Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Quatrième partie: Sciences sociales

Les variations pertinentes en sociologie

Bernard Lahire

Texte intégral

La sociologie comme science cognitive

1Si la sociologie n'est pas spontanément perçue comme une science cognitive, c'est sans doute parce qu'on la considère encore trop souvent comme une science générale du collectif. Or, cette science sociale peut être considérée comme une science cognitive dans la mesure où elle émet des hypothèses concernant les raisonnements pratiques des acteurs qu'elle étudie (dispositions à croire, à se représenter, à interpréter, etc.). Les modèles théoriques les plus objectivistes, c'est-à-dire ceux qui se posent le moins la question du sens que les acteurs donnent à leurs actions (des schèmes de perception, d'appréciation et d'interprétation qu'ils mettent en œuvre), construisent toujours, plus ou moins explicitement, des hypothèses sur les raisons (conscientes ou non-conscientes) qui poussent ces acteurs à faire ce qu'ils font. Même lorsqu'il produit des données statistiques et corrèle des variables (e. g. la catégorie socio-professionnelle du père et les performances scolaires de l'enfant), le sociologue est rarement dispensé dans ses interprétations d'évoquer les attitudes, les dispositions culturelles ou les représentations qui ont conduit aux résultats observés. Qu'il en fasse un objet spécifique d'étude ou non, il a donc toujours affaire aux structures cognitives des acteurs.

2Dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Émile Durkheim introduisait son propos par une réflexion sur la théorie de la connaissance. Les catégories de pensée et de perception du monde, longtemps conçues comme des catégories a priori, universelles, deviennent, sous le regard du sociologue, des catégories socio-historiques dépendant de la manière dont la collectivité est « constituée et organisée, de sa morphologie, de ses institutions religieuses, morales, économiques, etc. » (Durkheim, 1985 : 22). Il illustre cette position scientifique en montrant, entre autres, comment la notion de temps ne peut être comprise « abstraction faite des procédés par lesquels nous le divisons, le mesurons, l'exprimons au moyen de signes objectifs » (op. cit. : 14). Or, ces divisions (en années, en jours, en heures, etc.), ces procédés, ces instruments de mesure qui nous permettent d'objectiver le temps, de le mettre en forme (calendrier, agenda, clepsydre, sablier, horloges, etc.) sont pleinement sociaux et impliquent des variations dans les rapports que les hommes ont historiquement entretenus avec le temps.

3La sociologie n'ignore donc pas que les êtres qu'elle étudie sont des êtres connaissants, parlants, se représentant le monde. Dès ses prémisses, elle a mis l'accent sur l'importance qu'il y a à appréhender les connaissances que les êtres sociaux construisent dans le cadre de formes de vie sociale toujours spécifiques. Cette tradition nous conduit jusqu'aux réflexions sociologiques plus récentes d'auteurs tels que Peter Berger et Thomas Luckmann. Pour eux, la sociologie de la connaissance a un programme scientifique fort : comprendre les diverses constructions sociales de la réalité. Se référant à Durkheim, Weber, Marx et Nietzsche, ils écrivent que « la sociologie de la connaissance s'intéresse aux relations entre la pensée humaine et le contexte dans lequel elle surgit » (Berger & Luckmann, 1986 : 12). Loin de réduire la sociologie de la connaissance à une analyse des grandes théories, des connaissances savantes (comme le ferait une histoire des idées ou des sciences), ils entendent analyser les « connaissances communes » qui trament les existences et expériences ordinaires. Étudier ce qui fait l'évidence de nos perceptions, de nos appréciations et de nos interprétations a donc bien toujours constitué un pôle central de la sociologie. Ce programme général de sociologie de la connaissance a prouvé sa fécondité scientifique par l'étendue des travaux qu'il a diversement inspirés (structuralisme génétique de la théorie de l'habitus, interactionnisme, ethnométhodologie, phénoménologie sociale, sociologie de la science ou recherches plus récentes sur la genèse des formes statistiques).

La science de l'interprétation des variations mentales et comportementales

4À la différence toutefois d'une grande partie des sciences cognitives qui étudient les phénomènes cognitifs en se plaçant du point de vue de leur universalité neurobiologique ou psychologique, les sciences sociales en général, et la sociologie en particulier, se donnent d'emblée pour objet - lorsqu'elles ne succombent pas aux charmes trompeurs du chant des sirènes naturalistes - l'ensemble des variations sociales imaginables des modes de comportements et de pensée de l'homo sociologicus, en présupposant l'invariance des grandes caractéristiques de l'espèce homo sapiens. Elles ancrent ainsi dans des configurations historiques relativement singulières, ce qui pourrait n'apparaître - aux yeux des acteurs ordinaires - que comme des réalités universelles et naturelles et ont, notamment, pour fonction de rappeler que les représentations et les pratiques ont une histoire, que les apprentissages et les actions ont des contextes, que les « apprenants » et les « pratiquants » ont des ancrages sociaux (multiples) et que les appropriations des savoirs et des pratiques peuvent être différenciées.

5Une variation consiste en un passage d'un même phénomène ou d'une même réalité d'un état à un autre. On remarquera donc qu'en parlant du « même phénomène » ou de la « même réalité », on postule l'existence d'un invariant ou d'un point commun relatif. La variation suppose toujours une modification de réalités désignables par le même terme, et par conséquent de réalités qui, par-delà leur diversité, ont toutes une propriété (ou une série de propriétés) en commun : variation des formes du sacré, des modes de développement de l'activité économique, du phénomène bureaucratique ou étatique, variation des comportements moraux d'un groupe social ou d'une catégorie d'individus, etc.

6Une telle variation suppose une opération de comparaison consistant à chercher les ressemblances et les différences entre une série de phénomènes ou entre les différentes modalités d'un même phénomène. La sociologie est fondamentalement une science de la comparaison, et l'on pourrait dire que, contrairement au proverbe qui affirme que « comparaison n'est pas raison », en sociologie « comparaison est, en grande partie, raison » dans la mesure où c'est par elle que se dégagent les connaissances les plus significatives. Et il faut insister sur le fait que la comparaison n'est pas une méthode parmi d'autres en sociologie - comme pourrait le laisser penser le fait que l'on parle de la méthode comparative- mais une caractéristique essentielle du raisonnement sociologique. Elle peut être implicite : par exemple, lorsque Durkheim étudie le totémisme australien, c'est pour mieux comprendre, en définitive, le rôle des religions et du sacré dans nos sociétés et il ne peut décrire l'univers mythique des formes élémentaires de la vie religieuse que par référence à nos propres univers culturels. Elle peut aussi, bien sûr, être explicite : c'est dans ce cas que l'on évoque la méthode comparative, deux objets - au moins - étant explicitement comparés. Comparer deux phénomènes (e. g. la prison et l'internat) ou deux états d'un même phénomène (e. g. l'État français au XIXe siècle et au XXe siècle ou bien l'État espagnol et l'État français au XXe siècle), c'est faire comparaître les faits devant le même tribunal, c'est-à-dire les soumettre aux mêmes critères de comparaison qui permettent de faire ressortir ressemblances et dissemblances.

7L'interprétation sociologique se met véritablement en place dès lors que l'on commence à formuler et à tester des hypothèses sur les raisons ou les principes d'une variation (ou d'une différence) observée. Plutôt que d'attribuer au hasard les raisons de la variation (variation libre ou aléatoire), on dira alors que les comportements varient de telle manière (description des différents états du phénomène) « en fonction de », « selon », « suivant », etc., tel ou tel facteur, telle ou telle série de facteurs (explication) : variation des comportements et attitudes selon le sexe, selon le niveau de diplôme, selon le milieu social, variation des comportements d'un individu ou d'un groupe selon la situation sociale considérée (privée/public ; à l'école/dans la famille, etc.), et ainsi de suite. La fameuse méthode des variations concomitantes prônée par Durkheim dans Les Règles de la méthode sociologique ne fait que formuler une manière - statistiquement fondée - parmi d'autres de mettre rigoureusement en œuvre la méthode comparative ou la saisie des principes d'engendrement des variations de comportements, de goûts, d'opinions ou d'attitudes constatées.

Les principes centraux de variation

8Pour comprendre les conduites et attitudes sociales (économiques, religieuses, culturelles, politiques, etc.), les chercheurs en sciences sociales se sont ainsi intéressés classiquement aux variations inter-civilisationnelles (e. g. les formes du religieux en Orient et en Occident ou dans les sociétés traditionnelles et en Occident), aux variations inter-époques (e. g. le long processus historique de civilisation des mœurs et de pacification de l'espace social en Occident ou la transformation du rapport à la mort), aux variations inter-sociétales (e. g. la forme du capitalisme ici - l'Angleterre - et là - la France ou l'Allemagne - étant donné les différences de cultures politiques, religieuses, etc.), aux variations inter-groupes et inter-classes (e. g. les inégalités sociales d'accès à telle catégorie de biens ou les usages socialement différenciés des institutions, des biens ou des œuvres) ou inter-catégories (e. g. sexe, âge, niveau de diplôme, etc.). Il peut aussi s'attacher aux variations intragroupes ou intra-catégories (e. g. les différences hommes/femmes dans la classe ouvrière ; les jeunesses populaires et bourgeoises, etc.), plus rarement, voire très exceptionnellement, aux variations inter-individuelles et aux variations intra-individuelles habituellement étudiées dans certains secteurs de la psychologie.

Les variations inter-civilisations, inter-époques et inter-sociétés

9Les comparaisons et variations des faits sociaux inter-civilisations, inter-époques (historiques) ou inter-sociétés ont été fréquentes dans les premiers grands travaux synthétiques de la sociologie. Qu'il s'agisse de Max Weber, qui brasse avec érudition dans sa sociologie des religions les données disponibles à son époque sur l'hindouisme, le confucianisme, le judaïsme, le christianisme, l'islam ou le bouddhisme et trouve, par exemple, une confirmation du rôle joué par l'ascétisme protestant dans le développement du capitalisme en Europe en étudiant le cas de la Chine qui remplit toutes les conditions économiques d'un développement du capitalisme, mais qui, marquée par le confucianisme, ne parvient pas à produire le type d'homme qui serait susceptible de développer une entreprise rationnelle de type capitaliste ; ou bien d'Émile Durkheim qui compare, à l'occasion, pour les besoins de la compréhension des faits éducatifs, les sociétés traditionnelles, les sociétés européennes, les sociétés indiennes et égyptiennes (Durkheim, 1989), couvrant plusieurs siècles d'histoire de l'enseignement en France (Durkheim, 1990) ou qui n'hésite pas à étudier le totémisme australien pour saisir ce qu'il appellera « les formes élémentaires de la vie religieuse » (Durkheim, 1985), la sociologie a toujours eu des visées interprétatives au-delà du strict cadre national et contemporain, rejoignant ainsi les préoccupations de nombre d'anthropologues et d'historiens.

10Exigeant la maîtrise érudite d'une grande masse de travaux de spécialistes, ce type de recherches a été cependant assez largement délaissé par une sociologie qui s'est à la fois professionnalisée et standardisée. Réduisant dans la grande majorité des cas la palette de ses méthodes au triptyque entretien-enquête par questionnaire-observation, les chercheurs de la discipline se donnent des objets beaucoup plus modestes et privilégient les travaux reposant sur des productions de données originales - et donc nécessairement limitées - sur ceux qualifiés péjorativement de « seconde main ». La stigmatisation de ce qui a pourtant constitué une grande partie du travail des grands ancêtres de la discipline - qui oserait remettre radicalement en question les réflexions de Max Weber sur le processus de rationalisation ou nier en bloc l'intérêt des synthèses éliasiennes sur le procès historique de civilisation des mœurs ou de pacification de l'espace social ? (Elias, 1973 ; 1975) - est à la fois scientifiquement raisonnable (le contrôle de la production des données, fondamental pour le travail d'interprétation, est incomparablement plus fin et rigoureux lorsqu'on est soi-même le concepteur du dispositif d'enquête) et potentiellement appauvrissant à long terme.

Les variations intra-sociétales : milieu, groupe, classe et catégorie

11« Il existe une multitude de phénomènes sociaux qui se produisent dans toute l'étendue de la société, mais qui prennent des formes diverses selon les régions, les professions, les confessions, etc. Tels sont, par exemple, le crime, le suicide, la natalité, la nuptialité, l'épargne, etc. De la diversité de ces milieux spéciaux résultent, pour chacun de ces ordres de faits, de nouvelles séries de variations, en dehors de celles que produit l'évolution historique » (Durkheim, 1983 : 227, souligné par nous). À la fin du XIXe siècle, le sociologue français dessine de manière assez précise le programme scientifique d'une grande partie de la sociologie - et notamment celle qui tire sa force probatoire de données statistiques - tout au long du XXe siècle : un même phénomène se décline suivant une série de principes de différenciation ou de variation.

12Lorsque Paul Fauconnet et Marcel Mauss, tous deux actifs porteurs du message durkheimien, s'attachent à convaincre des non sociologues de la force du social, ils procèdent, de même, à l'évocation de variations inter-sociétales et intra-sociétales : « Même des sentiments qui semblent tout spontanés, comme l'amour du travail, de l'épargne, du luxe, sont, en réalité, le produit de la culture sociale puisqu'ils font défaut chez certains peuples et varient infiniment, à l'intérieur d'une même société, selon les couches de la population » (Fauconnet & Mauss, 1969, souligné par nous). Progressivement, les sociologues se concentrent sur le second type de variations (intra-sociétales), laissant le plus souvent aux anthropologues le soin d'étudier les variations inter-sociétales ou inter-civilisationnelles, et aux historiens celui de prospecter les variations inter-époques.

13Le modèle de cette sociologie des variations intra-sociétales se trouve, entre autres, dans l'ouvrage Le Suicide publié en 1897. Durkheim établit une série de corrélations concernant les données statistiques du suicide et prouve, par exemple, que le taux de suicide croît avec l'âge et le degré d'intensité de l'activité sociale, qu'il est plus élevé chez les hommes que chez les femmes, chez les protestants que chez les catholiques, chez les catholiques que chez les juifs, plus fort à Paris qu'en province, en début de semaine qu'en fin de semaine, etc. Mais, même s'il ne repose pas sur un travail de nature statistique, le travail du sociologue allemand Max Weber sur L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme débute néanmoins sur le constat de l'existence d'une corrélation statistique entre des groupes socioprofessionnels (chefs d'entreprise, détenteurs de capitaux, couches supérieures qualifiées de la main-d'oeuvre, etc.) et des appartenances confessionnelles. L'auteur développe dans l'ouvrage la thèse célèbre selon laquelle l'éthique protestante (l'éthos ascétique protestant) aurait grandement participé au développement des comportements économiques de type capitaliste (Weber, 1964 : 31) et reconstruit les différents traits de la religion protestante qui pourraient rendre raison d'une telle situation.

14Cependant, à la variété des principes de différenciation va se substituer le resserrement autour d'un principe central de variation. En effet, de manière assez spontanée, lorsqu'on parle aujourd'hui en sociologie de différences sociales sans plus de précision, on fait implicitement référence à des différences socioéconomiques ou socioculturelles, des différences entre classes sociales, entre groupes sociaux ou entre milieux sociaux. Cette manière de voir s'articule désormais assez ordinairement aux multiples usages qui sont faits de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles de l'INSEE dans les grandes enquêtes nationales par questionnaire, comme dans les enquêtes quantitatives et qualitatives plus locales. On pourrait dire que, malgré les différents déplacements de l'angle d'attaque des réalités sociales (des plus structuraux aux plus interactionnistes, des plus centrés sur les collectifs aux plus axés sur les situations, les interactions ou les individus, etc.), le « social » est encore largement synonyme dans les esprits de « collectif » (groupe, classe, milieu).

15De plus, parce que la catégorie socioprofessionnelle est une variable synthétique (Desrosières, Goy & Thévenot, 1983), subsumant un grand nombre de propriétés ou de traits distinctifs (e. g. qui dit « groupe ouvrier » dit aussi faible pourcentage de femmes, de bacheliers, etc.), elle fait partie de ces variables indépendantes les plus pertinentes quel que soit le domaine de pratique ou d'activité étudié, et, du même coup, les plus couramment utilisées. La recherche des variations dans les comportements et les attitudes selon l'appartenance sociale des enquêtés est d'autant plus systématique que la sociologie s'est professionnalisée et a banalisé le recours à l'outil statistique.

16On pourrait dire que la formule générique qui condense cette centration sur la variation des comportements en fonction du milieu social d'appartenance (quelle que soit la manière de le désigner : classe, fraction de classe, milieu, groupe, etc.) et qui a été largement exploitée dans les titres ou sous-titres des publications sociologiques est la suivante : « les usages sociaux de... » (de l'école, de l'espace, du corps, du temps, de l'imprimé, de l'art, de la photographie, etc.).

17Cette habitude de pensée consistant à faire des différences entre milieux sociaux, le tout des différences sociales, en dit long sur la demande sociale implicite qui a pesé et pèse encore sur les sciences sociales, demande sociale diffuse mais pressante liée aux grands conflits sociaux entre classes, aux traditions syndicales ou politiques ouvrières, et plus largement populaires, aux revendications de droits sociaux et d'amélioration des conditions de vie, aux conceptions marxistes d'un monde social divisé en classes sociales, etc. Impossible, par conséquent, de déconnecter le principe de variation numéro 1 en sociologie - de même qu'en histoire pendant longtemps (Chartier, 1989 : 1511) - de tout un contexte politico-idéologique et des luttes sociales passées et présentes.

18Si l'usage routinier de notions telles que classes sociales, groupes sociaux ou milieux sociaux a été assez largement déterminé par l'état des débats idéologiques, l'abandon progressif de ces principes de différenciation n'est lui-même évidemment pas sans lien avec le changement de contexte social et politique, marqué par l'affaiblissement des anciennes problématiques sociales. De même, l'introduction plus systématique depuis plusieurs années, par exemple, des différences sociales selon le sexe n'est pas sans rapport avec le produit des mouvements et des luttes féministes et la prise de conscience publique des différences de socialisation et de conditions de vie entre hommes et femmes dans nos sociétés. Et l'on pourrait ainsi articuler variables indépendantes et problématiques politico-idéologiques : l'âge et le marché de la jeunesse ou l'invention du troisième âge, l'origine ethnique et les débats sur l'immigration, etc.

19Enfin, il est assez fréquent de voir explorées les variations intragroupes : les différences hommes/femmes, les différences de génération, les différences d'appartenance confessionnelle, etc., dans tel groupe social. Parfois, mais plus rarement, le chercheur explore les différences inter-individuelles les plus fines dans des contextes socioéconomiques, culturels, régionaux, et même familiaux bien délimités, comme a pu le faire Olivier Schwartz dans Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord (1990), en distinguant précisément les différents membres des familles étudiées ou comme nous l'avons fait nous-mêmes dans Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires (1995), à propos d'enfants de milieux populaires en situation de réussite ou d'échec scolaire.

Le mauvais sort fait aux variations inter-individuelles et intra-individuelles

20De toute évidence, les variations inter-individuelles, et plus encore les variations intra-individuelles, ne sont pas ou peu sociologisées. Il ne viendrait d'ailleurs quasiment jamais spontanément à l'esprit d'un sociologue aujourd'hui que des différences observables dans les comportements ou les attitudes de deux individus singuliers, issus du même milieu social (ou de la même famille) ou, pour un même individu, entre une série de comportements ou d'attitudes distribués dans des situations différentes (sur un plan diachronique ou synchronique), soient encore des différences interprétables sociologiquement, même si, à y regarder de près, rares sont les sociologues qui contesteraient la pertinence sociologique de ces types de variation.

21Pour comprendre le mauvais sort qui est fait aux variations inter- et intra-individuelles en sociologie, il faut remonter à sa fondation historique, et notamment à la volonté durkheimienne de rompre avec la psychologie (avec un certain type de psychologie de son époque) et d'« expliquer le social par le social ». Du même coup, on touche au cœur du problème, à savoir le statut problématique que va revêtir l'individu dans cette discipline.

La personnification des collectifs et l'exclusion de l'individu

22« Voilà donc un ordre de faits qui présentent des caractères très spéciaux : ils consistent en des manières d'agir, de penser et de sentir, extérieures à l'individu, et qui sont douées d'un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s'imposent à lui [...] », écrit Durkheim en 1895 (Durkheim, 1981 : 5). Les faits qui intéressent le sociologue sont des faits extérieurs à l'individu. Exit, par conséquent, l'individu. Mais où existent ces faits, proprement sociaux, extérieurs à l'individu ? Lorsqu'en 1908, l'historien Charles Seignobos pose la question à Emile Durkheim : « Je voudrais bien savoir où est ce lieu où la collectivité pense consciemment ? » (Durkheim, 1975 : 209), nombre de sociologues prennent assez automatiquement le parti de Durkheim contre Seignobos, le parti du fait social contre celui des consciences individuelles, de la non conscience des réalités sociales contre celui du motif conscient des activités. Et c'est pourtant une question forte que pose l'historien au sociologue : où la collectivité pense-t-elle sinon dans les individus qui la composent ? Si Durkheim avait répondu sérieusement à une telle question, il aurait peut-être pu, à terme, réviser son raisonnement sociologique sur le social, le collectif et l'individuel.

23Car, pour revenir à l'idée d'extériorité des manières d'agir, de penser et de sentir par rapport à l'individu, tout dépend de ce que l'on veut dire par « extérieures à l'individu ». Si l'on entend extérieures à chaque individu particulier, c'est-à-dire préexistant et survivant à chaque individu qui ne les invente pas, on ne peut qu'être d'accord avec le propos durkheimien, exprimé antérieurement par Marx et postérieurement par nombre d'anthropologues ou de sociologues. En revanche, si l'on veut signifier extérieures à tous les individus, la formulation durkheimienne devient, sans qu'on n'y prenne garde, totalement métaphysique. Car si ces manières préexistent à chaque individu singulier et lui survivent, c'est bien parce que de multiples individus sont d'ores et déjà porteurs à leur naissance et continueront à être les porteurs après leur mort, de ces manières d'agir, de penser et de sentir. Le social n'est logiquement pas distinct des individus.

24Dans sa lutte pour fonder et délimiter un ordre de faits spécifiquement sociaux, Durkheim va en fait opérer un glissement métaphysique qui consiste à inventer un « être psychique » nouveau, distinct de chaque être psychique individuel, et qu'il va appeler diversement « conscience collective », « esprit collectif », « âme collective », etc. On assiste alors à un double mouvement : 1) un premier mouvement d'exclusion de l'individu, soutenu par l'idée selon laquelle le tout (le social) est plus (ou autre chose) que la somme des parties (les individus) ; et 2) un second mouvement - de personnification du collectif - qui consiste à doter ce « tout » des attributs classiquement attachés à l'individu : conscience, inconscient, esprit, âme, etc. Par ce double mouvement, au moment même où il croit se démarquer puissamment de la psychologie et conquérir une autonomie, Durkheim fait une lourde concession à la psychologie et montre qu'il est encore hanté par le raisonnement psychologique : 1) il concède l'individu comme territoire psychologique par excellence et fait du terme « collectif » un strict équivalent du terme « social » ; 2) il parle des réalités collectives comme on parlerait d'un individu singulier, en les personnifiant (et en tombant, du même coup, dans les pièges d'un raisonnement métaphysique).

25Durkheim (et les durkheimiens à sa suite) ne se rend pas compte qu'en procédant ainsi il place durablement l'individu hors du champ d'intellection de la sociologie en déduisant hâtivement d'un raisonnement juste, un postulat erroné : le tout n'est pas la somme de ses parties, le social est cette réalité spécifique, produit des relations entre les parties, donc les parties ne sont pas elles-mêmes des réalités sociales et ne sont pas de légitimes objets de réflexion et d'étude pour le sociologue. L'erreur de raisonnement consiste à penser qu'à un objet (l'individu) correspondrait un type de réalité (biologique et/ou psychologique, « organico-psychique »). Durkheim considère ainsi paradoxalement l'individu (caractérisé par de vagues tendances ou instincts) comme un être désocialisé et confond dès lors collectif et social au lieu de se demander quelle consistance pourrait bien avoir cette conscience individuelle qu'il évoque sans cesse, en dehors de toute forme de vie sociale. Il ne remet pas en cause et légitime même l'idée selon laquelle certaines idées et actions auraient « leur origine dans la conscience individuelle », tandis que d'autres auraient une origine collective.

26En fait, sonder rigoureusement chaque conscience individuelle (ou, plus précisément, les croyances, les habitudes, les dispositions, les compétences et les appétences individuelles), conduit à ne trouver que des réalités collectivement fondées et mobilisées, que les collectifs en question soient larges et durables (espace national, par exemple), ou qu'ils soient au contraire des plus étroits (communauté conjugale, relation amicale, etc.) et des plus éphémères (sociabilité de vacances, conversation occasionnelle, etc.).

Pour une sociologie des variations intra-individuelles

27C'est l'intérêt sociologique des variations inter-individuelles et intra-individuelles que nous essayons de mettre en évidence depuis quelques années (Lahire, 1995 ; 1998 ; 1999 ; 2000 ; 2001) dans le cadre d'une théorie de l'action fondée sur une sociologie de la pluralité dispositionnelle (la socialisation passée est plus ou moins hétérogène et donne lieu à des dispositions à agir et à croire hétérogènes et parfois même contradictoires) et contextuelle (les contextes d'actualisation des dispositions sont variés). Ainsi, l'acteur individuel ne met-il pas invariablement, trans-contextuellement en œuvre le même système de dispositions (ou habitus), mais l'on peut observer un mécanisme plus complexe de mise en veille/mise en action ou d'inhibition/activation de dispositions qui suppose que chaque individu singulier soit porteur d'une pluralité de dispositions et traverse des contextes sociaux différenciés. Ce qui détermine l'activation de telle disposition mentale ou comportementale dans tel contexte est alors le produit de l'interaction entre des rapports de force interne et externe : rapports de force entre des dispositions plus ou moins fortement constituées au cours de la socialisation passée (interne) et rapports de force entre des éléments (caractéristiques objectives de la situation, qui peuvent être associées à des personnes différentes) du contexte qui pèsent plus ou moins sur l'acteur (externe).

28Ce qui s'ouvre ici, c'est le champ d'une sociologie qui s'efforce de ne pas négliger les bases individuelles du monde social et qui étudie ainsi des individus traversant des scènes, des contextes, des champs de forces, etc., différents (Lahire, 2002).

Bibliographie

Références bibliographiques

Berger, P. & T. Luckmann. 1986. La Construction sociale de la réalité. Paris, Méridiens Klincksieck. Traduit de l'anglais par Pierre Taminiaux. The Social Construction of Reality. Garden City, Doubleday. 1966.

Chartier, R. 1989. « Le monde comme représentation ». Annales ESC, n° 6, 44e année : 1505-1520.

Desrosières, Α., A. Goy & L. Thévenot. 1983. « L'identité sociale dans le travail statistique. La nouvelle nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles ». Économie et statistique, INSEE, n° 152 : 55-81.

Durkheim, É. 1975. Textes. 1. Éléments d'une théorie sociale. Paris, Minuit.

Durkheim, É. [1895] 1981. Les Règles de la méthode sociologique. Paris, PUF, Quadrige.

Durkheim, É. [1897] 1983. Le Suicide. Paris, PUF, Quadrige.

Durkheim, É. [1912] 1985. Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Paris, PUF, Quadrige.

Durkheim, É. [1938] 1989. Éducation et sociologie. Paris, PUF, Quadrige.

Durkheim, É. [1938] 1990. L'Évolution pédagogique en France. Paris, PUF, Quadrige.

Elias, N. 1973. La Civilisation des mœurs. Paris, Calmann-Lévy.

Elias, N. 1975. La Dynamique de l'Occident. Paris, Calmann-Lévy.

Fauconnet, P. & M. Mauss. [1901] 1969. « Société ». La Grande Encyclopédie. In M. Mauss. Œuvres, T. III. Paris, Minuit : 139-177.

Lahire, B. 1995. Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires. Paris, Gallimard/Seuil, Collection Hautes Études.

Lahire, B. 1998. L'Homme pluriel. Les ressorts de l'action. Paris, Nathan, Essais & Recherches.

Lahire, B. 1999. « Esquisse du programme scientifique d'une sociologie psychologique ». Cahiers internationaux de sociologie. Vol. CVI : 29-55.

Lahire, B. 2000. « Pour une sociologie psychologique de la famille ». In H. Desmet & J.-P. Pourtois (eds). Le Parent éducateur. Paris, Presses Universitaires de France : 53-66.

Lahire, B. 2001. « Héritages sexués : incorporation des habitudes et des croyances ». In T. Blöss. Dialectique des rapports hommes/femmes. Paris, PUF, Sociologie d'aujourd'hui.

Lahire, B. 2002. Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles. Paris, Nathan, Essais & Recherches.

Schwartz, Ο. 1990. Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord. Paris, PUF.

Weber, M. [1905] 1964. L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Paris, Plon.

Auteur

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l'École normale supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540