Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

II. Le paysage des uns n'est pas celui des autres

12. Des vaches au marais : de l’élevage traditionnel à l’animal comme outil de gestion paysagère

Martine Bergues

Texte intégral

11. Paysage du marais Vernier

1Les sept communes qui se partagent les 4 500 hectares du marais Vernier n’y ont le plus souvent qu’une partie de leur territoire. Quatre de ces communes, dont Marais-Vernier, n’adhèrent pas à la charte du Parc naturel régional de Bretonne. Hors photo, sur la gauche, s’étendent le village et les terres de la commune de Marais-Vernier, entièrement située sur le marais. Lieu privilégié de l’étude ethnographique, cette commune se distingue notamment par son mode de gestion de l’espace : liens sociaux et élevage traditionnel sont intimement liés à la présence de quelque 900 hectares de biens communs et communaux. Les habitations du marais Vernier – beaucoup de chaumières sont rachetées à des fins résidentielles – sont situées « en pied de côte », tout au long de la boucle formée par l’ancien méandre de la Seine. Au devant d’elles et au premier plan de la photo, les « courtils », langues de terre entrecoupées de drains, jadis en partie voués au maraîchage, forment les pâturages privatifs. La partie centrale, dite de la « jeune tourbe » (zone boisée sur la photo) fut la première délaissée par l’agriculture ; elle est aujourd’hui domaine de la chasse et de la protection de la nature – réserve de la Grand’Mare, réserve de Mannevilles. (Photo M. Bergues.)

2Face au pont de Tancarville, à mi-chemin entre Rouen et Le Havre, le marais Vernier, avec ses 4 500 hectares étalés dans la boucle d’un ancien méandre de la Seine, reste une zone fortement marquée par l’activité agricole. Si le marais est souvent présenté comme une zone homogène, il en contient cependant plusieurs, qui correspondent à des modes différents d’exploitation de l’espace.

3Après les importants travaux d’assainissement de la fin du xixe siècle, le marais prend sa forme définitive, présentant une zone d’alluvions, récupérées dans le lit de la Seine, et une zone tourbeuse. La zone tourbeuse se divise elle-même en deux parties, la « jeune tourbe » et la « vieille tourbe », selon les catégories paysannes. La première, plus basse, moins drainée, est plus marécageuse que la seconde. C’est dans ces parties tourbeuses que coexistent désormais deux modes spécifiques de mise en valeur de l’espace axés sur l’élevage, l’un agricole, l’autre écologique.

4Deux modes de rapport à l’espace, deux conceptions de l’élevage, au moins deux races bovines, deux façons de considérer le paysage se partagent aujourd’hui le marais. Sans être véritablement conflictuelles, ces positions reposent sur une interprétation du rapport entre l’homme, l’animal et le paysage, en presque totale opposition. Dans un cas, le paysage est un simple sous-produit de l’activité traditionnelle d’élevage. Il n’est d’ailleurs pas individualisé en tant que paysage : il est consubstantiel au pays. Dans le second cas, il est également considéré comme un sous-produit – celui de la gestion de la nature par l’homme –, mais l’intervention sur le paysage se fait de façon totalement consciente. Il devient dès lors produit, vitrine, bien de consommation. A ces deux modèles correspondent deux modes de traitement et de représentation de l’animal. Ce sont ces rapports entre la vache et le paysage qui vont nous occuper ici.

Un marais voué à l’élevage

5« Il n’y a toujours eu que des normandes » : l’agriculture traditionnelle au marais Vernier repose essentiellement sur l’élevage de vaches laitières. Le maraîchage, activité féminine, lui est complémentaire. Les prairies humides (partie centrale des courtils, biens communaux...) sont utilisées comme pâturages d’été, alors que les enclos près des maisons abritent les troupeaux à la mauvaise saison. Dans la commune de Marais-Vernier, pour avoir le droit de pâture sur les quelque 900 hectares de biens communs et communaux, il fallait témoigner de l’appartenance communale, « avoir un feu qui fume depuis au moins six mois », ce qui, jusqu’à la dernière guerre, a favorisé des stratégies d’alliance et induit la multiplication de micro exploitations.

  • 1 Anonyme, 1953, Le marais Vernier, un exemple français de mise en valeur. L’auteur est vraisemblabl (...)

6Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale une expérience est tentée, largement financée par le plan Marshall. Il s’agit de fabriquer, dans la zone de « jeune tourbe », une « riche plaine agricole », afin de supprimer les « marécages malsains et stériles, où seule la sauvagine trouvait à vivre1 ». Tandis que le réseau de canaux se voit considérablement augmenté, une vaste entreprise de défrichement doit permettre l’installation d’une « Ferme modèle », lieu d’application des dernières trouvailles agronomiques. L’entreprise se solde rapidement par un échec. Dès 1954, la céréaliculture est abandonnée au profit de l’élevage, confirmant le bien-fondé du mode d’exploitation traditionnel, basé sur l’élevage de vaches normandes.

  • 2 « Il n’y a toujours eu que des vaches normandes. La hollandaise n’est rentrée que récemment. La no (...)

7Mais l’expérience de la « Ferme modèle » préfigure les orientations de l’agriculture productiviste. Dès les années 50, ne pouvant répondre aux impératifs de modernisation, une grande proportion d’agriculteurs adoptent la pluriactivité, tout en restant attachés à l’activité d’élevage : « Tant que je serai vivant, il y aura des bêtes au pré. » Les années 70 sont marquées par l’introduction d’une nouvelle forme d’élevage (vaches Française Pie noire puis Holstein), qui correspond aux normes modernes de rentabilité et de productivité et rompt avec un modèle traditionnel de moins en moins adapté2. De nos jours, la crise liée aux quotas laitiers touche l’ensemble des producteurs, qu’ils aient opté pour la vache hollandaise ou conservé la normande.

Un marais au naturel

8C’est également après-guerre que se constituent des projets de protection de la nature et de restauration de la richesse biologique des marais, mise en valeur par la littérature naturaliste de la fin du xixe siècle. Ces initiatives font état de la difficulté de l’agriculture à occuper le marais :

L’intensification de l’aménagement n’est plus concevable ni défendable quand on analyse la somme des difficultés rencontrées au cœur du marais, il y a donc lieu de se tourner vers le concept de conservation de la nature. (Hédin, Ricou, Masclet 1970.)

9Elles aboutiront, quelques années plus tard, à la création de deux réserves naturelles : celle de la Grand’Mare est gérée par l’Office national de la chasse, celle des Mannevilles dépend du ministère de l’Environnement, et est gérée par le Parc naturel régional de Bretonne.

  • 3 B. Lizet, dans un article à paraître, explique l’émergence du génie écologique et montre en quoi l (...)

10Sans doute est-ce la théorie écologiste du climax (selon laquelle la nature atteint, sans intervention humaine, sans présence de troupeaux, un état d’optimum biologique) qui fonde, dans les premiers temps, les principes de gestion par l’onc de la réserve de la Grand’Mare. Mais le constat d’appauvrissement est établi dès les années 70, et les études des écologues (Lecomte, Le Neveu 1986) vont établir de manière scientifique que la gestion par le pâturage est nécessaire à l’optimisation de la richesse écologique des espaces tourbeux. Ces écologues, parmi les « pionniers du génie écologique3 », vont mener, sur la réserve naturelle des Mannevilles, une expérience originale. On y voit aujourd’hui paître des troupeaux dont la présence est toute nouvelle dans le paysage du marais. Introduits à la fin des années 70, les chevaux camarguais et les vaches Highland Cattle, originaires d’Écosse, viennent concrétiser un projet de gestion écologique des zones humides qui va peu à peu être constitué comme modèle.

Le paysage du « maraîquet »

11Alors que les touristes, habitants des villes voisines ou de la région parisienne, viennent visiter le marais, répondant à la mode qui valorise ce type de paysages, ceux des agriculteurs, qui, âgés, ont toujours poursuivi une activité d’élevage, s’étonnent qu’on puisse trouver quelque intérêt à ce site, que quelques-uns d’entre eux n’ont jamais quitté.

12Le paysage recherché par les touristes est celui, typique, d’une Normandie de carte postale, avec ses chaumières à colombages, ses vaches normandes et ses pommiers à cidre, ou celui du « marais marécageux » des prospectus, avec sa végétation typée de milieux en eaux. Il faut d’ailleurs noter qu’en matière d’expérience paysagère, si l’attente des touristes est surtout liée à la présence d’un marais, de fait, l’image marquante reste celle d’une représentation stéréotypée de la Normandie. De plus, pour les gens de passage, ou ceux qui ne s’inscrivent peu ou pas dans le tissu social local, le sens de l’association vache-pommier-chaumière est principalement d’ordre esthétique. La vache normande fait partie du paysage, et même « fait paysage ».

  • 4 Les représentations que les touristes et les habitants du lieu se font du marais pourraient être f (...)

13Mais ces maraîquets âgés, qu’invoquent-ils pour ne « pas trouver beau » cet endroit qui, pour d’autres, est un « paysage » ? Ils parlent de l’habitude de parcourir ces lieux, tout au long des journées, tout au long d’une vie, ou des difficultés économiques inhérentes à la mise en valeur de ce milieu délicat. Enfin, de façon implicite, ils font référence à une tout autre manière de considérer l’espace en question : une quasi-impossibilité de séparer espace physique et espace social, terres et hommes, activités culturelles et activités culturales. Ils se perçoivent ainsi dans un territoire délimité spatialement, défini à la fois par des frontières naturelles (le dénivelé entre le plateau et la cuvette) et culturelles (la commune et la maison-exploitation, centre physique et symbolique de ce territoire)4.

14D’autre part, lorsque les agriculteurs affirment que les vaches normandes sont de « belles bêtes », c’est plus pour souligner leurs qualités de laitières que pour reconnaître leur valeur esthétique. Mais si ce sont d’abord des critères agronomiques qui définissent la « belle bête », ils n’excluent pas d’autres rapports à l’animal, d’autres significations. Voir des normandes pâturer les « herbages » des courtils ou des communaux, c’est s’assurer d’une reproduction physique mais aussi idéelle. Cet animal symbolise en effet le défi relevé, et réussi, des maraîquets de pouvoir « vivre du marais » et atteste, par sa présence, la pérennité de ce mode de vie et du lien social.

15A Marais-Vernier, les liens collectifs sont réactivés chaque année, à l’occasion de la fête de l’Étampage, où les troupeaux sont marqués aux doubles insignes de leur propriétaire et de la commune, avant d’être conduits sur les biens communs et communaux. Assurant la cohésion sociale autant qu’il réaffirme la place du collectif, ce rituel du premier mai marque également le passage de la saison de « l’hibernation » – des hommes et des bêtes – à celle de l’estivage. Le rapport étroit d’interdépendance entre les hommes, les bêtes et le devenir de la terre y est aujourd’hui particulièrement évident. Lors de la fête de l’Étampage de 1990, 300 bêtes ont été marquées contre environ 900 vers 1960. Alors que désormais « on est obligés de faire appel à l’extérieur » (à des éleveurs d’autres communes), pour éviter l’enfrichement, l’inquiétude sur la cohésion du lien social mais aussi sur l’avenir des terres occupe aujourd’hui une place centrale dans les discours des maraîquets.

Paysage réservé

  • 5 A l’exception, notable, de la commune de Marais-Vernier.

16Avec le rattachement d’une partie de ses communes5 au Parc naturel régional de Brotonne, créé en 74 pour fournir « un poumon vert » entre Rouen et Le Havre, le marais Vernier est promu dans sa spécificité de milieu humide. Aujourd’hui répertoriés comme « zones défavorisées », jugés incompatibles avec les impératifs économiques d’un système productiviste à échelle internationale, ces milieux font l’objet d’un autre type d’intérêt, légitimé par la convention Ramsar de 1971.

Asséchées jadis par crainte atavique, dégradées hier au nom d’une productivité, les zones humides encore survivantes aujourd’hui doivent être demain le symbole vivant de la réconciliation de l’homme avec la nature. (Lecomte, Neveu, Jauneau 1981 : 233.)

17Et c’est bien en fondant de nouvelles relations entre homme et marais que les écologues vont initier un nouveau mode de gestion des zones humides. Ainsi, au marais Vernier, la nécessité d’une protection a pris l’allure d’une restauration de monument naturel.

Le marais Vernier, c’est un monument naturel, monument car on en a un peu les proportions, naturel parce que c’est quand même la nature, la nature habitait le cadre dans lequel l’homme est intervenu. (Lecomte, Entretien, juillet 1990.)

18Cette définition opère un renversement total de perspective : elle suppose la préséance de la nature sur l’homme alors que dans la perspective agricole, la nature sans l’homme est synonyme de mort.

19Sans vouloir délibérément s’y substituer, la gestion écologique est néanmoins pensée comme le successeur légitime et averti du modèle agricole et envisage déjà « le marais dans l’après-agriculture ». (ibid.)

  • 6 (Réserve des Mannevilles) « On a la chance d’avoir un parcellaire qui divise ce terrain avec des p (...)
  • 7 B. Lizet (1991 : 169-175) : « L’idéologie s’est élevée en éthique chez les écologues, qui affirmen (...)

20La nature est donc centrale dans cette nouvelle conception, qui va œuvrer pour « la recherche d’un équilibre naturel », dont « le maximum de diversité faunistique et floristique » sera le signe. « La restauration de la biocénose palustre » s’appuie sur un savoir agréé scientifiquement, ce n’est donc plus empiriquement mais objectivement que le pâturage est considéré comme garant de la « biodiversité »6. Spécificité notable dans l’histoire du champ de la protection de la nature, il ne s’agit plus simplement de protéger, mais de gérer des espaces relevant d’un « patrimoine naturel » sur lequel pèse la menace de l’homme moderne7.

21L’homme, à qui est dévolue une tâche de gestionnaire, est donc réintroduit dans la nature afin de la valoriser. Mais ce sera désormais une présence discrète, peu incline à profiter, dans le sens économique du terme, de son intervention. D’autres êtres auront la charge d’assumer cette valorisation, qui seront choisis en référence à leurs qualités rustiques, archaïques, primitives. Dans ce cadre, l’homme n’intervient que de façon à mieux se retirer, veillant simplement sur le bon fonctionnement d’une nature à laquelle il aura donné les moyens de se recomposer. Par l’opération qui consiste à y introduire des animaux proches du sauvage, une nature originelle est construite, un espace primitif est produit. Alors que la théorie du climax présupposait un état d’équilibre obtenu par une nature que ne perturbait plus aucune intervention humaine, la recréation d’un état de nature optimal dépend, quant à elle, de la fabrication par l’homme d’une interaction entre milieu et animaux primitifs. Cette pratique s’inscrit en-deçà d’un processus historique (dans un temps originel), et au-delà d’un ancrage dans l’espace local (elle concerne les marais en général et non plus le seul marais Vernier normand). Le marais, lieu primordial, antédiluvien, répondrait ainsi à un monde moderne, pollué et polluant, enferré dans des règles qui ne respectent plus la nature.

22Donc, la démarche est bien de « faire de l’écologie », s’appuyant sur la thèse suivante :

après tout, il y a eu de grands herbivores à l’époque préhistorique et en fin de compte, on n’arrête pas de mimer une situation qui existait au préalable. (Lecomte, Entretien, juillet 1990.)

23Mais à côté de ce rôle de gestionnaire de la nature, le génie écologique compte bien aussi développer une pédagogie, d’autant plus qu’il est confronté à une demande sociale de plus en plus importante. En jouant sur la sensibilité nouvelle du public au paysage, il saisit l’occasion d’apprendre à penser la nature, dans une démarche qui tend à disqualifier les autres modes de représentation, à des visiteurs a priori « peu sensibles aux problèmes d’environnement » et « pour qui la nature est chose due ».

24Dans la logique proprement écologique, il s’agit moins de produire du paysage de marais, cet « épiderme de l’écosystème », que de recréer un état de nature pour la nature elle-même. D’ailleurs, à la question d’une valeur paysagère des vaches écossaises, l’écologue répond par ce qu’il considère comme l’invisibilité relative de ces animaux et refuse l’idée d’une folklorisation du site dont les animaux seraient les emblèmes. C’est pourtant bien ce qui prévaut dans la logique qui, servie par les outils du marketing, mise sur la fréquentation touristique du lieu.

  • 8 B. Lizet (article à paraître) explique bien la fonction de la « personnalité médiatique » des bovi (...)

25« Laissez-vous envoûter par les mystères du Marais Vernier », dit le prospectus touristique diffusé par le Parc de Brotonne, « roches, étangs, tourbières... un monde inattendu se dévoilera devant vous. » La nature recréée par les écologues vient répondre à une image stéréotypée du marais où l’on insiste sur l’ambivalence et le fantastique attachés aux milieux en eaux. Dans ce paysage fabriqué, la vache Highland, devenue pour l’occasion « taureau d’Écosse » ou « grand herbivore », joue un rôle très important. Elle est en quelque sorte « produit d’appel », curiosité qui se conforme à une représentation en quelque sorte archétypale du marais fondée sur le mystérieux, l’archaïque, l’équivoque8.

« Le retour du sauvage9 »

  • 9 Expression d’un maraîquet âgé.

26Mais comment les grands herbivores parviennent-ils à préserver la diversité biologique du marais ? En favorisant prairies et « pré-bois » humides, en limitant l’évolution du stade arbustif vers celui de la forêt. L’envahissement des terres par la friche est aussi l’une des craintes des agriculteurs. On pourrait penser que quoique les buts et les moyens diffèrent, les intérêts au moins convergent. Mais en fait, la friche des uns n’est pas celle des autres.

27Pour les maraiquets, le mode de représentation de l’espace physique et social reste l’objet d’une appréhension conjointe. Aussi, tandis que « les gens vivent davantage en sauvages », ne consacrant plus beaucoup de temps à la sociabilité ordinaire, les terres également « retournent au sauvage ».

  • 10 Représentations de l’enfrichement par trois agriculteurs du marais Vernier : « La friche, c’est le (...)

28L’ensauvagement concerne donc autant les terres que les hommes, et le terme de « picane » désigne aussi bien la friche agricole que domestique. Associée au sauvage, au sale, au primitif, au pauvre, à l’abandonné, la friche est finalement assimilée à la mort10, celle des hommes et celle du marais.

29Or, les réserves, implantées sur les premiers lieux de déprise, sont précisément associées aux zones de friche :

Si c’est plus exploité, ça redevient marécage comme les réserves ; Comme les Mannevilles, ça deviendra un jour tout comme ça si rien n’est fait. Nos prés, c’est soigné, alors qu’eux, c’est pas de la bonne herbe mais des joncs, tout ça, toutes sortes de choses.

30En fait, la friche du paysan n’est pas celle de l’écologue. Pour les premiers, la présence de joncs, de jeunes pousses arborées désigne déjà la friche. Pour les seconds, ces végétaux, limités par l’action des « grands herbivores », participent de la biodiversité de la zone humide. Ces conceptions différentes font écho aux litiges exprimés dans le cadre du Syndicat des digues et marais, réunissant les différents propriétaires autour de la gestion de l’eau. La nature des sols, certes variable d’un point à un autre du marais, ne saurait cependant à elle seule justifier des divergences, qui mettent plutôt en scène des intérêts contradictoires. Ainsi, les acteurs de la zone centrale (gestionnaires des réserves et chasseurs pour l’essentiel) plaident pour un niveau d’eau élevé qui favorise la diversité naturelle, alors que les agriculteurs du marais Vernier s’opposent à ce que leurs terrains soient inondés.

31Ces oppositions tranchées sur la gestion de l’eau, problème central dans une zone de marais, se retrouvent également sur un autre terrain sensible pour les différents protagonistes : le mode de traitement et de représentation de l’animal, en l’occurrence des vaches.

L’écossaise et la normande

  • 11 Terme générique qui désigne les vaches normandes. Les « bêtes » représentent le genre animal sans (...)
  • 12 Cette remarque nous est pour partie suggérée par B. Lizet.

32« Il n’y a pas de marais sans bêtes » : la mémoire locale confond dans une même durée la présence des « bêtes11 » et celle des hommes. Et dans cet attachement des maraîquets à la vache normande, il y a bien cette dimension, essentielle entre toutes, d’une subordination des conditions de vie à la production de veaux, de lait et de crème. Les vaches et leurs produits sont les emblèmes d’une richesse qui s’oppose à la précarité de la vie au marais. Mais aujourd’hui, cette richesse se voit doublement disqualifiée12 : d’une part, le mode de gestion des réserves fait appel à des animaux dont les qualités sont pensées en opposition à celles des vaches normandes, d’autre part, les quotas sur le lait et la matière grasse contraignent les éleveurs à abandonner leur mode ancien de production. Deux modèles très différents, mais tous deux extérieurs et délocalisés, s’opposent donc aux conceptions traditionnelles de l’élevage.

33Par les endiguements successifs, par l’entretien des digues et des fossés, par le fauchage des joncs, les maraîquets ont permis l’installation du troupeau, signe de la domestication du lieu. « Si ce n’est pas exploité, ça retourne à la friche ». Ce trait, qui vaut pour toutes les zones agricoles, est particulièrement marqué en milieu marécageux, où deux ou trois années sans entretien suffisent à la fermeture de l’espace.

34« Ça devient friche quand ce n’est pas pâturé » : la vache prend donc le relais de l’homme pour assurer le passage du sauvage au cultivé. Cependant, s’il fait le lien entre la nature et la culture, l’animal domestique ne peut, à lui seul, assujettir le sauvage. Il est en effet essentiellement destiné à assurer la reproduction du groupe domestique : il ne peut manger les joncs, trop durs et trop pauvres, tout en produisant une viande « rosée » et du lait « jaune ». Aussi, l’homme se charge de couper les joncs, lui incombe en effet la tâche de « faire de belles bêtes, bien conformées ». Ainsi, « s’en occupant » et veillant à ce qu’elles soient « bien nourries », le paysan élève ses vaches, avec attention et bienveillance, comme en témoignent les traits anthropomorphiques qui lui sont prêtés. « On s’y attache, aux bêtes ; on les plaint de les voir partir (lorsqu’elles sont vendues) comme quelqu’un à qui on est attaché. »

35Lorsque les terres marécageuses sont devenues des « cultures » – en fait des prairies –, le troupeau des normandes peut assurer la reproduction de la maisonnée en même temps qu’il permet celle du marais exploité. Et pour rendre compte du lien qui unit les hommes aux bêtes, on pourrait dire que là, sur ces terres si promptes à « retourner au sauvage », ils conjuguent leurs efforts pour empêcher cette évolution.

  • 13 Le règlement des polarités homme/femme et individuel/collectif est fortement imprégné des modalité (...)

36Dans ce rapport de complémentarité, la vache normande, loin d’être investie d’une simple valeur paysagère – comme dans les représentations non agricoles – représente davantage le « pays », cet espace qui confond unité sociale et unité spatiale13.

37Du point de vue du génie écologique, la vache normande est trop dépendante de l’homme, pas assez rustique, devenue, par la sélection et le croisement, un « animal domestique de plus en plus édulcoré par rapport à l’animal sauvage ». (Lecomte, Entretien, juillet 1990.) Il a donc fallu introduire une nouvelle race, la vache Highland, à laquelle ses longues cornes et ses grands poils confèrent une sihouette archaïque.

38Ce sont bien ses qualités d’animal archaïque et sa parenté avec l’auroch primitif qui vont déterminer le choix de la Highland Cattle. Ce choix procède aussi d’une étude scientifique comparative sur les caractéristiques des différentes races rustiques, notamment sur leurs capacités à résister toute l’année sur le terrain mouillé des Manne-villes et à se nourrir de plantes à valeur fourragère faible. Les objectifs sont en effet de trouver « un outil de gestion » capable « d’entretenir un terrain au moindre coût ». Ces animaux doivent donc demander peu de soins et d’entretien, à l’inverse des races bovines utilisées en agriculture. La production de l’animal comme « outil » – une « tondeuse » au service de la diversité biologique – permet de lui octroyer une fonction objective, légitimant en quelque sorte la dimension idéologique du choix de réintroduire un animal archaïque (ou qui en présente les caractéristiques) dans une nature archaïque. L’objectif général et l’instrumentalisation de l’animal permettent également de distinguer cette démarche de celle de l’agriculture, où l’animal est constitué comme « but ».

  • 14 « Les gestionnaires utilisent, faute d’espèces sauvages disparues, des races domestiques considéré (...)
  • 15 Les vaches écossaises mettent bas seules et subviennent à leurs besoins dans des conditions diffic (...)

39Dans cette logique qui succède à l’agriculture, il n’est plus besoin de dénaturer les animaux, mais au contraire d’utiliser leur caractère archaïque et primitif pour « renaturer » la nature14. Lors des visites de la réserve, l’accent est mis sur les capacités de résistance de ces bovins aux parasites et aux maladies, sur l’influence bénéfique du piétinement sur le développement d’une flore rare et variée, sur le nombre d’espèces végétales qu’ils sont à même de limiter. L’efficacité et les caractéristiques de la Highland sont comparées à celles d’une vache normande discréditée. Cette mise en parallèle tend à légitimer un nouveau mode de rapport à l’animal et à la nature, tout en produisant une nouvelle image du marais. Si les vaches écossaises sont décrites comme sauvages dans leur mode de vie15, leur ensauvagement est cependant limité par les gestionnaires, afin de faciliter les suivis zoologiques et sans doute les visites du public. Vaches Highland et chevaux camarguais sont l’objet d’une surveillance attentive : sont assurés vaccinations, triage des troupeaux et réfection des clôtures, tandis que sont menées des études zoologiques sur leur comportement.

40Dans cette logique, le traitement de l’animal « écoadapté » oscille donc entre une gestion du sauvage et une réinterprétation du domestique, tandis que la finalité de sa présence oscille, quant à elle, entre être un outil pour le marais et être une image de celui-ci.

  • 16 B. Lizet 1991 : 179. L’animal est « agent de liaison entre ruralité traditionnelle et nature paysa (...)

41Ce nouveau rapport qui estompe la position de l’homme tout en l’assurant, construit finalement l’animal en « animateur des paysages, en régulateur d’écosystèmes, en agent de liaison entre la ruralité traditionnelle et une nature paysagée16 ».

42Devant ces deux portraits contrastés, on ne s’étonnera pas que les agriculteurs de la région aient une image sensiblement négative des « bœufs à corne », prenant en quelque sorte l’animal pour emblème de l’utilisation qui en est faite. Dans la mesure où ils jugent « sauvage » (qualification hautement négative) le marais des écologues, ils considèrent l’action de leurs vaches comme particulièrement peu efficace.

43Significativement, les Highland n’ont pas droit à la dénomination de « bêtes » qui qualifie les normandes : les paysans les appelle « les bestioles », « les bœufs ». Les écologues ne parlent d’ailleurs pas non plus de vaches, mais de « grands herbivores », « d’animaux archaïques », « rustiques », ou encore « éco-adaptés ».

  • 17 « Porte-paysage », expression citée par B. Lizet (1991 : 179).

44Si, du point de vue des agriculteurs, les vaches écossaises évitent une part d’enfrichement, c’est parce que, « pour ne pas crever de faim, elles sont obligées de manger joncs et écorces » des arbres. Non entretenues, ces « bestioles » sont acculées au domaine du sauvage ; elles n’ont donc rien de commun avec les normandes domestiques. D’ailleurs, leur viande ne peut manquer d’être dure, « parce qu’elles ont la vie dure et qu’elles ne mangent pas du tendre ». Ainsi, et bien que les gestionnaires de la réserve fassent l’éloge de ses qualités bouchères, les agriculteurs sont persuadés que ces bovidés « ne sont d’aucun rapport ». « C’est rien. Ces bœufs n’ont aucun rendement, ils ne font presque pas de poids et ils sont longs à venir » et « avec de belles bêtes, on ne gagne déjà rien, c’est pas avec ça que... ». Aussi, dans la représentation paysanne, la présence de ces bovins ne se justifie que dans le cadre d’un apport financier du Parc et de l’État et ne se légitime que par des rôles de « folklore » ou de « garniture », en fonction d’une dimension esthétique qui leur serait prêtée. Bien que ce terme soit étranger à leur système de représentation, on pourrait dire que, pour les agriculteurs, ces bovins font, là, office de « porte-paysage17 ».

