Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'action culturelle allemande en Chine

 | 
Françoise Kreissler

III. Annexes

Annexe 5. Un jugement français sur la présence allemande en Chine

(E. Vincent, 1914, L’influence française en Chine et les entreprises allemandes : Nécessité de créer en Chine une Faculté française de médecine, Lyon A. Rey : 11-13.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Allemands travaillent avec ténacité et à coups de marks et de soldats à conquérir, en Chine, une large place, ils nous suivent pas à pas pour profiter de nos labeurs séculaires, dans toutes les branches de la civilisation. Eux, les derniers débarqués par un acte de force brutale, aspirent à devenir les premiers en tout et partout. En 1897, les troupes de l’empereur Guillaume occupèrent la baie de Kiao-tchéou dans le Chan-tong (pays d’origine de la soie jaune et aussi du sage Confucius), pour tirer vengeance du meurtre de deux missionnaires allemands. Elles arrachèrent par la force un terrain de protectorat, en location prétendue pour quatre-vingt-dix-neuf ans, avec Tsing-tao comme capitale et une zone d’influence de 50 kilomètres à la ronde. Il fut stipulé que la Chine perdrait le droit d’entreprendre quoi que ce fût, dans cette zone, sans le consentement de l’Allemagne.

Les Teutons se mirent aussitôt à faire de Tsing-tao une ville importante des rues furent taillées dans le roc,...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540