Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

Cahier hors-texte

Texte intégral

I. Le prognathisme, fréquent dans l’art saharien, traduit parfois le port d’un masque.

II. L’abri du Taureau à Tin Hanakaten (Tassili n Ajjer) renferme deux scènes remarquables, une longue procession avec effet de perspective, effet des plus rares dans l’art rupestre, et un saut au-dessus du taureau, scène d’initiation qui se pratique actuellement chez les pasteurs d’Afrique de l’Est. Époque bovidienne

III. Les comes et Les robes des bovins ont été l’objet des plus grandes attentions de La part des peintres bovidiens. Des robes peu probables dans la nature, comme celles d’une partie de ce troupeau que l’on peut voir sur le plateau d’Iherir, pourraient être des décorations de robes unies ou des robes « virtuelles ». Époque bovidienne.

IV. IL suffit d’une pluie pour que Les oueds coulent. Après Le passage de La crue, des flaques d’eau peuvent subsister un temps plus ou moins Long. Cette humidité est suffisante à L’entretien d’une végétation pérenne. Les populations sahariennes profitent des banquettes qui bordent L’oued pour installer quelques cultures dont subsistent des témoins tels que ce palmier.

V. Le hachereau, cet outil typique de l’Afrique, a parfois un tranchant très étroit.

VI. À Tamadjert (Tassili n Ajjer), l’irrégularité des parois n’a pas rebuté les peintres. Ceux de la période caballine y ont figuré de nombreux personnages et chars au galop volant.

VII. L’attitude de ces moutons d’Iheren (Tassili n Ajjer) souligne une grande familiarité avec l’homme et la convoitise de l’objet qu’il tient en main qui pourrait être un pain de sel. Époque bovidienne (relevé mission Lhote).

VIII. Dans ces montures d’In Itinen (Tassili n Ajjer), l’art camelin retrouve la vivacité que traduisait celui des pasteurs de bovins (relevé mission Lhote).

IX. Les eaux, le vent ont creusé des alvéoles à la base des roches. Leurs parois, souvent couvertes de peintures, furent utilisées comme habitat, parfois comme sanctuaire, par les populations préhistoriques.

Χ. 1. Cette ronde-bosse d’Alidema (Tadrart), d’époque bovidienne, est La seule sculpture de pierre dont on connaisse plusieurs exemplaires qui furent travaillés dans des matériaux différents.

X. 2. L’intérieur d’une coupe de l’oued Mengoub (ouled Djellal), dont on n’a retrouvé que quelques fragments, avait été orné d’un bovidé couché (d’après Breuil et Clergeau 1931).

XI. Le secteur de Tin Hanakaten (Tassili n Ajjer) est riche en peintures de bovins parfois accompagnés d’un bouvier. Celui-ci a probablement profité de son déplacement pour ramener un fagot. Époque bovidienne.

XII. Les artistes bovidiens de la région d’Iheren (Tassili n Ajjer) ont produit des tableaux animaliers naturalistes d’un puissant dynamisme et d’une surprenante élégance (relevé mission Lhote).

XIII. Les peintres de l’époque Têtes Rondes usaient volontiers d’une teinte jaune verdâtre et d’un dessin surréaliste. Dans cette représentation de Tikediwine (Tassili n Ajjer), seuls de petits personnages et une girafe sont identifiables.

XIV. À Tikediwine, une partie de fresque célèbre montre une probable scène de préparation de peau. Devant une peau tendue, deux personnages qui semblent s’activer ont posé auprès d’eux l’instrument courbe qu’ils portent fréquemment. La perspective est rendue avec beaucoup de maestria, et la scène mise en valeur par le mouton dressé sur ses pattes arrière. Époque bovidienne.

Table des illustrations

Légende I. Le prognathisme, fréquent dans l’art saharien, traduit parfois le port d’un masque.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende II. L’abri du Taureau à Tin Hanakaten (Tassili n Ajjer) renferme deux scènes remarquables, une longue procession avec effet de perspective, effet des plus rares dans l’art rupestre, et un saut au-dessus du taureau, scène d’initiation qui se pratique actuellement chez les pasteurs d’Afrique de l’Est. Époque bovidienne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Légende III. Les comes et Les robes des bovins ont été l’objet des plus grandes attentions de La part des peintres bovidiens. Des robes peu probables dans la nature, comme celles d’une partie de ce troupeau que l’on peut voir sur le plateau d’Iherir, pourraient être des décorations de robes unies ou des robes « virtuelles ». Époque bovidienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende IV. IL suffit d’une pluie pour que Les oueds coulent. Après Le passage de La crue, des flaques d’eau peuvent subsister un temps plus ou moins Long. Cette humidité est suffisante à L’entretien d’une végétation pérenne. Les populations sahariennes profitent des banquettes qui bordent L’oued pour installer quelques cultures dont subsistent des témoins tels que ce palmier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende V. Le hachereau, cet outil typique de l’Afrique, a parfois un tranchant très étroit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende VI. À Tamadjert (Tassili n Ajjer), l’irrégularité des parois n’a pas rebuté les peintres. Ceux de la période caballine y ont figuré de nombreux personnages et chars au galop volant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende VII. L’attitude de ces moutons d’Iheren (Tassili n Ajjer) souligne une grande familiarité avec l’homme et la convoitise de l’objet qu’il tient en main qui pourrait être un pain de sel. Époque bovidienne (relevé mission Lhote).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende VIII. Dans ces montures d’In Itinen (Tassili n Ajjer), l’art camelin retrouve la vivacité que traduisait celui des pasteurs de bovins (relevé mission Lhote).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende IX. Les eaux, le vent ont creusé des alvéoles à la base des roches. Leurs parois, souvent couvertes de peintures, furent utilisées comme habitat, parfois comme sanctuaire, par les populations préhistoriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Χ. 1. Cette ronde-bosse d’Alidema (Tadrart), d’époque bovidienne, est La seule sculpture de pierre dont on connaisse plusieurs exemplaires qui furent travaillés dans des matériaux différents.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende X. 2. L’intérieur d’une coupe de l’oued Mengoub (ouled Djellal), dont on n’a retrouvé que quelques fragments, avait été orné d’un bovidé couché (d’après Breuil et Clergeau 1931).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende XI. Le secteur de Tin Hanakaten (Tassili n Ajjer) est riche en peintures de bovins parfois accompagnés d’un bouvier. Celui-ci a probablement profité de son déplacement pour ramener un fagot. Époque bovidienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Légende XII. Les artistes bovidiens de la région d’Iheren (Tassili n Ajjer) ont produit des tableaux animaliers naturalistes d’un puissant dynamisme et d’une surprenante élégance (relevé mission Lhote).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende XIII. Les peintres de l’époque Têtes Rondes usaient volontiers d’une teinte jaune verdâtre et d’un dessin surréaliste. Dans cette représentation de Tikediwine (Tassili n Ajjer), seuls de petits personnages et une girafe sont identifiables.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende XIV. À Tikediwine, une partie de fresque célèbre montre une probable scène de préparation de peau. Devant une peau tendue, deux personnages qui semblent s’activer ont posé auprès d’eux l’instrument courbe qu’ils portent fréquemment. La perspective est rendue avec beaucoup de maestria, et la scène mise en valeur par le mouton dressé sur ses pattes arrière. Époque bovidienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6583/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable