Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Deuxième partie: Sciences du comportement

Contraintes situationnelles et plasticité individuelle : compétences des systèmes vicariants

Théophile Ohlmann

Texte intégral

Les contraintes situationnelles

1Au sein d'une espèce donnée, l'ampleur des différences observables entre les individus est régulée de manière non linéaire par les contraintes situationnelles. En effet, le modèle darwinien traditionnel suppose qu'en fonction de caractères adaptatifs positifs, un tri sévère s'effectue au niveau même de la population des individus. En cas de fortes contraintes, les différences sont alors réduites et la population semble obéir à une loi générale. Baldwin (1896) est sans doute le premier à souligner que le comportement animal est un facteur modérateur des effets de ces contraintes. En effet, l'animal sélectionnerait au sein de sa propre « population » de comportements ceux qui lui permettraient de s'adapter, voire d'échapper à une niche trop contraignante. Cette capacité d'accommodation du vivant complexe sera au centre des travaux de Piaget et de Skinner.

2Les vicariances différentielles (Reuchlin, 1978) constituent également un modèle où une double sélection s'effectue au sein de la population de processus (ou des procédures, stratégies, outils, etc.) d'un même individu. Une première sélection classique s'opère en fonction des contraintes environnementales ; elle tend à isoler un processus ou une combinaison de deux, voire trois, d'entre eux, nécessités par la situation. En l'absence de contraintes, c'est-à-dire au sein d'un environnement clément, certains processus deviennent alors fonctionnellement vicariants, mais aussi concurrents par leur équivalence. C'est l'animal lui-même qui va nécessairement alors effectuer parmi ceux-ci une nouvelle sélection. Il s'ensuivra une hiérarchie d'évocabilité de ces processus vicariants en compétition, spécifique à chaque animal. Ainsi, trois processus vicariants, A, Β et C, donneront lieu à six catalogues hiérarchisés, les individus différant par la hiérarchie mais non par la nature des processus.

3En fait, une même population, selon le niveau de contraintes, est susceptible de suivre soit une ou plusieurs lois générales, soit encore une loi différentielle (Ohlmann, 1995). Lorsque la contrainte est forte, un seul comportement est sélectionné, lorsqu'elle est faible, la désélection qui en résulte autorise alors un développement sans conséquences d'importantes différences (Kimura, 1968). Les processus vicariants sont en fait au cœur de la dualité invariant/variabilité. L'invariance y est double, elle concerne à la fois le catalogue individuel de processus (très forte stabilité intra-individuelle temporelle de la hiérarchie des processus en situation clémente) et la capacité du sujet à fonctionner sous la contrainte selon un processus général. La variabilité y est double également : elle se situe d'une part au niveau interindividuel sous la forme de catalogues, différant d'un sujet à l'autre, et au niveau intra-individuel lors de la rotation de ce même catalogue.

4Après qu'on aura illustré ces processus vicariants à partir des conduites liées à l'espace, trois exemples mettant en évidence les conséquences populationnelles des contraintes seront développés ici. Tout d'abord des contraintes posturales, par exemple le passage de la station debout normale à une posture présentant un léger déséquilibre, sont suffisantes pour réorganiser la prise de référentiels d'orientation chez des sujets pourtant habituellement très ancrés dans un référentiel précis. Ce genre de situation augmente la variabilité intra-individuelle au niveau des sujets tout en diminuant la variabilité interindividuelle de la population. Seront envisagés ensuite les effets d'une forte contrainte de type chirurgical (labyrinthectomie) qui oblige les patients à complètement réorganiser, voire inverser leur structuration spatiale. Dans ce cas, on assiste aussi à une forte variabilité intra-individuelle mais également à une forte variabilité interindividuelle. Enfin, ce sont les réactions individuelles à des conflits qui vont nous permettre de saisir les caractéristiques d'une contrainte inconnue et complexe, la pendulation ferroviaire active, provocatrice d'importantes cinétoses (mal des transports). Dans ce cas, les différences interindividuelles, soigneusement repérées en laboratoire nous permettent en quelque sorte d'étiqueter les sujets. Grâce aux réactions de ces derniers, nous serons en mesure d'appréhender la nature même de la situation perturbatrice.

Organisation vicariante de l'orientation spatiale

5Nous avons retenu le domaine spatial, car le constat d'importantes différences interindividuelles y est particulièrement flagrant. De nombreux résultats en attestent : dépendance à l'égard du champ visuel (Huteau, 1987) ; performances et stratégies posturales (Golomer et al., 1999 ; Isableu et al., 1998) ; performances haptiques ; cinétoses ; sensibilité vectionnelle, mode de récupération des pathologies spatiales : vestibulo-lésés (Lacour et al., 1997) ; parkinsoniens (Azulay et al., 1999) ; hémi-négligents, geste sportif, aptitude spatiale, etc.

6L'espace résultant d'une combinaison d'informations le plus souvent redondantes, chacun d'entre nous construirait un espace idiosyncrasique mais dont la polyvalence aurait quelques limites (Colliot, Ohlmann & Chokron, 2001 ; Guerraz et al., 2000 ; Guerraz et al., 1998 ; Guerraz, Poquin & Ohlmann, 1998 ; Howard & Hu, 2001 ; Poquin, Ôhlmann & Barraud, 1998). Ainsi la prise de référentiels nécessaire à la cognition spatiale s'organiserait selon des vicariances différentielles (Ohlmann, 1995, 1999 ; Ohlmann & Marendaz, 1991). Les comportements ayant trait à l'orientation spatiale s'établiraient à partir d'invariants directionnels appelés référentiels. Dans les situations habituelles, trois directions fortement corrélées sont disponibles en permanence : visuelle (directions ambiantes naturelles ou artificielles), gravitaire (accélération linéaire due au champ de pesanteur de la Terre) et égocentrée (axe Ζ allant de la tête aux pieds). La littérature a nettement établi l'existence d'une sensibilité individuelle à l'égard de chacun de ces référentiels.

7Le référentiel visuel (V) a été beaucoup étudié dans le cadre de travaux sur la dépendance-indépendance à l'égard du champ. Les sujets, assis face à un cadre (ou une pièce) incliné en roulis, doivent ajuster une baguette à la verticale. Certains sont pratiquement insensibles à la perturbation visuelle que constitue le cadre incliné, d'autres commettent des erreurs pouvant atteindre 20°. L'effet de ce cadre est irrépressible car c'est un phénomène de nature vectionnelle, les sujets ayant un sentiment de déplacement postural inverse à l'inclinaison du cadre.

8Le moyen le plus simple de mettre en évidence la sensibilité individuelle au référentiel gravitaire (G) consiste à centrifuger les sujets. Ils tournent alors comme dans un manège. La force inertielle qui résulte de cette rotation se compose vectoriellement avec la gravité créant ainsi une force gravito-inertielle. L'alignement plus ou moins important du corps ou d'une baguette sur cette fausse verticale traduit l'importance que le sujet accorde aux références issues de ces accélérations ambiantes.

9Le référentiel égocentré (Z) que constitue le grand axe Ζ de notre corps se manifeste par le célèbre effet Aubert. Dans une pièce entièrement noire, au bout de une à deux secondes, un observateur couché sur le côté voit une barre lumineuse strictement verticale s'incliner apparemment en sens inverse de son grand axe corporel. Le sujet admet que cette barre est verticale à condition de pouvoir la rapprocher (d'une vingtaine de degrés en moyenne !) de son axe Z. La verticale subjective ainsi obtenue est un compromis entre ce grand axe Z corporel et la direction gravitaire, la force attractive de ce référentiel égocentré variant beaucoup d'un sujet à l'autre.

10Chaque individu a évidemment accès à chacun de ces référentiels mais la forte redondance dont ces derniers font preuve lors de conditions spatiales clémentes limiterait cependant les éventuels traitements parallèles. C'est pourquoi chacun de nous évoquerait plus facilement un référentiel donné qui constitue en quelque sorte la tête de liste des six (3 !, soit 3x2x1) catalogues possibles. Mais la dominance d'un référentiel donné n'exclut cependant pas qu'un autre référentiel lui soit substituable. Ce sont justement ces rotations rapides, puissantes sources de variabilité intra-individuelle, qui confirment l'existence de processus vicariants.

Posture et activités spatiales cognitives

11Les contraintes posturales sont susceptibles, dans le cadre de réactions anti-chutes, d'amener le sujet à quitter son référentiel d'orientation habituel pour fonctionner sur un nouveau référentiel mieux approprié à la tâche. Dans ce cas le moteur de rotation sera la posture. Parmi de nombreux résultats (Embedded Figures Tests : Ohlmann & Marendaz, 1991 ; anisotropic visuelle : Ballaz, 2001 ; horizontalité des liquides : Robert & Ohlmann, 1994 ; etc.) mettant en évidence que des changements de posture ont des retentissements sur des traitements spatiaux cognitifs, ceux obtenus avec la tâche de Kopfermann (Bailleux, Marendaz & Ohlmann, 1990 ; Marendaz, 1989) sont certainement les plus complets. La tâche de Kopfermann, où il faut distinguer un carré posé sur sa base d'un carré posé sur un angle toujours présenté au centre d'un écran circulaire, donne lieu (fig. 1) à d'importantes différences entre sujets dépendants et sujets indépendants à l'égard du référentiel visuel.

Figure 1 - Activités posturales et temps de détection (ms) des figures de Kopfermann. Le dessin représente une figure de Kopfermann projetée sur un écran circulaire (sur le schéma, cet écran apparaît de profil lorsque le sujet est de profil). Les chiffres en caractère gras sont des temps moyens, en fonction des styles cognitifs, nécessaires pour distinguer le carré posé sur sa base, de celui posé sur sa pointe. Pour chacune des trois situations, la flèche indique le référentiel supposé activé. Seule la différence 190/110 ms est significative (d'après Ohlmann, 1995).

  • 1 Le sujet est debout, les pieds joints, alors qu'en posture normale les pieds sont à l'écartement d (...)
  • 2 Le sujet est debout, la pointe d'un pied touchant le talon de l'autre.

12Ces différences n'apparaissent toutefois qu'en posture peu contraignante (Romberg normal1 ou encore posture assise), et elles disparaissent en Romberg sensibilisé2 ou en décubitus dorsal (à plat dos).

13Les besoins posturaux des sujets moduleraient leur prise de référentiels. Des situations posturales extrêmes, tel le Romberg sensibilisé et l'immobilisation, unifient les sujets alors que des situations posturales médianes les différencient. En effet, en Romberg sensibilisé et couchés à plat dos, tous semblent recourir au référentiel égocentré (axe Z) ; en Romberg sensibilisé, tous aussi paraissent ancrés sur le référentiel gravitaire. En revanche, en position debout naturelle, toute la palette des référentiels paraît s'exprimer. En définitive, l'espace, n'ayant pas de récepteurs spécifiques, ne donne jamais lieu à des sensations (comme le chaud, la couleur verte, le coupant, l'acide, etc.) mais à une perception très souvent complexe et toujours individuelle. L'individu construit en quelque sorte un bricolage à partir d'un sous-ensemble des énergies physiques qui l'entourent ou encore mieux à partir de celles qu'il peut émettre (poissons électriques à faible décharge, flux ultra-sonique des chauves-souris, chez l'homme : émission-réception de forces lors du déplacement du bras par exemple). La variabilité interindividuelle naît alors de la diversité de ces sous-ensembles qui, en condition clémente, sont suffisants et donc renforcés en permanence. Il n'y a aucune raison, sauf à invoquer un ordre téléonomique, pour que les êtres vivants perçoivent et utilisent toutes les énergies qui les entourent (Stoffregen & Bardy, 2001). L'espace est construit a minima, si cette construction fonctionne, l'individu cristallise la structure qu'il vient activement de mettre en place. Ce n'est donc que sous la pression de contraintes extrêmes que cette variabilité intra-individuelle peut se muer en invariance.

Patients vestibulo-lésés : la variabilité intra-individuelle post-opératoire

14Abordons maintenant le cas où la contrainte crée une forte variabilité intra-individuelle mais dont la conséquence ne suscite pas une diminution de la variabilité interindividuelle par uniformisation des comportements. Ces travaux (Lacour et al., 1997), mettent en évidence que même chez les sujets souffrant d'une neuropathologie réduisant les redondances entre processus et par là les possibilités de substitution, une variabilité intra-individuelle et une variabilité interindividuelle importantes, interprétables dans le cadre de vicariances continuent à se manifester.

15Cinquante malades atteints de vertige de Meynières (baisse d'audition, acouphènes et vertiges) ont subi l'ablation du labyrinthe déficient. Avant l'opération, lors d'une épreuve de stabilisation posturale, la moitié de ces malades ont tendance à utiliser les informations visuelles pour s'équilibrer. Autrement dit, à l'ouverture des yeux, leurs oscillations posturales diminuent. Ce résultat correspond par ailleurs à ce qui est interprété, à tort, comme une loi générale. Par contre pour l'autre moitié, la régulation posturale semble s'effectuer sans le secours de la vision. Dans ce cas les informations haptiques (proprioception, réponses cutanées, récepteurs tendineux de Golgi, etc.) en provenance des appuis plantaires et des chevilles jouent un rôle privilégié au niveau postural.

16Il faut souligner que la première contrainte, que constitue la lésion vestibulaire unilatérale, n'a pas été suffisante pour réduire les différences interindividuelles, les patients se différenciant toujours sur les deux modalités sensorielles encore disponibles. On observe par ailleurs la même variabilité à propos des sujets sains contrôles : la moitié d'entre eux a recours à la vision pour régler leur posture, alors que l'autre moitié s'appuie sur les informations haptiques. Les préférences observées chez les patients sont stables durant toute la période qui précède l'opération.

17Après l'opération, soit une semaine après la suppression du labyrinthe déficient, tous les malades sont réexaminés. À l'exception d'un seul patient, les comportements posturaux sont inversés. En effet, ceux qui s'appuyaient sur la vision utilisent désormais les informations haptiques alors que les sujets haptiques sont devenus visuels. Cette inversion apparaît robuste, d'une part vu le nombre de sujets concernés et d'autre part, par sa durabilité (un an après l'opération, elle est toujours observable). Comment interpréter cette surprenante inversion ? On aurait pu penser que la plupart des sujets auraient, sous la contrainte, encore amplifié le recours à leur modalité préférentielle. Victime de perturbations en provenance du système vestibulaire, afin d'assurer la moins mauvaise stabilisation posturale possible, chaque patient a pu associer à son système vestibulaire déficient une modalité perceptive « béquille ». Ainsi un patient haptique compensant préalablement ses défaillances vestibulaires, commute sur la vision ; de la même manière, les patients visuels se fixent sur la modalité haptique, même si cette modification brutale requiert de la part du patient un nouvel apprentissage. Il est très difficile d'expliquer ces inversions systématiques de référentiels sans se référer aux processus vicariants. En effet, dès qu'un étage du catalogue ipsatif est atteint, c'est alors l'étage suivant qui se met en place.

Cinétoses pendulaires : des contraintes inconnues ?

18La variabilité interindividuelle donne souvent lieu à des interprétations négatives. Il s'agit alors de désordre, de hasard, de variance d'erreur, etc. Elle constitue en fait le résidu que le facteur expliquant n'a pas pu prendre en compte. Or cette variabilité interindividuelle, à condition que l'on soit en mesure de la décomposer, peut être exploitée pour rendre compréhensible un phénomène dont la complexité ne laisse pas de place à la généralisation. Il est, en effet, toujours possible de supposer un isomorphisme entre la situation environnementale et les caractéristiques individuelles. Dans ce cas la connaissance de celles-ci nous permettra alors de mieux comprendre celle-là.

19Grâce à leur mécanisme d'inclinaison de caisse, les trains équipés d'un système de pendulation active peuvent augmenter jusqu'à 30 % leur vitesse de franchissement des courbes et théoriquement, améliorer le confort postural des passagers. En effet, ces derniers se retrouvent, tout comme le motocycliste, « droits » dans le champ de forces généré par le véhicule. Or, contrairement aux trains conventionnels, les trains pendulaires sont susceptibles d'entraîner des malaises importants voire des cinétoses (ou mal des transports) avérées.

20Compte tenu de la complexité des stimulations que ressentent les passagers, il est difficile d'identifier les facteurs responsables de ces cinétoses pendulaires. La plupart des théories explicatives postulent l'existence d'un conflit perceptif entre les informations perçues et les informations attendues sur la base des expériences antérieures. Dans ce cadre, les stimulations inhabituelles et complexes générées par la pendulation sont susceptibles de provoquer simultanément trois grands types de conflits. Un premier conflit d'ordre labyrinthique pourrait être induit par la covariation inhabituelle des otolithes et des canaux semi-circulaires. Ces derniers sont en effet stimulés par les rotations de la cabine alors que les premières fonctionnent désormais uniquement en accéléromètre. L'inadéquation entre les flux visuels obliques en provenance de l'extérieur et l'apparente stabilité posturale (le voyageur se sent droit dans la cabine) pourrait également être à l'origine de l'inconfort déclaré par les passagers. Le troisième conflit, original, susceptible d'être généré par la structure spatiale des trains pendulaires serait d'ordre visuo-visuel : les informations géométriques invariantes correspondantes à la cabine entreraient en conflit avec les flux visuels extérieurs obliques (fig. 2).

21Quels conflits sont réellement provocateurs de cinétoses pendulaires ? Une des solutions (Neimer et al., 2001) permettant de répondre à cette question consiste à recourir à des sujets étiquetés quant à leur sensibilité à certains types d'informations sensorielles (vestibulaires, visuelles cinématiques, visuelles géométriques). Ainsi, un individu étiqueté du fait de sa forte sensibilité à un type d'information révélera, par l'intensité de ses malaises, la nature du conflit réellement mis en jeu à bord du train. Cette méthodologie particulière nécessite alors qu'avant leur voyage, les sujets soient soumis à des conflits calibrés. En situation de laboratoire il est en effet possible de dissocier les composantes visuelles et vestibulaires sollicitées lors d'un déplacement, tout en provoquant des phénomènes d'inclinaison proches de ceux du véhicule pendulaire. En d'autres termes il faut recréer les trois grands types de conflits mentionnés antérieurement.

Figure 2 - Représentation du conflit entre les indices géométriques et inertiels accessibles à l'intérieur de la voiture pendulée. Les indices gravito-inertiels et les parois de la cabine indiquent au voyageur assis qu'il est « droit » et les indices visuels extérieurs signalent que le paysage est incliné.

22La dissociation entre otolithes et canaux, présente à bord du train, peut être obtenue par la Rotation suivant un Axe Incliné par rapport à la Gravité (RAIG). Lorsque la RAIG est réalisée dans le noir et à vitesse constante, elle stimule cycliquement les otolithes sans solliciter d'autres récepteurs sensoriels. Cette stimulation induit chez le sujet un conflit sensoriel entre les otolithes et les canaux semi-circulaires occasionnant de fortes cinétoses.

23Il a été souligné précédemment que, lors du passage en courbe en train pendulaire, le défilement des flux extérieurs apparaît incliné relativement au passager qui a l'impression d'être droit à l'intérieur de la cabine. Afin de recréer un tel conflit entre les informations visuelles et vestibulaires, un pattern de points lumineux en mouvement est projeté tout autour du sujet immobile. Cette stimulation génère alors une illusion de mouvement de soi ou vection et peut s'accompagner de symptômes apparentés au mal des transports. Pour accentuer la ressemblance avec la situation ferroviaire, le pattern lumineux suit un mouvement en roulis oblique suivant le plan sagittal (ROM, Rotation Optocinétique Mixte).

24Enfin, le Rod and Frame Test (RFT : épreuve du cadre incliné) est ici utilisé pour déterminer si les futurs voyageurs sont sensibles aux informations visuelles géométriques erronées. Cette situation non directement provocatrice de cinétoses peut le devenir si elle est couplée à des flux entrant en conflit par leur direction principale avec la configuration géométrique du cadre. Le RFT pourrait alors être révélateur de la sensibilité des sujets au conflit visuo-visuel entre la cabine subjectivement droite et les flux obliques externes.

25Pour établir la mesure de la sensibilité de chacun des sujets par rapport aux différents conflits proposés, il existe deux échelles : l'échelle subjective de nausée et l'échelle classique de sévérité des symptômes de Graybiel (1968). Les cinétoses et malaises divers enregistrés à la suite de stimulations permettent de distinguer deux types de sujets, les réfractaires qui malgré la présence de conflits n'ont déclaré aucun symptôme et les sensibles qui ont soit demandé l'arrêt de la stimulation pour cause de vomissement imminent, soit déclaré un malaise modéré suivant la classification de Graybiel ou atteint un score au moins égal à 5 points sur 11 sur l'échelle subjective de nausée.

26Les sujets ainsi identifiés subissent quatre conditions de circulation : le train peut ou non penduler (Pendulation versus Non-pendulation) et les informations visuelles extérieures peuvent ou non être disponibles (Noir technique versus Visibilité totale). Pour obtenir un noir technique, un rideau noir opaque a été appliqué aux fenêtres. Lors de ces trajets les voyageurs devaient réaliser plusieurs activités, une de repos avec la vision occultée par un masque, une tâche de vision active qui consiste à regarder vers l'extérieur et vers l'intérieur de la cabine sans mouvements brusques de la tête. Les sujets devaient également effectuer des activités cognitives de lecture attentive de texte et de repérage d'itinéraires sur une carte. Une tâche de locomotion leur était imposée. Enfin, ils devaient exécuter des mouvements de tête (tangage, roulis et lacet). Avant et après chaque activité, les sujets évaluaient leur état en se positionnant sur l'échelle subjective de nausée et en répondant au questionnaire inspiré de Graybiel concernant les symptômes ressentis. Cet échantillonnage d'activités imposées est indispensable car les sujets, afin de diminuer les cinétoses, ont tendance spontanément à inhiber leurs activités notamment posturales (Stoffregen & Riccio, 1992) et l'occurrence des cinétoses à bord des trains pendulaires est notoirement sous-estimée par l'immobilisation spontanée des sujets souffrants.

27L'évaluation des cinétoses confirme que les trains pendulaires sont plus nauséogènes que les trains conventionnels. Il apparaît à travers le tableau I que les cinétoses déclenchées par la stimulation constituée de mouvements réels en laboratoire (RAIG) puissent rendre compte de l'apparition de cinétoses à bord des trains, à condition qu'ils soient pendulés, la suppression des flux externes ne modifiant rien. Les corrélations entre les cinétoses induites visuellement (ROM), la désorientation spatiale générée par le RFT et l'occurrence des cinétoses en train pendulaire sopt significatives et positives. Ce résultat est d'autant plus intéressant que ce lien disparaît dès lors que la visibilité vers l'extérieur est nulle. Il y aurait donc à bord des trains pendulaires coexistence de plusieurs grands conflits. Le premier de nature vestibulaire n'aurait donc pas de lien avec les flux visuels. Ceux-ci cependant provoquent de fortes cinétoses chez certains sujets (sensibles à la ROM comme au RFT) apparemment peu gênés par la composante vestibulaire, puisque leur cinétose disparaît lors de l'occultation soignée des fenêtres.

28En définitive, les mécanismes nauséogènes à l'œuvre dans les trains pendulaires n'ont pu être saisis qu'à condition de s'appuyer sur des différences observées a priori entre les sujets. On aborde ainsi les problèmes liés aux cinétoses, non pas à partir d'une loi générale qui se dégraderait, mais à partir de différences interindividuelles identifiées associées aux habitudes spatiales des sujets.

Ν = 12
r: Bravais-Pearson

Pendulé et paysage

Pendulé sans paysage

Non pendulé et paysage

Non pendulé sans paysage

RAIG:
Mouvement réel

.89**

.92**

.44

.09

Rotation
Optocinétique Mixte

.92**

.44

.48

.16

Rod and Frame Test
Verticale subjective

.87**

.18

.40

-.11

Tableau I - Les individus malades lors de la RAIG (sensibles au mouvement réel) sont malades en train pendulaire qu'il y ait ou non un paysage. Les individus malades lorsque le mouvement virtuel est dû à un flux ne sont plus malades quand le flux que constitue le paysage a été supprimé. Les individus sensibles au cadre statique du Rod-and-Frame ne sont plus malades quand la vision du paysage est supprimée. On notera, à titre de contrôle, l'absence totale de lien entre les cinétoses et la situation d'un train conventionnel sans vision du paysage.

Au début était la variabilité...

29Le vivant, à quelque niveau que ce soit, générant en permanence de la diversité et ne disposant pas de solutions a priori (Lautrey, 1995), a pour règle la variabilité. Selon le niveau de contrainte, une même population peut apparaître comme fonctionnant selon une loi générale ou selon une loi différentielle. C'est pourquoi débattre de la nature différentielle (variabilité) ou générale (invariance) d'un phénomène est tout aussi risqué que de décider que la glace et l'eau sont des matières différentes. Il s'agit d'états dynamiques, transitoires et réversibles.

30Les psychologues sont à la merci d'un amalgame entre la méthode expérimentale, qui décompose la variance totale en variance expliquée et variance d'erreur, et la psychologie générale. Cette dernière suppose que la variabilité qui encadre la loi générale est une variance d'erreur et qu'elle procède de la dégradation d'une loi générale. Cette attitude légitime peut faire oublier que la loi générale est en fait secondaire à la loi différentielle (Lautrey, 1995). La loi générale se dégradant, la population retourne à sa variabilité originelle. Cette variance d'erreur apparente, typique du modèle gaussien (variations aléatoires de faible importance vis-à-vis d'une norme) est cependant susceptible d'entrer en corrélation avec la variance d'erreur apparente d'une autre distribution. Si ces variations sont susceptibles de covarier, c'est qu'elles ne relèvent pas d'une erreur, mais qu'elles sont alors reliées par un nouvel invariant qui constitue par nature un facteur commun, c'est-à-dire une nouvelle forme de régularité, située au niveau des individus et plus complexe que celle décrite au niveau des situations. Le modèle des vicariances qui croise l'approche situationnelle et l'approche individuelle témoigne donc qu'invariance et variabilité sont les deux côtés d'une même médaille.

Bibliographie

Références bibliographiques

Azulay, J. P., S. Mesure, B. Amblard, O. Blin, I. Sangla & J. Pouget. 1999. « Visual control of locomotion in Parkinson's disease ». Brain, 122 : 111-120.

Bailleux, C., C. Marendaz & T. Ohlmann. 1990. « Selection of reference frames in four orientation tasks in relation to postural-gravitational constraints and individual habits in spatial orientation ». Perception, 19 : a381.

Baldwin, J. M. 1896. « A new factor in evolution ». American Naturalist, 30 : 441-451.

Ballaz, C. 2001. Recherche visuelle : Intégration des informations visuo-posturales et mnésiques en vision de bas niveau. Thèse de l'Université Pierre-Mendès-France, Grenoble II.

Colliot, P., T. Ohlmann & S. Chokron. 2001. « Position of the egocentric reference and performance in line bisection and subjective vertical estimation tasks ». Brain and Cognition, 46 : 82-86.

Golomer, E., J. Crémieux, P. Dupuis, B. Isableu &T. Ohlmann. 1999. « Visual contribution to self-induced body sway frequencies and visual perception of male professional dancers ». Neuroscience Letter, 267 : 189-192.

Guerraz, M., M. Luyat, D. Poquin & T. Ohlmann. 2000. « The role of neck afferents in subjective orientation in the visual and tactile sensory modalities ». Acta Otolaryngologica, 120 : 735-738.

Guerraz, M., D. Poquin &T. Ohlmann. 1998. Head centric reference and static versus kinetic visual disturbances. Perception & Psychophysics, 60 : 287-295.

Guerraz, M., D. Poquin, M. Luyat, & T. Ohlmann. 1998. « Head orientation involvment in the subjective vertical assessment in condition of whole body tilt ». Perceptual and Motor Skills, 87 : 643-648.

Howard, I. P. & G. Hu. 2001. « Visually induced reorientation illusion ». Perception, 30 : 583-600.

Huteau M. 1987. Style cognitif et personnalité : la dépendance/indépendance à l'égard du champ. Lille, Presses Universitaires de Lille.

Isableu, B., T. Ohlmann, J. Crémieux & B. Amblard. 1998. « How dynamic visual field dependence-independence interacts with the visual contribution to postural control ». Human Movement Science, 17 : 367-391.

Kimura M. 1968. « Evolutionary rate at the molecular level ». Nature, 217 : 624.

Lacour, M., J. Barthélemy, L. Borel, J. Magnan, C. Xerri, A. Chays & M. Ouaknine. 1997. « Sensory strategies in human postural control before and after unilateral vestibular neurotomy ». Experimental Brain Research, 115 : 300-310.

Lautrey, J. 1995. Universel et Différentiel en Psychologie. Paris, PUF.

Marendaz C. 1989. « Selection of reference frames and the "vicariance" of perceptual systems ». Perception, 18 : 739-751.

Neimer, J., S. Eskiizmirliler, J. Ventre-Dominey, C. Darlot, M. Luyat, M.A. Gresty & T. Ohlmann. 2001. « Trains with a view to sickness ». Current Biology, 24 : 549-50.

Ohlmann, T. & C. Marendaz. 1991. « Vicarious processes involved in selection/control of frames of reference and spatial aspects of field dependence-independence ». In S. Wapner & J. Demick (eds). Field dependence-independence, cognitive style across the life span. Hillsdale NJ, Lawrence Erlbaum : 106-129.

Ohlmann, T. 1995. « Théorie neutraliste de l'évolution et dynamique des processus vicariants : une nécessaire convergence ». In J. Lautrey (éd.). Universel et Différentiel en Psychologie. Paris, PUF : 77-105.

Ohlmann, T. 1999. « Groupes, typologies, styles et vicariances ». In P. Y. Gilles (éd.). La Psychologie différentielle. Paris, Editions Bréal : 224-264.

Poquin, D., T. Ohlmann & P. A. Barraud. 1998. « Isotropic visual field effect on spatial orientation and egocentric localization ». Spatial Vision, 11 : 1-18.

Reuchlin, M. 1978. « Processus vicariants et différences interindividuelles ». Journal de Psychologie, 2 : 133-145.

Robert, M. & T. Ohlmann. 1994. « Effect of Gravitational Cues from Stimuli and Body Orientations on Water-Level Representation ». Perception, 23 : 1321-1333.

Stoffregen, T. A. & B. G. Bardy. 2001. « On specification and the senses ». Behavioral and Brain Sciences, 24 : 195-213.

Stoffregen, T. & G. E. Riccio. 1992. « An ecological critique of the sensory conflict theory of motion sickness ». Ecological psychology, 3 : 159-194.

Notes

1 Le sujet est debout, les pieds joints, alors qu'en posture normale les pieds sont à l'écartement du bassin.

2 Le sujet est debout, la pointe d'un pied touchant le talon de l'autre.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Activités posturales et temps de détection (ms) des figures de Kopfermann. Le dessin représente une figure de Kopfermann projetée sur un écran circulaire (sur le schéma, cet écran apparaît de profil lorsque le sujet est de profil). Les chiffres en caractère gras sont des temps moyens, en fonction des styles cognitifs, nécessaires pour distinguer le carré posé sur sa base, de celui posé sur sa pointe. Pour chacune des trois situations, la flèche indique le référentiel supposé activé. Seule la différence 190/110 ms est significative (d'après Ohlmann, 1995).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende Figure 2 - Représentation du conflit entre les indices géométriques et inertiels accessibles à l'intérieur de la voiture pendulée. Les indices gravito-inertiels et les parois de la cabine indiquent au voyageur assis qu'il est « droit » et les indices visuels extérieurs signalent que le paysage est incliné.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

Auteur

Théophile Ohlmann est professeur à l'Université Pierre Mendès France à Grenoble et chercheur au Laboratoire de Psychologie Expérimentale, UMR 5105, CNRS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable