Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Quatrième partie: Sciences sociales

Invariant et variabilité : le point de vue de l'économiste

Alan P. Kirman

Texte intégral

1L'économiste a comme objectif principal l'étude des états dans lesquels l'économie peut se trouver. La notion d'état de l'économie mérite d'être explicitée. Pour les grands théoriciens comme Arrow et Debreu, héritiers de la tradition de Walras et Pareto, elle est sans ambiguïté. Il s'agit d'une description complète de ce que fait et de ce que possède chaque individu et chaque entreprise dans l'économie. Pour un macro-économiste, en revanche, l'état de l'économie peut être résumé par quelques statistiques sommaires : le pourcentage d'individus au chômage, le taux d'inflation, le produit national, etc.

2Typiquement, ayant spécifié les états possibles, l'économiste cherche à identifier ceux qui constituent des équilibres de l'économie en question. L'autre préoccupation des économistes est l'efficacité. Ils veulent identifier les états de l'économie qui sont « efficaces » d'un point de vue social. Efficace, ici, correspond à une définition très simple développée par Pareto. Un état de l'économie est efficace s'il est impossible d'améliorer la situation d'un agent sans détériorer celle d'un autre individu. La notion d'efficacité est la clef de la pensée de l'économiste. Le résultat de base de l'économie théorique moderne est qu'un équilibre concurrentiel est efficace, ce qui justifie son étude. Il faut cependant examiner ce qu'est un équilibre.

3Les équilibres sont les invariants de l'économie. Ces états efficaces méritent d'être privilégiés car ils satisfont les critères qui peuvent être associés à un état de repos du système économique, ou plus exactement, ils constituent une solution d'un système d'équations bien définies. Quels sont ces critères ? La solution classique est de définir un état d'équilibre comme une situation où la demande pour chaque bien est égale à l'offre de ce bien. Pour qu'une telle définition ait un sens, il faut évidemment spécifier exactement ce que l'on entend par offre et demande. Bien entendu, ces notions sont définies par rapport à une économie de marché et cette idée de plusieurs marchés simultanément en équilibre prend forme avec l'analyse de Walras (1900). Cette association directe entre la définition de base de l'invariant de l'économie et une économie concurrentielle ou de marché a généré de nombreux problèmes pour l'économie comme discipline. Au début, on considérait que les marchés étaient guidés par une main invisible vers un tel équilibre. Empruntant aux modèles de la physique et plus particulièrement de la mécanique classique, la vision initiale envisageait un mécanisme d'ajustement des prix apparemment naturel, où les prix tendaient vers leurs niveaux d'équilibre. Cet équilibre correspondait à la solution d'un système d'équations d'offre et demande pour chaque marché. La similitude avec l'équilibre en physique est remarquable et loin d'être le résultat du hasard. Car comme l'explique Mirowski (1989) :

« L'école dominante de la théorie économique occidentale, que nous appellerons l'économie néoclassique, a souvent été dans le passé glorifiée et condamnée pour avoir été érigée à partir de la physique standard. Cependant, à mon grand étonnement, je réalise que personne n'a jamais sérieusement examiné les parallèles historiques. Quand on s'en donne la peine, on découvre rapidement que les ressemblances entre les théories sont étranges, et une raison pour laquelle elles sont étranges est que les pères fondateurs de la théorie économique néoclassique ont hardiment copié les théories de la physique régnant dans les années 1870. Plus on creuse et plus on réalise que ces néoclassiques n'ont pas incorporé la physique de façon décousue ou superficielle ; non, ils ont copié leurs modèles le plus souvent terme par terme et symbole par symbole, et ils l'ont dit. »

4On ne spécifiait pas qui ajustait les prix en fonction des excès de demande, ni comment les échanges nécessaires pour éliminer ces excès avaient lieu. Néanmoins, même si on accepte la vision d'une économie qui s'ajuste de façon automatique vers un équilibre, une question essentielle se pose : existe-il un équilibre pour une économie donnée ?

5Cette question fondamentale n'a trouvé aucune réponse, ni chez Walras, ni chez son successeur Pareto. Cela pour la bonne raison que le théorème mathématique nécessaire pour soutenir l'existence d'un équilibre a été démontré pour la première fois par Brouwer en 1910. Néanmoins, toute une tradition de la théorie économique s'est créée autour de la recherche d'une démonstration rigoureuse de l'existence d'un équilibre. Dans un certain sens, on peut dire que le but a été atteint avec le développement du modèle de Arrow et Debreu (1954). À la suite de ces travaux, les économistes ont cherché à démontrer, avec une attention toute particulière, l'existence de certains états, sans trop se soucier du problème de la stabilité, et sans pouvoir montrer que ces états pouvaient être atteints. L'évolution de la théorie économique après Pàreto se caractérise par deux phénomènes. Tout d'abord, les économistes se sont focalisés sur les fondements micro-économiques et en particulier sur le comportement optimisateur des individus. Ensuite, ils sont passés d'une vision fondée sur la physique à une vision axiomatique et purement mathématique du système économique. Ce développement a largement été inspiré par Debreu et ses disciples. Le résultat est que nous avons hérité d'un système très bien défini mais totalement statique. La dynamique et l'évolution des caractéristiques de l'économie dans le temps ont été écartées. Cette vision de l'invariant de l'économie, comme un état où les échanges proposés par les agents économiques s'annulent sur tous les marchés, reste le leitmotiv de l'économie moderne. D'autres interprétations sont possibles. On peut dire que l'équilibre est un état où personne n'a une incitation à modifier ses choix. Cette notion ne modifie en rien la précédente dans le contexte d'une économie de marché, mais elle peut être utilisée dans d'autres contextes, comme, par exemple, la théorie des jeux.

6En quoi cette notion d'invariant est-elle insatisfaisante ? D'abord parce que l'on met de côté toute considération concernant des aspects dynamiques de l'économie. Ensuite, parce que l'on ne peut pas démontrer qu'un tel équilibre sera atteint si l'économie n'est pas, au départ, dans un état d'équilibre. Enfin, parce que cet état ne correspond pas du tout à la notion d'une solution décentralisée du problème de l'allocation des ressources. Il ne serait pas juste d'affirmer que la dynamique est absente de l'analyse économique ; mais plutôt que c'est sa nature qui pose problème. La dynamique se réduit au fait que l'économie suit une trajectoire d'équilibre avec, de temps en temps, des chocs exogènes qui la perturbent temporairement.

7Trajectoire d'équilibre ou état d'équilibre peu importe, l'invariant, cette notion de situation d'équilibre, reste le même.

8Si la notion d'invariant est centrale en économie, que peut-on dire de la variabilité ? Elle se situe au niveau des différences entre les divers acteurs économiques.

9Jusqu'à récemment, la théorie standard, théorie de l'équilibre général, ne disait rien des goûts des individus qui peuvent varier librement. Leurs préférences sont données de façon exogène et aucune restriction n'est imposée quant à la variabilité de celles-ci : De gustis non disputandum. Dans un certain sens, cette généralité rend le modèle standard de l'équilibre général plus acceptable, mais malheureusement, comme l'ont démontré Sonnenschein (1972), Mantel (1974) et Debreu (1974), même avec les hypothèses restrictives et peu raisonnables que nous imposons aux caractéristiques des agents économiques, nous ne pouvons pas garantir la stabilité de l'équilibre. Rien n'assure que l'économie, dans une situation de déséquilibre, se dirigera vers un équilibre. « La main invisible » ne fonctionne pas nécessairement. La force de ces résultats a conduit certains économistes théoriciens comme Hildenbrand à suggérer qu'il est temps d'abandonner l'hypothèse de la maximisation de la satisfaction des individus. Mais ce faisant on abandonnerait un autre invariant de l'économie. Chaque individu est considéré, dans presque toute la littérature économique, comme quelqu'un qui maximise sa satisfaction, ou son utilité dans le cas d'un consommateur et son profit dans le cas d'une entreprise.

10Une justification de la préoccupation pour le comportement maximisateur des acteurs économiques est que la rationalité a une définition naturelle et que celle-ci correspond aux axiomes imposés par les économistes. Étant donné que les axiomes en question sont dérivés de l'introspection des économistes, il semble contestable de les qualifier de naturels. Mais il y a une autre justification évoquée par Friedman (1953) qui voulait expliquer l'hypothèse de maximisation des profits par les entreprises. L'idée est simple. Il y a une évolution naturelle vers de tels comportements car ceux qui ont d'autres comportements sont éliminés par la sélection naturelle. Ceci est censé répondre aux critiques de cette hypothèse fondamentale de l'économie standard. Mais une telle approche n'est pas restée incontestée. Par exemple, Winter (1962) a engagé une controverse avec Friedman et dit :

« Il y a alors une difficulté fondamentale dans les formulations existantes de l'argument de sélection, une difficulté qui est enracinée dans le fait que les déviations relatives par rapport à la maximisation du profit de firmes différentes peuvent changer au cours du temps. Puisqu'il n'y a pas eu de traitement attentif du processus dynamique par lequel certains modèles de comportement sont considérés comme viables et d'autres non, on a oublié de noter que les firmes ne peuvent pas en général être rangées de façon non ambiguë du point de vue de leur proximité à un comportement maximisateur. Un tel classement doit, en général, présumer un état particulier de l'environnement, mais l'environnement est modifié par le processus dynamique lui-même. »

11Cette critique n'a néanmoins pas eu un effet très important sur ceux qui ont adopté une approche dite évolutionniste en théorie des jeux par exemple. Les auteurs dans ce domaine se sont concentrés sur la question de savoir si, lorsque les stratégies adoptées par les joueurs sont sélectionnées progressivement selon leur succès, le résultat constitue un équilibre classique. Autrement dit, ne peut-on pas retrouver l'invariant comme résultat d'un processus d'évolution ? Cet argument est directement transposé de la biologie et pose évidemment problème. Ainsi, l'environnement économique d'un individu est constitué d'autres individus, mais paradoxalement cet environnement ne change pas pendant l'apprentissage, et cet apprentissage n'a pas d'influence sur l'environnement.

12Cette vision de l'économie et de ses états invariants reste très statique. Comme nous l'avons déjà remarqué, même en se penchant sur les dynamiques économiques, les économistes se sont attachés à observer les états stables ou les chemins de croissance de l'équilibre.

13Revenons à la variabilité et continuons, pour le moment, à considérer les individus comme optimisateurs et leurs préférences comme exogènes. Récemment, un certain nombre d'économistes se sont intéressés à la distribution des goûts dans la population. Ceci représente une rupture avec la tradition qui considère que les seules hypothèses acceptables portent sur les caractéristiques des individus et pas sur la population. Cependant, en écartant l'individualisme méthodologique, les auteurs prétendaient avoir trouvé une solution au vieux problème déjà évoqué ici, celui de la tendance d'une économie à se diriger vers un équilibre. On démontre que, si les goûts des individus sont suffisamment différents, alors, même si l'économie est dans un état éloigné de l'équilibre, elle aura tendance à se diriger vers un équilibre, et cet équilibre est unique (voir Grandmont, par exemple). Nous avons ici une relation fascinante entre l'invariant et la variabilité. La deuxième rend le premier légitime.

14Ce type de résultat est très réconfortant pour le macro-économiste, mais malheureusement un certain nombre d'auteurs ont émis des doutes quant à sa généralisation (voir, par exemple, de Villemeur, 2000 ; Giraud & Maret, 2001 ; Hildenbrand & Kneip, 2000). Nous sommes loin pour le moment d'avoir des résultats associant variabilité et invariant d'une façon positive et généralisable.

15Les économistes nourrissaient pourtant l'espoir d'utiliser la loi des grands nombres pour montrer que le comportement d'une masse d'individus suffisamment hétérogènes se réduit au comportement stable d'un individu rationnel. Cependant, l'objectif ne devrait pas seulement être d'examiner l'hétérogénéité des goûts des agents isolés. En effet, n'est-il pas possible que les individus soient influencés par ceux avec lesquels ils communiquent ? Les travaux d'Hans Follmer (1974) ont clairement démontré comment l'interaction directe entre des individus peut invalider l'utilisation de la loi des grands nombres en économie. Ainsi, l'agrégation des comportements des agents pose de nombreux problèmes. Ce n'est pas pour éviter consciemment les problèmes posés par l'agrégation que la macro-économie a utilisé la notion d'individus représentatifs, mais plutôt pour légitimer l'idée qu'elle se fonde sur « de bonnes bases micro-économiques ». On part de l'hypothèse que la représentation d'un secteur par un individu est légitime et cette hypothèse n'est plus mise en doute. Cette idée de représenter une société par un modèle est une tradition qui remonte à Platon.

16Cependant, toute une série de problèmes se pose. En procédant ainsi, on élimine toute structure organisationnelle pouvant exister dans l'économie et l'on affirme que son comportement est celui d'un agent économique typique. On soulève alors le vaste problème qui est de savoir si une économie se comporte effectivement comme un individu ou non.

17La difficulté à ajuster le comportement d'une économie agrégée au comportement d'un individu représentatif est notoire et certains résultats, bien connus et cités plus haut, de la théorie de l'équilibre général nous en donnent les raisons. Cette approche ne prend pas en compte le fait qu'un comportement agrégé pourrait sûrement être très différent des comportements individuels. La différence pourrait être due en grande partie, comme nous l'avons déjà remarqué, aux interactions complexes entre individus qui sont éliminées par hypothèse en macro-économie. En réalité, les individus diffèrent non seulement quant à leurs préférences mais aussi quant à leurs relations directes et indirectes avec tous les autres acteurs. La variabilité des agents économiques est aussi mesurée dans leur distance sociale par rapport aux autres agents et par les tâches qu'ils remplissent. Cette dimension, qui est pourtant d'une importance fondamentale, a été largement négligée dans la théorie économique.

18Cela est évidemment une description bien trop simpliste de la situation. Il n'est pas vrai que les économistes ne se sont jamais préoccupés de ce que l'on peut appeler des considérations sociologiques. Il nous suffit de penser à la théorie de l'organisation webérienne, aux positions de l'école autrichienne sur l'économie, qu'elle envisage comme un processus plutôt que d'en considérer les états d'équilibre, à l'approche de Williamson de la théorie de l'entreprise et des coûts de transaction, pour ne citer que quelques exemples. Il est encore plus intéressant de savoir que les initiateurs du modèle d'équilibre général moderne, Walras et Pareto, étaient tous les deux préoccupés par le problème d'organisation des marchés et par le comportement des agents entre eux au sein de ces marchés. Ce qui nous apparaît maintenant comme le modèle walrasien simple standard, dans lequel des individus anonymes font face à un commissaire-priseur fictif qui leur annonce des prix, ne correspond pas du tout à la vision qu'avait Walras lui-même. Ainsi, comme nous le fait remarquer Walker (1996), le commissaire-priseur n'apparaît pas dans les écrits de Walras. Walras lui-même essayait d'expliquer deux phénomènes que la théorie moderne laisse à l'écart. Qui établit les prix et comment s'organisent les échanges ? Il était très préoccupé par le problème de savoir comment les agents annoncent les prix, comment ces prix peuvent s'ajuster et quelle est la nature du marché dans lequel tout ceci se déroule. Pour lui, la structure organisationnelle de l'interaction du marché était très importante. Il s'intéressait par ailleurs à l'éventuelle évolution des marchés hors équilibre. Ces aspects ont été laissés de côté, lorsque les économistes théoriciens ont essayé de rendre rigoureux le modèle d'équilibre de base. Lorsque nous avons malheureusement réalisé qu'il y avait peu d'espoir d'étudier ce genre de dynamique dans le contexte du modèle standard, l'ajustement et la stabilité ont été mis à l'écart. La préoccupation centrale de la théorie économique était de démontrer l'existence de l'invariant plutôt que de vérifier qu'il était atteint.

19L'autre père de l'économie moderne, Pareto, était lui aussi intéressé par d'autres problèmes que celui de l'existence d'un état d'équilibre. Il considérait que l'organisation de l'économie et les relations entre des individus différents avaient une place centrale. En fait, il s'est consacré durant la dernière partie de sa vie à l'étude des problèmes sociologiques et bien que ses travaux ne jouissent plus d'une grande popularité en sociologie, il a passé au moins autant de temps sur ces considérations que sur des questions purement économiques. Il a fortement insisté sur la façon dont était organisée la société et ses points de vue sur la question ont parfois conduit à ce qu'il soit considéré comme ayant des tendances fascistes. Ainsi, et bien que la réputation de Pareto parmi les économistes repose aujourd'hui sur une petite part de ses travaux les plus techniques, sa notoriété de son vivant était surtout due à son intérêt pour les aspects de la société qui ont été effacés de la plupart des modèles économiques. En plus de cet intérêt pour la structure sociale, Pâreto était aussi intéressé par le comportement apparemment irrationnel des agents économiques. Il s'adressait directement ainsi au deuxième invariant de l'économie, la rationalité des individus. Son approche à ce sujet était loin d'être cohérente. Dans une partie de ses travaux en économie, il imposait des préférences hautement structurées aux individus quant à leurs choix économiques, mais il expliquait par ailleurs que d'autres logiques gouvernent leurs choix dans d'autres aspects de leur vie. Il est même allé jusqu'à dire que :

« Qui veut faire une étude scientifique des faits sociaux doit tenir compte de la réalité et non pas des principes abstraits et choses de ce genre... En général, les hommes agissent de manière non logique, mais ils font croire qu'ils agissent logiquement. »

20De fait, Pareto avait une approche bien plus sociologique que ses successeurs économistes. Il s'éloignait d'une vision très formelle des préférences des individus, malgré le fait qu'il avait lui-même bâti les fondements de ce formalisme.

21On en revient encore à l'idée que ce qui distingue principalement la plupart des théories économiques de leurs contreparties sociologiques est qu'elles ne tiennent pas compte de la manière dont l'économie est organisée. L'organisation est pourtant importante dès lors que l'on accepte l'idée que l'on ne peut pas réduire le comportement de l'économie agrégée à celui d'un individu.

La variabilité et l'organisation de l'économie

22La variabilité parmi les individus se limite pour l'économiste en général à l'acceptation du fait que les individus ont des préférences ou des ressources différentes. Comme nous l'avons déjà vu, la notion qui consiste à introduire des hypothèses sur la distribution des préférences ou des ressources des individus constitue une rupture par rapport aux hypothèses classiques sur les individus. Les individus diffèrent en réalité dans d'autres dimensions : par leur localisation géographique, par leurs réseaux sociaux et professionnels, par leur formation. Enfin et surtout, par l'information dont ils disposent. Chaque individu vit dans un environnement très limité. Malgré le fait qu'il reçoit des signaux quant à l'évolution macro-économique, ce ne sont pas ces signaux-là qui gouvernent la plupart de ses décisions économiques. Pour être plus précis, l'économiste devrait réellement se concentrer sur les relations directes entre les différents acteurs économiques, car ce sont ces liens-là qui gouvernent en grande partie ses activités et ses décisions.

23Si nous acceptons comme base de départ une grande variabilité dans les caractéristiques des agents et de leurs compétences, la seule prise en compte de ces relations nous permettra d'obtenir une caractérisation des comportements agrégés bien plus satisfaisante, même en ce qui concerne les types de comportements qui intéressent d'habitude les macro-économistes. Deux aspects de ces relations directes sont d'une importance fondamentale : la structure des liens entre les individus et la manière dont ils les utilisent. On ne peut pas raisonnablement supposer que l'organisation complexe d'une économie n'ait pas quelque pertinence pour l'évolution des variables agrégées de cette économie. L'économie va dépendre inévitablement de différentes caractéristiques particulières de la structure des liens entre des individus. Cette structure détermine les échanges et la communication et ces échanges de biens et d'informations sont nécessaires précisément à cause des différences entre les individus. Comme l'a dit Lucas (1988) :

« Les applications de la théorie économique aux marchés ou aux comportements de groupe exigent des suppositions sur le mode d'interaction parmi les agents autant que sur le comportement individuel. »

24Si l'on part de l'idée que les économistes s'intéressent en général à des phénomènes agrégés et qu'ils aimeraient pouvoir établir des relations simples entre les variables agrégées, on peut se poser la question de savoir s'ils peuvent y arriver sans se soucier de la structure organisationnelle de l'économie. Deux possibilités peuvent être envisagées : ou bien, l'organisation de l'économie étant donnée, nous pouvons spécifier les simples relations agrégées qui intéressent l'économiste, ou alors, et cela semble plus probable, il nous faut invoquer directement les arrangements organisationnels. En d'autres termes, il se peut que nous ne puissions pas faire dériver des relations macro-économiques simples, même lorsque l'on a pleinement conscience de la structure des interactions dans l'économie.

25Ce ne sont pas les seules possibilités. Nous pouvons atteindre un certain niveau d'agrégation en évitant d'avoir à rechercher les modifications des états de tous les individus dans l'économie. C'est ce que font déjà les micro-économistes appliqués en examinant le comportement des ménages plutôt que celui des individus. Dans de nombreux cas, les entreprises sont considérées comme des entités bien qu'elles soient en fait des systèmes complexes avec leur propre organisation interne. En fait, les économistes s'intéressent à des biens qui sont hautement désagrégés dans les études appliquées. Parler des fruits et légumes serait déjà considéré comme une classification plutôt subtile. L'affiner encore davantage, en parlant d'oranges et de pommes indépendamment, serait considéré comme une analyse micro-économique extrême. Nous sommes donc habitués à traiter des agrégats de manière plutôt ad hoc. Quel que soit le cas, l'important ici est que l'on ne peut pas simplement ignorer la structure organisationnelle du marché lorsque l'on observe les relations macro-économiques. Dès qu'on s'approche des considérations du comportement agrégé de l'économie, nos deux invariants reviennent sur la scène. Les entités agrégées ont-elles la même rationalité que celle d'un individu et l'économie agrégée se trouve-t-elle en situation d'équilibre ?

26Ces questions montrent clairement pourquoi les sociologues et les anthropologues ont tendance à considérer les sciences économiques comme étrangères. L'économiste cherche à minimiser le rôle de l'interaction entre les individus tandis que ses collègues issus des autres sciences sociales s'intéressent aux relations et aux structures organisationnelles pour elles-mêmes et les placent au centre de leur travail. Les économistes ont tendance à traiter beaucoup de ces problèmes comme relevant d'externalités ou d'imperfections. Encore une fois, il est bien évident que ceci n'est pas vrai pour tous les économistes.

27Néanmoins, deux visions très différentes apparaissent. Celle de l'économie standard où les deux invariants que sont l'équilibre et la rationalité individuelle prédominent et l'autre, plus proche des autres sciences sociales, qui se focalise sur l'analyse de la coordination et l'auto-organisation d'individus tous très différents, en termes d'information, d'espace possible d'action et de caractéristiques personnelles. La variabilité de ces individus, l'évolution de leurs comportements et de leurs réseaux gouvernent l'évolution de l'économie. Cette dernière vision est proche de celle de Hayek sur le plan du fonctionnement, mais pas sur le plan philosophique. L'économie est en évolution perpétuelle et ne converge pas vers un état d'équilibre, cet invariant est absent. Le deuxième invariant, celui de la rationalité individuelle, est aussi affaibli. Nous n'avons plus besoin d'attribuer à nos individus des capacités importantes de calcul ni une information sur l'économie globale. Plus facile serait de décrire des individus qui utilisent des règles simples de comportement et modifient leur utilisation de ces règles en fonction de leur utilité dans le passé. On pourrait donner la même description de l'évolution des liens avec d'autres personnes ou entreprises. Les liens qui se sont avérés profitables dans le passé auraient une probabilité élevée d'être utilisés dans l'avenir. De cette façon, l'économie s'organise, les règles de comportement évoluent et le réseau de liens entre les individus se modifie. Mais on ne peut pas affirmer que l'économie va converger vers un équilibre de cette façon. En mettant le poids sur la variabilité des individus et l'organisation de l'économie, nous gagnons en réalisme mais nous perdons une des caractéristiques de l'invariant, l'efficacité. Nous ne pouvons pas, en général, affirmer que l'économie va naturellement s'organiser d'une façon efficace au sens de Pâreto. Mais ceci a des conséquences radicales pour l'économiste. La proposition fondamentale de l'économie théorique selon laquelle un état d'équilibre est efficace socialement, justifie toutes les recommandations de non-intervention dans les activités économiques. Une fois sacrifiée la notion d'équilibre, nous sommes obligés de repenser nos recommandations quant à la politique économique. Définir ce qui est utile et faisable est loin d'être facile, mais nous ne pouvons plus nous contenter d'envisager la politique économique comme la vision minimaliste, les autorités comme spectateurs plutôt qu'acteurs. L'auto-organisation de l'économie peut donner lieu à une rationalité collective, mais celle-là ne correspond pas à la rationalité individuelle. Plutôt que l'individu moyen, c'est cette entité collective que la politique économique doit influencer.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arrow, K. & G. Debreu. 1954. « Existence of an Equilibrium for a Competitive Economy ». Econometrica, 22 : 265-90.

Debreu, G. 1974. « Excess Demand Functions ». Journal of Mathematical Economics, vol. 1 : 15-23.

Friedman, M. 1953. « The Methodology of Positive Economics ». In M. Friedman (ed.). Essays in Positive Economics. Chicago, University of Chicago Press : 3-43

von Hayek, F. 1989. « Spontaneous ("grown") order and organized ("made") order ». In N. Modlovsky (ed.). Order - With or Without Design ? London, Centre for Research into Communist Economies : 101-125

Lucas, R. 1988. « Adaptive Behaviour and Economic Theory ». Journal of Business, vol 59 : S401-S426

Mantel, R. 1974. « On the Characterisation of Aggregate Excess Demand ». Journal of Economic Theory, vol. 7 : 348-353.

Mirowski, P. 1989. More Heat than Light : Economics as Social Physics. New York, Cambridge University Press.

Pareto, V. 1907. « L'économie et la sociologie au point de vue scientifique ». Rivista di Scienza : 293-312.

Pareto, V. 1909. Manuel d'Économie Politique. Paris, V. Giard & E. Briere.

Pareto, V. 1916. Trattato di sociologia generate. Florence, Barbera.

Sonnenschein, H. 1972. « Market Excess Demand Functions ». Econometrica, vol. 40 : 549-563.

Walker, D. A. 1996. Walras's Market Models. Cambridge, Cambridge University Press.

Walras, L. 1900. Éléments d'économie politique pure ou théorie de la richesse sociale. 4e édition. Lausanne, F. Rouge.

de Villemeur, E. 2000. « On the Index of Behavioural Heterogeneity Proposed by W. Hildenbrand and A. Kneip ». Working Paper no. 20 14 545. Université de Toulouse, GREMAQ.

Winter, S. 1962. « Economic "natural selection" and the theory of the firm ». Yale Economic Essays, 4 : 225-72.

Auteur

Alan P. Kirman est directeur d'études au GREQAM, IUF EHESS, à l'Université d'Aix-Marseille III

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540