Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

Remerciements

Texte intégral

1Cette étude n’aurait pu se faire sans le cadre de travail offert par l’association Les Chemins de la soie au sein de laquelle j’ai eu l’opportunité de mener mes recherches pendant plusieurs années tout en coordonnant un programme de valorisation patrimoniale qui associait l’ensemble des acteurs sociaux liés à la production de la soie : anciens et nouveaux sériciculteurs, responsables de l’Association pour le développement de la sériciculture, historiens et ethnologues, conservateurs de musées, agents des collectivités territoriales impliqués dans l’action culturelle et scientifique, chercheurs en biologie et en agronomie, etc. Je suis redevable à la Mission du patrimoine ethnologique d’avoir soutenu l’activité des Chemins de la soie ainsi que mes recherches.

2Je remercie tout particulièrement Christian Jacquelin, ethnologue et conseiller sectoriel à l’ethnologie en Languedoc-Roussillon, pour avoir accompagné mon travail avec une confiance et une amitié jamais démenties ainsi que Marc-Henri Piault qui a partagé mes enthousiasmes et mes découragements pendant toutes ces années.

3Ma gratitude va également à tous ceux et celles qui m’ont apporté leurs témoignages ou qui m’ont confié des documents dont j’ai tiré partie dans cette recherche. Les moments que nous avons partagés sont les souvenirs les plus précieux de cette période.

4C’est à ma famille qu’iront mes derniers remerciements : à Renée Clavairolle, Guy et Amy Soulier. Mais je ne voudrais pas oublier la mémoire de celles qui les ont précédées : Emma, Eva, Élodie, Juliette, Louise, ma grand-mère et mes grands-tantes, qui furent magnanières et fileuses.

5À Gopal, mon fils d’entre-deux-mondes, le pays cévenol et le pays tamoul.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable