Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concert et son public

 | 
Hans Erich Bödeker
, 
Michael Werner
, 
Patrice Veit

Postlude

Le concert : art, divertissement, marché

Rudolf Vierhaus

Texte intégral

  • 1 Le terme allemand Konzert a en effet le double sens de « concerto » et de « concert ». (NdT.)

1A travers le double sens du mot allemand Konzert1 qui, comme terme générique, s’applique à des œuvres musicales exigeant le concours de plusieurs voix et instruments, et qui, comme concept plus large, désigne l’exécution de ces œuvres, la notion de « concert » renvoie historiquement et jusqu’à nos jours à un ensemble hétérogène et complexe de phénomènes artistiques et culturels interdépendants. L’histoire du concert, en particulier, pose de nombreuses questions qui dépassent largement le champ restreint de la musicologie et qui nécessitent une réflexion interdisciplinaire. Il s’agit alors de s’interroger sur les compositeurs et les compositions, sur les interprètes et les interprétations, sur les orchestres, les instruments, le public et les organisateurs... ; de se poser la question des contextes, de la fonction sociale et de la dimension commerciale du concert au cours de son évolution depuis le XVIIIe siècle – époque à laquelle il est devenu, aux côtés puis au-delà de l’oratorio et de l’opéra, le genre musical le plus répandu et le plus populaire.

2Sous l’angle de la sociologie historique de la culture, il est particulièrement intéressant d’observer les rapports qu’entretiennent les compositeurs avec les interprètes et le public, comme l’interférence des maisons d’édition et des agences organisatrices de concerts, ou bien encore le rôle joué par la critique musicale et le mécénat public et privé. Le développement extraordinaire du concert, du début du XVIIIe à la fin du XIXe siècle et jusqu’à l’apparition de la radio et du disque, n’est pas seulement dû à l’essor rapide et prestigieux des œuvres symphoniques. L’intérêt croissant pour cette musique, débordant le cadre de l’Église et de la cour, a suscité la création d’orchestres amateurs et professionnels toujours plus nombreux pour lesquels, dans les cités prospères, ont été construites des salles de spectacle spécifiques, financées par un public de bourgeois enclin à encourager la culture musicale, à la recherche des formes de sa représentation sociale et néanmoins désireux de se divertir.

3Dans le même temps, à l’aide également de moyens privés, apparurent des écoles de musique, des conservatoires et des sociétés de musique. Des agences, qu’elles fussent à but lucratif ou non, prirent alors en charge l’organisation de concerts ponctuels, la venue de solistes et d’orchestres invités, ou la programmation de saisons d’abonnement ; quant aux rencontres et fêtes musicales, elles attiraient un large public et avaient lieu bien souvent à l’occasion de rassemblements patriotiques ou d’événements commémoratifs. Le concert devint ainsi partie intégrante des manifestations publiques et des festivités diverses, et connut une popularité jusque-là inédite dans l’univers musical, de la même manière que, plus généralement, la musique gagna à cette époque un public plus considérable que n’importe quelle autre discipline artistique, qu’il s’agisse d’ailleurs de la « grande » musique ou de la musique « légère ».

  • 2 En allemand, la distinction est faite entre musique « sérieuse » (ernste) et musique « de divertis (...)

4Cette distinction catégorielle2, qui n’acquit une valeur canonique qu’à partir du XIXe siècle – du moins en Allemagne – , s’appliqua aux œuvres comme au public et s’est ainsi posée en jugement de valeur : d’un côté la grande musique, émanant d’une haute ambition artistique, exigeant un public cultivé et préparé à son écoute ; de l’autre la musique « légère », immédiatement plaisante, facilement abordable et assimilable, destinée à un public socialement hétérogène et fort différent dans ses exigences comme dans ses attentes en matière musicale. Il ne faudrait cependant pas accorder trop d’importance à cette opposition schématique. Car la musique a toujours recouvert des formes multiples : sérieuse et enjouée, éducative et divertissante, animant les fêtes et donnant du plaisir. Une part non négligeable de petits concertos, dans l’œuvre même de grands compositeurs, eurent souvent vocation à divertir le public, et de nombreux programmes musicaux destinés à une assistance huppée surprendraient aujourd’hui, tant ces soirées étaient chargées d’une variété d’œuvres ou d’extraits musicaux de types et de caractères très différents. A l’inverse, les cercles musicaux de la petite bourgeoisie et du monde ouvrier ont bien souvent montré un intérêt pour cette « grande » musique précisément, avec l’ambition de participer à la vie de cet art majeur et avec la conviction qu’ils manifestaient à son égard un plus grand respect que le public des couches aisées.

5L’essor étonnant du concert en Europe et, à partir du XIXe siècle, en Amérique, est davantage redevable à l’accueil qui fut réservé aux œuvres, c’est-à-dire au développement du public attiré par les concerts, qu’à la production musicale proprement dite. Parmi les conditions de cet essor, on ne saurait sous-estimer l’importance de l’intérêt que les familles, les églises et l’école ont porté à la musique, la multiplication des chorales et des cercles musicaux. Au titre des structures et des facteurs de diffusion, il faut surtout compter d’une part l’avènement d’orchestres amateurs et professionnels, d’autre part la naissance d’institutions autour desquelles s’est organisée une activité de concerts locale, interrégionale et internationale.

6Les différentes étapes et les différents rythmes de ce processus complexe furent sans doute le fruit de contextes sociaux particuliers ; mais ils étaient également déterminés par des conditions de réception particulières, par des relations personnelles et par des rapports institutionnels. Rares furent les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles à n’avoir pas accueilli de musiciens ni de chanteurs italiens ; à certaines époques, en effet, la musique italienne – ou dans le style italien – dominait la vie musicale du monde aristocratique. A des fins d’apprentissage, pour se faire connaître ou pour gagner leur vie et trouver un emploi de durée plus ou moins longue, les musiciens – compositeurs, solistes, membres d’orchestres – étaient invités ou affectés dans des villes étrangères connues pour leur dynamisme musical. Si les frontières nationales ou confessionnelles ne représentaient pas de véritables obstacles à cette mobilité, elles donnaient toutefois lieu à certaines préférences dans le choix des uns et des autres.

7En même temps que cette république musicale, un public international vit le jour, attentif à la vie musicale dans son propre pays comme à l’étranger et soucieux d’y participer plus ou moins directement. Fréquenter les concerts donnés par des orchestres de passage ou les événements musicaux durant la « saison » fit partie des us et coutumes des familles aisées, notamment de celles qui ne vivaient pas dans des villes offrant une importante activité musicale. Au cours du XIXe siècle, cet intérêt donna déjà lieu à des formes de tourisme musical, à des modes de vedettariat, en particulier lorsqu’il s’agissait de concerts en tête d’affiche desquels apparaissaient des noms d’artistes, de chefs d’orchestre ou de compositeurs célèbres.

8Autre signe de sa popularité, on observe que le concert devint un élément important des fêtes à caractère patriotique, des manifestations commémoratives et des cérémonies d’inauguration. En conférant à ces occasions un mélange de solennité, de représentation et de climat festif, la musique associait, plus spécialement lors des fêtes des sociétés chorales (Sängerfeste), une grande partie du public, qui devenait lui-même musicien-acteur. Les concerts sont en mesure de susciter un sentiment de communion parmi leurs auditeurs, et c’est d’ailleurs là leur fonction dans de nombreuses manifestations, y compris politiques. La musique et notamment les concerts peuvent avoir différentes vocations lorsqu’ils donnent un sentiment de bonheur, qu’ils séduisent ou qu’ils jettent sur le malheur un linceul de pathos et d’harmonie. La musique n’est jamais innocente, tant elle peut être insidieusement utilisée ; mais, plus que tout autre art, elle est aussi capable de réconcilier les hommes.

9La logique du développement du concert au cours de la période traitée par cet ouvrage participe du soutien qui lui fut accordé, selon des intérêts en matière de politique culturelle comme en termes financiers, par les cours, les églises, les mécènes publics et privés – autant d’acteurs influents, à la fois indépendants les uns des autres et en situation d’interaction. L’impression et le commerce des partitions musicales devinrent, grâce à une forte demande internationale, un marché lucratif ; l’organisation des concerts, des voyages musicaux et des festivals, la vente des billets et des abonnements suscitèrent l’apparition d’agences spécialisées ; l’information sur l’actualité musicale et son corollaire critique s’immiscèrent dans les journaux et périodiques. Au gré du réseau de communication, d’information et de coopération qu’entretinrent de plus en plus étroitement les personnes et les institutions, les concerts acquirent un public aux attentes et aux exigences croissantes, auxquelles les organisateurs devaient apporter une réponse dans leurs programmations. Se livrer à la reconstitution précise des rapports entretenus par les orchestres et le public ainsi que du rôle des institutions génératrices et médiatrices de ces relations donne un regard riche de perspectives sur les pratiques sociales et culturelles et leur évolution, sur leurs caractéristiques locales, régionales et nationales, mais aussi sur leur convergence croissante.

10Sous le signe de l’évolution au XIXe siècle, l’histoire sociale et culturelle de la musique est confrontée à l’exigence que lui imposent les nouvelles dimensions de notre époque, qu’il s’agisse de la modernité radicale de la « musique contemporaine » pour un public restreint, ou de l’omniprésence des techniques de production et de reproduction musicale. La musique est devenue un matériau aux usages illimités ; rien n’arrête aujourd’hui les arrangements et les réarrangements mélodiques, ou ceux d’œuvres entières ; l’industrie musicale correspond à un énorme marché commercial. Mais, imperturbablement, la tradition européenne du concert vit et se développe encore, et les grandes œuvres symphoniques trouvent malgré tout un public toujours plus nombreux.

Notes

1 Le terme allemand Konzert a en effet le double sens de « concerto » et de « concert ». (NdT.)

2 En allemand, la distinction est faite entre musique « sérieuse » (ernste) et musique « de divertissement » (unterhaltende), cette dernière correspondant en français du XXe siècle à « musique de variété ». (NdT.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540