Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

II. Le temps des pasteurs et des cultivateurs

7. Un changement majeur dans la vie des hommes : le Néolithique

Texte intégral

1Avec la découverte du gisement de l’Adrar Tiltekin dans l’Atakor, c’est un bouleversement dans la conception de l’évolution des sociétés humaines qu’apportait encore l’Algérie et qui s’est inscrit peu à peu dans la préhistoire récente. Depuis, des sites comparables, chaque jour plus nombreux, imposent le Massif central saharien et ses pourtours comme une région essentielle à la compréhension du passage de l’homme prédateur à l’homme producteur.

2En 1964, J.-P. Maître, retirant des tessons de poterie d’un habitat préhistorique de l’Atakor, marquait le point de départ d’un bouleversement des conceptions de l’évolution humaine et du passage du Paléolithique — ou Âge de la pierre taillée et de l’homme prédateur —, au Néolithique - ou Âge de la pierre polie et de l’homme producteur. Cette trouvaille, en effet, quand elle fut étayée par un certain nombre d’autres, devait accorder une haute ancienneté au Néolithique, au détriment de l’idée d’un Néolithique tardif qui était jusqu’alors admise. À un foyer de néolithisation unique, proche-oriental, elle substituait une pluralité d’origine et, niant une invasion de la zone saharienne qui aurait propagé le nouveau mode de vie dans le nord de l’Afrique, elle lui préférait une évolution locale.

Que nomme-t-on Néolithique ?

  • 24 Au cours des dernières décennies, le concept de « Néolithique » s’est modifié et précisé. Sa premiè (...)

3En Afrique nord-équatoriale, l’appellation Néolithique24 est donnée à des ensembles d’objets préhistoriques qui comportent de la poterie, des outils de pierre peu stéréotypés, souvent limités à un aménagement minimum, parmi lesquels foisonnent les racloirs et les têtes de flèche. Dans l’imagerie rupestre, l’homme devient omniprésent. En écrivant à ce propos : « Nous assistons à une prise de conscience de la valeur de l’homme et de sa suprématie », le professeur Fabrizio Mori, de l’université de Rome, souligne le changement et sa signification.

4Ces transformations vont toucher l’ensemble du pays mais n’y sont pas synchrones, elles se manifestent dès le VIIIe millénaire, probablement avant au Sahara central, au VIe millénaire en Oranie, au IVe dans le Constantinois où, à partir du VIIe millénaire, s’épanouit la culture capsienne. Elles n’ont pas, non plus, la même origine. Les modes de fabrication de la poterie, en particulier par leurs caractères tranchés, permettent ainsi de distinguer de grandes provinces qui n’ont pas pratiqué les mêmes techniques.

Un nouvel objet : le récipient en poterie

5La poterie préhistorique d’Afrique du Nord a toujours été confectionnée par modelage, le tour de potier n’apparaissant qu’avec les Phéniciens.

6Dans le Sahara central, ce sont des pièces vastes, galbées, à fond sphérique et large ouverture, qui peuvent être munies d’un col très court et sont généralement couvertes d’un décor monotone. Elles ne possèdent pas d’éléments de préhension. Ces récipients ont toujours été fabriqués de la même manière, selon une technique encore en vigueur dans l’Ahaggar, par moulage du fond puis ajout de bandeaux d’argile de manière à façonner la partie resserrée du récipient. Il n’est pas exclu que, dans certains cas, ces bandeaux aient été des boudins d’argile, prémices à la technique de montage par colombins encore utilisée dans de nombreuses régions pour fabriquer la poterie modelée. L’ajout de végétaux comme dégraissant était courant.

7En Algérie occidentale, la poterie, également abondante, n’offre aucune ressemblance avec celle du Sahara central. Les pâtes dégraissées naturellement ne renferment de végétaux qu’accidentellement. Le montage est entièrement fait aux colombins. Les formes ne sont pas globuleuses mais en poire ou coniques, elles évoquent des marmites légèrement rétrécies vers le haut, des bouteilles à petit col, à goulot étroit. Des éléments de préhension sont placés toujours très haut, parfois au ras de l’ouverture, et certains vases peuvent posséder des anses funiculaires internes. La décoration ne couvre jamais le fond ; centrée sur les éléments de préhension, elle offre souvent un agencement complexe de motifs en registres. Des cannelures ainsi que des croisillons, des chevrons sont les décors les plus fréquents. On trouve aussi des applications de cordons qui peuvent être écrasés à intervalles réguliers.

32. Il est exceptionnel de trouver des poteries préhistoriques entières ou dont un nombre suffisant de morceaux sont conservés pour qu’elles puissent être reconstituées. En général, le récipient n’est représenté, au mieux, que par de rares tessons, mais leurs décors, les modes de fabrication qui s’y lisent, permettent bien souvent d’identifier des cultures différentes.

8En Algérie orientale, la poterie est toujours rare. De forme conique, elle peut être nantie de petits éléments de préhension, boutons, mamelons... Le montage est fait aux colombins. Un dégraissant calcaire, souvent des coquilles pilées, est ajouté à l’argile. Le décor est généralement limité à quelques lignes parallèles de ponctuations en coins, en arc ou en stries qui entourent l’orifice ; il peut aussi créer de petits créneaux sur la lèvre.

9Dans tous les cas, la cuisson est sommaire, effectuée à l’air libre par amoncellement des récipients et du combustible comme cela se pratique encore dans certaines régions. La dureté dont font preuve certains tessons est liée à des phénomènes de fossilisation et il arrive qu’elle disparaisse lorsque le milieu de conservation change, des réactions nouvelles, voire inverses, pouvant avoir lieu.

De nouveaux concepts

  • 25 Il fut d’abord nommé Néolithique de tradition soudanaise.

10Les différences qui s’observent dans les poteries se doublent de différences dans les sacs à outils, ce qui contribue à dessiner trois grandes unités néolithiques : le Néolithique saharo-soudanais25 au sud, le nord se partageant entre un Néolithique dit méditerranéen ou tellien, selon les auteurs, à l’ouest, et un Néolithique de tradition capsienne à l’est. Mais on connaît encore mal l’évolution de ces unités, leurs interférences, si ce n’est en certains secteurs qui ont bénéficié de travaux récents.

11Alors qu’en Europe des éléments de meunerie, meules et molettes suffisent à prouver une agriculture, trait de changement majeur, on est plus exigeant en Afrique. On hésite en effet devant ce critère qui peut tout aussi bien être lié à l’écrasement de plantes sauvages que de plantes cultivées. Le changement qui affecte les outils de pierre taillée paraît, lui, plus probant. L’éventail de ceux qui accompagnent la poterie devient plus vaste. Les uns, comme les racloirs, se multiplient, se diversifient ; de nouveaux interviennent, comme les têtes de flèche. Leur conception elle-même change, marquant ainsi une rupture chargée d’une signification forte, qui est entendue comme le fait de la néolithisation.

33. Au Néolithique, la chasse se traduit dans des têtes de flèche aux formes très variées, qui montrent l’utilisation d’un nouvel instrument, l’arc. Certaines de ces formes ont une répartition géographique telle qu’elles ont permis de discerner diverses provinces.

34. L’expansion du Néolithique dans le monde périméditerranéen : tout donne à penser qu’il y eut, voici près de dix mille ans, soit vers – 8 000/-7 500, non pas un mais plusieurs foyers de néolithisation.

12Durant le Paléolithique et l’Épipaléolithique, en effet, les outils reproduisent soigneusement un modèle qui n’admet que des variantes infimes, puis vient un moment où le nouveau produit offre une grande distance par rapport au modèle ; tout se passe comme si celui-ci avait disparu ou était devenu inutile, comme si sa reproduction pouvait se satisfaire d’approximation. Le travail de la pierre peut alors paraître sommaire car il se limite souvent à quelques retouches, mais l’analyse montre que celles-ci suffisent à rendre l’outil efficace. La dégradation technique n’est donc qu’apparente. Elle ne touche pas l’outillage osseux, toujours façonné avec soin. La présence côte à côte de ces pièces sommaires et de pièces soigneusement façonnées, pouvant faire de la pierre une véritable joaillerie — et cela même dans des matériaux peu aptes à la taille comme les roches grenues —, montre qu’il s’agit bien d’un choix délibéré. Non seulement ces éléments soulignent une grande dextérité des ouvriers mais ils proposent aussi l’idée d’une certaine désinvolture vis-à-vis de l’outil. Ils traduisent une attitude nouvelle. L’outil devient un simple « instrument » ; il perd peut-être une charge magique. Les têtes de flèche, les pièces foliacées échappent à cette désinvolture ; leur efficacité s’allie-telle à des impératifs techniques ou, en tant que porteuses de mort, à des valeurs autres, mystérieuses pour nous ? Ce changement est des plus marqués dans le Maghreb et le nord du Sahara où, après une phase épipaléolithique à objets très stéréotypés, on voit se développer des outils d’une variabilité si grande qu’ils remettent en jeu jusqu’aux méthodes d’études utilisées pour les périodes paléolithiques et épipaléolithiques.

13L’expression picturale traduit aussi une transformation fondamentale. À la forte dominance d’animaux de la phase rupestre des Chasseurs, se substitue une omniprésence de l’homme. Ses figurations se chargent de détails. Parallèlement les animaux sont rarement représentés seuls, le plus souvent, ils sont traités en groupe.

Un foyer de néolithisation au Sahara central

  • 26 Les données récentes, en particulier les diverses dates obtenues par radiochronologie, identiques à (...)

14En l’état des connaissances, le Sahara central peut être entendu comme un foyer de néolithisation26. Une civilisation qui dut être brillante, à en juger par l’imagerie rupestre qui subsiste et constitue l’un des ensembles les plus imposants du monde par son abondance et son esthétique, s’y développera durant la plus grande partie du postglaciaire, l’Holocène. Son déclin est très probablement lié à un climat de plus en plus contraignant qui conduisit à une redistribution de la population et à l’appauvrissement matériel de celle qui se maintenait.

15Localisé d’abord au sud du pays, puis se développant au nord, le Néolithique ne s’étend à tout le territoire qu’à partir du Ve millénaire. C’est dire qu’il lui fallut trois mille ans pour s’imposer. Il constitue dès lors une sorte de voile plus ou moins lâche ou dense selon les secteurs et une phase pastorale, particulièrement bien illustrée par l’art saharien, connaît à ce moment son plein épanouissement. Son origine reste mal précisée ; l’idée de Rhotert pour qui ce serait le fait de pasteurs venus de l’Est, peut-être de la région des grands lacs, est à nuancer, car les études actuelles font apparaître des éléments de continuité de plus en plus nombreux avec la culture précédente.

16Se surimposant aux différences technologiques nées d’origines différentes, des transformations similaires vont affecter les trois courants néolithiques au cours du temps. Elles montrent des interpénétrations et une tendance à l’uniformité se faisant sans changement brusque, avec une lente évolution, marquée partout par la prolifération des têtes de flèche.

17Au cours du Néolithique, aucun mouvement massif de population que l’on pourrait considérer comme une migration ne se manifeste, on perçoit simplement des contacts de plus en plus nombreux et étendus. Plusieurs auteurs ont montré qu’au Sahara, les hommes préhistoriques occupaient la totalité de l’espace à partir du IVe millénaire ; auparavant leurs territoires paraissent des îlots plus ou moins vastes, plus ou moins éloignés les uns des autres. Au cours de ce millénaire, se mettent en place des échanges dont on trouve des traces dans la présence d’objets ou de matériaux étrangers aux régions dans lesquelles ils ont été découverts et pouvant parfois impliquer de longs déplacements. Au cours du IIIe millénaire, sous la pression d’un environnement qui se dégrade, le mode d’occupation du sol change, l’essentiel des habitats préhistoriques se réduisant à de petites stations qui ne conservent que quelques objets autour de foyers. Ils témoignent de séjours brefs et de l’incessant déplacement des populations. Mais ils montrent toujours un profond enracinement dans les traditions par les structures de l’outillage et ses techniques.

18Partout la population paraît l’héritière, tant génétique que culturelle, des occupants antérieurs, le Néolithique méditerranéen lui-même se traduisant simplement par une nouvelle technique vraisemblablement importée, celle de sa poterie. Ainsi, des hommes de Mechta el-Arbi, des protoméditerranéens subsistent ; certains gisements, La Meskiana dans la région de Τébessa, Redeyef en Tunisie, ont livré des restes attribués par certains auteurs à des individus de type soudanais, attribution contestée par d’autres. En zone saharienne se mêlent des populations de types méditerranéen et soudanais qui sont bien illustrés dans l’art rupestre sans qu’apparaisse la moindre rupture, à quelque moment que ce soit. Dans le Sahara algérien, on n’a pas retrouvé de restes de l’homme de Mechta el-Arbi dont on sait pourtant qu’il peuplait le nord du Mali au VIe millénaire, qu’il occupait la Haute-Egypte et le Soudan entre les XIIIe et Ve millénaires et qu’il habitait l’Ouest mauritanien au IIIe millénaire et peut-être plus tard. On a pu voir dans cette distribution un des problèmes fondamentaux, encore mal appréhendé, de la préhistoire africaine. Or, depuis peu, partant des ossements, à l’aide de méthodes numérisées établies à partir de l’orthopédie dentomaxillo-faciale d’une part, des relevés d’épaisseur des tissus mous d’autre part, les travaux de D. Hadjouis et J.-N. Vignal permettent d’établir un véritable portrait de l’homme ; en appliquant la méthode à un homme néolithique de l’Ouest algérien qui devait vivre voici huit mille ans, ces auteurs montrent que les différences osseuses, qui ont déterminé les deux groupes protoméditerranéen et Mechta el-Arbi, ne se traduisent guère sur le vivant. Qu’il s’agisse d’une image informatique 3D ou d’une sculpture du visage, aucune particularité n’est à même de distinguer cet homme Mechta el-Arbi de la population méditerranéenne actuelle.

Le Néolithique saharo-soudanais et son évolution

19Couvrant le Sahara central et ses abords, ce qui a été dénommé « Néolithique saharo-soudanais » est riche en poteries, pauvre en œufs d’autruche ; il en est de même de l’essentiel de ses faciès évolutifs. Il a utilisé le plus souvent ce que H.J. Hugot nomme si justement un débitage d’opportunité. Les pierres sont taillées dans des roches ignées locales difficiles à débiter et à retoucher ; lorsqu’il désirait une pièce de bonne dimension, le tailleur employait volontiers le débitage Levallois. On en a retrouvé des traces dans l’Immidir, dans la Tadrart...

20Au sud du Tassili n Ajjer, le Néolithique saharo-soudanais est bien connu par la séquence inférieure de Tin Hanakaten. Elle a été datée entre — 7 500 et — 6 500, sans que les toutes premières occupations néolithiques aient été atteintes.

21Peu de pièces sont retouchées ; elles ont alors un bord abattu ou des retouches planes qui les transforment en racloirs ou têtes de flèche. L’outillage osseux, rare, mais de belle qualité, peut être décoré.

35. Le grand dieu au poisson de Sefar, haut de plus de 2 m, présente les caractères des peintures d’un des sous-étages Têtes Rondes, un aplat blanc cerné d’ocre. Comme souvent dans l’art des Têtes Rondes, un trait, celui de la tête du poisson, est commun à deux figures.

36. Dans les régions méridionales, suffisamment pluvieuses au début de l’Holocène, des hameçons, des harpons rapportent La pratique de la pêche, au même titre que les représentations de poissons.

22Quelques éléments de vannerie soulignent des conditions de conservation exceptionnelles ; l’un d’eux, qui était entouré de graines de micocoulier, montre une remarquable technique évoquant une tapisserie au petit point. La céramique abonde. Les végétaux, ajoutés à l’argile pour faciliter le travail, impliquent un savoir-faire déjà sophistiqué. La teinte, généralement noirâtre, peut résulter d’une cuisson de médiocre qualité en atmosphère étouffée, mais divers éléments permettent aussi d’évoquer un traitement particulier.

23Le Néolithique saharo-soudanais n’est pas homogène, divers faciès s’individualisent. En Ahaggar, au cours du VIe millénaire, J.-P. Maître a reconnu deux faciès qu’il a nommés faciès d’Amekni et faciès de Timidouin, et qui n’occupent pas les mêmes régions. Le faciès de Timidouin se développe en Téfedest. Il est riche en gros outillage peu typé, son évolution est essentiellement marquée dans le décor des poteries qui devient moins exubérant et où les dents et poinçonnages concurrencent les motifs au peigne. Le faciès d’Amekni, qui se rencontre dans la région de Tamanrasset, offrirait des divergences entre la plaine et la montagne ; elles s’accentuent jusqu’à l’individualisation de deux faciès au IIIe millénaire. Malgré l’échantillon bien faible sur lequel est bâti ce schéma, il mérite d’être pris en considération car ces changements culturels trouvent actuellement des équivalences dans un changement de l’environnement, ce qui était totalement ignoré en 1974 lorsqu’un tel schéma fut proposé. L’incidence de l’environnement sur le comportement humain trouve peut-être là une illustration.

24Le site Launey (également dénommé Adrar Tiltekin) fut le premier gisement à livrer une poterie très ancienne. Il fut découvert en 1961 par M. Launey de l’observatoire de Tamanrasset, et fouillé par J.-P. Maître en 1964. L’habitat préhistorique avait été établi non loin des gueltas d’Afilal, sur un vaste promontoire encombré de boules granitiques. Les pierres taillées, matériel de broyage, tessons de céramique mais aussi les foyers abondent sur ce plateau et ses pentes. L’industrie lithique est sommaire, elle renferme des galets aménagés. L’industrie osseuse est médiocre, sans harpon ni hameçon. La poterie tient une place importante. Le niveau inférieur fut daté autour de — 7 200 et, quoique cette donnée soit parfaitement cohérente avec celle du niveau sus-jacent qui situe l’occupation humaine autour de — 6 400, cette date fut tenue pour aberrante en raison de son ancienneté. Le site ne connut pas l’intérêt qu’il aurait mérité. Il fallut attendre près d’une vingtaine d’années pour que d’autres gisements offrant les mêmes caractères soient découverts et que, dans cette partie du monde, une présence ancienne de l’innovation essentielle qu’est la vaisselle en poterie soit solidement établie.

  • 27 Cette hypothèse, émise au début du XXe siècle, avait paru trouver une éclatante confirmation dès la (...)

25Cette découverte ne s’inscrivait pas en effet dans la lignée des hypothèses qui avaient été émises et qui avaient, au fil du temps, pris force de vérités. Au Sahara comme dans le nord de l’Afrique, bien peu d’auteurs avaient contesté une néolithisation tardive et l’idée d’une invasion des régions sahariennes par une population venue de la vallée du Nil, porteuse d’un Néolithique développé là-bas au VIe millénaire27, paraissait indubitable. Elle aurait été liée à une amélioration climatique qui aurait fait « reverdir » le Sahara du IVe millénaire et qui avait reçu le nom de « pluvial néolithique » avant d’être ramenée à « humide néolinéolithique», expressions désuètes qui se retrouvent pourtant encore chez certains auteurs.

26Le gisement d’Amekni devait corroborer les indications données par le site Launey. Situé au sud de l’Arechoum, à une quarantaine de kilomètres de Tamanrasset, on doit sa connaissance à Baccou qui nomadisait dans le secteur. Une couche cendreuse discontinue, riche en pierres taillées et tessons de poterie, prend appui au pied de boules granitiques qui portent de nombreuses cuvettes de broyage à divers stades d’utilisation. Trois niveaux y ont été reconnus dont le plus ancien date du milieu du VIIe millénaire. Les objets ont été façonnés dans des roches susceptibles de se trouver à proximité du site. Le niveau inférieur comporte des pièces à bord abattu ou à retouche semi-abrupte, ainsi que des têtes de flèche et une poterie abondante. Un décor couvre les vases de motifs divers parmi lesquels prédominent des lignes ondées à fond strié, dites dotted wavy line. Certains tessons ont une couleur noire, brillante, qui a été traduite comme un enduit graphité. Le matériel osseux, varié, peut être décoré ; il comporte un remarquable poignard d’une vingtaine de centimètres de long dont l’un des bords est orné de crans espacés de quelques millimètres. Au cours des trois mille ans et plus que dura l’occupation du site, une évolution s’est manifestée par l’élargissement de l’éventail des outils, l’augmentation du nombre de grattoirs, de têtes de flèche, la disparition des petites pièces, de celles à bord abattu, la multiplication d’un gros matériel atypique avec galets aménagés. Le décor de la poterie est devenu moins exubérant, la surface ornée se réduisant de plus en plus.

37. Perforants ou mousses, les outils façonnés dans l’os peuvent être ornés comme ce poignard qui fut trouvé en Ahaggar, à Amekni (d’après Camps 1969).

27Adrar Tiouiyne est placé en bordure de l’oued Amded, là où il va aborder le Tanezrouft oriental. Le site a dû être occupé par une population de pêcheurs, ce dont témoigne un nombre important d’arêtes de poissons. Il est daté autour de – 4 000. Les pierres taillées sont rares, l’outil le plus fréquent est la tête de flèche qui est parfois si petite que G. Camps a pu envisager son utilisation comme hameçon ou pour atteindre de petits oiseaux. La poterie est d’une qualité exceptionnelle, avec des vases particulièrement grands, à surface lustrée, parfois polie, souvent couverte d’un motif de flammes. Les objets de parure y sont nombreux : rondelles d’enfilage en test d’œuf d’autruche, ce qui est peu courant dans l’Ahaggar, labrets en os, perles en amazonite. Le gisement renfermait des haches polies et de très nombreux fragments d’anneaux et de boules perforées qui se retrouvent dans la région de Meniet où l’on connaît des gisements de même âge.

28Baguena V, près de Meniet, est un des gisements découverts et fouillés par H.J. Hugot, en 1956 et 1957. Sa céramique montre de singulières identités avec diverses autres occupations tel le niveau moyen d’Amekni ou le niveau supérieur d’Abouleg, et un vase à fond conique qui y fut trouvé pourrait traduire des relations avec les pays situés plus au nord où se fabriquaient pareils modèles. Le sac à outils est riche en têtes de flèche, dont la plupart a une forme triangulaire à base excavée. Tout comme à Adrar Tiouyine, les hommes qui occupèrent le site possédaient des bracelets en pierre, des haches et des herminettes polies. Ils disposaient aussi de disques, pièces que l’on rencontre plus à l’est, dans l’erg d’Admer et la Tadrart, et de bolas rarement signalées dans les gisements néolithiques. L’outillage osseux, bien que mal représenté, comprend un hameçon. Au Km 20 de Meniet, c’est un harpon qui a été découvert. Plusieurs fragments de plaquettes osseuses crantées sont des peignes qui ont servi à décorer la poterie. L’œuf d’autruche est relativement courant.

  • 28 Dans les proches environs, deux molettes en lave présentant une gorge équatoriale gisaient sur le s (...)

29Tamanrasset II (= Tam II), daté entre – 2 300 et – 1 000, montre la faible transformation qu’a connu l’outillage dans le cœur de l’Ahaggar durant plusieurs millénaires. Le matériel est très semblable à celui du niveau supérieur d’Amekni ou de Tin Terin (= Le Sous-Marin). Mais les fouilles qu’y mena J.-P. Maître ont témoigné d’une répartition qui n’était plus homogène ; dans un secteur se concentraient les têtes de flèche, dans un autre des rondelles d’enfilage en test d’œuf d’autruche, ce qui fait peut-être valoir une organisation de la surface occupée par l’homme. Des fragments de meules, des molettes28 ont été retrouvés dans la fouille et, comme à Amekni, des cuvettes, dont certaines atteignent des tailles importantes, avaient été creusées sur les boules de granite.

  • 29 La forte proportion de microlithes (segments, triangles, lamelles à dos et surtout microburins) obs (...)

