Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

III. La fabrique des paysages

16. Enquête sur un étrange succès : l’analyse paysagère dans le massif de Belledonne

Josette Debroux

Texte intégral

15. Le massif de Belledonne

1Le massif de Belledonne qui s’étage de 450 à 2 978 mètres domine la vallée du Grésivaudan et s’étire sur 70 km, de Grenoble à Chambéry. Il se caractérise par l’étagement d’unités paysagères bien individualisées. Une forêt de feuillus recouvre les premiers contreforts. L’espace agricole et l’espace résidentiel se situent dans la zone immédiatement supérieure appelée le « balcon ». Une forêt de résineux marque la limite entre la zone habitée et la haute montagne. Ce massif compte 22 communes et environ 13 400 habitants. Bien qu’en net recul, l’activité agricole reste dominante. Elle se caractérise par une longue tradition de double activité. Depuis la fin du xixe siècle, les paysans ouvriers, paysans sur le massif et ouvriers dans la vallée, représentent une part importante de la population agricole. Cette proximité du marché du travail urbain, du fait de la possibilité des migrations saisonnières, a limité l’exode rural. Cette agriculture de polyculture-élevage, qualifiée de marginale, serait menacée par les problèmes d’emplois de la vallée.

2Outre les activités agricoles et sylvicoles, il existe une activité touristique importante, due à la présence de trois stations de ski. Deux d’entre elles ont été créées à l’initiative de la ville de Grenoble et du département de l’Isère. La population du massif a augmenté de façon considérable entre 1968 et 1982 (plus de 20 %) avec des différences importantes selon les communes. C’est la partie sud du massif, la plus proche de Grenoble qui a connu la plus forte expansion de population.

3De zone marginale, peu convoitée, le massif de Belledonne proche de l’agglomération grenobloise est devenu l’objet d’intérêts divers à partir des années 1970 : projets d’aménagement touristique, projets de développement, projets de « protection », souvent d’origine exogène, se multiplient. Nombre d’exploitations de cette zone se trouvent sans successeur. Le recul de l’activité agricole, jusqu’alors dominante, favorise le développement de stratégies diverses pour assurer le contrôle du territoire. Le marché foncier lié à la construction immobilière prend de l’ampleur avec un volume de transactions variable selon les communes.

  • 1 Telle que la pratique une des divisions du cemagref (Centre d’études du machinisme agricole, du gé (...)

4Ceux que leur position autorise à parler et à être écoutés, et qui, pour diverses raisons, s’intéressent à cet espace, évoquent, sur le mode de la dramatisation, l’extension des friches. Ils rendent du même coup cette situation particulière digne d’attention. Ils construisent le problème et le légitiment comme tel. Pour le résoudre la réalisation d’une analyse paysagère est préconisée, présentée comme un passage obligé1.

5Or une étude paysagère a déjà été réalisée dans ce massif en 1977 par le cetegref de Grenoble (Centre d’études techniques du génie rural des eaux et forêts), à la demande de la mission de l’Environnement rural et urbain du ministère de la Culture, dans le cadre d’un projet de protection sur la partie haute du massif. Mais cette étude n’a eu localement aucun impact : rares sont ceux qui aujourd’hui en connaissent l’existence. Pourtant, depuis environ trois ans, on assiste, un peu partout, à une multiplication de ce type d’analyse. Mais comment expliquer le succès, l’unanimité que ces analyses semblent maintenant rencontrer, alors que les positions locales en matière de gestion de l’espace semblent diverses et contradictoires ?

6Ce succès est-il un leurre ? L’analyse paysagère peut-elle résoudre efficacement les conflits locaux ? Quelle est la véritable nature du consensus qu’elle provoque ?

Le thème des friches et ses multiples usages

  • 2 Le nombre de communes situées dans le massif varie selon les interlocuteurs.

