Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au cœur du sens

 | 
Alexandre Surrallés

Première partie. Des états d'âme

Première partie - Des états d'âme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme nous l’avons indiqué dans l’introduction, si le cœur est pour les Candoshi ce qui permet de voir, il définit en outre l’univers visible et, a fortiori, la possibilité même de l’existence, ce qui instaure la présence à partir de l’absence, ce qui n’est rien de plus ni de moins que le visible de l’invisible. Ainsi, le cœur signifie le monde parce que celui-ci est tout ce qui s’offre à la vue. De ce fait, pour dire « éclairer » ou bien « allumer » un feu ou une torche, on emploie la forme verbale magónamaama dont la racine est magish, le cœur. À l’instar des langues latines, magónamaama exprime également l’idée de rendre intelligible, de discerner. Comme dans la théorie dite du feu visuel des physiciens de la Grèce classique, pour lesquels l’œil, et non les objets vus, était la source d’une émission spécifique permettant la vision, le cœur chez les Candoshi nous permet de voir le monde parce qu’il illumine ce dernier. Ce n’est pas la lumière qui découvre le monde, c’est le cœur e...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable