Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

II. Le temps des pasteurs et des cultivateurs

8. Des chasseurs paléolithiques aux pasteurs néolithiques

Texte intégral

1L’homme chasseur n’est pas devenu pasteur brusquement, de même la cueillette n’a pas fait place à l’agriculture en quelques décennies. La révolution néolithique dont parlait G. Childe est en fait un processus lent qui a transformé peu à peu la vie des hommes.

2L’homme ibéromaurusien s’était installé de façon durable dans des abris, y vivant pendant plusieurs générations, l’homme capsien fera de même mais s’installera très souvent en plein air. L’habitat ne connaîtra de transformation majeure que tardivement, quand la pierre sera employée pour le construire, vers la fin des temps néolithiques. C’est en Afrique de l’Ouest, dans le Hodh mauritanien, que l’on connaît le mieux ces plus anciennes constructions. Durant ces millénaires, les structures sociales se mettront lentement en place, laissant clairement percevoir en zone saharienne deux modes de vie, sédentaire pour l’une, nomade pour l’autre.

Les paysages

3Le climat du nord du Maghreb qui connaissait par rapport à l’actuel des températures inférieures de près de 5 °C et des précipitations annuelles de l’ordre de 200 mm au cours du XIe millénaire, voit, vers la fin de celui-ci, une amélioration qui sera brusquement interrompue à deux reprises par une courte période plus chaude, plus sèche, avant qu’intervienne, à la fin du IIIe millénaire, une diminution brusque et importante des pluies. Dès lors, jusqu’à l’époque romaine, diverses pulsations, toujours peu marquées, se manifesteront.

4Le retour de la pluviosité qui suivit la fonte des glaces de Würm IV ne permet pas, comme on le fait souvent, de parler d’un Sahara vert durant les douze derniers millénaires. Peu différent de l’actuel, le paysage qui se met en place en ces débuts de l’Holocène comporte les mêmes espèces mais avec une distribution beaucoup plus vaste. Les « forêts » qui s’étendaient sur les hauteurs de l’Atakor étaient déjà pauvres en espèces, occupées essentiellement par l’olivier Olea laperrini et le pistachier Pistacia atlantica dont ne subsistent aujourd’hui que des reliques en Ahaggar et au Tibesti. À Meniet, où des pollens de « tarout » Cupressus dupreziana auraient été identifiés, des restes de Pelorovis antiquus, le grand bubale de l’art rupestre, impliquent, comme à Amekni, un paysage ouvert avec seulement des « prairies ». Cela paraît traduire un climat voisin de celui que connaît actuellement l’Atlas saharien. Malgré son rythme méditerranéen, cette végétation n’est pas une extension de la végétation méditerranéenne ; elle est endémique, propre à la Haute Montagne saharienne et ne peut servir de preuve du développement d’un manteau végétal, même lâche, entre le monde méditerranéen et le cœur du Sahara après la dernière phase glaciaire. Dans le Sahara septentrional, à la même époque, on ne peut faire état que d’un paysage dit saharien, avec des arbres localisés dans les dayas et les lits d’oued. L’amélioration climatique holocène n’a pas suffi à reconstruire les paysages détruits peu à peu, tout au long des temps quaternaires, par des successions de phases arides, et annihilés par la dernière. L’idée d’un effacement plus ou moins complet du désert durant l’Holocène, lors de phases humides « néolithiques », ne peut plus être retenue.

5Le VIe millénaire est la période la mieux connue. M. Couvert a pu estimer qu’à cette époque, au sud de Tébessa, la pluviosité atteignait 520 mm soit 155 mm de plus qu’actuellement — et la température hivernale minimale 4°C — soit 1,4°C de plus qu’actuellement. La flore y était plus abondante, plus variée que l’actuelle. Le bétoum Pistacia atlantica envahissait le paysage. Le pin d’Alep aurait presque atteint Tébessa et se serait déployé jusqu’à une vingtaine de kilomètres au nord des chotts. Le cèdre aurait occupé les sommets du djebel Doukkane à partir de 1 600 m. Dans les grottes du Murdjardjo à Oran, pour la plupart détruites aujourd’hui mais qui furent occupées à cette époque, les fouilles du début du XXe siècle ont retrouvé des ossements de sangliers et mouflons qui supposent un environnement boisé, celui du massif, tandis que des équidés, antilopes, gazelles, bovins rapportent un milieu ouvert, celui de la plaine.

6Mais vers la fin du VIe millénaire sévit une séquence aride qui, quoique brève, a été un coup de grâce pour de nombreuses espèces. Peut-être est-ce elle qui développe des micromilieux, lesquels vont dès lors dominer l’histoire de toute la zone saharienne. La dégradation qu’elle engendre est bien sensible à Ti n Hanakaten au Tassili n Ajjer, où des acacias peu exigeants en eau, Acacia seyal et Acacia raddiana, apparaissent alors, prenant la place d’espèces plus exigeantes comme Acacia albida qui s’y déployait au VIIIe millénaire. Dans la zone septentrionale, la reprise de l’humidité aux Ve et IVe millénaires est plus prononcée que dans le Sahara central ; elle serait responsable du développement d’une végétation herbacée dans les régions basses, autour des points d’eau, qu’attestent quelques restes de bœufs retrouvés non loin d’Ouargla et dans le sud du Grand Erg Oriental.

7Vers le milieu du IIIe millénaire, une nouvelle détérioration du climat se manifeste, qui ira en s’accentuant. Si des antilopes, des gazelles continuent à parcourir regs et ergs, peu à peu, l’éléphant, le rhinocéros se sont réfugiés dans les secteurs les plus favorisés avant de disparaître eux aussi. Au début du IIe millénaire, la végétation paraît particulièrement dégradée à l’est de l’Ahaggar, dans les zones pastorales ; on peut même se demander si les activités humaines n’y seraient pas responsables d’une accélération des phénomènes désertiques.

41. Les grès qui ceinturent Le massif cristallin de l’Ahaggar ont subi une longue érosion où l’action de l’eau, du froid, du vent ont façonné d’étranges paysages, véritables forêts de pierres, comme ceux de la région de Iddo au Tassili n Ajjer.

La base de l’alimentation : la chasse, la pêche et la cueillette

8La chasse reste à toutes les époques une des bases de l’alimentation avant de prendre l’aspect d’un sport dans certaines cultures. À l’Épipaléolithique ou au Néolithique, tout comme auparavant, le chasseur paraît rechercher certaines espèces : à Ti n Hanakaten, il accorde sa préférence aux mouflons, antilopes et gazelles, à Medjez II aux antilopes, gazelles, aux lapins qui y abondent. On retrouve souvent des oiseaux, en particulier des gangas. Chasser n’exclut pas la capture de petits animaux, de reptiles qui sont encore consommés aujourd’hui. Amekni a livré des os de porc-épic et de rat des marécages.

9Les procédés de chasse sont divers. À Thiout, des gravures montrent, outre l’usage de la fronde et d’un bâton de jet, celui de l’arc. Présent dès le début du Néolithique au Sahara central, l’emploi de l’arc se généralise au IVe millénaire comme en témoigne l’abondance des têtes de flèche. L’emploi de pièges est également courant, ils sont de formes variées, avec cependant une certaine prédilection pour des pièges radiaires semblables à ceux qui s’utilisent encore. La capture de gazelles par ce biais est illustrée dans plusieurs gravures. C’est probablement par piégeage qu’étaient capturés les grands mammifères tels que le bubale Pelorovis antiquus, dont des ossements ont été trouvés à Amekni, à Meniet, à Medjez II.

42. Telles des ombres chinoises, des peintures d’archers de période Têtes Rondes couvrent les parois d’un abri de Ti n Tazarift, Tassili n Ajjer.

10La pêche a été pratiquée partout où se trouvaient des eaux pérennes. À Ti n Hanakaten seuls les niveaux antérieurs à la phase aride du VIe millénaire renferment des restes de poissons. Il en est de même à Amekni, In Guezzam... mais à des latitudes voisines, Meniet, Adrar Tiouiyne... rapportent des plans d’eau plus tardifs.

11La cueillette a toujours fourni une part de la nourriture, G. Camps rappelle que des pois, fèves, gesses poussent spontanément en Afrique du Nord, que les poireaux et les asperges sauvages, certains chardons sont toujours consommés. Deux cas attirent particulièrement l’attention sur la consommation de végétaux : un individu retrouvé dans un site de la Tadrart et un autre dans l’erg d’Admer. Tous deux présentaient des facettes d’usure des dents et un degré d’abrasion impliquant des mouvements de latéralité nombreux et de grande amplitude qui traduiraient un régime végétarien, le prognathisme accentué que l’un et l’autre présentent ne pouvant suffire à expliquer ces particularités.

43. Les fouilles de Ti n Hanakaten ont mis au jour sur une surface d’un tiers de mètre carré, une curieuse structure comportant un lit de plaquettes de grès soigneusement placées les unes auprès des autres, dont les interstices étaient comblés par des tessons de poterie ou des pierres taillées. Les plaquettes reposaient sur un épais lit de charbons (remués, ces charbons occupaient un volume de 60 litres). Au-dessus se trouvait un tapis de brindilles, de tiges de graminées et de petites branches dont certaines conservaient des feuilles, des bourgeons, avec parfois encore une coloration verdâtre. Des têtes et pattes de criquets pouvant être calcinées apparaissaient parmi ces brindilles et ces chaumes, et quelques insectes entiers étaient encore collés contre les plaquettes de grès.

12Apport encore apprécié, les criquets pèlerins. On en a trouvé dans les niveaux supérieurs de Ti n Hanakaten où ils abondent parfois. Dans l’un, a été mise au jour une curieuse structure de pierre (fig. 43) ayant servi à les griller qui remonte à – 4 000 sinon un peu plus. C’était une surface légèrement déprimée au centre, mesurant 65 x 50 cm, couverte d’une couche de charbons de 2 à 4 cm, très dense, sur laquelle reposaient de petites pierres plates qui elles-mêmes étaient couvertes de débris végétaux et de restes de criquets.

13On ne sait si le lit végétal fait partie de la conception du foyer ou provient des modalités mêmes de récolte ; aujourd’hui, pour recueillir les criquets, on secoue les branches au petit matin quand les insectes sont engourdis par le froid de la nuit ou on essore la branche en la prenant à pleine main et en faisant glisser tout ce qui se détache vers un récipient.

Les Capsiens, des mangeurs d’escargots

14De toutes les populations préhistoriques, il en est une qui accorda un intérêt particulier aux escargots. Mais si l’abondance des coquilles qui forment de véritables lits où elles sont tantôt brisées, tantôt entières a valu à leurs habitats le nom d’« escargotières », si eux-mêmes méritent celui de « mangeurs d’escargots » qu’on leur donne parfois, les Capsiens n’ont fait de ces mollusques qu’un supplément à un fond de nourriture bien plus traditionnel. Dans les sites capsiens, on trouve la même faune banale qu’à l’Ibéromaurusien, des équidés, bovins, mouflons, gazelles, porcs-épics, hérissons, tortues, lézards, des oiseaux, outardes le plus souvent. Dans des sites comme Medjez II, Dra Mta el Ma el Abiod, les restes d’alcélaphes abondent. J. Morel a même pu se demander si les Capsiens n’avaient pas pratiqué l’élevage de cet animal, car au contraire de ce qui se voit pour les autres grands mammifères dont on ne trouve que des restes de têtes et de membres, l’alcélaphe est représentée par toutes les parties du corps, ce qui indique qu’un traitement particulier lui était réservé.

Les Capsiens et l’autruche

15L’autruche devait abonder en région capsienne et jouer un rôle important chez ces populations ainsi que chez les néolithiques qui leur succédèrent. Leurs œufs ont sans aucun doute participé aux menus. Après avoir été consommés, ils devenaient des récipients pouvant contenir des liquides, des graines, des poudres soit pour un emploi immédiat, soit pour les stocker ou les transporter. La coquille d’œuf d’autruche eut bien d’autres usages. Elle était encore transformée en coupes, en pendeloques, en disques, en rondelles d’enfilage et H. Camps-Fabrer a pu supposer que ces rondelles servaient de monnaie d’échange à l’image de ce qui était récemment pratiqué chez les Bushmen.

16On suit bien l’évolution des techniques permettant de façonner les rondelles. La perforation était l’opération la plus délicate. Le fragment, grossièrement régularisé, était attaqué sur sa face interne par un foret, puis la perforation était achevée à partir de la face externe. L’orifice amené à la taille voulue, la régularisation des bords intervenait par frottement sur une pierre, de préférence un morceau de strontianite. Durant le Capsien, ces rondelles ont été faites une à une ; au Néolithique intervient un procédé nouveau et une fabrication « en série ». Enfilées sur un lien qui pouvait être un tendon comme chez les Bushmen, elles formaient un boudin de plusieurs centimètres dans lequel devaient être intercalés de petits disques de cuir ; un mouvement de va-et-vient dans une rainure régularisait leur bord.

17Une coupe remarquable (pl. X. 2), malheureusement brisée, a été trouvée à Oued Mengoub dans les Ouled Djellal par le Dr Clergeau : sur la face interne de la coquille qui était enduite d’ocre avait été gravé un bovidé couché puis l’ocre extérieure à la figure avait été raclée.

La poterie, traduction d’une nouvelle cuisine

18La poterie est, au Néolithique, un élément de conception totalement nouvelle. La propriété de l’argile de ne pas revenir à son état initial quand elle est passée au feu était sans doute connue depuis longtemps, comme permettent de le supposer des terres de foyer calcinées, des figurines modelées dans l’argile, puis cuites, retrouvées à diverses reprises dans des sites paléolithiques ; pourtant l’idée d’utiliser ce matériau pour le façonnage de récipients n’est attestée qu’à partir du VIIIe millénaire. À quelques siècles près, on la rencontre alors en plusieurs régions qui peuvent être fort éloignées comme le Proche-Orient, le Sahara central, ou certaines îles du Japon - mais là, elle apparaît bien plus anciennement. Au Sahara central, elle a été identifiée dans plusieurs sites ponctuant un vaste territoire qui regroupe les massifs de l’Ahaggar, du Tassili n Ajjer, de l’Acacus, de l’Aïr. Il a fallu une nécessité nouvelle pour que naisse l’idée de modeler l’argile en récipient, pour que soit mise en œuvre une technique aussi délicate que celle qui permet d’obtenir une forme creuse à paroi mince. Cette nouveauté ne peut que rapporter un changement majeur. Elle fait valoir une transformation dans les habitudes alimentaires car, ainsi que l’a souligné G. Camps, de tous les contenants susceptibles d’être utilisés, le récipient en argile est le seul à même d’aller au feu, d’y rester longtemps. Jadis, la maîtrise du feu avait marqué une étape importante dans l’évolution de l’homme en lui permettant de remplacer une nourriture crue par des aliments grillés, de chauffer des liquides en y jetant des pierres brûlantes. En supportant une cuisson de longue durée, la poterie permet la préparation du bouilli qui introduit la consommation de céréales cuites dans l’alimentation ; elle induit l’agriculture. Étant donné l’importance de la nourriture dans l’élaboration des protéines, le récipient en poterie devient, par le biais de cette « nouvelle cuisine », marqueur d’une étape à même d’engendrer chez l’homme une nouvelle dynamique interne.

44. Les œufs d’autruche ont été beaucoup utilisés par les populations capsiennes et néolithiques. On les retrouve souvent groupés par deux ou quatre, exceptionnellement en plus grand nombre. Vidés de leur contenu par un orifice généralement polaire de 2 à 3 cm de diamètre, les œufs servaient d’abord de récipient, puis pouvaient être transformés en coupes, disques... Ils étaient volontiers façonnés en rondelles d’enfilage. Dans les régions nord-orientales, ils étaient très souvent ornés à l’aide de points, d’incisions plus ou moins longues qui pouvaient s’associer en motifs.

Une possible agriculture

19L’agriculture est apparue probablement par à-coups, à des moments différents, dans diverses régions du monde. La présence du matériel de broyage est bien la preuve d’une consommation de graines, mais il est difficile de savoir s’il s’agit de graines cultivées ou simplement ramassées sur les plantes sauvages ; à ce propos, on ne peut qu’évoquer la récolte qui se pratiquait encore au Sahara, voici peu de temps, en période de disette, celle des graines emmagasinées par les fourmis. Toutefois, la seule récolte de graines sauvages paraît tout à fait incompatible avec l’abondance du matériel de broyage de certaines régions méridionales.

20On ne sait quand le blé a été introduit dans le nord de l’Afrique ou dans les oasis sahariennes, bien que des pollens de céréales aient été trouvés à Meniet où ils pourraient dater du IVe millénaire. Le mil a pu être cultivé au VIIe millénaire à Amekni où ses pollens ont été identifiés, ce qui ne peut surprendre, les mils sauvages du Sahara méridional, ancêtres de ceux d’Asie, paraissant à l’origine de sa domestication.

21Si ses prémices peuvent être anciennes, l’épanouissement de l’agriculture, dû d’une part à l’irrigation, d’autre part à la traction animale, est bien plus récent. La traction animale, en particulier la charrue, marque une nouvelle étape dans l’évolution des techniques en remplaçant l’énergie humaine par une autre source. Connue vers — 3000 en Égypte, la charrue pourrait dériver de bâtons à fouir qui auraient été traînés et que l’on a retrouvés dans divers gisements. Aucune trace de charrue n’a encore été identifiée dans les gisements du Maghreb, y compris ceux du Sahara. Seul l’art rupestre montre que la traction est intervenue avec la roue durant la phase rupestre caballine que l’on place traditionnellement au milieu du IIe millénaire.

22L’Égypte utilisait un système complexe d’irrigation deux mille ans avant J.-C. À la même époque, le Tagant en Mauritanie méridionale pratiquait des cultures en terrasses et avait aménagé des systèmes de récupération des eaux. En Algérie aucun système d’irrigation n’a été identifié, pourtant des aménagements savants montrent que depuis fort longtemps l’homme utilise des subterfuges pour maîtriser l’eau. Un système de canalisation dut exister à Tikoubaouine, non loin de Djanet, au pied de ce qui fut une cascade ; il en reste une sorte d’amoncellement de pierres en plan incliné qui devait supporter la conduite. Dans les abris de la Tadrart, M. Tauveron a fait remarquer que de nombreuses auges, des saignées se placent en contrebas d’un mince lit d’argile inclus dans les grès et permettent de recueillir l’eau qui suinte.

Un élevage florissant

23Si l’on reste mal informé au sujet des débuts de l’agriculture, on l’est un peu mieux à propos d’élevage. De nombreux bœufs, des moutons, des chèvres ont été élevés au Tassili n Ajjer à partir du VIe millénaire, certainement bien plus tôt. L’art rupestre qui représente alors les bovins en troupeaux est formel à cet égard, même si leurs restes sont rares dans les sites. Ce sont, pour la plupart, des troupeaux de quelques têtes ; il arrive pourtant, comme à Jabbaren, et plus fréquemment dans l’Acacus, qu’aient été peints de grands troupeaux d’une quarantaine de têtes ou plus. On peut y voir un regroupement de petits troupeaux confiés à un berger commun ou y lire la puissance d’un groupe ou même d’un individu qu’il y aurait tout lieu d’entendre comme chef.

  • 39 En Méditerranée orientale, ils sont connus à partir de – 6 500.

24À la fréquence des figurations de bovins s’ajoutent divers aménagements permettant de parquer le bétail. Des parcs à bœufs sont courants devant les abris occupés par les populations bovidiennes. Ce sont des enclos en demi-cercle, délimités par une ligne de blocs qui devaient être surmontés d’épineux. Sur le plateau, de nombreuses vallées sont ainsi barrées. Divers auteurs pensent que le Sahara central ou oriental a pu être un foyer de domestication des bovins. Si leur présence est bien affirmée à partir du VIe millénaire39, on connaît une scène de traite gravée en Libye qui pourrait être plus ancienne. Toutefois la traite n’est réellement avérée que dans l’étage supérieur des peintures bovidiennes où l’animal est représenté avec son pis. Le bœuf porteur est fréquemment figuré dans les peintures de cette époque. Il est toujours monté par une femme, « élégante » à la coiffure sophistiquée, portant de vastes robes à volants et une ample pèlerine. Plus tard, on le retrouve dans les régions occidentales, attelé à un char.

45. L’animal porteur intervient très tôt chez les pasteurs sahariens avec le bœuf, il se maintiendra longtemps comme en témoigne cette représentation de palanquin de la fin de l’époque bovidienne ou peut-être plus tardive.

25Le mouton est, avec le chien, le premier animal domestiqué par l’homme. C’est probablement vers le Xe millénaire qu’intervient ce nouvel état. En Afrique du Nord, aucun reste de chien n’est mentionné dans les fouilles, mais il est représenté dans l’art rupestre. Si des figurations tardives sont associées à des troupeaux de moutons au Khanguet el Hadjar près de Guelma, ou ailleurs à la chasse, le chien est aussi associé à une très vieille gravure de bubale au Kef el Akhal dans le Sud oranais. Son aspect massif, sa tête pyramidale, ses oreilles dressées, son corps cylindrique terminé par une queue relevée et fournie évoquent l’actuel « chien kabyle » Canis matris optimae. Au Tassili n Ajjer, l’art camelin connaît des figurations de lévriers et l’on vient d’identifier dans des peintures bovidiennes celle d’un basenji, chien que l’on a retrouvé dans la région et qui était bien connu dans l’Égypte ancienne.

26Le mouton, dont on pense, sans véritables preuves, qu’il fut apporté par les navigations méditerranéennes, est fréquemment figuré dans l’art gravé de l’Atlas mais jamais en troupeaux. Dans les gisements, il est parfois fait état d’un ovin, mais ses restes sont peu fréquents, à Medjez II ils sont trois fois moins nombreux que ceux de mouflon. L’art rupestre en figure plusieurs espèces. Le plus courant est le mouton à poils Ovis longipes, que l’on trouve encore au Sahara central. À Bou Dhebib dans l’Atlas saharien ainsi que dans diverses peintures du Tassili n Ajjer, est représenté un sujet à queue courte qui ne peut être confondu avec lui. La meilleure connaissance que l’on ait de cet élevage est due aux travaux de C. Roubet dans le site du Khanguet Si Mohamed Tahar où durant deux mille ans, du IVe au IIe millénaire, moutons et chèvres ont formé de petits troupeaux qui passaient la belle saison en altitude, d’où les pasteurs les faisaient descendre à l’approche de l’hiver et des neiges, pour rejoindre les régions plus clémentes du Sud.

27Bien que l’éléphant soit un sujet fréquent dans l’art rupestre et que l’Histoire nous apprenne qu’il fut prisé des Carthaginois, aucune relation privilégiée avec l’homme préhistorique n’apparaît. À son sujet, on ne dispose curieusement que de ces données historiques ; ce serait dans les vallées du Guir et de la Saoura qu’Hannibal aurait réuni les siens. Le mouflon, aujourd’hui difficile d’approche, avait un statut particulier dès l’Ibéromaurusien. Son élevage, envisagé par E. Saxon à Tamar Hat, a peut-être été tenté au Tassili n Ajjer vers le VIIIe millénaire. À Ti n Tazarift, un homme tirant une femelle gravide par un licol attire l’attention sur de possibles naissances en captivité, prémices d’élevage. Alors, l’animal occupe dans le niveau rupestre une place à part : il y est particulièrement fréquent et souvent figuré en ligne, tout comme les hommes. Il n’est pas exclu non plus que la girafe ait eu une position particulière, une représentation tardive la montrant attelée à un char pourrait avoir une valeur mythologique.

28Le moment de la domestication du cheval et du dromadaire est une autre question ouverte. Le dromadaire domestiqué en Arabie Saoudite vers — 3 000, quand l’âne et l’abeille l’étaient dans la vallée du Nil, ne serait connu du Sahara que depuis quelque deux mille ans... Le chat, qui fit l’objet de tant d’attentions de la part des Égyptiens vers — 1 600, n’intervient pas dans le nord de l’Afrique. Le cheval, domestiqué en Ukraine au cours du IVe millénaire, n’y apparaîtrait qu’au milieu du IIe millénaire après avoir été introduit en Égypte vers — 1 800, par l’invasion hyksos. Il aurait pourtant été connu antérieurement, sans que les populations égyptiennes en aient développé l’emploi ; mais après l’avoir adopté, elles l’auraient propagé rapidement.

46. Une figure faisant problème est le char. Il est peint sur nombre de parois sahariennes où il est dit « char au galop volant » car tiré par des chevaux dont l’extension exagérée induit un effet de vitesse. De nombreux travaux se sont intéressés à son origine, à son usage sans parvenir à des conclusions définitives. Un temps, on a cru qu’il marquait une « route des chars ». On pense actuellement qu’il était plus largement répandu et pouvait servir à divers usages parmi lesquels la guerre, la chasse, La parade, le dressage mais aussi le transport de marchandises.

29Les travaux des deux dernières décennies posent en termes nouveaux cette question de l’origine du cheval domestique en Afrique du Nord. Longtemps on a cru que le cheval sauvage n’y avait vécu qu’aux débuts du Paléolithique ; tous les restes osseux plus tardifs provenant d’Équidés étaient attribués à un zèbre. Or un réexamen de la faune du gisement des Phacochères (dit aussi « des Allobroges ») découvert en 1961 lors du creusement des fondations de la cité Melki à Hydra, alors en banlieue d’Alger, a permis à B. Bagdache et D. Hadjouis d’en identifier une espèce jusque-là inconnue, qui aurait vécu dans le Sahel d’Alger il y a plus de vingt mille ans et qui a été nommée Equus algericus. On en retrouve des traces à Aïn Benian, à Aïn Taya. Dans le même temps, dans le gisement de Columnata près de Tiaret,Y. Chaid-Saoudi identifiait la même espèce dans des dépôts plus récents, datés entre — 11 000 et — 8 000. La présence de ce cheval sauvage à cette époque pose la question du cheval domestique en nouveaux termes : a-t-il été introduit depuis l’Égypte comme il est traditionnellement admis ou un cheval local a-t-il pu être lui-même domestiqué ? Dans ce cas, Equus algericus serait-il la souche sauvage du cheval barbe ?

Nomades et sédentaires

30L’épaisseur des dépôts laissés par les Capsiens, leurs limites nettes dans les terres arables témoignent de la longue durée d’occupation d’un lieu, même si cet habitat était déserté à certaines périodes de l’année. À Medjez II, Aïn Misteheyia, l’occupation a duré environ deux mille cinq cents ans ! Dans ce dernier site, l’absence d’oiseaux migrateurs, tout comme le foisonnement de certains gastéropodes, suggère l’absence d’occupation en période hivernale ; les habitants auraient vécu là au printemps et en été.

31Dans le Bas-Sahara, les temps néolithiques ont vu vivre côte à côte, comme à l’heure actuelle, des populations nomades et des populations sédentaires. Aux dépôts épais, bien délimités des uns s’opposent les traces minces, s’étalant sur de vastes surfaces, des autres. Ces dernières sont des lieux de campement privilégiés où le groupe est revenu maintes fois s’installer comme le font les nomades actuels. Des comportements différents permettent de penser qu’il s’agit bien de populations différentes et non de deux états d’une même population. Ils n’utilisent pas les mêmes procédés pour fabriquer la poterie. Les uns débitent la roche du filon le plus proche, alors que les autres se procurent la matière première, même locale, sous forme de nucléus parés en mitre.

32À Ti n Hanakaten, les dépôts matérialisent une permanence de l’habitat jusqu’au IIIe millénaire, alors que la partie supérieure de l’occupation bovidienne, d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur, faite de lentilles s’imbriquant les unes dans les autres, traduit la présence, discontinue mais fréquemment renouvelée, de petits groupes. C’est ce même mode d’occupation qui a été retrouvé sur le plateau Ajjer, dans les sites d’In Itinen, Ouan-Tartaï, etc., sur les regs sahariens. Là, les foyers se concentrent souvent autour de petites dépressions et des datations faites par B. Gabriel dans diverses régions les échelonnent entre — 6 500 et - 1800. Il s’agit parfois de l’installation pour une saison, parfois de la halte brève d’un groupe très réduit, peut-être de chasseurs à la poursuite de gibier, de pasteurs à la recherche de leurs bêtes comme cela se pratique encore.

Premiers villages ?

33Avec une structuration de l’espace en plusieurs unités identiques installées plus ou moins près les unes des autres, s’introduit peut-être une modification d’importance, la naissance de minuscules villages. On en voit sans doute les prémices au VIIIe millénaire, dans le Néolithique ancien du Sahara central ou au VIe millénaire dans des sites du Sahara septentrional. Au Sahara central, dans les niveaux inférieurs du grand abri de Ti n Hanakaten, des blocs de grès tombés de la voûte avaient été disposés en cercles qui évoquent des bases de cabane ; dans une partie du plus grand cercle, dont le diamètre était de l’ordre de 2 à 3 m, reposaient des restes de branchages feuillus ayant pu servir de litière. Dans les niveaux plus récents, des bases de piquets qui subsistent montrent un autre mode d’aménagement complexe de l’intérieur de l’abri. En Ahaggar, en particulier à Amekni, de petits cirques naturels produits par les éboulis granitiques ont été occupés à cette même époque, chaque rocher suffisamment vaste abritant un enclos. La fouille du site mellalien d’El Hamraïa, dans la région d’Ouargla, a montré qu’il était constitué de plusieurs huttes à l’intérieur desquelles se concentraient les outils. Vers la même époque, les populations hadjariennes se regroupaient au bord de mares ; à Ashech III, chaque unité d’habitation était probablement confectionnée en branchages ou en roseaux dont il reste un bourrelet d’une vingtaine de centimètres de haut, plus ou moins démantelé, fait de petits blocs gréseux. Ces enclos, d’un diamètre de près de 3 m avec une ouverture vers l’ouest, renfermaient un sédiment enrichi en cendres et de l’outillage. Un foyer occupait le centre et, dans l’un de ces enclos, deux autres foyers se trouvaient à proximité de l’entrée. L’extérieur était constitué d’un sable fauve, où quasiment aucun objet n’a été retrouvé sauf devant l’ouverture. L’épaisseur de la couche archéologique, qui peut atteindre jusqu’à 65 cm, implique une longue durée de l’occupation au sein du même espace clos.

34L’ampleur des sites capsiens, qui s’étalent sur des longueurs jamais inférieures à 10 m et pouvant atteindre 100 m, laisse place à l’idée de camps, des limites nettes qui s’enfoncent dans les terres arables comme à l’Aïn Turk, impliquant un effet de paroi. À l’intérieur aucun aménagement, aucune distribution de l’espace n’ont été perçus, peut-être parce que les fouilles ont été pratiquées sur des surfaces trop restreintes. Seul J. Morel devait remarquer au Khanguet el Mouhaad la présence d’épais lits de cendres pratiquement sans matériel et une répartition inégale des pierres, certaines étant disposées comme des éléments de foyer, d’autres en tas irréguliers, ce qui n’apporte aucune indication quant à l’utilisation de l’espace mais atteste peut-être une pratique encore vivace en zone saharienne, celle qui consiste à jeter des pierres dans les flammes pour ralentir la combustion et prolonger le rayonnement calorifique.

35On a toujours attiré l’attention sur l’implantation des stations capsiennes, points d’eau mais aussi cols ou espaces dégagés d’où la vue s’étend au loin. Les témoignages d’agressivité, qui peuvent aussi être des accidents, sont rares, ici rien ne permet d’évoquer le djebel Sahaba au Soudan où, au cours du XIe millénaire, de nombreux individus portent des traces de blessures par trait en silex. En Algérie, il faut atteindre le IIe ou le Ier millénaire avant J.-C. pour noter de véritables positions retranchées. Aussi l’idée de G. Camps de lire dans cette implantation préférentielle un désir d’embrasser son territoire des yeux, et d’y voir la première manifestation du sens de la propriété foncière, est-elle séduisante.

Premiers artisans ?

  • 40 Dès lors, l’unité n’est plus le gisement mais un ensemble, ce qui suppose une organisation sociale (...)

36Ce rassemblement d’unités d’habitation n’est pas la seule transformation qui soit matérialisée dans la structuration de l’espace. Des regroupements d’objets semblables ont été reconnus dans divers sites ; parfois, comme dans l’Hadjarien ou le Mellalien, c’est l’ensemble du site qui paraît n’avoir eu quasiment qu’une seule fonction40. En indiquant des lieux spécialisés dans la fabrication de certains produits, cela suppose un artisanat et une économie d’échange, ce qui rapporte d’importantes transformations dans le groupe humain et laisse entrevoir des unités sociales fortement élaborées.

37Retmaïa, qui fut découvert en 1880 par la mission Flatters, a surpris par la disposition du matériel. Laissons parler son découvreur, L. Rabourdin : « Les couteaux gisent à une place, les grattoirs ou les flèches à une autre, etc., et l’on ne peut admettre que le vent soit cause de cet arrangement car les pierres ne sont pas classées par grosseur, mais au contraire selon leurs formes. » J. Morel rapporte la présence de concentrations comparables dans l’erg el Ouar. Des remarques semblables ont été faites en 1926 par M. Basset dans le M’Zab : « Certains points fournissaient seulement des quartiers d’orange, d’autres uniquement des pièces géométriques, enfin d’autres encore des tranchets et rien que des tranchets. » À Bordj Mellala, existaient auprès de secteurs renfermant l’habituel éventail d’outils trois surfaces nettement plus réduites comportant essentiellement des microlithes géométriques et des déchets de leur fabrication, surfaces qui furent interprétées par J. Tixier comme des lieux de leur production. Une spécialisation du travail va connaître son apogée dans le Τénéréen avec le faciès de Gossololom où l’on trouve des amas d’un même outil dont on se demande s’ils ne sont pas l’aboutissement extrême de l’étal d’un marchand ou du panier d’un colporteur.

38Les nucléus en mitre apparaissent comme un élément de cette économie d’échange. Ils présentent toujours la même forme, les mêmes dimensions. Dans le Bas-Sahara, ils ne se retrouvent que dans des habitats permanents. Leur négoce ne saurait s’étendre à un vaste territoire car ils sont façonnés dans un matériau qui ne provient jamais d’une région éloignée.

39Des objets comme les haches à gorge participent aussi à cette nouvelle organisation. Celles, en phtanite, que l’on trouve dans l’erg d’Admer ont été fabriquées à l’Adrar Bous. Celles en hématite pourraient provenir de la Tadrart, où un atelier de fabrication a été retrouvé près d’un filon de matière première.

40Dans le Bas-Sahara, la poterie souligne elle aussi une spécialisation. Ses dimensions, sa forme, son décor fortement stéréotypés indiquent une fabrication en série. Ce sont toujours les mêmes petits vases ovoïdes hauts de 15 à 20 cm, largement ouverts, de teinte toujours noirâtre, au même décor couvrant, un sillon d’impression pseudo-cordé dont l’aspect rappelle une application de corde, dont tous les registres commencent et se terminent sur la même verticale laissant ainsi sans décor une bande de 0,5 à 1 cm de large. Seule variation dans ce décor, un rang de chevrons autour de l’ouverture qui peut faire place à des croisillons. L’aire de distribution d’une telle poterie est vaste, elle abonde dans la région d’Ouargla ou d’Hassi Messaoud et des éléments sporadiques se retrouvent jusqu’au sud de l’erg Oriental. Mais si elle est toujours façonnée et cuite de la même manière, les terres employées ne sont pas les mêmes. Ramassées non loin du site où les poteries furent utilisées, elles évoquent des potiers itinérants spécialisés dans cette production.

L’obsidienne et la poterie cardiale, témoins de navigation

41Des témoins d’une navigation ancienne, qui remontent au VIe millénaire pour certains, se rencontrent aux deux extrémités de l’Afrique du Nord, là où les côtes africaines et européennes ne sont actuellement distantes que de quelques kilomètres.

42À l’Est, des éclats d’obsidienne ont été utilisés dans divers gisements néolithiques de Tunisie et de l’Est algérien sans dépasser le Cap de Fer. Verre volcanique, l’obsidienne est une roche qui se travaille aisément et donne des éclats aux bords particulièrement coupants. Sa distribution géographique nettement centrée sur les îles volcaniques de Pantelleria et Lipari, plus dense face à elles, plus lâche quand on s’en éloigne, indique bien son origine. À Hergla, au sud de Tunis, elle a été retrouvée dans un gisement que M. Riahi et J. Zoughlami ont pu dater d’environ — 3 300.

43L’obsidienne intervient aussi sporadiquement dans certains gisements sahariens. En Ahaggar, elle est présente à Amekni, à Tiouiyne, au SousMarin, au site Launey. On ne connaît pas son origine ; il est peu probable que l’Ahaggar en soit le pourvoyeur car, pour le géologue Lelubre, le volcanisme qui a pu en produire serait si ancien qu’elle a dû se décomposer par dénitrification. Celle qui a été anciennement signalée à Hassi Inifel et dans la région de Ghadamès pourrait venir du Tibesti ou des îles méditerranéennes. Il faudra en retrouver pour le préciser.

44À l’autre extrémité du Maghreb, la céramique cardiale, qui est la plus ancienne poterie de ces régions, est un autre témoin des navigations méditerranéennes. Nantie d’éléments de préhension, décorée à l’aide d’une coquille de cardium qui donne le plus souvent un motif crénelé disposé en registres, cette poterie a une répartition qui longe les côtes de la Méditerranée occidentale, du nord-ouest de l’Italie au sud de l’Espagne. On la retrouve au Portugal et dans les îles. Franchissant le détroit de Gibraltar, elle est connue sur la côte africaine, en particulier au Maroc, ainsi qu’à Oran où l’une des grottes du Murdjadjo a livré les témoins de deux vases ainsi décorés et qui sont des récipients probablement importés car ils ont été fabriqués avec une pâte différente de celle utilisée pour la poterie locale.

Les réseaux de communications

  • 41 Ce qui ne saurait surprendre en raison de l’ancienne configuration du pays.

45Le IVe millénaire voit se mettre en place un véritable réseau de communications, ce qui suppose des échanges de « marchandises » et implique des déplacements humains. En zone saharienne, les tracés caravaniers se profilent. En cela, les matériaux et des objets inhabituels à un secteur sont significatifs, mais il faut être prudent pour qualifier ainsi des matériaux car ils peuvent venir de très loin par les lits anciens des cours d’eau ; à la fin du XIXe siècle, F. Foureau, qui effectua de nombreux périples dans le Sahara, signalait dans le sud de l’Erg Oriental des galets venant de l’Atlas saharien41.

46Des coquilles de mollusques marins provenant de Méditerranée, Pectunculus violasceus, Columbella rustica, Nassa gibbosula, Conus, Cyprea moneta ont souvent été rencontrés dans des sites sahariens. Un problème particulier est lié à la présence de ce que P. Pallary, qui fit autorité en la matière, a identifié comme coquille de Spatha cailliandi ; retrouvée à Hassi Djemel au sud d’Ouargla, elle proviendrait de la mer Rouge. Malheureusement on ignore tout de son contexte qui aurait pu apporter d’utiles informations.

47Du « jade » est à l’origine de l’idée que des contacts ont pu exister avec de lointains pays d’Orient. L’analyse d’une hache verte, presque translucide, retrouvée à Hassi Retmaïa par Rabourdin à la fin du XIXe siècle, avait permis d’assimiler son matériau à une néphrite, proche du jade de Nouvelle-Zélande. Malgré les appels à la prudence de certains spécialistes comme E. Cartailhac qui soulignait la faible connaissance de la géologie du Sahara que l’on avait alors, elle servit à imaginer de grands périples. Les vues de Cartailhac allaient se révéler particulièrement justes avec le développement des connaissances. Des filons d’un matériau identique, une variété de péridote, et non de jade, existent en effet dans les Tassili.

48L’amazonite est un autre matériau marqueur de déplacements qui, à partir du IVe millénaire, paraît recherché pour le façonnage de perles. Liée à la genèse des granites, elle se rencontre en Ahaggar dans les massifs de Tiouiyne près de Silet, de Tihailiouine près d’Abalessa, on en trouve en Aïr à Tarenat, dans le Tibesti à Egeï Zoumma. Les collections Stralheim et Huguenot, qui renferment des objets venant surtout de la région de Temassinine pour l’une, pour l’autre de la région d’Ouargla, sont significatives de son emploi par les préhistoriques pour façonner des éléments de parure.

49Divers objets manufacturés caractéristiques d’une culture se rencontrent au sein de gisements procédant d’une autre culture. C’est le cas de plaquettes caractéristiques du Bovidien, qui ont été trouvées dans le secteur d’Hassi Messaoud, Ouargla, ou en bordure sud du Grand Erg Oriental. C’est le cas également d’un petit grattoir circulaire trouvé à Tamanrasset II ou des haches à gorge en phtanite de l’erg d’Admer, voire d’une hache à gorge découverte à Hassi Tabankort, au sud du Grand Erg Oriental. Des rondins de pierre ont également été retrouvés dans divers secteurs du Grand Erg Oriental, à propos desquels M. Gast fait remarquer qu’ils ont pu être déplacés tardivement en raison de leur réemploi actuel par les Kel Ahaggar pour écraser les noyaux, les épices, le sucre en pain, les colorants. Le rondin décoré trouvé à Djanet par le Dr P. Vimon-Vicary y servait ainsi de marteau à sucre et avait été trouvé à Tamrit.

Les contacts avec l’Égypte

50La question des relations entre la vallée du Nil et le Sahara central est posée de longue date. À la fin du XIXe siècle, l’origine égyptienne du Néolithique nord-africain trouvait quelque argument dans une verroterie découverte dans le Bas-Sahara, à Hassi Inifel, Aïn Taïba... Elle s’est révélée d’âge récent. Th. Monod indique à ce sujet qu’elle jalonne des routes caravanières et qu’elle est associée aux vestiges de Teghazza (Mali) datés du XVIIe siècle. Plus significative pourrait être une demi-perle émaillée, de couleur turquoise, provenant de la région de Temassinine. Bien que l’absence de contexte pèse lourdement sur les renseignements qu’elle aurait pu fournir, on sait qu’il peut s’agir soit d’une pièce d’origine égyptienne décadente, soit d’une pièce produite sous influence égyptienne. Dans les jardins de la clinique des yeux à Ouargla dont la terre, rapportée, vient de Touggourt, a été trouvée une intaille de couleur turquoise qui elle aussi traduirait une influence égyptienne.

51Dans la région de Temassinine, quelques identités avec l’Égypte apparaissent plus anciennement dans une retouche en chevrons, dans des têtes de flèche largement excavées aux ailerons arrondis. Dans cette même région, dans celle d’Ouargla, tout comme au sud d’Edjelé, mais aussi dans l’erg Iguidi, quelques têtes de flèche d’aspect pistiliforme évoquent celles d’Abydos. Une scie convexe sur pièce bifaciale, aux dents bien dégagées, trouvée près de Fort Thiriet, est identique à celle décrite par J. de Morgan au Chabet Rechada en Tunisie et qui, alors, n’était connue qu’en Égypte. La perforation des oursins fossiles par piquetage produisant un orifice irrégulier et faisant disparaître l’ornementation du test aux pôles serait un mode de travail connu lui aussi en Égypte, dans le Chalcolithique. Mais ce qui fut nommé couteau égyptien, grande pièce foliacée dissymétrique, n’a qu’une pâle ressemblance avec les pièces égyptiennes. Le plus beau provient d’Hassi Imoulaye. Façonné en demi-cercle par retouches planes à partir d’une plaquette de silex, il est nanti de deux coches et mesure 27 cm de long pour 0,8 cm d’épaisseur.

52Pour J. Leclant, P. Huard, la déformation des cornes des bovins dessinés sur les roches sahariennes doit être mise en relation avec une pratique identique des pasteurs de Nubie et qui subsiste chez certains peuples de la région des grands lacs. Quelques personnages à tête animale, chien, chacal, félin... existent enTadrart et auTassili n Ajjer et sont fréquents en Libye, dans le massif voisin du Messak. On suit volontiers G. Camps quand il souligne que ces animaux ne peuvent guère faciliter l’approche du gibier, sauf à vouloir par ce subterfuge s’approprier la force et l’habileté de l’animal. On le suit également quand, à l’instar de L. Frobenius et A. Malraux, il rapproche de tels personnages des dieux de l’ancienne Égypte.

53La somme de ces documents reste bien pauvre pour évoquer une invasion à partir de l’Égypte ainsi qu’il l’a été fait. On doit plutôt envisager des relations dont les jalons restent à préciser. Mais les éléments de similitudes étant plus anciens au Sahara central qu’en Égypte, c’est un jeu du Néolithique saharien sur la vie dans la vallée du Nil qui apparaît de plus en plus.

Des pratiques magico-religieuses

54Continuités et innovations marquent les cultures préhistoriques récentes. La pratique de l’avulsion dentaire, qui était limitée aux incisives supérieures chez les Ibéromaurusiens, est amplifiée chez les Capsiens par l’arrachage des incisives inférieures, usage que l’homme néolithique du Tell conservera. Il n’en a guère été fait mention dans le Sahara central où elle n’a été retrouvée que sur un seul individu, à Asselar au Mali. Pas plus que chez les Ibéromaurusiens, il n’est possible de donner alors un sens à une telle pratique.

Aménagement d’ossements humains

55C’est face à leurs morts que les Capsiens eurent les comportements les plus singuliers, en aménageant leurs ossements. L’exemple le plus spectaculaire vient de Faïd Souar II, dans le Constantinois, où G. Laplace découvrit une tête humaine dont l’arrière du crâne avait été scié. Les pariétaux portaient deux perforations symétriques permettant sa suspension. Une incisive était remplacée par une dent factice taillée dans une phalange humaine. Des fragments de crânes humains sciés et polis ont également été retrouvés à Medjez II et à Columnata. De Mechta el-Arbi, provient un poignard fabriqué dans un péroné humain. Le travail des ossements humains tend à disparaître au Néolithique où une telle pratique n’a été identifiée que dans le gisement libyen d’Abbiar Miggi. Cette attitude vis-à-vis des restes humains n’est pas propre au monde capsien, elle a été retrouvée dans l’Ibéromauru sien d’Afalou bou Rhummel. Des pratiques comparables sont connues dans bien des lieux, par exemple dans le Proche-Orient néolithique, où des crânes étaient surmodelés par application de plâtre sur le visage décharné.

Inhumations animales

56À la culture bovidienne est rattachée une imposante nécropole animale récemment découverte à Mankhor dans le sud de la Tadrart et qui remonte aux IVe-IIIe millénaires. Elle se présente comme une superficie d’une cinquantaine d’hectares, couverte de petits tas de pierres, où des amas osseux formant des disques d’une cinquantaine de centimètres de diamètre affleurent en de nombreux endroits et où des pierres taillées, du matériel de broyage, des tessons de poterie sont épars sur le sol.

57Lors de la découverte du site, en 1994, des ossements d’un bœuf se sont montrés curieusement disposés dans une fosse. Ils étaient empilés par quartiers en ordre anatomique, chaque quartier conservant ses connexions. De haut en bas se trouvaient d’abord la tête et deux vertèbres cervicales (le haut du crâne et un éventuel cornage avaient disparu), puis, partiellement recouverts par les éléments précédents, les membres antérieurs, le thorax et la colonne vertébrale jusqu’aux lombaires, enfin au-dessous mais également décalés, le reste de la colonne vertébrale, le bassin et les membres postérieurs. Des os des membres étaient sciés et une omoplate était percée d’un trou parfaitement circulaire. L’ensemble ne montrait aucune trace de calcination. Une poterie funéraire était associée aux ossements.

58L’étude du site devait souligner l’importance des amas de pierres. Dans la partie occidentale, ils participent à une curieuse structure : deux d’entre eux, distants d’environ 2 m, constituent deux sommets d’un triangle équilatéral sans orientation privilégiée dont le troisième sommet est occupé par un disque osseux. Ces disques résultent de l’arasement d’amas d’ossements enfouis dans le sol. Tous les ossements étudiés appartiennent à des bovins et ont été soigneusement entassés dans des sacs, formant de véritables paquets qui sont parfois superposés. Des normes de disposition devaient exister : les côtes sont toujours placées au fond et remontent plus ou moins verticalement sur les bords pour former une sorte de berceau auquel pouvait participer la tête, disposée verticalement et qui, toujours, avait été décalottée. Les os longs ne sont pas entiers, seules les extrémités ont été retrouvées. Mêlées à des esquilles, elles étaient placées à plat dans ce clayonnage, certaines calées par des pierres ou des tessons de poterie. Il ne peut s’agir que de témoins d’une cérémonie rituelle au cours de laquelle les animaux étaient sacrifiés et probablement consommés. Une partie des os longs a dû être utilisée car la masse des esquilles qui restent est plutôt restreinte.

Les pratiques funéraires

59Contrairement aux pratiques ibéromaurusiennes dont les nombreuses inhumations regroupées dans certains secteurs de l’habitat constituent de véritables nécropoles, les périodes suivantes n’ont laissé que peu d’inhumations et ont dispersé les dépouilles dans le dépôt archéologique. Il est rare en effet que les fouilles aient livré plus de deux ou trois inhumations. On ne peut guère citer que Medjez II d’où proviennent quinze individus ou Mechta el-Arbi d’où ont été retirés des restes fragmentaires appartenant à trente-six individus. Oued Guettara, dans les environs d’Oran, est le seul cas connu qui, au Néolithique, perpétue la coutume ibéromaurusienne avec une dizaine d’individus gisant au voisinage l’un de l’autre, parfois entremêlés.

60Ni la position d’inhumation, ni l’orientation ne répondent à des normes précises bien que la position fléchie reste la plus courante. Une position contractée, pratiquée dans les niveaux capsiens les plus anciens, l’est aussi en Ahaggar pour des enfants trouvés dans les couches profondes d’Amekni ; on peut, peut-être, lui assimiler la position « en tailleur » notée pour des enfants dans l’erg d’Admer et à Ti n Hanakaten, position qui pourrait résulter d’un mauvais ligotage, indispensable pour maintenir le corps dans une position non naturelle.

61Un cas tout à fait singulier, daté d’environ — 3 500, a été retrouvé au nord de la Tadrart. Le mort a été enseveli en décubitus dorsal fortement contracté puis a été calciné. Genoux au niveau du menton, bras croisés sur la poitrine, il n’avait pu être placé dans cette position qu’en étant enfermé dans un sac ou ligoté. L’état de calcination des os, la présence de charbons dans la cage thoracique et au niveau du bassin posent problème. S’agit-il d’une pratique inhabituelle ou de l’effet d’un feu de brousse avec carbonisation de racines ?

62Les offrandes funéraires, qui n’étaient pas totalement inconnues de l’Ibéromaurusien, restent pauvres. Ce sont des éléments de parure, oursin fossile, cornes ou ossements de petits animaux. Elles ne prendront de l’importance qu’au Néolithique et seulement dans les régions nord-orientales. À Bekkaria, des coquilles marines, des pendeloques, des perles en pierre ou en test d’œuf d’autruche étaient disposées en deux plages au bas de la colonne vertébrale d’un individu. Les perles en test conservaient la forme d’un collier qui avait été confectionné à l’aide de 1 635 rondelles. À Henchir Hamida, près de Tébessa, des rondelles formaient une résille qui enveloppait un enfant.

63Au Capsien, tout comme au Néolithique, l’ocre ne manque jamais dans la tombe, où elle figure volontiers sous forme d’un amas placé près du mort. Le Néolithique de tradition capsienne en imprégnera les sédiments qui entourent le défunt. Ainsi, à Henchir Hamida, l’enfant enveloppé dans la résille reposait sur un lit d’ocre. À Bekkaria, c’était l’ensemble du sédiment environnant le corps qui était ocré.

64Au Tassili n Ajjer, à Ti n Hanakaten, une pierre plate ocrée marquant la fosse d’inhumation témoigne également de la valeur rituelle de l’ocre rouge. Antérieurement, le plus vieux néolithique faisait également usage de blanc. Les sépultures les plus anciennes montrent en effet des corps qui avaient été couverts de kaolin et placés dans un linceul en vannerie. Cette pratique prend d’autant plus d’intérêt qu’elle est figurée par une peinture de l’Acacus. Une pierre plate, ocrée, était placée près de la tête. Les corps reposaient sur le côté, membres fléchis, l’un d’eux était allongé sur le dos. Les têtes à l’ouest pour les uns, au nord-est pour d’autres montrent le peu d’intérêt donné à l’orientation, à moins qu’elle n’ait été d’ordre sexuel, ce que le mauvais état des squelettes ne permet pas de préciser.

65Au cours du Néolithique, peu à peu, prendra naissance une distinction fondamentale, celle du monde des vivants et du monde des morts. Le monument funéraire est créé. Parallèlement aux inhumations en fosse dans les couches archéologiques, on trouve en effet des constructions plus ou moins complexes dans lesquelles sont déposés les morts. En Tefedest, aux abords du site Launey, l’une d’elles a été daté d’environ — 5 000. Cette pratique de l’inhumation hors de l’habitat ira en se développant mais elle mettra beaucoup de temps à supplanter les inhumations dans l’habitat.

66Les monuments funéraires les plus fréquents, ceux qui couvriront l’ensemble du pays, sont les tumulus — amas en forme de dôme de pierres disposées sans ordre, atteignant des dimensions très variables selon les régions —, ou une forme de construction plus soignée, dite bazina. Certains possèdent un cratère, qui permet d’inhumer successivement plusieurs individus ; dans le nord du Niger, cette pratique est datée d’environ — 2 500 et dure jusqu’à — 1 000. Dans les couches archéologiques du grand abri de Ti n Hanakaten, se trouvait un ensevelissement sous tumulus remontant au milieu du VIe millénaire dont l’aspect évoque ces inhumations extérieures ; un agencement semblable a été également retrouvé dans l’Ibéromaurusien de Columnata.

67La date haute provenant du tumulus des abords du site Launey est recoupée par celles obtenues au Niger septentrional pour des monuments beaucoup plus complexes, souvent dénommés « en trou de serrure », qui se situent entre — 5 000 et — 3 000. Ces monuments qui jonchent le Fadnoun et le Tassili n Ajjer ne peuvent plus être attribués, comme il avait été fait sans la moindre assise, à une population caballine qui aurait envahi le pays vers – 1 500, amenant avec elle le char. Ils n’ont de correspondants nulle part ailleurs sinon, peut-être, au Japon où des tombeaux de structure comparable existeraient ; mais seule une convergence permet d’expliquer des similitudes noyées par ailleurs dans nombre de différences. On est donc tenté de les attribuer à l’émergence très localisée d’une nouvelle pratique et, du fait de leurs dimensions, à de puissants personnages.

68Dispersés irrégulièrement à travers le pays, occupant souvent des positions dominantes d’où l’on embrasse une vaste étendue, ces tumulus sont volontiers isolés ; dans certaines régions, ils peuvent aussi se regrouper en nécropoles comme à Bou Nouara au sud de Constantine, Oued el Hamara, Oued Tamda dans la région de Biskra, plus modestement à Tilrempt au sud de Djelfa et en bien d’autres lieux. Beaucoup ne sont pas étudiés ni même répertoriés ; les travaux récents menés sous la conduite de N. Saoudi à N’Gaous, ceux initiés par D. Souidi dans le secteur d’Achir, la capitale de la dynastie ziride, en sont de bons exemples.

69Souvent le tumulus est flanqué d’annexes qui peuvent prendre des aspects divers. Dans le sud de l’Ahaggar, il est nanti de deux bras courbes, puissants, qui peuvent l’absorber au point que de tels monuments ont reçu le nom de croissant. Ils seraient plus récents que les formes en trou de serrure ; dans les régions septentrionales du Niger, ils sont utilisés entre — 3 500 et – 2 000. Dans ces mêmes régions et à la même époque, puisque daté de plus de — 4 000 jusqu’à — 900, le monument peut prendre l’aspect d’une énorme galette avec une surface sommitale plane, un grand diamètre et une faible hauteur qui n’atteint pas 1 m. On en trouve des exemplaires dans le sud de l’Ahaggar et la Tadrart. Plus tardivement, ce seront de simples cercles engravillonnés, connus de — 650 à + 1 200 dans le nord du Niger ; dans la Tadrart, ces monuments peuvent être faits de cercles concentriques, les uns bleutés, les autres rouges, dus à l’emploi de pierres de couleurs différentes enfoncées côte à côte dans le sol.

47. Dans le Fadnoun et Le Tassili n Ajjer, des monuments funéraires complexes dits « en trou de serrure » ou « à enclos et couloir » sont courants ; ils dateraient du IIIe millénaire.

70Le tumulus ou la bazina, ce dôme dans lequel est enfoui le mort, sont la forme par excellence du nord de l’Afrique. Ils peuvent posséder des niches ou chapelles s’ouvrant vers l’extérieur et qui supposent des rituels liés au défunt, comme à DjorfTorba dans la vallée du Guir, nécropole datée entre le Ve siècle avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C. Ils ne seront supplantés que par la tombe musulmane. Leur variante la plus spectaculaire se voit dans de grands mausolées, tombeaux imposants comme celui de Juba II, le Medracen ou les Djeddars, qui attestent encore, en fin de période romaine, ce lointain rattachement.

Un épanouissement de l’art

71Avec les populations pastorales, c’est une explosion d’images qui couvre les roches. Avant tout naturaliste, l’art de cette période, dite souvent « bovidienne », est marqué d’un puissant dynamisme où l’homme et le troupeau occupent une place centrale. Alors les thèmes changent, les animaux, particulièrement les bovins, ne sont que rarement figurés seuls ; dans l’Atlas, les formes sont plus schématiques. Sauf cas particulier, la patine des gravures n’est plus noire mais rousse. Ce déploiement du pastoralisme ne se substitue pas totalement à la chasse. Dans diverses régions, en zone saharienne plus particulièrement, il semble bien que pasteurs et chasseurs aient cohabité. Les pratiques rituelles liées à la chasse ne semblent pas avoir disparu parce que de nouvelles, liées à un autre mode de vie, apparaissaient. Le remplacement s’est fait progressivement, au fur et à mesure que le nouveau mode de vie prenait le pas sur l’ancien.

72Thiout, dans le Sud oranais, mérite une attention particulière car c’est là que, en 1847, a pris corps la reconnaissance de l’art préhistorique. Jusqu’alors, en effet, on ne connaissait d’images sur roche que sur les rives du lac Onega en Russie, mais qui représentaient des animaux bien connus dans la région et n’avaient guère soulevé de problèmes. Les dessins des grottes du Levant espagnol, ceux de Niaux dans les Pyrénées étaient connus des populations locales mais simplement montrés aux curieux, sans ouvrir de débats. À Thiout, où se mêlent des hommes armés d’arcs, des lions, des éléphants et un grand nombre de bovins, la présence d’animaux disparus posait problème. Il fallut pourtant encore une cinquantaine d’années pour qu’un art préhistorique soit reconnu, malgré diverses autres découvertes majeures, l’année suivante en Égypte ou quinze ans plus tard en Espagne avec la grotte d’Altamira...

  • 42 Cf. p. 133.

73Munis d’une flèche à tête démesurée et d’un trait qui les relie à un personnage en position d’orant, debout, bras à demi levés, les archers de Thiout se rattachent à une magie de la chasse, ces détails renforçant la valeur et le rôle particulier attribués aux têtes de flèche42 porteuses d’un changement majeur, celui du passage de la vie à la mort.

74Une figure qui fait toujours problème est celle du bélier. Il est, avec le bubale, une des figures essentielles de l’Atlas saharien tant par le nombre de représentations que par la qualité des gravures. Il est souvent associé à un orant. L’animal est parfois représenté avec un tel souci du détail qu’il a pu être rapporté à l’espèce Ovis longipes, le mouton à poils, encore fréquent dans les régions du Sud ; son corps est étroit, anguleux, sa queue mince et longue, sa corne grêle à simple courbure, son oreille longue et pendante, son chanfrein busqué. L’animal porte un collier qui soutient un harnachement complexe courant le long de l’échine. Il est le plus souvent représenté avec un ornement au-dessus de la tête qui lui a valu l’appellation de « bélier à sphéroïde ». Cet ornement, assimilé à un casque, peut porter des pendants de joue, s’orner de plumes. On l’a comparé aux calebasses dont les populations songhaïs affublent les béliers voués au sacrifice. La scène, entendue comme sacrifice aujourd’hui, fut d’abord interprétée comme l’adoration d’un dieu-bélier, ce qui conduisit St. Gsell à le faire dériver du dieu égyptien Amon-Râ. Il fut alors lié à l’introduction du Néolithique dans ces régions dont il établissait l’origine égyptienne et ses gravures furent rapportées au IVe millénaire.

75Dans l’Atlas saharien, c’est autour de ces gravures qu’a tourné l’essentiel des questions de datation et d’origine de l’art rupestre. Sont-elles contemporaines de celles de Pelorovis ? Pour divers auteurs comme G.B.M. Flamand et H. Lhote, bubale et bélier appartiendraient au même étage de gravures, l’étage le plus ancien ; pour d’autres, tel l’abbé Breuil, le bélier aurait été plus récent. L’autre question est celle de l’état sauvage ou domestique du bélier, état qui permet de lui accorder une ancienneté plus ou moins longue, et, bien qu’il soit discuté, c’est sur un état présumé domestique qu’a été bâti l’âge récent de l’art rupestre. Un nouvel élément ne saurait être écarté pour revoir la question, la « reprise » des traits. Véritable entretien de la gravure qui en approfondit le trait, la reprise est une pratique qui n’a été que très sporadiquement signalée par quelques auteurs et à laquelle, jusque-là, on n’avait pas accordé un intérêt particulier. Or des travaux approfondis ont récemment montré son existence même à des périodes anciennes et sa fréquence à la période bovidienne. Non seulement, la reprise est à même de rajeunir une gravure, mais cette « réappropriation » peut mettre en contemporanéité des figures dont l’une existait déjà depuis longtemps quand l’autre fut conçue. La question du bélier est à réviser à l’éclairage de cette nouvelle approche.

76Les bovins ont été des sujets favoris de l’artiste néolithique. Gravés ou peints, ils peuvent former des troupeaux plus ou moins conséquents. Dans l’Atlas, où les peintures sont exceptionnelles, ce sont des bœufs aux formes souvent anguleuses, à cornes courtes recourbées vers l’avant, plus rarement à longues cornes. Ces animaux peuvent porter des pendeloques ou autres attributs ; dans une phase tardive, un pis est dessiné. On ne sait si les diverses manières de rendre le cornage traduisent un simple effet de style ou des espèces différentes : c’est un bœuf à grandes cornes dirigées vers l’avant qui se voit à El Hasbaia, des bœufs aux longues cornes en lyre à Bou Sekkine, à corne courte recourbée vers l’avant à Thiout. Dans le Sahara central, on retrouve sur la roche l’image d’animaux dont les ossements sont mis au jour par les fouilles mais aussi d’autres, tel Bos africanus, dont aucun reste n’a encore été identifié dans ces régions.

77Au Tassili n Ajjer, antérieurement à cet art pastoral qui, là, s’exprime plus en peintures qu’en gravures, l’art des Têtes Rondes n’est pas narratif. S’il regroupe souvent plusieurs sujets, c’est pour former non pas un tableau mais plutôt un idéogramme. M. Tauveron a constaté que les grandes figures humaines dites « grands dieux » qui atteignent 6 m à Jabbar, en étaient le centre d’une frise bloquée à ses extrémités par un animal, une antilope de préférence. Le message pouvait occuper un seul abri ou se poursuivre sur plusieurs blocs. Entre l’art Têtes Rondes et l’art bovidien, c’est donc toute la signification de l’art qui se modifie, comme se modifiaient les pratiques funéraires. Mais dans la vie quotidienne, dans l’attirail, dans les habitats, ne se perçoivent guère de changements.

78Une découverte récente montre l’art des Têtes Rondes s’enracinant dans d’étranges gravures appelées « Kel Essouf » par la population locale, nom qui leur a été conservé. Elles représentent des personnages, hommes et femmes, schématiques, à la tête souvent confondue avec le corps en un rectangle trapu aux angles arrondis, et qui sont pourvus de membres filiformes, le plus souvent terminés par deux ou trois digitations.

79À aucun moment, la sculpture n’est absente. Dans le gisement capsien d’El Mekta en Tunisie, des calcaires tendres ont été diversement travaillés pour représenter des formes humaines de quelques centimètres de haut comparables aux déesses du Paléolithique supérieur d’Europe. Dans le Néolithique du Sud-Est algérien, outre des figurines en terre cuite, ont été façonnées des sculptures en pierre, rondes-bosses d’une grande sobriété et d’une grande beauté, représentant souvent des bovins, parfois des antilopes, des ovins. Les rares pièces dont on connaît la position se trouvaient toujours en bordure d’un site, ce qui permet de poser la question d’une possible valeur totémique.

48. La sculpture en terre cuite a été pratiquée par les pasteurs du Tassili n Ajjer. Les fouilles de Ti n Hanakaten ont livré diverses figurines en terre cuite dont le plus grand nombre représente des bovins, certaines des figurations humaines stylisées. Celle-ci est remarquable par la mise en valeur de l’œil et les deux brins de chaume qui figurent les cornes.

Notes

39 En Méditerranée orientale, ils sont connus à partir de – 6 500.

40 Dès lors, l’unité n’est plus le gisement mais un ensemble, ce qui suppose une organisation sociale complexe. Cela a rendu nécessaire la mise en place de traceurs du faciès. C’est ainsi que furent définies les associations de fossiles directeurs devenues la technique la plus efficace pour l’étude du Néolithique saharien.

41 Ce qui ne saurait surprendre en raison de l’ancienne configuration du pays.

42 Cf. p. 133.

Table des illustrations

Légende 41. Les grès qui ceinturent Le massif cristallin de l’Ahaggar ont subi une longue érosion où l’action de l’eau, du froid, du vent ont façonné d’étranges paysages, véritables forêts de pierres, comme ceux de la région de Iddo au Tassili n Ajjer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 42. Telles des ombres chinoises, des peintures d’archers de période Têtes Rondes couvrent les parois d’un abri de Ti n Tazarift, Tassili n Ajjer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 43. Les fouilles de Ti n Hanakaten ont mis au jour sur une surface d’un tiers de mètre carré, une curieuse structure comportant un lit de plaquettes de grès soigneusement placées les unes auprès des autres, dont les interstices étaient comblés par des tessons de poterie ou des pierres taillées. Les plaquettes reposaient sur un épais lit de charbons (remués, ces charbons occupaient un volume de 60 litres). Au-dessus se trouvait un tapis de brindilles, de tiges de graminées et de petites branches dont certaines conservaient des feuilles, des bourgeons, avec parfois encore une coloration verdâtre. Des têtes et pattes de criquets pouvant être calcinées apparaissaient parmi ces brindilles et ces chaumes, et quelques insectes entiers étaient encore collés contre les plaquettes de grès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 44. Les œufs d’autruche ont été beaucoup utilisés par les populations capsiennes et néolithiques. On les retrouve souvent groupés par deux ou quatre, exceptionnellement en plus grand nombre. Vidés de leur contenu par un orifice généralement polaire de 2 à 3 cm de diamètre, les œufs servaient d’abord de récipient, puis pouvaient être transformés en coupes, disques... Ils étaient volontiers façonnés en rondelles d’enfilage. Dans les régions nord-orientales, ils étaient très souvent ornés à l’aide de points, d’incisions plus ou moins longues qui pouvaient s’associer en motifs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 45. L’animal porteur intervient très tôt chez les pasteurs sahariens avec le bœuf, il se maintiendra longtemps comme en témoigne cette représentation de palanquin de la fin de l’époque bovidienne ou peut-être plus tardive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 46. Une figure faisant problème est le char. Il est peint sur nombre de parois sahariennes où il est dit « char au galop volant » car tiré par des chevaux dont l’extension exagérée induit un effet de vitesse. De nombreux travaux se sont intéressés à son origine, à son usage sans parvenir à des conclusions définitives. Un temps, on a cru qu’il marquait une « route des chars ». On pense actuellement qu’il était plus largement répandu et pouvait servir à divers usages parmi lesquels la guerre, la chasse, La parade, le dressage mais aussi le transport de marchandises.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 47. Dans le Fadnoun et Le Tassili n Ajjer, des monuments funéraires complexes dits « en trou de serrure » ou « à enclos et couloir » sont courants ; ils dateraient du IIIe millénaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 48. La sculpture en terre cuite a été pratiquée par les pasteurs du Tassili n Ajjer. Les fouilles de Ti n Hanakaten ont livré diverses figurines en terre cuite dont le plus grand nombre représente des bovins, certaines des figurations humaines stylisées. Celle-ci est remarquable par la mise en valeur de l’œil et les deux brins de chaume qui figurent les cornes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6581/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540