétation, particulièrement dans l’air du temps, qui adopte un relativisme radical fondé sur l’idée selon laquelle tout choix de mémoire – et en particulier celui qui participe de l’élaboration identitaire – serait une imposture, une fiction, nous considérons, en effet, que ce travail de construction ne peut s’opérer qu’en puisant dans le vivier des faits sociaux, économiques, techniques, symboliques appréhendés dans leur dimension historique. C’est donc cet objectif que vise le présent ouvrage.

19Le second questionnement se situe dans le prolongement d’une lecture critique de travaux anthropologiques qui me paraissent mutiler la complexité des faits sociaux en les découpant en catégories séparées ; un système de partition des savoirs extrêmement élaboré puisque, non content d’opérer un cloisonnement entre les disciplines (histoire, anthropologie, sociologie, économie, psychologie, etc.), il les subdivise, en outre, en spécialités, voire en micro-spécialités, comme l’anthropologie de la maladie ou de la santé, la sociologie des techniques et celle de l’innovation, etc.

  • 9 Pour une réflexion critique sur cette approche, voir Augé 1979 : 125-148.
  • 10 Nous insistons par la mise en italique.

20Au sein de ce dispositif, la séparation entre le champ économique (formes matérielles d’appropriation/transformation de la nature) et le champ social (rapports sociaux et modes de représentation) est longtemps demeurée particulièrement marquée. La science économique envisage, en effet, la structure matérielle comme un ensemble d’institutions distinctes des autres rapports sociaux (Godelier 1984 : 182) et tout un courant de l’anthropologie économique elle-même, bien que soutenant la nécessité de prendre en considération les facteurs non économiques, les écarte néanmoins de son analyse. Une telle perspective, qui assigne aux aspects matériels de l’existence humaine une prééminence logique et causale sur les formes de représentations, fut notamment développée par l’anthropologie économique française marquée à partir des années 1960 et jusque dans la seconde moitié de la décennie suivante par le matérialisme historique. Ainsi C. Meillassoux, figure majeure du courant marxiste, alors même qu’il affirmait vouloir rendre compte de l’ensemble des rapports sociaux à l’œuvre chez les Gouro de Côte-d’Ivoire (1964 : 11), n’hésitait pas dans le déroulement de son étude à en reléguer certains au second plan et à omettre de les analyser9 : « Le recours à l’économie, à la géographie et à l’histoire ne suffit pas, cependant, à expliquer complètement le fonctionnement d’une société car d’autres phénomènes, idéologiques ou culturels, interviennent pour modifier, freiner ou accélérer certaines développements. Malgré son importance10, cet aspect de l’organisation sociale, que nous n’avons pas étudié systématiquement, n’entre pas dans le cadre de cette étude », annonce-t-il en introduction de son ouvrage.

21La part la plus matérielle de l’infrastructure des sociétés se trouve ainsi mise en lumière tandis que sa part « idéelle », systèmes complexes de savoirs, de représentations et de rapports de sens, est délibérément écartée. Un tel découpage, en refusant de lier les éléments constitutifs de la production à la dynamique du système à l’intérieur duquel elle se déploie, prive d’une explication globale des phénomènes.

22Bien que M. Godelier ait invité les anthropologues à penser de manière systématique et sans séparation les rapports de sens et les déterminations matérielles, à mettre en lumière la « logique cachée » qui donne sens aux comportements humains, les études qui réitèrent cette disjonction sont fréquentes, tout particulièrement chez les ethnologues des sociétés industrialisées. En effet, il a longtemps été admis que dans celles-ci, dominées par le « marché », le lien à l’ensemble de l’organisation sociale a totalement été rompu. Dans l’introduction de son ouvrage Les Vendredis de Carpentras consacré à l’étude d’un espace marchand forain, M. de la Pradelle évoque le « présupposé bien établi » selon lequel, dans le contexte du marché au sens abstrait du terme, il y aurait antinomie entre contenu économique et signification « culturelle » (Pradelle 1996 : 10). Ainsi les marchés n’auraient acquis une fonction sociale et symbolique qu’à partir du moment où ils en sont venus à occuper une place marginale dans le système de distribution des biens. L’auteur montre comment, forte de ce présupposé lorsqu’elle aborde son terrain, elle a été progressivement amenée à prendre ses distances et à proposer une lecture du marché comme lieu où se déploient rapports économiques et rapports sociaux. Comme le souligne B. Latour, l’anthropologie, d’ici comme d’ailleurs, a pour tâche de « parler à la fois de tous les quadrants » (1991 : 24). Autrement dit, une anthropologie technoéconomique qui se limiterait à l’analyse des rapports sociaux de production et qui laisserait dans l’ombre les modes d’investissement symbolique, idéel, inscrits dans ce processus se révélerait extrêmement réductrice.

  • 11 Notre italique.

23Notre remarque vaut également pour une anthropologie qui, se voulant symbolique et traitant des activités humaines, traque la représentation, débusque l’équivalence, poursuit l’analogie, se refusant à prendre en compte ce qui pourrait relever trivialement de la matérialité des besoins et des pratiques. Ainsi, dans l’ouvrage qu’il a consacré aux rituels d’inversion en Nouvelle-Guinée, S. Breton porte-t-il une attention toute particulière au cycle de l’igname chez les Trobiandais. Après avoir affirmé que les hommes vivent environnés de « choses » et que « la chose est une construction idéologique et non une donnée brute », l’auteur s’interroge sur les rituels agricoles qui accompagnent la culture de l’igname à propos de laquelle il renvoie, pour plus de détails, aux écrits de B. Malinowski avec ce commentaire : « La richesse de ses observations accompagne son refus d’aborder ces rituels sous l’angle symbolique, qui est pourtant le seul que nous considérerons11 » (1989 : 27). Par un effet de balancier, l’ethnologue qui récuse le caractère partial et partiel d’une recherche ne s’attachant, selon lui, qu’à la dimension matérielle de la culture prend le contrepied de cette approche en proposant une lecture sous l’angle exclusif du symbolique.

24On peut faire la même remarque à propos de l’étude que C. FabreVassas a consacrée au cochon (1992). Au terme d’un parcours, extrêmement riche en références, qui inscrit l’animal dans un univers foisonnant de représentations, on reste, là encore, perplexe : son rôle dans l’économie domestique est à peine esquissé, l’animal étant réduit au statut d’« être analogique ». Un choix délibéré, certes clairement énoncé par l’auteur qui accomplit une impressionnante compilation de références chevauchant les temps historiques et mêlant les aires culturelles, mais qui laisse dans l’ombre un aspect pourtant essentiel à la compréhension de la place qu’occupe cet animal dans les sociétés étudiées : celui de la « matérialité » de ses usages (par opposition à son « idéalité »).

  • 12 Nous insistons sur ce « et ».

25De telles perspectives ont rapidement paru inappropriées concernant la production de la soie en Cévennes et, plus particulièrement l’élevage du ver à soie, même s’il pouvait être séduisant de s’attacher exclusivement à sa dimension « symbolique ». Soucieuse de restituer la manière dont la société cévenole pense ce dernier, nous ne pouvions que prendre en compte l’ensemble des propos de nos interlocuteurs et considérer que même lorsqu’ils peuvent sembler contradictoires, incohérents, ils font en réalité sens précisément dans leur ambivalence. En effet, immanquablement, chaque fois que nous évoquions avec eux certaines correspondances constatées entre l’éducation de l’insecte et certaines pratiques relevant d’une forme de « maternage », leur réaction était circonspecte : « Vous savez, on faisait du ver à soie parce que ça rapportait et c’est tout ! » Pourtant, lorsque nous abordions avec ces mêmes personnes les aspects matériels et économiques, on nous rétorquait : « Oui, c’était peut-être bien pour les sous, mais tout le monde vous le dira, le ver à soie, le Cévenol, il a ça dans le sang ; on peut pas expliquer, d’ailleurs même quand ça rapportait plus on a continué à le faire parce qu’on aimait ça. » Ce qui nous était dit, très clairement, c’est qu’il s’agissait de deux facettes, inséparables, d’une même réalité : la production de la soie a toujours été une affaire économique, l’une des principales ressources de cette société, et12 une « histoire de sentiments, quelque chose qu’on ne peut pas exprimer ».

26Cette ambivalence est le fil d’Ariane de la recherche. C’est elle qui nous a guidée et en a orienté la problématique, attribuant une place essentielle à une réflexion sur l’indissociabilité des pratiques économiques et des représentations culturelles et, plus largement, sur les possibilités et les conditions de coexistence de plusieurs « mondes de vérité » comme l’exprime si justement P. Veyne (1983).

27La forme adéquate pour imprimer à ce travail le mouvement que nous souhaitions lui donner, pour conjuguer ces divers registres d’interprétation, nous a paru être la monographie, genre longtemps considéré comme caractéristique de la démarche ethnologique avant d’être suspecté de produire une « fiction de la totalité » construisant de la cohérence là où elle ne se trouverait pas nécessairement (Kilani), de servir de « paravent idéologique » (Copans), de faire office de discours de bègue (Jaulin) ou encore de favoriser une vision anhistorique, statique, de la réalité sociale.

  • 13 A. Leroi-Gourhan a critiqué ces travux qui « juxtaposent des informations sans se soumettre au dev (...)

28La monographie repose sur une présentation minutieuse des données qui a pour ambition de proposer une vision globale d’une société circonscrite et localisée. C’est bien la volonté de restituer à la société cévenole une forme de cohérence qui a guidé cette approche, sans pour autant se soumettre à certaines contraintes inhérentes au genre dont les limites ont souvent été soulignées. On parle souvent de « monographie à tiroirs » pour souligner l’ordonnancement systématique des domaines qui composent le genre monographique : pratiques langagières, habitat et aménagement de l’espace, technique et économie, organisation sociale, système symbolique, organisation politique et finalement changements sociaux. Dans cette étude des « tiroirs » n’ont pas été ouverts13 ou ont été seulement entrebâillés, certains contenus ont été délibérément mêlés et la coupure entre diachronie et synchronie, souvent considérée comme propre à ce genre, a été abolie. Des zones d’ombre ont ainsi été délibérément laissées, tous les domaines qui auraient pu être abordés ne présentant pas le même intérêt pour le propos de cette étude, focalisée sur un système technique, celui de la sériciculture. Il s’agit donc d’une monographie partielle, inspirée par un genre avec lequel elle prend des libertés.

L’enquête et ses sources

29L’objet de cette étude, la sériciculture du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1960, implique l’utilisation et la mise en perspective croisée de sources extrêmement variées, hétérogènes, dont il y a lieu de préciser la nature et le contenu. Il ne s’agit pas de sacrifier de manière convenue au rite de l’éclaircissement méthodologique mais d’apporter un certain nombre de précisions destinées à légitimer la démarche et à éviter au lecteur de s’interroger au fil des pages sur le statut de telle ou telle donnée.

30L’approche ethnologique de faits non contemporains est en soi une gageure car elle prive l’ethnologue de ce qui est au fondement même de sa démarche et qui constitue une double spécificité méthodologique : l’observation de terrain et le recueil de témoignages oraux.

  • 14 Selon C. Lévi-Strauss, l’histoire et l’ethnologie se sont longtemps distinguées de deux façons : a (...)

31L’ethnologie, en effet, se donne comme démarche fondatrice l’observation et le dialogue entre le chercheur et l’« indigène ». La forme singulière de perception qu’est l’observation ainsi que l’oralité sont donc les sources qui la différencient de sa proche cousine, l’histoire, lorsqu’elle s’interroge sur les sociétés de l’écrit14. Ce partage, commode dans la perspective d’une classification des disciplines, ne tient pas pour l’ethnologie plus récente des sociétés européennes qui offre la possibilité de se référer à un éventail plus large de sources, tant écrites qu’orales. Comme le montre D. Fabre, cette ethnologie-là sécrète en quelque sorte « ses propres sources » (1986 : 3-12).

2. – Gravure de Mallery, extraite de J.-B. Le Tellier, Bref discours contenant la manière de nourrir les vers à soye, 1602.

  • 15 De ces entreprises, « mues par le souci de l’inventaire », Ch. Bromberger nous brosse un tableau d (...)

32Certes, elle peut se donner pour tâche un minutieux travail de collecte et d’archivage de savoirs et de gestes, de représentations, de pratiques et de croyances dont le recueil revêt actuellement un caractère d’urgence afin que cette mémoire, qu’aucune archive écrite n’enregistre, ne tombe dans l’oubli et ne se perde définitivement pour les générations à venir15. Dans ce cas, il s’agit avant tout d’une ethnographie « de sauvetage » prenant dans les mailles de ses filets ce qui est laissé pour compte par l’écrit plutôt que d’une ethnologie soucieuse de replacer ces faits dans un contexte à l’intérieur duquel ils prennent sens.

33Mais l’ethnologie, qu’elle soit explicative ou interprétative, ne se contente pas de collecter des données ethnographiques, elle a pour objectif de repérer les logiques sociales à l’œuvre dans la diversité des comportements humains.

34À partir du moment où l’ethnologie des sociétés européennes s’affirme face à l’histoire de ces mêmes sociétés, elle se distingue donc moins par l’utilisation exclusive d’une catégorie spécifique de sources que par la manière dont elle les questionne et par le regard qu’elle porte sur elles : paroles et gestes mais aussi livres de raison, enquêtes administratives, ouvrages techniques, archives en tous genres qu’il faut disséquer pour laisser transparaître, derrière la froideur des comptes rendus et des commentaires, la vie qui les emplit et le sens qui les parcourt. Il faut les considérer « du point de vue de l’ethnologue ».

35Du présent de la parole recueillie et du geste observé au passé de l’écrit s’effectue donc un va-et-vient permanent, une dialectique du regard, de l’oralité et du texte. Les témoignages oraux contemporains soulèvent des interrogations qui orientent la lecture des sources écrites plus ou moins anciennes, lesquelles éclairent à leur tour les discours d’un jour nouveau.

36Une ethnologie qui souhaite mettre en évidence les continuités et les discontinuités dans nos sociétés ne peut que tirer profit de cette diversité des sources dont l’ethnologue des sociétés exotiques ne bénéficie que rarement. Histoire et ethnologie, souligne C. Lévi-Strauss, tendent d’une certaine façon vers le même but : rendre intelligibles, en leur conférant plus d’unité, des phénomènes hétérogènes en surface (op. cit. : 1227).

37On peut, bien entendu, s’interroger sur la pertinence d’une approche ethno-historique ayant pour projet d’éclairer un processus technique moribond si ce n’est totalement disparu. Si nous avons cru possible d’accomplir ce travail, c’est parce que la sériciculture est une activité relativement peu complexe au niveau instrumental et gestuel alors que, en revanche, elle met en œuvre des savoir-faire et des représentations extrêmement complexes et qui se réfèrent à un système cognitif auquel il est possible d’accéder en conjuguant l’écrit et les témoignages oraux.

  • 16 La relance séricicole se fonde, en revanche, sur des transformations significatives des procédés e (...)
  • 17 Excepté le passage du grainage domestique au grainage industriel, comme il est montré plus loin (c (...)

38En outre, la nature et l’ordonnancement des opérations qui constituent le processus technique proprement dit n’ont pas été fondamentalement modifiés du XVIIIe siècle jusqu’aux années 196016. Durant la période considérée dans la première partie de ce travail, on n’observe pas d’innovations impliquant un changement radical de paradigme techno-économique17. Il faut attendre la relance séricicole des années 1970 pour qu’une nouvelle organisation socio-technique se substitue à celle que nous qualifierons de « traditionnelle », avec toute la prudence que requiert l’emploi de cette notion.

39L’utilisation simultanée de sources écrites (manuels techniques, récits, enquêtes agricoles, etc.) et de la mémoire orale doit être entreprise avec discernement dans la mesure où il faut toujours prendre en considération la part latente de l’idéologie dans les discours savants ou « populaires », énonçant des normes de comportement ou magnifiant une « tradition ».

  • 18 Pour la réalisation du film, Les Chemins de la soie, les réalisateurs L. Bazin et M.-H. Piault ava (...)

40Heureusement, l’éducation des vers à soie a marqué à ce point la mémoire des anciennes séricicultrices que ce savoir-faire est demeuré véritablement incorporé : les gestes sont mimés avec précision et accompagnés de multiples commentaires18 ; la parole, venant difficilement dans un premier temps tant « il y a à dire », se délie et devient intarissable. Nombreuses sont les femmes qui, lorsqu’elles ont cessé d’élever des vers à soie pour vendre les cocons, ont néanmoins poursuivi des éducations à petite échelle, dans un coin de leur cuisine, parce que, dit l’une d’elles, « j’avais le goût et je m’y faisais pas [au fait d’avoir cessé cette activité] ». De plus, il a été possible d’observer et de participer à des éducations auprès des sériciculteurs et séricicultrices âgés qui ont à nouveau élevé des vers à soie au cours des années quatre-vingt, dans le cadre de la relance séricicole.

41Les sources écrites nous ont fourni d’innombrables matériaux pour le XIXe siècle et les premières années du XXe siècle.

42L’étude de la sériciculture, c’est-à-dire de la culture du mûrier et de l’éducation des vers à soie, bénéficie, pour le début du XIXe siècle, d’une source précieuse d’informations : les Questions relatives à l’éducation des vers à soie et à la culture du mûrier. Cette vaste enquête en 182 questions a été diffusée, en 1807, à l’initiative des préfets dans tous les cantons cévenols auprès de personnalités choisies : les maîtres d’école, les représentants d’organismes agricoles, les grands propriétaires qui se sont directement enquis auprès des sériciculteurs de leurs usages. Elle dresse un état des lieux extrêmement précis de la pratique et du savoir séricicole au tournant du siècle, précisant les « nuances de localité », depuis les procédés couramment usités jusqu’aux estimations de rendement, en passant par les termes vernaculaires propres à chaque canton et désignant aussi bien les instruments de travail que les actions techniques elles-mêmes. Comme l’a montré A. M. Thiesse à propos de la Statistique, ces enquêtes offrent une véritable description ethnographique de la France postrévolutionnaire (1997).

43Les nombreux mémoires rédigés au cours de la période considérée ont permis de compléter ces informations. Ils rassemblent les observations des notables et des administrateurs des États de Languedoc (Ancien Régime), puis des départements, ainsi que de nombreux mémoires de sériciculteurs désireux de contribuer à l’amélioration des procédés de production ou d’obtenir des aides publiques. Les archives départementales du Gard ainsi que les archives régionales sont particulièrement riches en témoignages directs, souvent peu exploités.

  • 19 En 1852, plus de soixante départements français produisaient des cocons.

44Les publications qui traitent de la sériciculture sont innombrables : la production d’ouvrages et d’articles sur ce thème est à la hauteur de l’intérêt qu’a suscité cette production et de la volonté qu’ont toujours manifestée les pouvoirs publics de contrôler et encourager cette activité ! Les informations qu’ils contiennent, pour techniques et descriptives qu’elles puissent paraître en première lecture, répondent parfois à des objectifs qui ne sont pas clairement énoncés par les auteurs : ainsi les manuels du XIXe siècle reflètent le prosélytisme séricicole visant à convertir de nouveaux territoires à l’élevage des vers à soie19. Des spécialistes de l’époque ne s’y trompent pas qui dénoncent le zèle excessif que mettent certains auteurs à apporter leur contribution à l’« effort séricicole », quitte à inciter les éleveurs à appliquer des procédés inadaptés aux conditions écologiques et sociales de la production. Cette attitude fut vivement critiquée par J. P. A. Michel dans un guide pratique adressé aux fermiers et aux petits propriétaires où il mettait en cause ces ouvrages « hérissés de discussions scientifiques, ornés de descriptions pompeuses, séduisant par des théories quelquefois plus ingénieuses que vraies [qui] ne paraissent écrits que pour le riche propriétaire, l’éducateur en grand, ou bien encore pour l’amateur curieux et opulent » (1839 : 260).

  • 20 Voir sur ce point A. Geitsdoerfer 1976 : 66.

45Face à cette masse d’informations, nous avons donc été amenée à effectuer des choix. Nous avons ainsi éliminé les ouvrages qui ne sont que des compilations et ne reposent pas sur une expérience directe en matière de culture du mûrier ou d’élevage des vers à soie, ainsi que ceux dont les auteurs appartiennent aux départements des régions non méridionales, conquis lors de l’expansion maximale de cette production dans les années 1850. Certains manuels rédigés par des techniciens, plus prescriptifs que descriptifs20, sont également à considérer avec réserve : leur souci d’une présentation normative des techniques incite les auteurs à gommer tout ce qui les inscrit dans des rapports sociaux et un contexte de savoirs considérés comme encombrés de « préjugés » qu’il convient selon eux d’éradiquer. Ils ont donc été écartés. Nous avons retenu, en revanche, les témoignages provenant de sériciculteurs et d’agronomes locaux, de notables et de responsables agricoles dont l’expérience personnelle et la parfaite connaissance des lieux et des populations garantissent la fiabilité des informations.

  • 21 Les archives familiales ont été déposées aux Archives départementales du Gard par Germaine Dieterl (...)

46Nous citerons notamment l’abbé Boissier de Sauvages, auteur d’un Mémoire sur l’éducation des vers à soie (1763) qui a fait autorité depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle. J.-B. Reynaud, dont l’ouvrage Des vers à soie et de leur éducation selon la pratique des Cévennes (1812) représente une source exceptionnelle de données relatives aux modalités techniques et aux conditions sociales de la sériciculture et de la filature au début du XIXe siècle dans la région de Saint-Jean-du-Gard, ainsi que A. Laurent de l’Arbousset, auquel on doit un Cours de sériciculture (1893) qui n’a rien de magistral mais qui apporte de très précieuses indications sur les pratiques séricicoles propres à la région d’Anduze où il vécut, doivent également être mentionnés, tant est riche l’intérêt ethnographique de leur témoignage. Ch. Teissier du Cros, filateur à Valleraugue, grand défenseur de la sériciculture et de la filature cévenole est l’auteur d’une thèse de droit qui mérite d’être signalée : incisive et documentée sur le plan de l’analyse économique, elle évoque avec une grande sensibilité les conditions sociales et symboliques de cette production (1903)21. On ne saurait enfin omettre les contributions de Mozziconacci, ancien directeur de la Station séricicole d’Alais, puis de Ch. Secretain et A. Schenk qui se sont succédé à ce même poste et ont publié de nombreux fascicules et articles fondés sur leur expérience de la pratique séricicole.

47Enfin, les informations parcellaires contenues dans les innombrables monographies régionales ou villageoises, les articles publiés dans les revues agricoles locales ou spécialisées nous ont aidée à compléter ce travail.

48Nous ne voudrions pas achever ce chapitre consacré à la production des données sans souligner le principal écueil de ce type d’approche : vers la fin des années 1980, nous avons été à la fois témoin et actrice d’une initiative de « patrimonialisation » de la sériciculture qui a joué un rôle dans la définition de ce qui, de cette histoire, était mémorable ou ne l’était pas. Dans ce contexte, le risque encouru lors de nos enquêtes était que les témoignages portent moins sur des expériences vécues par nos interlocuteurs que sur des représentations biaisées par le souci de célébrer une identité locale. Afin de nous en prévenir, nous nous sommes efforcée de mener un travail « ethnographique» au sens positif du terme, de multiplier les sources, de procéder à un travail d’expurgation critique des données discursives et de mettre en place une procédure d’enquête misant sur la continuité des échanges. Cette enquête s’inscrit, en effet, dans la durée : nous avons vécu sur le terrain de 1982 à 1992, quotidiennement au contact de la population, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle. Résidant dans la commune même où la « relance » avait vu le jour, nous avons ainsi eu l’opportunité de côtoyer constamment des hommes et femmes qui avaient autrefois élevé des vers à soie ou bien en élevaient à nouveau.

Le cadre géographique de l’étude

Des Cévennes et de leurs « frontières »

  • 22 L’ethnologue R. Cresswell (1967) propose de distinguer des « fonctions manifestes » et des « phéno (...)

49« Cévennes », « Cévenne », « Cévenne des Cévennes » ou encore « pays cévenol » ? D’emblée, la délimitation du terrain n’est pas aisée22.

  • 23 Pour J.-C. Chamboredon, il existerait une véritable homologie entre une unité décrite comme « pays (...)

50Dans un premier temps, on dira qu’il s’agit d’une « région » montagneuse, correspondant à la bordure sud-orientale du Massif central. Peut-on être plus précis ? Quelle est l’unité spatiale ainsi désignée et sur quels critères se fonde-t-elle ? S’est-elle constituée à partir de caractéristiques physiques, culturelles, de configurations politiques ou même de découpages administratifs ? Est-il seulement pertinent de vouloir identifier « objectivement » ce que certains ont qualifié de « disposition de l’esprit », de faire coïncider un espace physique et un territoire vécu23 ? Toutes ces questions sont sous-jacentes dans les nombreuses études qui portent sur ce territoire.

3. – Carte du terrain d’enquête (Cévennes gardoise et lozérienne).

  • 24 Pour L. Destremx de Saint Christol, président du comice agricole de la chambre d’agriculture d’Ala (...)

51Alors que ses limites géographiques n’ont cessé d’être débattues, l’« être cévenol », à en croire les discours spontanés que nous avons recueillis au cours de nos enquêtes, serait sans équivoque. Lorsqu’on cherche à appréhender une telle évidence identitaire, on est cependant frappé par la difficulté à dégager un ou des critères qui seraient susceptibles de l’étayer sur des bases autres que subjectives, sentimentales. Chacun détient sa ou ses « vraie(s) Cévenne(s)24 », selon qu’il s’attache à une définition étroite ou au contraire extensive du territoire de référence.

52Un rapide parcours de la littérature qui leur a été consacrée durant les trente dernières années permet d’apprécier la diversité des points de vue en présence.

53Dans un ouvrage de synthèse intitulé Les Cévennes de la montagne à l’homme, l’historien Ph. Joutard fait le point sur la question et note la difficulté à dégager un (ou des) critère(s) décisif(s) permettant de définir cette entité spatiale. Écartant d’emblée un déterminisme géographique étroit, il rappelle que la géologie, pas plus que la botanique ou le régime hydrographique ne parviennent à délimiter une unité cohérente (1979).

  • 25 Il s’agit du hêtre.

54Le contraste est, en effet, saisissant entre ce que l’on nomme le « haut pays », avec ses hivers glacés, l’air acide des « sous-bois clairsemés où le ciel apparaît à travers les derniers fayards25 », ses étendues livides et sans arbres, ses pierres « celtiques [...] rongées par le vent d’ouest » décrites avec une grande force évocatrice par l’écrivain J. Carrière (1972) et les garrigues odorantes, univers de roches et de buissons épineux dont le moutonnement infini, ponctué par la vigne et l’olivier, ourle la basse Cévenne et les Cévennes méridionales. Peu de traits en partage si ce n’est peut-être une propension commune aux extrêmes : là-haut les pierres se fendent sous le gel et les sols désolés s’érodent sous les assauts des bourrasques, des trombes d’eau et des tempêtes de neige tandis qu’au sud les collines calcaires se consument sous un soleil brûlant qui jaunit les broussailles et assèche les ruisseaux.

55Les Cévennes, terre contrastée, empruntent donc leurs caractères aussi bien aux hautes solitudes qui les ferment au nord qu’aux garrigues qui les mettent en contact avec la plaine. « Pays mal délimité, mal compris, pays qui n’est plus du Nord sans être tout à fait du Midi, pays intermédiaire et pourtant doué d’une personnalité entêtée... pays dont le nom flotte au gré des démarcations comme un chapeau trop large... », résume avec justesse R. Roussel (1969 : 198).

56Faillite également, toujours selon Ph. Joutard, des interprétations en terme de peuplement, de gestion politique et administrative... Un critère, cependant, lui semble pouvoir être retenu : le protestantisme. « Au centre, écrit-il, sans contestation possible, on doit placer le fait huguenot » (1979 : 7).

  • 26 C. Lévi-Strauss indique que « le terme de culture est employé pour regrouper un ensemble d’écarts (...)

57Dans un article consacré à la notion de quartier, H. Balfet et Ch. Bromberger rapportent les propos d’un habitant invoquant sa « cévennité ». Une affirmation identitaire jugée remarquable par ces auteurs qui disent ne pas avoir connaissance d’une expérience équivalente en ce qui concerne la Provence, une région dont l’unité géographique, historique et linguistique ne ferait, selon eux, aucun doute. L’identité cévenole, forgée dans la clandestinité (en référence également au protestantisme), délimiterait une sorte de noyau dur augmenté d’un espace sans frontières unissant les Cévenols à d’autres régions de France (1976). Cette proposition dé-spatialise en quelque sorte les Cévennes et souligne la pertinence et la fécondité d’une approche en terme de « culture26 ».

58J.-N. Pelen contourne dans un premier temps la difficulté en affirmant que « les Cévennes sont » ce petit pays « de la bordure sud-orientale du Massif central, que l’on peut circonscrire entre la plaine d’Alès à l’est, les Causses à l’ouest, la limite nord du mont Lozère au nord, et la ligne Alzon-Ganges au sud, mais il ajoute aussitôt : « Limites discutables et discutées : peu importe » (op. cit. : 15). Puis comme tous les auteurs précédemment cités, il finit par concéder à son tour que le facteur déterminant ne peut être que le protestantisme : « Voilà la pierre d’angle de l’identité du pays », celle qui détermine ce qu’il appelle « la vraie Cévenne. »

59Une autre approche est tracée par les géographes. R. Lamorisse introduit son étude sur La Population de la Cévenne languedocienne en ces termes : « Entre les hauts bassins de l’Ardèche et de l’Hérault se dresse » un talus extraordinairement disséqué auquel les paysans appliquent proprement le nom de Cévennes (ils disent aussi la Cévenne), synonyme pour eux de pays raviné (1975 : 13).

60Les géographes ont proposé plusieurs définitions de l’espace cévenol, articulant géo-morphologie et géographie humaine. Reprenant la distinction couramment opérée entre Cévenne singulière et Cévennes plurielles (in Joutard 1979 : 11), sur la base cette fois-ci de critères non identitaires, ils distinguent la Cévenne au sens restreint, terroir caractérisé par une roche, le schiste, et un arbre, le châtaignier, des « Cévennes au sens large » qui recouvrent trois roches distinctes : le schiste, le granite et le calcaire. Ce découpage a servi de référence lors de la création du Parc national des Cévennes. Ces trois entités géologiques permettent de définir des aires culturelles dont la politique muséographique du Parc se veut l’illustration : l’aire granitique correspond au territoire de l’« Écomusée du Mont-Lozère » tandis que les vallées schisteuses s’inscrivent dans l’« Écomusée de la Cévenne » et les étendues calcaires dans celui des Causses.

  • 27 L’ethnologue José R. Dos Santos a récemment relancé le débat. Dans une étude consacrée à l’explora (...)

61Les frontières des Cévennes sont également évoquées par D. Travier dans l’encyclopédie Le Temps cévenol. On abandonne alors le champ strict de la géographie physique pour retenir un critère relevant davantage d’une « écologie » culturelle. C’est la forme sociale spécifique d’adaptation à l’écosystème cévenol qui serait le critère déterminant. Dans le volume qu’il a consacré aux activités agricoles, l’auteur affirme que « le paysage est à ce point typé il est vrai, notamment par les “traversiers”, qu’il confère au pays des limites précises, gardiennes de son unité. Il n’y a pas de contrefaçons sur les frontières. On est en Cévennes, avec leurs cavalcades de murettes, ou on est en dehors » (in Travier et Pelen 1980 : 52)27.

