Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le magnan et l'arbre d'or

 | 
Françoise Clavairolle

Préface

Jean-Pierre Digard

Texte intégral

1Nos contemporains sont désormais tellement éloignés de toute culture animalière qu’ils tombent des nues quand on leur fait observer que les animaux domestiques ne se limitent pas aux chiens et aux chats. Pour tout dire, les zoologues ne sont guère plus avancés, qui distinguent une vingtaine d’espèces domestiques, oubliant toutes les autres – quelque deux cents – sur lesquelles des humains ont exercé, à un moment ou à un autre de leur histoire, d’une manière ou d’une autre, ne serait-ce qu’en les élevant un tant soit peu, une action de domestication. Si la domestication est, comme l’avait établi le regretté Jacques Barrau, l’action qui consiste, de la part de l’homme, à satisfaire les besoins vitaux d’animaux maintenus en captivité et que ceux-ci ne peuvent donc plus remplir seuls, et si le degré maximal de la domestication est atteint lorsqu’un animal, même libéré, ne peut plus remplir ces fonctions sans l’entremise de l’homme, alors, incontestablement, le plus domestique des animaux est un papillon : le bombyx du mûrier (Bombyx mori). Celui-ci, en effet, n’existe plus à l’état sauvage. Sa courte vie est entièrement vouée à la fonction reproductrice ; ses œufs incubent dans des conditions artificielles de température et d’hygrométrie spécialement créées par l’homme ; sa larve – le « ver à soie » – se nourrit exclusivement d’un végétal cultivé et récolté pour elle par l’homme... Bref, l’espèce Bombyx mori ne doit sa survie qu’à l’intérêt que l’homme porte à la soie naturelle ; qu’il s’en désintéresse, et l’espèce disparaîtra immédiatement ! Telle est la première mais non la seule surprise qui attend le lecteur du livre de Françoise Clavairolle.

2Car, si l’« éducation des vers à soie » a déjà donné lieu à une abondante littérature, c’est d’une littérature technique, pratique, à l’usage des sériciculteurs, qu’il s’agit. Le grand mérite de Françoise Clavairolle est, non seulement d’ajouter à la technologie du ver à soie, mais aussi et surtout de donner à celle-ci toute sa dimension culturelle et sociale, dans un contexte géographique et historique donné : celui du pays cévenol entre 1800 et 1960. En effet, avant 1955, « les Cévennes, c’était la soie » ; à partir de 1955, « les gens sont partis avec la soie ». Derrière ces formules, transparaissent tout à la fois la nostalgie d’une sorte d’« Âge d’or » et le ressentiment encore vif contre cette activité qualifiée de « tue-monde ». Toujours est-il que les cocons représentaient alors la seule source d’argent frais. La chaîne opératoire séricicole - grainage (reproduction), incubation, éclosion, encabanage, nourrissage (sans oublier la culture du mûrier), aération (espacer, déliter, chauffer, ventiler), étouffage, décoconnage... - constituait en quelque sorte la colonne vertébrale de tout un système de représentations - la culture du mûrier alimente une idéologie de la frugalité ; à la différence de la vache produisant passivement son lait ou le mouton sa laine, le magnan « fabrique activement » son fil... - ainsi que d’une organisation sociale de la sériciculture, avec ses fermiers et ses métayers, ses magnaniers, ses quintalliers (spécialistes de la cueillette des précieuses feuilles du mûrier), ses mésadiers (chargés du transport du bois et des feuilles, et du délitage), sans oublier l’« affaire des femmes » par excellence qu’était l’incubation de la « graine » (les œufs) dans des « nouets » maintenus à température constante sous les seins ou les aisselles (Françoise Clavairolle évoque même une « parenté métaphorique » entre l’éducatrice et ses vers à soie). La sériciculture, enfin, irriguait tout un circuit économique, avec ses courtiers et ses marchés aux cocons, avec ses usages spécifiques comme la « vente sans prix » (celui-ci étant fixé rétroactivement à la fin de chaque saison séricicole en fonction des cours), avec ses crises aussi, comme celles que provoquèrent, à différents moments, la concurrence des soies asiatiques puis celle de la fibre de cellulose (rayonne, dite autrefois « soie artificielle ») ou encore les ravages de la « maladie » (pébrine) de 1850 à 1865, date à laquelle Pasteur découvrit le moyen de la combattre.

3Françoise Clavairolle décrit ces multiples « sous-systèmes » (comme aurait dit Marcel Mauss) de l’univers séricicole avec une extrême minutie. Mais, à la différence des classiques « monographies à tiroirs », son travail prend grand soin de ne laisser dans l’ombre aucune des passerelles qui les relient les uns aux autres et qui les constituent en un ensemble intégré. L’exemple le plus éclairant de telles liaisons est sans doute offert par l’étouffage des cocons, dont le caractère de « tâche stratégique » (selon l’expression de Pierre Lemonnier) montre combien il serait absurde et dommageable de traiter séparément des techniques et de l’organisation sociale.

4Pourtant, en dépit de ces faits étroitement « enchâssés » et à forte spécificité, Françoise Clavairolle repousse l’hypothèse de l’existence d’un lien consubstantiel entre activité séricicole et culture cévenole, comme elle écarte l’idée selon laquelle la société cévenole aurait développé, avec la sériciculture, un « système domesticatoire » original par rapport à ceux mis en œuvre dans d’autres sociétés séricicoles, asiatiques notamment. Ces scrupules anticulturalistes paraissent quelque peu exagérés, dans la mesure où ils ferment la voie à une exploration plus poussée. Il ne fait pas de doute, en effet, que la sériciculture correspond bien à un système domesticatoire, et – qui plus est – à un système domesticatoire très particulier, fondé sur l’exploitation d’une seule espèce, à finalité unique, ainsi que sur la combinaison, paradoxale en apparence, d’éléments d’instrumentalisation extrême de l’animal et d’éléments d’une prise en charge soutenue, confinant au maternage... Françoise Clavairolle laisse donc en suspens des questions passionnantes et difficiles. Du moins a-t-elle su les faire émerger, livrant ainsi un ouvrage d’anthropologie au sens plein du terme. Voilà une raison supplémentaire, peut-être même la principale, de recommander la lecture de son livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540