Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Troisième partie: Sciences du langage

Place et rôle de la variabilité dans les théories linguistiques

Catherine Fuchs

Texte intégral

1Dans quelle mesure la variabilité a-t-elle été prise en compte par les théories linguistiques ? Comment celles-ci ont-elles caractérisé la variabilité des systèmes linguistiques, et quel impact cognitif leur ont-elles attribué ? Telles sont les questions qui seront abordées ici.

Variabilité, invariants et universaux en linguistique

2De par la nature même de son objet, la linguistique (entendue comme l'étude scientifique du langage appréhendé à travers la diversité des langues) se trouve confrontée de fait à la variabilité : variabilité d'une langue à l'autre, et variabilité au sein de chaque langue.

3Comme toute discipline scientifique, elle s'efforce de trouver des principes généraux de fonctionnement et d'élaborer des construits théoriques lui permettant de postuler l'existence de régularités, d'invariants, par-delà les variations observées.

4Mais l'importance relative donnée aux variations ou aux invariants a sensiblement évolué au cours du XXe siècle, en fonction des paradigmes théoriques. En effet, si le structuralisme du début du siècle a accordé une place de choix à la variabilité entre les langues, il a en revanche écarté la variabilité interne à chaque langue. Ce n'est que dans la deuxième moitié du siècle qu'ont été explicitement prises en compte, d'un côté, la question des invariants inter-langues, et, de l'autre, les variations intrinsèques à chaque langue.

La variabilité d'une langue à l'autre

5S'agissant de la diversité des langues, le constat de la variabilité a précédé la recherche des invariants.

Le constat de la variabilité

6Soucieux de respecter les différences entre systèmes linguistiques, qui s'imposent d'emblée à l'observateur, les linguistes dits de terrain et les ethnolinguistes travaillant dans une perspective structuraliste ont longtemps préféré éviter, par prudence méthodologique, de postuler l'existence de quelconques catégories, structures ou contenus universels : selon la formule célèbre de Martinet ([1960] 1964 : 25), hormis la double articulation (en phonèmes ou unités distinctives, et en morphèmes ou unités significatives), « rien n'est proprement linguistique qui ne puisse différer d'une langue à une autre ».

7Cet accent mis sur les différences entre les langues - parfois même sur le caractère jugé irréductible de ces différences - s'explique non point par une curiosité de botaniste ni par un goût pour une quelconque forme d'exotisme ou de dépaysement, mais bien plutôt par un intérêt porté à l'extrême diversité des formes d'expression dans les langues et aux liens que ces formes diverses entretiennent avec le plan des significations, des conceptualisations et des représentations du monde.

8Rappelons que c'est précisément dans le terreau de l'ethnolinguistique qu'a pris racine la thèse dite du relativisme linguistique, connue également sous le nom d'hypothèse Sapir-Whorf-du nom de ces deux spécialistes des langues amérindiennes qui, dans les années 1930, avaient avancé l'idée que les langues, en lien avec les cultures, organiseraient l'expérience de façon différente et influeraient ainsi sur la manière dont les locuteurs d'une langue donnée perçoivent et pensent le monde. Les exemples les plus souvent invoqués portaient sur la dénomination lexicale des couleurs et sur l'expression lexico-grammaticale de l'espace. À travers ce courant du relativisme, c'est l'ancestrale question philosophique des liens entre le langage et la pensée qui s'est trouvée réactualisée (Vandeloise, à paraître) : nous y reviendrons plus loin.

La recherche des invariants et des universaux

9À partir des années 1960, deux courants théoriques - par ailleurs fort divergents - ont contribué à la recherche d'invariants et/ou d'universaux par-delà les variations observées entre les langues : d'une part les approches typologiques, et d'autre part la grammaire chomskienne.

10En fait, tout oppose ces deux courants aux plans méthodologique et théorique : démarche inductive pour le premier, hypothétique-déductive pour le second ; recherche de tendances dominantes ou d'invariants locaux pour le premier, recherche de lois universelles et d'universaux pour le second. D'où une divergence de fond sur le rôle accordé aux variations entre les langues : si les typologues reconnaissent l'importance des différences observées entre les langues à tous les niveaux de l'analyse linguistique, en revanche l'approche chomskienne minimise ces différences et les réduit à de simples réglages paramétriques sur fond de grammaire universelle.

11L'objectif des typologues est de regrouper les langues en types différents, caractérisés chacun par un faisceau de traits communs et d'implications entre traits, en dehors de tout apparentement génétique (Greenberg 1974 ; Hagège 1982). Loin de postuler l'existence de catégories universelles, comme le fait la grammaire chomskienne, les typologues partent au contraire du constat de la variabilité de ces catégories, et cherchent à retrouver, par-delà cette variabilité, certaines régularités dans les types de relations instaurées par les langues entre les formes et les significations : « Les invariants se présentent comme des cadres qui délimitent le champ des variations possibles. Ce ne sont ni des instruments grammaticaux, ni des catégories, mais des ensembles de relations qui s'imposent aux instruments et catégories des langues particulières et qui commandent les variations observées » (Lazard, 1998 : 6 ; souligné par nous). Ainsi par exemple a-t-il été remarqué que certains domaines conceptuels (telles la temporalité, la possession, les relations d'actance caractérisant les protagonistes du procès au sein de l'énoncé, etc.) donnent lieu, de façon privilégiée, à des formes d'expression grammaticales dans les langues : selon la formule de Lazard (1992 : 431), qui n'est pas sans rappeler les théories de la typicalité reprises par les grammaires cognitives, il existerait certaines notions invariantes dans l'espace sémantique « autour desquelles les catégories des langues particulières, en quelque sorte se cristalliseraient préférentiellement ».

12La distinction entre invariants typologiques et universaux du langage, parfois occultée dans certains travaux (par exemple Comrie, 1981), est en revanche très fortement marquée par d'autres chercheurs. Ainsi, pour Lazard (2000), les recherches typologiques se situent à un niveau intermédiaire entre la variabilité des langues et l'universalité présumée des processus cognitifs : alors que le grammairien s'attache à décrire les catégories variables des langues particulières, le typologue s'efforce de découvrir, par-delà ces variations, des relations invariantes caractéristiques du langage - invariants qu'il revient ensuite aux sciences cognitives d'expliquer en termes d'universaux de perception et de conceptualisation du monde.

13De son côté, le laboratoire UNITYP à Cologne, sous la direction de Seiler, a mené des travaux pendant plus de vingt ans sur les invariants typologiques et les universaux langagiers (Seiler & Brettschneider, 1985). Seiler a ainsi été conduit à distinguer la recherche typologique d'invariants (qui met à jour des inter-relations privilégiées typiques d'un groupe de langues et qui procède par induction) et la recherche de contenus cognitivo-conceptuels universels (qui nécessite le recours à une démarche inductive). Selon lui, la typologie linguistique permet de reconstruire une « grammaire générale comparative » - sorte de menu au sein duquel les langues particulières feraient leurs choix ; elle travaille à un niveau inter-linguistique, celui de la généralité, distinct du niveau translinguistique de l'universalité. Pour Seiler, les universaux translinguistiques ne sont pas donnés a priori, mais doivent être reconstruits à partir de la comparaison de langues diverses, selon une démarche qui s'inspire de la méthode de la linguistique historique comparative utilisée pour la reconstruction de l'indo-européen : de même que les formes de base reconstruites de l'indo-européen marquent des traits communs sur fond de divergence, de même les universaux translinguistiques doivent rendre compte de la relation entre l'identité (ou invariance) et la diversité (ou variation). C'est dans cette perspective que Seiler reconstruit trois continuums ordonnés, constitutifs, selon lui, de « dimensions » conceptuelles translinguistiques : la première établit les entités et leur existence ; la deuxième caractérise les relations entre les entités participant à une situation ; la troisième ordonne les relations entre une situation et le temps, le déroulement et les modalités de l'action (pour une présentation détaillée, voir Seiler, 2000).

14L'objectif de la grammaire chomskienne, qui aborde les langues dans la perspective calculatoire des langages formels, est évidemment tout autre : il s'agit de construire un dispositif formel (centré sur une syntaxe modélisable par un calcul logique-algébrique) appelé « grammaire universelle », constitué d'un ensemble de principes considérés comme universels et innés (ensemble de règles formelles indépendantes des langues particulières) et de paramètres qui peuvent varier d'une langue à une autre, au sein d'un spectre limité de valeurs. Chomsky postule, dans sa version dite du programme minimaliste (1995), qu'il n'existe en définitive dans les langues « qu'un seul système computationnel et un seul lexique ».

15Dans cette perspective, la diversité des langues se trouve strictement circonscrite, et traitée de fait comme dénuée de tout impact cognitif significatif : dans l'esprit-cerveau, outil de traitement d'informations, un module du langage autonome et spécifique calculerait des structures formelles (ou concaténations de symboles), elles-mêmes en correspondance avec des structures conceptuelles indépendantes des langues (voir le « mentalais », langage de la pensée universel, de Pinker, 1994).

La variabilité au sein de chaque langue

16S'agissant de la diversité intrinsèque à chaque langue, l'évolution des approches théoriques a connu un mouvement inverse du précédent : le postulat de l'invariance a précédé la prise en compte des variations.

Le postulat de l'invariance

17S'il a d'emblée reconnu la variabilité entre les langues, le structuralisme a, au contraire, volontairement choisi de tenir à l'écart de sa réflexion la variabilité interne à chaque langue. Toute l'entreprise de Saussure, pour qui « la langue est forme, et non substance », repose en effet sur le rejet des sources de variabilité en dehors du champ de la langue : l'opposition entre la langue (entendue comme un construit théorique) et la parole permet d'évacuer hors du système de la langue les usages particuliers et variables qu'en font les locuteurs, cependant que la primauté accordée à la perspective synchronique autorise une approche de la langue débarrassée des variations diachroniques.

18Ce postulat de départ se retrouve dans la plupart des théories linguistiques, qui se donnent pour objet une langue idéale, pure de toute variation. C'est également le cas de la grammaire chomskienne, qui oppose, quant à elle, la compétence (système des règles de la langue intériorisées par tout locuteur de cette langue, et permettant de construire l'ensemble infini des phrases) et la performance (mise en œuvre effective de ces règles par des sujets, lors de la production ou de la compréhension de phrases).

19Le système de la langue est ainsi conçu comme reflétant une norme de fait (sinon de droit) : l'objet d'étude est la « langue standard » par rapport à laquelle toute variation constitue un écart relevant de la mise en œuvre du système par un sujet dans une situation particulière. Cette prétendue homogénéité de la langue ne laisse pas, toutefois, d'embarrasser les linguistes dans leur pratique même de description du système linguistique : à preuve les divergences qui se font souvent jour lorsqu'il s'agit de juger de l'acceptabilité syntaxique et/ou sémantique de certaines phrases. Pour tenter de régler ce problème, certains linguistes, comme Harris, ont proposé une approche en termes d'échelle de degrés d'acceptabilité d'un ensemble de phrases les unes par rapport aux autres, visant à établir un ordre partiel ; si elle permet d'éviter les pièges des réponses en tout ou rien, cette approche n'en présuppose pas moins un consensus des locuteurs sur les échelles en question, évacuant ainsi l'éventualité de variations intersubjectives (et, a fortiori, intra-subjectives).

20L'opposition entre l'unicité postulée du système de la langue et la diversité reconnue des usages fonde à son tour une division des rôles : au linguiste revient l'étude du système et aux spécialistes de disciplines doubles (comme la psycholinguistique, la neurolinguistique, la sociolinguistique, etc.), celle des usages.

La réintroduction de la variabilité

21Même si quelques précurseurs, notamment dans le domaine de la dialectologie, s'étaient intéressés depuis longtemps aux variations internes à la langue comme observable empirique, on peut dire que la linguistique a tardé à prendre en compte cette dimension de la variabilité.

22C'est principalement sous l'impulsion de la sociolinguistique que s'est construite la réflexion en la matière, autour de ce que l'on est convenu d'appeler la linguistique variationniste.

23Apparue dans les années 1960 aux États-Unis, sous l'impulsion de Labov, la linguistique variationniste s'est démarquée de la grammaire chomskienne au plan méthodologique : partant du constat empirique de la variabilité, elle s'est fixé pour objectif de rendre compte de l'hétérogénéité de la langue, et aussi de montrer comment les variations sont intériorisées de façon intuitive par les locuteurs sous forme de jugements de valeurs. Plus spécifiquement, c'est à la co-variance des phénomènes linguistiques et sociaux qu'elle s'est intéressée, en cherchant à caractériser les codes spécifiques (phonétiques, lexicaux, syntaxiques) de tel ou tel groupe social. Par son recours aux techniques d'enquête et son choix de travailler sur des données attestées recueillies de façon systématique, elle a contribué au retour de la linguistique de corpus qui avait été bannie par la grammaire générative.

24Dans ses enquêtes visant à rechercher des corrélations entre les variations linguistiques observées et la position sociale du locuteur ou la situation de communication, Labov (1972) s'est principalement centré sur les variations phonétiques, dont il a montré qu'elles constituent des indices du changement linguistique.

25Pour intégrer à la grammaire les faits de variation, un format de règles variables a été proposé (Sankoff & Labov, 1979) : par opposition aux règles catégoriques de la grammaire chomskienne, les règles variables sont des règles quantifiées, qui permettent de spécifier les contextes (linguistiques et extralinguistiques) qui eux-mêmes favorisent ou inhibent l'apparition d'une variante. Cette approche initiale, qui inscrit la diversité interne sur fond d'une grammaire unique partagée par tous les locuteurs de la langue, revient en définitive à considérer que la langue serait organisée comme un répertoire de traits variables - ou « variétés » de la langue (variétés sociales, historiques, géographiques, etc.) - indépendants les uns des autres, mis à disposition des sujets selon les circonstances. Cette conception a été critiquée au sein même de la sociolinguistique, et d'autres approches ont été proposées, qui défendent au contraire l'idée que la langue serait un système intrinsèquement variable, et que le matériau variationnel d'une langue serait exploité par les sujets de façon continue et dynamique.

26Dans la perspective de la sociolinguistique variationniste, ce sont principalement les variations « diastratiques » (variations entre les locuteurs, illustrant la diversité sociale) qui ont été étudiées. Mais l'approche variationniste s'applique, en droit, à tous les autres types de variations : variations interlocuteurs, comme les variations « diachroniques » (reflétant les changements de la langue au cours du temps) et les variations « diatopiques » (variations dans l'espace qui illustrent les différences géographiques, régionales, locales), ou variations intra-locuteurs, comme les variations « diaphasiques » (portant sur le style, le niveau ou le registre de langue et reflétant une diversité situationnelle ou fonctionnelle), et les variations « diamésiques » (selon que le locuteur recourt au canal de l'écrit ou de l'oral).

27La sociolinguistique a également développé des travaux sur la variabilité, dans la perspective dite de l'ethnographie de la communication issue de la tradition anthropologique (Hymes, 1974), qui étudie l'impact des normes sociales et culturelles sur la variabilité de la parole. Cette approche a connu d'importants prolongements dans le domaine de la sociolinguistique interactionnelle (Gumperz, 1982), qui s'attache plus spécifiquement à la dimension pragmatique : en étudiant notamment les échanges conversationnels, ce courant s'est spécialisé dans l'analyse des fonctions communicatives de la variabilité interne à la langue.

28À l'instar de la sociolinguistique, la psycholinguistique et la neuro-psycholinguistique ont été confrontées elles aussi, à travers l'étude de productions langagières effectives, à la question des variations internes à la langue, et se sont également intéressées - à date plus récente - aux variations entre les langues (Fuchs & Robert, 1999 : Part III ; voir aussi Kail, dans le présent volume).

Variabilité linguistique et cognition

29Comme on vient de le voir, c'est très largement sous l'influence des travaux de terrain et des études expérimentales (en ethnolinguistique, sociolinguistique et (neuro-) psycholinguistique) que la variabilité linguistique a été prise en compte, et que des modèles généraux du langage ont pu être construits, qui intègrent cette variabilité au cœur même de leur architecture. Mais selon la perspective cognitive qu'ils adoptent sur la langue, ces modèles accordent à la variabilité un statut sensiblement différent (Fuchs, 1997 ; Fuchs, 2001-2002).

L'approche « computationnelle »

30Certains modèles abordent la langue en tant que mécanisme spécifique de calcul opérant sur des constituants et permettant de construire des structures formelles en dehors de toute considération de sens. C'est, on l'a vu, l'approche de la grammaire universelle chomskienne et, à sa suite, des nombreuses variétés de grammaires formelles.

31Les modèles élaborés dans cette perspective recourent pour la plupart à des formalismes de type logico-algébrique permettant d'effectuer des calculs au niveau symbolique ; toutefois, certains se tournent plutôt vers des réseaux connexionnistes autorisant des calculs au niveau sub-symbolique afin de rendre compte de la dynamique instaurée par la variabilité. Néanmoins, dans tous les modèles relevant de cette approche, les variations prises en compte relèvent d'un simple réglage de paramètres, sur fond général d'invariance. Ainsi, par exemple, le modèle de satisfaction de contraintes hiérarchisées, dénommé modèle de l'optimalité (voir Laks, dans le présent volume), illustré principalement sur des faits d'ordre morphophonologique : on considère que dans chaque langue particulière se trouve inscrite la totalité des possibles attestés dans les langues, sous forme de contraintes contradictoires régissant la formation de structures formelles et l'on hiérarchise ces contraintes de façon unique et spécifique pour chaque langue, de façon à permettre que soient inhibées les contraintes qui donneraient lieu à des structures non attestées dans la langue considérée ; quant aux variations internes à la langue, elles sont ordonnées par un mécanisme dit d'évaluation harmonique, dont on postule l'existence.

32Cette prééminence accordée à l'invariance des mécanismes de calcul sous-jacents à l'activité de langage se fonde sur plusieurs types d'arguments, parmi lesquels la traductibilité d'une langue à l'autre (pour ce qui est de l'invariance inter-langues) et l'extrême rapidité de l'apprentissage du langage par l'enfant via sa langue maternelle (pour ce qui est de l'invariance intra-langue). Dans cette perspective innéiste, universaliste et modulariste, caractéristique du paradigme classique du cognitivisme, les variations inter-et intra-langue(s) ne sauraient avoir d'impact sur la pensée : l'unicité de l'esprit humain se manifeste dans l'invariance fondamentale des calculs formels, ainsi que dans l'universalité des contenus de pensée extérieurs à la langue. Tout au plus les variations linguistiques pourraient-elles affecter aux marges les contenus conceptuels : non pas dans leur aspect essentiel, c'est-à-dire dénotatif référentiel, qui fonde le contenu informatif, mais dans leur aspect secondaire, connotatif (Jackendoff, 1996).

33Cette approche a fait l'objet, on le sait, de nombreuses controverses au sein des sciences cognitives, tant du côté de la philosophie (Searle, 1984) que du côté de la neurobiologie. Ainsi Edelman, se faisant l'écho des grammaires cognitives américaines (Langacker, 1987 & 1991, et surtout Lakoff, 1987), se démarque-t-il du réalisme computationnel en affirmant, dans la postface critique de son ouvrage de 1992 (traduction française : 369-370) : « La syntaxe et la sémantique des langues naturelles ne sont pas simplement des cas particuliers de syntaxe et de sémantique formelle, dont les modèles ont une structure mais sont dépourvus de signification. Selon le point de vue biologique, l'attribution de signification aux symboles ne s'effectue pas de façon formelle ; au contraire, on suppose que les structures symboliques ont un sens dès le départ. Cela est dû au fait que les catégories sont déterminées par la structure corporelle et par l'utilisation adaptative à l'issue de l'évolution et des comportements. [...] À travers les interactions culturelles et linguistiques, l'esprit crée certains aspects de la réalité » (souligné par l'auteur).

Une approche alternative

34La position d'Edelman est illustrative d'une autre approche, qui considère la langue - chaque langue - comme un système spécifique de représentation du monde, à travers la mise en correspondance de formes linguistiques avec des significations elles aussi linguistiques. Dans cette approche, la sémantique est constitutive du cœur même de la langue - et non pas une composante interprétative périphérique branchée sur un calcul formel central : c'est en effet des mécanismes de construction des significations, spécifiques à la langue, qu'il s'agit de rendre compte.

35Les modèles élaborés dans cette perspective tendent plutôt à recourir à des formalismes topologiques et à des implémentations par réseaux connexionnistes pour rendre compte de la dynamique complexe qui sous-tend ces mises en correspondance. Ainsi, par exemple, le modèle de « compétition » de Mac Whinney et Bates (Kail, 1999) qui s'attache à simuler, à l'aide de réseaux connexionnistes, les correspondances entre formes et fonctions syntactico-sémantiques - au sein d'une langue et d'une langue à l'autre. Ces modèles accordent en général une place plus importante que les précédents à la variabilité, du fait même du rôle qu'ils accordent à la sémantique.

36Cette perspective, que les grammaires cognitives américaines ont contribué à populariser, avait déjà été adoptée en Europe depuis plusieurs décennies par diverses traditions linguistiques : la théorie psychomécanique (Guillaume, 1969), le courant typologique (déjà évoqué plus haut), les théories de l'énonciation (Benveniste, 1970 ; Culioli, 1990 ; 1999). En abordant les langues comme des systèmes dynamiques de représentation du monde inscrits au cœur de la cognition humaine, ces théories linguistiques permettent de comprendre en quoi la variabilité entre les langues et la variabilité interne à chaque langue sont intimement liées, et procèdent fondamentalement des mêmes mécanismes.

37Une caractéristique essentielle des langues, par opposition aux codes artificiels ou aux langages formels, est en effet d'être des systèmes ouverts et évolutifs, dans lesquels la correspondance entre le plan des formes et celui des significations n'est pas bi-univoque. D'un côté, les formes débordent le sens, pourrait-on dire ; d'où l'existence de variantes de formes pour un contenu identique - ou approché : allomorphes, (para) synonymes, paraphrases (Fuchs, 1994). D'un autre côté, les significations débordent la forme ; d'où l'existence de variantes de sens pour une même forme : polysémie, ambiguïté (Fuchs, 1995). Cette dialectique de la forme et du sens, constitutive des langues, sous-tend leur évolution historique (Le Goffic, 1988). Aux approches discrètes de ces phénomènes s'opposent des approches « continuistes », qui se sont fait jour en linguistique au cours de la dernière décennie (Fuchs & Victorri, 1994 ; Victorri & Fuchs, 1996). Recourant à des modélisations topologico-dynamiques et à des implémentations à l'aide de réseaux connexionnistes, ces approches visent à rendre compte de la gradualité du sens caractérisé sur un espace sémantique continu et de la déformabilité intrinsèque des systèmes linguistiques.

38Une seconde caractéristique des langues est l'inscription des conditions de mise en fonctionnement du système de la langue au sein même de ce système : en affirmant que rien n'est dans le discours (c'est-à-dire dans les productions effectives) qui ne soit déjà dans la langue, les théories de l'énonciation ont rompu avec la coupure saussurienne et invitent à rechercher dans le système lui-même les conditions de la variation inhérente aux processus de production et de réception des énoncés. Plus spécifiquement, « l'appareil formel de l'énonciation » (selon les termes de Benveniste) constitue un ensemble de points d'ancrage stables - indices de la situation d'énonciation - inscrits dans chaque langue et servant de coordonnées repères rendant possible le calcul des valeurs de personne, de temps et aspect, de modalité, etc. Cette propriété générale des langues a également été reconnue par la pragmatique linguistique et par les grammaires cognitives.

39C'est la conjonction de ces deux caractéristiques des systèmes linguistiques qui permet, en définitive, de comprendre le caractère dynamique de ces systèmes, source de leur variabilité et de leur évolutivité dans le temps : le sujet qui établit un réseau complexe de correspondances entre le plan des formes et l'espace continu des significations est lui-même inscrit, en tant qu'énonciateur ou co-énonciateur, dans l'appareil formel qui rend possible le processus même de mise en correspondance. Une marge de jeu est ainsi ménagée dans la langue elle-même, disponible pour diverses pondérations subjectives ou différents gradients de typicalité, qui orientent le choix ou l'interprétation des formes par le sujet. Ce système labile et déformable de correspondances ne se retrouve jamais à l'identique d'une langue à l'autre.

40Pour n'en prendre qu'un exemple simple, chacun sait qu'un imparfait français n'a pas les mêmes valeurs qu'un prétérit allemand, même s'il s'agit dans les deux cas d'une forme grammaticale qui semble, à première vue, exprimer un temps du passé ; en fait, ce qui se joue à travers ces formes, pour chacune des deux langues, ce n'est pas la reproduction d'une réalité référentielle (temporelle) pré-établie, mais la construction d'une représentation spécifique, qui engage tout à la fois - et de façon variable selon le contexte (Le Goffic, 1986) - un mixte de certaines valeurs aspectuelles et modales propres à la langue en question.

La résurgence de la thèse du relativisme linguistique

41L'approche alternative esquissée relève, au sein des sciences cognitives, d'un paradigme autre que celui classique du cognitivisme illustré par l'approche dite computationnelle. Certains auteurs ont avancé le terme de « constructivisme » pour désigner ce paradigme émergent.

42L'importance cognitive accordée par ce courant à la variabilité linguistique n'est pas sans rappeler la thèse du relativisme linguistique évoquée plus haut. Dès 1924, Sapir définissait les langues comme des systèmes complets de référence et affirmait que le passage d'une langue à une autre « est parallèle, psychologiquement parlant, au passage d'un système géométrique à un autre », ajoutant : « Le monde environnant auquel il est fait référence est le même pour les deux langues ; le monde de points est le même dans les deux cadres de référence. Mais la méthode formelle d'approche de l'élément de l'expérience à exprimer, exactement comme la méthode d'approche d'un point donné dans l'espace, est si différente que /'orientation ressentie ne peut être la même d'une langue à l'autre, pas plus que d'un cadre de référence à l'autre. Des ajustements formels totalement différents (ou, en tout cas, qui diffèrent dans une proportion mesurable) doivent être opérés, et ces différences ont chacune des corrélats psychologiques. » (1924 : 153 ; souligné par nous). Pour Whorf également, les variations linguistiques s'expliquaient comme des différences de systèmes de coordonnées d'observation, sur un fond d'invariance au plan de l'expérience du monde. Il postulait l'existence de configurations d'expérience universelles, sur lesquelles opéreraient de façon variable des schémas linguistiques de classification et de catégorisation : il distinguait ainsi (Whorf, 1956) des « isolais d'expérience » (abstraits à partir des données perceptuelles, elles-mêmes élaborées par l'interface entre l'organisme et le reste de l'environnement sur la base d'invariances biologiques) et des « isolats de sens » (certains traits d'expérience rendus opératoires en construisant du sens et pouvant être, selon les cas, socialement et culturellement acquis ou purement personnels).

43La thèse du relativisme pourrait donc être résumée de la façon suivante : construire du sens consiste - pour chaque langue, d'une part, et pour chaque locuteur d'une langue donnée, d'autre part - à abstraire sélectivement à partir de l'expérience certains schémas (patterns) saillants ou cohérents ; autrement dit, ce qu'il s'agit d'exprimer linguistiquement est une réalité déjà structurée, constituée selon les mêmes principes psycho-physiologiques pour tous les humains, mais la conceptualisation linguistique de ces données d'expérience est susceptible de variations, en fonction des cultures et des sujets.

44Il est significatif de constater que, longtemps décriée, la thèse du relativisme linguistique connaît depuis une dizaine d'années un regain d'intérêt auprès de psychologues et d'anthropologues (Slobin, Levinson, Lucy) qui, dans le sillage des grammaires dites cognitives, ont entrepris de la tester expérimentalement (Hickmann, dans le présent volume).

45Leurs travaux ont mis en évidence l'impact de chaque langue sur les processus cognitifs de catégorisation et ont montré que, loin d'être des systèmes neutres d'encodage d'une réalité objective, les langues conduisent en effet à filtrer certaines propriétés des objets et des situations que leur matériel grammatical traite comme saillantes. C'est ainsi qu'à la suite des expériences qu'il a menées, Slobin a été conduit à distinguer parmi les catégories de pensée (categories of thought) certaines catégories spécifiquement convoquées par le langage (categories of thinking for speaking), et à reconnaître que « les langues que nous apprenons dans l'enfance ne sont pas des systèmes neutres d'encodage de la réalité objective ; chacune nous donne une orientation subjective par rapport au monde de l'expérience humaine, et cette orientation affecte nos façons de penser quand nous parlons » (1996 : 91 ; souligné par nous). D'autres expériences semblent indiquer que les langues contribueraient même à l'émergence de la discrimination perceptive précoce : selon leur langue maternelle, certaines distinctions (comme par exemple, celles qui sont nécessaires pour appréhender le mouvement ou la localisation d'un objet dans l'espace) paraissent en effet être plus ou moins disponibles, plus ou moins accessibles aux tout jeunes enfants, avant même qu'ils ne soient capables de verbaliser ces différences.

46Ces travaux semblent étayer expérimentalement l'affirmation de Benveniste : « C'est ce qu'on peut dire qui délimite et organise ce que l'on peut penser. La langue fournit la configuration fondamentale des propriétés reconnues par l'esprit aux choses » (1958 ; repris dans 1966 : 70).

Conclusion

47Les deux approches de la langue évoquées plus haut se trouvent confrontées à des types différents d'invariants et de variabilité linguistiques, qui à leur tour ont des implications cognitives différentes : universalisme des mécanismes de calcul combinatoire des formes, avec peu de marge de variations, dans un cas ; fortes variations dans les correspondances formes-sens, avec un horizon d'invariance comme simple limite des variations, de l'autre. Les variations prises en compte par l'approche computationnelle relèvent du fonctionnement des systèmes linguistiques en tant que systèmes de calcul sur les formes, alors que les variations reconnues par l'approche alternative sont caractéristiques de la structure même de ces systèmes, en tant que systèmes de représentations. S'il en est bien ainsi, alors on retrouverait en matière de langage une distinction proposée en 1976 par Paillard, à propos des systèmes neurobiologiques : d'un côté des variations opérant au niveau de la fonction ou du fonctionnement de systèmes rigoureusement câblés mais flexibles, et de l'autre des variations dans des systèmes dont les structures internes sont modifiables et évolutives, c'est-à-dire des systèmes véritablement dotés de plasticité.

48Qu'il s'agisse de la variabilité des conceptualisations selon les langues, de la variabilité des interprétations au sein d'une même langue selon les sujets, ou de la variabilité diachronique de chaque langue, c'est bien en effet la plasticité des systèmes linguistiques qui est en jeu, au sens d'une malléabilité, d'une déformabilité intrinsèque de ces systèmes. Comme pour tout système dynamique, les déformations induites par des variations de ce type sont en effet explicables a posteriori, tout en étant non prédictibles a priori. Aussi la formule de Paillard (1976 : 41) s'applique-t-elle parfaitement aux langues, en tant que systèmes de représentation : « L'instabilité comme condition de la stabilité, le désordre aléatoire comme générateur d'organisation, la diversité créatrice d'unité : autant de notions antinomiques qui apparaissent conciliables dans une vision d'ensemble de ce que l'on peut continuer d'appeler la "logique du vivant". »

49Je remercie Daniel KAYSER pour sa lecture vigilante d'une version préliminaire de la présente contribution, que ses remarques perspicaces et pertinentes m'ont permis d'améliorer.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benveniste, E. 1970. « L'appareil formel de dénonciation ». Langages, 17 : 21-18. Repris dans Problèmes de linguistique générale. Vol. 2.1974. Paris, Gallimard : 79-88.

Benveniste, E. 1958. « Catégories de pensée et catégories de langue ». In Les études philosophiques ; repris dans Problèmes de linguistique générale. Vol. 1. 1966. Paris, Gallimard : 63-74.

Chomsky, N. 1995. The Minimalist Program. Cambridge MA, MIT Press.

Comrie, B. 1981. Language Universals and Linguistic Typology. Oxford, Blackwell.

Culioli, A. 1990 & 1999. Pour une linguistique de l'énonciation. Vol. 1, « Opérations et représentations ». Vol. 2, « Formalisation et opérations de repérage ». Vol. 3, « Domaine notionnel ». Paris-Gap, Ophrys.

Edelman, G. 1992. Bright Air, Brilliant Fire : on the Matter of Mind. Harper Collins, Basic Books. Traduction française 1992. Biologie de la conscience. Paris, Odile Jacob.

Fuchs, C. 1994. Paraphrase et énonciation. Paris-Gap, Ophrys.

Fuchs, C. 1995. Les ambiguïtés du français. Paris-Gap, Ophrys.

Fuchs, C. 1997. « Diversité des représentations linguistiques : quels enjeux pour la cognition ? ». In C. Fuchs & S. Robert (eds). Diversité des langues et représentations cognitives. Paris-Gap, Ophrys : 5-24.

Fuchs, C. 2001-2002. « Les langues entre universalisme et relativisme. » Sciences humaines, hors-série 35 (« Les sciences de la cognition ») : 38-41.

Fuchs, C. & B. Victorri (eds). 1994. Continuity in linguistic semantics. Amsterdam-Philadelphia, Benjamins.

Fuchs, C. & S. Robert (eds). 1999. Language Diversity and Cognitive Representations. Amsterdam-Philadelphia, Benjamins.

Greenberg, J. 1974. Language Typology ; a historical and analytic overview. La Haye-Pâris, Mouton.

Guillaume, G. 1969. Langage et science du langage. Paris, Nizet.

Gumperz, J. 1982. Discourse Strategies. Cambridge, Cambridge University Press.

Hagège, C. 1982. La structure des langues. Paris, PUF.

Hymes, D. 1974. Foundations in Sociolinguistics. Philadelphie, University of Pensylvannia Press.

Jackendoff, R. 1996. « How language helps us think », Pragmatics and Cognition, 4, 1. Amsterdam, Benjamins : 1-34.

Kail, M. 1999. « Linguistic Variations and Cognitive Constraints in the Processing and the Acquisition of Language ». In C. Fuchs & S. Robert (eds). Language Diversity and Cognitive Representations. AmsterdamPhiladelphia, Benjamins : 179-194.

Labov, W. 1972. Sociolinguistic Patterns. Philadelphia, University of Pennsylvania Press ; traduction française, 1976. Sociolinguistique. Paris, Minuit.

Lakoff, G. 1987. Women, Fire and dangerous Things : what Categories reveal about the Mind. Chicago, Chicago University Press.

Langacker, R. 1987 & 1991. Foundations of cognitive Grammars. Vol. 1, « Theoretical prerequisites ». Vol. 2, « Descriptive application ». Stanford, Stanford University Press.

Lazard, G. 1992. « Y a-t-il des catégories inter langagières ? ». In S. Anschûtz (éd.). Texte, Sàtze, Wôrter und Moneme. Heidelberg, Heidelberger Orientverlag : 427-434.

Lazard, G. 1998. « L'approche typologique ». La Linguistique, 34, 1 : 3-17.

Lazard, G. 2000. « Two-level relationships between language typology and cognitive linguistics ». Communication au Colloque « Linguistique typologique et cognitivisme ». Anvers. Avril 2000.

Le Goffic, P. 1986. « Que l'imparfait n'est pas un temps du passé ». In P. Le Goffic (éd.). Points de vue sur l'imparfait. Caen, Centre de publications de l'université : 55-69.

Le Goffic, P. 1988. « Tensions antagonistes sur les systèmes : les rapports entre diachronie et synchronie ». In A. Joly (éd.). La linguistique génétique : histoire et théories. Lille, Presses universitaires de Lille : 333-342.

Lucy, J. 1992. Language Diversity and Thought : a Reformulation of the linguistic Relativity Hypothesis. Cambridge, Cambridge University Press.

Martinet, A. [1960] 1964 (4e édition). Éléments de linguistique générale. Paris, Armand Colin.

Paillard, J. 1976. « Réflexions sur le concept de plasticité en neurobiologie ». Journal de Psychologie normale et pathologique, 1 : 33-47.

Pinker, S. 1994. The Language Instinct. New York, Morrow. Traduction française, 1999. L'instinct du langage. Paris, Odile Jacob.

Sankoff, D. & W. Labov. 1979. « On the uses of variable rules ». Language in Society, 8 : 189-222.

Sapir, Ε. 1924. « The Grammarian and his Language ». American Mercury, 1 : 149-155. Repris en 1949 dans Selected Writings of Edward Sapir in Language, Culture and Personality. Berkeley, University of California Press : 150-159.

Searle, J. 1984. Minds, Brains and Science. Cambridge, Harvard University Press.

Seiler, H. 2000. Language Universals Research : a Synthesis. Tubingen, Narr.

Seiler, H. & Brettcshneider (eds). 1985. Language Invariants and Mental Operations. Tubingen, Narr.

Slobin, D. 1996. « From "Thought and Language" to "Thinking for Speaking" ». in J. Gumpertz & S. Levinson (eds). Rethinking Language Relativity. Cambridge, Cambridge University Press : 70-96.

Vandeloise, C. (éd.). À paraître. Relativité linguistique et cognition. Paris, Hermès.

Victorri, B. & C. Fuchs. 1996. La polysémie : construction dynamique du sens. Paris, Hermès.

Whorf, B. 1956. Language, Thought and Reality. Cambridge MA., MIT Press.

Auteur

Catherine Fuchs est directeur de recherche au CNRS, directeur du Laboratoire Langues, Textes, Traitements informatiques, Cognition, LaTTiCe, UMR 8094, CNRS, ENS-Ulm, Paris VII

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540