Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

III. La fabrique des paysages

15. Un village se penche sur son paysage

Jacques Cloarec

Texte intégral

14. Un village de la Cévenne ardéchoise

1Un village proche de Ribes : architecture comme lui par l’étagement des terrasses de grès, par les alignements des ceps de vigne ou des arbres fruitiers, il est couronné par les anciennes châtaigneraies colonisées par les pins. (Photo J. Cloarec, février 1990.)

Carte postale

2A une dizaine de kilomètres du bourg de Joyeuse, chef-lieu de canton, le petit village de Ribes étend ses terrasses de vignes à l’abri d’une barre de collines escarpées et boisées de pins maritimes appelées « Serres », jusqu’au bord des falaises gréseuses qui surplombent la Baume, rivière affluente de l’Ardèche.

  • 1 Cévenne ardéchoise ou Vivarais cévenol, selon que l’on met l’accent sur les spécificités éco-géogr (...)

3Il ressemble à beaucoup d’autres de ces villages des vallées de la Cévenne ardéchoise1 : le chef-lieu, serré autour de l’église et de la mairie, est généralement situé à mi-pente, sur un replat de terrain, dominé par les espaces boisés. Au-dessous s’étendent les terres cultivées en terrasses, appelées ici des « faïsses », retenues par des murettes en pierre sèche qui s’étagent, tel un immense escalier parfois très pentu, jusqu’au fond de la vallée. Celle-ci est le plus souvent parcourue par un torrent dont une route épouse le cours sinueux. Manque à ce portrait paysager d’un village de l’Ardèche méridionale sa dimension climatique : printemps précoces et soudains ; chaleur ardente et chants des cigales en été. A l’automne, orages violents qui transforment en un instant le filet d’un ruisseau en torrent tumultueux ; hivers dont les habitants vantent la douceur, et dont témoigne la présence des oliviers, mais qui peuvent être parfois très rigoureux, faisant geler les mimosas en pleine floraison. Au total, un pays de violents contrastes climatiques.

  • 2 La recherche d’où est tirée cette étude de cas, a été réalisée en collaboration avec Martin de la (...)
  • 3 Nous distinguerons ici acteurs « informels » (les habitants, agriculteurs ou non, résidents perman (...)
  • 4 Les notions écrites en italiques dans cet article, ont été élaborées et définies à l’occasion et p (...)

4Ce village, nous l’avons fréquenté régulièrement pendant deux années2, pour observer les différentes étapes d’élaboration et de mise en place d’une procédure de zppau sur la commune. Nous voulions tester l’hypothèse que les différents acteurs du paysage3 portent sur celui-ci un regard différent, selon qu’ils contribuent à le produire, à le « consommer », ou à le gérer. Ces lectures sociales différenciées, empruntant à des schèmes relevant d’une culture paysagère, produisent et reproduisent autant d’images paysagères stéréotypées, que nous appelons images sociales de paysages. Images sociales qui sont porteuses des valeurs éthiques ou esthétiques attribuées au paysage par les différentes catégories d’acteurs4. Peuvent s’y ajouter différents facteurs contribuant à la valorisation du site. Ceux-ci, bien que ne concernant pas dans le cas présent le paysage, participent indirectement à sa promotion : le village compte en effet deux éléments architecturaux (le chevet roman de l’église et une cheminée sarrazine) inscrits à l’inventaire des monuments historiques. L’ensemble des qualités réelles ou supposées qui lui sont ainsi attribuées confère à ce village une petite notoriété locale vantée dans les brochures et dépliants réalisés pour attirer les visiteurs, et dont les édiles tentent de retirer quelque avantage économique pour la commune et ses habitants.

Les contraintes de la notoriété

5Une pression s’exerce ainsi sur le village qui revêt plusieurs formes : intense fréquentation estivale qui perturbe les rythmes ordinaires de la vie du village ; développement d’activités de services et de commerce uniquement orientées vers la satisfaction des demandes d’accueil temporaire et des besoins qui leur sont liés.

  • 5 en particulier la loi de 1930 et les dispositions qui prévoient la soumission à autorisation préal (...)
  • 6 Le fichier biceps, dont les données pour l’Ardèche nous ont été aimablement communiquées par la di (...)

6Par ailleurs, les dispositions législatives et réglementaires attachées au « classement » ou à « l’inscription » des monuments historiques5, ont eu l’avantage de permettre la préservation en l’état de nombreux sites ou monuments classés ou inscrits6. Elles ont eu en particulier pour effet de préserver l’homogénéité architecturale des villages concernés, sur laquelle repose en grande partie leur qualité paysagère. En revanche ces règles peuvent se révéler d’une rigidité aveugle : à Ribes par exemple, les périmètres des deux cercles de protection englobent la quasi-totalité des hameaux formant le village, repoussant très à l’écart les zones éventuellement constructibles.

7Ce gel des possibilités de construction freine l’évolution urbanistique du village, que celle-ci soit spontanée ou concertée. Or le maire reçoit bon an mal an depuis plusieurs années, trois à cinq demandes de permis de construire sur la commune.

8Cet enchaînement finit par créer un cercle vicieux qui contraint les habitants et leurs élus à choisir entre deux risques : renoncer aux avantages économiques directs et indirects que peuvent apporter l’installation de nouveaux habitants et la fréquentation touristique, en freinant les capacités d’accueil ; ou à l’inverse, perdre la maîtrise de la gestion de leur commune, et voir se dégrader ce qui fait l’attraction du site et, in fine voir fuir les touristes. Le maire n’entend pas rester prisonnier de ces difficultés :

Notre volonté n’est pas de conserver Ribes comme un village musée, de le figer comme il était il y a cinquante ans. Il faut qu’il se développe, on ne peut pas laisser vieillir la population, et puis s’il n’y avait plus que des résidents secondaires, je ne sais pas ce que deviendrait Ribes. On est obligé d’accepter que des gens nouveaux arrivent, donc construisent et s’installent, pour qu’il y ait une activité économique, dont les campings par exemple font partie. Mais il faut faire en sorte que ça se fasse harmonieusement.

  • 7 « Conseil pour l’architecture, l’urbanisme et l’environnement » (caue) du département, dont le siè (...)
  • 8 Zone de protection du patrimoine architectural et urbain, sigle devenu en 1993 zppaup, ajoutant le (...)

9A la recherche d’instruments de maîtrise, il s’est d’abord tourné vers le caue7 de Privas. Cette instance a donné quelques conseils à caractère technique, diffusables aux candidats à la construction ou aux habitants désirant réaliser des travaux sur leur maison (réfection d’une toiture, des enduits sur les murs, etc.). Consultable à la mairie, une palette des couleurs recommandées pour les enduits a été mise au point. La population a été également informée de la tenue par le caue de permanences mensuelles au chef-lieu de canton, ainsi que de la possibilité de recevoir un conseil architectural individuel et gratuit. Au cours de cette intervention le caue rappela également au maire l’existence d’une autre procédure, celle de la zppau8, déjà utilisée par plusieurs communes du sud de l’Ardèche. Après consultation de l’inspecteur des sites, le maire soumet le projet à la commission d’urbanisme du conseil municipal et le rend public par une lettre adressée aux habitants de sa commune.

A chacun son paysage ou le paysage selon ses usagers

  • 9 Les coopératives, viticoles en particulier, ont édité des étiquettes pour les bouteilles de vin, r (...)

10Les agriculteurs, pour la plupart viticulteurs et producteurs de fruits, lisent dans le paysage où ils vivent le fruit de leur travail : un territoire agricole bien tenu, les terrasses entretenues, les vignes et les arbres soignés. Cette image paysagère est le reflet précis de leur capacité, ou au contraire de leurs difficultés, à maintenir leur territoire en état de produire. A ce titre, le paysage agit comme marqueur. Reflet de l’identité collective et de la mémoire villageoise, cette image paysagère leur est aussi renvoyée de l’extérieur, magnifiée sous de multiples formes, par autant de « mises en images » flatteuses de leur village. Les agriculteurs ne manquent d’ailleurs pas cette opportunité d’utiliser le paysage comme « label » pour valoriser leur activité : dans la publicité faite par les coopératives locales, les produits (châtaignes, fromages de chèvre ou vins de pays en particulier) sont associés aux paysages de leur lieu de production comme « garantie » de leur qualité9.

  • 10 Les candidats actuels à l’installation à Ribes, s’orientent vers la construction d’une maison neuv (...)

11Les habitants non agriculteurs sont artisans, commerçants, salariés employés dans la région, ou bien retraités. Ces derniers, qu’ils soient originaires ou non du village, sont venus s’y installer au moment de leur retraite, souvent après l’avoir fréquenté plusieurs années à l’occasion de séjours de vacances. Quelle que soit leur profession, un certain nombre de ces habitants ont élu ce paysage comme l’un des éléments importants de leur cadre de vie. En choisissant de venir l’habiter, soit par l’acquisition d’une maison ancienne, soit dans la période plus récente, en achetant un terrain pour « faire construire10 », ils ont aussi fait le choix ou le pari de se fondre dans la communauté villageoise.

12Les résidents secondaires ont élu le village et son paysage comme second lieu de vie. Ils adoptent, le temps de séjours plus ou moins longs, le mode de vie supposé ou transposé des habitants permanents du village. Ces séjours, qui contrastent avec leur cadre et mode de vie habituel, leur procurent le plaisir du « dépaysement », terme tout à la fois familier et étrange.

13Les touristes, enfin, installent en été leurs pénates pour quelques jours ou quelques semaines. Les plus nombreux campent sur l’un des trois campings de la commune, quelques familles louent un gîte rural ou une chambre chez l’habitant. Ils viennent principalement de la région Nord-Pas-de-Calais, de Belgique, des Pays-Bas ou de la région parisienne. Ce paysage est désigné comme « lieu idéal pour les vacances » quelle que soit la manière dont celles-ci se déroulent. Certains privilégient le « cadre naturel » ou les « qualités environnementales » : soleil, eaux vives, forêt, montagne, espaces « sauvages », réunis en un même lieu. D’autres, séduits à la vue des terroirs bien entretenus qui subsistent, consomment les « produits du terroir » et veulent lire dans le paysage les vestiges d’une vie rurale en voie de disparition. D’autres encore recherchent plutôt « le contact » avec les gens du lieu et tentent, le temps des vacances d’été, de se mêler à la sociabilité locale.

La ZPPAU ou les vertus démocratiques d’une procédure administrative

  • 11 Collectif d’études de sociologie et d’économie rurale (ceser-Urbanistes associés) dont le siège es (...)

14La procédure a débuté par une étude préliminaire, consistant en une analyse des « qualités architecturales et paysagères » de la commune. Celle-ci a été confiée à un bureau d’études de Privas, le ceser11. Les travaux se sont poursuivis de l’hiver 89-90 au printemps 1991, ponctués de réunions de concertation entre le maire, son adjointe à la commission d’urbanisme, l’architecte des bâtiments de France (abf), l’inspecteur des sites, un représentant du service des permis de construire de la direction départementale de l’Équipement (dde) et la chargée d’études du projet. Cette phase une fois achevée en mars 1991, il fut décidé, à la demande du maire, d’en présenter les résultats après la saison d’été et les vendanges à la population, et, à cette occasion, de faire discuter les principes d’un « cahier de prescriptions et de recommandations », sorte de charte de la zppau. L’objectif premier était, selon le maire, de

sensibiliser la population au patrimoine architectural et à la qualité paysagère de Ribes et parvenir (...) à un consensus pour l’application des recommandations. C’est une affaire de conscience collective, c’est pourquoi nous voulons associer un maximum d’habitants à cette opération.

15Ainsi, trois réunions « décentralisées » par « quartiers » ont été organisées qui ont réuni chacune 20 à 25 habitants (soit environ 70 habitants sur les 350 que compte la commune), ce qui fut considéré par le maire comme un succès.

  • 12 Acteurs informels et acteurs légitimes (cf. supra note 4).

16Lors de ces réunions publiques – événements qui créaient une occasion unique de dialogue et de confrontation de « points de vue » sur le paysage entre nos catégories d’acteurs : acteurs informels et acteurs institutionnels ou légitime12 – nous avons pu observer et comparer les différentes perceptions et représentations du paysage telles qu’elles s’exprimaient dans les discours tenus par les participants et assister à un processus de reconstruction collective d’une image paysagère stable du site du village, reconnue par tous.

Reconstructions paysagères ou le paysage « légitime »

17La présentation par son auteur de « l’étude préalable », constitue le point de départ de ce processus d’élaboration collective d’une image sociale consensuelle du paysage de Ribes. Son rôle est décisif car c’est par référence à « l’analyse paysagère » exposée que se sont organisés les propos tenus, et c’est cette même analyse « amendée » par le débat qui sera in fine inscrite dans la charte de la zppau et qui servira de référence lors des aménagements futurs de l’espace communal. Le processus d’élaboration – c’est-à-dire, tout à la fois de délimitation et de définition – d’un paysage légitime est donc initié (de fait) par un acte d’imposition préalable d’un « modèle paysager », dont il importe d’analyser la méthode d’élaboration et les contenus.

18L’auteur de l’étude (qui a suivi une formation initiale en histoire de l’art), après avoir relevé quelques éléments de structuration du paysage (le site : promontoire découpé en escaliers par les terrasses, ou la qualité et l’homogénéité architecturales du bâti), propose une analyse dite « sensible », réalisée selon des « itinéraires jalonnés de points de vue » :

...Je ne connaissais pas du tout Ribes. Avant de regarder le chevet de l’église et la cheminée « sarrazine », je me suis dit : « c’est superbe » et j’ai essayé de rationaliser mes sensations (...), d’organiser ma perception. C’est-à-dire qu’en fait, c’est une analyse sensible, (...) je laisse aller mon regard en premier. Au-delà des paysages, qui sont magnifiques, parce que ce sont des paysages construits, avec des faïsses... un paysage très structuré, deux autres éléments composent la beauté de Ribes : ce sont les hameaux dans leur ensemble, dans leur structure, et des éléments d’architecture isolés, qui ne sont ni inscrits, ni classés, mais qui sont simplement beaux.

19Combinant les éléments de structuration du paysage et la rationalisation d’une expérience sensible, l’étude aboutit à la proposition d’une cartographie des « sensibilités paysagères » à différents degrés, selon des « axes visuels » ou axes de « co-visibilités ». Ce sont, selon la proposition de l’auteur de l’étude, ces « périmètres de sensibilité paysagère et architecturale » qui devraient, au terme de la procédure, servir de base à « l’établissement d’un " zonage de protection " ».

  • 13 La « carte communale », adoptée à Ribes en 1988, est une version simplifiée et moins contraignante (...)

20La difficile recherche d’un consensus en vue d’ajuster « périmètre sensible » et « périmètre à protéger » a conduit le maire à fixer les limites du débat : « En aucun cas, dit-il, la zppau ne devra remettre en cause la carte communale existante. Ce qui était inconstructible le restera, ce qui était constructible le restera aussi13. »

21L’architecte des bâtiments de France, met l’accent quant à lui, sur la simplification qu’est censée apporter la zppau :

  • 14 Extraits de l’intervention de l’architecte des bâtiments de France, lors de la présentation aux ha (...)

Le législateur s’est rendu compte que la protection des abords des monuments historiques (c’est-à-dire ici, la proximité de la cheminée et de l’église) n’était pas bien assurée par ce système un peu abstrait, théorique (loi de 1930 et règle des 500 mètres). Alors il a créé cette Zone de protection du patrimoine architectural et urbain qui n’est pas obligatoirement un cercle, mais qui peut être un périmètre réfléchi (...), c’est-à-dire qu’avec la mairie, avec vous, on va regarder dans la commune, ce qui mérite d’être protégé très sévèrement, ce qui mérite d’être protégé moyennement ou de n’être pas du tout protégé. Puis deuxième élément, on va essayer de faire un règlement (...). Pourquoi un règlement ? Pour que tout le monde, en venant à la mairie, puisse savoir ce qu’on veut protéger, pourquoi on veut le protéger, et comment on veut le protéger (...). Cette zppau, ce doit être l’occasion pour tous, de mieux connaître le patrimoine de Ribes14.

22L’abf, de par sa formation et ses fonctions, est plus sensible à la valeur patrimoniale du bâti, à l’architecture rurale « que l’on serait incapable, dit-il, de reproduire aujourd’hui ». Il ne mentionne qu’exceptionnellement le paysage dans ses interventions. Selon lui, le risque principal qui guette beaucoup de villages, à Ribes comme ailleurs, c’est la « banlieusardisation » :

C’est-à-dire que chacun fait dans son coin des interventions, lesquelles prises séparément sont peu de choses, mais quand vous les voyez, vous avez des pavés de verre ici, de la terre cuite au lieu de la pierre sur le sol, un enduit blanc, des tuiles panachées (...). Dix interventions comme celles-ci et vous avez un coin de village qui est complètement défiguré.

23Il admet volontiers que les maisons doivent évoluer, se transformer.

Mais il faut que chacun regarde autour de soi, comprenne comment sont faites les maisons de façon traditionnelle (...) parce que, nous architectes des bâtiments de France, on ne pourra pas contrôler tout ça ; je crois que ce sont les gens qui sont sur place qui peuvent arriver à contrôler tout ça, c’est pas l’administration.

24Le vrai problème selon lui, vient de ceux qu’il nomme les « constructeurs », qui proposent des maisons « clefs en main », font signer un contrat sans même faire une étude.

Quand nous parviennent des dossiers de permis de construire de constructeurs, vous leur demandez si le terrain est plat ou en pente,...ils ne savent pas,...ils ne sont jamais allés sur le terrain, ils ne savent pas ce qu’il y a autour, si c’est construit, pas construit, comment il faut mettre la maison (...). Si on considère que le permis de construire, ce n’est pas un formulaire qu’on envoie à l’administration pour avoir un tampon dessus, si on a des gens qui comprennent que construire c’est aussi réfléchir sur la nature du terrain, eh bien ! , on peut avoir des maisons actuelles, qui sans être traditionnelles ne détruisent pas le site, sous réserve d’avoir protégé par ailleurs les endroits qu’il faut maintenir inconstructibles.

25Pour parvenir à un tel résultat il fait appel à la nécessaire vigilance de la mairie, c’est-à-dire des élus, pour qu’ils vérifient que les demandes de permis de construire comportent un plan du terrain, avec les relevés de niveau, les implantations existantes. Souci également, d’impliquer les habitants, en leur demandant une collaboration qualitative. Son « regard » d’architecte sur le paysage de la commune privilégie l’harmonie d’ensemble du patrimoine bâti (volumes, valeurs des couleurs des matériaux, la pente des toits, la qualité des revêtements, etc.). Refusant d’endosser la réputation de rigidité conservatrice qu’ont ses collègues, il affiche un comportement coopératif et pédagogique s’exprimant dans un langage simple et parfois même familier, bien reçu par les habitants qui l’écoutent.

Les difficultés d’une « démocratie paysagère »

26Les réactions du public à la présentation du projet de zppau sont révélatrices d’une certaine vigilance de la part des habitants à l’égard du projet et de ses promoteurs, qui se traduit par une certaine méfiance, ainsi que par la crainte d’éventuelles « tracasseries administratives ». Le sentiment, dont le bien-fondé est difficile à vérifier, que « les règles sont élastiques », qu’elles s’appliquent à certains et pas à d’autres, est exprimé et partagé par plusieurs habitants. Certaines décisions sont jugées contradictoires d’un permis à l’autre (des exemples sont donnés). Derrière ces récriminations, se dessine la crainte (non exprimée ouvertement) que le règlement de la future zppau n’avantage certains villageois aux dépens des autres ; en particulier que le statu quo existant – tel qu’il est fixé par la « carte communale » – concernant la valeur des terrains reconnus constructibles et ceux qui restent inconstructibles, ne soit remis en cause.

27S’est manifesté également au cours du débat, un souci d’équité dans la critique publique des comportements pouvant porter atteinte à la qualité du paysage. Au cours des trois réunions (organisées dans trois hameaux différents, donc avec un public différent), chaque intervenant a soigneusement évité de montrer du doigt les « mauvais exemples » de son propre voisinage, n’évoquant que des cas concernant des habitants de hameaux voisins, les personnes en cause étant identifiables par le cas évoqué sans pour autant être nommées. La municipalité et le maire n’échappent pas à cet examen critique. Ainsi l’esthétique, jugée douteuse, du fronton en aluminium en forme de « V » qui habille l’auvent de l’entrée de la salle communale « polyvalente » ; les bennes à ordures collectives sur le bord de la route dans la montée vers la mairie ; ou encore les pancartes publicitaires hétéroclites se multipliant de façon anarchique, etc. Explicitement, est signifié au maire (qui a lancé cette procédure de zppau) que la municipalité, « qui veut nous faire la leçon, ne donne pas toujours, elle non plus, le bon exemple ».

28L’autocritique collective a laquelle se sont livrés les habitants dans ces réunions a permis un recensement exhaustif des situations jugées négatives : stationnement permanent ou stockage hors saison de caravanes « visibles de partout » ; plantation sans discernement et sans penser au « regard de l’extérieur » de plantes d’ornement, les unes « pour cacher ce qui est laid », les autres pour « être chez soi » ou « marquer la limite d’avec le voisin » ; les initiatives pour fleurir les abords de la maison ; les matériaux et le style des clôtures, portails, entrées de garage, ou annexes de toutes sortes. A ces objets ou initiatives pouvant porter atteinte au paysage, il faut ajouter le problème des terrasses. A leur sujet, les habitants se montrent unanimes dans leur désir, voire leur exigence, qu’elles puissent être entretenues et que soit menée la lutte contre l’embroussaillement dans les secteurs abandonnés du territoire communal.

29L’image paysagère que produisent à leur tour les habitants met ainsi l’accent sur l’effet de présentation, sur la bonne tenue, et par conséquent sur tous les éléments, jugés beaux ou laids, qui servent ou au contraire, desservent ce « bel aspect » du village, à l’égard duquel on manifeste le même amour-propre que pour l’entretien de sa propre maison.

30Le suivi et l’observation des étapes de la procédure de zppau et de la consultation populaire pour une meilleure maîtrise du paysage de la commune nous permet de reprendre et de compléter l’énoncé des différentes facettes de la lecture sociale du paysage des acteurs informels, par celui des composantes de la lecture des acteurs légitimes, qui reste, on le voit, déterminante au moment des prises de décision, malgré la volonté manifeste de prendre en compte l’opinion et les suggestions des habitants.

  • Les acteurs informels opèrent une lecture affective et sensible, non rationnalisée : celle dont les divers registres ont été décrits plus haut à partir des résultats de l’enquête menée auprès de chacun des groupes d’usagers, y compris les touristes, et telle qu’elle a été exprimée dans les réunions d’habitants. Lecture de ceux, nés au village, qui sélectionnent ce qui « fait beau » ou ce qui « fait laid » en fonction de leurs intérêts immédiats où à venir. Lecture de ceux, nouveaux résidents – permanents ou secondaires – qui ont choisi d’habiter Ribes principalement pour les qualités paysagères qu’ils lui attribuent, et qu’ils donnent l’impression d’avoir achetées avec la maison.
  • Pour les acteurs légitimes il s’agit d’une lecture experte, composée de dimensions qui expriment des différences liées aux formations, aux compétences, aux prérogatives et aux positions de légitimité qu’occupent les acteurs et les institutions concernées. Les dimensions qui composent cette lecture experte sont les suivantes :
    1. Une lecture savante, représentée par l’étude préalable dont l’analyse revendique une démarche subjective, « rationnalise des sensations » issues d’un regard esthétique sur l’organisation de l’espace. Quelles que soient la formation et la compétence reconnues ou non de la personne, cette position d’expert autorisé dans le champ des acteurs lui confèrent une influence décisive sur le processus.
    2. Une lecture technico-professionnelle, celle de l’architecte des bâtiments de France qui sélectionne dans le paysage l’harmonie d’une architecture rurale vulnérable et non reproductible. Celle, plus technique, des fonctionnaires de la direction départementale de l’Équipement chargés de vérifier la conformité des demandes de permis de construire ou d’opérations communales d’aménagement avec les dispositions du code de l’urbanisme. Celle, enfin, de l’inspecteur des sites, qui met l’accent sur les harmonies d’ensemble du village, par l’association du bâti et du milieu naturel. Ces trois regards professionnels pouvant se trouver parfois en situation de concurrence ou en contradiction.
    3. Une lecture utilitariste ou gestionnaire, enfin, celle du maire et de son conseil municipal, qui voient dans les qualités paysagères du village, un « gisement » à ne pas épuiser et à gérer au mieux, afin qu’elles demeurent un stimulant pour la vie économique et sociale du village.

Vers un paysage patrimonial

31Ces lectures sociales différenciées du paysage se confrontent, se concertent, commandent des comportements ou des actions, et contribuent à l’élaboration de ce qui se dessine déjà comme devant être une politique paysagère communale fondée sur la reconnaissance et la définition d’un « patrimoine » paysager.

32Par cette auto-explicitation et ce jeu croisé de représentations, Ribes élabore une construction culturelle de son paysage, un paysage-type, sorte de paysage patrimoine représentatif de ceux qui lui ressemblent dans ce piémont du Vivarais cévenol. Par cette maïeutique, s’opère un « travail » qui produit, explicite et renouvelle l’image paysagère du village. C’est cette recomposition paysagère de Ribes qui jouera dorénavant le rôle de référence, et fera l’objet d’un dispositif de protection consigné dans la charte de la zppau.

33Quelle sera la dynamique du paysage ainsi protégé ? Quelle sera l’efficacité d’un dispositif qui ne peut tester sa validité que dans la durée ? Que deviendra la zppau à l’épreuve de la vie du village ?

34En guise de réponse on reprendra ici mot pour mot la réserve dubitative formulée par Michel Marié et Jean Viard à propos de l’élaboration du « plan d’occupation des sols » (pos) dans la commune du Vaucluse qu’ils étudiaient :

  • 15 Marié M. et J. Viard, 1977, La campagne inventée, Le Paradou, Actes-Sud : 140 et suiv.

Même s’il (le pos) a été élaboré par les instances les plus représentatives de la commune et selon les méthodes les plus honnêtes de consultation populaire, il séjourne encore dans la demeure obscure et lointaine de l’administration. On ne sait pas encore très bien ce que les mots veulent dire (...). Tout s’est très bien passé à ce niveau-là, mais on ne peut préjuger de ce qui adviendra lorsque les règles, les contraintes et les obligations atterriront dans le champ concret des désirs individuels ou familiaux15.

35En effet, en ce qui concerne notre village, si la zppau prévoit de protéger Ribes des constructions intempestives qui pourraient envahir les terrasses actuellement occupées par la vigne et qui constituent l’élément structurant principal de son paysage, qu’adviendra-t-il le jour, assez probable, où il n’y aura plus de viticulteurs pour les mettre en valeur ? Ces terrains actuellement inconstructibles deviendront alors disponibles pour d’autres usages : mais lesquels, et avec quels effets sur l’évolution paysagère du village ?

36Autre cas de figure : la mise en œuvre de la charte et le respect de la zone de protection se seront révélés être les instruments efficaces d’un « processus de patrimonialisation » du paysage de ce village et auront effectivement permis de gérer le paysage comme un objet du patrimoine culturel. Il resterait alors aux usagers à inventer, en permanence, les nouveaux outils de gestion susceptibles d’assurer la pérennité de ce patrimoine vivant. Enfin, on peut aussi imaginer que, pour des raisons qu’un chercheur, sociologue ou ethnologue, devrait alors expliquer, ni la procédure utilisée ni les convictions mobilisées, ne suffisent, avec le temps, à maintenir le paysage de la commune de Ribes comme un véritable enjeu pour ses usagers. Dans cette hypothèse, le paysage actuel s’effacerait pour laisser la place à un autre type de paysage, banalisé, c’est-à-dire socialement désinvesti.

Notes

1 Cévenne ardéchoise ou Vivarais cévenol, selon que l’on met l’accent sur les spécificités éco-géographiques ou historiques de ce « pays » qui couvre trois cantons du sud de l’Ardèche, à la limite des départements du Gard et de la Lozère.

2 La recherche d’où est tirée cette étude de cas, a été réalisée en collaboration avec Martin de la Soudière. Elle s’est déroulée de juillet 1989 à octobre 1991 et a donné lieu à un rapport de recherche publié en 1992, intitulé : « Plateau ardéchois et Vivarais cévenol – Étude ethnosociologique d’une mise en paysage de l’Ardèche », Ministère de la Culture, mission du Patrimoine ethnologique, 2 tomes.

3 Nous distinguerons ici acteurs « informels » (les habitants, agriculteurs ou non, résidents permanents ou secondaires, les touristes), et acteurs « institutionnels » ou « légitimes » (les élus, l’architecte des bâtiments de France, l’inspecteur des sites, les techniciens de la direction départementale de l’Équipement, l’expert représenté par le bureau d’études chargé d’une analyse paysagère) dont le rôle sera analysé plus loin.

4 Les notions écrites en italiques dans cet article, ont été élaborées et définies à l’occasion et pour les besoins de la recherche (cf. supra note 2).

5 en particulier la loi de 1930 et les dispositions qui prévoient la soumission à autorisation préalable de l’architecte des bâtiments de France, de tout projet de construction nouvelle ou de modification d’une construction existante dans le cercle de cinq cents mètres de rayon autour du monument classé.

6 Le fichier biceps, dont les données pour l’Ardèche nous ont été aimablement communiquées par la direction régionale à l’Architecture et à l’Environnement (Rhône-Alpes), recensait en 1990, 326 sites ou monuments protégés qui se répartissaient comme suit :

  • 50 monuments classés, dont 10 châteaux et 35 églises ou chapelles.
  • 152 monuments inscrits, dont l’abside de l’église et la souche de cheminée d’une maison à Ribes.
  • 22 sites classés, dont le Mont-Gerbier-de-Joncs.
  • 50 sites inscrits dont 13 villages.

7 « Conseil pour l’architecture, l’urbanisme et l’environnement » (caue) du département, dont le siège est situé à Privas.

8 Zone de protection du patrimoine architectural et urbain, sigle devenu en 1993 zppaup, ajoutant le « P » de paysage au patrimoine à protéger dans ces zones.

9 Les coopératives, viticoles en particulier, ont édité des étiquettes pour les bouteilles de vin, reproduisant le « paysage typique d’un village de la Cévenne ardéchoise ». Cette référence au paysage comme argument de qualité s’est systématisée (coïncidence ou air du temps !) depuis la publication de notre recherche et sa diffusion auprès de diverses instances départementales.

10 Les candidats actuels à l’installation à Ribes, s’orientent vers la construction d’une maison neuve, pour plusieurs raisons : d’abord parce que les maisons anciennes, à restaurer, sont devenues assez rares ; ensuite, les maisons à vendre restent assez chères, malgré le fléchissement, sensible ces dernières années, du marché immobilier des résidences secondaires dans la région. Dans ces conditions, les candidats déclarent préférer « faire construire pour avoir quelque chose à (leur) goût ».

11 Collectif d’études de sociologie et d’économie rurale (ceser-Urbanistes associés) dont le siège est à Privas. L’étude a été conduite par Laurence Chatonnay. Nous la remercions ici, ainsi que le directeur du ceser, Jacques Ebel, de l’esprit de coopération qu’ils ont manifesté envers Martin de la Soudière et moi-même. De même nous sommes reconnaissants à tous les partenaires (et en particulier au maire de Ribes, Jean-Claude Balmelle) d’avoir accepté notre présence, en qualité d’observateurs, à toutes les étapes du processus, et de nous avoir donné libre accès à tous les documents.

12 Acteurs informels et acteurs légitimes (cf. supra note 4).

13 La « carte communale », adoptée à Ribes en 1988, est une version simplifiée et moins contraignante du plan d’occupation des sols (pos). Le « périmètre de protection » qui était envisagé et qui prenait en compte deux degrés de l’échelle des « sensibilités paysagères », recouvrait à peu de choses près l’aire formée par les deux cercles théoriques protégeant les deux monuments classés.

14 Extraits de l’intervention de l’architecte des bâtiments de France, lors de la présentation aux habitants de la pré-étude le 29/10/91. Les passages soulignés le sont par nous.

15 Marié M. et J. Viard, 1977, La campagne inventée, Le Paradou, Actes-Sud : 140 et suiv.

Table des illustrations

Légende 14. Un village de la Cévenne ardéchoise
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Maître de conférences, EHESS (École des hautes études en sciences sociales), Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540