Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

III. La fabrique des paysages

14. Espace rural, paysage et patrimoine

Les terrasses de Blesle en Auvergne1

Bruno Ythier

Texte intégral

  • 1 Blesle se situe à la pointe ouest du département de la Haute-Loire, à la limite du Cantal et du Pu (...)

13. La vallée de Blesle

1Ce cliché illustre les principales composantes du finage de Blesle :

2Au premier plan, les fonds de vallées au sol fertile mais perméable, avec leur système d’irrigation : l’eau, captée par l’intermédiaire de barrages, est conduite par des canaux desservant chaque parcelle, un « droit d’eau » réglemente l’irrigation. Les cultures se répartissent entre, d’une part, les terres labourées, autrefois pour les légumes, le chanvre et les céréales, dont il ne reste aujourd’hui que les jardins, travaillés par des retraités ; d’autre part, les prés-vergers, produisant des fruits variés jusqu’en 1930 environ, ensuite la production de pommes reinettes de Canada s’est développée, donnant au verger la physionomie actuelle avec des arbres alignés, taillés en « plein-vent » (telle qu’on peut la voir ici, derrière la rangée de peupliers). Suite à une chute des ventes de fruits, à partir de 1965 environ, les peupliers ont par endroits remplacé les pommiers. Une autre production de ces prés-vergers est l’herbe ; si le premier foin est médiocre, le regain est d’excellente qualité chaque année en raison de l’irrigation. Avant 1789, ces bonnes terres appartenaient principalement à l’abbaye et au seigneur local, qui les louaient par lots aux habitants ; lors de la vente des biens nationaux, 65 Bleslois se regroupèrent pour acquérir ces parcelles et se les partager.

3Le coteau boisé que l’on voit dans le fond était, comme tous les coteaux exposés au midi dans ces vallées, entièrement aménagé en terrasses. On y cultivait des vignes, complantées de pêchers, cerisiers, etc., parfois jusqu’au début de ce siècle des haricots secs ou du seigle. L’entretien des murettes et du sol s’effectuait l’hiver. L’abandon de ces terrasses, débuté après la Première Guerre mondiale, s’est terminé il y a trente ans, et la friche recouvre ce qui a été un immense ensemble bâti, de murettes, d’escaliers, de rampes, de chemins, de sources aménagées, de cabanes et de pigeonniers.

4A l’arrière-plan, les orgues basaltiques de Blesle dominent la vallée, elles constituent un des éléments du pittoresque local décrit dans la littérature touristique dès le début du xixe siècle. Au sommet de ces orgues, se déroule le plateau basaltique, où les Bleslois cultivaient froment et lentilles ; pour cela, un colossal travail d’épierrement a été réalisé, donnant à ces plateaux un aspect étrange, où l’élément minéral est omniprésent (murs et tas de pierres sèches de grandes dimensions, cabanes, etc.). (Photo R. Choplain et R. Maston. Cliché Inventaire général, Auvergne.)

  • 2 La direction du Patrimoine du ministère de la Culture a financé en 1992 un inventaire de paysages (...)

5« Le paysage est un patrimoine, à sauvegarder, à mettre en valeur et à gérer » : telles semblent être la certitude et la volonté de plusieurs organismes (collectivités locales, associations, administrations) qui s’intéressent depuis deux ou trois ans au « paysage de Blesle », en fait, à l’espace entourant ce petit chef-lieu de canton de Haute-Loire2. Les promoteurs de ces différents projets utilisent le terme « paysage » dans des acceptions très variées : portion d’espace, site, panorama, regard d’un observateur, etc. Nous avons choisi, à travers deux exemples, de suivre le devenir de cette pluralité de sens lorsque les discours doivent faire place à l’action concrète et que des aides financières ou des travaux sont engagés pour la promotion ou la protection du « paysage ».

Des terroirs où la friche avance...
depuis plus d’un siècle

  • 3 Ainsi les nomment les géographes. Cf. Gachon 1938.

6L’intérêt pour l’action en faveur du paysage de Blesle naît avec l’inquiétude récente provoquée par la diminution de l’occupation agricole de l’espace. Or, déprise et friche vont de pair dans ces zones de « pays coupés3 ». Dès la seconde moitié du xixe siècle, les vallées ont commencé à perdre leur fonction de fournisseurs de productions alimentaires pour les hauts plateaux plus froids. Avec l’arrêt de la mise en culture des coteaux exposés au nord, des plateaux épierrés, puis des vignes sur terrasses, l’organisation du finage et sa physionomie se trouvèrent modifiées. Plus récemment, dans les années 1960, la rentabilité économique des productions des fonds de vallées fut à son tour remise en cause. L’aspect du terroir se transforma de nouveau après les campagnes massives d’arrachage de pommiers.

7En raison de leur topographie ou de leur structure foncière, toutes ces zones de moyenne montagne voient leur agriculture de plus en plus marginalisée. Après la cessation d’activité des derniers exploitants, les terres sont condamnées à la disparition des cultures. Ce phénomène est d’ailleurs courant dans l’ensemble du Massif central. Les spécificités des productions des vallées disparaissent, aucun avenir ne semblant être laissé aux particularismes de productions autrefois très ciblées. Les terroirs sont alors dilués dans la « région agricole » définie par les agronomes, et nombre de petits terroirs viticoles, se trouvent aujourd’hui cartographies comme zone d’élevage laitier.

Une préoccupation récente

8Si l’arrachage brutal et étendu des pommiers dans les fonds de vallées auvergnats a fait quelques remous dans la presse locale, il a finalement été vécu comme une fatalité, due « au cours des choses », à des phénomènes économiques ou commerciaux non maîtrisables localement.

9L’intérêt actuel pour le paysage provient du fait que l’on a aujourd’hui tendance à considérer l’espace rural comme un bien fongible et menacé. Depuis deux ou trois ans, l’idée de « paysage en crise » (Ethnologie française 1989) est souvent explicite ou au moins sous-jacente, dans les textes de campagnes des élections cantonales de 1991 par exemple, ou dans les lettres d’informations des actions du Contrat de Pays, etc. De plus des intervenants extérieurs à la localité (services de l’État, associations), se sont intéressés au « paysage menacé » de Blesle en proposant des opérations concrètes. L’ensemble de ces acteurs utilise les notions largement médiatisées de désertification de l’espace rural, mort de l’agriculture, peur de la friche considérée comme un nouveau fléau.

10Les propos employés (notamment « l’urgence » face à la menace de déprise) rejoignent certains arguments des discours environnementalistes ou écologistes. Comme le montre B. Lizet (1991 : 170), les acteurs utilisent un contexte global pour justifier une intervention au plan local.

11Les premiers textes évoquant une attention particulière pour le paysage de Blesle remontent aux premières années du xixe siècle. Ils concernent la recherche des « curiosités » ou du « pittoresque », chère aux « voyageurs » de l’époque. Ainsi, Barrès (an viii) interpelle le « curieux » à propos des « merveilleux accidents de la nature », Nodier et Taylor (1829) invitent peintres et amateurs à découvrir les vallées d’Auvergne, vantant « les rochers dignes de l’Italie », les châteaux et églises du Moyen-Âge. Nombre d’érudits et historiens locaux utilisent ce style qui met en valeur la « contrée fort pittoresque, qui n’est pas sans analogie avec les sites tourmentés de la Savoie » (Saint-Poney 1869). A cette époque, il n’est fait aucune allusion aux aménagements agraires en tant que constituants du paysage. Ainsi, une lithographie de la première moitié du xxie siècle, reproduit fidèlement les coteaux et les orgues basaltiques de Blesle, mais aucune des terrasses de culture, dont l’existence est cependant attestée par des sources écrites, n’apparaît sur ce document. Au cours des années, l’activité touristique se développe progressivement à Blesle, surtout après l’arrivée du chemin de fer en 1861. Les cartes postales éditées pendant la première moitié du xxe siècle perpétuent la valorisation du paysage « pittoresque ». Les orgues basaltiques y acquièrent leur notoriété, de même que les vestiges médiévaux du bourg ou des environs. L’espace rural ne semble constituer qu’un cadre à ce village ancien. Les maisons à pans de bois sont progressivement restaurées à partir de 1970. A la fin des années 1980, le concept de « tourisme en espace rural » fait son apparition, cet espace rural étant dès lors érigé en « paysage ». Le « pittoresque » englobe désormais les aménagements agraires (vergers, terrasses, etc.). Leur dégradation, déjà ancienne, apparaît alors comme un problème qu’il convient de résoudre.

Une charte de valorisation du paysage

  • 4 1 % du coût de l’autoroute pour financer des actions en faveur du paysage.
  • 5 Syndicat intercommunal à vocations multiples.

12Le passage de l’autoroute A75 (Clermont-Ferrand – Béziers) dans ce canton, a permis de bénéficier de l’opération expérimentale du « 1 % paysage4 », lancée par le ministère de l’Équipement. La mise en place de cette opération a été menée en concertation par les communes, le sivom5 local, les organismes consulaires et les services locaux de l’État. Un projet de charte d’action paysagère a été établi, conformément aux vœux du ministère de l’Équipement. Ce projet définit un programme soutenant le développement local. Le paysage est « label », sa « qualité » doit être « découverte et valorisée ». L’agriculture n’est pas négligée, et les actions de diversification seront soutenues, si elles sont « respectueuses du paysage ».

Paysage et développement local

13Qu’entend-on par « paysage », quand ce mot est associé à un programme incluant le développement touristique, la revitalisation des villages, l’aide au commerce et à l’artisanat ? Il apparaît rapidement que le paysage n’est pas au centre des préoccupations, il est en fait prétexte à la mise en place d’un programme de développement local. Si l’on s’inquiète dans d’autres cas du développement de la friche, elle devient ici « écrin de verdure », agréable, élément à valoriser, notamment auprès des citadins. L’« environnement remarquable » est institué comme label de qualité appliqué aux activités du pays. La « crise du paysage », est alors réduite aux pollutions visuelles (décharges, bâtiments inesthétiques, etc.) qui dégradent l’harmonie des vallées verdoyantes.

14Ces pollutions visuelles motivent un programme volontariste de suppression de « points noirs » paysagers. Les « points » ont fait l’objet d’un inventaire cartographique. Après avoir utilisé le paysage comme prétexte, on veut en faire une analyse rigoureuse, on pourrait presque dire quantitative. Cela justifie une volonté d’établir des documents d’inventaire et de gestion : cartes de l’occupation de l’espace, des points noirs, des espaces naturels sensibles. Des moyens visant à une mise en document du paysage sont développés comme seul préalable possible à l’action. Ce souci d’objectivation et de scientificité a tendance à gommer l’aspect esthétique du paysage, la subjectivité, associée à l’esthétique, en faisant en effet une valeur fort peu consensuelle pour un aménageur ou un élu.

Agir sur le paysage
en donnant à voir l’espace

15Parmi les actions envisagées dans le cadre de cette charte pour le paysage, se trouve un projet de création de panneaux didactiques. Installés au bord des routes ou des sentiers, ils expliqueraient la géomorphologie et la mise en valeur des terroirs par l’homme, montrant l’évolution de l’aspect du territoire offert à la vue du spectateur. Les textes de ce type de panneaux amènent généralement à une considération patrimoniale de ce qui est décrit. Mais désigner un point d’observation, expliquer ce que l’on voit, ne procède-t-il pas d’une appropriation de l’espace par sa représentation ? De ce fait, est évitée une intervention concrète sur la propriété même, sur ces structures agraires que l’on donne à voir. Il y a là exploitation de l’ambivalence du terme « paysage » : on peut en effet le définir tout à la fois comme « portion d’espace donnée à voir », et comme « regard que l’on porte sur cet espace ». Après une appropriation par la désignation d’un point de vue privilégié, la prétendue action pour le paysage se résume à une intervention sur la perception de l’espace au moyen de la pédagogie.

