Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

II. Le paysage des uns n'est pas celui des autres

9. Rurbanisation et paysage

Le cas de Plouzané (Finistère)

Jean-François Simon

Texte intégral

1Il est généralement admis qu’un paysage est perçu comme tel par un observateur extérieur à l’espace qu’il regarde. Le paysage serait le résultat d’un regard nouveau posé sur un Ailleurs. Qu’en est-il dès lors de la perception qu’ont de leur espace les habitants d’un lieu ? En fait, l’existence d’un « paysage plouzanéen » a d’abord pris sens avec l’intervention de l’Autre sur l’Ici...

2A partir des années 1960, la commune connaît une progression démographique sans précédent, qui fait passer la population de 2 066 habitants en 1962 à 11 428 en 1989. De nouveaux habitants sont arrivés en masse, imposant leur marque sur l’espace, le transformant brutalement en « paysage ».

« Le paysage a changé »

  • 1 Parcelles où l’on cultive des ajoncs destinés à l’alimentation animale.

3Pour une population essentiellement agricole, l’espace communal est longtemps resté un espace à travailler. Sans doute des changements l’ont-ils affectée, occasionné, par exemple, par la première révolution agricole. Sans doute ces changements ont-ils été d’une grande intensité, allant jusqu’à faire disparaître les landiers1 du « paysage ». Mais ils n’ont pas eu cette brutalité qui aurait fait l’effet d’un électrochoc. Les habitants du lieu ont certainement eu conscience d’une modification de l’aspect (en breton : an doare) de l’espace, en l’occurrence des terres, mais elle ne s’exprime que dans le souvenir de la peine mise à la tâche et de l’espoir de récoltes plus abondantes.

4La photographie rend compte des principaux éléments constitutifs du paysage de Plouzané.

5A l’arrière-plan, on peut observer l’espace agricole : un bocage dont le remembrement a élargi les mailles. Il s’étend, sans accident, jusqu’à la ligne d’horizon, donnée par la surface d’érosion du plateau du Léon. 84 agriculteurs exploitent à Plouzané 2 050 ha de surface agricole utile, soit 61 % de la superficie communale. Au premier plan, à droite, on aperçoit de petits immeubles. Ils fournissent à la commune son aspect urbain le plus prononcé. Leur architecture témoigne d’une urbanisation récente. Au début des années 1980, les nouvelles constructions ont fini par rejoindre, pour bientôt totalement les englober, quelques maisons individuelles qui, quinze ans plus tôt, avaient contribué au « mitage » du paysage, respectant toutefois le bocage préexistant, comme l’attestent le talus et les arbres qui cachent encore partiellement les deux pignons blancs. Entre les deux plans, s’étend une zone d’habitat pavillonnaire dont l’ancrage, dans l’espace et le temps, est matérialisé par la présence du clocher de l’église de la paroisse. (Photo J.-F. Simon, 1992.)

  • 2 Le rivage plouzanéen est une falaise abrupte qui constitue la rive nord du Goulet de Brest. Du hau (...)

6L’espace plouzanéen ne fait pas alors « paysage »... La mer pourtant borde au sud le territoire communal2, mais nul ne s’y arrête. Les maisons fuient le littoral exposé et se réfugient dans les vallées des ruisseaux côtiers sans se soucier d’éventuelles perspectives paysagères. Quand bien même cela serait envisageable, compte tenu de la topographie de lieux permettant à la fois de mettre la maison à l’abri des vents du nord et de l’exposer au midi, la disposition des bâtiments agricoles a vite fait de limiter l’horizon.

7Il faut arriver d’ailleurs pour prendre conscience de l’intérêt paysager qu’offre le bord de mer : les premières villas s’installent au début du xxe siècle, sur la falaise, face au large. Mais, pour mieux souligner l’incongruité d’une telle démarche, on se plaît à rappeler qu’un officier allemand eut la même intention pendant l’Occupation !

  • 3 Pour pouvoir exercer efficacement leur surveillance, les douaniers patrouillaient, dit-on, au plus (...)

8Ce n’est que tardivement, en 1973 avec l’installation d’une table d’orientation face à la mer, puis en 1989, avec l’ouverture d’un sentier côtier, dit de douaniers3, que l’on manifeste localement un intérêt pour le site, quoique ces aménagements soient surtout faits à l’usage de l’Autre et destinés à provoquer un regard sur l’Ailleurs, de l’autre côté de la mer.

9Dans ces conditions, le regard sur l’Ici ne paraissait pouvoir naître que de la distance prise par rapport à l’espace habité. Il a été le fait d’étudiants, de fonctionnaires, un moment éloignés de leur région d’origine mais désireux d’y revenir un jour et soucieux de ne pas perdre le contact. Dans leurs archives, de vieilles photographies jaunies, à la préoccupation panoramique manifeste, en fournissent aujourd’hui le témoignage : la trace qu’a laissée une punaise rouillée dévoile à elle seule l’intention du photographe. La vue panoramique était alors centrée sur le clocher de l’église paroissiale.

10Et puis, brutalement, l’Autre est arrivé et du même coup « le paysage a changé ». En l’espace de cinq ans, de 1964 à 1969, 229 maisons destinées à loger une population surtout venue de Brest, sortent de terre dans un périmètre limité. Bien entendu, aucune intention ne se manifeste alors pour tenter d’intégrer les habitations nouvelles au parcellaire existant. La ville qui s’installe à la campagne lui nie toute existence antérieure et entend au contraire lui imposer sa marque. La politique d’aménagement suivie est celle de la « table rase » : on commence par créer, à coups de bulldozer, un véritable glacis où sont ensuite disposés les habitations et leurs jardinets, de part et d’autre de rues se coupant à angles droits, comme dans les faubourgs.

11D’autres interventions sur l’espace viennent conforter ce sentiment que c’est par la volonté de gens de l’extérieur que le paysage se transforme. Ainsi en est-il par exemple des travaux d’une certaine envergure entrepris pour canaliser l’eau courante, et plus encore, pour remblayer les zones marécageuses, afin d’accroître les zones constructibles. Ces opérations se font alors en contradiction avec les représentations locales, selon lesquelles de telles zones étaient impropres à toute implantation humaine permanente.

« Le paysage va changer »

12L’afflux d’une population nouvelle, dans les années 1970-1980, ne va pas sans produire de multiples difficultés. Il a fallu faire cohabiter deux populations sur lesquelles s’exercent des forces centrifuges : au sentiment d’envahissement vécu par les uns, fait écho la sensation de rejet perçue par les autres. Il en est résulté un sensible antagonisme que les responsables locaux ont cherché à atténuer de toutes les manières.

13C’est finalement le temps qui a réduit l’écart. La population de souche a progressivement diminué, ne pouvant de ce fait continuer à vivre dans le refus, et l’ex-population néo-résidante s’est enracinée dans le pays d’accueil. Les propos tenus par les élus issus de cette population nouvelle sont éloquents. Pour désigner le même objet, ils sont passés de la notion de « cadre de vie » (celui des lotissements que l’on équipe, préoccupation de tout nouveau résident) à celle plus large d’« environnement ». Cette dernière notion a elle-même d’abord été conçue comme « décor quotidien » du lotissement, puis comme « campagne » aménagée pour le bien-être des rurbains, et enfin comme « nature-patrimoine » à protéger et à exploiter comme un atout pour l’image de la commune.

14Résider à la campagne reste en effet une préoccupation des habitants de Plouzané, alors que, paradoxalement, la commune s’enorgueillit du titre récent de septième ville du Finistère. Les rurbains traduisent d’ailleurs dans les faits cette vision campagnarde de leur espace. En témoignent, dans les lotissements, les aménagements des lopins de terre, où ils multiplient les cloisonnements de verdure pour ne donner à voir de leur maison que le toit gris-bleu et les pignons blancs. Le « village de Coscastel », imaginé par son concepteur pour permettre le développement maximal d’une vie sociale de « village », n’a pas échappé à cette règle du cloisonnement : les maisons initialement ouvertes sur la chaussée se sont retirées derrière leur rideau de verdure, la rue prenant un peu l’allure d’une route de bocage.

  • 4 Un militant de Paysage pour Plouzané, janvier 1992.

15Mais cette identification à un espace campagnard, conjuguée au sentiment d’une inscription dans le temps propre de la commune, a contribué à faire naître la notion de « paysage-mémoire4 ». Elle induit l’idée d’une sauvegarde et d’une mise en valeur, qui ne peuvent se produire dans l’état actuel des choses. Il y faut une mise en scène. Il faut qu’il y ait, à nouveau, changement pour que le paysage soit révélé. On parle dès lors en termes d’actions et il est question de la création de « mail paysager », de « parking paysager », de « rond-point paysager » et même de « cimetière paysager »...

L’invention d’une tradition : le néo-bocage

  • 5 Exclus du conseil municipal en 1977, les agriculteurs y sont à nouveau représentés par 3 élus en 1 (...)

16Cette nouvelle ambition paysagère intéresse en fait tout le monde. Elle s’inscrit à la confluence des exigences des rurbains, qui veulent cultiver l’illusion de vivre à la campagne, et des concessions faites par les agriculteurs, qui souhaitent une reconnaissance de leur statut socio-professionnel dans une communauté où ils sont désormais minoritaires5.

17Une toute jeune association, « Paysage pour Plouzané », créée en 1991, est bien représentative de ce mouvement de fond. Elle fédère en fait sept associations qui se sont engagées pour cinq ans dans un programme à l’intitulé évocateur : « A la reconquête du paysage ».

18Elle s’est ainsi donné pour but de

  • 6 Paysage pour Plouzané, statuts de l’association, mai 1991.

conduire et (de) promouvoir des actions pratiques pour améliorer le paysage de Plouzané, celles-ci menées avec le souci de retrouver une certaine harmonie avec le bocage d’origine, par l’utilisation, principalement, de feuillus et d’espèces locales plus ornementales6.

19Cette mention « bocage d’origine » vise donc explicitement à « retrouver » un état antérieur. Mais elle ne fait pas référence à la situation réelle de la commune avant son urbanisation. Elle veut évoquer une sorte de temps arrêté, une existence ancestrale supposée. Pour sensibiliser l’opinion à leur projet, les militants n’ont pas recours aux images du passé, mais aux photographies aériennes qui, mettant l’observateur dans une perspective inhabituelle par rapport à son espace de vie, provoquent chez lui un autre regard et lui permettent de traduire son espace en paysage.

L’espace rurbain aménagé en paysage rural

20Pour les rurbains, leur campagne doit être bocagère, avec ses « vieux talus », ses « vieux chemins », ou encore ses « vrais chemins bretons », mais c’est un bocage qui doit être ordonné, discipliné, contrôlé, taillé au cordeau comme les haies dans les lotissements, en quelque sorte aseptisé, hygiénique. Il ne doit pas y avoir de boue ni de ronces dans les « vrais vieux chemins creux bretons », et ni vipères ni guêpes dans les « vrais vieux talus bretons »... Le paysage rural doit être « propre », « net »,... « nickel », dit-on.

21« Retrouver une certaine harmonie avec le bocage d’origine » suppose d’abord le maintien et l’entretien de celui qui existe toujours et, éventuellement, la reconstitution de celui qui a disparu. On s’y emploie désormais. Le temps est révolu où les lotissements et les installations artisanales s’implantaient sur un terrain nivelé. Il n’est même plus question de se limiter, comme dans les années 1980, au maintien de quelques talus jugés dignes d’intérêt. Aujourd’hui chaque nouveau lotissement est traité dans le cadre d’une parcelle, dans un champ qui conserve au moins trois de ses talus. Les dénominations retenues par différentes opérations immobilières illustrent ce récent parti-pris : « Les Trois Talus » ou encore « Le Clos des Champs ». En témoignent aussi les recommandations qui figurent sur le cahier des charges de tel lotissement communal projeté en juin 1992 : « Le talus existant en bordure des lots (...) sera obligatoirement conservé et entretenu par les propriétaires. » Ce qui se produira onze fois pour 13 lots.

22Le maintien des talus étant admis, se pose, ou se posera tôt ou tard, la question de leur entretien, le temps, les enfants, comme autrefois les animaux, mettant inévitablement à mal les talus. Leur conservation devient donc un véritable souci : tels riverains du Bois de Castel Névez – qui n’est en réalité qu’un jardin public – suggèrent à la mairie, qui obtempère, de dresser un grillage pour empêcher les enfants de l’école voisine de monter sur le talus bordant leur propriété. Nombreux sont ceux qui improvisent une astuce technique pour maintenir le leur à bonne hauteur : ils y ajoutent régulièrement des mottes de terres. Les services municipaux ne sont pas en reste, qui maintiennent les talus par des « stoppe-talus » et autres « talublocs » en ciment. Il est vrai qu’il n’est pas concevable, à l’heure actuelle, de voir la mairie se payer les services d’un « faiseur de talus », qui irait avec sa large houe (« la marre »), remonter, ici et là, la terre sur les talus communaux, comme chaque paysan le faisait encore pour les siens au lendemain de la dernière guerre.

23A l’heure actuelle, on songe aussi à réparer les atteintes portées au bocage, soit par le remembrement des années 1960, encore que sa portée ait été limitée, soit par l’urbanisation rapide de la commune. Des levées de terre, qui rappellent les talus naguère construits à la main, sont érigées mécaniquement un peu partout : dans les jardins publics, pour cloisonner l’espace en un microbocage ; le long des rues – dénommées « avenues » – pour servir de barrages antibruit ; ou encore le long des routes de campagne, pour remplacer ceux qu’il a fallu abattre lors de travaux d’élargissement. Même en zone rurale, il arrive qu’on en construise pour séparer deux parcelles.

24C’est dans ce contexte que se situent les actions menées par Paysage pour Plouzané, qui organise notamment chaque année, depuis 1991, sa Journée de l’arbre, en concertation avec la mairie et les services techniques municipaux et en faisant appel à toutes les bonnes volontés. L’objectif annoncé, en 1993, est

la plantation de haies ou de bandes boisées, à dominante d’ornementaux dans les espaces commerciaux et d’arbres et arbustes là où il est intéressant de retrouver l’aspect bocager,

25un bocage que l’on conçoit donc davantage en termes de haies que réellement à la manière de talus boisés dont on hésite tout de même à envisager la reconstruction quand ils ont disparu, le long de certains axes par exemple.

26Le succès grandissant rencontré par les Journées de l’arbre indique que la population locale se sent concernée par une telle démarche qui incite à son tour la municipalité à la prendre en considération comme moyen supplémentaire pour donner à la ville sa nouvelle image.

27Pourtant cet intérêt récent porté au bocage ne se limite pas au seul souci de faire paysage. D’autres raisons, pour le conserver, voire pour le reconstituer, sont avancées. Elles sont le reflet des préoccupations écologiques contemporaines que l’on n’hésite pas d’ailleurs à prêter aux anciens : il est sans cesse rappelé que les talus boisés font office de régulateurs thermiques, qu’ils sont un frein à l’érosion, qu’ils constituent des milieux propices au développement de micro-réserves naturelles, etc., même s’il est peu probable que l’on puisse véritablement prêter l’ensemble de ces préoccupations aux bâtisseurs des premiers talus. Depuis longtemps, les géographes ont fait remarquer, par exemple, que les secteurs les plus éventés de Bretagne, les régions côtières et les îles, en sont aussi les plus dépourvus.

28Il n’empêche qu’en basse Bretagne, à l’heure actuelle, le bocage, si malmené par les opérations de remembrement des années 1960, trouve aujourd’hui d’ardents défenseurs : des articles, des ouvrages, des vidéos paraissent, des stages et des cours même sont organisés pour expliquer l’importance des talus et pour montrer la manière de leur construction, incitant de la sorte les nouvelles générations à reproduire les gestes des anciennes.

29Au-delà de l’intérêt paysager et écologique reconnu au bocage, on semble donc considérer ce dernier comme un moyen, parmi d’autres, de faire valoir son identité. A Brest, dans un quartier de petits immeubles récemment construits, un talus a été reconstitué. Il borde une rue nouvellement tracée, l’une des rares à porter un nom breton : « Rue Avel Sterenn », Rue du Vent du Nord. Le rapprochement de ces deux pratiques est significatif : le bocage est un paysage breton !

Notes

1 Parcelles où l’on cultive des ajoncs destinés à l’alimentation animale.

2 Le rivage plouzanéen est une falaise abrupte qui constitue la rive nord du Goulet de Brest. Du haut de cette falaise, on peut voir la rive opposée, au sud, la rade de Brest, à l’est et le large, à l’ouest.

3 Pour pouvoir exercer efficacement leur surveillance, les douaniers patrouillaient, dit-on, au plus près du littoral, traçant ainsi un chemin que prétend reprendre aujourd’hui à son compte le sentier côtier.

4 Un militant de Paysage pour Plouzané, janvier 1992.

5 Exclus du conseil municipal en 1977, les agriculteurs y sont à nouveau représentés par 3 élus en 1983, puis en 1989.

6 Paysage pour Plouzané, statuts de l’association, mai 1991.

Table des illustrations

Légende 8. Plouzané
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

Auteur

Maître de conférences, Université de Bretagne occidentale

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540