7Le problème des friches n’est pas apparu ex nihilo. La plupart des études préparatoires aux différents projets de développement qui concernent le massif depuis 1973 présentent le développement des friches comme une menace permanente. Pourtant, à notre connaissance et malgré la prégnance de la représentation d’un massif qui « s’enfriche », il n’existe aucune évaluation statistique du phénomène dans ce massif dont les limites sont floues2. Certes la catégorie « friches » figure dans le cadastre, mais ce dernier ne rend pas compte de l’état effectif des parcelles : pour des raisons de recettes fiscales, les maires peuvent refuser de classer certaines parcelles en « friches ».

8L’importance accordée au phénomène dépend en fait de la définition implicite de la friche. Or cette définition varie selon les catégories de perception des interlocuteurs. Ainsi tel agriculteur qualifiera de friche un champ de blé dans lequel poussent des chardons et des églantiers, tel autre désignera un pré pâturé mais parsemé de ronces, etc. On a donc toutes les raisons de penser que les contenus du terme friche diffèrent considérablement. Par ailleurs, parce que le classement d’une parcelle est aussi un classement social de l’individu qui la possède ou qui l’exploite, d’autres critères se mêlent au critère « objectif » d’enfrichement dans les recensements réalisés.

  • 3 « Personne n’aime la friche », affirme de façon péremptoire un interlocuteur à qui l’on demandait (...)
  • 4 Nous n’avons retenu pour cet article que des éléments d’analyse des discours de porte-parole agric (...)
  • 5 Nous n’avons retenu ici que le discours d’agents qui ont des positions de pouvoir. Ils ne constitu (...)

9En fait, la saisie « objective » du phénomène paraît secondaire chez les personnes rencontrées qui n’en ont qu’une appréhension empirique. De toute façon, ce qui est important pour elles n’est pas de quantifier le plus objectivement possible un phénomène dont elles connaissent la connotation négative3, mais de mettre en avant ce problème pour parler d’autre chose. C’est ce qui ressort en effet de l’analyse des discours des différents interlocuteurs concernés4, et de la façon particulière dont chacun use du thème des friches5.

  • 6 Nous nous appuyons ici sur les discours de porte-parole agricoles.

10S’appropriant, dans leur discours, les rôles de peuplement du territoire et d’entretien de l’espace dévolus aux agriculteurs des zones de montagne transformes en « jardiniers de la nature », les porte-parole des agriculteurs6 mettent en avant le problème des friches pour attirer l’attention sur leur situation. En fait, eux-mêmes sont agriculteurs à temps plein et exploitent des surfaces importantes ; ils sont donc finalement peu représentatifs de ceux dont ils sont les porte-parole. La question de l’entretien de l’espace leur permet de revendiquer, au nom de l’intérêt général et non d’un intérêt individuel et corporatiste toujours suspect, des dispositions favorisant leur situation.

11Ainsi, arguant de leur connaissance incorporée du site, ils affirment être plus à même d’entretenir l’espace que d’autres utilisateurs du foncier agricole de plus en plus nombreux dans le massif et qui, eux, « ne nettoient pas ». Ils désignent par là leurs principaux concurrents (bouchers, éleveurs de chevaux souvent extérieurs au massif) qui, offrant des loyers élevés, ravissent aux agriculteurs locaux les parcelles jugées les plus belles, augmentant de fait la pression sur le marché foncier agricole.

12Ils posent également le problème des locations verbales, de l’absence de bail (« on ne peut pas bien entretenir des terres qu’on n’est pas sûr d’avoir l’année d’après »), et suggèrent d’exonérer de l’impôt foncier les propriétaires qui louent leurs terres à un agriculteur. Ce qui se profile en fait dans ces revendications, ce sont les stratégies foncières d’agriculteurs qui ont un avenir et cherchent à étendre leur exploitation.

  • 7 L’analyse porte sur le discours du directeur de la Fédération des alpages.

13De son côté, après avoir dressé un tableau très sombre de la situation locale, l’ingénieur d’un groupement de pastoralistes7 voit dans l’élevage la solution aux problèmes de friches de cette zone en déprise agricole. Ce nouveau problème social qu’est devenu aujourd’hui « l’entretien de l’espace » est utilisé par les pastoralistes comme un moyen d’acquérir une légitimité, de revaloriser leur image et leur position sociale dans le champ de la production agricole. A un moment où les alpages tendent à être saturés, les « terres en friche » de moyenne altitude constituent une nouvelle ressource spatiale.

14Pour les élus locaux, l’usage du thème des friches dépend pour une part de la situation de leur commune. Ainsi, pour le maire d’une commune qui tend à devenir résidentielle, soulever le problème des « friches » sert à démontrer l’incapacité des agriculteurs à « entretenir l’espace ». Prévoyant (et souhaitant) leur fin prochaine, il envisage la mise en place d’un mode collectif de gestion de l’espace, cherche à encourager la construction dans les zones déjà urbanisées (la maison contre la « friche »), et cela au nom de l’esthétique des « nouveaux habitants ». Les discours de réhabilitation symbolique des paysans, dans lesquels on les invite à être partie prenante du jeu social, alternent avec des discours où on les convie à faire le deuil de l’impossible.

15En revanche, pour le maire d’une commune plus éloignée de l’agglomération grenobloise, et dont la population est essentiellement agricole, la mise en avant des friches sert à montrer le rôle primordial joué par les agriculteurs et la nécessité de les maintenir en activité.

16Enfin, pour le représentant d’une association de communes périurbaines de Grenoble, insister sur les problèmes paysagers de Belledonne constitue une manière d’affirmer que le développement du massif, la résolution de ses « problèmes », passent par la politique globale appliquée aux communes périurbaines. C’est une façon de dire à ceux qui ont cherché à constituer une entité Belledonne (projet qui a entraîné 22 communes hors de l’association de communes périurbaines) qu’ils ont échoué.

17Ces quelques exemples montrent bien que la même représentation d’un espace qui s’enfriche peut masquer des intérêts divers et contradictoires, sans que ces contradictions soient pour autant explicitées.

  • 8 Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts, le cemagref est un Eta (...)

18Dès lors comment expliquer que l’analyse paysagère telle que la pratique le cemagref8 soit présentée, de façon unanime, comme le meilleur moyen de résoudre le problème des friches ?

L’analyse paysagère comme stratégie d’intervention

  • 9 Colloque du Salon de l’aménagement de la montagne, articles dans les revues, Les élus de la montag (...)

19Si l’analyse paysagère est souvent spontanément considérée comme le meilleur moyen de résoudre les problèmes paysagers, cela ne procède pas du hasard mais résulte de l’important travail de diffusion et d’explication de cette méthode d’analyse réalisé au moyen de conférences ou d’articles de presse, non seulement auprès du grand public, mais aussi et surtout auprès de décideurs9. De l’analyse paysagère, nos interlocuteurs n’ont pas toujours une connaissance précise, mais chacun en met en avant un aspect particulier. Certains sont séduits par les paysages proposés : « Le cemagref est dans la vérité, le sens où il faut qu’on aille (...). Les paysages qu’il propose reviendraient à ce que la nature fait toute seule. » (Ingénieur de l’Office national des forêts.) D’autres évoquent les idées que donne cette approche en matière d’aménagement paysager. D’autres encore insistent sur la dimension prospective qui facilite l’intervention.

20Cet intérêt multiforme porté à l’analyse paysagère trouve en fait son origine dans l’argumentaire développé par les promoteurs de cette méthode de travail pour la présenter et la justifier. C’est à cette « rhétorique paysagère » que nous allons maintenant nous attacher.

La rhétorique paysagère

21L’analyse paysagère est avant tout présentée comme

« un outil qui doit aider les décideurs grâce à son éclairage particulier, à son effort de synthèse, à sa présentation imagée et à sa prise en considération des données relatives aux perceptions ». (cetegref 1977 : fasc. 1, 23.)

  • 10 Nous reprenons ici des éléments d’un entretien réalisé auprès d’un des instigateurs de l’étude pay (...)

22L’analyse paysagère est, d’emblée, qualifiée de très complexe par ses promoteurs10. Dans une première phase, elle met en évidence le paysage « objectif », cerné « par des méthodes scientifiques ». Ce paysage objectif est représenté par « des petits schémas, pour simplifier, pour que tout le monde comprenne bien ». Différents scénarios d’évolution sont simulés. Dans une seconde phase, « se situant d’un point de vue subjectif » la « méthode d’analyse » permet de construire le « type de paysage souhaité, sa traduction en terme d’aménagement paysager », et propose les moyens d’y parvenir.