30À l’est de l’Ahaggar, deux autres faciès, Bovidien et Ténéréen, se sont développés entre les VIe et IIe millénaires. Le fond d’outillage reste celui des premières manifestations néolithiques, celles du Néolithique saharo-soudanais bien connu dans cette région, à Tin Hanakaten et dans le massif libyen de l’Acacus. Le Bovidien utilise de nombreux racloirs sommairement façonnés et possède une pièce typique, dite « plaquette » en raison de son aspect. Le décor de la poterie accorde la préférence à de gros points qui ont reçu le nom de « nids d’abeille » en raison de la régularité et de la disposition en quinconce des ponctuations. Un art mobilier d’une grande qualité esthétique est traduit par des sculptures en pierre, des figurines en poterie qui rendent des formes animales où les bovins prédominent. Récemment, le Ténéréen a pu être redéfini. Des disques – pièces travaillées sur les deux faces, souvent encochées —, qui évoquent le prédynastique égyptien29, de nombreux petits grattoirs circulaires l’individualisent. Le faciès de Gossololom, dans le massif de Termit au Niger, recèle des séries de lames calibrées, taillées sur une seule face, supports de grattoirs, couteaux et scies. Pour expliquer les différences qui marquaient les industries de l’erg d’Admer et celles du plateau Ajjer attribuées les unes au Ténéréen, les autres au Bovidien, mais aussi les relations fortes qui existaient entre elles, H. Camps-Fabrer avait proposé une transhumance. L’une serait une industrie de plaine à laquelle on accordait un territoire couvrant la « vallée fossile du Tafassasset » et l’erg d’Admer, l’autre, une industrie d’altitude. On pense aujourd’hui que les différences sont dues à la présence de produits de négoce, haches à gorge, disques, dans certains sites de l’erg d’Admer ; elles ne peuvent plus suffire à distinguer les deux aspects.

38. Le gisement saharien de Tin Hanakaten a livré des fragments de récipients et de liens en vanneries ainsi que de nombreux restes de végétaux dont certains datent de – 7 000. Les vanneries montrent l’ancienneté de la technique cordée que l’on croyait jusqu’alors plus récente que la technique spiralée.

  • 30 L’occupation de l’abri couvre ainsi plus des dix mille dernières années. Elle remonte en effet jusq (...)
  • 31 Cf. p. 135.

31La séquence supérieure de Tin Hanakaten, qui débute vers — 5300, est attribuée aux populations bovidiennes. Elles y ont laissé des vestiges qui se développent sur environ 2 m d’épaisseur, au-dessus des dépôts de puissance comparable laissés par les populations du Néolithique saharo-soudanais30. Situé dans le sud du Tassili n Ajjer, à quelque 150 km de Djanet, le gisement fut reconnu en 1971 par le père Bergantz et M. Khirani et, entre 1974 et 1984, il a fait l’objet de fouilles du CRAPE. Il se présente sous l’aspect de deux abris sous roche contigus dont l’un est si profond qu’il mériterait l’appellation de grotte, ce qui est rare dans cette région. Ils s’ouvrent à la base d’une de ces petites éminences, restes du plateau Ajjer épargnés par l’érosion. Les parois des deux abris sont peintes de nombreuses fresques appartenant à diverses phases rupestres31 bien connues dans le Tassili n Ajjer avec prédominance des phases caballines et camelines particulièrement bien conservées. L’outillage lithique bovidien est presque exclusivement taillé dans des microdiorites locales, il n’utilise guère le quartz qu’affectionnaient les occupants antérieurs. Le sac à outils a peu changé, comme antérieurement peu de pièces sont retouchées, leurs aménagements sont sommaires, toutefois il n’y a pas de bord abattu et on y trouve quelques plaquettes. La cuisson de la poterie est meilleure, son décor offre une très large prédominance de dents et de nids d’abeille, décor qui n’était pas utilisé auparavant. Des figurines en terre cuite représentent volontiers des bovins et des personnages stylisés. Des vanneries sont toujours présentes mais la technique a changé, paraît plus variée.

32Cette séquence est connue sur le plateau Ajjer où les gisements In Itinen et Ouan Tartaï comportent cette même poterie sphérique pouvant être munie d’un col court et décorée de nids d’abeille ou de dents. Les outils les plus courants sont des outils de fortune, éclats portant quelques retouches marginales sur un bord. Il existe des têtes de flèche et des plaquettes. Le matériel de meunerie, meules et broyeurs, abonde. Ces deux gisements offrent quelques différences ; la céramique à décor de nids d’abeille d’In Itinen est couverte d’engobe rouge et la surface du dépôt a livré en outre des haches et des anneaux en hématite.

39. Gisements néolithiques et post-néolithiques, nécropoles et stations rupestres cités : 1) Site Launey (= Adrar Tiltekin), Adrar Ti n Terin (Sous-Marin) ; 2) Tamanrasset II (=Tam II), Amekni ; 3) Adrar Tiouiyne ; 4) Timidouin ; 5) In Guezzam ; 6) Anou Oua Lelioua, In Relidjem ; 7) In Debiren, Iharan ; 8) Ti n Hanakaten ; 9) Mankhor, Tidunadj ; 10) Sefar, Tamrit, In Itinen, Ouan Tartaï, Jabbaren, Ti n Tazarift ; 11) Iherir, Iheren ; 12) Baguena V, Meniet ; 13) Autruche V ; 14) Aoulef ; 15) El Bayed ; 16) Izimane, Hassi Tabankort ; 17) Hassi Imoulaye ; 18) Aïn Guettara ; 19) Abd el Adhim ; 20) Hassi bou Bernous ; 21) Zmeilet Barka, Foum Seïada, Hassi Manda ; 22) Oued Zeggag, Djorf Torba ; 23) Aïn Massine ; 24) Hassi Inifel ; 25) Aïn Taïba ; 26) Khellal II ; 27) Retmaïa ; 28) Ashech III, El Hadjar-sebkha, Hassi Djemel ; 29) Hassi Mouillah, Bamendil, Bamendil-Gara Driss, Les Deux Œufs, Bonh Behl, Les Dunes, M’Raneb ; 30) X0 La Touffe ; 31) Bordj Mellala, Les Perles ; 32) Ouhada ; 33) Hassi Menikel ; 34) Tilrempt ; 35) El Arrouya ; 36) Kef el Akhal ; 37) Thiout, Hadjrat Driess ; 38) Oued Guettara ; 39) Columnata, Vigne Serrera, Ain Torrich V ; 40) Bou Dhebib ; 41) Ain Naga, Safiet bou Rhenan, Botma Si Maamar ; 42) El Hasbaïa, Bou Sekkine, Kheneg Ettaga ; 43) Oued Mengoub ; 44) Djebel Fartas, Bou Nouara ; 45) Khanguet Si Mohamed Tahar ; 46) Oued el Hamara, Oued Tamda ; 47) Damous el Ahmar, Henchir Hamida, La Meskiana ; 48) Bou Zabaouine, El Marshel, Harmelia ; 49) Khanguet el Hadjar ; 50) Pic des Singes ; 51) Ibizar ; 52) Chenoua ; 53) Karouba.

33Ces caractères se retrouvent dans l’erg d’Admer, dans des occupations installées sur les bords de formations marécageuses dont la masse gris bleuâtre émerge de temps en temps des sables subactuels. À Anou Oua Lelioua, près du puits de même nom, à In Relidjem entre Tahort et Tisnar, à Ihâran dans la partie orientale, de nombreux foyers sont construits en pierres et entourés de pierres taillées. La céramique foisonne avec des vases sphériques à décor de gros points ou des vases à col dont une des formes, en pavillon, est remarquable. Dans certains sites, on trouve en outre des disques dits « ténéréens », des haches à gorge qui proviennent vraisemblablement de l’Adrar Bous ; ce sont eux qui, un temps, ont laissé croire à une extension du Ténéréen lui-même. Des traits identiques figurent dans des sites plus méridionaux, en particulier dans la Tadrart où des haches à gorge et des anneaux sont façonnés en hématite. La poterie y montre quelques décors inhabituels au Tassili n Ajjer tels que des motifs pseudo-excisés ou du polissage qui sont bien connus à l’est et au sud.

34On dispose de moins d’informations pour les régions occidentales. Les armatures en « tour Eiffel » assurent l’unité d’un très vaste territoire. Elles sont fréquentes dans le Tidikelt, à Aoulef, dans le sud de l’erg Occidental, à Abd el Adhim, elles se trouvent aussi dans l’Immidir, le Tanezrouft, l’erg Iguidi, l’erg Chech, la Saoura. Elles s’opposent aux formes triangulaires des régions orientales, Tassili n Ajjer et ses prolongements, ou aux pièces fortement échancrées, à ailerons convexes évoquant les formes égyptiennes que l’on trouve en bordure sud de l’Erg Oriental ou encore aux petites pièces pédonculées de l’Erg Oriental lui-même.

Le Néolithique méditerranéen

  • 32 Cf. p. 129. Fig. 32 en haut à droite.

35Tandis que le Néolithique saharo-soudanais s’épanouit dans le Sahara central, la côte méditerranéenne est atteinte par un autre courant, aboutissement extrême de celui qui est arrivé par voie maritime du Proche-Orient, venant des régions connues sous le nom de « Croissant fertile ». Là, en effet, au cours du VIIIe millénaire, intervenant sur la végétation, en particulier sur les graminées, l’homme cultive du blé. Il pratique l’élevage. Il fabrique des poteries. Traditionnellement, on voit progresser ce nouveau mode de vie par deux voies : une voie terrestre introduit le « Néolithique danubien » jusque dans le Bassin parisien par le nord des Balkans, le Danube et le Rhin, tandis qu’une voie maritime plus rapide aurait atteint au VIe millénaire la Méditerranée occidentale par l’Adriatique. Franchissant le détroit de Gibraltar, ce Néolithique, dénommé cardial en raison de l’usage des coquilles de cardium comme instruments pour décorer la poterie32, se serait développé sur une étroite frange du littoral méditerranéen de l’Afrique sans dépasser Oran vers l’est. La rive sud de la Méditerranée, il est vrai peu propice au mouillage des bateaux, serait restée en dehors des voies maritimes d’alors.

36Sur le Néolithique cardial va se greffer le Néolithique méditerranéen. C’est ce qu’ont montré dès la fin du XIXe siècle les riches industries trouvées dans les grottes du massif du Murdjardjo qui domine Oran et plus récemment dans les sites de plein air retrouvés dans les dunes, en bord de mer. Pour certains, le Néolithique méditerranéen, ou ses influences, s’étendrait loin vers le sud puisqu’on le connaît aux alentours de Laghouat. Vers l’est, le long du littoral, avec une fréquence de moins en moins grande jusqu’à Bejaïa, de nombreux petits sites jalonnent le développement de la céramique méditerranéenne ou d’une céramique de même conception.

  • 33 Cf. p. 111.

37Oued Guettara, dans la région d’Oran, est un des rares gisements à avoir fait l’objet de travaux récents. Ce sont en fait trois grottes voisines qui s’ouvrent sur l’un des versants d’un petit affluent de l’oued, non loin de Brédéah. À leur pied et presque jusqu’au bas du versant se développe un important talus d’avant-grotte. Ces grottes servirent de nécropole durant le Néolithique, ce qui a bouleversé les dépôts et peut rendre délicate l’interprétation de la stratigraphie. Deux niveaux s’y différencient néanmoins. Le niveau inférieur ne renferme pas de céramique ; l’outillage comporte pour près du quart des lamelles à dos et une quantité à peu près semblable de pièces à coches et denticulés. À sa base, qui est datée de la fin du IXe millénaire, les grattoirs sont particulièrement nombreux, ce qui évoque les industries trouvées à Kef el Kerem33. Dans la couche supérieure, les pièces à coches, les denticulés, les pièces à retouches sommaires deviennent prédominants. Les outils en os sont fréquents ainsi que les éléments de parure et la céramique.

38Ces données sont conformes à ce que l’on sait par ailleurs des caractères du Néolithique de cette région. Les industries lithiques, avec de nombreuses lamelles à bord abattu, prolongent l’Ibéromaurusien par leur style. Les pièces à coches, les denticulés sont courants, les microlithes géométriques et les têtes de flèche rares. On y trouve de la pierre polie, du matériel de broyage accompagnant un outillage osseux de belle qualité et une poterie abondante. Les restes humains se rap portent de même à une population Mechta el-Arbi. On la retrouve au voisinage de Bejaïa, dans la grotte d’Ali Bacha qui renfermait une riche industrie osseuse avec de nombreux poinçons.

  • 34 Cf. p. 117.

39À Aïn Naga, dans la région de Messad, les néolithiques se sont installés sur l’habitat capsien34. Ils possédaient un outillage où les microburins étaient extrêmement nombreux, caractère qui marquait déjà l’industrie capsienne. Curieusement, les têtes de flèche, qui sont peu fréquentes, traduisent une grande variété de formes, pédonculées, foliacées, à base échancrée, à tranchant transversal. Peu d’outils en os, peu de matériel de broyage, quelques éléments de parure, des rondelles d’enfilage en test d’œuf d’autruche fabriquées en série ont été retrouvés. L’œuf d’autruche, fréquent, n’est qu’exceptionnellement décoré. La poterie n’intervient que sous forme de minuscules fragments ne permettant aucune restitution de la forme des vases. Elle comportait des éléments de préhension et un décor relativement riche, probablement composite, fait de cannelures, de dents. Ces traits, le peu de décor de l’œuf d’autruche sont des caractères du Néolithique méditerranéen. À l’inverse, la panoplie lithique serait dans la lignée du Néolithique de tradition capsienne avec son abondance en microlithes géométriques.

  • 35 Cf. p. 151.

40Le gisement de Safiet bou Rhenan est un chaos rocheux de la même région. Les lamelles à dos y sont l’outil le plus courant, ainsi, curieusement, que des mèches de foret. La céramique avec ses mamelons de préhension, un décor limité au bord de l’orifice, réduit à quelques lignes parallèles de lunules, de chevrons, parfois d’impressions au peigne, est d’inspiration méditerranéenne. C’est un décor semblable qu’on peut voir à Columnata35 ou à El Arrouya.

41El Arrouya est le nom donné à l’une des grottes qui rongent les flancs méridionaux de l’Atlas saharien. Au nord de l’oasis de Brézina, elles sont multiples et les dépôts cendreux qu’elles renferment, témoins d’occupations humaines fort anciennes, mais également d’autres plus récentes encore présentes dans la mémoire des oasiens, servent bien souvent d’engrais pour la palmeraie. Plusieurs de ces grottes ont été fouillées, l’une en 1908-1909 par M.-P. Delmas, une autre en 1935 par R. Vaufrey qui dégagea une gravure d’équidé recouverte par les dépôts préhistoriques, une troisième par le CRAPE en 1969. Les données provenant de ces trois exploitations sont semblables. L’outillage taillé est pauvre, de qualité médiocre. Aucune tête de flèche n’a été retrouvée par l’une ou l’autre de ces fouilles. À l’inverse, l’outillage osseux est fréquent et varié, avec des pièces remarquables comme une cuillère en corne ou une grosse perle aménagée dans une petite tête de fémur. L’outillage bouchardé occupe une place importante avec des haches secondairement polies, du matériel de broyage, des pierres à rainures. Dans l’un des talus d’avant-grotte, dix haches, en forme de boudin, étaient entassées ; il s’agit d’outils usagés, au tranchant ébréché. Les poteries sont nombreuses, généralement à col et avec des éléments de préhension. L’ouverture peut être large ou étroite ; ramenée à 3 ou 4 cm de diamètre, elle produit de véritables bouteilles. La fréquence de trous de réparation sur les tessons indique un emploi des récipients poussé jusqu’à l’extrême, signifiant aussi la difficulté à les obtenir. Les techniques mises en œuvre pour leur fabrication sont bien dans la tradition méditerranéenne mais leur décor de chevrons, dents ou flammes en bandeaux peut faire appel à un instrument qui n’est quasiment pas utilisé dans les régions septentrionales et qui est courant dans les régions méridionales, le peigne.

42Plus au sud, au-delà du piémont du djebel Amour, Hassi Menikel est un vaste gisement dont la surface est jonchée de silex taillés, de tessons de poterie, parsemée de fragments d’œuf d’autruche ; des amas de pierres traduisent des foyers démantelés par l’érosion. Les lamelles à bord abattu sont nombreuses. Les têtes de flèche, fréquentes, ont un pédoncule mal dégagé du corps ou sont de forme triangulaire, elles peuvent alors être tranchantes et non plus perforantes. On y trouve peu de matériel de broyage ou d’œuf d’autruche alors que la poterie abonde. À Ouhada, les hommes s’étaient installés au bord d’une petite mare, vers — 3500. Le site est particulièrement riche en têtes de flèche. Il l’est aussi en matériel de broyage avec des molettes en forme de bottine, étranglées dans la partie médiane, ainsi qu’en céramique dont les formes diverses comportent des bouteilles. La pâte était soigneusement préparée, le récipient souvent recouvert d’un engobe ocré et décoré d’impressions au peigne organisées en registres, motif évoquant des poteries retrouvées dans la région de Béchar.

43Ces dernières se caractérisent par des registres d’impressions pivotantes obliques, opposées d’un registre à l’autre, créant un effet de chevrons qui entourent l’orifice sur une certaine hauteur. Plus que la technique, qui est banale, c’est l’instrument utilisé, un aiguillon de silure, peigne aux dents très fines, qui donne une unité certaine à ces pièces. Ce motif paraît courant dans l’erg Iguidi. Il invite à rapprocher cette poterie de celle d’Oued Zeggag qui présente la même décoration, peut-être aussi de poteries trouvées au Maroc où elles sont connues en fin de IIIe millénaire. À Oued Zeggag, une vingtaine de pots datés autour de — 3 500 a été retrouvée, regroupée sur une surface d’une cinquantaine de mètres carrés ; ils étaient associés à de très nombreuses rondelles d’enfilage en tests d’œuf d’autruche, quelques perles de pierre, à l’exclusion de tout autre objet. Ce sont des récipients d’une quinzaine de centimètres de haut, au fond appendiculé, dont l’ouverture peut être évasée ou si resserrée qu’elle transforme le récipient en bouteille. Le décor fait au peigne forme un large bandeau autour de l’orifice. Un récipient comparable a été découvert par J. Iliou dans un abri sous roche de la région de Tiout où il était associé à une inhumation.

