Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Invariants et variabilités dans les sciences cognitives

 | 
Jacques Lautrey
, 
Bernard Mazoyer
, 
Paul Van Geert

Introduction

Jacques Lautrey, Bernard Mazoyer et Paul van Geert

Texte intégral

1Comme toutes les sciences, les sciences cognitives sont confrontées à la variabilité des phénomènes qu'elles étudient, et cherchent à dégager de cette variabilité un ensemble de régularités, d'invariants, sur lesquels ancrer les connaissances. Cette quête d'invariance implique des choix quant aux formes de variabilité à prendre en considération. Certaines, jugées pertinentes pour l'objet d'étude, sont utilisées ou manipulées pour en extraire des invariants, tandis que d'autres, jugées sans importance, sont négligées ou neutralisées. Concernant ces choix, les opinions et les pratiques sont changeantes selon les époques, l'état d'avancement des disciplines ou les courants théoriques au sein d'une même discipline. Des formes de variabilité ignorées à une époque peuvent devenir intéressantes un peu plus tard.

2Il semble précisément que nous soyons à une époque où le regard porté sur la variabilité évolue, notamment dans les sciences cognitives. La recherche d'universaux a souvent conduit à centrer l'analyse sur les tendances moyennes et à attribuer la variabilité observée autour de ces tendances aux erreurs de mesure ou à des bruits parasites sans grande importance. Or, dans beaucoup de disciplines concernées par la cognition, le rôle reconnu à la variabilité dans les mécanismes adaptatifs et, plus particulièrement, dans les processus d'auto-organisation, conduit à reconsidérer son statut. Cette évolution des idées suscite un regain d'intérêt pour l'étude des différentes formes de variabilité - intra-individuelle, interindividuelle, intergroupes, inter-langues, interculturelles, etc. - et conduit souvent à questionner, repenser, les invariants dans le domaine de la cognition. La recherche de nouvelles formes d'articulation entre les variabilités et les invariants apparaît donc comme un des thèmes émergents autour desquels peuvent se nouer - entre les sciences cognitives - des échanges fructueux aux plans épistémologique, théorique et méthodologique.

3C'est pour susciter ces échanges qu'a été organisée une série de rencontres interdisciplinaires sur le thème « Invariants et Variabilités dans les Sciences Cognitives », dans le cadre de l'Action Concertée Incitative « Cognitique » lancée par le ministère de la Recherche. Ces rencontres ont commencé par deux ateliers préparatoires qui avaient pour objectif de dégager des thèmes et des pistes de réflexion autour desquels pourraient être organisés ensuite une école d'été et un colloque. Ces deux ateliers, qui ont eu lieu en novembre 1999 et en mars 2000 au ministère de la Recherche, ont réuni chacun une cinquantaine de participants représentant l'éventail des sciences cognitives. L'école d'été, qui s'est tenue à Bonas en septembre 2000, a réuni une soixantaine de participants, chercheurs et doctorants en sciences cognitives. Un colloque européen interdisciplinaire sur le thème « Invariants et Variabilités dans les Sciences Cognitives » a clôturé ce programme les 27 et 28 novembre 2000 au ministère de la Recherche.

4Le présent ouvrage réunit des conférences qui ont été présentées au cours de ces rencontres. Les contributions des chercheurs se situent à différents niveaux d'observation des phénomènes impliqués dans la cognition : le niveau des gènes, celui du cerveau, celui du comportement, celui du langage, celui de l'organisation sociale. Les invariants recherchés peuvent être assez différents : éléments, propriétés, règles, contraintes, structures, systèmes, etc. Les formes de variabilité prises en considération sont, elles-mêmes, assez variables : variabilité entre les formes d'expression d'un même gène pour la génétique, variabilité quant aux étendues et localisations des aires cérébrales occupées par une même fonction pour les neurosciences, variabilité entre les comportements d'individus différents ou d'un même individu à des moments différents pour l'éthologie et la psychologie, variabilité entre langues ou au sein d'une même langue pour les sciences du langage, variabilité entre les individus, les groupes sociaux ou les cultures pour les sciences sociales. Cette diversité des contributions, inhérente à la démarche interdisciplinaire des sciences cognitives, fait la richesse de cet ouvrage. Par-delà cette diversité, un « air du temps » qui tient à la reconsidération du statut de la variabilité dans la cognition donne aussi son unité à l'ouvrage. Celui-ci est divisé en cinq grandes parties. Les quatre premières correspondent à de grandes catégories de disciplines concernées par l'étude de la cognition : les neurosciences, les sciences du comportement, les sciences du langage, les sciences sociales. La cinquième, transversale, est consacrée aux questions méthodologiques et à la modélisation.

5La partie consacrée à la génétique et aux neurosciences met l'accent sur des formes de variabilité qui relativisent le déterminisme strict censé régir l'expression des gènes et l'organisation cérébrale. Concernant les relations entre gènes et comportements, Pierre Roubertoux et Michèle Carlier soulignent le paradoxe que constitue le faible nombre de gènes susceptibles d'être consacrés au traitement de l'information, au regard de la complexité des comportements cognitifs que ces gènes sont supposés gouverner. La solution qu'ils proposent à ce paradoxe réside dans les mécanismes qui introduisent de la variabilité dans l'expression d'un même gène, selon les cellules dans lesquelles il s'exprime et selon les autres gènes qui régulent sa propre expression.

6Dans cette même partie de l'ouvrage, les contributions relevant des neurosciences sont centrées sur les variations dans l'anatomie et le fonctionnement du cerveau. Pierre Buisseret s'appuie sur l'étude de l'évolution phylogénétique et les comparaisons inter-espèces pour faire la part de ce qui varie et de ce qui est invariant dans l'architecture du cerveau. Bernard Mazoyer et Nathalie Tzourio-Mazoyer font le point sur ce que les techniques de neuro-imagerie ont permis d'apprendre sur les variations anatomiques et fonctionnelles des aires cérébrales dévolues au langage. Ces données témoignent d'une plasticité plus importante qu'on ne le supposait dans l'organisation du cerveau. Les mécanismes sousjacents à cette plasticité des connexions cérébrales sont analysés par Christian Xerri, à partir des travaux qu'il a menés sur les aires corticales somesthésiques. Il montre, en s'appuyant sur des expériences de stimulation ou de lésion des récepteurs cutanés chez le rat, que l'organisation de la connectivité dans ces aires corticales reste très malléable, y compris lorsque l'animal a atteint l'âge adulte.

7Une des conclusions qui s'imposent à la lecture de cette première partie est que la variabilité anatomique et fonctionnelle du cerveau peut être considérée comme une manifestation de sa plasticité. Il en découle que la variabilité peut être utilisée comme une fenêtre pour l'étude de cette propriété fondamentale du cerveau qu'est sa plasticité.

8La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée aux sciences du comportement. Michel Kreutzer rappelle qu'en éthologie, la variabilité du comportement animal à l'intérieur d'une même espèce a été tantôt ignorée, tantôt étudiée, selon les courants théoriques dominants. En prenant le chant des oiseaux comme exemple, il en décrit les variations entre les individus d'une même espèce et s'interroge sur la fonction que joue cette variabilité dans la sélection du partenaire et la reproduction chez les oiseaux. Les trois contributions suivantes relèvent de la psychologie cognitive. Les différences entre les individus, sur lesquelles est plus particulièrement centré le chapitre de Jacques Lautrey, ont fait très tôt l'objet d'études systématiques, mais celles-ci avaient surtout une visée d'application sociale. Les psychologues ont longtemps éprouvé quelque embarras à articuler les différences stables de comportement entre les individus ainsi mises en évidence avec les lois générales de comportement établies par la psychologie expérimentale en moyennant sur les individus. Jacques Lautrey s'appuie sur la notion de vicariance entre processus pour articuler ces deux réalités contradictoires en apparence. Le concept de vicariance situe l'invariant au niveau de la fonction cognitive, identique chez tous les individus, et admet la variabilité des processus mentaux par lesquels cette fonction cognitive peut être remplie (des processus cognitifs vicariants sont des processus qui peuvent être substitués les uns aux autres pour remplir une même fonction adaptative). Dans le chapitre suivant, Théophile Ohlmann utilise ce même concept de vicariance pour rendre compte de la variabilité intra-individuelle des comportements en fonction des contraintes de la situation. Lorsque les contraintes situationnelles sont faibles, les préférences individuelles pour tel ou tel des processus vicariants peuvent s'exprimer et la variabilité entre les individus est importante. Lorsque la situation contraint au contraire le choix des processus, le comportement tend à devenir invariant entre les individus. Cette flexibilité relative dans la sélection des processus cognitifs en fonction des contraintes de la situation donne donc lieu à une variabilité intra-individuelle qui peut moduler la variabilité interindividuelle. La contribution de Laurence Rieben, qui clôt cette partie de l'ouvrage, porte sur l'apprentissage de la lecture. Elle montre que dans cette activité cognitive complexe, il existe précisément plusieurs manières d'être un lecteur en difficulté, et elle en conclut que seule la prise en compte des différences dans les voies d'acquisition de la lecture peut permettre de résoudre les problèmes que pose la forte proportion d'échecs dans cet apprentissage fondamental.

9Cette deuxième partie fait ressortir une autre facette de la variabilité. Celle-ci n'est pas seulement une conséquence de la plasticité du système cognitif, elle peut être elle-même un agent de l'évolution cognitive. La variabilité des comportements, mais aussi la variabilité des processus qui sous-tendent le comportement, multiplient les réponses possibles et donnent prise ainsi à la sélection, a posteriori, de celles qui sont les mieux adaptées aux contraintes environnementales.

10Dans les sciences du langage, auxquelles est consacrée la troisième partie de l'ouvrage, la variation la plus évidente est celle qui existe entre les langues, mais on peut observer que les variations intra-langues suscitent un intérêt grandissant, qu'il s'agisse des variations diachroniques, des variations inter-locuteurs ou même des variations intra-locuteur.

11Catherine Fuchs contraste deux grandes approches, qui se distinguent à la fois par les statuts respectifs qu'elles accordent aux invariants et à la variabilité, et par les rapports qu'elles assignent à la forme et au sens. L'approche computationnelle, dont la théorie de Chomsky est la plus représentative, postule l'existence de principes formels universaux, indépendants du sens. Les variations observées sont alors expliquées par des variantes dans le réglage des paramètres intervenant dans le fonctionnement de ces principes universaux. L'approche alternative, qui peut être dite constructiviste, considère la langue comme un système spécifique de représentation du monde, qui met des formes linguistiques en correspondance avec des significations elles aussi linguistiques. Dans cette seconde approche, où, selon Catherine Fuchs, « la sémantique est constitutive du cœur même de la langue », la variabilité prend, de ce fait, un rôle plus important et ce sont les structures linguistiques ellesmêmes qui sont dotées de plasticité. Certains prolongements de cette seconde approche remettent à l'ordre du jour la thèse du « relativisme linguistique », à savoir l'hypothèse selon laquelle les structures linguistiques pourraient aussi influencer les structures cognitives, avec la conséquence que des variations de la structure conceptuelle pourraient accompagner certaines variations dans les structures linguistiques.

12Le chapitre de Bernard Laks présente la théorie de l'optimalité qui éclaire bien les statuts respectifs accordés aux invariants et à la variabilité dans le cadre de l'approche computationnelle. La théorie de l'optimalité pose que toutes les contraintes universelles sont présentes dans chaque grammaire particulière, mais ordonnées en une hiérarchie stricte qui peut varier selon les langues et qui définit celles de ces contraintes universelles qui peuvent être violées dans telle langue particulière. Le chapitre cosigné par René Carré et Jean-Marie Hombert illustre l'approche constructiviste à propos de la variabilité phonétique entre les individus dans la perception et la production de la parole, une des questions soulevées étant de savoir si cette variabilité phonétique peut jouer un rôle dans l'évolution des langues. La contribution de Michèle Kail est centrée sur la psycholinguistique et, plus précisément, sur le développement précoce du langage. Elle passe en revue les études menées dans le cadre de l'approche constructiviste sur les comparaisons inter-langues et aussi sur la variabilité interindividuelle dans l'acquisition du langage. L'analyse de ces deux formes de variabilité montre que des régularités qui passent pour des invariants robustes, par exemple l'ordre d'acquisition routines => référence => prédication, doivent être relativisées. Enfin, certains éléments de validation de l'hypothèse du relativisme linguistique sont apportés par Maya Hickmann. Son analyse des résultats d'études ayant comparé l'organisation conceptuelle de l'espace chez des enfants qui parlent des langues différentes montre que l'on trouve des différences de comportement renvoyant à des différences dans les concepts relatifs à l'organisation de l'espace, et que ces différences conceptuelles vont effectivement de pair avec des variations dans la façon dont les langues marquent les relations spatiales.

13La quatrième partie est consacrée aux sciences sociales. La question de l'articulation entre invariants et variabilité dans ce champ de la connaissance est abordée par Bernard Lahire pour la sociologie, Alan Kirman pour l'économie et Anne-Christine Taylor pour l'anthropologie. Quelques rapprochements s'imposent entre les analyses développées à propos de la sociologie et de l'économie. Il s'agit de deux disciplines dont l'objet d'étude se situe à un niveau macroscopique : les phénomènes relatifs aux groupes sociaux et les phénomènes relatifs à la production, la distribution et la consommation des biens. Dans les deux cas, ces phénomènes macroscopiques sont en dernière analyse produits par les individus appartenant aux catégories économiques ou aux groupes sociaux considérés ; or ces individus peuvent être assez différents quant à leurs objectifs, leurs valeurs, leurs niveaux d'information, etc. La tentation est grande alors, dans l'élaboration des invariants, de construire un individu théorique dont on pourra modéliser le comportement : un agent économique typique dont on postule qu'il est rationnel, ou le représentant typique d'un groupe social dont on pourra caractériser l'habitus. Bernard Lahire et Alan Kirman plaident l'un et l'autre pour la prise en compte du niveau individuel dans la modélisation des phénomènes macroscopiques qui constituent leur objet d'étude. Le premier introduit le concept de pluralité dispositionnelle et contextuelle pour rendre compte des variabilités intra-et interindividuelles observées dans son domaine. Le second souhaite que l'économie se concentre davantage sur les relations directes entre les différents acteurs économiques puisque ce sont, selon lui, ces liens-là qui gouvernent en grande partie leurs activités et leurs décisions.

14Le problème paraît assez différent pour l'anthropologie. La question centrale de cette discipline, telle que la formule Anne-Christine Taylor, est la suivante : « La profusion des différences dans les manières d'être, d'agir, et de penser des humains peut-elle être ramenée à un ou des principes d'ordre ? » Cette question semble placer l'anthropologie dans une position particulière où la variabilité, la différence, non seulement va de soi, mais est délibérément recherchée. L'élément problématique du couple invariant-variabilité semble être ici l'invariant et Anne-Christine Taylor discute les forces et les faiblesses respectives des grands types d'invariants en usage dans son domaine : catégories typologiques, systèmes de contraintes, structures.

15Prendre en considération des formes de variabilité qui étaient jusque-là négligées, neutralisées ou traitées comme un terme d'erreur, soulève quantité de problèmes méthodologiques. La cinquième et dernière partie de l'ouvrage regroupe des contributions dont le point commun n'est pas le champ disciplinaire mais précisément la centration sur la méthodologie et la modélisation. Nous commençons avec le chapitre de Jean-Sylvain Liénard. Il aborde les problèmes que pose l'infinie variabilité des phénomènes observables à ceux qui cherchent à mettre au point des systèmes artificiels de catégorisation perceptive, par exemple de reconnaissance de formes ou de reconnaissance de la parole. La méthode qu'il propose pour réduire cette infinie variabilité est la multicatégorisation. Celle-ci consiste à associer à un objet des descripteurs non seulement de bas niveaux (perceptifs) mais aussi de hauts niveaux (conceptuels). En reconnaissance de la parole par exemple, la variabilité du signal est réduite en prenant en compte, à tous ces niveaux, aussi bien les informations non linguistiques (connaissance du locuteur et de la situation) que celles relatives à la voix elle-même. Cette approche soulève une question intéressante à propos de la variabilité : celle-ci ne traduit-elle que l'étendue de notre ignorance ou est-elle, pour une part au moins, intrinsèque aux phénomènes cognitifs ?

16Les deux contributions suivantes s'appuient sur les modélisations connexionnistes. Frédéric Alexandre développe une réflexion sur la façon dont les réseaux neuronaux artificiels représentent actuellement les invariants et la variabilité des environnements que l'on tente de leur faire apprendre et, surtout, sur les directions de recherche qui paraissent les plus prometteuses pour s'approcher davantage de la façon dont les réseaux neuronaux naturels s'acquittent des mêmes tâches. Cela n'empêche pas les performances déjà étonnantes de certaines simulations connexionnistes. Ulman Lindenberger et ses collègues en donnent un exemple avec leur modélisation connexionniste du vieillissement cognitif. L'hypothèse d'une augmentation du bruit neuronal avec l'âge, qui pourrait trouver une explication neurobiologique dans la diminution de la concentration de certains neurotransmetteurs, est simulée en diminuant la valeur du paramètre de gain (la pente) de la fonction d'activation reliant l'entrée et la sortie des unités du réseau. Cette manipulation simple d'un seul paramètre a pour effet de rendre l'activation en sortie de chaque unité du réseau plus faible et surtout plus variable. Elle suffit à simuler un ensemble de phénomènes caractéristiques du vieillissement cognitif : la baisse du niveau moyen de performance, l'accentuation des différences entre les individus et, au niveau intra-individuel, la dédifférenciation des aptitudes cognitives. C'est un nouvel exemple du rôle actif que peut jouer la variabilité - ici celle qui est interne au réseau neuronal - dans le changement cognitif (et dans ce cas précis, un rôle délétère).

17Les systèmes dynamiques sont une autre source d'inspiration importante pour la modélisation des différentes formes de variabilité discutées dans cet ouvrage. Paul van Geert s'appuie sur ce cadre conceptuel pour mettre en question certains des postulats fondamentaux de la théorie de la mesure en psychométrie, par exemple l'assimilation de la variabilité intra-individuelle à l'erreur de mesure ou le postulat d'indépendance conditionnelle des items. Il propose ensuite les changements méthodologiques qui découlent de ce changement conceptuel dans le statut de la variabilité. La même ligne d'inspiration sous-tend le chapitre que Peter Molenaar consacre aux relations entre la variabilité intra-et la variabilité interindividuelle dans le développement cognitif. La dynamique qui sous-tend la première de ces deux formes de variabilité lui confère des propriétés particulières qui sont étrangères à la seconde. De ce fait, la structure de la variabilité sous-jacente à une mesure répétée n fois sur un même individu est différente de la structure de la variabilité de n mesures effectuées une fois sur chacun de n individus. Or, il arrive souvent que la structure de la variabilité intra-individuelle, fort difficile à étudier, soit inférée à partir de données relatives à la variabilité interindividuelle. C'est par exemple le cas dans les méthodes de calcul de l'héritabilité en génétique des comportements. Peter Molenaar s'appuie sur plusieurs exemples de simulations pour démontrer que, sauf cas particulier, ces deux formes de variabilité sont indépendantes. Enfin, les phénomènes d'amplification de la variabilité entre les individus au cours du temps sont au centre de la contribution de Guy Théraulaz et ses collègues sur les fonctions de la variabilité chez les insectes sociaux. Les différences de morphologie et de fonction que l'on trouve entre les individus de castes différentes dans certaines colonies de fourmis pourraient laisser penser que ces spécialisations sont préspécifiées. Les auteurs proposent un modèle de simulation du processus par lequel ces différences peuvent être engendrées dans une population d'individus tous semblables au départ. Le simple jeu de mécanismes d'amplification locale et de compétition suffit pour simuler une différenciation qui augmente avec la taille de la colonie, comme c'est le cas dans la réalité. Là encore, la variabilité est un agent du changement adaptatif, avec la particularité qu'il s'agit ici de l'adaptation d'un organisme social, dans lequel chaque individu a une capacité cognitive réduite.

18De ce survol des contributions se dégage une évolution sensible dans la façon d'envisager les statuts respectifs de la variabilité et des invariants dans les sciences cognitives. À quoi tient cette évolution ? Les mouvements d'idées ont généralement lieu au confluent d'influences multiples, mais dans le cas présent, une de ces influences est sans doute à chercher dans l'évolution des modèles de la cognition. Les cadres conceptuels auxquels se réfèrent plus ou moins explicitement les contributions sont variés. Il s'agit parfois de transpositions de certains concepts de la théorie de l'évolution (variation, compétition, sélection) à d'autres niveaux d'observation que celui auquel les appliquait Darwin (populations de neurones, de processus, de comportements, etc.), parfois de concepts tirés de la modélisation des systèmes dynamiques non linéaires ou de la modélisation de réseaux connexionnistes. Le point commun de cette vaste famille de modèles est de chercher à rendre compte de processus auto-organisés et d'accorder pour cela une large place à la variabilité. Cette classe de modèles, qui tend à supplanter celle des modèles à instructions, de nature plus déterministe, dans le domaine de la cognition, aide sans doute à donner un sens à des phénomènes de variabilité qui n'en avaient guère dans d'autres cadres conceptuels. On ne voit vraiment bien que ce que l'on peut comprendre.

19Le rôle de la variabilité dans les phénomènes auto-organisés, ses liens avec la plasticité du cerveau, son apport dans la mise à l'épreuve et la construction des invariants, plaident pour que lui soit accordé un statut épistémologique plus important qu'il ne l'est actuellement dans les recherches sur la cognition. La question des statuts respectifs des invariants et de la variabilité apparaît donc comme un des thèmes transversaux autour desquels peuvent se nouer des échanges fructueux entre les sciences cognitives. Quelles sont les perspectives ouvertes par cette approche de l'articulation entre invariants et variabilité ?

20Elle a tout d'abord des conséquences théoriques, ayant des implications pour les théories élaborées en vue de rendre compte de la cognition. Le point crucial est que la variabilité est vue comme un phénomène important en elle-même, que toute théorie de la cognition doit chercher à expliquer. L'interprétation théorique de la variabilité comme bruit, erreur de mesure, ou plus généralement comme absence d'information n'en retient qu'un aspect relativement mineur. La variabilité est elle-même source d'information. Quel que soit l'invariant que nous cherchons à déterminer, ses propriétés sont codéterminées par la façon dont il varie avec le temps et dont il réagit à différents contextes et circonstances. Prendre la variabilité au sérieux, non seulement conduit à une vision théorique différente des variables et des phénomènes que nous étudions, mais entretient aussi des liens avec certaines positions théoriques spécifiques comme, par exemple, la théorie de l'auto-organisation, telle qu'elle est illustrée dans certains chapitres de cet ouvrage.

21En bref, la variabilité n'est pas simplement un phénomène de plus à ajouter à la longue liste de ceux qui intéressent les chercheurs du domaine de la cognition. C'est une propriété générale de ces phénomènes qui, lorsqu'elle est prise en considération, en modifie considérablement notre vision théorique.

22Deuxièmement, la prise en compte de la variabilité a des conséquences méthodologiques, c'est-à-dire des effets sur la méthodologie de l'observation, de l'expérimentation et sur les statistiques. La plupart de nos méthodes visent à la recherche de tendances centrales et d'invariants en réduisant ou en neutralisant le bruit. On peut se demander si ces méthodes sont appropriées pour décrire la variabilité des phénomènes et l'étendue de leur variation. Comment concevoir nos expériences et comment traiter nos données pour pouvoir détecter non seulement les invariants mais aussi la façon dont ceux-ci varient, c'est-à-dire la façon dont ils se manifestent dans différents formats, amplitudes et endroits ? Ce n'est pas un problème trivial et il est probable que de nouvelles méthodes devront être développées pour permettre aux chercheurs de traiter la variabilité de façon signifiante et informative.

23Enfin la variabilité est elle-même, sous ses différents aspects, un objet de recherche. Quelles sont les formes de variabilité intéressantes pour les différentes disciplines centrées sur l'étude de la cognition, du comportement et du cerveau ? À quelles variables indépendantes sont-elles liées ? Comment évoluent-elles avec le développement ? Quelle est leur signification fonctionnelle ? En principe, toutes les questions qui peuvent être soulevées à propos des propriétés invariantes des organismes peuvent l'être également à propos de la façon dont ces propriétés varient. La variabilité en elle-même n'est pas une constante, comme le suggère l'hypothèse qui la traite seulement ou principalement comme du bruit ou de la variance erreur. La variabilité peut changer au cours du temps et différer entre les sujets. La variabilité est aussi souvent liée à des influences contextuelles et environnementales pour cette simple raison que le comportement implique l'adaptation. Il est cependant peu vraisemblable que la variabilité soit simplement déterminée par l'environnement. Elle est un mode spécifique de réaction de l'organisme à l'environnement et, de ce fait, elle renseigne à la fois sur les propriétés de l'organisme et sur celles de l'environnement. Ces relations intriquées sont encore loin d'être complètement comprises.

24Remettre la variabilité au cœur de la cognition, du comportement et du cerveau peut finalement en permettre une compréhension plus profonde. C'est le pari qui a motivé cet ouvrage.

Auteurs

Jacques Lautrey est professeur de Psychologie différentielle à l'Université Paris V

Bernard Mazoyer dirige le Groupe d'Imagerie neurofonctionnelle de l'Université de Caen

Paul van Geert est professeur au Heymans Institute of Psychology à Groningen

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540