Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concert et son public

 | 
Hans Erich Bödeker
, 
Michael Werner
, 
Patrice Veit

II. Agents et promoteurs

Musicien, mécène et imprésario. Les concerts du violoncelliste Adrien-François Servais et leur promotion par Jules Lardin

Malou Haine

Texte intégral

1Qualifié de « Paganini du violoncelle » par Berlioz en 1844, Adrien-François Servais (né en 1807 à Hal près de Bruxelles, mort en 1866) fut l’un des violoncellistes les plus appréciés de l’époque romantique. Il s’est distingué à la fois par la virtuosité, l’intensité sonore et l’expressivité de son jeu. Ses tournées de concerts le firent connaître dans toute l’Europe, et plus particulièrement en Russie où il effectua plusieurs voyages. Il est l’un des maîtres de l’école belge du violoncelle, fondée par son professeur Nicolas-Joseph Platel, et forma de nombreux élèves au Conservatoire de musique de Bruxelles où il enseigna à partir de 1848.

  • 1 Archives privées de la famille Servais, section Adrien-François Servais : album Jules Lardin. Selon (...)
  • 2 Date de naissance donnée par Lardin lui-même dans les dernières pages de l’Album-Souvenir qui fait (...)
  • 3 Fétis, F.-J. 1880, Biographie universelle des musiciens. Supplément par Arthur Pougin. Paris, t.10  (...)

2Ses débuts parisiens datent de décembre 1833. Les archives privées de la famille Servais1 contiennent un petit volume manuscrit de deux cent dix pages intitulé Album – Souvenirs des débuts à Paris en 1833 et 1834, offert par son ami Jules Lardin. Ce carnet est entièrement écrit de la main du Parisien Jules Lardin (18 mars 17872 - vers 18703), propriétaire et amateur de musique. Dans les années 1840 et 1860, Lardin se fera connaître comme auteur d’une notice biographique sur Philidor et de quelques articles sur Grétry, qu’il avait fréquenté dans sa jeunesse. Lardin sera également un ardent défenseur de la cause des théâtres parisiens en envoyant plusieurs pétitions aux Chambres législatives, entre 1844 et 1847.

3Cet Album-Souvenir est particulièrement précieux, car il montre les pratiques de l’époque et les démarches nécessaires à l’organisation de deux soirées musicales, celles du 29 décembre 1833 et du 27 avril 1834, données dans les salons du facteur de pianos Jean-Henri Pape. La première soirée est donnée au bénéfice commun de trois musiciens : le violoncelliste Servais, le violoniste Antoine Bessems et le pianiste Jules Dejazet. La seconde soirée est donnée au seul bénéfice de Servais.

4Jules Lardin, quarante-sept ans, s’est pris d’amitié pour ce jeune musicien de vingt-six ans ; il va s’en occuper activement et lui servir à la fois de secrétaire et d’imprésario. Il rédige pour lui le modèle des billets et des affiches, les lettres d’envoi de ces billets et les insertions dans les journaux, documents qui sont indispensables pour annoncer le programme des soirées musicales. Lardin établit ensuite le montant des recettes et des dépenses, et propose des réponses aux lettres reçues ; il semble bien que Servais recopiait lui-même les lettres écrites au préalable par Lardin. Par ailleurs, ce dernier émaille le carnet de commentaires qui sont à la fois instructifs, amusants et empreints de remarques moralisatrices qui dépeignent les mœurs de l’époque.

Premier concert du 29 décembre 1833

Modèle de billet et d’affiche

5Le « modèle de billet » consiste simplement à donner le lieu et la date du concert, le nom des musiciens et le prix d’entrée. Ces billets sont imprimés à cinq cents exemplaires sur papier bleu carré, encadrés de simples baguettes noires. Le « modèle d’affiche » reprend les mêmes éléments, auxquels s’ajoute le programme détaillé. Imprimées sur papier rose, ces affiches sont à poser dans les rues de Paris les mardi, jeudi et dimanche par cent exemplaires chaque jour. Selon les habitudes de l’époque, le programme comprend à la fois des œuvres vocales et des œuvres instrumentales, ainsi que des variations d’air d’opéra.

  • 4 Antoine Bessems a étudié le violon à Paris avec Pierre Baillot, mais ne semble pas avoir été lauréa (...)
  • 5 Jules Dejazet obtint son premier prix de piano en 1824 au Conservatoire de musique de Paris dans la (...)

6Servais fait ses débuts à Paris en compagnie de deux autres musiciens : le violoniste anversois Antoine Bessems (1806-18684) et le pianiste parisien Jules Dejazet (1812-18465). Tous trois se font entendre à la fois comme compositeurs et comme interprètes. Les chanteurs Jansenne et Hippolyte Monpou (1804-1841) prêtent également leur concours.

1. Adrien-François Servais en 1838. Lithographie de Charles Baugniet. Musée des instruments de musique, Bruxelles.

  • 6 Adrien-François Servais écrira souvent ses compositions en collaboration avec d’autres musiciens, n (...)

Modèle d’affiche
Salons de M. Pape
19 rue des Bons Enfants –10 rue de Valois
Grande soirée musicale
donnée par Messieurs
Bessems, Servais et J. Dejazet
dimanche 29 décembre à huit heures du soir
Programme
Première partie
1°/Grand Trio de Mayseder exécuté par Mrs J. Dejazet, Bessems et Servais
2°/Solo et variations de violon composées et exécutées par M. A. Bessems
3°/Air chanté par M. Jansenne
4°/Grand Duo de piano et violoncelle composé et exécuté par Mrs Dejazet et Servais6
5°/Mélodies romantiques composées et chantées par M. Hyp. Monpou La Tour de Nesle, Le Lever, Les Yeux noirs
Deuxième partie
1°/Variations de piano composées et exécutées par M. J. Dejazet
2°/Duo nouveau de piano et violon sur des motifs d’Obéron composé et exécuté par Mrs A. Bessems et J. Dejazet
3°/Invocation méditation poétique de M. de Lamartine, mise en musique par M. Bessems et chantée par M. Jansenne
4°/Solo de violoncelle composé et exécuté par M. Servais
5°/Mélodies romantiques composées et exécutées par M. Hyp. Monpou Une marine, La Madonna col bambino, Le Beau Moine, toutes trois inédites
On trouvera des billets chez M. Pape et chez tous les marchands de musique
Prix : 6 frs
Imprimerie de Duvergez, rue de Verneuil, n° 4, Fbg. St Germain

Demande d’insertion dans « La Revue des Deux Mondes »

7Lardin souhaite annoncer la soirée musicale dans La Revue des Deux Mondes et écrit notamment à son rédacteur en chef :

  • 7 Formule de politesse : votre très humble et très obéissant serviteur.

Monsieur,
C’est au nom de trois jeunes artistes recommandables par leur âge et des succès déjà obtenus que je viens vous prier de vouloir bien faire insérer dans le plus prochain numéro de votre journal l’annonce que j’ai l’honneur de vous adresser, vous en soumettant d’ailleurs, sans aucune espèce de réserve, la rédaction. L’intérêt à des jeunes gens entrant dans la carrière avec d’honorables encouragements et le désir pressant de les mériter de plus en plus, leur juste reconnaissance assurée à tout ce qui peut les aider, me font espérer que vous voudrez bien leur prêter le précieux appui de votre publicité si étendue et d’une bienveillance qu’ils s’estimeront heureux de vous voir leur accorder, ils seront beaucoup aussi honorés de votre présence à cette soirée de début.
Organe de leurs vifs remerciements, je vous prie de vouloir bien en agréer l’expression ainsi que celle des sentiments distingués avec lesquels j’ai l’honneur d’être, Monsieur,
V.t.h. et t.o.s.7 (J.L.)
Copie de l’annonce jointe à la présente lettre :
Mrs Bessems, Servais et Jules Dejazet donneront dimanche 29 décembre dans les salons de M. Pape une soirée musicale formée en grande partie de morceaux de leur composition pour violon, violoncelle et piano ; la réputation dont jouissent déjà ces jeunes talens dans le monde artiste leur est un sûr garant de l’empressement des amateurs à assister à cette intéressante réunion dans laquelle on entendra deux chanteurs distingués, M. Jansenne et M. Monpou connu par l’originalité de ses compositions.

8Lardin a-t-il envoyé d’autres demandes à différents journaux ? C’est probable, mais non certain, car l’Album-Souvenir ne mentionne aucun autre titre de journaux qui auraient pu être sollicités, alors que plusieurs d’entre eux seront cités lors de l’organisation du second concert.

Droit des pauvres

9Lardin n’oublie pas non plus de s’abonner au droit des pauvres auprès de l’administration des hospices de la Ville de Paris. Afin d’éviter un paiement trop élevé, il minimise, pour la circonstance, la réputation de ses protégés et propose un « abonnement de 20 à 25 frs », car « l’incertitude de leur recette par l’éparpillement forcé des billets et surtout par l’indifférence à craindre du public pour des noms qui lui sont encore inconnus, leur fait espérer le succès d’une demande dont l’accueil sera justice ; cet espoir se fonde encore sur la qualité d’étrangers, sur tout ce qu’un naturel intérêt doit accorder de facilité à de jeunes artistes pressés du besoin de commencer une réputation ».

10L’administration autorisera un droit de 30 francs.

Envoi des billets

11Les billets sont adressés, avec une lettre d’accompagnement, à dix personnalités influentes, dont certaines au plus haut rang du royaume. Ainsi des billets sont-ils envoyés au roi des Français (Louis-Philippe), à la reine des Français (Marie-Amélie, fille du roi Ferdinand IV d’Espagne), à Madame Adélaïde (sœur du roi), au duc d’Orléans (Ferdinand, fils aîné du roi), au comte de Montalivet (intendant général de la liste civile), à Gustave de Wailly (chef de la division centrale de l’intendance de la liste civile), à Le Hon (ambassadeur belge), aux banquiers Rothschild et Aguado, ainsi qu’au violoniste Pierre Baillot. Plus important est le personnage sollicité, plus nombreux sont les billets envoyés : chaque personnalité reçoit quatre billets, à l’exception de Gustave de Wailly et Baillot qui n’en ont que deux. Reproduisons la lettre au roi :

Sire,
Trois jeunes artistes dont deux Belges, impatients du désir de commencer leur réputation comme exécutants et comme compositeurs, feront dans une soirée musicale offerte au public, leur début auquel les encouragent des artistes et des amateurs distingués. La protection que Votre Majesté se plaît toujours à accorder aux artistes et à ceux qui les cultivent enhardit ces jeunes artistes à supplier Votre Majesté de vouloir bien agréer l’envoi qu’ils ont l’honneur de lui faire.
Ils ont l’honneur d’être, Sire, de Votre Majesté, avec le plus profond respect,
Les très humbles et très obéissants serviteurs

  • 8 Lardin mentionne les formules d’appel différentes selon les personnalités : Madame pour la reine de (...)

12Selon le rang de ces personnalités, Lardin ne manque pas de proposer des variantes aux formules d’appel et aux formules de courtoisie correspondantes8. La moitié de ces personnalités répondent en renvoyant les billets et l’argent de ceux-ci, sinon même une somme supérieure. Mais celles qui n’ont point répondu se voient à nouveau adresser un courrier de rappel, envoyé le 16 janvier 1834, postérieurement donc au concert lui-même. Les cinq personnalités qui n’ont pas pris la peine de répondre sont Madame Adélaïde, le comte de Montalivet, l’ambassadeur belge et les deux banquiers. Reproduisons les lettres adressées à Madame Adélaïde, aux banquiers et à l’ambassadeur belge, car elles témoignent d’une audace, d’une témérité que nous n’aurions plus de nos jours, même si elles restent empreintes d’une déférence polie.

à S.A.R. Madame d’Adélaïde
Madame
Trois artistes encouragés par un témoignage de bienveillance déjà reçu précédemment de l’un d’eux, M. Bessems, ont eu l’honneur d’offrir respectueusement à V.A.R. quatre billets d’une soirée musicale donnée par eux le dimanche 29 décembre dernier. Le silence qui a jusqu’à présent suivi cet envoi est si contraire aux habitudes de V.A.R. qu’ils viennent humblement rappeler une circonstance où ils puisent toujours l’espoir d’une réponse qu’ils croyent devoir attendre et qu’ils sollicitent de la bonté de V.A.R.
Ils ont l’honneur d’être, de V.A.R., avec le plus profond respect,
Les t.h. et t.o.s.
à M. le Bon Rothschild Banquiers
à M. Aguado
Monsieur le Baron et Monsieur
Nous avons eu l’honneur de vous adresser quatre billets d’une soirée musicale que nous avons donnée dans les salons de Pape le dimanche 29 décembre dr [dernier]. Nous avons pensé et nous pensons encore qu’une réponse doit être faite à cet envoi, et nous venons vous prier de vouloir bien nous honorer de cette réponse. Ce n’est sûrement pas de vous, Monsieur, que des artistes doivent redouter un manque d’égard.
Nous saisissons cette occasion de vous renouveler l’assurance des sentiments très distingués avec lesquels nous avons l’honneur d’être, respectueusement, Monsieur, V.t.h.s.
à Monsieur le chargé d’affaires, Ministre plénipotentiaire de Belgique
Monsieur le Ministre
Deux artistes belges, vos compatriotes par conséquent, faisant ici hors de leur pays un début dans un art où ils ont obtenu déjà plus d’un heureux succès, et sentant néanmoins tout le prix d’une honorable bienveillance, l’ont naturellement cherchée en Vous, Monsieur, leur ambassadeur, et ont en conséquence eu l’honneur de vous adresser quatre billets pour la soirée musicale donnée par eux dans les salons de Pape le dimanche 29 décembre d’[dernier]. Ils pensent, comme on les en assure, avoir agi ainsi dans le devoir d’une respectueuse convenance qui leur donne à espérer, à attendre, à leur envoi, une réponse dont ils viennent auprès de vous, Monsieur le Ministre, solliciter l’honorable et juste faveur, avec d’autant plus de confiance que d’illustres témoignages leur ont déjà confirmé cette réciprocité d’égard que ne repousse aucune élévation de position.
Ils ont l’honneur d’être, très respectueusement, Monsieur le Ministre,
V.t.h. et t.o.s.

13Chacune des hautes personnalités ayant reçu quatre billets à 6 francs, il est intéressant de noter le montant de la somme qu’elles ont chacune envoyée et qui, au minimum, devait s’élever à 24 francs :

Envoyé

 

1° par la Reine

30 frs

2° par le Duc d’Orléans

80

3° par le Roi des Français

80

4° par M. le Bon Rothschild

24

5° par M. Aguado

24

6° par Madame Adélaïde

20

 

258 frs

14Mais les commentaires personnels de Jules Lardin sont savoureux, car il souligne tantôt la générosité, tantôt l’avarice ou la mesquinerie des grands de ce monde :

1°. – La reine a de suite renvoyé les billets à elle adressés au nombre de quatre, et quelques jours après le concert a fait remettre les 30 f cy dessus portés faisant, si cela a été calculé, par addition aux billets renvoyés, 54 f.
De munificence royale effective ne disputant pas sur le prix des billets, il reste 2 f à chaque bénéficiaire ou si l’on veut 10 f pour être dans l’exactitude rigoureuse : pour être soulagé de tout ce qu’a de pénible un envoi si mesquin si blessant tout d’abord, on a besoin d’apprendre, on est heureux de savoir que cette extrême parcimonie tient au système adopté d’accueillir toute demande, de ne refuser à qui que ce soit.
2°. – Le Duc d’Orléans a envoyé quatre personnes pour lui rendre compte probablement, et son envoi soumis au même système, n’a au moins rien de choquant.
3°. – Ici la mesquinerie est le fait particulier de M. l’Intendant de la liste civile qui a trouvé plus économique de porter les billets à lui adressés, sur le compte du Roi des Français, que d’en acquitter personnellement le montant : ce calcul est au moins fort juste.
4° & 5°. – Les banquiers auraient pu avant le concert renvoyer leurs billets ; il y a à leur savoir gré de ne pas l’avoir fait. Pour quatre billets à 6 f ils ont chacun donné 24 f ; c’est bien le prix, et si là il y a mécompte, ce n’est qu’aux yeux de l’inexpérience qui se fait des illusions sur la protection due aux arts par les gens riches, et qui n’a pas encore appris l’énorme différence existant entre Gros et Grands Seigneurs.
6°. – Sans le secours d’une obligeante entremise la lettre de souvenir à S.A.R. aurait bien pu demeurer sans effet. Pour quatre billets à 6 f faisant 24 f (et billets gardés), Madame Adélaïde a fait remettre 20 f. Il ne faut pas trop se plaindre. Ce n’est pas perdre tout.

2. Jules Lardin en 1837. Dessin d’A.L. Demoussy, contenu dans un porte-documents offert par Jules Lardin à Adrien-François Servais. Collection privée.

15Notons qu’en décembre 1833 Servais fait ses premiers pas à Paris et qu’il ne connaît encore que peu de monde dans le milieu musical parisien ; aussi l’Album-Souvenir ne mentionne-t-il aucun envoi de billets d’artistes. Ce sera tout différent lors du second concert en avril 1834.

Recettes et dépenses

  • 9 Apparemment, Monpou ne s’est pas fait payer.

16Les recettes proviennent des billets envoyés ou vendus ; les dépenses occasionnées sont dues aux frais concernant le droit des pauvres, l’impression des affiches, le mémoire du tapissier, l’éclairage de la salle et les honoraires du chanteur9. La salle a été prêtée gratuitement par Pape. Le solde est positif. Le détail des recettes et des dépenses est le suivant :

Recettes

 

1° avant la soirée

763 f

2° après envoi

258 f

 

1 021 f

Dépenses - Frais

 

1° droits des indigens aux hospices

30

2° impression, affiches

74

3° mémoire du tapissier

55

4° éclairage

30

5° payé à M. Jansenne, chanteur

40

 

229 f

Recette nette à partager

792

Dont le tiers à donner à chacun

264 f

Nota : M. Servais ayant joué au concert de M. Pape, celui-ci a prêté ses salons aux trois amis bénéficiaires.

17On en déduit donc que 127 billets à 6 francs ont été vendus avant la soirée pour un montant de 763 francs, auxquels s’ajoutent les « largesses » des hautes personnalités. Le chargé d’affaires, ministre plénipotentiaire de Belgique, M. Le Hon, ambassadeur de Belgique, ayant fait la sourde oreille à l’envoi des billets et au rappel de celui-ci, Lardin écrit une troisième lettre, cette fois adressée à l’épouse de l’ambassadeur. Ici aussi, la témérité de la réclamation et le ton obséquieux de la lettre doivent être soulignés.

A Madame Le Hon à la Légation de Belgique
Madame,
Le besoin d’étendre une réputation commencée heureusement en Belgique, notre pays, et particulièrement à Bruxelles où l’un de nous fut appelé comme violoncelliste à se faire entendre à la Cour du roi Léopold, nous ayant suggéré l’idée de donner un concert à Paris, nous crûmes avec raison, ce semble, de notre devoir, dans le sentiment d’une juste convenance, de nous placer sous les auspices de Monsieur le Ministre chargé d’affaires de Belgique, notre ambassadeur, auquel à cet effet, nous nous sommes fait l’honneur d’adresser quatre billets pour cette soirée musicale donnée le 29 décembre dr [dernier] et qui n’a pas été sans quelqu’éclat ainsi que nous l’ont manifesté d’augustes témoignages. Ces billets ont sans doute été employés, puisqu’ils ne nous ont pas été renvoyés ; c’est ce dont, quinze jours après notre concert, s’informait une seconde lettre par nous écrite à Monsieur le Ministre chargé d’affaires. Toute lettre demande réponse et y a droit : ce principe reconnu dans notre pays si voisin de la France, y est aussi d’usage comme dans celui-ci, nous ne pouvons donc attribuer qu’à une négligence de bureaux le silence absolu qui ne répond pas à nos deux envois. Notre but principal est de signaler à Monsieur le Ministre chargé d’affaires, un manque de forme soustrait sans doute à la connaissance, et trop blessant, même à l’amour-propre le moins susceptible, pour ne pas éveiller, en y satisfaisant, la sollicitude d’une délicate et bienveillante attention qui est dans les habitudes comme dans les devoirs de Monsieur le Ministre chargé d’affaires de Belgique, notre ambassadeur.
Quelle que juste que soit une réclamation, elle parvient plus favorablement accueillie sous l’influence d’une bienveillante entremise ; nous venons donc, Madame, en solliciter auprès de vous l’appui, en vous priant de vouloir bien pardonner à deux artistes cette liberté qu’ils prennent avec d’autant plus d’empressement que c’est pour eux l’occasion de vous offrir respectueusement l’hommage des sentiments avec lesquels ils ont l’honneur d’être, Madame,
Vos t.h. et t.o.s.
Paris, 6 février 1834 Signé S. [Servais] et A. Bessems
n° 41 rue de Seine
Fbg St. Germain

18Cette lettre ne reçoit pas plus de réponse que les précédentes ; aussi Lardin se propose-t-il de publier dans quelques journaux belges l’anecdote illustrant l’impolitesse de l’ambassadeur à l’égard de deux jeunes artistes belges. La remarque qui suit ne manque pas de piquant :

Nota– Cette lettre n’a pas été plus heureuse que les deux précédentes et est aussi demeurée sans réponse. Made Le Hon est pourtant, dit-on, fort jolie, et l’idée de grâce et bienveillance s’unit si naturellement au sentiment que l’on a de la beauté qu’on ne s’attend pas à un pareil mécompte. Il produit désenchantement et regret : il y a quelque chose de triste de voir une femme si peu jalouse de l’honneur de son sexe paraître borner son ambition à n’être qu’un ornement, un meuble, un joujou de salon, de boudoir, ou de chambre à coucher. Quant à M. Le Hon, beau ou laid, peu importe ; mais il est ambassadeur, et son devoir est de représenter quelque chose, Son Souverain, par exemple, et tout ce qu’il est du devoir de celui-ci d’afficher de convenances répondant aux idées, aux sentiments, aux usages admis généralement ; de ce nombre est, sans contredit, la considération due à tout artiste de talent jouissant aussi d’estime personnelle méritée : M. Le Hon l’ambassadeur a manqué à tout cela envers notre compatriote M. Servais et il est bon qu’on le sache par un avis au public qui évite, à l’avenir, à quiconque serait fort loin de s’en douter, de se commettre dans un rapport qui répond si mal à ce qui doit en être attendu.
Cette note est bonne à publier dans quelques journaux de Belgique, précédée de cette annonce ;
Notre compatriote Servais est de retour de son voyage à Paris où son talent sur le violoncelle a produit une vive sensation ; c’est pour nous l’occasion de publier l’anecdote suivante, comme utile avis au public :
M. Servais en donnant sa première soirée musicale à Paris crut de son devoir d’adresser à notre ambassadeur M. Le Hon des billets accompagnés d’une lettre fort respectueuse suivie, quinze jours après le concert donné, d’une autre lettre du même ton rappelant cet envoi ; étonné du silence absolu observé à son égard, il écrivit à Made Le Hon une troisième et dernière lettre qui à Paris donna lieu à la note suivante qui nous est communiquée :
Cette lettre n’a pas été, etc. etc.
C’est dans des journaux estimés pour leur modération qu’il convient de publier cette anecdote pour éviter de lui faire perdre, par la couleur trop vive d’autres journaux, toute la convenance et le juste à propos qui doivent la recommander comme utile renseignement.

Comptes rendus de presse

19Lardin ne se contente pas d’être le secrétaire et l’imprésario de Servais, il se fait également critique musical et rédige les comptes rendus des soirées musicales qu’il envoie aux journaux afin d’être publiés. Parfois, une lettre adressée au rédacteur en chef de telle ou telle revue accompagne l’envoi du compte rendu. Les journaux sollicités sont Le Constitutionnel, Le Temps, Le National, Le Rénovateur, La Revue encyclopédique, Le Messager des Chambres. Le fond de tous ces comptes rendus est le même, seule la forme change : c’est d’ailleurs là un bel exercice de style que de dire six fois la même chose, en des termes chaque fois légèrement différents. Citons le compte rendu envoyé au Constitutionnel :

Il vaut mieux tard que jamais, et nous devons à trois jeunes artistes de beaucoup de talent, Mrs Bessems, Servais et Jules Dejazet, la justice de dire tout le plaisir qu’ils ont fait éprouver à la brillante et nombreuse société qui s’était réunie dernièrement dans les salons de M. Pape pour assister à leur début en public qui a été des plus heureux. Ils s’y sont fait applaudir non seulement comme exécutants mais aussi comme compositeurs par des morceaux pleins de grâce et d’élégance. M. Servais, jeune violoncelliste belge, a fait une grande sensation par l’entraînante vigueur de sa chaleureuse expression. M. Bessems, à l’exemple d’un illustre maître, M. Baillot, dont il est un des plus dignes élèves, s’est fait remarquer par un archet large et sûr, par un jeu simple et noble ; et cette naïve expression de sentiment dont le foyer est à l’âme avant d’être dans les doigts. Il y avait tant de noble et vive émulation entre les trois artistes que, malgré tout le désavantage qu’il y a pour un piano à se trouver placé entre deux instruments tels que le violon et le violoncelle, M. J. Dejazet a, par la netteté, la sage mesure et la brillante élégance de son jeu, soutenu cette concurrence avec un rare bonheur et un véritable succès. On sait que M. J. Dejazet est un des élèves les plus affectionnés de M. Zimmermann.
M. Baillot, par faveur particulière et toute honorable pour ces jeunes gens, assistait à cette soirée où on l’a vu donner de nombreux témoignages de sa satisfaction, ce qui justifie complètement les éloges donnés à ces artistes et que nous avons le regret de n’avoir pu publier plutôt. Mrs Jansenne et Monpou ont concouru à l’agrément de cette soirée ; l’un a fort bien chanté ; l’autre vise à l’effet et l’a obtenu ; ce n’est pas toutefois sans un peu d’exagération.

20Relevons néanmoins les variantes de qualités que Lardin attribue à chacun des instrumentistes compositeurs.

21Pour Servais :

Franchise et vivacité d’attaque, vigueur et chaleur entraînante ; toute l’expression et la grâce appartenant au caractère de son instrument. (Le Temps)
M. Servais se distingue par un sentiment juste et sage du caractère de son instrument qu’il attaque avec franchise et vigueur, qu’il assouplit avec grâce et anime de tout l’entraînement d’une chaleureuse expression. (Le National.)
M. Servais a joué d’une manière peu commune ; il attaque la corde avec franchise et vigueur ; sous ses doigts aussi agiles que sûrs, la grâce se mêle, noble et suave, à la gravité des sons qui deviennent passionnés dans l’entraînement de la chaleureuse expression enrichie d’une pétulance de gammes voltigeantes dont l’effet tout nouveau est aussi agréable que surprenant. (Le Rénovateur ex La Revue encyclopédique)
M. Servais est un violoncelliste belge venu tout nouvellement à Paris pour étendre une réputation déjà grande dans son pays, par un goût plus rare que jamais, maintenu dans le caractère de son instrument, il fait en exercer toute la puissance, il y a quelque chose d’entraînant dans sa manière franche et large, animée d’une vigueur et d’une chaleur peu communes ; il badine aussi, mais avec noble grâce et la pétulante vivacité de ses gammes voltigeantes d’un effet fort agréable et nouveau a produit une vive sensation sur tous les auditeurs. (Le Messager des Chambres.)

22Pour Bessems :

Largeur et sûreté d’archet, jeu simple et expressif. (Le Temps.)
M. Bessems appartient à la bonne école de violon : largeur et sûreté d’archet, style élégant et noble, expression vraie, sentie plutôt qu’appuyée et cherchée. (Le National.)
M. Bessems a reproduit toutes les qualités de cette École de violon : largeur et sûreté d’archet, style pur, élégant, et toute l’expression sentie qui n’altère point la noblesse de l’instrument. (Le Rénovateur ex La Revue ency clopédique)
M. Bessems appartient à la belle école de M. Baillot dont il est un des plus dignes élèves, ce que l’on a reconnu tout d’abord au grand développement, à la sûreté de son archet et à toute la vraie chaleur d’un jeu simple, élégant et noble. (Le Messager des Chambres)

23Pour Dejazet :

L’un des élèves les plus affectionnés de M. Zimmermann, M. Jules Dejazet, par la netteté, la sage mesure et la brillante élégance de son jeu, a soutenu avec le plus grand succès le voisinage du violon et du violoncelle toujours redoutable à un piano. (Le Temps.)
C’était chose difficile que de paraître avec avantage et avec un piano entre ces deux instruments ; M. Dejazet a eu ce bonheur, c’est le plus bel éloge et il est sincère, que nous puissions faire de la netteté, de la gracieuse élégance de son jeu riche aussi du charme et de l’expression. (Le National)
M. Dejazet a triomphé avec un rare bonheur et un véritable succès du redoutable voisinage d’instruments tels que le violon et le violoncelle, par une netteté, une brillante élégance de jeu tout animé d’une vive et pressante émulation qui lui a révélé le secret d’une expression pleine d’intérêt et que l’[on] obtient rarement du piano. (Le Rénovateur et La Revue encyclopédique.)
Il y a pour lui un bel éloge : c’était assurément une grande défaveur pour le piano de se trouver ainsi placé entre un violon et un violoncelle ; il a puisé dans une vive et pressante émulation d’heureux effets qui l’ont fait dignement triompher de ce voisinage redoutable ; il a su obtenir de son instrument toute l’expression dont il est susceptible, et la netteté ainsi que la gracieuse élégance de son jeu ont complètement justifié le titre en lui reconnu d’un des élèves les plus affectionnés de M. Zimmermann. (Le Messager des Chambres)

24Seul l’article envoyé au Journal des Débats est quelque peu différent dans sa forme :

C’est chose devenue assez rare que de la musique instrumentale non dépourvue de mélodie et se proposant un but plus vrai, plus heureux que celui de faire briller une étonnante agilité de mécanisme dont puérile est la prétention et qui fait plus de gens adroits que de gens habiles. Combien de fois il arrive à des artistes de s’entendre dire : « oh ! comme cela doit être difficile ce que vous venez de jouer ! », mot honnête à la place de celui qui ne le serait pas : « oh ! comme c’est ennuyeux ! », exclamation à l’abri de laquelle se sont mis on ne peut plus complettement, par leurs compositions pleines de grâce et de chant, Mrs Bessems, Servais et Jules Dejazet à la brillante soirée musicale donnée dernièrement par eux dans les salons de M. Pape. L’exécution a été dans le même système, celui qui cherche à plaire et y parvient ; aussi les applaudissements ont-ils été unanimes et réitérés. M. Bessems est un violon de l’école de M. Baillot. M. Dejazet un des élèves les plus affectionnés de M. Zimmermann, ce qui recommandait les artistes se recommandant déjà si bien par eux-mêmes à tout l’intérêt qu’on leur a manifesté. M. Servais est un violoncelliste belge dont le talent fort remarquable doit espérer en tout pays l’accueil le plus empressé.
M. Baillot, par faveur singulière, assistait à cette soirée où se sont fait applaudir aussi M. Jansenne comme chanteur, et M. Monpou par ses mélodies dites romantiques, assaisonnées d’une chaleur de même fabrique.

25Ces articles ont-ils été publiés sous cette forme ? Il ne nous a pas été possible de le vérifier, mais une « Nota » de Lardin précise :

Le nombre et l’importance des matières politiques, ce fâcheux besoin de première nécessité, n’ont pu permettre dans les journaux l’admission de ces articles que par morcelage, quelle qu’ait été en cette occasion l’obligeance empressée de M. et Mad. Zimmermann, de M. Louis Barbier, sous-bibliothécaire au Louvre, et de M. Mélesville, l’auteur dramatique dont les témoignages de véritable intérêt forment et appellent tout le bon souvenir qu’on aime à conserver.

Lardin également secrétaire

26Le précieux Album-Souvenir des archives Servais contient plusieurs brouillons de lettres préparées par Lardin. On constate ainsi que le violoncelliste belge a tenté sans succès de se faire entendre à l’Opéra-Comique. Le directeur, M. Paul, ne donne aucune suite à la demande du Ier décembre 1833 ni à la lettre de rappel. Commentaire de Jules Lardin :

Ces deux lettres sont demeurées sans réponse. Le susdit directeur a donc ainsi manqué aux lois de la plus simple politesse, et de plus l’occasion de quelques bonnes recettes ; reproche qui, à juste titre, lui a été adressé, et qu’il s’est fait lui-même probablement, mais trop tard.

  • 10 D’après une note de Lardin, les membres de ce Comité sont François-Antoine Habeneck (président), Ch (...)

27De même, le 5 février 1834, Servais écrit aux membres du Comité10 des concerts du Conservatoire où il désire se faire entendre. Mais la réponse est également négative, sous prétexte que « la quantité de demandes déjà formées et les dispositions arrêtées pour les concerts ne permettent pas au Comité de prendre des engagements à cet égard ». Là encore, le commentaire de Lardin ne manque pas de saveur :

  • 11 Lardin avait en effet raison : Servais se produira à la Société des concerts du Conservatoire. La d (...)

Le motif d’exclusion est fort poli, mais à coup sûr invraisemblable et d’ailleurs inexact ; des programmes arrêtés plus de trois mois à l’avance pour une série de six à sept concerts, ce n’est pas chose croyable ; mais la raison cachée d’un tel refus a de quoi fournir à la vanité. Ce n’est pas là toutefois ce qu’il faut y prendre : sachons tirer un noble parti de tout et puiser à ce blessant et pénible mécompte toute la persévérance d’ardeur et de travail qui conduit enfin à une immense renommée justement acquise et dont la puissance renverse tout obstacle. Les portes fermées s’ouvriront alors d’elles-mêmes et par enchantement11.

  • 12 La Société libre des Beaux-Arts a été fondée en 1830. Son but est de « concourir aux progrès des Be (...)
  • 13 Fondé en 1830, l’Athénée musical a pour objet de « propager l’étude et le goût de la musique, et d’ (...)

28Τoutes les portes, en effet, ne se ferment pas. Le 12 janvier 1834, Servais se fait entendre avec succès à la Société libre des Beaux-Arts12 qui lui offre une médaille « comme témoignage de son admiration et de ses vifs remerciements ». De même, les démarches auprès de l’Athénée musical13, société de concerts, se révèlent fructueuses, puisque Servais y donne un concert le 18 février 1834. Cette société accueillera une nouvelle fois le violoncelliste le mois suivant, mais Servais se verra dans l’obligation de décliner l’invitation, car on lui promet une audition incessante à la cour. Cette audition, promise par Paër, directeur de la musique particulière du roi que Servais avait rencontré chez Lafont, n’aura cependant pas lieu.

  • 14 Le nombre de soirées musicales auxquelles Servais a participé de décembre 1833 à avril 1834 n’est m (...)
  • 15 Notons cependant que Servais et Ghys se feront plusieurs fois entendre ensemble en Belgique en 1835 (...)

29Servais semble fort sollicité14, car il s’excuse plus d’une fois de ne pouvoir prêter son concours aux soirées musicales organisées par des amateurs ou d’autres artistes, notamment celles du violoniste belge Joseph Ghys15 en janvier 1834, du chanteur Garcia en février, de la comtesse Grabousse en février également.

Seconde soirée musicale du violoncelliste Adrien-François Servais : 27 avril 1834

30Avant de repartir pour Bruxelles, Servais donne une seconde soirée musicale à son bénéfice. Annoncée pour le dimanche 20 avril 1834, cette soirée est reportée au 27 avril en raison d’une représentation extraordinaire à l’Opéra de Robert le Diable. Alors que la première soirée musicale de décembre 1833 était centrée sur l’interprétation des trois amis musiciens (Bessems, Dejazet et Servais), auxquels s’étaient joints deux chanteurs, la seconde soirée met davantage en évidence Servais seul. Les billets d’annonce précisent : « Soirée musicale donnée par M. Servais violoncelliste ». Celui-ci s’est cependant entouré d’artistes de renom. L’affiche du concert annonce un quintette à vent composé des meilleurs artistes, et deux chanteurs de premier plan, Mme Damoreau-Cinti, de l’Opéra, et Jean-Frédéric Ponchard, qui ne voulut point être cité sur l’affiche à cause de ses engagements à l’Opéra-Comique. Le programme de la soirée est ainsi composé :

Première partie

  1. 1°/ Quintette en mi bémol de M. Reicha exécuté

    • 16 Ainsi qu’annoncé sur l’affiche, le quintette à vent devait se composer de Henri Brod (hautbois), Ch (...)

    par Mrs Brod, Barizel, Dauprat, Bouffil et Nermel16

  2. 2°/ Air chanté par M. [Ponchard]

  3. 3°/ Solo de violoncelle composé et exécuté par M. Servais

    • 17 Bien qu’annoncée sur l’affiche, l’artiste de l’Opéra « fit prévenir le soir même par son médecin qu (...)

    4°/ Air chanté par Made Damoreau-Cinti17

Deuxième partie

  1. 1°/ Grandes Variations pour piano et violoncelle composées et exécutées par Mrs Jules Dejazet et Servais

  2. 2°/ Fragment d’un quintette de M. Reicha

    • 18 Blès Martin (1768-1837) est professeur de chant au Conservatoire de Paris depuis 1816. Démissionnai (...)

    3°/ Air chanté par Mad.lle Charlet, élève de M. Martin18

  3. 4°/ Fantaisie pour le violoncelle, composée et exécutée par M. Servais

  4. 5°/Romance chantée par M. [Ponchard]

31Pour ce second concert, Lardin semble être mieux organisé en ce qui concerne l’envoi de billets aux journaux. Par l’entremise de ses connaissances, dix-huit journaux différents reçoivent chacun deux billets. Louis Barbier contacte Le Moniteur, Le Journal des Débats, Le Constitutionnel, Le Journal de Paris –, l’auteur dramatique Mélesville s’adresse au Vert-Vert, à L’Entracte, au Corsaire et au Figaro –, Achille Jubinal se charge du National, de L’Artiste, de La Romance, de La Revue de Paris –, le docteur Clergé intervient auprès du Charivari et du Cabinet de lecture, tandis que Jules Lardin se réserve Le Journal des artistes, La Revue musicale de Fétis, Le Messager et Le Journal du commerce. Des billets sont envoyés aux journaux, conjointement avec une lettre de demande d’insertion d’une note annonçant le concert. La note est ainsi rédigée :

M. Servais, violoncelliste belge donnera avant son départ, le dimanche 27 avril à 8 h du soir, dans les beaux salons de M. Pape, un concert où l’on entendra l’élite de nos artistes. La vive sensation que le talent de M. Servais a produite dans les salons de Paris cet hyver, le concours d’artistes tels que Mrs Brod, Barizel, Dauprat, Made Damoreau, etc. assurent au bénéficiaire de l’empressement des amateurs à cette soirée musicale qui ne peut manquer d’un brillant éclat.

32Par nombre de six, les billets sont mis en dépôt chez les facteurs de pianos Pleyel (2, rue Grange-Batelière) et Frey (8, place des Victoires), chez le luthier Gand (24, rue Croix-des-Petits-Champs), ainsi que chez les marchands et éditeurs de musique Antonio Pacini (11, boulevard des Italiens), Alexandre Petit (6 et 18, rue Vivienne), les frères Messonnier (2, rue Dauphine). Les éditeurs de musique Maurice Schlesinger (97, rue de Richelieu) et Henri Lemoine (9, rue de l’Échelle) ont chacun dix billets en dépôt. Le facteur de pianos Jean-Henri Pape, qui prête de nouveau ses salons, dispose de quarante billets. Mais la vente préalable n’est pas spectaculaire : sur les 106 billets déposés auprès de ces facteurs et éditeurs, seulement quinze ont été achetés. Le soir même du concert, neuf billets ont été vendus.

33En revanche, le placement de billets par l’entremise personnelle d’amis et de personnalités musicales se révèle plus positif : 63 billets ont pu ainsi être vendus. M. et Mme Zimmermann en ont vendu dix ; M. et Mme Lafont, de même. Mme Adèle Violette, compagne de Jules Lardin, en a placé quinze, tandis que Léon Chenel, secrétaire de l’Athénée musical qui a fait entendre Servais en concert, en a vendu dix. Le capitaine de Péreuze, instructeur à l’École polytechnique, et deux de ses élèves, MM. Damonville et de Tourneaux, ont ensemble vendu dix-huit billets. Des amis de Servais ont aussi personnellement placé de nombreux billets, mais leur nom n’est pas connu – pas plus, hélas ! que le nombre de billets vendus.

  • 19 Le facteur Pape les a donnés à : MM. Paër (2 billets), Blacque (1), le pianiste Hunten (1), Donnes (...)
  • 20 Le nombre de billets d’amis distribués par Baillot lors de ses séances de musique de chambre au cou (...)
  • 21 Rebut est un amateur chez qui Servais a participé à une soirée musicale « composée » par le hautboï (...)
  • 22 Sans doute un autre amateur qui a accueilli Servais dans une de ses soirées.

34Ainsi, sans tenir compte de ceux qu’ont vendus les amis de Servais, au moins 87 billets ont été achetés, rapportant une somme de 522 francs. De plus, Pape a distribué douze billets gratuitement19 ; Servais, quant à lui, en a également donné quarante20 – certains à titre gracieux, d’autres afin d’être vendus : deux billets sont envoyés à M. et Mme Camille Pleyel, deux à Baillot, deux à Cherubini, directeur du Conservatoire, deux au chanteur Martin, un au compositeur George Onslow, six à Rebut21, un au professeur de violon Vidal, un à Paër, directeur de la musique du roi, deux à Grasset, chef d’orchestre de la musique du roi, deux au critique musical Castil-Blaze, un au professeur de chant du Conservatoire, Alexis de Garaudé, trois au professeur de composition du Conservatoire, Anton Reicha, six à Clément Simonis22, quatre à la comtesse de Virieux, trois à Mme Lafont, deux à la comtesse veuve Henry de Ségur, six au banquier Aguado et huit à son secrétaire Agasson.

