Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Troisième partie: Sciences du langage

Espace, langage et catégorisation : le problème de la variabilité inter-langues

Maya Hickmann

Texte intégral

1Jusqu'à une période très récente, la plupart des chercheurs s'accordaient pour concevoir la cognition spatiale humaine comme se développant selon un parcours universel et indépendant du langage. Des travaux sur le nourrisson indiqueraient également l'existence de capacités fondamentales très précoces et peut-être même innées dans ce domaine. Certaines recherches comparatives récentes ont néanmoins partiellement remis en question de telles conclusions à partir de résultats qui semblent montrer que la variabilité inter-langues a un impact sur le rythme et le cours de l'acquisition du langage spatial, ainsi que sur l'organisation cognitive de l'espace elle-même. De tels résultats sont attestés de façon récurrente à partir de situations diverses (catégorisation non verbale, production et compréhension du langage), dans différents domaines de la cognition spatiale (les relations spatiales, les déplacements) et tout le long du développement (de la période pré-linguistique jusqu'à l'âge adulte). Ces recherches ont ravivé la thèse whorfienne, connue sous le nom d'« hypothèse de la relativité linguistique », et d'une façon plus générale le débat concernant la relation entre langage et cognition.

2Après un bref rappel de ce qu'est l'hypothèse whorfienne, cet article illustrera d'abord quelques aspects invariants et variables de la représentation de l'espace dans la langue. Puis un survol de quelques recherches développementales contrastera ensuite deux types d'approches de la cognition spatiale chez l'enfant, que l'on peut qualifier de franchement universalistes et de partiellement relativistes. Selon les approches relativistes, certaines propriétés générales du langage, ainsi que les propriétés systémiques qui sont spécifiques à chaque langue, déterminent partiellement la façon dont les enfants sélectionnent et organisent l'information spatiale au cours du développement. En conclusion, nous dégagerons les implications de cette hypothèse à la lumière des controverses actuelles et proposerons quelques directions de recherches permettant d'aborder ces questions dans le futur.

L'hypothèse de la relativité linguistique

3Les recherches actuelles en psycholinguistique développementale s'articulent autour de plusieurs grands débats, concernant l'héritage biologique de l'enfant, les mécanismes pouvant rendre compte de sa compétence linguistique et le caractère modulaire ou non de ses connaissances. Certaines approches considèrent que la structure de la langue est innée et indépendante d'autres connaissances, alors que pour d'autres le développement est graduel et fait intervenir une relation étroite entre langage et cognition. Par ailleurs, parmi les approches du deuxième type, certaines proposent que le développement de capacités cognitives générales sous-tend l'évolution des connaissances dans tous les domaines. Pour d'autres, en revanche, la langue jouerait un rôle structurant au cours du développement cognitif et la nature de cette structuration pourrait même varier selon les propriétés de la langue.

4Cette dernière position, qui met en avant la variabilité inter-langues, est représentée par des travaux récents, qui ont ravivé l'hypothèse de la « relativité linguistique » proposée par Whorf (1956) au cours du XXe siècle. Gumperz et Levinson (1996 : 25) présentent cette hypothèse sous la forme d'un syllogisme, composé de deux prémisses et d'une conclusion, qu'ils contrastent au syllogisme anti-whorfien caractérisant les théories issues de la tradition kantienne (traduits ci-dessous de l'anglais, emphase et guillemets dans l'original) :

Le syllogisme whorfien

  1. Des langues différentes utilisent différents systèmes de représentation sémantique qui ne sont pas équivalents en termes d'information (du moins dans le sens où ils emploient des concepts lexicaux différents) ;
  2. les représentations sémantiques déterminent certains aspects des représentations conceptuelles ; donc :
  3. les locuteurs de langues différentes utilisent des représentations conceptuelles différentes.

Le syllogisme anti-whorfien

  1. Des langues différentes utilisent le même système de représentation sémantique (si ce n'est pas le cas au niveau moléculaire, cela l'est au moins au niveau atomique des distinctions sémantiques primaires) ;
  2. des représentations conceptuelles universelles déterminent les systèmes sémantiques, en fait LE système de représentation sémantique est tout à fait identique AU système conceptuel propositionnel (le « langage de la pensée » inné) ; donc :
  3. les locuteurs de langues différentes utilisent un système de représentation conceptuelle identique.

5La première prémisse de Whorf est celle de la différence linguistique en tant que telle, qui souligne l'existence de variations importantes dans les systèmes de représentation sémantique des langues. La deuxième prémisse est celle du déterminisme linguistique. Celle-ci va plus loin que la première en postulant que des catégorisations linguistiques (implicites ou explicites) déterminent ou co-déterminent le comportement des locuteurs. C'est surtout cette deuxième prémisse qui cristallise les controverses concernant l'hypothèse whorfienne, puisqu'elle mène à la conclusion que les locuteurs de langues différentes n'utilisent pas les mêmes représentations conceptuelles. Afin de soutenir l'hypothèse de Whorf, donc, il ne suffit pas de montrer la différence linguistique, mais il faut surtout démontrer que celle-ci mène à des différences comportementales.

6Selon un panorama historique sur la question (Lucy, 1992a), si les travaux antérieurs visant à tester l'hypothèse whorfienne l'ont pour la plupart réfutée, les méthodes qu'ils ont adoptées pour ce faire ont été relativement stériles. Ainsi, de nombreuses recherches ont exclusivement examiné un nombre restreint de catégories lexicales (tels les noms de couleurs), alors que certaines catégories grammaticales constituent des aspects plus significatifs des langues qui, selon Whorf, devraient affecter le comportement habituel (habitual behavior) inconscient et automatisé. Lucy (1992b) illustre la démarche whorfienne par des recherches comparant l'anglais et le yucatec. Comme beaucoup d'autres langues, l'anglais fournit une marque obligatoire du pluriel pour un large éventail de noms (a/some candle(s) « une/des bougie(s) ») mais pas pour les noms de substances, qui ne permettent pas l'emploi d'un déterminant numérique, sauf par le biais d'une expression qui transforme la substance en entité (water « de l'eau » vs. a glass of water « un/des verre(s) d'eau » wax « de la cire » vs. a piece of wax « un morceau de cire »). En revanche, le yucatec fait partie des langues qui ne comportent pas de marque de nombre obligatoire, mais qui fournissent un système complexe de classifieurs indiquant les propriétés des référents (par conséquent, l'expression une bougie pourrait se traduire par une cire longue et fine). Lucy montre que les performances des sujets dans des tâches de classification sont fortement affectées par ces propriétés de leur langue. Ainsi, lorsqu'on leur demande d'effectuer des regroupements d'objets (A est-il plutôt comme Β ou comme C ?), les locuteurs anglophones catégorisent les objets selon leur forme (regroupant par exemple des bougies longues et fines avec d'autres objets longs et fins), alors que les locuteurs du yucatec les catégorisent selon leur substance (regroupant les bougies avec d'autres objets en cire).

Espace et langage

7La représentation de l'espace fait actuellement l'objet de vives controverses opposant différentes approches à la cognition spatiale. Il s'agit en effet d'un domaine où interviennent des connaissances qui sont fondamentales à la survie de l'espèce humaine et qui impliquent autant des propriétés universelles dans la langue qu'une variabilité inter-langues frappante. Ainsi, toutes les langues permettent d'effectuer certaines distinctions, telles celles entre la localisation statique (être dans), le mouvement impliquant un changement de localisation (entrer dans) et le mouvement qui se situe à l'intérieur d'une localisation générale (courir dans). De plus, toutes les langues expriment conjointement d'autres informations, tels la posture (être assis), le changement de posture (s'asseoir), la direction (monter ; descendre), la déixis (venir, partir), la manière avec laquelle un déplacement est effectué (courir, grimper, voler) ou encore la distinction entre déplacements volontaires et provoqués (rouler, faire rouler). Par ailleurs, selon certains, la représentation de l'espace impliquerait une distinction générale entre deux notions, les entités et leur localisation, qui serait fondamentale à la structure de toutes les langues (Landau & Jackendoff, 1993 ; Jackendoff, 1996). Cette distinction est actuellement au centre d'un certain nombre d'approches universalistes dans plusieurs disciplines des sciences cognitives, y compris en neurosciences, où est proposée l'hypothèse d'une différenciation anatomique et fonctionnelle de deux systèmes, l'un impliqué dans la reconnaissance des objets (le what), l'autre dans leur localisation (le where).

8Il existe néanmoins des variations inter-langues importantes dans ce domaine, dont certaines remettent en cause la réalité cognitive de quelques-uns des universaux qui ont été proposés. Ainsi, l'emploi des prépositions spatiales est déterminé par des dimensions multiples, qui sont tant topologiques et géométriques que fonctionnelles (Vandeloise, 1986). Celles-ci comprennent des notions telles que la contenance ou l'inclusion, le support, le contact, la manière d'attachement ou d'adhésion, le contrôle, la présence ou non d'un axe vertical ou horizontal, l'orientation intrinsèque ou non des objets, leur fonction prototypique, etc. Une question fondamentale encore ouverte reste de savoir lesquelles de ces dimensions sont universelles et les plus primaires, notamment d'un point de vue développemental. En particulier, un débat oppose actuellement des approches qui conçoivent certaines de ces dimensions comme se construisant indépendamment du langage chez l'enfant, alors que d'autres font l'hypothèse que la langue intervient de façon très précoce dans ce processus. Pàr ailleurs, même des procédures spatiales qui sont en apparence semblables dans différentes langues peuvent découper l'univers sémantique de façons très différentes. Bowerman (1996a ; 1996b) montre ainsi comment les marqueurs spatiaux de plusieurs langues impliquent des façons diverses de catégoriser les mêmes relations spatiales. L'anglais différencie la contenance (the apple is in the bowl « la pomme est dans le bol ») de différentes relations impliquant le contact (the handle is on the pan « la poignée est sur la casserole », the ring is on her finger « la bague est sur/à son doigt », the fly is on the door « la mouche est sur la porte »). En revanche, le finnois fournit des marques casuelles regroupant certains types de contact avec la contenance, le néerlandais fournit une préposition différente pour différents types de contact et l'espagnol exprime la contenance et le contact par la même préposition. De même, pour représenter des déplacements d'objets, l'anglais contraste le support et la contenance (put into/into « mettre sur/dans »), alors que le coréen différencie les déplacements impliquant un ajustement étroit entre entités (kkita, par exemple pour exprimer que l'on ajuste un couvercle sur un récipient ou une cassette dans sa boîte) de ceux qui n'impliquent pas un tel ajustement (par exemple, mettre une pomme dans un bol ou une tasse sur une table).

9Il existe par ailleurs d'autres formes de variabilité (par exemple, Brown, 1994 ; Danzinger, 1997 ; Levinson, 1996, 1997 ; Ozanne-Rivierre, 1997 ; Weissenborn & Klein, 1982). Ainsi, de nombreuses langues ne fournissent aucune préposition spatiale, présentant plutôt des marques de relations plus générales. Toutes les langues ne présentent pas un système canonique de localisation dit égocentrique avec trois coordonnées (haut/bas, devant/derrière, gauche/droite), supposé universel. Certaines langues (telles les langues amérindiennes, dont le tzeltal) requièrent que les propriétés de l'entité localisée soient spécifiées de façon très précise (au moyen de marqueurs positionnels, indiquant par exemple la forme, la position, la manière d'adhésion, etc.), de telle sorte que la localisation de cette entité découle en fait de son identification. Une telle variabilité remet en question un nombre important d'universaux, telle la distinction entre entité et localisation. Enfin, les langues varient également en ce qu'elles grammaticalisent ou lexicalisent l'information relative aux changements de localisation. Talmy (2000) divise ainsi les langues en deux grandes familles, selon qu'elles sont « encadrées » par le verbe ou par ses satellites (verb-framed/satellite-framed languages). Dans le premier groupe (constitué des langues romanes, tel le français), la racine verbale marque la trajectoire, mais pas la manière (Il est entré dans la cuisine [en rampant], il a traversé la rivière [en nageant], il a monté les escaliers [en courant], il est parti [en marchant]). Dans le deuxième groupe (qui inclut les langues germaniques, tel l'anglais), la racine verbale marque la manière du mouvement conjointement avec d'autres éléments qui marquent la trajectoire (He crawled into the kitchen, he swam across the river, he ran up the stairs, he walked away). Ces deux schémas n'excluent pas d'autres façons d'exprimer le mouvement dans une langue donnée. Néanmoins, ils représentent des prototypes frappants, entraînant des paradigmes très contrastés qui traversent les systèmes de langues de façon extrêmement productive jusque dans l'expression des relations grammaticales les plus basiques. Ainsi, le codage de la transitivité et de l'intransitivité s'effectue selon la langue par le même verbe ou par des constructions différentes, comme l'illustre la distinction entre déplacements provoqués ou non (The ball rolls into the kitchen « La balle entre dans la cuisine en roulant », He rolls the ball into the kitchen « II fait entrer la balle dans la cuisine en la faisant rouler »).

Le développement de la cognition spatiale

10En psycholinguistique développementale, on peut distinguer différentes conceptions du développement de la cognition spatiale, qui sont soit franchement universalistes, soit partiellement relativistes (voir une revue de questions dans Hickmann, sous presse). Un premier ensemble de modèles universalistes postule que l'acquisition du langage spatial serait contrainte par une base sensori-motrice universelle, puis exclusivement déterminée par un développement cognitif ultérieur, suivant des étapes universelles qui seraient indépendantes du langage. Par ailleurs, certaines recherches montrent que le nourrisson fait preuve d'une connaissance du monde physique complexe et précoce, pertinente pour la représentation de l'espace (Lécuyer, Streri & Pêcheux, 1996). Ces résultats ont amené certains chercheurs à postuler l'existence de capacités innées et modulaires, alors que d'autres conçoivent le développement comme étant motivé par un processus actif et précoce de perception qui serait universel. En revanche, les modèles relativistes, fondés sur des recherches concernant tant l'adulte que l'enfant à différents moments de son développement (Berman & Slobin, 1994 ; Bowerman, 1996a ; Bowerman, 1996b ; Bowerman & Choi, 2001 ; Choi & Bowerman, 1991 ; Slobin, 1996), font l'hypothèse que la langue a une incidence sur l'organisation cognitive elle-même. Selon cette hypothèse, l'enfant serait sensible aux propriétés de sa langue dès le plus jeune âge et celles-ci affecteraient ses processus perceptifs et cognitifs.

11Parmi les approches universalistes, la théorie piagétienne (Piaget & Inhelder, 1947) a été prédominante dans les recherches antérieures. Celle-ci postule une évolution cognitive débutant par les premiers schèmes sensori-moteurs, suivis de notions spatiales topologiques, puis de la construction des rapports projectifs et euclidiens. D'autres modèles classiques en psycholinguistique (notamment Clark, 1973), dont l'influence a été importante au cours du XXe siècle, voient dans certains traits sémantiques universels de la langue le reflet de contraintes perceptives et cognitives, permettant de rendre compte de la complexité relative de différents marqueurs pour l'enfant. Conformément aux prédictions de ces modèles, l'enfant acquiert les prépositions spatiales dans un ordre déterminé (voir des revues de questions dans Bowerman, 1996a, 1996b ; Hickmann, sous presse ; Johnston, 1988 ; Piérart, 1978). Par exemple, il marque d'abord les relations de voisinage (près/loin) et de contenance (dans), puis celles qui impliquent l'axe vertical (d'abord sur/sous, puis au-dessus/au-dessous) et enfin celles qui impliquent l'axe sagittal (d'abord derrière, puis devant), dont la maîtrise est plus précoce avec les objets présentant une orientation naturelle.

12Si ces recherches semblent montrer l'existence de bases cognitives universelles, la plupart ne sont effectuées que dans une langue donnée. Une première étude comparative sur l'expression des relations spatiales (Johnston & Slobin, 1979) trouve bien une progression développementale semblable dans plusieurs langues, tout en observant également des différences inter-langues importantes qui montrent que l'acquisition des marqueurs est plus facile dans certaines langues (italien, turc) que dans d'autres (anglais, serbo-croate). Selon les auteurs, ces différences refléteraient certaines propriétés des langues, telles que l'emploi de postpositions ou de prépositions, la complexité morphologique ou la diversité lexicale. Dans d'autres études (Bowerman, 1996a, 1996b), où sont recueillies des descriptions de configurations statiques ou d'actions impliquant des déplacements d'objets, les regroupements implicites qu'effectuent les enfants dès trois ans sont plus semblables aux regroupements des adultes parlant la même langue qu'à ceux qui sont effectués par des enfants du même âge mais de langues contrastées. Ces résultats sont contraires aux hypothèses universalistes, qui prédisent que les réponses des enfants devraient être semblables dans toutes les langues à un âge ou à un niveau cognitif donné.

13La variabilité inter-langues est même attestée en compréhension très précoce, pendant une phase (vers vingt mois) où le très jeune enfant n'a encore jamais produit les marqueurs testés. Ainsi, une étude (Bowerman & Choi, 2001) examine la compréhension des relations de contenance (du type put into en anglais) et d'ajustement (du type kkita en coréen) en présentant simultanément aux enfants deux configurations visuelles et un stimulus auditif linguistique correspondant à une seule d'entre elles. Alors que certains items visuels confondaient les propriétés de contenance et d'ajustement (une entité à la fois entièrement contenue dans une autre et étroitement ajustée avec elle), d'autres dissociaient systématiquement ces propriétés (par exemple, une entité contenue dans une autre, mais sans ajustement étroit entre elles). L'analyse des temps de regard montre que les enfants explorent plus longtemps les configurations qui sont cohérentes avec les énoncés et qu'ils prêtent plus d'attention aux distinctions qui sont exprimées dans leur langue (contenance en anglais, ajustement en coréen). Conjointement, des analyses longitudinales de productions spontanées dès l'émergence du langage (Choi & Bowerman, 1991) montrent que les enfants anglophones et coréens se focalisent sur différents aspects de leur environnement. Par exemple, en anglais, les enfants expriment le plus souvent l'itinéraire (au moyen de particules disponibles dans leur langue), ils ne distinguent pas les mouvements provoqués et volontaires (exprimés par la même racine verbale dans leur langue), ils différencient la contenance, le support, le contact et la manière d'attachement (conformément au système adulte). Les Coréens, eux, ne font référence à l'itinéraire que plus tard (absence de particules dans leur langue), mais ils font une distinction stricte entre mouvements provoqués et volontaires (exprimés par des structures différentes en coréen), ils se focalisent sur l'ajustement et distinguent l'habillement d'autres types de contact (conformément au système adulte). Ces résultats découlent des propriétés des langues et sont contraires à une conception universaliste, suggérant ainsi que la langue aurait un impact précoce sur l'organisation attentionnelle et cognitive.

14Enfin, des recherches observent également des différences relatives à l'expression des déplacements dans les productions narratives à partir de trois ans. Ainsi, dans des recherches comparant plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol, turc, hébreu), Berman et Slobin (1994) et Slobin (1996) montrent que les propriétés des langues influencent ce sur quoi les sujets choisissent de porter leur attention. Par exemple, en anglais (langue à satellites), les locuteurs élaborent les trajectoires du mouvement et présupposent les localisations. En revanche, en espagnol (langue encadrée par le verbe), ils fournissent des itinéraires plus simples, mais des localisations plus élaborées. De même, des recherches sur les productions narratives (Hickmann, sous presse ; Hickmann, Hendriks & Roland, 1998) comparant le français (langue encadrée par le verbe) à l'anglais, à l'allemand et au chinois (langues encadrées par les satellites) montrent des différences importantes dans l'expression du mouvement. Contrairement aux trois autres langues, où l'on trouve une multitude de prédicats dynamiques (une centaine de types ou plus, selon la langue), les locuteurs francophones utilisent des prédicats dynamiques relativement peu variés (une quinzaine de types fréquents) et ceux-ci contiennent rarement des informations multiples, résultant en des énoncés qui sont beaucoup moins compacts en français que dans les autres langues. Par conséquent, les récits contiennent des représentations nettement moins élaborées des déplacements en français que dans les autres langues, ce qui peut suggérer que la langue a effectivement un impact sur la sélection et l'organisation des informations relatives à cet aspect de l'espace.

Conclusions et directions

15En résumé, on observe une complémentarité entre deux types de déterminants, dont certains sont liés au développement cognitif et d'autres aux propriétés de la langue. L'impact conjoint de ces deux types de déterminants résulte en une spécificité à la fois précoce et croissante des réponses au cours du développement. À la lumière de ces résultats, certains chercheurs ont été amenés à poser dans une nouvelle optique la question de la relation entre langage et cognition au cours du développement. L'hypothèse actuellement proposée est que la langue jouerait un rôle essentiel dans le développement du système conceptuel, et ceci dès le plus jeune âge. Ainsi, la langue servirait de filtre pour canaliser l'information, incitant les locuteurs à prêter plus ou moins d'attention à différents aspects de la réalité. Ce filtre déterminerait partiellement quels aspects de la réalité sont les plus saillants ou accessibles aux enfants, influençant ainsi la façon dont ils sélectionnent et organisent l'information. Slobin (1996), par exemple, propose que les différences inter-langues qui sont attestées dans le comportement verbal des enfants reflètent des différences dans la conceptualisation qui se met en place lors de l'organisation discursive (thinking for speaking). Cette approche remet en question un certain nombre de théories plus répandues, selon lesquelles la représentation de l'espace serait avant tout le résultat de facteurs perceptifs et cognitifs indépendants de la langue (et des langues).

  • 1 Certaines de nos recherches mentionnées ci-après ont été élaborées dans le cadre du projet Les ent (...)

16Plusieurs directions de recherches complémentaires sont nécessaires afin d'aborder les questions soulevées par la variabilité inter-langues. Parmi celles-ci, au moins trois pistes prioritaires font actuellement l'objet de nos recherches1. Tout d'abord, l'étude de la période dite « pré-linguistique » est indispensable afin de déterminer comment s'articulent au cours de l'ontogenèse certaines capacités très précoces, d'une part, et les capacités plus tardives qui découlent du développement cognitif et langagier, d'autre part. Ainsi, un projet en cours vise à déterminer dans quelle mesure la langue (en général et en particulier) pourrait influencer les catégorisations qu'effectue l'enfant des neuf mois à partir de stimuli impliquant des relations spatiales. Conjointement, des recherches longitudinales examinent le langage spontané de l'enfant dès l'émergence de ses premières productions vers dix-huit mois (ordre d'acquisition de différents marqueurs, types de situations et d'entités privilégiés dans les phases initiales, erreurs sémantiques et formelles, grammaticalisation ou lexicalisation de l'information, etc.). De telles recherches devront être effectuées à partir d'un large éventail de langues contrastées afin de tester l'hypothèse que la langue a un impact précoce sur les processus de mise en place des représentations spatiales, ainsi que sur leur évolution ultérieure.

17Par ailleurs, afin de tester l'hypothèse whorfienne, notamment sa deuxième prémisse concernant le déterminisme linguistique, il est impératif d'examiner l'impact de la langue sur l'organisation conceptuelle d'enfants plus âgés et d'adultes dans un ensemble de tâches variées, tant verbales que non verbales. Ainsi, des recherches expérimentales en cours, utilisant des tâches de localisation verbale, montrent que, contrairement aux locuteurs anglophones, les adultes et les enfants francophones dès trois ans se focalisent de façon privilégiée sur certains aspects des relations spatiales (par exemple, la manière d'attachement), par le biais d'un emploi massif des verbes, plutôt que des prépositions. De plus, entre trois et six ans, les enfants francophones font preuve de difficultés à exprimer conjointement la manière et la trajectoire du mouvement lorsqu'ils décrivent des changements de localisation (par exemple, des déplacements du type « traverser »). En revanche, les enfants anglophones des mêmes âges utilisent des structures compactes leur permettant d'exprimer simultanément ces deux types d'information. Ces résultats, qui sont conformes aux propriétés des langues, suggèrent que celles-ci pourraient avoir une incidence sur l'organisation cognitive qui est sous-jacente aux réponses verbales des sujets. Des recherches utilisant des tâches non verbales sont également prévues afin de mettre en évidence des préférences catégorielles éventuelles dans des tâches de classification impliquant les relations spatiales, ainsi que des différences inter-langues dans la capacité à conserver en mémoire et à élaborer ultérieurement des stimuli visuels concernant les déplacements dans des tâches de rappel implicite.

18Enfin, l'étude de certaines populations atypiques serait un apport important dans le domaine de l'espace. Ainsi, les performances de sujets bilingues présentent un intérêt particulier, puisque ceux-ci pourraient avoir deux systèmes conceptuels à leur disposition. Par ailleurs, l'étude comparative de patients aphasiques devrait fournir des informations concernant l'organisation des connaissances chez des sujets présentant le même type de lésion, mais parlant des langues contrastées. À titre d'illustration, des recherches en cours testent l'hypothèse que les sujets agrammatiques (monolingues et bilingues) devraient rencontrer plus de difficultés à exprimer certaines informations spatiales dans des langues où celles-ci sont grammaticalisées plutôt que lexicalisées. De même, l'étude des déficiences sensorielles ou motrices, effectuée à terme auprès d'enfants de différentes langues maternelles, permettrait d'examiner le rôle de la perception et de la motricité dans l'acquisition des procédures spatiales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Berman, R. A. & D. I. Slobin (eds). 1994. Different ways of relating events in narrative : a crosslinguistic developmental study. Hillsdale N.J., Lawrence Erlbaum.

Bowerman, M. 1996a. « The origins of children's spatial semantic categories : cognitive versus linguistic determinants ». In J. J. Gumperz & S. C. Levinson (eds). Rethinking linguistic relativity. Cambridge, Cambridge University Press : 145-176.

Bowerman, M. 1996b. « Learning how to structure space for language : A crosslinguistic perspective ». In P. Bloom, M. Peterson, L. Nadel & M. Garrett (eds). Language and space. Cambridge MA, MIT Press : 385-436.

Bowerman, M. & S. Choi. 2001. « Shaping meanings for language : universal and language-specific in the acquisition of spatial semantic categories ». In M. Bowerman & S. C. Levinson (eds). Language acquisition and conceptual development. Cambridge, Cambridge University Press : 475-511.

Brown, R. 1994. « The Ins and Ons of Tzeltal locative expressions : the semantics of static descriptions of location », Linguistics, 32 : 743-790.

Choi, S. & M. Bowerman. 1991. « Learning to express motion events in English and Korean : the influence of language-specific lexicalization patterns ». Cognition, 41 : 83-121.

Clark, H. H. 1973. « Space, time, semantics and the child ». In T. E. Moore (ed.). Cognitive development and the acquisition of language. New York, Academic Press : 27-63.

Danziger, E. 1997. « La variation inter-langues dans l'encodage sémantique et cognitif des relations spatiales : quelques réflexions sur les données du Maya Mopan ». In C. Fuchs et S. Robert (eds). Diversité des langues et représentations cognitives. Paris-Gap, Ophrys : 58-80.

Gumperz, J. J. & S. C. Levinson. 1996. « Introduction to Part I » In J. J. Gumperz & S. C. Levinson (eds). Rethinking linguistic relativity. Cambridge, Cambridge University Press : 21-36.

Hickmann, M. Sous-presse. Children's discourse : person, space and time across Languages. Cambridge, Cambridge University Press.

Hickmann, M., H. Hendriks & F. Roland. 1998. « Référence spatiale dans les récits d'enfants ». Langue Française, 118 : 104-126.

Jackendoff, R. 1996. « The architecture of the linguistic-spatial interface ». In P. Bloom, M. Peterson, L. Nadel & M. Garrett (eds). Language and space. London-Cambridge MA, MIT Press : 1-30.

Johnston, J. R. 1988. « Children's verbal representation of spatial location ». In J. Stiles-Davis, M. Kritchevsky & U. Bellugi (eds). Spatial cognition. Hillsdale NJ, Erlbaum : 195-205.

Johnston, J. R. & D. I. Slobin. 1979. « The development of locative expressions in English, Italian, Serbo-Croatian and Turkish ». Journal of Child Language, 6 : 529-45.

Landau, B. & R. Jackendoff. 1993. « What and Where in spatial language and spatial cognition ». Behavioral and Brain Sciences, 16-2 :217-38.

Lécuyer, R., A. Streri & M.-G. Pêcheux. 1996. Le développement cognitif du nourrisson. Paris, Nathan.

Levinson, S. C. 1996. « Relativity in spatial conception and description ». In J. J. Gumperz & S. C. Levinson (eds). Rethinking linguistic relativity. Cambridge, Cambridge University Press : 177-202.

Levinson, S. C. 1997. « From outer to inner space : linguistic categories and non-linguistic thinking ». In J. Nuyts & E. Pederson (eds). Language and conceptualization. Cambridge, Cambridge University Press : 13-45.

Lucy, J. 1992a. Language diversity and thought : a reformulation of the linguistic relativity hypothesis. Cambridge, Cambridge University Press.

Lucy, J. 1992b. Grammatical categories and cognition. A case study of the linguistic relativity hypothesis. Cambridge, Cambridge University Press.

Ozanne-Rivierre, F. 1997. « Système d'orientation : quelques exemples austronésiens ». In C. Fuchs et S. Robert (eds). Diversité des langues et représentations cognitives. Paris-Gap, Ophrys : 81-92.

Piaget, J. & B. Inhelder. 1947. La représentation de l'espace chez l'enfant. Paris, PUF.

Piérart, B. 1978. « Genèse et structuration des marqueurs de relations spatiales entre trois et dix ans ». In J. Costermans (éd.). Structures cognitives et organisation du langage. Cahiers de l'Institut de Linguistique 5-1,2 : 41-59.

Slobin, D. I. 1996. « From "thought to language" to "thinking for speaking" ». In Gumperz, J. J. & S. C. Levinson (eds). Rethinking linguistic relativity. Cambridge, Cambridge University Press : 70-96.

Talmy, L. 2000. Towards a cognitive semantics. Harvard, MIT Press.

Vandeloise, C. 1986. L'espace en français : sémantique des prépositions spatiales. Paris, Éditions du Seuil.

Weissenborn, J. & W. Klein. 1982. HERE and THERE : Cross-linguistic studies in deixis and demonstration. Amsterdam, Benjamins.

Whorf, B. L. 1956. Language, thought and reality. Cambridge MA, MIT Press.

Notes

1 Certaines de nos recherches mentionnées ci-après ont été élaborées dans le cadre du projet Les entités spatiales et leur catégorisation dans la langue et la cognition (COG-135, 1999-2001), financé par l'Action Concertée Incitative Cognitique du ministère de la Recherche. D'autres sont en cours dans le cadre du Croupe de Recherche Diversité et évolution des Langues, financé par le CNRS (GDR-1955).

Auteur

Maya Hickmann est directeur de recherche à l'Institut de Psychologie, au Laboratoire Cognition et Développement, CNRS, à l'Université René Descartes, Paris V

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540