45Le temps n’est plus où les hommes pouvaient vivre du pâturage au marais. Aujourd’hui, c’est le marais qui vit du pâturage. Le processus s’est complètement retourné, et les deux logiques, si elles sont plus étrangères l’une à l’autre que réellement conflictuelles, ne sont pas promises au même devenir. L’une est amenée à se développer, répondant à une demande urbaine massive comme au « péril » que représente un environnement menacé. L’autre est vouée à disparaître, sauf si elle intègre les données du nouveau rapport à la nature. C’est ainsi que, depuis quelques années, émerge un nouveau discours paysan sur le marais, incorporant d’une certaine manière, protection de la nature et beauté du paysage et se traduisant dans la pratique par la mise en valeur touristique de l’espace par le biais des fermes-auberges, des chambres d’hôtes ou de la vente de produits « typiques ».

46Le paradoxe, c’est que le paysage (quoique secondaire dans les deux logiques, agricole et écologique) est soudain passé au premier plan. Dans cette « mise en scène » paysagère, les vaches jouent les premiers rôles. Qu’il s’agisse de la normande de carte postale ou de l’écossaise archaïque d’un marais originel, elles « font » maintenant paysage. Elles en sont la composante animale, au moins aussi importante que la composante végétale. Mais la vache, dans sa version « grand herbivore », est aussi supposée maintenant produire ce paysage, le fabriquer, l’entretenir, lui conférant ses propres caractéristiques de rusticité, de sauvagerie. Ainsi, elle est devenue à la fois l’emblème et le moyen de production d’une nature qui serait, tout à la fois, un paysage d’après l’agriculture, et d’avant l’homme.

Références bibliographiques

47Anonyme, 1953, Le marais Vernier, un exemple français de mise en valeur.

48Bergues, M., 1991, Le marais Vernier, entre pays et paysages, Rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, Paris, Ministère de la Culture / Parc naturel régional de Brotonne.

49Boujot, G, 1992, Les paysans dans le décor, Rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, Paris, Ministère de la Culture.

50Hédin, L., Ricou, G. et Masclet, A., 1970, « Essai d’aménagement d’une zone humide, le marais Vernier », Cahier du CENECA, le monde rural gardien de la nature. Colloque international, Paris, pp. 252-260.

51Lecomte, T., Le Neveu, C. et Jauneau, A., 1981, « Restauration de biocénoses palustres par l’utilisation d’une race bovine ancienne (Highland Cattle) : cas de la réserve naturelle des Mannevilles (marais Vernier, Eure) », Bulletin d’écologie, t. 12, n° 2 : 3, pp. 225-247.

52Lecomte, T., Le Neveu, G, 1986, « Le marais Vernier, contribution à l’étude et à la gestion d’une zone humide », thèse, Université de Rouen.

53– s.d., La gestion des zones humides par le pâturage extensif, Conférence permanente des réserves naturelles / Centre de découverte de la Nature/ Atelier technique des espaces naturels.

54Lizet, B., 1991, « De la campagne à la “nature ordinaire”. Génie écologique, paysages et traditions paysannes », Études rurales, n° 121-124 : 169-184.

55– A paraître. « Les brouteurs, archaïques du génie écologique », Crise de l’environnement. Éthique, sciences, politique. Colloque CREA/STEPE.

56Micoud, A. éd., 1991, Des hauts-lieux. La production sociale de l’exemplarité, Paris, CNRS.

57Roy, G., 1981, « Un écosystème fragile et menacé : le marais Vernier », Le Canard sauvage, 3e trimestre.

Notes

1 Anonyme, 1953, Le marais Vernier, un exemple français de mise en valeur. L’auteur est vraisemblablement un des ingénieurs responsable du projet. Texte communiqué par le centre de documentation du Parc naturel régional de Brotonne.

2 « Il n’y a toujours eu que des vaches normandes. La hollandaise n’est rentrée que récemment. La normande, c’est une bonne bête d’une part, surtout depuis l’insémination artificielle qui a régénéré la race. Si elles sont élevées correctement et bien nourries, ce sont de belles bêtes, par leur couleur, leur forme, tout, et puis ce sont de bonnes laitières et bien conformées, alors les veaux ont une valeur dès le départ. Alors que les hollandaises non. Leur lait est bleu car il y a très peu de matières grasses alors que celui des normandes est très jaune. Et il y a des quotas sur les matières grasses ; alors qu’est-ce-qu’il faut faire pour que les bêtes aient du lait sans matières grasses ? Ils ne se rendent pas compte, c’est désolant. Parce que si c’est la picane, alors là, c’est fini. » (Une agricultrice, 50 ans.)

3 B. Lizet, dans un article à paraître, explique l’émergence du génie écologique et montre en quoi l’expérience des Mannevilles est innovante : elle allie notamment « réflexion théorique, expérimentation et mise en pratique » et opère une « jonction entre l’écologie des milieux naturels et celle de l’espace agricole ».

4 Les représentations que les touristes et les habitants du lieu se font du marais pourraient être figurées aux deux extrémités d’une ligne. Entre les deux, on rencontre toutes sortes de modulations selon qui parle et selon son rapport singulier à l’espace du marais. Aussi, ce qui vient d’être exprimé rend davantage compte d’un modèle que de la palette beaucoup plus nuancée des représentations. Et il ne faudrait pas en déduire qu’elle se résume à ces deux cas de figure, l’un qui serait autochtone, l’autre allochtone. Ainsi, alors que l’agriculture est de moins en moins reproductible au marais Vernier et que les agriculteurs se sont orientés vers d’autres débouchés, alors que la vie sociale se recompose différemment depuis la dernière guerre (« l’extérieur vient au Marais » – y compris la télévision), alors enfin que le mode traditionnel de vie économique, sociale, culturelle se trouve bouleversé, le marais acquiert une dimension esthétique sans que soit pour autant supplantée cette perception plus « totale » qui conjoint hommes et lieu. Cette nouvelle dimension est mise à profit par les uns, qui répondent à la demande des touristes en leur fournissant des infrastructures d’accueil, ou est utilisée ponctuellement par les autres qui communiquent avec les gens venus de l’extérieur au gré de ce support.

5 A l’exception, notable, de la commune de Marais-Vernier.

6 (Réserve des Mannevilles) « On a la chance d’avoir un parcellaire qui divise ce terrain avec des parcelles encore exploitées, d’autres qui sont en friche depuis 5, 10, 20 ans. Les résultats montrent que le marais a plus d’intérêt lorsqu’il est entretenu que quand il est en friche. De là va naître l’idée que la nature naturante et naturelle ne fait pas toujours bien les choses et que les parcelles gérées par les agriculteurs sont plus intéressantes que les parcelles en friche, et que donc il faut continuer à gérer. » (T. Lecomte, Entretien, juillet 1990.)

7 B. Lizet (1991 : 169-175) : « L’idéologie s’est élevée en éthique chez les écologues, qui affirment leur devoir d’ingérence dans les affaires d’une nature trop gravement perturbée. »

8 B. Lizet (article à paraître) explique bien la fonction de la « personnalité médiatique » des bovins écossais, qui sert l’image du Parc de Brotonne, tout comme elle est outil pédagogique. Par ailleurs, sur les représentations des marais et la récurrence des images, cf. Bergues M. et Boujot C. « Représentations des marais dans la littérature depuis le Moyen-Age », à paraître dans Paysages de marais, Ministère de l’Environnement.

9 Expression d’un maraîquet âgé.

10 Représentations de l’enfrichement par trois agriculteurs du marais Vernier : « La friche, c’est les arbres, les roseaux, les ronces. Maintenant, tout ça, c’est mort... » « Parce que si c’était la friche, hein, ça n’a rien de beau la friche. La friche, c’est réduit à l’état sauvage, il y a des joncs partout. »

« Autrefois, le marais c’était beau. Quand vous montiez sur la butte, on découvrait tout le marais. Maintenant, on voit moins, ça devient plus sale, il y a davantage de branches, de bois. Ça devient du marais, ça y était pas avant. C’est la mauvaise herbe qui pousse. »

11 Terme générique qui désigne les vaches normandes. Les « bêtes » représentent le genre animal sans qu’il soit nécessaire de les rapporter à une espèce précise. Ici, comme ailleurs en milieu agricole français, ce terme témoigne du lien homme/ animal.

12 Cette remarque nous est pour partie suggérée par B. Lizet.

13 Le règlement des polarités homme/femme et individuel/collectif est fortement imprégné des modalités de l’élevage. Cf. Bergues 1991.

14 « Les gestionnaires utilisent, faute d’espèces sauvages disparues, des races domestiques considérées comme archaïques et pouvant, du fait de cet archaïsme, se comporter pratiquement comme des animaux sauvages. » (Lecomte 1987 : 60.)

15 Les vaches écossaises mettent bas seules et subviennent à leurs besoins dans des conditions difficiles. Aussi les gestionnaires évitent-ils les apports de foin en hiver, de même qu’il n’y a pas « d’apports de nourriture faits aux rouges-gorges, aux sangliers, aux hérissons ».

16 B. Lizet 1991 : 179. L’animal est « agent de liaison entre ruralité traditionnelle et nature paysagée » lorsque le gestion écologique utilise des races rustiques locales.

17 « Porte-paysage », expression citée par B. Lizet (1991 : 179).

Table des illustrations

Légende 11. Paysage du marais Vernier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Ethnologue, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540