  • 23 Aucun commentaire n’est fait sur les envois à Grasset et Reicha. Les trois billets d’artiste envoyé (...)

35Les commentaires de Lardin concernant ces envois permettent de distinguer les billets d’artiste et ceux qui ont été envoyés afin d’être achetés par le bénéficiaire ou vendus à des tiers par ce dernier23.

  • 24 En fait Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), ministre de l’Intérieur depuis 1832.

M. et Made Pleyel n’ont fait aucune réponse à l’invitation de M. Servais.
M. Baillot a eu l’obligeance très flatteuse pour M. Servais d’assister jusqu’à la fin à cette soirée et d’y faire, en dépit de son extrême modestie, appercevoir à différents moments, témoignage honorable de bienveillance et d’estime particulière recommandant bien le jeune virtuose à celles du public qui lui a manifesté le plus vif accueil. C’est un patronage excellent que celui d’un artiste aussi recommandable à tous égards que M. Baillot, homme autant aimé et estimé qu’il est admiré.
M. Cherubini n’a fait aucune réponse à l’invitation de M. Servais qui, privé de l’honneur de sa présence, n’a pourtant pas à regretter un acte de déférence acquis à celui qui en était l’objet par une grande renommée et un âge qui commande le respect. On dit M. Cherubini bizarre et assez quinteux, mais il dînait le jour même du concert chez M. le Ministre Tiers24, c’est probablement cela qui l’a empêché de répondre en personne à l’invitation de M. Servais : au moins vaut-il mieux le penser que de prendre l’idée d’une complette insouciance ou d’un refus de tout accueil bienveillant si contraires à tout ce que l’on aime à penser d’un artiste vraiment grand.
M. Martin n’a fait aucune réponse à l’invitation de M. Servais ; quelques jours auparavant, à la vérité, il avait reçu une atteinte d’apoplexie.
[Onslow.] Le surlendemain de [l’envoi] du billet, M. Onslow est venu faire une visite de remerciement. Il s’est empressé d’assister au concert et d’y donner de vifs témoignages de sa satisfaction.
[Rebut.] Le montant des billets a été envoyé le lendemain matin accompagné d’un fort gracieux billet.
[Vidal.] Quelques jours auparavant [c’est-à-dire avant l’envoi des billets], M. Vidal rencontré avait reçu avec un vif plaisir l’avis de cet envoi ; il n’est pourtant pas venu au concert et n’a point répondu à M. Servais. Les artistes d’aujourd’hui ont meilleure tenue dans le monde que ceux d’autrefois, mais ils n’ont pas encore grand usage.
[Paër (dans sa réponse, il annonce qu’il assistera au concert). Le pianiste Hunten et Mme Delanneau.] Outre le billet de concert reçu par Paër, il s’en est fait donner 2 à même ceux déposés chez M. Pape. Même indiscrétion été commise par plusieurs, entre autres le pianiste Hunten et Made Delanneau, aussi professeur de piano. On échappe ainsi à la petite obligation qu’imposerait une demande faite directement à l’artiste donnant le concert. Ce qui n’est guères convenable pourtant : sans façon d’artiste !
[Castil-Blaze et Garaudé.] M. Castil-Blaze n’a répondu d’aucune façon. Il est de même de M. Garaudé. En semblables cas, il est du moins une visite : cette économie de déplacement est tout à fait déplacée. C’est de l’impolitesse : les artistes musiciens sont en général ignorants de beaucoup de choses.
M. et Made Clément Simonis n’ont gardé aucun des billets envoyés, ce qui est peu bienveillant, et les ont fait adresser, ainsi que son billet qui les accompagnait, par leur cuisinier espèce de factotum, à M. Servais. Ce qui est fort impertinent et grossier de la part de ces gens dont la position dans le monde suppose une certaine éducation ou au moins la connaissance des plus simples usages. Cet abus de différence de rang selon le monde, hazard de fortune, envers un artiste de talent mais sans pécuniaire considération, méritait bien la réplique suivante, car une leçon est toujours bonne, donnée à ce propos :
S’il y avait d’indiscrétion de la part de Servais, ce qu’il est loin de penser, à adresser des billets de son concert à Monsieur et Madame Clément Simonis, les termes de respectueuse convenance du billet qui les accompagnait devaient lui obtenir excuse. Le renvoi si dur de ce billet est si contraire à l’usage qu’il faut sans doute l’attribuer à une erreur qui toutefois est bien faite pour étonner et à laquelle Servais est fort sensible ; il se doit de le témoigner à Monsieur et Madame Clément Simonis dont il avait à espérer plus d’égard : ce que l’on se doit à chacun.
M. Servais a approuvé le billet en rapport avec son juste mécontentement, mais par une réserve et une exagération de déférence mal entendues, il n’a pas voulu l’écrire ; c’était pourtant bien là le cas de sentir sa propre dignité et de la défendre contre qui, sans motif comme sans excuse, venait de la blesser si brutalement.
A propos de « Dignité », cette occasion est saisie de dire qu’il faut toujours en avoir en son lieu, mais qu’il n’en faut jamais faire. Elle est naturellement dans la convenable distance observée à l’égard de ses supérieurs. Les rapports d’égal à égal la repoussent, et nos inférieurs ne doivent attendre de nous que bienveillance. Une autre réflexion et d’intérêt personnel, fort importante à faire, est celle-ci : un grand talent (M. Servais n’y est pas encore, mais il y arrivera probablement) doit se faire pardonner ses nombreux et brillants succès ; c’est à la complaisance, à la modestie, à la simplicité de lui faire des amis, des envieux que son éclat peut exciter : le talent de se faire aimer est le meilleur et le plus utile de tous ; il donne du lustre à tous les autres.
[Comtesse de Virieux.] Ces billets ont été renvoyés avec une lettre signée de Made de Virieux, pleine de regrets de n’en pouvoir faire usage par un engagement pris précédemment et que l’on a vainement cherché à rompre.
La comtesse veuve Henry de Ségur, le surlendemain du concert, a honoré M. Servais d’une visite de remerciements.
[Agasson et Aguado.] Les six billets adressés à M. Aguado ont été renvoyés ; chacun a donc (toujours à tort) compté sans son hôte, voir même le secrétaire.

36Tout comme lors du premier concert en décembre 1833, les grands de ce monde sont sollicités en vue d’une protection et d’un mécénat : huit billets sont envoyés au roi et à la reine des Français, quatre à Madame Adélaïde, au duc d’Orléans ainsi qu’au duc de Nemours (Louis d’Orléans, second fils du roi Louis-Philippe), et deux au comte de Montalivet. Lardin s’attarde cette fois moins longuement sur les réactions de ces princes.

Comptes rendus dans les journaux

37D’après Lardin, plus de vingt journaux ont rendu compte « avantageusement » du concert de Servais, à savoir Le Moniteur, Le Constitutionnel Le Journal des Débats, Le Journal de Paris, Le Journal du commerce, Le Messager, Vert-Vert, Le Charivari, Le Cabinet de lecture, Le Foyer. Il semble bien, cette fois, que ces comptes rendus ne soient pas de la main de Lardin, car ce dernier ne fait état d’aucune lettre de demande d’insertion ; au contraire, ces articles sont mentionnés comme provenant des journaux eux-mêmes. Lardin en reproduit quatre, sans toutefois préciser leur source ; les quatre articles diffèrent manifestement les uns des autres, ce qui n’était pas le cas lors du premier concert en décembre 1833. Reproduisons-en un ci-après :

La plus brillante société et toutes les notabilités musicales de Paris semblaient s’être donné rendez-vous dimanche dernier dans les salons de M. Pape pour faire en quelque sorte leurs adieux à M. Servais, violoncelliste belge, dont le départ laissera sans doute beaucoup de regrets. La hardiesse et la noble grâce de son jeu qui réunit la vigueur à la légèreté, la variété de son expression toujours toute animée d’un chaleureux entraînement, ont excité un véritable enthousiasme et d’unanimes applaudissements. Ce virtuose sait donner à son instrument l’accent de la voix humaine et aux plus brillantes difficultés, le charme et cet intérêt qui s’attachent toujours à tout ce qu’inspire un sentiment plein de goût ; ses gammes voltigeantes sont d’un effet surprenant.
Le concours des artistes les plus distingués, le début de Madlle Charlet, jolie cantatrice, élève de M. Martin, la brillante exécution d’un jeune pianiste, M. Jules Dejazet et le talent de M. Ponchard ont puissamment contribué à l’éclat de cette soirée faite pour laisser un long souvenir.

38Les trois autres articles s’attachent eux aussi aux qualités du violoncelliste, et peu à celles des autres artistes qui ont participé à la soirée. Relevons les qualificatifs attribués au talent de Servais :

M. Servais a un jeu plein de verve, de chaleur et d’originalité ; il entraîne son auditoire, il a produit la plus vive sensation, il chante si bien, avec tant de noblesse et de grâce ! Et c’est chose remarquable chez lui que le caractère de son instrument qu’il sait toujours lui conserver même dans la brillante rapidité de ses demi-tons et dans la pétulante vivacité de ses gammes voltigeantes dont l’effet tout nouveau est aussi agréable que surprenant.
M. Servais a un jeu plein de verve et d’originalité et [il a] cela de fort remarquable qu’il conserve toujours à son instrument la noblesse de son caractère ; il étonne, il surprend par la rapidité légère de ses demi-tons et la pétulance de ses gammes voltigeantes, mais toutes ces difficultés ont de la grâce et du charme, et quand il chante, il sait donner à son instrument tout l’accent si pénétrant de la voix humaine, ce qui justifie nos éloges et prouve l’estime due à son talent.
M. Servais a complettement répondu à tout ce qu’une renommée justement acquise raconte de lui à ceux qui ne l’ont pas entendu : vigueur et légèreté, chaleur entraînante ; il badine avec la noble grâce, s’anime jusqu’à la colère et sait, de la pétulance des traits les plus brillants, passer avec un sentiment plein de goût, aux chants graves et gracieux, aux accents nobles et touchants et à tout ce pathétique d’expression qui parle au cœur comme une voix humaine. Espérons que M. Servais nous reviendra quelque jour, car il y a grand charme à l’entendre.

39Immédiatement après cette soirée, Servais est sollicité par le violoniste Jacques-Feréol Mazas pour participer à sa soirée musicale. De même, Auguste-Mathieu Panseron, président du Comité de musique de la Société musicale Les Enfants d’Apollon (et professeur de chant au Conservatoire), souhaite que Servais donne un solo de violoncelle lors du concert du 8 mai. Dans l’un et l’autre cas, le violoncelliste belge se voit dans l’obligation de refuser ces propositions, car il est sur le point de repartir en Belgique.

40Enfin, le précieux Album-Souvenir des archives Servais se termine par la reproduction d’un cachet en argent offert au violoncelliste par ses amis parisiens et belges. Il s’agit d’un S majuscule sur lequel sont incrustées différentes initiales : dans la boucle supérieure, les lettres entrelacées J et D rappellent « Jules Dejazet, Julo, le petit, l’accompagnateur attitré, et bien dévoué » ; sur la hampe du S, les lettres entrelacées J et A renvoient à Jules (Lardin) et Adèle (Violette), compagne de Jules Lardin, « deux personnes qui l’aiment et croyent à son attachement » ; au milieu de la hampe du S, la lettre G témoigne de l’amitié de (Albert) Grisar, « l’ami appelé aussi comme “tutti che Siete” à illustrer son pays et glorifier le nôtre » ; dans la boucle inférieure du S, les lettres entrelacées A et Β sont le souvenir d’Antoine Bessems, « le grand Bessems à qui nous devons tous beaucoup pour cette bonne et gracieuse réunion de Belgique et de France en dehors comme à l’abri de toute atteinte politique, voire même aussi de la marche du temps qui là, nous l’espérons bien, loin de détruire, consolidera : en tout cinq lettres représentant trois bonnes choses, trois amis ».

41Nous avons vu que Lardin était un grand moraliste ; aussi n’est-il pas surprenant de trouver, à la fin de cet Album-Souvenir, une série de maximes de Boileau et de La Fontaine portant sur le travail, la persévérance, l’amour et l’amitié.

  • 25 Informations aimablement communiquées par Guy Gosselin, qui nous précise les lieux et dates de conc (...)

42L’étude de cet Album-Souvenir montre que, outre l’indispensable talent des artistes, une bonne publicité préalable et un suivi attentif étaient, tout comme aujourd’hui, nécessaires à la réussite d’un concert. Sans doute Adrien-François Servais n’a-t-il pas immédiatement trouvé à Paris le succès qu’il attendait, mais ces deux soirées musicales organisées à son bénéfice l’auront néanmoins lancé dans la vie musicale. Dès la fin de l’année 1834 et de manière répétée à la fin des années 1830, on va le retrouver en tournée dans le nord de la France, à Valenciennes, Lille et Douai25. Il se rendra ensuite à Londres, en Hollande et en Allemagne. Sa réputation va bientôt s’étendre à toute l’Europe et l’on peut affirmer que le succès de ses débuts est certainement dû en grande partie à Jules Lardin, cet amateur éclairé, imprésario et secrétaire improvisé qui sut attirer l’attention du monde musical parisien sur un jeune artiste encore inconnu.

43On constate aussi que, si l’artiste du XIXe siècle n’est plus comme autrefois attaché au service d’un prince, il recherche cependant encore sa haute protection et son appui. Mais c’est surtout sur ses propres forces qu’il doit maintenant compter.

Annexes

Zusammenfassung/Abstract

Musiker, Mäzen und Impresario Die Konzerte des Cellisten Adrien-François Servais und ihre Förderung durch Jules Lardin

Adrien-François Servais (1807-1866), den Berlioz 1844 als « Paganini des Violoncellos » bezeichnete, war einer der anerkanntesten Cellisten der romantischen Epoche. Sein Spiel zeichnete sich zugleich durch Virtuosität, klangvolle Intensität undExpressivität aus. Seine Konzertreisen machten ihn in ganz Europa und insbesondere in Russland bekannt, wohin er mehrere Konzertreisen machte.

Sein Pariser Debut fällt in den Dezember 1833. In den Archiven der Familie Servais hat sich ein kleiner Manuskript-Band von 210 Seiten erhalten. Sein Titel lautet : Album – Souvenirs des débuts à Paris en 1833 et 1834, offert par son ami Jules Lardin. Diesen Band hat der Pariser Grundeigentümer und Musikliebhaber Jules Lardin (1787 bis ca. 1870), der in seiner Jugend Grétry besucht batte, eigenhändig verfasst.

Das Manuskript ist besonders wertvoll, weil es die zeitgenossischen Praktiken und Verhaltensweisen bei der Organisation zweier musikalischer Soireen dokumentiert, nämlich denen vom 29. Dezember 1833 und vom 27. April 1834. Beide Konzertefanden im Salon des KlavierherstellersJean-Henri Pape statt. Die erste Soiree fand zu Gunsten der drei auftretenden Musiker, des Cellisten Servais, des Violonisten Antoine Bessems und des Pianisten Jules Dejazet statt. Die zweite Soiree wurde allein zu Gunsten von Servais veranstaltet, der wiederum von den beiden anderen Musikern begleitet wurde.

Jules Lardin, damais 47 Jahre alt, entwickelte eine Freundschaft zu dem z6-jährigen Musiker Servais. Er fungierte von nun an als dessen Sekretär und Impresario, wenngleich er für beides keine Vorkenntnisse mitbrachte. Er entwarf für Servais’Auftritte Eintrittskarten und Plakate, die Einladungsbriefe mit den Billets und die Anzeigen in den Zeitungen, sorgte also für alles, was für die Programmankündigung musikalischer Soireen notwendig war. Lardin listete anschliẞend Einnahmen und Ausgaben auf und machte Vorschläge für die Beantwortung der eingegangenen Briefe. Es scheint, als habe Servais die von Lardin entworfenen Briefe eigenhändig abgeschrieben. Ubrigens schmückte Lardin den Manuskript-Band mit instruktiven, amusanten und moralisierenden Kommentaren aus, die die Sitten der Zeit nachzeichnen.

Musician, patron and impresario Concerts given by cellist Adrien-François Servais and their promotion by Jules Lardin

Described as the Paganini of the cello by Berlioz in 1844, Adrien-François Servais (1807-1866, born and died in Hal near Brussels) was one of the most appreciated cellists of the Romantic period. He was distinguished by the virtuosity, the intensity of the sound quality and the expressiveness of his playing. His concert tours made him known throughout Europe, and moreparticularly in Russia, which he visited several times.

His Paris beginnings datefrom December 1833. The private archives of the Servais family contain a small manuscript volume of two hundred and ten pages entitled, Album – Memories of Beginnings in 1833 and 1834, presented by his friend Jules Lardin. This journal was handwritten in its entirety by the Parisian, Jules Lardin (1787-approx. 1870), property-ownerand music-lover, who saw Grétry regularly during his youth.

The Album is particularly valuable for its description of practices common in that time and its detail of the steps which had to be taken to organise two musical evenings held in the salons of piano-maker Jean-Henri Pape, on 29 December 1833 and 27 April 1834. The first evening was for the joint benefit of three musicians : the cellist Servais, violinist Antoine Bessems and pianist Jules Dejazet. The second evening was arranged for the sole benefit of Servais, although he was accompanied by the same artistes.

Jules Lardin, who was 47, took a liking to this young musician of 26 ; he was to serve him as both secretary and unofficial impresario. On his behalf he drew up models for tickets and posters, letters to be sent out with tickets, and newspaper insertions, which were indispensable for announcing the programmes for musical evenings. Lardin later recorded the total income and expenditure, and suggested replies to letters : it seems likely that Servais himself copied out letters drafted by Lardin. In addition, the latter studded the journal with comments at once instructive, amusing and marked by moralistic observations depicting the mores of the period.

Notes

1 Archives privées de la famille Servais, section Adrien-François Servais : album Jules Lardin. Selon le désir de l’arrière-petit-fils d’Adrien-François Servais, Ernest Vanderlinden, le lieu de conservation de ces archives est volontairement passé sous silence. Qu’il me soit cependant permis de le remercier ici vivement pour m’avoir autorisée à consulter ses archives et à exploiter cet Album-Souvenir.

2 Date de naissance donnée par Lardin lui-même dans les dernières pages de l’Album-Souvenir qui fait l’objet de cet article.

3 Fétis, F.-J. 1880, Biographie universelle des musiciens. Supplément par Arthur Pougin. Paris, t.10 : 75.

4 Antoine Bessems a étudié le violon à Paris avec Pierre Baillot, mais ne semble pas avoir été lauréat du Conservatoire de Paris. Il fit d’abord une carrière de chambriste, principalement à Paris. En 1845, il sera chef d’orchestre de la Société royale d’harmonie d’Anvers. La Messe solennelle composée par Berlioz en 1824 et retrouvée en 1991 à Anvers avait été donnée par le compositeur à ce violoniste anversois en 1835.

5 Jules Dejazet obtint son premier prix de piano en 1824 au Conservatoire de musique de Paris dans la classe de Zimmermann. Il fit carrière comme professeur de cours privés à Paris.

6 Adrien-François Servais écrira souvent ses compositions en collaboration avec d’autres musiciens, notamment J. Grégoire, J. Ghys, H. Léonard ou H. Vieuxtemps.

7 Formule de politesse : votre très humble et très obéissant serviteur.

8 Lardin mentionne les formules d’appel différentes selon les personnalités : Madame pour la reine des Français, Mon Seigneur pour le duc d’Orléans, Madame pour Madame Adélaïde, Monsieur le Comte pour Montalivet, Monsieur le Ministre pour l’ambassadeur (car, à l’époque, son titre est « ministre plénipotentiaire de Belgique »), Monsieur pour les autres. Pour Madame Adélaïde, Lardin propose en outre d’ajouter après le mot « cultivent » la phrase suivante : « La faveur particulière dont elle a déjà honoré l’un de ces jeunes artistes, M. Bessems, en agréant l’hommage d’une de ses compositions, enhardit ces jeunes artistes... »

9 Apparemment, Monpou ne s’est pas fait payer.

10 D’après une note de Lardin, les membres de ce Comité sont François-Antoine Habeneck (président), Charles Plantade fils (secrétaire), Marjot (gendre de M. Jadin), Tulou (flûtiste de l’Opéra), Saint-Laurent (deuxième violon à l’Opéra), Latil (choriste à l’Opéra) et Aimé Leborne (professeur au Conservatoire).

11 Lardin avait en effet raison : Servais se produira à la Société des concerts du Conservatoire. La date exacte n’a pu être retrouvée, mais c’est en tout cas avant 1849.

12 La Société libre des Beaux-Arts a été fondée en 1830. Son but est de « concourir aux progrès des Beaux-Arts et au bien-être des artistes ». Elle tient deux séances publiques par mois à l’Hôtel de Ville.

13 Fondé en 1830, l’Athénée musical a pour objet de « propager l’étude et le goût de la musique, et d’en faciliter l’exercice dans ses trois principales branches, la composition, l’exécution instrumentale et le chant ». Une soirée musicale mensuelle se donne à l’Hôtel de Ville.

14 Le nombre de soirées musicales auxquelles Servais a participé de décembre 1833 à avril 1834 n’est malheureusement pas connu. Il a notamment participé à une soirée musicale au bénéfice du hautboïste Brod chez l’amateur Rebut.

15 Notons cependant que Servais et Ghys se feront plusieurs fois entendre ensemble en Belgique en 1835 et qu’ils effectueront un voyage en Angleterre où leurs talents seront appréciés.

16 Ainsi qu’annoncé sur l’affiche, le quintette à vent devait se composer de Henri Brod (hautbois), Charles Barizel (basson), Louis-François Dauprat (cor), Jacques-Jules Bouffil (clarinette) et Nermel (flûte). Cependant, Barizel ne fut pas présent car, la veille du concert, il apprit le décès de son père et fut remplacé par Jean-Baptiste Kocken (également orthographié Cokken). De même, le flûtiste Nermel céda sa place à Paul-Hippolyte Camus. Notons que tous ces instrumentistes font partie soit de la musique particulière du roi, soit des orchestres des premiers théâtres de la capitale.

17 Bien qu’annoncée sur l’affiche, l’artiste de l’Opéra « fit prévenir le soir même par son médecin que son état de souffrance lui interdisait de chanter ». Elle fut remplacée par Mlle Charlet, qui chanta en premier une romance inédite de M. Panseron sur Jeanne Gray, « fort insignifiante » ; en second, l’air de Jeannot et Colin de Nicolo : « Ah ! pour moi quelle peine extrême ! » M. Ponchard a chanté un air du Chaperon de Boieldieu, puis une romance « dans la manière ridicule de M. Monpou ». « Madlle Puget, auteur des paroles, tenait le piano, tenu jusque là et avec distinction par Jules Dejazet. »

18 Blès Martin (1768-1837) est professeur de chant au Conservatoire de Paris depuis 1816. Démissionnaire en 1818, il fut réintégré comme professeur en 1832. Notons que Mlle Charlet ne sera pas lauréate du Conservatoire.

19 Le facteur Pape les a donnés à : MM. Paër (2 billets), Blacque (1), le pianiste Hunten (1), Donnes de Bordeaux (2), Angot (1), Harris (1), le professeur de piano Mme Delanneau (2), Herbet (1), de Vergemes (1).

20 Le nombre de billets d’amis distribués par Baillot lors de ses séances de musique de chambre au cours de l’année 1834 est également du même ordre de grandeur (cf. Fauquet, J.-M. 1986, Les sociétés de musique de chambre à Paris de la Restauration à 1870. Paris, Aux amateurs de livres : 256).

21 Rebut est un amateur chez qui Servais a participé à une soirée musicale « composée » par le hautboïste Henri Brod.

22 Sans doute un autre amateur qui a accueilli Servais dans une de ses soirées.

23 Aucun commentaire n’est fait sur les envois à Grasset et Reicha. Les trois billets d’artiste envoyés à Mme Lafont témoignent des remerciements de Servais, car elle a réussi à placer dix billets.

24 En fait Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), ministre de l’Intérieur depuis 1832.

25 Informations aimablement communiquées par Guy Gosselin, qui nous précise les lieux et dates de concerts : Valenciennes en septembre 1834, 1835, 1836, 1840 ; Lille le 11 mars 1835 et le 31 janvier 1841 ; Douai le 11 juillet 1836 et le 9 juillet 1838. Par la suite, à la fin des années 1840 (et de même en 1856,1858 et 1860), on mentionne encore Adrien-François Servais à plusieurs reprises à Douai, Valenciennes, Lille, Arras et Cambrai. Son fils Joseph, également violoncelliste, se produira à Douai en 1872,1875 et 1880.

Table des illustrations

Légende 1. Adrien-François Servais en 1838. Lithographie de Charles Baugniet. Musée des instruments de musique, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 2. Jules Lardin en 1837. Dessin d’A.L. Demoussy, contenu dans un porte-documents offert par Jules Lardin à Adrien-François Servais. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540