Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dieux du territoire

 | 
Danouta Liberski-Bagnoud

Chapitre VI. Plis et replis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lecture ayant pour prémisses que les tàŋwáná sont autant d’autels de la terre, il est conséquent d’appréhender les responsables rituels des bosquets sacrés comme des sortes de maîtres de la terre en second. C’est en cherchant à comprendre la nature de la distinction qu’opèrent si vigoureusement dans leurs discours les Kasena entre ces derniers et le maître de la terre que, par contrecoup pour ainsi dire, la notion de « sanctuaire de la Terre » (Earthshrines) employée par Fortes et Goody pour parler des bosquets « peaux de la terre » nous a dévoilé ses limites.

Rassemblons tout d’abord ce que l’on peut savoir à propos de ces tàŋwáná dont un fragment de mythe nous dit qu’ils furent projetés sur la terre après la séparation du fruit de calebassier cosmique. Le champ sémantique du mot tàŋwám recouvre des réalités que la pensée occidentale a pris le pli de distinguer. Ce terme sert en effet à désigner un lieu, une puissance, une portion de terre et enfin ce type d’aménagement cul...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540