23A notre connaissance, il n’existe pas de plaquette résumant la démarche. La façon de faire varie bien sûr en fonction des « demandes » et de l’intérêt local porté à l’analyse.

  • 11 Nous nous appuyons ici sur un entretien réalisé auprès de ses producteurs et sur leurs publication (...)

24En fait ce qui frappe dans le discours de présentation de l’analyse paysagère, c’est le ton et le mélange des genres11. C’est en effet sous forme de dramatisation que le thème des paysages est abordé. D’emblée nos interlocuteurs parlent de « disparition des paysages », phénomène associé sans transition à la disparition de la biosphère, de la nature, des espèces vivantes, etc. Ces paysages, « hérités d’un siècle d’agriculture en milieu rural », qui étaient « écologiques », disparaissent. Ils « ont basculé avec l’ère industrielle ».

25De fait, les promoteurs de l’analyse paysagère inscrivent leur démarche dans celle de la protection de la nature. La protection des paysages constituant un problème public, elle va bien au-delà des intérêts privés : « On a le sentiment de se battre contre quelque chose de très important. »

26A ces références écologiques se mêlent des jugements esthétiques : les paysages sont « moches », « brouillés », etc.

  • 12 Cf. Fabiani 1985, pp. 75-90. Cette parenté de présentation s’explique par la présence d’ingénieurs (...)

27Ce type de présentation qui n’est pas sans rappeler celui de l’écologie savante12, reprend un certain nombre d’évidences du discours social qui en garantissent la véracité et force l’adhésion.

28Outre l’explication écologique, un argument d’une autre nature est avancé pour justifier l’intérêt porté aux paysages : la « demande urbaine ». L’analyse paysagère a pour finalité de répondre à la « demande urbaine ». Mais cette demande urbaine se révèle floue : « c’est une demande qui n’est pas forcément exprimée. » Autrement dit, les producteurs de l’analyse paysagère construisent cette demande, la signifient, lui prêtent une voix et y répondent.

29Le paysage devient dès lors un bien économique, à modeler selon la demande des utilisateurs. Il s’agit de « valoriser », « d’exalter » le paysage. L’argumentation oscille alors entre l’esthétique comme valeur pure, désintéressée, l’utilitaire et l’humanisme : le regard paysager aurait un effet salvateur, il pourrait donner des raisons d’exister socialement à des individus (en l’occurrence des agriculteurs) qui, économiquement, n’en n’ont plus.

30Ce mélange des genres permet finalement de cristalliser de multiples intérêts. D’une certaine façon, chacun peut y trouver son compte.

  • 13 Ce concept est emprunté à Maldidier et Boltanski 1969.

31Par ailleurs, nombre d’éléments de cette méthode d’analyse sont puisés dans la culture scientifique13 de diverses disciplines : écologie, physiologie de l’œil, travaux américains sur les mécanismes de la perception, etc. Le discours est émaillé de termes savants qui garantissent la fidélité au discours scientifique. Car le discours savant fonctionne comme un instrument de distanciation, il déconcerte et désarme.

32Ainsi, les logiques qui peuvent intervenir entre l’objet et sa représentation, les modèles utilisés pour la description, la sélection subjective des composantes visuelles, sont occultés dans l’analyse paysagère. Si le rapport subjectif à l’objet est soulevé (« quand je prends en compte la dimension perceptive (...) c’est plus une science exacte »), c’est pour être rejeté en partie :

les travaux scientifiques des dernières années prouvent que l’émotion ressentie face à un paysage repose pour partie sur l’organisation de données objectives propres à la structure de l’appareillage sensoriel humain. Ce sont autant de données concrètes sur lesquelles il est possible d’appuyer des propositions de valorisation d’un paysage. (Dupuis, Fichesser et Gadrat 1989.)

33En fait, dans la construction de cet outil, le recours à la « science » semble avoir eu pour fonction de rationaliser a posteriori des choix éthiques et esthétiques. La scientifisation de ce discours avant tout esthétique trouve son origine dans la pression exercée par le groupe des pairs. L’analyse paysagère doit répondre aux exigences de l’organisme auquel est rattachée cette équipe, elle doit aussi légitimer la pratique de ceux qui désirent intervenir dans la gestion de l’espace.

Des projets négociés

34De fait, la présentation de l’analyse paysagère séduit, elle est imagée, facile d’accès. Le recours aux métaphores, aux petits schémas permettent de rassurer élus, décideurs et techniciens, la scientificité se trouvant traduite dans leur propre langage. Ils sont rapidement familiarisés avec cet outil sans toutefois en acquérir la maîtrise pratique. Localement, les projets en matière d’aménagement paysager sont discutés avec les demandeurs. Les différentes positions sont examinées « dans un jeu démocratique, chacun s’exprime ».

35L’imposition arbitraire est dénoncée, « nous, on n’impose rien », ce qui n’exclut pas le recours aux « techniques douces » de pouvoir. Ainsi, l’analyse paysagère, qui repose en grande partie sur la dimension prospective, présente des « simulations d’évolution », tendant à décrire un futur présenté, du même coup, comme inéluctable. Ce discours prospectif s’avère d’autant plus efficace qu’il reprend un certain nombre d’éléments de la rhétorique savante attestant sa scientificité. Cette dimension prospective a un usage tactique évident : le scénario pessimiste (qui correspond à l’absence d’intervention) conduit selon un schéma évolutionniste et linéaire à des déséquilibres paysagers désagréables pour le regard et qui surtout peuvent remettre en cause la vie même dans ses espaces.

36Ainsi, bien que le projet paysager soit soumis à la « société locale », les normes esthétiques diffusées à travers ces projets conduisent à accepter l’idée d’une hiérarchie culturelle, à reconnaître le droit de certaines personnes, habilitées par leur « culture », à juger de ce qu’est un « paysage de qualité ». Il s’agit, en somme, d’une situation de violence symbolique : d’un côté des individus légitiment leur intervention au nom de la science, de l’autre, d’autres individus, relativement démunis, ne peuvent qu’accueillir avec révérence ce qui apparaît comme de la « culture visuelle ». A Belledonne, les résultats de l’analyse paysagère, qui ont imposé l’idée de maintenir un « espace ouvert », ont fait l’unanimité.

La résolution des conflits locaux : un leurre ?

37La réalisation de « projets paysagers » semble inévitablement source de conflits. Si tous les acteurs concernés, ou presque, communient dans la préservation ou la création d’un « paysage de qualité », dans le maintien d’un « espace ouvert », c’est que chacun pense pouvoir y jouer un rôle. Ainsi la persistance d’un « espace ouvert » correspond au souhait des agents de l’encadrement qui pourront y installer des agriculteurs, mais également à celui des techniciens du groupement des transhumants, à qui l’on fera appel pour la création d’associations foncières pastorales (procédures qui permettent le regroupement des terres), dont ils auront la maîtrise, etc.

38Si le « paysage de qualité » est un paysage cultivé, il n’est pas nécessairement un espace de production. Les cultures peuvent avoir pour seule finalité la production « du beau » défini par des « experts ». La substitution de l’expression « espace ouvert » à celle d’« espace agricole » ne procède pas du hasard, mais représente une manière de dire qu’un espace qui n’est ni forestier ni bâti, n’est plus forcément pour autant un espace de production agricole.

39Si les porte-parole des agriculteurs tentent de voir dans le rôle de jardinier de la nature une voie de promotion symbolique et de reconnaissance sociale, l’appropriation par l’ensemble de la profession de ce discours sur la nécessité « d’avoir de beaux paysages », « d’entretenir l’espace » passe par une négociation de sens. Entretenir pour « entretenir » n’est pas recevable. « L’entretien » doit avoir une fonction sociale, au-delà de la simple mise en valeur esthétique.

40Cette idée d’espace ouvert peut conduire à la prise de mesures diverses et combiner des intérêts polymorphes. De ce fait, elle peut être soutenue à la fois par ceux qui cherchent, consciemment ou non, à susciter « la résignation démobilisée » en invoquant les transformations économiques et politiques (« franchement l’agriculture ici c’est cuit »), et par ceux qui défendent l’idée d’un avenir agricole possible, « en adaptant les modèles de production à la situation locale ».

41Si l’analyse paysagère ne tranche pas dans les moyens d’obtenir « un paysage de qualité », si elle évite de poser les obligations et les devoirs qui pèsent sur des catégories précises, elle légitime, par sa scientifiche affichée, l’action de ceux qui cherchent à intervenir dans la gestion de l’espace. Ses objectifs, par leur caractère consensuel, « maintien ou création d’un paysage de qualité », d’un « espace ouvert », permettent d’intervenir sur un objet qui l’est moins : le foncier. Et cela se fait dès lors au nom de l’intérêt général, de la volonté commune, masquant de fait les intérêts catégoriels sous-jacents.

Références bibliographiques

42Dupuis, M., Fichesser, B., Gadrat, B., 1989, Le paysage du Vercors. Premières propositions pour un programme de pratiques agricoles au service de l’entretien du paysage, cemagref, pnr du Vercors.

43Fabiani, J.-L., 1985, « Science des écosystèmes et protection de la nature », in Cadoret, A. (dir.), Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan.

44Maldinier, P., Boltanski, L., 1969, La vulgarisation scientifique et ses agents, Paris, cse.

45Le paysage de montagne, présentation, l’étude paysagère, l’analyse des perceptions, 1977, cetegref, Groupement de Grenoble, Division Protection de la Nature.

Notes

1 Telle que la pratique une des divisions du cemagref (Centre d’études du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts) de Grenoble.

2 Le nombre de communes situées dans le massif varie selon les interlocuteurs.

3 « Personne n’aime la friche », affirme de façon péremptoire un interlocuteur à qui l’on demandait ce qui le gênait dans la friche.

4 Nous n’avons retenu pour cet article que des éléments d’analyse des discours de porte-parole agricoles, d’un salarié de la Fédération des alpages, d’un responsable d’un groupement de communes périurbaines, de deux maires.

5 Nous n’avons retenu ici que le discours d’agents qui ont des positions de pouvoir. Ils ne constituent pas, bien sûr, l’ensemble des positions de ceux qu’ils représentent.

6 Nous nous appuyons ici sur les discours de porte-parole agricoles.

7 L’analyse porte sur le discours du directeur de la Fédération des alpages.

8 Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts, le cemagref est un Etablissement public à caractère scientifique et technologique sous la tutelle des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agriculture et de la Pêche. Il se présente comme « un organisme de recherche dans les domaines de l’eau, de l’équipement pour l’agriculture et l’agro-alimentaire, de l’aménagement et de la mise en valeur du milieu rural et des ressources naturelles. En contact permanent avec les agents économiques et les collectivités locales, il cherche à constituer des outils adaptés dans différents secteurs d’activité : eau, hydraulique agricole, qualité des eaux, risques naturels et technologiques, montagne et zones défavorisées, forêts, machinisme et équipement agricoles, équipement des industries agro-alimentaires, production et économie agricoles ». Présentation extraite d’Études n° 5, cemagref.

9 Colloque du Salon de l’aménagement de la montagne, articles dans les revues, Les élus de la montagne, Pour la montagne, conférences publiques dans des communes, etc.

10 Nous reprenons ici des éléments d’un entretien réalisé auprès d’un des instigateurs de l’étude paysagère.

11 Nous nous appuyons ici sur un entretien réalisé auprès de ses producteurs et sur leurs publications.

12 Cf. Fabiani 1985, pp. 75-90. Cette parenté de présentation s’explique par la présence d’ingénieurs écologues au sein de l’organisme producteur de l’analyse paysagère, dont l’un compta parmi les premiers à s’occuper officiellement de protection de la nature.

13 Ce concept est emprunté à Maldidier et Boltanski 1969.

Table des illustrations

Légende 15. Le massif de Belledonne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

Auteur

Maître de conférences, Université Lumière, Lyon ii

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable