Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

Épilogue

Texte intégral

1Il est difficile de discerner la fin du Néolithique car elle se confond avec l’Âge des métaux, période mal cernée au Maghreb et dont une partie appartient à l’Histoire, Histoire dans laquelle le nord de l’Afrique fera son entrée au cours du Ier millénaire, avec l’implantation puis la destruction de Carthage. On ne sait ni quand, ni pourquoi, ni au profit de quoi, l’outillage lithique se raréfie et disparaît. La taille de la pierre est restée jusqu’à des temps très proches une technique connue ; il y a une trentaine d’années, des vieillards possédaient encore ce savoir-faire qu’avait maintenu la fabrication des pierres à fusil. Tout porte à croire que l’âge des métaux n’a marqué aucune rupture, aucun changement dans le mode de vie. Le sac à outils ne diffère de celui du Néolithique que par la présence sporadique d’objets en cuivre, en bronze ou en fer qui s’ajoutent aux outils de pierre. C’est ce que les travaux de D. Grébénart ont bien attesté dans le Sahara nigérien. C’est ce que P. Cadenat a pu observer dans la région de Tiaret où, dans une vingtaine de sites, dont Columnata, des fragments métalliques se surajoutent à un contexte d’aspect néolithique ; ils s’accompagnent d’une poterie dont le décor de flammes fait au peigne, qui n’est pas connu antérieurement dans la région, pourrait être un marqueur du changement. C’est encore la poterie qui signe cette période avec des tessons appartenant à deux vases typiques de la phase dite campaniforme, qui ont été retrouvés dans la région de Saïda.

  • 43 Sans que l’on sache si l’on est en présence de l’extension du foyer nubien qui se manifeste au IIIe(...)

2Des datations ont récemment montré que le nord du Niger, la Mauritanie, utilisaient le cuivre au IIe millénaire, qu’au Niger, le fer apparaîtrait vers — 2 000 dans le massif de Termit43. En Algérie, les travaux étant antérieurs à l’existence de ces techniques de datation, on ne dispose d’aucune indication précise d’âge et la documentation provenant des fouilles est pauvre. Un seul site, le pic des Singes, près de Bejaïa, atteste d’une activité métallifère avec une métallurgie du cuivre. Cette rareté des objets métalliques pourrait être liée à leur corrosion mais aussi à leur incessante récupération en vue de leur refonte. Il est probable également que tous les sites de cette période n’en aient pas possédé, l’essentiel des objets en métal retrouvés étant des bijoux qui proviennent de tombes. Des bagues, bracelets en bronze découverts dans des régions assez diverses, Alger, Constantine, Oran, Aïn Sefra, Aflou, M’Sila, Tébessa, Guelma, etc. permettent de généraliser leur utilisation, mais plus rares sont les pendants d’oreilles, colliers, fibules.

3Quelques armes qui doivent remonter aux débuts de l’âge des métaux ont aussi été mises au jour, toujours isolées, comme un poignard qui était enfoui dans une anfractuosité de la roche au Chenoua ou une hache trouvée à Karouba près de Mostaganem. De formes semblables à celles connues en Europe, en particulier en Espagne et en Suisse, ces armes évoquent des contacts transméditerranéens autant, voire plus, que des convergences. Ces objets métalliques sont aussi révélés par l’art rupestre avec des représentations de haches, de poignards, même si l’on ne trouve pas en Algérie l’abondance de témoins qu’offre le Maroc où, dans le Haut-Atlas et l’Anti-Atlas, les gravures de cette époque figurent par centaines. La région saharienne est encore plus pauvre en indices. On ne dispose que d’une donnée indirecte avec des lames longues et fines qui furent découvertes à M’Raneb près d’Ouargla, au début du XXe siècle, et qui, d’après J. Pélegrin, ne peuvent provenir que d’un débitage à l’aide d’un objet en métal dont aucune trace n’est soupçonnée par ailleurs.

4Un déplacement de population se perçoit, dans la zone saharienne, à partir du milieu du IIIe millénaire avec une occupation humaine régressant en raison du développement du désert qui prend son aspect actuel. Les habitats s’amenuisent et se raréfient ; une partie de la population dut migrer vers les marges sahariennes car au Sahel et dans l’Ouest saharien, les sites se multiplient à cette époque. C’est ainsi que le Hodh, dans le Sud-Est mauritanien, verra se développer la civilisation de Tichitt où furent trouvés divers objets de cuivre. Sous l’effet d’une désertification croissante, elle-même glissera vers l’Ouest jusqu’au Tagant où une métallurgie locale du fer se manifestera à partir du IVe siècle avant J.-C., tandis que l’outil en pierre, hors le matériel de broyage, sera abandonné. Y eut-il de même une migration vers le Nord ? Peut-on voir dans les villages dits « berbères » de l’Atlas saharien l’équivalent de ceux de Mauritanie ? Peu étudiés, non datés, peuvent-ils remonter jusqu’à cette époque ou ont-ils été créés au Moyen Age comme il est dit parfois ? Les camps retranchés du Tell, ceux que l’on retrouve dans la zone saharienne à Aïn Massine, Iherir par exemple, seraient-ils liés à de tels mouvements de populations ou faut-il les associer à des moments d’agitation comme ceux du Ve siècle après J.-C. ?

5Tout donne à penser qu’à partir de l’âge du bronze, avec le développement de la navigation et l’emploi du cheval, les contacts transméditerranéens et transsahariens se multiplièrent, l’Algérie y participant activement. Ce sera le début d’un brassage humain qui depuis n’a guère cessé, et même s’est accentué au cours de l’Histoire, les populations occupant l’actuel territoire algérien recevant des influences extérieures et, inversement, en le quittant, participant à la mise en place d’autres populations.

  • 44 Une importante nécropole couvrait les coteaux de Beni Messous ; un de ses monuments a été reconstru (...)

6Ces contacts, l’intervention d’hommes nouveaux s’affirment dans la présence de certains monuments funéraires, les haouanet et les dolmens, qui, les uns et les autres, restent confinés à une aire restreinte centrée sur le Maghreb oriental, les haouanet ne débordant pas les régions de Tébessa et Constantine, les dolmens ne dépassant pas Alger vers l’ouest44 . Des inhumations en jarre que l’on connaît au Proche-Orient - à Byblos en particulier au cours du IVe millénaire — ont existé dans la région de Biskra. On ignore à quel moment s’installèrent ces modes. À l’époque romaine, les dolmens n’appartenaient plus aux pratiques du moment, ils n’étaient guère utilisés que comme cachette. Les haouanet, dont on sait qu’ils sont plus anciens, sont restés en usage au moins jusqu’à l’époque punique à en juger par des peintures qui les ornent, et probablement bien plus tard à en croire la tradition. Si ces modes d’inhumation montrent des liens avec la Sicile et le sud de l’Italie ou avec la Sardaigne, ni l’un ni l’autre n’a éliminé les tumulus ou les formes dérivées. En allant de la côte vers l’Aurès, on voit même le dolmen s’intégrer aux monuments locaux, donnant des formes originales où, réduit à un caisson, recouvert de pierres, il prend l’aspect extérieur du tumulus, monument traditionnel de l’Afrique du Nord.

7C’est probablement la navigation de l’âge du bronze qui introduisit de nouvelles formes de poterie au fond plat, de nouveaux décors. Les poteries carénées, au décor en relief, couvertes d’un vernis résineux, dont les traits subsistent dans la poterie modelée des Aurès, rapportent, comme les haouanet, des liens privilégiés et forts entre l’Est maghré bin, le sud de l’Italie, la Sicile. Les décors géométriques peints seraient d’introduction un peu plus récente ; typiquement méditerranéennes, les poteries décorées de la sorte sont bien connues en Anatolie et en Grèce dès le IIIe millénaire, en Sicile au milieu du IIe millénaire.

8S’ils introduisent des objets nouveaux, des agissements nouveaux et sans doute des hommes nouveaux dans le Maghreb, ces moyens de communication ne manquent pas d’en exporter comme les restes d’autruche retrouvés en Espagne ou la pratique de l’attelage à quatre chevaux introduite chez les Grecs, ou encore, disent les auteurs anciens, le dressage des chevaux, les anciens Libyens s’adonnant à cet exercice au profit de la Grèce antique.

49. Les populations caballines sont souvent figurées en couple, de part et d’autre d’une lance. La femme est revêtue d’une longue robe, l’homme d’une courte tunigue dont l’évasement évoque le vêtement de peau que portaient Les jeunes Touareg il y a quelques dizaines d’années. Souvent, la différence de taille s’exprime non pas au niveau des têtes, mais à celui des pieds, ce qui a été interprété par Y. Tschudi comme signe d’égalité dans les structures sociales d’alors.

9L’intérêt porté au cheval apparaît, encore aujourd’hui, comme un élément majeur de la culture algérienne. Celui que lui portaient les anciennes populations d’Algérie est marqué partout sur les roches, si bien qu’il a donné son nom à l’une des dernières périodes de l’art rupestre. Il est souvent attelé à un char et l’on discute toujours pour savoir si l’usage du métal était ou non indispensable à sa fabrication. C’est alors qu’au Sahara central, l’art prend son aspect actuel, il évite les courbes, privilégie les triangles. Des termes de passage entre l’art de fin de période bovidienne, aux représentations réalistes, et cet art caballin montrent que celui-ci résulte d’une évolution dont on ne sait encore si elle est ou non liée à une influence. Il a d’autant plus d’importance que les plus anciens caractères tifinagh, ceux dont on ne comprend pas la signification, sont joints à des personnages associés au cheval.

  • 45 Aux rares auteurs qui ont proposé que le cheval ait été monté avant d’être attelé, on rétorque qu’à (...)

10Le cheval fut d’abord un animal de trait, puis il sera monté45 . Dans sa phase la plus ancienne, l’art caballin figure l’animal dans une position d’extension maximale dite « galop volant » qui rappelle l’enlevé que représentaient volontiers les Crétois. Les personnages sont vêtus les uns d’une longue robe, les autres d’une courte jupe raide, très évasée, identique au vêtement de peau que portaient les jeunes Touareg il n’y a pas si longtemps. Par Hérodote, on sait que de tels attelages parcouraient les regs africains, au Ve siècle avant J.-C. À la même époque, des plaques de grès ayant pour sujet dominant le cheval — mais qui n’est jamais attelé, ni monté — étaient peintes ou gravées pour être déposées dans des chapelles de monuments funéraires. Elles ont été trouvées dans la nécropole de DjorfTorba, non loin de Béchar.

11Sur les stèles libyques, le cheval est toujours monté ; par exemple la célèbre stèle d’Abizar en Kabylie, que l’on rapporte aux IIIe—IIe siècles avant J.-C., présente un personnage à barbe taillée en pointe, armé de trois javelots montant un cheval (fig. 50). On retrouve une figure voisine sur une dalle peinte provenant de Djorf Torba.

12Dans le Sud, le dromadaire supplantera le cheval à une époque encore mal définie, le plus souvent rapportée au IIIe siècle avant J.-C., parfois au VIIIe. Or il serait utilisé 2 000 ans avant J.-C. en Égypte ; si ces dates étaient confirmées, il faudrait expliquer un tel décalage. Le dromadaire donnera aux populations de la zone saharienne la maîtrise du désert dont la puissance connaîtra son apogée avec la route de l’or ; elle ne sera réduite qu’au Moyen Âge par la navigation atlantique qui drainera le commerce à son profit.

50. La stèle d’Abizar si souvent reproduite montre un cavalier libyen à la barbe en pointe, en position d’orant, portant un bouclier rond et trois javelots. Divers signes l’accompagnent ainsi qu’un minuscule personnage armé d’un javelot ( ?) qui s’abrite sous son bras libre (d’après Camps 1980).

13L’appartenance au monde méditerranéen s’affirme diversement, par exemple dans les colonnes et chapiteaux qui ornent le Medracen ou le tombeau de Juba II et qui témoignent d’une profonde assimilation de l’art grec, ou dans certains comportements, telle la capuche dont se coiffe l’orateur dans la Jemaa et dans l’arrêt immédiat de son discours si celle-ci vient à retomber, ce qui est une pratique connue dans la Grèce antique sans que l’on sache qui l’a empruntée à l’autre.

51. Cette vue aérienne du tombeau de Juba II, dit parfois tombeau de la Chrétienne, près de Tipaza, prise avant sa restauration, fait particulièrement valoir sa forme magnifiée de bazina (d’après Christofle 1951).

  • 46 Notons que ces données archéologiques, qui n’étaient nullement compatibles avec la théorie aujourd’ (...)

14Cette appartenance méditerranéenne de l’Algérie n’occulte pas une identité profonde. Aux deux extrémités du pays, chez les Kabyles et chez les Touareg, malgré des structures sociales aujourd’hui différentes, se retrouvent non seulement le même idiome mais des pratiques identiques telles que l’incubation, cette coutume qui consiste à passer la nuit sur une tombe pour entrer en contact avec un mort. Elles traduisent soit une même origine, soit une même et très forte influence. Or, antérieurement à l’époque historique, à aucun moment, une influence couvrant l’ensemble du pays n’est perceptible ; même l’introduction du cheval, seul vecteur possible si elle s’avérait réalité, n’en remplit plus les conditions dès lors qu’elle ne s’accompagne d’aucun changement fondamental. Les monuments funéraires ne sont pas, comme on l’a cru longtemps, strictement liés à la fin de la préhistoire ; les tumulus construits à l’intérieur puis à l’extérieur de l’habitat sont des pratiques qui remontent haut dans les temps néolithiques et les monuments dits en trou de serrure, contrairement à ce qui avait été supposé, se révèlent bien antérieurs à la période caballine. L’art caballin, en livrant des stades de transition qui rapportent sa continuité avec la période bovidienne antérieure, n’apparaît plus comme une brusque innovation liée à l’intervention d’une nouvelle population et d’une nouvelle culture imposant leurs pratiques. On est donc conduit à privilégier l’autre hypothèse, celle d’une même origine. Le seul fond commun ayant un développement suffisamment vaste pour justifier l’étendue du monde berbère reste l’Atérien, lui-même étant fort probablement issu des premières populations qui occupèrent le territoire46.

15Dès lors les données de la préhistoire rejoignent celles des marqueurs sanguins ; elles expliquent la mosaïque de peuplement que font ressortir certains traceurs, tout comme le fond commun que d’autres laissent apparaître. Même si les historiens ont réservé le nom de Berbères à ceux qui ont conservé, non sans diversités, l’un des éléments d’une culture qu’est la langue, les connaissances actuelles voient l’histoire des Berbères et l’histoire du nord de l’Afrique se confondre en une très longue histoire, plongeant ses racines à l’aube de l’humanité.

16Interactif, l’espace berbère, ouvert tant sur le monde saharien que sur le monde méditerranéen, s’est développé dans des contextes écologiques divers qui ont engendré de multiples variantes culturelles pendant que la multiplication des brassages biologiques tendait à uniformiser la population.

Chronologie des temps préhistoriques

Chronologie des temps préhistoriques

Notes

43 Sans que l’on sache si l’on est en présence de l’extension du foyer nubien qui se manifeste au IIIe millénaire.

44 Une importante nécropole couvrait les coteaux de Beni Messous ; un de ses monuments a été reconstruit dans les jardins du musée national du Bardo à Alger.

45 Aux rares auteurs qui ont proposé que le cheval ait été monté avant d’être attelé, on rétorque qu’à cette période, la petite taille de l’animal rend une telle utilisation difficile.

46 Notons que ces données archéologiques, qui n’étaient nullement compatibles avec la théorie aujourd’hui caduque d’une « Ève africaine », ne le sont pas non plus avec celles avancées plus récemment par des généticiens et qui supposent, au vu des faibles « distances génétiques » des populations Homo sapiens, une extinction des populations Homo erectus et un repeuplement datant d’environ cent mille ans à partir d’un foyer évolutif unique est-africain ou proche-oriental.

Table des illustrations

Légende 49. Les populations caballines sont souvent figurées en couple, de part et d’autre d’une lance. La femme est revêtue d’une longue robe, l’homme d’une courte tunigue dont l’évasement évoque le vêtement de peau que portaient Les jeunes Touareg il y a quelques dizaines d’années. Souvent, la différence de taille s’exprime non pas au niveau des têtes, mais à celui des pieds, ce qui a été interprété par Y. Tschudi comme signe d’égalité dans les structures sociales d’alors.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 50. La stèle d’Abizar si souvent reproduite montre un cavalier libyen à la barbe en pointe, en position d’orant, portant un bouclier rond et trois javelots. Divers signes l’accompagnent ainsi qu’un minuscule personnage armé d’un javelot ( ?) qui s’abrite sous son bras libre (d’après Camps 1980).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende 51. Cette vue aérienne du tombeau de Juba II, dit parfois tombeau de la Chrétienne, près de Tipaza, prise avant sa restauration, fait particulièrement valoir sa forme magnifiée de bazina (d’après Christofle 1951).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Chronologie des temps préhistoriques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540