Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

II. Le paysage des uns n'est pas celui des autres

13. Les marais de Dol-Châteauneuf : ou la nature d’un quiproquo

Corinne Boujot

Texte intégral

Avez-vous jamais cru à l’existence des choses ? Est-ce
que tout n’est pas une illusion ? Il n’y a de vrai que les
« rapports », c’est-à-dire la façon dont nous percevons les
objets.
Flaubert à Maupassant, 15 août 1878
Correspondance, Flammarion 1993

12. Le marais de Dol-Châteauneuf

1Le marais de Dol-Châteauneuf, dit « l’Enclave », déroule en pente douce du nord au sud ses 12 000 hectares de baie exondée. Au nord, les digues, l’océan ; au sud, le continent, dit aussi « le Terrain », au pied duquel la tangue des Marais Blancs le cède à la tourbe des Marais Noirs, affaissée là en cuvette. Cette configuration particulière emprisonne le point le plus bas du marais, la cuvette tourbeuse, entre deux plans inclinés et la dispose ainsi à recevoir les eaux des rivières dévalant le Terrain et celles du Marais Blanc, conduites à la mer au terme d’un circuit qui les fait d’abord descendre sur les Marais Noirs. (Photo Studio Carde, coll. B. Amiot, Dol.)

2Le paysage, c’est d’abord de la peinture ; de la peinture qui met en scène la nature. Mais, dès le siècle des Lumières, le « paysagiste » est plus souvent l’aménageur que le peintre, et le paysage est pensé grandeur nature. Cadre toujours, mais plus généralement « cadre de vie », telle est l’acception moderne du terme « paysage ». Dans la terminologie actuelle, « le paysage » se distingue de « la nature » en ce que sa notion intègre la relation nature/culture et désigne une nature façonnée tant par la main que par le regard de l’homme. Quant à « la nature » en question, elle semble pouvoir être considérée en elle-même et procéder de quelque évidence, d’un constat. Pourtant, quelque « réalité » qu’elle puisse avoir hors l’homme, celui-ci n’y a accès que par la culture, dans la somme des rapports qu’il a au monde. La perception qu’il a des choses et la représentation qu’il s’en fait lui permettent de composer avec cette réalité, mais il n’y accède pas autrement et son savoir est toujours relatif. Alors, doit-on considérer « la nature » comme un « donné », par référence à la réalité qu’elle tente d’appréhender, ou comme une construction idéologique, un instrument de pensée procédant d’une culture et participant, par le fait, à sa pensée politique ? C’est à cette mise en abîme qu’invite l’analyse d’un conflit noué, sur les marais de Dol-Châteauneuf, en Ille-et-Vilaine, autour d’un projet d’aménagement du territoire. Les questions qui se posent à propos du paysage, bousculent ici l’idée de Nature.

Nature et nécessité politique

3A considérer chronologiquement les discours savants produits sur la nature du marais de Dol, il apparaît que les interprétations successives auxquelles elle se prête sont singulièrement variables, mais toujours conformes aux nécessités politiques du pouvoir central.

4Au xviiie siècle, preuves à l’appui, les savants affirment, l’existence sur ces lieux d’une forêt primordiale, la forêt de Scissy... qui vient justifier la promotion de pratiques d’assèchement pour une mise en valeur agricole du marais calquée sur le modèle hollandais. Il s’agit alors de reconquérir des terres « usurpées » par la mer. Ce discours dénonce le gouvernement local, en l’occurrence le Parlement de Bretagne, et sa politique hydraulique jugée désastreuse. Il est plus surprenant de voir que les proportions de cette forêt, moins réelle qu’idéelle, varient au gré des prétentions territoriales françaises. La question de « l’usurpation » change de résonance. Aussi longtemps que les îles anglo-normandes seront un sujet de conflit avec l’Angleterre, la forêt pourra les englober. Une fois les accords de paix entérinés, ses proportions seront révisées et ramenées à celles, plus modestes, de la Baie du Mont Saint-Michel.

  • 1 Le Marais de Dol-Châteauneuf : Patrimoine, Potentialités. Synthèse des dossiers. Ouest Aménagement (...)

5Au xxe siècle, dans les années 70, la « vraie » nature de cet espace, sa nature initiale, est démontrée marécageuse. La forêt se retrouve reléguée au rang de tradition orale, chapitre « croyances populaires ». Bientôt, la situation politique nationale et internationale (intégration communautaire, discussion de la pac) exige, en France, une restructuration de l’agriculture. Devant la nécessité politique, il est demandé aux instances régionales de l’État de formuler des propositions de modèle de gestion des zones agricoles les moins rentables. La Direction régionale à l’architecture et l’environnement (drae Bretagne) propose, en 1989, un projet de gestion écologique de la zone tourbeuse de l’Enclave1. Se donnant pour objectif de restaurer la faune et la flore récemment encore propres à cette zone humide, le projet établit sa légitimité sur la nature du lieu. Un développement introductif sur les caractéristiques naturelles du site, sa moindre valeur agricole et son riche potentiel ornithologique, amène la condamnation de la politique hydraulique du Syndicat des digues et marais, accusé de drainage. Proposant l’inondation hivernale des bassins de Dol et de Châteauneuf et évoquant la possibilité de créer, sur une zone plus restreinte, une réserve naturelle ou cynégétique, le projet global s’articule autour de cette dénonciation pour préconiser un nouveau modèle de gestion de l’eau, puis du territoire, puis des hommes. Le projet économique, lui, est étayé sur des propositions de subsides de l’État pour suggérer la réorientation de l’activité agricole sur la production de roseau, l’élevage d’oies, de vachettes Highland, de chevaux camarguais et de brochets. Là sont esquissées quelques promesses, assez vagues, sur les débouchés économiques de ces activités agricoles, comme sur ceux de l’artisanat, dont le développement attirerait sur cette région périphérique de la Baie du Mont Saint-Michel quelques-uns des bénéfices d’une industrie touristique en plein essor.

6A deux siècles de distance, les discours tenus sur la nature sont tout à fait différents. La représentation qu’ils en proposent est même ce qui les sépare le plus, car pour le reste, ils sont fort semblables : l’affirmation savante établit la vérité. Vérité unique, détrônant tout autre modèle de représentation. A sa lumière, on peut apprécier les pratiques de la nature : celles en cours sont scandaleuses au regard du nouvel énoncé. La faute en incombe aux structures politiques en place sur l’espace concerné et appelle un transfert de ce pouvoir entre des mains mieux avisées. Il s’agit bien d’une prise de pouvoir de facto. En l’occurrence, la confusion entretenue entre l’objet et son concept, qui permet d’ériger la nature en « donné » et de prétendre la considérer en soi, joue du discours savant pour légitimer des choix politiques. Mais sous cette voix perce celle de l’État, royaume ou république, qui revendique d’avoir seul le pouvoir sur le territoire qu’il se donne et combat tout ce qui pourrait être un pouvoir concurrent, un État dans l’État.

7Est-ce dans le libellé d’une proposition qui prétendait destituer le Syndicat des digues pour prendre à sa place le gouvernement hydraulique, qui réitérait la pauvreté des Marais Noirs en se légitimant de la pauvreté « naturelle » de la tourbe, en inscrivant la cuvette au rang des « zones défavorisées » et en l’affectant à des productions que le langage vernaculaire dit « crasseuses » ? Est-ce dans le mode d’élaboration d’un projet dit « en partenariat », tandis que les principaux concernés, tant le syndicat que les populations riveraines, n’avaient nullement été consultés ? Quoi qu’il en soit, l’ex-drae, fondue depuis dans la Direction régionale à l’Environnement (diren), suscita sur place de si vives réactions d’hostilité à son projet qu’elle dut le retirer. Au moment de notre recherche, sa réalisation ne s’en poursuivait pas moins, au gré d’un travail assidu mené auprès des communes pour en obtenir la ratification de la convention « Ramsar », dans le cadre de l’inscription de la Baie au rang des zones humides de valeur internationale.

Nature et conjoncture

8L’état actuel du marais, totalement exondé et cultivé, est bien moins le résultat d’une relation de la culture locale à sa nature environnante que le produit d’une succession de conflits sociaux et politiques dont l’enjeu est le gouvernement de l’« Enclave ».

  • 2 Sable vaseux, calcaire, très fin, grisâtre, sur le littoral de la Manche, qu’on utilise comme engr (...)

9Ce nom d’Enclave désigne l’ensemble du « marais », des terres exondées, protégées de l’océan par les digues. Ces terres, déclives, descendent de la mer au continent. Au plus près des digues, en haut de l’Enclave, un banc sablonneux, cordon littoral autrefois appelé « les Dunes », est aussitôt relayé par la tangue grisâtre2 qui compose le sol des « Marais Blancs ». Sous ce nom de « Marais Blancs » sont aujourd’hui réunies toutes les terres hautes et limoneuses du marais, « dunes » comprises. Au plus près du continent, appelé « Le Terrain », au point le plus bas de l’Enclave, la tangue le cède à la tourbe des « Marais Noirs », affaissée en cuvettes au pied de Dol (Bassin de la Bruyère) et de Châteauneuf (Bassin de la Rosière). Ces cuvettes tourbeuses reçoivent donc, tout naturellement, l’eau dévalant des deux plans inclinés qui les enserrent, l’Enclave et le Terrain.

10Dans le cadre d’un projet uniforme de mise en valeur agricole, il est aisé de se représenter les divergences d’intérêts qui vont séparer les Marais Blancs des Marais Noirs. En effet, limoneuses ou tourbeuses, les terres de l’Enclave ont toutes également besoin d’un certain niveau d’eau pour empêcher qu’elles se dessèchent. Toutefois, les intérêts des Marais Blancs exigent une politique d’irrigation, tandis que ceux des Marais Noirs, dans l’idéal, exigeraient au contraire une politique de drainage.

  • 3 Pour le royaume de France, ce projet servira longtemps à appuyer son effort de centralisation du p (...)
  • 4 Institution dont la création, historiquement, sert la politique intégrationniste du royaume tout e (...)
  • 5 Encore que cette appellation semble moderne.

11Or c’est précisément un projet de drainage qui est formulé par le royaume de France dès le xvie siècle3. Le Parlement de Bretagne4, Réunissant sous sa tutelle administrative les « digues et marais » répartis sur les fiefs de Châteauneuf, Dol et Combourg, est à l’origine de l’entité géopolitique « Enclave5 ». Pourtant, il ne draine pas le marais, ce qui lui est assez reproché à la fin du xviiie siècle. (Ogée 1776-1780.) Sa politique hydraulique orchestre la circulation de l’eau et vise l’irrigation des terres limoneuses, déjà très productives, tout en empêchant une trop grande accumulation d’eau dans la cuvette tourbeuse, qui menacerait d’inonder les bonnes terres.

12A la Révolution, l’effondrement des structures de l’Ancien Régime et les difficultés que traverse la République naissante marque un net affaiblissement de la pression du pouvoir central sur les marais de Dol. Dans cette vacance momentanée du pouvoir va naître le Syndicat des digues et marais. En l’an vu, les propriétaires de marais se regroupent en association syndicale pour gérer l’Enclave, en reprenant à leur compte les règlements de l’ex-parlement breton. D’emblée, l’État républicain leur adjoint ses représentants techniques : Ponts et Chaussées puis Direction départementale de l’Équipement (dde). L’histoire de cette co-gestion est alors une succession ininterrompue de conflits, par lesquels se dispute le contrôle du territoire.

13L’État, jusqu’à une date récente partisan d’une politique de drainage, tentera à plusieurs reprises d’écarter, voire d’abolir le Syndicat des digues pour arriver à ses fins. Tous les projets qu’il établit offrent cette particularité qu’en proposant, par exemple, de raccorder le marais à la Rance ou de dériver le Couesnon, ils rompent systématiquement avec le principe d’une circulation de l’eau en vase clos dans l’enceinte de l’Enclave. Ils rompent donc aussi les frontières, tellement « étanches », de celle-ci. Mais l’Enclave tient à ses eaux. L’association syndicale, depuis sa création, et bien qu’elle ne soit pas consensuelle, fait systématiquement opposition aux projets de l’État. Cette opposition se laisse interpréter de deux façons : d’une part, le syndicat est dépositaire d’une logique hydraulique spécifique, qu’il défend. Les intérêts des terres limoneuses y sont trop puissants et majoritairement représentés pour laisser ainsi défaire l’unité de l’Enclave, pour laisser dissocier du Marais Blanc le Marais Noir, alors que par lui transite une eau dont le syndicat veut absolument garder le contrôle. D’autre part, il garde le pouvoir aussi longtemps qu’il ne cède pas la décision hydraulique. Il reste que le Syndicat des digues, depuis son origine, empêcha que le marais fût drainé. D’où vient donc l’accusation qui le vise ?

  • 6 Cette dérogation au principe de solidarité générale qui fonde l’association dit assez combien les (...)

14Le conflit entre l’État et l’Association, entre le pouvoir central et un pouvoir local, va s’atténuer dans les années 60. La dde, contrainte par les travaux réalisés au fil du temps sur le Couesnon et la Rance, a renoncé à ses plus ambitieux projets. L’État reste pourtant soucieux de performances agricoles. Son ministère de l’Équipement continue d’œuvrer à une mise en valeur du Marais Noir en intervenant d’importance sur les conditions de circulation de l’eau (création de canaux, reprofilage de bieds, déviation et aménagement de cours d’eau, etc.), tandis que son ministère de l’Agriculture promeut, sur place, l’élevage laitier. La révolution agricole draine la population pauvre du secteur agricole vers d’autres secteurs d’activités et vers les pôles urbains ; elle modifie considérablement, avec le temps, le profil des communes rurales comme celui des exploitations agricoles. Au cours de cette mutation, le Syndicat des digues devient un groupement corporatiste : sur l’Enclave, les intérêts de la profession agricole priment sur ceux de la propriété. Or, si les exploitants sont rarement propriétaires, ils sont par contre désormais à la tête de vastes surfaces de sorte que, dans le syndicat, le rapport qui, depuis la Restauration, unit surface politique et surface foncière demeure. En 1982, quelques éleveurs, que la pression foncière des années 70 a conduits sur les Marais Noirs, précisément dans le Bassin de La Bruyère, demandent au syndicat l’installation d’une pompe électrique destinée à éviter l’inondation encore trop fréquente de leurs terres. Ils essuient un refus. En assemblée générale, les exploitants du Marais Blanc finissent toutefois par accéder à leur demande, sous condition de n’être pas impliqués financièrement6.

15La Bruyère parachevait là sa révolution agricole.

16La masse des micro-propriétaires des Marais Noirs du Bassin de La Bruyère, pour la plupart non exploitants, fut donc appelée à assumer les frais engagés par les cultivateurs dans la station de pompage, et dont le syndicat s’était dégagé. Ce fut très mal reçu. Le conflit qui éclata resta confiné dans les Marais Noirs, y opposant propriétaires et exploitants. Puis vint la sécheresse, qui, à terme, inquiéta sérieusement tant les instances politiques régionales que la population. L’attention se fixa sur la gestion et la pollution de l’eau. Sur le marais, le syndicat fut, çà et là, accusé de drainer, d’assécher, de polluer, de nuire. Simultanément, en application des directives européennes, la sauvegarde des zones humides prit le pas sur le productivisme agricole, la dda renonça au Marais Noir, se retira et la drae entra en lice.

17Au gré de la contestation de son pouvoir, le Syndicat des digues put mesurer la fragilité de sa position corporatiste. Les communes implantées tout ou partie sur l’Enclave participent activement à la politique de l’association : c’est, en effet, dans chacune d’elles que les propriétaires de marais élisent leur députation au syndicat. Or, dans ces communes, la population agricole a terriblement régressé et s’efface progressivement de la scène politique municipale. Les intérêts exclusifs que défend actuellement le Syndicat des digues sur le marais sont en passe de devenir minoritaire.

18Le syndicat et les communes sont sans cesse traversés de semblables tensions politiques, souvent explosives. Le conflit noué autour du projet de la drae est un des multiples avatars du conflit qui oppose depuis longtemps le pouvoir centralisateur aux pouvoirs locaux et qui, toujours, se juxtapose et se combine aux querelles intestines. Les pouvoirs locaux n’étant pas consensuels et le pouvoir central n’étant ni stable dans sa forme (monarchie, république, empire, etc.), ni monolithique, l’Enclave est, dans l’histoire moderne, conformée par des stratégies politiques multiples, jusqu’à devenir cet espace partagé en Marais Noirs / Marais Blancs.

19« Noirs », parce que tourbeux ; « Blancs », parce que limoneux : cela semble d’une évidence toute naturelle. La toponymie traduirait là une connaissance empirique, relèverait de l’observation de la nature. Pourtant, les variations historiques qu’elle présente permettent de penser qu’elle traduit au moins autant l’expérience de l’espace politique que celle de l’espace naturel. En effet, quoique toujours très liée à la configuration naturelle, elle n’en retient pas toujours les mêmes éléments, de sorte qu’elle ne lui emprunte que ce qui lui permet de décliner la configuration géopolitique. Ainsi, avant la Révolution, sur le territoire de l’Enclave encore partagé en trois fiefs, de nombreux sous-ensembles étaient différenciés : les « Dunes » et le « Bocage » y étaient bien distincts des Marais « Blancs » ou « Noirs », déjà connus sous ces deux couleurs mais unis par leur caractère inondable. A la Révolution, la population des « Marais Blancs » affiche des options républicaines. Dès lors, au fil des régimes qui vont se succéder, une nette opposition politique divise l’Enclave et génère une nouvelle toponymie qui distingue un marais « occidental » d’un marais « oriental », les Marais Blancs venant buter sur la frontière de l’ancien mais encore très puissant fief de Dol. Après la canalisation du Couesnon, lorsque les Marais Blancs sont définitivement protégés des inondations, leur potentiel agricole s’affirme. A partir de là, les relations politiques internes changent et isolent désormais les intérêts minoritaires des Marais Noirs de plus en plus exposés et toujours (mais désormais seuls) pauvres. La ligne de démarcation des aires en conflit subit une permutation, n’opposant plus l’orient et l’occident mais le nord et le sud : les Marais Blancs qui englobent sous leur nom la totalité des terres littorales nécessitant une politique d’irrigation, et les Marais Noirs qui comprennent les cuvettes tourbeuses.

L’engloutissement, sanction de la ruine

  • 7 Cité maudite des légendes locales, investie par les païens, les Normands et autres barbares, lieu (...)
  • 8 Celle-là même dont les savants débattent depuis le xviiie siècle.

20Il est d’usage de présenter l’histoire du marais dans la perspective d’une longue succession de tentatives échouées d’exondation. Pour peu que l’on remette en cause la représentation des relations nature/ culture qui sert cette interprétation de l’histoire, il devient possible d’en avoir une lecture tout autre. Le projet global d’exondation apparaît être de facture récente (le xviie siècle) et historiquement lié à l’émergence de l’État. Auparavant, différents états de société semblent avoir façonné chaque fois l’espace à leur convenance, jouant différemment de l’inondabilité comme de l’exondabilité. C’est d’ailleurs ce que disent, en substance, les récits attribués à la tradition populaire, les légendes et autres métaphores plus ou moins anciennes. Gargantua, Saint Samson, Charlemagne, Dieu, quiconque déclare gouverner ce territoire n’a rien de plus pressé que d’en modeler la géographie à sa guise. Gargantua s’invente des montagnes et déforeste à loisir ; Saint Samson fait reculer l’océan pour agrandir son domaine ; Charlemagne, furieux de rencontrer là une résistance à l’extension de son empire, noie la terre de Gardoine7, réalisant à une échelle réduite ce que Dieu fit sur l’ensemble de la forêt druidique de Scissy8. Tous ont un point commun : ils maîtrisent l’eau, condition avérée nécessaire pour gouverner le marais.

21La correspondance étroite entre cataclysme naturel et cataclysme politique contenue dans ces récits va très au-delà de la simple valeur métaphorique, et prend sens dans la portée sociale et politique de ce système de représentations.

22Ce qui pourrait être éventuellement saisi comme mythe fondateur – le cataclysme qui dévasta la forêt de Scissy – est sans cesse réactualisé. La mémoire vive continue de transmettre selon ce schéma l’histoire moderne du marais. La dévastation de la forêt et l’engloutissement par les eaux, c’était hier, sous l’occupation allemande, à la veille de la révolution agricole, et c’est peut-être pour demain, car on pressent le cataclysme et la fin d’un monde. Ne murmure-t-on pas que la mer infiltre la nappe phréatique et revient à l’assaut du marais, tandis que c’est bien une forêt, assure-t-on, que l’ouragan de 87 a abattu... « On aurait dit la fin du monde. » Crise paysagère ? Bel euphémisme.

23Dans ce système, il apparaît qu’une société qui perd son propre contrôle, sa faculté d’organisation interne, donc sa « puissance politique », est vouée à l’eau, où elle achève sa décomposition. La submersion n’est pas un état initial, mais un état potentiel, sanctionnant la faillite de la culture. Ce n’est pas la perte du contrôle de la nature qui cause la perte de la culture, c’est la ruine du principe de culture qui appelle sa disparition.

24La forêt dévastée en 1944 par l’armée allemande d’occupation, était elle-même le témoin d’une société en cours de décrépitude. Elle était faite de saules et de peupliers qui composaient les haies d’un parcellaire lentement submergé du fait de la négligence des hommes, dit-on, et qui s’encombrait lentement d’un fouillis végétal dense. Autrefois, assure-t-on, avant ce coupable laisser-aller, elle était en culture et donnait du bon foin ; les anciens en appellent à la mémoire de leur défunts parents, qui ne l’ont pas vu, mais l’ont ouï dire. Lorsque la mer fut lancée à l’assaut du marais, elle engloutit les restes d’une société qui se laissait submerger.

25Est-ce à dire que la nature a repris le dessus ? Ce n’est pas la nature, c’est l’eau. En effet, il est ici un autre état de nature : la tourbe. Et la nature de la tourbe, c’est l’arbre : il la compose, il est au-dessus, au-dessous, partout. Il y a donc plusieurs états naturels possibles, ce n’est pas la nature, mais un état de nature, témoin d’un état décomposé de culture, qui est tenu le plus possible à distance.

  • 9 Cette commune est partiellement enclavée sur les marais, dans le Bassin de La Bruyère.

26C’est d’autant moins la nature qui prend le dessus qu’il est plutôt donné à entendre que c’est l’homme qui fut « au-dessous de tout ». Et l’on peut observer que ce mode de représentation est opérant sur le corps individuel comme sur le corps collectif. Ainsi, avant la guerre, dans la commune de Roz-Landrieux9, près de Dol, il apparaît qu’un paysan confronté, sur les terres qu’il a en exploitation, à des difficultés qui ne lui permettent pas de tenir son rang, et pour peu qu’il reste trop longtemps dans cette situation scabreuse, est bientôt dépossédé de ses terres : celles-ci changent de main et il se trouve relégué sur le marais. Ceux qui sont rejetés sur le marais savent tous leurs espoirs engloutis : ils ne feront plus surface. D’ailleurs, ils n’ont plus de surface : en perdant la surface foncière, ils ont perdu toute surface sociale. Ils perdent aussi la face, et les blasons populaires qui les évoquent sont particulièrement peu gratifiants : « braies gares » (culottes tachées), « pattes vasouses », « voloux », « teignoux », « tas de marauds dans un pertus, les budauds leur chient dessus », etc. Dans cette cuvette corrompue d’eau, ce « crassier » à valeur excrémentielle, le corps social évacue le déchet de sa population. Et tout individu qui connaît une faillite sociale vient achever là la décomposition de sa qualité d’être social, devenant, aux yeux des autres, paresseux, crasseux, improductif, agressif, corrompu tant par une sexualité débridée (que l’on juge au nombre d’enfants qui renouvellent une population indésirable), que par les maladies qui le rongent, etc., bref : pauvre, « gueux comme le rat », dit-on. Telles sont, depuis le Terrain, les représentations de la population des Marais Noirs, fondues, en fantasme de mort, avec les représentations du marécage.

27Le pauvre est voué au marais comme le marais est voué à la pauvreté. Mais celle-ci n’est pas intrinsèque, elle est tout arbitraire. Il s’agit d’une pauvreté déclarée et, de ce fait, plus vraie que nature. Tout un chacun témoigne que le marais était riche en gibier d’eau (mais celui-ci n’entrait pas dans les richesses comptabilisables ou socialisées), que le marais était riche en roseau (mais le chaume était alors de valeur moindre). Le discrédit frappait jusqu’au foin extrait du marais, réputé impropre à la consommation des bêtes domestiques et acheté comme litière. La « pauvreté » du marais, c’est d’abord la pauvreté dont il est culturellement chargé, et qui engage tout sujet social pris dans ce système de valeurs à y projeter la sienne propre.

28Il est, de ce point de vue, symptomatique que ce soient des cultivateurs « hors-venus », étrangers au groupe et à sa trame socio-familiale, politique et culturelle, qui aient les premiers « réussi » sur les marais, même en eau. Les natifs, en auraient-ils eu le désir ou l’idée, n’en auraient pas eu le pouvoir, serrés qu’ils étaient dans cette trame et n’ayant accès à aucun des pôles de gouvernement, pas plus dans la commune que dans le syndicat. Or ces deux structures combinent leurs intérêts et tentent d’assurer les conditions de reproduction des rapports politiques internes à chacune d’elles : par exemple, le maintien de l’état social de la population des Marais Noirs, réserve de main-d’œuvre pour les fermes et usines environnantes, a longtemps passé par l’immobilisation de l’état de nature marécageux, qui servait aussi bien les intérêts de la commune que ceux du syndicat.

Crise du paysage et crise d’appropriation

29La révolution agricole a opéré de tels bouleversements que, dans le paysage actuel, beaucoup se plaignent de « ne pas s’y retrouver ». « Petite Hollande » pour les uns, « désert » pour les autres, les Marais Noirs semblent, dans les deux cas, être devenus résolument « étrangers » à ceux qui l’habitent. Dans son propre système de représentation, ce décalage signifie à la société locale qu’elle a perdu le contrôle d’elle-même, que le gouvernement lui est ôté et, de fait, lui échappent les paramètres de choix et les décisions politiques en matière de gestion du territoire, jusques et y compris à l’échelle individuelle de l’exploitation agricole. En voilà assez pour appeler le cataclysme naturel et, donc, induire une lecture cataclysmique de la nature.

30C’est dans ce climat d’anxiété (où l’urgence, pour tous, chacun selon son intérêt particulier, était à la reconquête du marais) que le projet drae intervint. Il rendit patent un autre conflit d’usage latent, tournant autour de l’appropriation/expropriation du territoire et de l’usage de celui-ci. Il ne se laisse pas aborder simplement par le biais des catégories ; en la circonstance, celles de « propre » et de « sale » mises à contribution ne fonctionnent pas sans rallier d’autres réseaux pour se conjuguer avec « en propre » et « impropre », « appropriation » et « expropriation ».

31L’obsession du cultivateur semble être de nettoyer, de chasser la « crasse » (végétation indésirable). Les parcelles doivent être « propres » : devenues propres à un usage agricole. Depuis quelque temps, le marais est « propre » comme jamais il ne le fut. Ce qualificatif est utilisé par tous, aussi bien par ceux qui revendiquent ce nouvel aspect que par ceux qui récriminent. Résultat : « Il n’y a plus rien, c’est le désert. » Par définition, un désert est une zone aride et inhabitée ; or ce n’est pas l’absence de l’eau qui sert à justifier le terme de désert, c’est l’absence de l’arbre. La perte de l’arbre semble associée à une déperdition relationnelle importante, s’articulant l’une et l’autre à la thématique du dépeuplement, mais peut-être aussi à celle de l’intimité. La politique de l’arasement sur de grandes surfaces fait permuter de « propre » à « nu », et cette « nudité » des parcelles semble attenter à la pudeur des hommes. Le fait de « voir » à perte de vue, de voir les fermes et communes voisines, d’être « exposé », au vent et à la vue, mis à « découvert », sont autant de plaintes qui sans cesse reviennent dans les propos. La couverture d’arbres arrachée, ce ne sont sans doute pas les secrets de la tourbe qui ont été surpris. Simple hypothèse.

32Le marais tourbeux exondé est « propre » : signe que les cultivateurs se l’approprient. Ils en ont l’usage exclusif et, au gré de cette appropriation par l’usage, ils revendiquent le marais en propriété privée, comme s’il était « le leur propre ». Pourtant, ils ne le possèdent pas. Le marais est distribué en centaines de petites propriétés privées. La qualité « privée » qu’ils revendiquent est donc un procès en appropriation par l’usage qui en exproprie les petits propriétaires. Tous ceux qui, quoique parfois propriétaires, perdent l’usage du marais, récriminent : autrefois, quand le marais était en arbres et en eau, il était « à tout le monde ». Non, il était en fait déjà en propriété, mais l’eau le rendait impropre à la culture. Il était « crasse », et de ce fait propre à des usages collectifs, au nombre desquels dominaient les pratiques de chasse et de cueillette, non réservées, mais particulièrement caractéristiques de ceux qui n’avaient que peu, voire pas, de terre à travailler. L’usage collectif est associé au désordre. La chasse, son ultime expression, « souille » le marais et met à sac l’ouvrage agricole, au grand dam des cultivateurs qui se plaignent de la sauvagerie des « viandards » et du charivari qu’ils mènent : à grand bruit, ce sont bris de clôtures, vaches égarées, douilles semées et mésanges tirées dans le plus grand désordre.

33Actuellement, tout un chacun se vit comme menacé d’expropriation, les cultivateurs comme les autres, et le peuplier est l’instrument du conflit :

34A la fin des années 80, un petit groupe d’amis, sympathisants écologistes, partent en expéditions nocturnes pour planter en peupleraie des parcelles qu’ils repèrent comme friches (sans que ce soit, d’ailleurs, toujours le cas). Pour eux, le symbole de la nature du marais, c’est la peupleraie, la forêt humaine par excellence. Ce parti pris d’enforestation est un défi lancé aux cultivateurs et exprime la volonté de leur disputer le terrain « déserté ». L’arbre y représente autant la nature que la population évincée de l’usage de celle-ci par l’agriculture et qui revendique, par l’arbre interposé, d’être présente sur le marais, de se réapproprier les lieux. Et tandis que ces militants de l’écologie seraient plutôt favorables au projet de la DRAE, les actes qu’ils posent lui sont contraires : une trop grande densité d’arbres empêcherait la nidification des oiseaux d’eau.

35La plantation en peupleraie, c’est aussi, pour les cultivateurs en perte de vitesse et qui vont bientôt devoir « quitter », une occasion d’occuper leurs parcelles et de pouvoir les transmettre à leurs enfants, par l’effet des mesures fiscales accompagnant la politique de reboisement menée par la Chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine.

36Il reste que les peupliers des années 50 n’ont pas poussé normalement, qu’en 86 les chenilles les ont massacrés, qu’en 87 la tempête les a abattus et qu’ils ont été renouvelés en vain : les jeunes plants poussent péniblement, de guingois ; ils affichent un feuillage maladif, tous crèvent ou peu s’en faut. Le peuplier, l’arbre de l’homme, a la guigne sur le marais et c’est mauvais signe. Qu’ont-ils donc, ces arbres, à rester si chétifs, si peu conformes aux arbres fétiches dont la mémoire collective conserve le souvenir de titans magnifiques ?

37Cela inquiète, et le dépérissement du peuplier bénéficie d’explications contradictoires, chacun expliquant cette perte à la lumière de la perte dont il a à souffrir. Pour celui-ci, dont l’exploitation tient a l’immersion du marais (roseraie), la perte du peuplier est, naturellement, due à un manque d’eau imputable à la politique du Syndicat des digues ; pour celui-là, cultivateur du Terrain mal disposé à rencontre de la Bruyère, cela s’explique, naturellement, par la pauvreté de la tourbe ; pour cet autre, éleveur dont l’exploitation est sur le marais, cet échec est imputable à l’État, soupçonné de fournir des plants malades, ce qui atteste de son « incapacité » supposée à gouverner le marais.

38Et c’est dans ce contexte que circule la rumeur d’une infiltration de la nappe phréatique.

39Dans cette société en crise, sur ce marais miroir de l’histoire humaine et qui vit à son rythme, sur ce marais oracle où chacun prend l’augure des arbres et de l’eau, l’imaginaire de l’engloutissement ne permettait pas que soit accueilli sereinement un projet d’inondation comme projet d’avenir. Le marais en eau et voué au roseau : l’image même de la ruine et sa sanction. Et ces terres, déclarées « pauvres » – cette fois par les études préalables demandées par la drae –, redevenues par l’effet de la malédiction accessibles à l’eau : fatalité ? Le point de vue technicien réitère le cauchemar : c’est écrit. Noir sur Blanc, évidemment.

40Et la nature dans tout cela ? Elle reste introuvable. Il n’est pas certain qu’on se fasse, à Dol, cette représentation des choses que formule le concept de nature. Si l’idée de nature semble communément admise, ici comme ailleurs, il n’en reste pas moins que les rapports à l’eau, à l’air, à la terre, aux arbres, aux animaux, etc., les rapports dits « à la nature » ne se laissent pas appréhender comme tels, pas plus qu’ils ne sont formulés comme tels. C’est en cela que l’idée de nature renvoie à une construction idéologique et à une pensée politique bien plus qu’à un objet : la « nature » de l’espace sur lequel se déploie une culture demande à être définie comme telle dès lors que l’État, par la voix du savoir autorisé qui produit comme objet « nature » un concept qui lui appartient, a sur cet espace un projet de société.

41Qu’en est-il du paysage ?

42Yves Luginbühl expose comment le projet paysagiste s’inscrivait, à la fin du xviiie siècle, dans un projet social (projet d’aménagement du territoire, unificateur, chargé à la fois de promouvoir, illustrer et réaliser un idéal social) ; comment le paysage, sujet de prédilection des élites du xixe siècle, est peu à peu vidé de son contenu social et (tandis que son esthétique est majorée) utilisé comme instrument politique, notamment avec la création des premières associations touristiques qui militeront pour la sauvegarde des sites et des monuments. (Luginbühl 1989.) Il s’agit bien encore, comme on a pu le voir opérer sous le prétexte de Nature, de transférer la tutelle politique d’un espace, et, cette fois, dans le même mouvement, d’enrichir le patrimoine national. L’émergence du tourisme correspond historiquement au moment de la réappropriation de la Nature par les élites, laquelle en est d’abord passée par la longue histoire de l’élaboration d’une définition savante accompagnée de la réfutation des pratiques et savoirs naturalistes populaires, un vif engouement des mieux nantis pour le naturalisme, tandis que les moins nantis, quant à eux, quittaient les campagnes pour alimenter le prolétariat urbain, déplaçant, avec eux, les foyers d’insécurité. (Boujot, Bergues à paraître.) Dans cette campagne assagie, la sauvagerie, d’odieuse qu’elle était, devient sublime. Nature et Paysage ont déjà ceci de commun qu’ils peuvent l’un et l’autre servir à conforter le pouvoir central, à porter un projet de société à valeur universelle. Nature et Paysage partagent encore ceci qu’ils justifient des interventions sur la nature et la société qui visent à les conformer à une représentation idéale. Cela entraîne au moins deux conséquences : toute diversité, culturelle ou naturelle, est biffée d’un trait pour laisser place à l’archétype – la stéréotypie du projet de la drae en témoigne –, et à un penchant certain pour une instrumentalisation du sujet qui laisse perplexe. La trajectoire idéologique et politique dans laquelle s’inscrivent actuellement la plupart des projets dits de « sauvegarde » de la nature ou du paysage se traduisent, entre autres, par ce qui commence à être dénoncé comme la folklorisation des sociétés paysannes (Lizet 1991), leur assignation à l’entretien et la reproduction mécanique d’un état de nature hyper-contrôlé, et à la production de paysage : une nature morte à dévorer des yeux, où « les figures (d’hommes ou d’animaux) et les constructions (fabriques) ne sont que des accessoires ». (Petit Robert.)

Références bibliographiques

43Boujot, G, Bergues, M., à paraître, « Marais fantastiques, histoire des représentations des marais dans la littérature française » (titre provisoire), in Marais, Marécages, Ministère de l’Environnement, École nationale du paysage.

44Lizet, B., 1991, « De la campagne à la nature ordinaire », Études rurales, n° 121-124.

45Luginbühl, Y., 1989, « Paysage élitaire et paysages ordinaires », Ethnologie française, « Crise du paysage ».

46Ogée, J., 1776-1780, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Nantes, Le Vatar.

Notes

1 Le Marais de Dol-Châteauneuf : Patrimoine, Potentialités. Synthèse des dossiers. Ouest Aménagement, 1986-1988.

2 Sable vaseux, calcaire, très fin, grisâtre, sur le littoral de la Manche, qu’on utilise comme engrais.

3 Pour le royaume de France, ce projet servira longtemps à appuyer son effort de centralisation du pouvoir.

4 Institution dont la création, historiquement, sert la politique intégrationniste du royaume tout en offrant des privilèges à la province de Bretagne.

5 Encore que cette appellation semble moderne.

6 Cette dérogation au principe de solidarité générale qui fonde l’association dit assez combien les tensions entre Marais Noirs et Blancs sont encore vives.

7 Cité maudite des légendes locales, investie par les païens, les Normands et autres barbares, lieu de dissolution des mœurs et de résistance à l’autorité. Les érudits locaux ont longtemps discuté de sa localisation géographique exacte, quelque part aux environs de Châteauneuf.

8 Celle-là même dont les savants débattent depuis le xviiie siècle.

9 Cette commune est partiellement enclavée sur les marais, dans le Bassin de La Bruyère.

Table des illustrations

Légende 12. Le marais de Dol-Châteauneuf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

Auteur

Ethnologue, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540