Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le barattage du monde

 | 
Marie-Claude Mahias

I - Les outils de la réflexion

4. Du bon usage de la bouse

Travail et imaginaire féminins

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude des productions animales a toujours été et demeure très sélective. Alors que la production de lait ou de viande est quantifiée, programmée, encadrée dans toutes sortes de statistiques, l’idée que celle de bouse pourrait également être étudiée, comptabilisée, ne paraît vraiment pas sérieuse. Même Jean-Pierre Digard, par ailleurs si attentif à la diversité des rapports entre l’homme et l’animal, néglige presque complètement la production d’excréments, la plaçant après celles de travail, de lait, de viande, de cuir et même de corne (1990 : 184, 187). Il y a quelques années déjà, André-Georges Haudricourt (1977) avait cependant attiré l’attention sur le rôle des excreta dans les rapports de l’homme et de l’animal, opposant un Extrême-Orient où les excréments humains auraient conduit certains animaux – chien et porc – à s’auto-domestiquer, à un Occident où, écrit-il en pensant d’abord au lait, « c’est l’homme qui est attiré par l’excrétion de l’animal ». Plus récemment, François ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540