Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Troisième partie: Sciences du langage

Variabilités en psycholinguistique développementale

Michèle Kail

Texte intégral

1Par la publication dès 1967 du Field Manuel of Cross Cultural Study of the Acquisition of Communicative Competence, Slobin inaugure une démarche nouvelle, celle des comparaisons inter-langues, démarche dont la valeur heuristique a été depuis confirmée dans l'ensemble des recherches consacrées au langage, qu'il s'agisse aussi bien de son acquisition, de son traitement ou de ses dysfonctionnements. Pour des raisons de format, ce sont essentiellement des travaux concernant le développement précoce du langage qui seront évoqués. Par ailleurs, cette période, marquée par d'importants changements, est particulièrement propice à l'étude d'une autre source de variabilité plus récemment prise en compte, celle des variations individuelles à l'intérieur d'une même langue. La première partie de l'article situe les recherches inter-langues dans leur diversité théorique et s'attache aux retombées théoriques de l'analyse de la variabilité individuelle notamment pour le courant fonctionnaliste de l'acquisition. Dans la seconde partie, nous montrons comment l'analyse des variations linguistiques articulée aux compétences universelles initiales a profondément renouvelé les conceptions de l'acquisition précoce du langage. La troisième partie est consacrée à la confrontation de la variabilité individuelle et de la variabilité linguistique, à la lumière de l'exemple paradigmatique de la constitution du lexique. Enfin, quelques réflexions sur les tentatives d'explication de la variabilité individuelle dans l'acquisition du langage sont évoquées dans la conclusion.

Variabilité linguistique et variabilité individuelle : deux outils pour la théorie

Le statut des différences inter-langues

2Depuis une vingtaine d'années, l'examen des relations entre unités de traitement supposées universelles et l'impact des variations liées à la diversité des langues est devenu un thème transversal de la psycholinguistique générale et développementale. Cette démarche comparative inter-langues issue de courants linguistiques distincts est actualisée par deux options principales : l'une, qui sous l'influence de Chomsky privilégie les invariants et propose une variabilité restreinte ; l'autre, qui informée par les théories fonctionnalistes place la variabilité linguistique au centre de ses entreprises. Enfin, plus récemment, se développe une troisième direction de recherche qui, remettant en cause l'existence de bases cognitives universelles admise par les deux autres courants, renoue avec la tradition relativiste de la linguistique whorfienne.

La primauté des invariants et la variabilité restreinte

3Dans le domaine de la perception du langage, nombre de travaux ont avancé l'idée que la syllabe pourrait être l'unité fonctionnelle universelle de l'analyse segmentale de la parole. Plus récemment, en ayant recours à des langues comme le japonais, on a mis en évidence l'existence d'unités subsyllabiques (telle la mora) organisant le traitement perceptif. De la même manière, des travaux récents soulignent que les procédures d'analyse perceptive varient selon la structure sonore des langues.

  • 1 Attachement minimal : structuration la plus simple en cas d'ambiguïté : le rattachement du segment (...)
  • 2 Clôture tardive : l'attachement du segment ambigu est réalisé en fonction du dernier syntagme perç (...)

4S'agissant du traitement des énoncés, les modèles dits autonomes envisagent l'interprétation comme régie par des stratégies universelles d'analyse - tels l'attachement minimal1 ou la clôture tardive2 - réalisées séquentiellement par des modules spécifiques. Des exceptions liées aux particularités syntaxiques de certaines langues (espagnol, français) ont été mises en évidence, notamment l'existence de stratégies de clôture précoce (Mitchell, 1994).

5Dans le domaine de l'acquisition du langage, nombre de recherches récentes de grammaire comparée se fondent sur les travaux de Chomsky (1981) relatifs à la grammaire universelle (GU). Ce courant postule qu'en dépit de leur diversité apparente, les langues ont une structure uniforme constituée par des Principes caractérisant des propriétés invariantes très structurées (les Universaux) et des Paramètres spécifiant les variations très limitées de ces principes à travers les langues. L'enfant aborderait l'acquisition du langage muni d'une option paramétrique fixée avant toute expérience linguistique, la GU attribuant une valeur initiale à l'un des paramètres. Ainsi, le paramètre Prodrop qui contraste les langues à sujet pronominal obligatoire (anglais, français, etc.) et celles à sujet pronominal facultatif (espagnol, italien, etc.) serait initialement réalisé par l'omission libre du sujet, paramètre directement confirmé pour les enfants italiens (Hyams, 1986) et que l'expérience linguistique va refixer pour les enfants anglais.

6Cette démarche computationnelle, qui consiste à postuler l'existence d'universaux et à circonscrire au maximum l'incidence des variations entre les langues, concerne d'autres domaines notamment certains secteurs de la neuropsychologie du langage.

