Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage au pluriel

 | 
Claudie Voisenat

I. Modèles et variantes

3. L’Aubrac

Du haut lieu au non-lieu touristique ?

Martyne Perrot

Texte intégral

Haut lieu : endroit où le ciel touche la terre
Roger Caillois
Le non lieu, c’est l’espace des autres
sans la présence des autres
Marc Augé

  • 1 L’Aubrac est situé aux confins de trois départements (Aveyron, Lozère, Cantal) et de trois régions (...)

1L’Aubrac n’offre pas la densité historique des Cévennes, il n’est pas associé aux grandes manifestations qui secouèrent le monde rural comme ce fut le cas du Larzac par exemple. A l’époque du grand retour, il ne figurait pas au premier rang des terres élues. Ni haute montagne, ni bord de mer, ce pays a été vidé de ses hommes par l’émigration et tenu à l’écart du grand tourisme par la rigueur de son climat et par sa position géographique1.

2L’Aubrac est situé aux confins de trois départements : le Cantal, la Lozère, l’Aveyron, auxquels il donne une spécificité géographique certaine. Sur ce haut plateau dont le socle granitique affleure entre les anciennes coulées de lave, des pointes d’orgue basaltiques surgissent çà et là, étranges rescapées de l’ère volcanique. Cette histoire géologique ainsi que le lent et patient déboisement inauguré par la dômerie d’Aubrac au xiie siècle convoquent des mises en images contrastées, qui coexistent aujourd’hui sans heurts.

3Hautes solitudes, longtemps inquiétantes pour les voyageurs, l’Aubrac peut aussi faire figure de riche terre d’élevage avec ses burons, ses pâturages fertiles, où la race aubrac des bovins qui y paissent, l’inscrit dans un registre rustique, aujourd’hui valorisé. Mais cette dénudation surprenante évoque aussi ce « non-lieu touristique » vanté par les magazines, propice à créer la rupture avec la vie quotidienne. Il possède, en ce sens, cette « vertu exotique » que Julien Gracq lui attribue plus qu’à tout autre. (Photo Jacques Dubois, 1987.)

  • 2 Il faut aussi, d’un point de vue sociologique, comme le souligne André Micoud, « des recéleurs sym (...)
  • 3 Dômerie d’Aubrac : monastère et hôtellerie pour les voyageurs, construits en 1135 par Adalard, vic (...)

4Il semble pourtant que le haut plateau de l’Aubrac soit en voie de devenir un « haut lieu » et que ses paysages soient déterminants dans ce processus. La production symbolique d’un haut lieu répond à plusieurs conditions parmi lesquelles, deux au moins semblent requises : « une singularité » et « une mise en scène » de cette singularité, destinée à lui conférer un caractère « d’universalité2 ». Si l’originalité géographique et géologique du haut plateau semble avoir été relevée depuis longtemps, les critères changent selon les époques, reflétant de manière indirecte l’évolution de la sensibilité au paysage. Jusqu’à une date récente, ce caractère particulier ne semblait pas avoir permis de faire du plateau un lieu « exemplaire ». Seule la dômerie3 d’Aubrac pouvait revendiquer cette qualité mais de façon discrète.

5Nous voudrions montrer ici, qu’en passant du paysage « répulsif » au paysage « grandiose », le plateau de l’Aubrac s’est prêté, au long d’une histoire qui s’étend du xiie siècle jusqu’à nos jours, aux représentations les plus paradoxales. Toutes ces images cohabitent dans notre perception contemporaine, répondant bien sûr à l’air du temps, aux récents enjeux dont l’espace rural est l’objet, mais aussi à la volonté de mettre aujourd’hui en valeur les éléments susceptibles de « marquer » l’identité d’un lieu.

6D’un point de vue méthodologique, nous avons eu recours à la notion de figure. Les figures ne sont pas des abstractions, même si elles exigent une construction. Elles découpent le réel, s’inscrivent dans un espace concret et puisent dans un fond culturel de représentations, d’images et d’usages qu’il faut ordonner. Elles sont aussi déterminées historiquement et font cohabiter simultanément plusieurs durées. Ainsi il apparaît que les représentations et les pratiques n’obéissent pas toujours au même registre d’historicité.

7Le couple temps/espace est par conséquent fondateur de ces figures paysagères. Avec la question du paysage, on se heurte en effet à une véritable intrigue, au sens littéraire du terme. Selon le type de fusion qu’opèrent les acteurs entre indices spatiaux et indices temporels, le paysage aura, ou non, une chance d’exister, d’obéir à des genres, des styles différents.

  • 4 Du haut lieu au non-lieu, on peut, à titre exploratoire, regrouper les différents référents attach (...)

8C’est en analysant des motifs à partir de récits (tirés d’entretiens, de textes – guides touristiques divers, textes littéraires ou scientifiques -) que nous avons tenté de reconstruire la figure du haut lieu, figure paysagère parmi d’autres. Dans cette perspective, le motif peut être un fragment réel du paysage ou une symbolisation de celui-ci que le récit privilégie et autour duquel il organise une représentation plus globale. En faisant l’hypothèse que le haut plateau de l’Aubrac était en voie de devenir un haut lieu, y compris dans sa version ultime de non-lieu touristique, nous avons tenté de tisser des « motifs » paysagers selon les types de récits qui les mettaient en scène. Ces motifs imposent à chaque fois une vision singulière, chacune participant à construire l’exemplarité du paysage, du haut lieu au non-lieu4.

Premier motif :
la forêt originelle

9Là où on s’aperçoit que le récit de fondation de la dômerie d’Aubrac est à son tour fondateur d’un récit paysager dominant : celui de la forêt disparue...

10La déforestation, puis l’économie pastorale, ont fait naître le haut plateau, lui ont donné sa physionomie actuelle. Aujourd’hui, ce qui subsiste de la forêt originelle participe donc à la production imaginaire et réelle du plateau « dénudé ». Etroitement liée au récit de fondation de la dômerie, la forêt d’Aubrac en est le décor, et d’une certaine façon l’un des prétextes.

11Dans un document de 1216, rédigé par le sixième supérieur de la communauté, le « ministre » Etienne II raconte ainsi les origines de la dômerie :

Alard, dit encore Aladard, vicomte de Flandre, revenait de S’ Jacques de Compostelle : Dieu lui montra, sur son chemin, un lieu couvert de sombres forêts et une caverne de voleurs dans laquelle, depuis bien des années, un grand nombre de pèlerins étaient décapités : vingt à trente têtes y gisaient encore (Buffières 1985).

12Il fallait porter remède à ce mal : Adalard, son pèlerinage achevé, revient fonder un hospice dans ce « locus horroris et vastae solitudinis » :

... lieu d’horreur et de vastes solitudes, ce lieu couvert de forêts redoutables, sombres et inhabitables, où ne croît aucun fruit, où on ne trouve aucune nourriture pour l’homme dans un rayon de deux ou trois lieues. Là sont les limites de trois évêchés, Rodez, Mende et Clermont. Ce lieu s’appelle Aubrac (du latin « Alto Bracum » signifiant « lieu élevé », qui se transforma en Altbrac, puis Aubrac).

13Adalard travailla à son projet pendant quinze ans et, à sa mort en 1135, deux corps de bâtiments étaient déjà construits : une hôtellerie pour les voyageurs et une maison pour les religieux. Les moines déboisèrent peu à peu ces terres qui consistaient pour l’essentiel en hêtraies entrecoupées de marécages. Les pâturages qui les remplacèrent progressivement furent à l’origine de la richesse et de « l’honneur » du monastère.

14Voici, très brièvement située, la première intrigue paysagère de l’Aubrac. La première marque que la forêt impose au paysage est donc, sans nul doute, ce caractère de « haute solitude », cet « aspect sombre et lugubre », cette insécurité entretenue par l’obscurité et la densité du taillis. La forêt est d’abord un symbole d’hostilité, par l’abri naturel qu’elle procure aux bandits de toutes sortes, la posture d’attaque qu’elle leur offre et l’impunité qu’elle leur octroie en dissimulant leur fuite. La rudesse du climat ne fera que renforcer ce caractère. Ainsi trouve-t-on dans le Guide bleu « Midi-Pyrénées » (1989) une description qui lie l’insécurité aux intempéries : « A 1 300 m en ce lieu rendu hostile par les intempéries, les forêts, les brigands. »

15La forêt est ainsi considérée comme l’élément sauvage du paysage. « Il faut dire que beaucoup de terres étaient sauvages et consistaient en forêt » (Calmels 1937).

16De la même façon, les « vastes solitudes » renvoient à cette histoire ancienne et non au haut plateau actuel, lequel a cependant hérité de cette obscure qualité, mais sous la forme de la « désolation », car la sauvagerie du lieu a disparu avec la forêt. Aujourd’hui, même s’il reste encore quelques « sous-bois impressionnants », ils ont définitivement perdu tout caractère insécure. Ce qui demeure de forêt est désormais devenu une attraction touristique :

La forêt a toujours été une des grandes attractions du site d’Aubrac. Les belles futaies de hêtres de Gandillac, des Soutous, du Martinet et la Verrière, étaient particulièrement visitées... (Calmels 1937.)

17Il faut préciser, comme l’auteur le fait lui même, que, depuis 1920, des coupes d’amélioration et de régénération ont rendu la futaie moins dense et que les plantations de résineux, épicéas et sapins, lui ont donné un nouveau caractère.

  • 5 Dans ce cadre, le cerf, comme le loup, apparaissent comme des animaux emblématiques du « sauvage »

18Cependant deux événements, dont l’un très récent, sont en mesure de lui donner un nouveau statut tout en assurant un lien généalogique avec sa sauvagerie passée. D’abord, dans les années 50, l’introduction du cerf5 a contribué à réensauvager la forêt (dans un contexte de préservation cette fois) et à la soumettre, quarante ans plus tard, à de nouveaux regards et à de nouvelles pratiques, liés à la prise de conscience récente de l’environnement.

  • 6 De ce projet, né de la rencontre fortuite d’un passionné de la forêt avec un proche de la fondatio (...)

19Ensuite, fait unique en France, la forêt domaniale d’Aubrac est depuis avril 1991, l’objet d’une convention de protection de la nature, passée entre l’onf, l’Association des amis de la forêt d’Aubrac et la fondation Ushuaïa6. Un premier résultat fut la réalisation d’un reportage dans l’émission télévisée du même nom, sur « les cerfs en forêt d’Aubrac », inscrivant de ce fait le pays dans le registre de « l’aventure extrême ». La dimension « sauvage » réapparaît donc ici, mais sous la version actuellement dominante d’une « nature authentique ».

Deuxième motif :
le haut plateau dénudé

20Ce thème de la disparition de la forêt va favoriser l’apparition de catégories géographiques et esthétiques bien particulières que sont la dénudation ou la nudité nourrissant aussi bien les textes scientifiques que littéraires.

  • 7 rcp Aubrac : Recherche coopérative sur programme. Les résultats de ce vaste programme de recherche (...)

21Sur ce thème, parmi les textes scientifiques de notre corpus, constitué en grande partie par les résultats de la rcp « Aubrac7 », ceux des géographes nous intéressent plus particulièrement. André Fel, responsable du chapitre sur le « milieu naturel » écrit :

l’Aubrac se présente comme un vaste espace dénudé, large ellipse chauve entre les forêts installées dans les creux des boraldes et les pinèdes de Margeride. L’impression de dénudation forestière est saisissante, soit qu’on arpente, soit qu’on considère une carte détaillée... La nudité atteint son comble sur le plateau des lacs... (1970.)

22La disparition du manteau forestier, le mot manteau, si usité dans les descriptions géographiques, étant ici employé à dessein, est l’événement historique qui entraîne plus volontiers les métaphores paysagères. Celle de « l’ellipse chauve », la plus accomplie du côté géographique, entre en résonnance avec la remarquable description de Julien Gracq (1987) :

Tout ce qui subsiste d’intégralement exotique dans le paysage français me semble toujours se cantonner là ; c’est comme un morceau de continent chauve brusquement exsondé qui ferait surface au-dessus des sempiternelles campagnes bocagères qui est la banalité de notre terroir. Tonsures sacramentelles, austères, dans notre chevelu arborescent si continu, images d’un dépouillement presque spiritualisé du paysage, qui mêlent indissolublement, à l’usage du promeneur, sentiment d’altitude et sentiment d’élévation.

23Manteau ou chevelure, ces images les plus banalisées de la forêt évoquent deux de ses qualités : elle protège et soustrait la vue du ciel au promeneur. Le ciel retrouvé, c’est aussi l’altitude éprouvée et le sentiment qui lui est souvent associé, l’élévation. L’isolement complète ce registre métaphorique car il conduit à la nudité, qui, elle-même, favorise « le retour sur soi », le « recueillement ».

24On retrouve dans d’autres récits littéraires la même trame métaphorique. Marianne Auricoste, écrivain, co-auteur des Itinéraires littéraires de l’Aubrac (1990) exprime ce sentiment : « On est tout nu, devant ce paysage on ne peut plus s’accrocher à rien.... Le paysage est seul, décidément. »

25Solitude, recueillement, sacré, s’enchaînent ainsi à travers de nombreux textes poétiques. Motif au long cours, c’est toujours celui-ci qu’un photographe comme Pierre Soisson exploite dans les cartes postales artistiques qu’il a récemment consacrées à l’Aubrac. Lors d’un entretien, ce dernier nous dira : « Photographier l’Aubrac, c’est photographier le rien. »

26Quant au Guide bleu dont on sait « qu’il vise l’impératif maximal, la quintessence touristique » (Gritti 1967), il parachève tout ce procès de singularisation dès l’introduction :

Ces hautes terres de l’Aubrac forment un bout du monde à l’originalité profonde. Ce pays sans ville, désert d’herbe ou de neige au gré des saisons, offre à ses visiteurs des horizons d’une beauté surprenante et l’attrait d’une nature encore authentique.

27Bien que les autres « visages » de l’Aubrac soient aussi mentionnés, comme les Boraldes ou le paysage « quasi bocager » de la Viadène, ce sont les « hautes terres » qui émergent dès l’introduction, pour que l’Aubrac atteigne ce statut de haut lieu par excellence : « le bout du monde ». Cependant, l’Aubrac ne méritera pas la notation « trois étoiles » qui, pour le Guide bleu, consacre la supériorité touristique d’un lieu. Deux étoiles seulement lui seront concédées. Remarquons aussi que le qualificatif « hautes terres » a été préféré à celui de « plateau » qui mérite seulement l’adjectif « intéressant » (Gritti op. cit.). Dans l’échelle de valeur touristique du Guide bleu, la production symbolique d’un « bout du monde » ne peut, en effet, se satisfaire d’un plateau, si « désolé » soit-il.

28Pour les habitants de l’Aubrac, la disparition de la forêt est aussi un réfèrent obligé dans l’appréciation du paysage actuel. Cette disparition est sans doute le degré zéro de l’invention de l’Aubrac comme lieu exemplaire... avant le pâturage, avant l’altitude ; elle est en tous cas plus archaïque dans la symbolique qu’elle déploie.

Troisième motif :
le paysage minéral

29Le substrat du haut plateau est un motif en lui-même. Il en constitue le socle (granite) d’où surgissent des pointes d’orgues basaltiques (dykes) et affleure entre les coulées de lave (basaltes). A ce titre, il est l’objet de métaphores, cette fois d’ordre géologique ou psychologique, en amont de l’histoire humaine ou dans ses profondeurs archétypales. Cette mise en image particulière de l’Aubrac à partir de son histoire minérale est surtout présente dans le récit poétique, qu’il s’agisse des écrivains ou des érudits locaux. Lorsque Marianne Auricoste regarde l’Aubrac, elle parle spontanément du « grand élémentaire », d’une « rencontre avec l’essentiel ».

On devient une pierre, le ciel, la terre, les cailloux, le vent. On est traversé par tout ça, on est au cœur du poème, on devient quelque chose (France Culture, « Gens d’ici », 1er août 1991).

30Un autre écrivain, Michael Gluck, dans son texte intitulé « L’épreuve du paysage » (1990) effectue lui aussi cette liaison entre événement géologique et paysage, saisi ici comme espace où peut se lire le récit des origines, à l’aube même du langage.

Je ne savais rien. Je ne savais pas que l’odyssée serait ode de basalte et de granité, pages de schistes, vigilance de monstres erratiques qui paissent l’éternité d’avant le commencement du monde.

31Et plus loin :

Les bêtes sauvages aussi se sont empêtrées : les voilà figées dans les blocs erratiques abandonnés par les glaciers, les voilà dans la peur des enfants, dans les tourments du ciel avant l’orage, dans la jalousie des taureaux qui s’affrontent au mépris des clôtures, dans le bourdon d’une cabrette qui fait danser le diable.

32On songe, ici, bien sûr, aux travaux de Gaston Bachelard (1948), à cette façon particulière dont « se condense le dialogue de l’image et de la matière, et comment se naturalise là les plus anciennes traditions »... Une sorte de mythologie immédiate est alors en action dans les contemplations du poète. « Le désir d’appartenance à la roche plus qu’à la terre est un grand rêve »,... désir, dont on trouve d’innombrables traces dans la littérature.

33En dehors de celle-ci, ce sont évidemment les textes des géographes et ceux des géologues, qui décrivent, de façon privilégiée, le substrat du paysage.

34C’est à Fel qu’il sera à nouveau fait référence ici :

Autour de Nasbinals, St Urcize, Marchastel, Malbouzon, on ne quitte guère plus le paysage d’accumulation glaciaire, collines morainiques véritables, englobant de gros blocs erratiques de granit et de basaltes mêlés ou moraines étalées après les eaux de fonte (dépôts fluvio-glaciaires) dus à des remaniements ultérieurs. C’est le paysage le plus sévère de l’Aubrac (1970).

35Dans l’ensemble des textes de la rcp Aubrac, ce sera là l’unique emploi du mot paysage, c’est-à-dire un usage géographique du terme, bien que le jugement esthétique de sévérité lui soit immédiatement associé. Mais ce paysage géographique ne peut donner naissance à un haut lieu. Tout ici est à identifier et à décrire, tout est curieux, et le paysage ne peut être dans ce contexte, une figure exceptionnelle.

36Seuls les blocs erratiques ont inspiré la métaphore. Ils sont l’occasion d’une visite guidée du géologue, le long d’un parcours organisé pour les touristes. Témoins de l’érosion glaciaire, ils deviennent objet de curiosité. On se déplace pour les contempler, ils balisent les parcours. Faux menhirs, ou faux dolmens, ils mythologisent à eux seuls le paysage.

Point d’arbre, mais des blocs couchés là comme des dolmens ou dressés comme des menhirs, matériaux abandonnés disait Ajalbert, qui n’ont pu servir lors de la création du monde... les engins mécaniques les soulèvent et les rassemblent pour dégager les pâturages (Buffières 1985).

37Certains magazines touristiques usent de cette particularité géologique comme d’une attraction paysagère. C’est le cas de « Cheval magazine » qui n’hésite pas à parler de l’Aubrac comme :

d’une extravagance géologique qui donne un paysage superbement original composé de petites vallées encaissées, les fameuses boraldes, couvertes de hêtres et de châtaigniers et de hauts plateaux sauvages étonnants de désolation (1990).

38On retrouve à nouveau cette triade qui lie paysage, originalité et histoire géologique exceptionnelle, mettant en scène un paysage sauvage et désolé, mais la désolation étant cette fois un indice positif car suceptible d’être associée au « sauvage ».

39Inséparable de l’histoire géologique, l’histoire volcanique est l’un des opérateurs symboliques également privilégiés par les guides touristiques, au détriment de l’histoire glaciaire qui lui est postérieure.

40Il est vrai que, dans l’histoire géologique, les volcans du tertiaire procèdent d’un rajeunissement, tandis que les phénomènes d’érosion glaciaire et péri-glaciaire ont tendance à gommer le paysage, à l’empâter. Seuls, restent les blocs erratiques transportés par les glaciers. Les écrits prenant en compte ces caractéristiques volcaniques adoptent deux styles opposés, soit lapidaire : « l’Aubrac est un des massifs volcaniques les plus méridionaux d’Auvergne » (Guide bleu 1988), soit lyrique, surtout dans les nombreux textes, opuscules et manuscrits publiés par les érudits locaux : Pays de plein ciel et terre de volcans, au cœur d’un plateau aux horizons sans rivages (Buffières 1985).

41En 1802, A.A. Monteil, en évoquant cette même séquence, recrée l’ambiance cataclysmique et apocalyptique des premiers bouleversements, ne pouvant qu’entraîner le spectateur dans une rêverie sur la sombre destinée des empires.

42Cette vision « éruptive » du paysage renvoie à celle de la révolution récente dont l’Empire n’a pas encore exorcisé tous les signes de deuil.

Ils parcourent avec une avide curiosité les cratères éteints, environnés de scories pulvérulantes, de matières torréfiées, mélanges de quartz, de spath et de granit. Ils admirent ces basaltes prismatiques, offrant des colonnes groupées en jeux d’orgues et de pilastres veinés de différentes couleurs ; ces remparts perpendiculaires de coulées de lave, subitement arrêtées dans leur fusion par la masse des eaux qui couvraient les plaines inférieures, éternels monuments du combat que se livrèrent alors ces deux redoutables éléments. L’enthousiasme de la science peut bien faire illusion au physicien, mais cette scène de bouleversement attristera toujours le voyageur et ne lui offrira qu’un tableau d’une teinte sombre. En serait-il donc de la nature comme des empires qui portent longtemps le deuil de leur révolution ?

43Combats de géants, création ou fin du monde, l’histoire géologique dans sa version volcanique inspire des visions extrêmes et radicales. Ce paysage ne peut être alors conjugué que sur le mode exceptionnel.

44Pour les gens du lieu, le « rocher » est évoqué à travers la contrainte qu’il représente. Pour les agriculteurs, il offre peu ou pas de prise métaphorique et invite surtout au dérochage pour libérer les pâturages ou les enclore de murets de pierres sèches.

45Cependant sa valeur mythologique ou rituelle existe bien dans ces croix de pierre qui marquent le lieu d’une dévotion ou d’un événement, ou encore le point de jonction des trois départements de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère, comme cette « Croix des Trois Evêques », taillée dans le basalte, et qui vient d’être volée et remplacée par une croix de ciment !

De la figure du haut lieu à
celle du non-lieu

46De l’isolement au dépaysement, un lien généalogique est à repérer. C’est ce dernier qui achève le procès de production du paysage de l’Aubrac comme « haut lieu », en le faisant paradoxalement naître comme « non-lieu » touristique.

47Certains récits paysagers abordent l’Aubrac sous le motif du « dépaysement ». Ils isolent alors certaines qualités du paysage, comme « l’immensité », « l’absence de repères » et la « solitude » pour le construire comme « non-lieu touristique ». C’est le cas de cet article, paru dans le magazine Expression (1987), qui donne le ton dès le titre : « L’Aubrac un absolu dépaysement » :

L’Aubrac est un de ces lieux qui bercent notre imagination. On ne saurait le situer avec précision : ni de quoi sa magie est faite. Cette contrée onirique établie aux frontières de l’irréel... Avouons-le, on ne jurerait pas que l’Aubrac existe tout à fait, mais on a envie de le croire... Cependant les cartes de géographie font état d’un plateau de deux cents km carrés, posé quelque part entre Aumont Aubrac, Marvejols et Espalion... Sur la carte du tendre du Massif central, l’Aubrac est le point de convergence improbable d’un labyrinthe de routes tortueuses. Pas de gare à proximité, pas d’aérodrome. Le non lieu touristique exemplaire.

48C’est donc bien par un processus de délocalisation que le non-lieu peut émerger. C’est en évidant le paysage de ses qualités anthropologiques qu’il advient et procure un « dépaysement total ». Cette dernière transfiguration nous paraît exemplaire du hiatus contemporain qui s’établit entre une culture paysagère produite par les médias et la perte progressive des repères et des pratiques qui organisèrent le paysage « paysan ».

49En sortant le paysage de son contexte agricole et humain on le transforme en un lieu où les rapports entre espace et identité ne sont plus acquis. Les frontières deviennent irréelles et improbables, promesses d’une « aventure » certaine, pour touristes « non ordinaires » (Expression 1987).

50Si, en 1802, Alexis Monteil qualifiait ce pays de « barbare », en accordant à ce terme une valeur positive, puisqu’il échappait ainsi aux « vices des gens de la ville », aujourd’hui « l’Aubrac est vaste et aucunement contaminé par le tourisme de masse » (ibid.).

51Devenu lieu exemplaire parce que non-lieu, il ne peut être comparé à d’autres pays : « L’Aubrac ne ressemble qu’à lui-même » (ibid.).

52Mais il est aussi hors du temps et son « étrangeté ne va pas de soi ».

A chaque pas le promeneur est en état de basculer sur l’autre versant de lui-même et s’il ne risque plus la dague ou le pistolet d’un brigand, il est sous la menace d’un absolu dépaysement. Touristes ordinaires, partez au bout du monde. Adeptes des émois subtils et des ivresses vaporeuses, repérez l’Aubrac sur votre carte et montez là-haut, au royaume de jadis et de nulle part.

53Nous retrouvons ainsi cette vertu « exotique » que le paysage d’Aubrac possède plus que tout autre, selon Julien Gracq. Cette fois, l’intrigue paysagère s’est nouée en faisant éclater le couple espace/ temps. Il n’existe plus que « l’infini en ligne de mire » (Expression). C’est dire que ce dernier motif se tisse au-delà de « l’authentique » et du « sauvage », car ceux-ci sont encore localisés et identifiables dans le temps.

54Le non-lieu touristique, produit par l’immensité, les grands espaces et les horizons vertigineux n’est plus par conséquent un « lieu anthropologique », c’est-à-dire un lieu où peut se reconnaître la relation à l’histoire, à l’identité (Augé 1994). Il se construit en marge d’un paysage habité et travaillé. Pour cette raison, cette « figure » n’implique pas de témoignages émanant des habitants. « L’Aubrac des burons », de ses hommes, nous a, quant à lui, semblé appartenir à une autre figure : « la figure paysanne » (Perrot et Magos 1992). En revanche, le non-lieu touristique se crée à partir d’une culture globale, dont les paysages ne sont plus que des fantasmes sans ancrage, que le désir d’échapper au « vu » et au « connu. » Le dernier dépliant de l’Office du tourisme (1992) de l’Aubrac-Lozère, confirme cette tendance actuelle, puisque le slogan publicitaire qu’il propose insiste précisément sur l’aspect « intemporel » et « l’espace sans limite » qu’offre le pays :

Pays d’espace et de lumière où le vert des pâturages et le bleu du ciel se conjuguent à l’infini pour vous donner l’illusion d’un monde hors du temps.

55Nous sommes bien là, malgré la mention discrète des pâturages, loin du terroir, loin de l’histoire. Dans cette perspective le haut plateau de l’Aubrac apparaît comme exemplaire de la problématique paysagère actuelle, à laquelle il peut, d’une façon involontaire mais privilégiée, se prêter.

Références bibliographiques

56Augé, M., 1992, Non lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Librairie du xxe siècle, Paris, Le Seuil.

57Auricoste, M., 1990, « Le parti pris des drailles, » in Aubrac, les itinéraires littéraires en Lozère, Éd. Brémond, J. 19-23.

58Bachelard, G., 1948, La terre et les rêveries de la volonté, Paris, Librairie José Corti.

59Buffières, Abbé, 1985, Ce tant rude Gévaudan, slsa, Lozère, tome 1. Calmels, Chanoine, 1957, Guide de l’Aveyron, St Chély d’Aubrac, Aubrac, Éd. Solidarités aveyronnaises.

60Expression, mai-juin 1987, n° 5.

61Fel, A., 1970, Les transformations du milieu naturel, in rcp Aubrac, Paris, cnrs, tome 2, 1re partie.

62Gluck, M., 1990, « L’épreuve du paysage », in Aubrac, les itinéraires littéraires de Lozère, Éd. Brémond.

63Gracq, J., Dubois, J., 1987, Aubrac, Lausanne, Nathan.

64Gritti, J., 1967, « Les contenus culturels du Guide bleu », Communications, n° 10, Paris : 51-65.

65Guide bleu, 1988, « L’Aubrac lozèrien », Languedoc Roussillon, Hachette.

66– 1989, « L’Aubrac », Midi-Pyrénées, Hachette.

67La feuille de Silva, nov. 1991, n°7.

68Micoud, A., 1991, La production symbolique des lieux exemplaires. Dossiers des séminaires, tts. Ministère de l’Équipement, du logement, des transports et de la mer, n° 14 : 10-11.

69Monteil, A.A., 1802, Description du département de l’Aveyron, Rodez, tome 1.

70Perrot, M., Magos, I, 1992, Approche ethnologique du paysage de l’Aubrac, (1re partie : la figure du haut lieu, 2° partie : la figure paysanne, 3e partie : la figure touristique, 4e partie : une mise en image de l’Aubrac : la carte postale), rapport pour la direction du Patrimoine ethnologique, Paris.

Notes

1 L’Aubrac est situé aux confins de trois départements (Aveyron, Lozère, Cantal) et de trois régions (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Auvergne). Il constitue la plus méridionale des zones volcaniques du Massif central. Son socle de granités et de schistes est faiblement incliné vers l’est et le nord, mais descend en pente forte vers le sud-ouest. Le plissement alpin a fait naître des fissures (axe sud-est/ nord-ouest) d’où se sont échappées des éruptions complexes il y a 9 à 6 millions d’années. Des cendres et des tufs s’intercalent dans une vingtaine de coulées de basalte qui ont surélevé l’axe central d’où surgissent les points culminants : le Signal de Mailhebiau (1 469 m), le Puy de Roussillon (1 408 m) et le Roc du Cayla (1 298 m). Au quaternaire, une calotte glaciaire a empâté les formes du relief primitif. L’Aubrac présente aujourd’hui deux aspects : au sud de la rangée des sommets qui servait de limite aux anciennes provinces (Auvergne, Gévaudan d’une part, Rouergue d’autre part), le plateau domine de près de 1 000 m la vallée du Lot, peu éloignée de la ligne de faîte. Il est disséqué en lanières parallèles par des vallées étroites, aux pentes raides : Les Boraldes. Le versant nord, en revanche, correspond à un plateau régulier, avec des croupes peu saillantes et de larges vallées. Il passe sans transition nette à la pénéplaine granitique qui s’étend jusqu’à la Truyère et à la Margeride. La partie haute du massif est dénudée, mais la forêt originelle subsiste sur les pentes du versant méridional et quand l’altitude diminue, lignes d’arbres et prairies de fauche font naître un paysage quasi bocager. (Notre observation concerne [dans cet article], essentiellement le haut plateau.)

2 Il faut aussi, d’un point de vue sociologique, comme le souligne André Micoud, « des recéleurs symboliques, des témoins, des agents de la mise en circulation des figures » (Micoud 1991).

3 Dômerie d’Aubrac : monastère et hôtellerie pour les voyageurs, construits en 1135 par Adalard, vicomte de Flandre.

4 Du haut lieu au non-lieu, on peut, à titre exploratoire, regrouper les différents référents attachés à chaque motif paysager :

Forêt originelle : Origines, Fondation, Sauvagerie, Hostilité, Insécurité, Animal sacré, Légende, Mémoire, Beauté, Attraction, Aventure.

Haut-Plateau dénudé : Solitude. Désolation, Altitude, Élévation spirituelle. Horizon, Immensité, Exotisme, Recueillement, Bout du Monde.

Substrat du paysage : Aube des temps, Éternité, Création du monde, Mythologie, Méditation, Destinée.

Non-lieu touristique : Intemporalité, Universalité, Dépaysement, Étrangeté.

5 Dans ce cadre, le cerf, comme le loup, apparaissent comme des animaux emblématiques du « sauvage ».

6 De ce projet, né de la rencontre fortuite d’un passionné de la forêt avec un proche de la fondation Ushuaïa, un premier effet concerne la chasse aux cerfs et l’établissement d’une aire de vision. Mais les ambitions de l’association dépassent celles de la chasse, qui n’est qu’un premier objectif, et concernent l’Aubrac comme « entité géographique, humaine, culturelle » dans un souci de protection et de préservation de son environnement. En se souciant de l’identité, le projet consacre aussi l’exemplarité du pays.

7 rcp Aubrac : Recherche coopérative sur programme. Les résultats de ce vaste programme de recherche ont été publiés par les Éditions du cnrs sous la direction de George-Henri Rivière et Corneille Jest, 5 tomes, 1970, 71. 72, 73.

Table des illustrations

Légende 3. L’Aubrac
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteur

Chargée de recherche CNRS, CETSAH (Centre d’études transdisciplinaires sociologie-anthropologie-histoire), Paris

Géographe, photographe, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540