62Ces différentes conceptions qui se veulent démonstratives esquivent la question de la constitution d’une entité territoriale en se retranchant derrière des affirmations qui reposent néanmoins, en dernière analyse, sur la vigueur expressive d’un sentiment identitaire. Elles s’accordent en fait avec tout un courant qui vise à renforcer une identité cévenole qui serait mise en péril par la dégradation générale des conditions culturelles et matérielles d’existence. Société en crise, paysages en voie d’ensauvagement, économie en récession : un constat pessimiste qui incite les Cévenols d’origine ou d’adoption à revendiquer haut et fort la spécificité physique et culturelle du territoire à défaut de pouvoir lui donner des limites précises et dont le tracé serait largement reconnu.

63Une chronologie des délimitations spatiales de l’entité « Cévennes » permet d’en saisir l’évolution.

  • 28 ADG 6 M 691.

64Sous l’Ancien Régime, les « Sévenes » font partie de la Province du Languedoc. Un document précise qu’avant la division territoriale faite par l’assemblée constituante « l’arrondissement d’Alais était compris dans la généralité de Montpellier et était connu sous le nom des Cévennes dont la capitale était Alais, résidence du commandant des Cévennes qui faisait anciennement partie de la Gaule narbonnaise et lui servait de limites au Nord28 ».

  • 29 ADG 3 J 51,1810, Chartrier de Cabiron.

65Une notice statistique sur les Cévennes précise qu’elles « comprenaient autrefois la chaîne de montagnes qui s’étend du nord au sud depuis les extrémités de l’Auvergne jusqu’à la ville d’Alais. César, dans les Commentaires, pensait les fixer ainsi et les désigne par le nom de Gebenna mons ». L’auteur ajoute qu’« elles sont bornées aujourd’hui aux arrondissements de Florac, dans le département de la Lozère, d’Alais et du Vigan dans celui du Gard, c’est-à-dire aux montagnes où croît le châtaignier29 ».

  • 30 Certaines vallées désignées comme cévenoles appartiennent au département de la Lozère.

66La création des départements au début du XIXe siècle démantèle l’ancienne division administrative. En majeure partie30, les Cévennes appartiennent désormais au département du Gard dont elles respectent les contours et derrière lequel elles paraissent pour un temps s’effacer : dans la première moitié de ce siècle, le Gard est devenu l’unité géographique et culturelle signifiante. Cette même période est marquée par les débuts de la statistique qui, par la mise en ordre et en tableau du territoire, accentue le phénomène en atomisant les unités de description.

  • 31 L. Destremx de Saint Christol, président du comice agricole de la chambre d’agriculture d’Alais. D (...)

67La seconde moitié du XIXe siècle voit se redessiner la notion de Cévennes. C’est à divers manuels de géographie que l’on doit leur extension maximale puisqu’elles regroupent alors six départements, depuis les monts du Lyonnais jusqu’à Lodève ou Mazamet. À la fin du Second Empire, E. Fournier de Flaix proposait la création d’une Province des Cévennes comprenant le Gard, la Lozère, l’Ardèche et même la Haute-Loire ! Devant cette extension indéfinie du territoire cévenol, L. Destremx de Saint Christol préfère alors évoquer ses « vraies Cévennes », celles où l’homme est « plus laborieux, [...] lutte victorieusement contre la nature, couvre les montagnes de châtaigniers, les vallées de mûriers et luxuriantes prairies ». « On est bien là dans ces vertes et poétiques contrés si souvent décrites alors qu’elles étaient ravagées par les guerres de religion », ajoute-t-il31.

68Guides et récits de voyage à travers les Cévennes décrivent également un espace fortement délimité culturellement : « La religion, les opinions politiques, les mœurs, les usages, les costumes des habitants des Cévennes et des rives du Gardon diffèrent si fort de ceux des bords du Rhône, qu’un voyageur pourrait sans sortir d’une circonscription de 20 lieux, se croire sous la domination de deux princes ennemis » (Roux-Ferrand 1837).

  • 32 Rappelons que la population protestante, encore majoritaire dans certains secteurs, est toujours a (...)
  • 33 « Le pays des Cévennes », Le Pays cévenol, n° 3.

69La « question cévenole » va être reformulée dans le courant du XXe siècle. Au seuil des années 1960, les Cévennes font l’objet d’une re-découverte à l’échelon national en même temps que d’une réappropriation culturelle par la population locale et par ceux qui se sont exilés. Les expressions de « Cévenne » (au singulier) et de « Cévenne des Cévennes » sont alors célébrées par les écrits du « Club cévenol », une association fondée il y a plus d’un siècle afin de contribuer au développement touristique de la région et dont le Président d’honneur, le spéléologue E. A. Martel, en référence à R. L. Stevenson, avait introduit l’expression de « Cévenne des Cévennes » (Poujol et Poujol in Pelen et Travier 1982 : 90). Espace passionnellement investi, revendiqué, osmose entre l’homme et sa terre d’origine, renforcée par la présence des morts ensevelis à proximité immédiate du mas familial32, la Cévenne est ce cœur « authentique » aux contours aussi imprécis qu’évidents. « Je vous avais prévenus que ma Cévenne ne serait pas forcément la vôtre. Où je respire l’air de ce pays ? Ne vous suffit-il point de savoir dans quels lieux je ne le respire pas ? », écrit alors le romancier R. Roussel qui constate non sans ironie que, pour certains, les « vraies Cévennes » ne se composent plus de six départements, mais de six cantons ! La revue littéraire, Le Pays cévenol, en indique « les pôles extrêmes : les diverses voies d’accès, Vallée Longue, Vallée Borgne et Vallée Française » qualifiées de « véritable pays cévenol, son cœur s’y j’ose dire33 ».

70Les deux dernières décennies ont apporté une contribution active à ce débat séculaire. Elles sont marquées par la création du Parc national des Cévennes dont le périmètre inclut des espaces extrêmement différenciés, tant sur le plan géo-morphologique que culturel. Ses limites ne sont toujours pas acceptées par certains défenseurs d’une Cévenne excentrée par rapport à la « zone centrale » du Parc : ainsi la Vallée Borgne se situe-t-elle en zone périphérique d’un territoire dont on dit cependant qu’elle en constitue le cœur. En pays viganais, certaines rivalités, certains conflits rémanents qui nourrissent un courant d’opposition à cette institution trouvent en partie leur origine dans le choix d’un découpage administratif qui ne coïncide pas avec le sentiment de toute une population.

  • 34 Ganges appartient, en effet, au département de l’Hérault.

71Aujourd’hui, cette notion est au centre de l’actualité avec la maturation délicate d’une politique d’aménagement et de gestion du territoire qui délimite une zone cévenole nettement identifiée géographiquement et culturellement. Ses limites transcendent les frontières départementales puisqu’elle chevauche trois départements, le Gard, la Lozère et l’Hérault34. Pensée à l’échelle de missions nationales comme la DATAR ou des délégations régionales de différents ministères dans le cadre du développement touristico-économique de l’« arrière-pays », la « problématique Cévennes » est désormais un thème majeur pour tous les aménageurs.

  • 35 Pour l’ethnologue, son insertion dans un projet de patrimonialisation peut constituer un facteur p (...)

72Les ethnologues, historiens et conservateurs de musées qui depuis plusieurs décennies s’interrogent sur les représentations collectives d’une identité cévenole alimentent également le débat. La création de l’itinéraire culturel « Les Chemins de la soie » y a certainement contribué35.

73La désignation de la soie comme référent identitaire et culturel dessinerait un espace spécifique qui se caractériserait par une double activité, la sériciculture et la filature, ou plus exactement par la mémoire partagée de ce travail. Pour autant, est-il possible d’affirmer que l’extension du mûrier et la localisation des filatures objectiveraient un territoire ? Nous ne sommes pas persuadée que la question des limites physiques, mesurables, d’un « pays » constitue une question pertinente pour l’ethnologie alors qu’elle l’est, de toute évidence, pour l’aménagement du territoire, son découpage administratif.

74Nous préférons pour notre part y voir une référence d’ordre analogique, une transposition dans l’espace d’une représentation partagée, d’un sentiment d’appartenance qui pour autant ne coïncide pas avec des limites tracées avec précision. Si tant est qu’il faille néanmoins établir un cadre géographique, identifier une unité physique, on peut voir dans l’entité « Cévennes » une configuration originale qui résulterait de la mise en équation d’un ensemble de traits et non de l’isolement d’un trait singulier, discriminant, qu’il s’agisse du protestantisme, du châtaignier, de la soie ou encore des terrasses. Chacun de ces traits définit une entité territoriale distincte et c’est leur mise en relation qui déterminerait l’assise spatiale à géométrie variable de cet ensemble appelé « Cévennes ». Dimensions physiques, matérielles, culturelles se conjuguent pour dessiner des frontières floues, continuellement renégociées mais qui convergent néanmoins dans ce qu’on peut appeler un sentiment d’identité. Le « pays cévenol » est moins un espace physique que la trace dans l’espace d’un sens partagé. Ainsi appartient-il au registre de la représentation, de l’imaginaire constitutif de l’identité et se dérobe-t-il sans cesse à toute tentative pour en identifier l’emprise spatiale. Ainsi que l’a écrit M.-E. Chassagne, un « pays » est « un cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part » (1983 : 31).

Le terrain de l’enquête

  • 36 Je n’entrerai pas dans le débat à propos de la pertinence du découpage proposé par cet auteur.

75Compte tenu de ce qui vient d’être dit, nous prendrons appui sur la proposition de F. Taillefer qui identifie six zones distinctes composant l’ensemble cévenol (in Joutard 1979 : 11-46) afin de délimiter le « terrain » de cette enquête36 :

  • les Cévennes vivaraises qui commencent au nord des gorges de la Cèze ;
  • le haut pays, situé au nord-ouest et qui correspond aux massifs de l’Aigoual et du Lozère ;
  • le bassin minier et la basse Cévenne à l’est ; sorte de gradin entre la montagne cévenole et la plaine languedocienne ;
  • la haute Gardonnenque, c’est-à-dire le pays des serres et des valats37, parcouru par les Gardons et leurs affluents ;
  • les Cévennes méridionales enfin, ensemble de vallées au caractère méditerranéen qui se déploient au sud-est de la haute Gardonnenque.

76L’espace retenu comme terrain de cette étude est essentiellement formé de la haute Gardonnenque, la basse Cévenne et les Cévennes méridionales. Le territoire ainsi délimité constitue une zone de transition, frange la plus septentrionale du domaine méditerranéen ou bien bordure australe du Massif central.

  • 38 Alais jusqu’en 1927.
  • 39 Cette ville est même devenue récemment « Alès-en-Cévenne » pour marquer davantage son appartenance (...)

77Les villes et les principaux bourgs sont établis à la périphérie du massif montagneux, selon un axe nord-est/sud-est. Alès38, désignée comme la « capitale des Cévennes39 », et Anduze, sa « porte », se trouvent au débouché des vallées des Gardons. Saint-Hippolyte et Ganges, entre garrigue et montagne, sont établis en bordure du lit supérieur du Vidourle et de l’Hérault. Quant à la petite ville du Vigan, sous-préfecture du département du Gard, elle se situe en surplomb de la rive gauche de l’Arre. Au cœur des montagnes s’ouvrent des bassins étroits qui accueillent également quelques bourgs importants : Saint-Étienne-Vallée-Française, Saint-Jean-du-Gard, Sumène ou Valleraugue ont été des centres très actifs en raison de leurs multiples fonctions, administrative, industrielle et commerciale.

Notes

1 Elle s’inscrivait dans le cadre d’un appel d’offres sur les « savoirs naturalistes» diffusé par un organisme ayant pour vocation de développer l’ethnologie de la France, la Mission du patrimoine ethnologique (Dos Santos et Piault dir. 1985).

2 Entretiens réalisés entre 1989 et 1994.

3 Le Figaro, 24 novembre 1994.

4 Un ouvrage à paraître relate cette expérience.

5 Les Chemins de la soie, réalisation L. Bazin et M.-H. Piault, Production Alfised, 1984.

6 Le « groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique » est une formation mise en place dans le courant des années 1980 par le Conseil du patrimoine ethnologique, sous-division de la Direction du patrimoine du ministère de la Culture. Il s’agit d’une structure informelle fédérant divers acteurs du secteur privé et public portant un intérêt particulier au patrimoine.

7 Cette recherche a été soutenue par la Mission du patrimoine ethnologique, dans le cadre d’un programme de recherches sur appel d’offres (voir note 1 supra).

8 Nous ne développerons pas ici les conditions d’élaboration d’un discours identitaire sur et à partir du thème de la production de la soie. C’est le propos d’un ouvrage à paraître qui concerne plus spécifiquement la « relance de la soie ».

9 Pour une réflexion critique sur cette approche, voir Augé 1979 : 125-148.

10 Nous insistons par la mise en italique.

11 Notre italique.

12 Nous insistons sur ce « et ».

13 A. Leroi-Gourhan a critiqué ces travux qui « juxtaposent des informations sans se soumettre au devoir le plus réel de l’ethnologie qui est d’établir les faits en vue de leur assemblage significatif » (1968 : 1820).

14 Selon C. Lévi-Strauss, l’histoire et l’ethnologie se sont longtemps distinguées de deux façons : au niveau des sources puisque l’histoire s’intéressait aux sociétés complexes dont le passé est attesté par des archives tandis que l’ethnologie était concernée par les sociétés dites primitives, « en tout cas sans écriture », et sur le passé desquelles « on est réduit aux conjectures, ce qui incite à restreindre leur étude au temps présent » ; au niveau des faits puisque l’histoire se passionnait pour « les classes dirigeantes, les faits d’arme, les règnes, les traités, les conflits et les alliances » et l’ethnologie pour « la vie populaire, les mœurs, les croyances, les rapports élémentaires que les hommes entretiennent avec le milieu » (1983 : 1217).

15 De ces entreprises, « mues par le souci de l’inventaire », Ch. Bromberger nous brosse un tableau dans son article intitulé : « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France » (in Chiva et Jeggle 1987 : 67-94).

16 La relance séricicole se fonde, en revanche, sur des transformations significatives des procédés et de l’organisation de la production.

17 Excepté le passage du grainage domestique au grainage industriel, comme il est montré plus loin (chapitre III).

18 Pour la réalisation du film, Les Chemins de la soie, les réalisateurs L. Bazin et M.-H. Piault avaient demandé à quelques anciennes fileuses de reprendre leur place devant les bassines du Centre d’aide par le travail « Les Magnans » et de filer la soie. Cette expérience a permis de vérifier que certains savoir-faire incorporés sont réactivés dès lors que leurs détentrices sont mises « en situation » quand bien même elles n’ont plus eu l’occasion de les exercer depuis de nombreuses années.

19 En 1852, plus de soixante départements français produisaient des cocons.

20 Voir sur ce point A. Geitsdoerfer 1976 : 66.

21 Les archives familiales ont été déposées aux Archives départementales du Gard par Germaine Dieterlen, l’ethnologue africaniste connue pour ses travaux sur les Dogons.

22 L’ethnologue R. Cresswell (1967) propose de distinguer des « fonctions manifestes » et des « phénomènes latents ». Par « fonctions manifestes », il entend les limites géographiques que les hommes ayant conscience d’appartenir à un groupe savent parfaitement tracer ; par « phénomènes latents », il signifie les systèmes de production, d’échanges, d’alliance qui dessinent d’autres limites, avec des zones de contacts, de clivage. Pour lui, l’ethnologue doit préalablement à toute recherche s’interroger sur les relations entre fonctions manifestes et phénomènes latents de manière à cerner l’unité d’analyse pertinente.

23 Pour J.-C. Chamboredon, il existerait une véritable homologie entre une unité décrite comme « pays » et fonctionnant comme terme d’identification ou de référence pour les sujets sociaux et la réalité de « divisions rationnelles du sol que l’instinct populaire, devançant la science, aurait depuis longtemps aperçues » (1988 : 5-55).

24 Pour L. Destremx de Saint Christol, président du comice agricole de la chambre d’agriculture d’Alais, on est au centre « des vraies Cévennes », là où « la physionomie du pays devient riante, les mœurs des habitants sont plus douces, l’homme y est plus laborieux ». Plus récemment, J.-N. Pelen évoque à son tour sa « vraie Cévenne » (1987 : 73).

25 Il s’agit du hêtre.

26 C. Lévi-Strauss indique que « le terme de culture est employé pour regrouper un ensemble d’écarts significatifs dont l’expérience prouve que les limites coïncident approximativement » (1958 : 325).

27 L’ethnologue José R. Dos Santos a récemment relancé le débat. Dans une étude consacrée à l’exploration des entités culturelles en Cévennes (1996), il émet l’hypothèse, confirmée par une analyse croisée de matériaux écrits et oraux, que « c’est la culture de la châtaigneraie, les savoirs et savoir-faire autant que le matériel technique lui-même qui, seuls, peuvent [...] rendre compte » de l’entité « Cévennes ».

28 ADG 6 M 691.

29 ADG 3 J 51,1810, Chartrier de Cabiron.

30 Certaines vallées désignées comme cévenoles appartiennent au département de la Lozère.

31 L. Destremx de Saint Christol, président du comice agricole de la chambre d’agriculture d’Alais. Déclaration à l’Académie du Gard.

32 Rappelons que la population protestante, encore majoritaire dans certains secteurs, est toujours autorisée à ensevelir ses morts dans la propriété familiale. À ce propos, on peut faire référence à l’analyse de M. Bloch sur le rôle des paysages chargés d’histoire (1995 : 59-78).

33 « Le pays des Cévennes », Le Pays cévenol, n° 3.

34 Ganges appartient, en effet, au département de l’Hérault.

35 Pour l’ethnologue, son insertion dans un projet de patrimonialisation peut constituer un facteur perturbant lorsqu’il a conscience des risques d’instrumentalisation de sa position. Sa grande proximité avec son objet peut contribuer à l’opacifier, en rendant impossible le « regard éloigné » qui est constitutif de la démarche ethnologique.

36 Je n’entrerai pas dans le débat à propos de la pertinence du découpage proposé par cet auteur.

37 On appelle « serres » ces crêtes allongées et acérées qui séparent les innombrables rivières et torrents qui lacèrent le relief et « valats » les ravins creusés par les torrents. Voir Taillefer, op. cit. : 12.

38 Alais jusqu’en 1927.

39 Cette ville est même devenue récemment « Alès-en-Cévenne » pour marquer davantage son appartenance à l’ensemble cévenol.

Table des illustrations

Légende I. – Recette des cocons dans les Cévennes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende 2. – Gravure de Mallery, extraite de J.-B. Le Tellier, Bref discours contenant la manière de nourrir les vers à soye, 1602.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 3. – Carte du terrain d’enquête (Cévennes gardoise et lozérienne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 445k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540