Réduire le paysage à
une partie de ses composantes

16Le risque de ces procédés cartographiques est de déboucher vers la seule prise en compte de quelques éléments précisément repérables. Ainsi, le projet agricole de la charte prévoit

l’intégration des bâtiments agricoles, la replantation de haies, la considération d’éléments paysagers dans les futurs remembrements, le nettoyage des biens de section.

17Un parallèle peut être établi avec les recommandations de la « loi paysage » (Journal officiel 1993) qui envisage d’inclure, dans les plans d’occupation des sols, des éléments

faisant partie du patrimoine collectif, comme par exemple, des murets ou des terrasses agricoles, des réseaux de canaux, un bocage, des dallages urbains remarquables, des chemins, des sentiers... (Études foncières 1993.)

  • 6 On se référera à l’exemple de Jean-François Simon en Bretagne.

18Ces textes pourraient amener à penser que le paysage est seulement constitué par ce qui dépasse du sol (des haies, des arbres), ce qui semble pérenne (des murets), ce qui structure l’espace (des chemins, un réseau de canaux). Quel est l’avenir de ces éléments « faisant partie du patrimoine collectif », que l’on désire sauvegarder, lorsqu’ils se retrouvent au milieu de zones en friches, boisées, ou bien de lotissements6 ?

19Au travers de ces différents exemples, tout se passe comme si l’espace rural, institué paysage, ne possédait ni étendue, ni terre. L’intérêt est porté sur quelques éléments qui structurent ou entourent la parcelle, sans que celle-ci soit prise en compte ; ce qui laisserait penser que la propriété foncière est une barrière à ne pas franchir.

La propriété pour le paysage : le « Conservatoire du paysage »

  • 7 znieff, Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique ; leur cartographie à l’éch (...)

20Sans lien avec la charte évoquée précédemment, un projet s’est développé avec pour objectif de préserver le paysage de Blesle. Tout au moins ce qui a trait à la pleine occupation de l’espace rural. L’opération est portée par le « Conservatoire des paysages d’Auvergne », structure associative du type des conservatoires régionaux d’espaces naturels présents dans d’autres régions. Agréées par le ministère de l’Environnement, ces structures mènent, dans les régions, des actions proches de celles du Conservatoire du littoral, qui est quant à lui un organisme d’État. Ces conservatoires visent à protéger des espaces naturels remarquables, en s’appuyant notamment sur la cartographie des znieff7. Le Conservatoire des paysages d’Auvergne possède la particularité d’intégrer à ces principes d’action la volonté de préserver le patrimoine rural et les paysages agraires remarquables.

21A Blesle, l’origine de son action remonte à 1990, avec l’idée de mettre en place un verger conservatoire d’espèces fruitières. Mais l’opération tarde à se réaliser, notamment faute de fonds. En 1992, lorsque le ministère de l’Environnement lance l’opération « Paysages de reconquête », le Conservatoire présente son projet, centré sur les terrasses de culture de Blesle. L’objectif est de préserver ces espaces, de restaurer et remettre en état les structures agraires avant d’y installer le verger conservatoire dans une phase ultérieure.

22La notion de maîtrise foncière est particulièrement importante dans toutes ces actions de gestion qui se développent, déjà à propos des espaces naturels, et bientôt pour les espaces ruraux. Des stratégies naissent (qu’il conviendrait d’étudier tant dans leur mise en œuvre que dans les motivations qui les sous-tendent), allant des conventions d’usage à l’accession à la propriété. La maîtrise foncière est bien sûr une condition nécessaire à l’obtention des fonds publics. Mais pour les porteurs de projets, elle représente, de plus, le moyen d’inscrire leurs idéaux dans le concret, de tendre à la matérialisation d’un dessein militant sur le terrain, devenu « ses » propres parcelles, « ses » propriétés.

Recréer l’âge d’or ?

  • 8 Le problème ne s’est pas posé lors de la création du « conservatoire des terrasses » de Goult dans (...)

23S’il est possible de restaurer des structures (murettes, canaux, etc.), il est plus difficile de « conserver » l’espace qui les sépare, car l’on se confronte là au domaine du vivant qui a constamment évolué en fonction de l’économie ou des progrès techniques. A Blesle, la volonté de conservation ne vise pas seulement les structures agraires, mais concerne également l’espace cultivé, il se pose donc le problème de sa reconstitution8. Ce faisant, on cherche à recréer « l’âge d’or » de l’agriculture blesloise. Mais cet « âge d’or », si tant est qu’on puisse le recomposer, se traduit finalement par l’assemblage de terroirs composites et hétérogènes. La sélection des éléments censés le réhabiliter est guidée par la nostalgie, le passé étant érigé comme valeur fondamentale et comme référence. Ainsi se retrouvent amalgamés des récits de voisins ou de parents, des transpositions de situations vues ou lues ailleurs, des souvenirs d’enfance, et enfin des images tirées de l’iconographie ancienne (cartes postales notamment) qui donnent des arguments apparemment solides et objectifs aux discours.

24Une reconstitution de l’espace rural en fonction de cet âge d’or, reviendrait à matérialiser une représentation composite avec toutes ses incohérences. En suivant cette logique, les coteaux en terrasses seraient entièrement plantés de vignes, les fonds de vallées peuplés de splendides vergers bien alignés et entretenus. Or, mettre côte à côte ces vignes et ces vergers, reviendrait à tomber dans l’anachronisme, ces deux formes de production ayant connu leur apogée avec un décalage de plus de cinquante ans !

25Lorsque, sur des coteaux presque boisés, alors que la friche banalise les alentours, quelques terrasses sont remises en état ou que l’entretien et les modes culturaux d’un verger sont perpétués, on assiste finalement à une opération de création paysagère plutôt que de conservation stricto sensu de paysage.

Faire passer une partie pour un tout

26Les entreprises de valorisation ou de conservation du paysage, qu’elles soient réalisées autour de certains éléments linéaires (murettes, haies, etc.), d’éléments cartographiables (« points noirs », espaces naturels), ou d’une restauration à petite échelle de l’espace rural, s’effectuent finalement par un procédé métonymique. Agir sur tels ou tels éléments ponctuels suffit à entretenir l’illusion d’une action globale sur le paysage. De ce fait, on oublie que sous cet espace rural, institué en paysage, il y a la terre, avec une matérialité, une étendue et une fonction. Comment remplacer une fonction de production aujourd’hui perdue, comment gérer l’étendue de dizaines de milliers d’hectares s’enfrichant progressivement depuis parfois un siècle ?

27Grâce à une médiatisation efficace, l’originalité des actions, leur difficulté et la foi des porteurs de ces projets sont mises en avant. Mais ces opérations ne devraient pas – comme c’est souvent le cas actuellement, notamment avec la gestion des espaces naturels – passer d’un niveau expérimental à un statut d’opérations exemplaires. La notion d’exemplarité laisse en effet croire à la possibilité d’une reconduction, voire d’une généralisation de ces actions, alors que chacune d’entre elles est en fait le plus souvent un cas unique, qui a nécessité une mise en œuvre particulière.

28Face à l’ampleur du phénomène global d’abandon de la gestion agricole de l’espace, on semble vouloir faire de ces actions une tentative de réponse à la demande sociale en matière de paysage. Mais n’exploite-t-on pas ainsi un leurre ?

29Dans ces vallées de moyenne montagne, à l’agriculture de plus en plus marginale, on peut interdire à un propriétaire de boiser ses parcelles, mais rien n’empêchera la friche d’évoluer vers le stade arbustif. Une page de plus de l’histoire de l’espace rural se tourne, ne faut-il pas faire son deuil d’un certain paysage... ?

Références bibliographiques

30Ambroise, R., Frapa, P., Giorgis, S., 1989, Paysages de terrasses, Édisud.

31Barrès, An VIII de la République, Description topographique du ci-devant canton de Blesle, Le Puy-en-Velay.

32Bouillon, D., 1991, « Le paysage : un patrimoine à gérer », Études rurales, n° 121-124, pp. 197-205.

33« Crise du paysage ? », Ethnologie française, n° 3/1989.

34Dagognet, F. (sous la direction de), 1989, Mort du paysage ?, Seyssel, Champ Vallon.

35Dossier spécial « paysages », Études foncières, n° 60, septembre 1993.

36Gachon, L., 1938, Les limagnes du sud et leurs bordures montagneuses, Tours, Arrault et Cie Guilaine, J. (sous la direction de), 1991, Pour une archéologie agraire, Paris, Armand Colin.

37Jeudy, H.P. (sous la direction de), 1990, Patrimoines en folie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

38Lizet, B., 1991, De la campagne à la « nature ordinaire », Études rurales, n° 121-124, pp. 169-184.

39Luginbühl, Y., 1989, Paysages. Textes et représentations des paysages du siècle des Lumières à nos jours, Lyon, La Manufacture.

40– 1991, « Le paysage rural. La couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que reste-t-il de l’agricole ? », Études rurales, n° 121-124, pp. 27-44. Nodier & Taylor, 1829, Voyages pittoresques et romantiques, Paris, Firmin-Didot Saint-Poncy, L., 1869, Notice historique sur Blesle, Le Puy-en-Velay, Marchessou.

41Voisenat, C, 1992, « A propos de paysages », Terrain, n° 18, pp. 137-141.

Notes

1 Blesle se situe à la pointe ouest du département de la Haute-Loire, à la limite du Cantal et du Puy-de-Dôme, dans la vallée de la Voireuse, au pied des hauts-plateaux du Cézallier. L’histoire de Blesle est liée à celle de son abbaye fondée au xe siècle par les comtes d’Auvergne, les vestiges historiques sont nombreux (église et donjon romans, maisons à pans de bois du xve au xviiie siècle, etc.). Le rôle économique de cette bourgade fut important (foires nombreuses) ; le microclimat relativement chaud et sec, permettait des cultures spécifiques qui servaient à l’alimentation des gens des plateaux montagneux (vin, fruits frais et secs, légumes, plants potagers à repiquer). Aujourd’hui le bourg souffre, par son implantation dans une vallée étroite, d’un faible ensoleillement hivernal, et d’une extension géographique quasi impossible ; les résidences secondaires sont de plus en plus nombreuses, et on compte moins d’une centaine d’habitants permanents en hiver.

2 La direction du Patrimoine du ministère de la Culture a financé en 1992 un inventaire de paysages sur un canton en cours d’étude par l’Inventaire général. Le choix du terrain s’est porté sur Blesle, dans le département de la Haute-Loire, où les chercheurs de l’Inventaire s’étaient interrogés sur la pertinence et la manière d’intégrer à leurs champs d’investigations des aménagements agraires, tels que les terrasses de culture, éléments bâtis qui structurent l’espace rural. Une étude ethnographique fut mise en place afin de connaître, à partir de l’existant, les pratiques et les représentations, liées à chaque élément visible de l’espace (prairies, vergers, terrasses, arbres émondés, etc.). Le finage agricole de la commune, entièrement façonné par l’homme a constitué le support de l’étude (cf. double page de présentation du terrain) : « Inventaire du paysage de Blesle », rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique et la Conservation régionale de l’Inventaire général en Auvergne, été 1994.

3 Ainsi les nomment les géographes. Cf. Gachon 1938.

4 1 % du coût de l’autoroute pour financer des actions en faveur du paysage.

5 Syndicat intercommunal à vocations multiples.

6 On se référera à l’exemple de Jean-François Simon en Bretagne.

7 znieff, Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique ; leur cartographie à l’échelle nationale, s’est appuyée sur des critères de raretés d’espèces ; ces documents doivent permettre la gestion des milieux les plus intéressants et/ ou les plus menacés.

8 Le problème ne s’est pas posé lors de la création du « conservatoire des terrasses » de Goult dans le Vaucluse (Ambroise, Frapa, Giorgis 1989.), car sa vocation première a bien été de conserver des structures bâties, pour la qualité de leur construction et d’un point de vue culturel et esthétique.

Table des illustrations

Légende 13. La vallée de Blesle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteur

Ethnologue, Clermont-Ferrand

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540