De la variabilité aux invariants

7À partir des années 1970, la systématisation de l'importance des variations entre les langues dans les processus de traitement du langage et de son acquisition a été principalement conduite par le courant fonctionnaliste, lequel se réfère aux grammaires cognitives. Contrairement au précédent, ce courant soutient que les comparaisons entre les langues constituent un outil irremplaçable pour déterminer la nature et le poids des contraintes spécifiques imposées par la langue aux systèmes de traitement. Si des universaux de traitement existent, ils se doivent d'intégrer la variabilité linguistique (Kail, 1983a et b). C'est ainsi qu'au terme d'une démarche inductive portant sur une quarantaine de langues représentant une quinzaine de familles distinctes, Slobin (5 volumes depuis 1985) a proposé de cristalliser l'ampleur des variations en un nombre fini de principes (Operating Principles). Ces principes sont à la source des hypothèses que l'enfant élabore sur sa langue, qui le guident dans son traitement et qui, par ailleurs, contraignent les formes que peuvent prendre les langues naturelles et leurs modifications au cours du temps.

8Prolongeant la même tradition, MacWhinney (1987) et MacWhinney et Bates (1989) ont élaboré un modèle de l'acquisition du langage et de son traitement - le Modèle de Compétition - qui place la variabilité qualitative et quantitative des langues au centre de son architecture en formalisant le processus de construction par le locuteur du réseau complexe de correspondances entre les formes et les fonctions de sa langue. Ce modèle connexionniste a suscité un très grand nombre de travaux comparatifs dans de nombreux champs : acquisition des langues premières et secondes, bilinguisme, dysfonctionnements. C'est surtout dans le domaine du traitement et de l'acquisition morphosyntaxiques examinés dans une quinzaine de langues qu'il a fourni des concepts-clés tels ceux de validité des indices (MacWhinney & Bates, 1989) de coût de leur traitement (Kail, 1989), de compétition (MacWhinney, 1987), de canonicité (Kail, 1989). Pour des raisons de format, ces travaux comparatifs intégrés dans un programme international de grande ampleur et concernant des étapes plus tardives du développement ne seront pas ici évoqués. Toutefois, on pourra consulter des synthèses très récentes de ce champ en pleine expansion, notamment en direction des procédures de traitement en temps réel (Bates, Devescovi & D'Amico, 1999 ; Bates, Devescovi & Wulfeck, 2001 ; Kail, 1999b, 2000a, 2000b ; Kempe & MacWhinney, 1999).

La relativité linguistique réactualisée

9Éclipsée par les deux courants précédents qui postulent l'existence de primitifs cognitifs pour l'acquisition du langage, la vision whorfienne de l'influence du langage sur la constitution des catégories conceptuelles elles-mêmes se trouve récemment réactualisée, notamment dans le domaine de la cognition spatiale (Bowerman & Levinson, 2000). Ainsi, la comparaison de langues contrastées conduit à souligner le rôle que l'input linguistique jouerait dans le degré d'accessibilité des catégories spatiales construites par le langage très tôt, ceci avant même que les items appropriés ne soient présents dans la production des jeunes enfants.

Le statut des différences individuelles intra-langue

10Nombre d'auteurs ont, depuis longtemps, souligné l'existence d'une forte variabilité tant dans le rythme que dans le style de l'acquisition. Sans doute, le succès international dès les années 1980 de la démarche comparative inter-langues, la constitution de banques internationales de données (CHILDES), permettant l'accès à des corpus longitudinaux et transversaux étendus, la mise au point d'outils d'évaluation du développement langagier précoce (jusqu'à 3ans), tel le Mac Arthur Communicative Development Inventories (1973) (CDI) adapté à ce jour dans une dizaine de langues, ont-ils favorisé la prise en compte d'une nouvelle source de variation, les variations individuelles intra-langue. Par ailleurs, les conceptions qui voient la variation inter-et intra-individuelle comme sources d'informations cruciales pour l'élaboration de nouveaux modèles de la cognition et de son développement (Lautrey, 1995) permettent d'inscrire la variabilité intra-langue dans un cadre général.

11L'intérêt du recours systématique aux variations individuelles pour l'élaboration d'une théorie adéquate du développement langagier a été présenté avec conviction dans un ouvrage (Bates, Bretherton & Snyder, 1988) et une série d'articles et de chapitres (Bates et al., 1994 ; Bates, Dale &Thal, 1995) qui consignent les recherches conduites par Bates et ses collègues depuis une dizaine d'années. D'autres revues de questions ont suivi, la plus documentée sur les étapes précoces de l'acquisition du langage étant celle de Lieven (1997) qui examine les variations individuelles dans une perspective inter-langues.

12Pour l'essentiel, les variations individuelles contribuent à rendre explicites les caractéristiques de non linéarité du développement précoce dont l'exemple le plus patent est autour de 18 mois celui de l'explosion lexicale, les éventuelles dissociations entre activités, telle l'asynchronie compréhension/production entre 8 et 16 mois et par ailleurs permettent de mettre l'accent sur les mécanismes de transition plutôt que sur les étapes. Comme le soulignent Kail et Bassano (2000), plus encore que la variabilité de rythme, la variabilité stylistique, transversale aux divers composants du langage (phonologie, lexique, syntaxe, pragmatique) interroge les modèles universalistes du développement et tout particulièrement les conceptions modulaires de celui-ci. Enfin, en raison de leur ampleur, de leur décours temporel propre et de leur systématicité, ces variations constituent un outil fondamental pour repenser les frontières des dysfonctionnements et des développements atypiques et permettre ainsi non seulement leur détection précoce mais aussi le choix de moyens adaptés pour y remédier.

Universel et spécifique : la perception et la production précoces

13Dans leurs travaux consacrés à la mise en évidence des capacités perceptives initiales, Eimas et al., (1971) ont montré que les nourrissons de 1 à 4 mois discriminent des changements de catégories phonémiques (ba/pa), capacité interprétée comme spécifique du traitement de la parole. Toutefois, des travaux ultérieurs ont indiqué que la perception catégorielle pouvait s'exercer sur des stimuli non linguistiques, et que certaines espèces après entraînement pouvaient révéler une compétence comparable (Kuhl & Miller, 1978).

14Si l'on considère le voisement comme un continuum, on sait que les langues diffèrent par l'emplacement des frontières entre catégories phonémiques, et que les adultes éprouvent des difficultés à percevoir certains contrastes qui n'existent pas dans leur langue. En revanche, nombre de travaux ont souligné que des contrastes non présents dans la langue maternelle sont néanmoins discriminés par les nourrissons jusqu'à 6 mois (Werker & Tees, 1984). Avec l'expérience croissante de l'exposition à la langue maternelle, certaines modifications des capacités précoces de perception de la parole vont intervenir. La perception des voyelles semble être affectée précocement par les contraintes de la langue maternelle. À partir de 6-8 mois, les bébés anglophones ne distinguent plus les contrastes vocaliques non présents dans leur langue.

15Selon Bertoncini et de Boysson-Bardies (2000), les régularités prosodiques joueraient un rôle déterminant dans la focalisation de l'attention sur les différentes unités fonctionnelles de la langue. Des expériences anciennes ont révélé que les bébés sont particulièrement sensibles aux indices prosodiques, non seulement dans la reconnaissance de la voix maternelle mais aussi dans celle des énoncés de leur langue (Mehler et al., 1988). Des travaux plus récents indiquent qu'à 6 mois, les bébés distinguent des mots de leur langue de ceux d'une langue étrangère, s'ils présentent des caractéristiques prosodiques différentes (Nazzi, Bertoncini & Mehler, 1998). Les patterns d'accentuation spécifiques des mots de la langue sont repérés et sont utilisés à partir de 8 mois pour leur segmentation de la parole continue (Juczyk & Aslin, 1995). Il convient de noter que si la prosodie joue un rôle essentiel dès les débuts de l'acquisition pour devenir un régulateur éventuel de l'analyse segmentale, ultérieurement ses caractéristiques fonctionnelles vont dépendre de la langue. Ainsi en japonais, les variations de l'intonation sont porteuses de sens, comme le sont en anglais les variations accentuelles. On entrevoit donc qu'avec l'émergence du lexique, certains indices prosodiques pertinents vont devoir être intégrés dans le processus de représentation des mots. C'est aux environs de 5 mois que l'enfant maîtrise sa phonation et que s'instaurent les débuts du contrôle articulatoire permettant de moduler les variations de hauteur et d'intensité de la voix. Le babillage qui apparaît de manière abrupte entre 6 et 9 mois est caractérisé par la production de syllabes simples constituées de séquences consonne-voyelle souvent répétées [ba, ba, ba]. Ce babillage dit canonique présente des caractéristiques universelles, liées à la perception de sons puisque les enfants sourds ne babillent pas de la même manière que les enfants entendants.

16Les recherches comparatives inter-langues ont permis de dissocier, au sein du babillage, les composantes qui relèvent des tendances articulatoires générales et celles qui résultent de processus de sélection des inputs linguistiques. Les voyelles qui sont perceptivement plus saillantes dans la chaîne parlée sont plus précocement modulées par les contraintes de la langue. Dans une recherche contrastant des enfants de 10 mois, français, anglais, arabes d'Algérie et cantonais, de Boysson-Bardies et al. (1989) ont montré que dès cet âge, l'espace vocalique est largement contraint par celui de la langue de l'environnement.

17D'autres dimensions ont fait l'objet d'études comparatives systématiques, tels le répertoire des consonnes, la structure des syllabes ou les patterns accentuels. De Boysson-Bardies et al. (1992), examinant longitudinalement le répertoire consonantique d'enfants français, américains anglophones, suédois et japonais, ont mis en évidence des différences dans la distribution des places et des modes d'articulation vers 10-11 mois. Les travaux actuels s'accordent sur la continuité entre les schèmes sonores du babillage et l'organisation sonore des premiers mots qui apparaissent à la fin de la première année, avec toutefois une assez grande variabilité. Ces premiers mots émergent en même temps que se poursuit le babillage, mais le répertoire consonantique de ceux-ci apparaît comme simplifié au regard du babillage.

18Dans les processus de simplification des mots (substitutions et omissions), la diversité introduite par la langue cible est ici encore notable. Dans les langues à accent tonique, c'est la syllabe accentuée qui est le plus souvent produite, alors que dans des langues comme le français où les syllabes sont à peu près également accentuées, le respect des syllabes caractérise la production des premiers mots. Dans une recherche comparative anglais/français, de Boysson-Bardies (1996) montre que si entre 12 et 17 mois, les enfants anglophones réduisent les mots bisyllabiques en monosyllabes, en revanche, les enfants français ne le font presque pas.

19En résumé, les recherches consacrées à la perception et à la production précoces du langage, conduites ces vingt dernières années, ont révélé deux phénomènes : en premier lieu, l'existence dès la naissance de dispositions universelles très sophistiquées permettant au bébé de discriminer tout type de contraste phonétique d'une langue naturelle ou de produire un peu plus tard le babillage canonique ; en second lieu, l'impact précoce des spécificités, dans ce cas phonologiques et prosodiques, des langues. On pourrait dire de manière schématique que le bébé doit renoncer à l'universel pour entrer dans le spécifique. Ce double mouvement de restriction des capacités potentielles et d'accroissement de la compétence dans la langue cible n'a été véritablement évalué que grâce à l'extension des recherches inter-langues.

Relations entre variabilité individuelle et variabilité inter-langues : le lexique initial

20Deux formes de variabilité individuelle sont attestées au sein du lexique précoce : une variabilité de rythme et une variabilité de style, dont les caractéristiques et les implications pour l'émergence du langage et ses changements sont présentées en détail dans Bassano (2000). Ce qui suit concerne les variations stylistiques examinées dans leurs relations avec les variations inter-langues.

21Paradoxalement, c'est d'abord du constat d'une régularité récurrente depuis les travaux les plus anciens (Nelson, 1973) sur de petits échantillons d'enfants jusqu'aux études à grande échelle (Bates et al., 1994, 1995), celui de la prédominance des noms sur les verbes qu'il convient de partir. Rappelons quelques explications du phénomène. Gentner (1982) voit dans leur fondement perceptif l'origine de l'acquisition plus précoce des noms, alors que Markman (1989) lie l'extension précoce de ceux-ci à leur valeur référentielle. Selon O'Grady (1987), les noms sont utilisés comme arguments ou « primitives » faisant référence à des entités ou classes d'identités. En revanche, les verbes et les adjectifs fonctionnent plus souvent comme prédicats ou entités secondaires pour indiquer une action, un état ou des relations entre des primitives. Leur utilisation présuppose l'existence d'un argument nominal implicite ou explicite. Cette antériorité expliquerait que l'acquisition des verbes et des adjectifs ne puisse advenir avant que l'enfant ne maîtrise suffisamment de noms candidats pour la prédication. De telles explications ont fait l'objet de nuances, voire de critiques, notamment l'idée de biais en direction des noms.

22L'analyse de la composition du vocabulaire produit par des enfants anglo-saxons âgés de un an à deux ans et demi, dans une étude à grande échelle (1 800 enfants) conduite à l'aide du CDI, a permis à Bates, et al. (1994) d'identifier trois étapes dans le développement : les noms initialement prédominants (60 % à 100 mots) diminuent avec l'augmentation de la taille du vocabulaire. Les prédicats (adjectifs et verbes) en faible proportion initiale augmentent régulièrement et les mots grammaticaux presque inexistants au départ s'accroissent brusquement pour atteindre une proportion d'environ 15 % au sein d'un lexique de 400 mots. Ces auteurs proposent d'interpréter ces recompositions successives en termes d'un changement d'emphase : de la référence vers la prédication puis vers la grammaire.

23Cependant, dans l'examen des données individuelles des enfants, c'est l'écart entre les pourcentages relatifs des noms qui constitue bel et bien le phénomène le plus immédiatement apparent. L'étude du lexique d'enfants de langue anglaise par Nelson (1973) fait état d'un écart de 34 % à 76 % de noms pour des enfants possédant 50 mots. Ce sont des variations également importantes que mentionnent Lieven, Pine et Barnes (1992) dans la proportion de nominaux (14 % à 48 %) dans le lexique d'enfants produisant 50 mots, et de même les travaux de Bates et al. (1994) indiquent une variation de 12 % à 100 % de noms dans le vocabulaire d'enfants produisant de 20 à 50 mots. De sorte que si certains enfants apprennent un grand nombre de noms, d'autres en apprennent beaucoup moins pour un même niveau de vocabulaire.

24Ce constat de variation a d'abord été souligné par Nelson (1973) qui a proposé les notions de « style référentiel » pour indiquer que certains enfants entrent dans le langage en utilisant les mots qui dénotent des objets tels les noms communs, et de « style expressif » pour signifier que d'autres ont un vocabulaire plus varié intégrant des routines, des expressions figées, des déictiques. Ces enfants semblent privilégier les fonctions sociales, pragmatiques et communicatives du langage. D'autres typologies assez proches comme celle de Bloom, Lightbown et Hood (1975) qui distinguent les enfants « nominaux » des « pronominaux » dans la période des premières combinaisons de mots visent également à attirer l'attention sur le fait que le phénomène d'emphase sur les noms n'est pas aussi général qu'on l'a souvent soutenu. Plus récemment, en référant les variations stylistiques au mode de traitement de l'information linguistique exprimé par le continuum analytique-holistique, Bates, et al. (1988, 1994, 1995) proposent de réinterpréter la dichotomie référentiel-expressif. Les enfants à stratégie analytique auraient tendance à utiliser des modalités d'extraction et de production d'unités linguistiques de petite taille segmentées avec précision (cf. enfants référentiels) alors que les enfants à stratégie holistique fonderaient leur traitement sur des unités plus étendues et peu analysées (cf. enfants expressifs). En mettant l'accent sur des dimensions stratégiques, Bates et al. indiquent que l'acquisition du langage serait guidée par des contraintes cognitives générales non spécifiques au langage cohabitant avec des contraintes spécifiques sans lesquelles son émergence ne serait pas possible.

25La proposition d'une forme d'universel dessinant un mouvement qui va de la référence à la prédication a été clairement mise en question par les recherches comparatives (anglais/coréen) conduites par Gopnik et Choi (1995) et présentées sous le titre provocateur : Les noms ne sont pas toujours acquis avant les verbes. Les deux arguments invoqués pour mettre en cause l'existence d'un tel universel sont d'une part, le fait que les études se fondent exclusivement sur l'anglais et d'autre part, que les données recueillies le sont dans des contextes culturels qui majorent les activités de dénomination. Ces auteurs présentent des données de production naturelle d'enfants coréens montrant que la plupart des mots qu'ils utilisent, durant les phases précoces du développement lexical, ne sont pas des nominaux. Par ailleurs, la proportion de verbes y est nettement plus importante que dans le lexique d'enfants anglais examinés dans les mêmes conditions. Une des raisons majeures de ces différences réside dans le fait que le coréen est une langue SOV (plaçant le verbe dans une position saillante), qui par ailleurs autorise l'omission du sujet mais aussi de l'objet. En d'autres termes, la salience et la fréquence des verbes comme seuls mots de contenu influenceraient l'ordre dans lequel émergent les catégories nominale et verbale durant les premières étapes du développement lexical. Par ailleurs, l'opposition verbo-nominale des langues européennes n'aurait pas le même statut, ni conceptuel ni sémantique, en coréen. Pour des raisons comparables liées aux caractéristiques de l'input linguistique, Clancy (1985) mentionne une plus large proportion de verbes dans le vocabulaire d'enfants japonais par comparaison avec des enfants américains. De même, Tardif (1996) analysant les productions de neuf enfants locuteurs du chinois mandarin alors qu'ils possèdent 70 mots différents, montre qu'ils produisent plus de types « verbes » que de types « noms ». Enfin, les travaux de Bassano (1998, 2000) indiquent une moindre proportion de noms au tout début du langage pour les enfants français que pour les enfants anglophones et surtout une expansion beaucoup plus importante des morphèmes grammaticaux qui représentent 36 % des mots-types du lexique, proportion sans commune mesure avec celle observée pour les enfants anglophones (10 %). Selon Bassano, cette différence semble liée au potentiel grammatical du français, notamment l'éventail important des déterminants et pronoms.

26Dans une recherche comparative (italien/anglais) conduite à partir du CDI sur 659 enfants anglais et 195 enfants italiens ayant entre 8 et 16 mois, Caselli et al. (1995) notent plusieurs faits intéressants. En premier lieu, dans les deux langues, les tout premiers mots (dans un vocabulaire de 5 à 10 mots) ne sont ni des noms, ni des verbes mais une classe hétérogène d'items ou routines produits par les enfants dans des contextes familiers. Ces données rejoignent les observations d'autres travaux insistant sur la nécessité de prendre en considération les caractéristiques pragmatiques et sémantiques du contexte (Tomasello, 1995 ; Bassano, 1998 et Bassano, Maillochon & Eme, 1998). Par suite, l'universel proposé

27routines => référence => prédication

28demeure selon ces auteurs plutôt une hypothèse qu'une conclusion. En second lieu, une partie de la controverse sur la dissymétrie noms/verbes dans le lexique initial pourrait être résolue par la prise en considération du degré d'homophonie nom-verbe dans une langue donnée, homophonie d'autant plus importante que la langue possède une morphologie verbale limitée. Le coréen et le chinois mandarin présentant un haut degré d'homophonie nom-verbe, un scénario possible serait que l'acquisition plus précoce des verbes dans ces langues résulterait d'une confusion dans la classification opérée par les enfants qui identifieraient les verbes des adultes comme des noms.

29D'autres secteurs de l'acquisition du langage pourraient être évoqués pour lesquels l'existence de différences individuelles a fait l'objet d'analyses détaillées : la production de la morphologie avec la mise en évidence, dans certaines langues à morphologie riche, de stratégies de sur-marquage adoptées par certains enfants (Smoczynska, 1985, pour le polonais) ; les variations dans l'appréhension des fonctions véhiculées par l'ordre des mots (syntaxique, sémantique, pragmatique). Dans tous ces secteurs, les variations interindividuelles sont inscrites à l'intérieur des contraintes spécifiques de la langue à acquérir, tout en en délimitant la nature et l'ampleur. L'avancée théorique des recherches comparatives inter-langues permet d'aborder la variation à l'intérieur d'une langue de manière beaucoup plus problématisée. Ainsi, la démarche ne consiste pas à recenser les différences pour elles-mêmes mais à identifier, selon les phases de l'acquisition, les secteurs les plus pertinents de la langue où de telles variations entre enfants constituent une nouvelle fenêtre cognitive pour l'explication du développement langagier.

30La question devient celle de savoir quelles différences interindividuelles ont une pertinence pour une théorie donnée proposition qui présuppose que toute théorie réaliste du développement du langage renoncerait à la « fiction de l'enfant moyen », et surtout quelles variations systématiques au cours du développement cette théorie permet de prévoir. Ce dernier aspect est fondamental parce qu'il inscrit au cœur du développement langagier la systématicité des différences et leurs modifications en fonction des acquisitions nouvelles, dans une perspective dynamique au sens de Thelen et Smith (1994). Ainsi, la diminution vers 30 mois de la variabilité dans la composition du lexique, contemporaine de l'installation des contraintes grammaticales, indique que le répertoire des ressources cognitives de l'enfant se mobilise sous l'influence d'autres impératifs, par exemple la conquête de la grammaire via les combinaisons de mots. Comme on l'a vu plus haut, la flexibilité décroît dans le même temps où le comportement langagier gagne en efficacité. De sorte que l'ampleur des variations individuelles n'est pas indépendante des phases d'équilibre et des phases de transition qui régissent l'acquisition de nouvelles compétences.

Conclusion

31En prenant pour illustration le développement précoce du langage, qui ne représente qu'un secteur réduit au sein des travaux inter-langues, nous avons montré que les variations ainsi mises au jour constituent une source d'information essentielle pour identifier les processus universaux qui sous-tendent l'acquisition du langage. Particulièrement sensible dans le domaine du langage (considéré comme spécifique), une des questions largement débattues est celle qui concerne la distinction entre mécanismes spécifiques à l'œuvre dans un domaine de la cognition et contenu de ce domaine. Si le langage est bien spécifique dans le sens où il n'y a pas d'équivalent des universaux linguistiques ou de la grammaire, en revanche, l'idée de mécanismes de traitement de l'information qui transcenderaient les domaines est compatible avec nombre de données psycholinguistiques. Cette idée est particulièrement soutenue par Bates et al. (2001) qui proposent que pour toute langue, un compromis coût/bénéfice va s'instaurer au sein de mécanismes universaux engageant - perception, attention, planification, mémoire - mécanismes certes critiques pour le langage mais qui ne valent pas que pour lui.

32Si les variations individuelles, notamment dans les phases critiques du développement, revêtent une telle ampleur, elles ne peuvent trouver d'explication dans le recours à une causalité unique, du type de celle que l'on voit parfois avancée en termes de rôle de l'input maternel, du développement cognitif ou encore du style cognitif. Quand des corrélations entre causes externes et variabilité existent, elles sont locales plutôt que globales. Ainsi les variations de la compréhension précoce des mots entre 8 et 16 mois sont-elles corrélées avec une série d'événements extérieurs au langage parmi lesquels le degré d'imitation de modèles nouveaux, l'importance des gestes communicatifs et des routines, l'accroissement des capacités de catégorisation, ou encore les avancées dans l'analyse de la causalité.

33Toutefois, selon nous, les phénomènes cruciaux du développement du langage ont encore insuffisamment intégré les deux sources de variabilité essentielles présentées dans cet article. Qu'il s'agisse de l'asynchronie compréhension/production (Kail, 1999a), de l'explosion lexicale puis grammaticale, ou encore de l'automatisation de certaines composantes de la syntaxe et de la mise en place des capacités discursives, marquant à tous les niveaux d'importants changements qualitatifs et quantitatifs, nos connaissances demeurent lacunaires. Tout comme le sont aussi nos informations sur les réorganisations cérébrales sous-jacentes. L'étude de la plasticité comportementale et cérébrale gagnerait à être appréhendée à la lumière des variations linguistiques et individuelles examinées conjointement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bassano, D. 1998. « L'élaboration du lexique précoce chez l'enfant français : structure et variabilité ». Enfance, n° 4 : 123-153.

Bassano, D., I. Maillochon & E. Eme. 1998. « Developmental changes and variability in early lexicon : A study of French children's naturalistic productions ». Journal of Child Language, 25 : 493-531.

Bassano, D. 2000. « La constitution du lexique : le développement lexical précoce ». In M. Kail & M. Fayol (eds). L'acquisition du langage. Vol.1, Le langage en émergence. Paris, PUF : 137-168.

Bates, Ε., I. Bretherton & L. Snyder. 1988. From first words to grammar : Individual differences and dissociable mechanisms. New York, Cambridge University Press.

Bates, E., P. S. Dale & D.Thai. 1995. « Individual differences and their implications for theories of language development ». In P. Fletcher & B. MacWhinner (eds). The handbook of child language. Oxford UK, Basil Blackwell : 96-151.

Bates, E., A. Devescovi & S. D'Amico. 1999. « Processing complex sentences : a cross-linguistic study ». Language and Cognitive Processes, 14-1 : 69-123.

Bates, E., A. Devescovi & B. Wulfeck. 2001. « Psycholinguistics : A cross-language perspective ». Annual Review of Psychology, 52 : 369-396.

Bates, Ε., V. Marchman, D. Thal, L. Fenson, P. S. Dale, J. S. Reznick, j. Reilly & J. Hartung. 1994. « Developmental and stylistic variation in the composition of early vocabulary ». Journal of Child Language, 21-1 : 85-123.

Bertoncini J. & B. de Boysson-Bardies. 2000. « La perception et la production de la parole avant deux ans ». In M. Kail & M. Fayol (eds). L'acquisition du langage. Vol. 1, Le langage en émergence. Paris, PUF : 95-136.

Bloom, L., L. Lightbown & L. Hood. 1975. « Structure and variation in child language ». Monographs of the Society for Research in Child Development, 40, n° 2.

Bowerman, M. & S. C. Levinson. 2000. Language acquisition and conceptual development. Cambridge, Cambridge University Press.

de Boysson-Bardies, B. 1996. Comment la parole vient aux enfants. Paris, Éditions Ο. Jacob.

de Boysson-Bardies, B., P. Hallé, L. Sagart & C. Durand. 1989. « A cross-linguistic investigation of vowel formants in babbling ». Journal of Child Language, 16 :1-17.

de Boysson-Bardies, Β., M. Vihman, L. Roug-Hellicius, C. Durand, I. Landberg & F. Arao. 1992. « Material evidence of infant selection from the target language : A cross-linguistic phonetic study ». In C. A. Ferguson, L. Menn & C. Stoel-Gammon (eds). Phonological development : models, research, implications. Timonium MD, York Press : 369-391.

Caselli, M. C., E. Bates, P. Casadio, L. Fenson, J. Fenson, L. Sanderl & J. Weir. 1995. « A crosslinguistic study of early lexical development ». Cognitive Development, 10 : 159-199.

Choi, S. & A. Gopnik. 1995. « Early acquisition of verbs in Korean : A cross-linguistic study ». Journal of Child Language, 22 : 497-529.

Chomsky, N. 1981. Lectures on government and binding. Traduction française, Le Seuil, 1991. Dordrecht, Foris.

Clancy, P. 1985. « The acquisition of Japanese ». In D. I. Slobin (ed.). The crosslinguistic study of language acquisition. Vol. 5, Expanding the contexts. Mahwah NJ, Lawrence Erlbaum Associates : 373-524.

Eimas, P. D., E. R. Siqueland, P. W. Jusczyk & J. Vigorito. 1971. « Speech perception in infants ». Science, 171 : 303-306.

Gentner, D. 1982. « Why nouns are learned before verbs : Linguistic relativity versus natural partitioning ». In S. A. Kuczaj (ed.). Language development. Vol. 2. Hillsdale NJ, Erlbaum : 67-88.

Gopnik, A. & S. Choi. 1995. « Names, relational words, and cognitive development in English and Korean speakers : Nouns are not always learned before verbs ». In M. Tomasello & W. E. Merriman (eds). Beyond names for things. Hillsdale NJ, Lawrence Erlbaum Associates : 68-80.

Gopnik, Α., S. Choi & T. Baumberger. 1996. « Cross-linguistic differences in early semantic and cognitive development ». Cognitive Development, 11 : 197-227.

Hyams, N. 1986. Language acquisition and theory of parameters. Dordrecht, D. Reidel.

Jusczyk, P. W. & R. N. Aslin. 1995. « Infants'detection of the sound patterns of words in fluent speech ». Cognitive Psychology, 29 : 1-23.

Kail, M. 1983a et b. « L'acquisition du langage repensée : les recherches inter-langues ». Partie I, Principales propositions théoriques. Partie II, Spécificités méthodologiques et recherches empiriques. L'Année Psychologique, 83 : 225-258 ; 561-596.

Kail, M. 1989. « Cue validity, cue cost, and processing types in sentence comprehension in French and Spanish ». In B. MacWhinney & E. Bates (eds). The crosslinguistic study of sentence processing. Cambridge New York, Cambridge University Press : 77-117.

Kail, M. 1999a. « La compréhension précoce du langage oral : enjeux développementaux ». Ipsen, 3 : 137-156.

Kail, M. 1999b. « Linguistic variations and cognitive constraints in the processing and the acquisition of language ». In C. Fuchs & S. Roberts (eds). Language diversity and cognitive representations. Amsterdam, Benjamins : 179-194.

Kail, M. 2000a. « Universaux et spécificités dans l'acquisition du langage ». Ipsen, 4 : 101-118.

Kail, M. 2000b. « Acquisition syntaxique et diversité linguistique ». In M. Kail & M. Fayol (eds). L'acquisition du langage. Vol. 2, Le langage en développement. Paris, PUF : 9-44.

Kempe V. & B. MacWhinney. 1999. « Processing of morphologie and semantic cues in Russian and German ». Language and Cognition Processes, 14 : 129-171.

Kuhl, P. K. & J. D. Miller. 1978. « Speech perception by the chinchilla : Identification functions for synthetic VOT stimuli ». Journal of the Acoustical Society of America, 63 : 905-917.

Lautrey, J. 1995. « Introduction ». In J. Lautrey (éd.). Universel et différentiel en psychologie. Paris, PUF : 1-14.

Lieven, Ε. V. M. 1997. « Variation in a crosslinguistic context ». In D. I. Slobin (éd.). The crosslinguistic study of language acquisition. Vol. 5, Expanding the contexts. Mahwah NJ, Lawrence Erlbaum Associates : 199-263.

Lieven, Ε. V. M., J. M. Pine & H. Dresner-Barnes. 1992. « Individual differences in early vocabulary development : Redefining the referential-expressive distinction ». Journal of Child Language, 19 : 287-310.

MacWhinney, B. 1987. « The competition model ». In B. MacWhinney (ed.). Mechanisms of language acquisition. Hillsdale NJ, Erlbaum : 249-308.

MacWhinney, Β. & E. Bates, (eds). 1989. « The crosslinguistic study of sentence processing ». Cambridge NY, Cambridge University Press.

Markman, Ε. M. 1989. Categorization and naming in children. Cambridge MA, MIT Press.

Mehler, J., P. W. Jusczyk, G. Lambertz, N. Halsted, J. Bertoncini & C. Amiel-Tison. 1988. « A precursor of language acquisition in young infants ». Cognition, 29 : 143-178.

Mitchell, D. C. 1994. « Sentence parsing ». In A. M. Gernsbacher (ed.). Handbook of psycholinguistics. New York, Academic Press : 375-409.

Nazzi, T., J. Bertoncini & J. Mehler. 1998. « Language discrimination by newborns : Towards an understanding of the role of rhythm ». Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, 24 : 356-366.

Nelson, K. 1973. « Structure and strategy in learning to talk ». Monographs of the Society for Research in Child Development, 38-1,2 : serial n° 149.

O'Grady, W. 1987. Principles of grammar learning. Chicago, University of Chicago Press.

Slobin, D. I. (ed.). 1967. A field manual for cross-cultural study of the acquisition of communicative competence. Berkeley, University of California.

Slobin, D. I. 1973. « Cognitive prerequisites for the development of grammar ». In C. A. Ferguson & D. I. Slobin (eds). Studies in child language development. New York, Holt, Rinehart, and Winston : 175-208.

Slobin, D. I. (ed.). 1985-1997. The crosslinguistic study of language acquisition. 5 Vol. Hillsdale NJ, Lawrence Erlbaum.

Smoczynska, M. 1985. The acquisition of Polish. In D. I. Slobin (ed.), The crosslinguistic study of language acquisition. Vol. 5, Expanding the contexts. Mahwah NJ, Lawrence Erlbaum Associates : 595-686.

Tardif, T. 1996. « Nouns are not always learned before verbs : Evidence from Mandarin speakers'early vocabularies ». Developmental Psychology, 32-3 : 492-504.

Thelen, E. & L. Smith. 1994. A dynamic systems approach to the development of cognition and action. MIT Press, Cambridge.

Tomasello, M. 1995. Pragmatic contexts for early verb learning. In M. Tomasello & W. E. Merriman (eds). Beyond names for things : young children'acquisition of verbs. Hillsdale NJ, Lawrence Erlbaum Associates : 115-146.

Werker, J. F. & R. C. Tees. 1984. « Cross-language speech perception : Evidence for perceptual reorganization during the first year of life ». Infant Behavior and Development, 7 :49-63.

Notes

1 Attachement minimal : structuration la plus simple en cas d'ambiguïté : le rattachement du segment ambigu est réalisé avec le moins de nœuds syntagmatiques possibles.

2 Clôture tardive : l'attachement du segment ambigu est réalisé en fonction du dernier syntagme perçu (économie en mémoire de travail).

Auteur

Michèle Kail est directeur de recherche au CNRS et dirige le Laboratoire Cognition et Développement, UMR 8605, CNRS, à l'Université Paris V

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540