Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur du sens

 | 
Alexandre Surrallés

Troisième partie. Des états de fait

Chapitre 6. Le fait de la prédation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les récits épiques sont courants dans les conversations entre hommes. Certes, au début de mon enquête, ils manifestaient une certaine réticence à me parler de la violence et de la mort. Mais, quelques mois plus tard, les raids auxquels ils s’étaient livrés m’étaient décrits avec force détails. En outre, les menaces de mort sont fréquentes dans les disputes. De même, les différends avec les étrangers sont souvent réglés par les armes. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’entendre des menaces de mort proférées à mon encontre, toujours sous la forme de plaisanterie, ce qui témoigne d’une certaine banalisation de l’homicide. Tout se passe comme si tuer une personne n’était pas conçu comme un acte ayant une signification ultime et extrême. Menacer de mort ne serait donc pas un ultimatum et l’exécution de cette menace ne représenterait pas un événement au-delà duquel rien ne peut plus être comme avant. En raison peut-être de la possibilité toujours ouverte de se venger, la mort n’est pa...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540