44La question de l’extension du Néolithique méditerranéen ou de son influence vers le sud est complexe. Certains sites du Sahara occidental comme Zmeilet Barka, Foum Seïada dans la région de Beni Abbès ne l’ont peut-être pas connue. Zmeilet Barka ne renferme que peu de poteries alors que l’œuf d’autruche y abonde. L’outillage lithique montre un certain équilibre entre les pièces à coches et denticulés, les lamelles à dos, les têtes de flèche. Daté entre — 7 000 et — 6 000, il appartient à la plus ancienne expression du Néolithique dans cette région. Foum Seïada est daté autour de — 4 200/— 3 000, tout comme Hassi bou Bernous, Hassi Manda.

45Hassi Manda est un vaste site au pied d’une dune, à proximité d’une ancienne étendue d’eau ou d’un marécage. Les objets de pierre qui en proviennent ont été façonnés dans un très beau silex, à l’exclusion du matériel de meunerie. Les pierres taillées soulignent toujours l’importance accordée par les préhistoriques aux pièces à coches et denticulés. Quelques objets sont ici remarquables : des perçoirs sur éclat, identiques à des pièces de la région d’Oran, de grands segments qui ont souvent reçu le nom de quartiers d’orange, des têtes de flèche qui évoquent les formes en tour Eiffel mais n’en possèdent pas les crans latéraux et une sorte de trapèze à soie courbe, dénommée « pointe de Foum Seïda », qui se rencontre dans divers sites de cette région. L’œuf d’autruche, courant, a souvent servi à faire des objets de parure, rondelles d’enfilage, pendeloques. La poterie, rare, paraît de mauvaise qualité.

Le Néolithique de tradition capsienne

46L’expression, qui fit fortune, pose aujourd’hui plus d’un problème. Non seulement, on ne peut suivre R. Vaufrey qui l’étendait à l’ensemble de l’Afrique du Nord-Ouest mais l’unanimité ne se fait pas quant à sa signification : pour les uns, il s’agit d’une culture qui, avec divers faciès, couvre un vaste territoire, tandis que d’autres lui donnent un sens très restrictif et l’identifient à un seul de ces faciès.

47Le Néolithique de tradition capsienne, quelle que soit la manière dont il est entendu, est caractérisé avant tout par l’autruche. Les débris de ses œufs sont partout. Non seulement ils ont été utilisés comme matériaux pour la fabrication d’éléments de parure, pendeloques et surtout rondelles d’enfilage qui pouvaient être montées en long collier, mais ils ont aussi été aménagés en récipients, coupes, bouteilles. Un orifice d’un diamètre de 2 à 3 cm occupe alors un pôle ou, dans de rares lieux comme l’erg Issaouane, se place en zone équatoriale. Il est courant de voir un décor s’organiser autour de l’orifice de l’œuf. Ce sont souvent des traits droits ou ondés couplés par deux ou se recoupant en quadrillage ; dans certains sites, il est possible qu’un décor animalier ait été tracé. Ces motifs, qui pouvaient être rehaussés d’ocre, pourraient évoquer une personnalisation des récipients. H. Camps-Fabrer, J. Tixier ont souligné les pratiques prophylactiques qu’on peut y lire. L’ocre rouge qui imprègne l’orifice de bouteilles trouvées à Bordj Mellala aurait eu un rôle magique, propitiatoire, en vue de lutter contre les « mauvais génies pouvant sortir de l’orifice ». Ces récipients pouvaient aller au feu ainsi que le montrent des traces de calcination. Est-ce en raison de leur disponibilité que l’attitude vis-à-vis de la poterie est des plus réservées ? Celle-ci, qui conservera les mêmes caractères durant deux millénaires, n’est jamais abondante ; certains sites, tel Botma Si-Mammar, n’en possèdent même pas. L’outillage est riche en pièces à coches et denticulés comme les niveaux capsiens précédents. Il comporte de nombreux racloirs, possède quelques têtes de flèche, haches ou herminettes polies. Il évolue par multiplication des racloirs aux dépens des pièces à coches et denticulés et des microlithes géométriques. Dans la phase finale, l’outillage osseux est remarquable, varié et le matériel de broyage plus fréquent.

  • 36 Cf. note p. 138.

48Le Néolithique de tradition capsienne serait-il une expression tardive du Néolithique méditerranéen ? Est-il issu de contacts avec le Néolithique des régions méridionales ? On ignore tout de ses origines. Si on le trouve dans des sites sous abri où il a pu être soigneusement étudié, il existe aussi en voile à la surface de nombreuses escargotières, ne se distinguant des niveaux précédents que par la manière dont sont façonnées les rondelles d’enfilage et par la présence de rares têtes de flèche. Ses plus anciens témoins se placeraient vers — 4 500. C’est lui qui fut daté à La Table de Jaatcha en Tunisie, et qui, par sa date très basse, a conforté l’idée d’une néolithisation qui ne serait intervenue en Afrique du Nord qu’au IVe millénaire36.

49C’est au Néolithique de tradition capsienne que l’on rapporte l’occupation qui, à Columnata, surmonte l’habitat capsien et a été datée aux alentours de — 4 000. On y trouve des microlithes géométriques fréquents, en particulier des trapèzes considérés comme un héritage capsien, des têtes de flèche pédonculées que l’on rapporte à une influence saharienne. Des traits semblables s’observent dans la région où de nombreux petits gisements de cette époque ont été retrouvés.

40. Au Khanguet el Hadjar, dans la région de Guelma, personnages, ovins et chiens, constamment regroupés de la même manière, ornent plusieurs faces d’un énorme rocher.

50L’un des sites les mieux connus, Khanguet Si Mohamed Tahar, se trouve dans l’Aurès. Entre le milieu du Ve et le début du IIIe millénaire, se sont entassés 3,30 m de dépôts à peu près homogènes ; ce n’est qu’en pénétrant profondément dans le détail que C. Roubet a pu distinguer quatre séries d’occupations. La céramique est présente dès la première occupation, elle offre des similitudes avec les dépôts de la grotte du Djebel Fartas et ceux des gisements de plein air d’El Marshel et Harmelia. Avec la deuxième série d’occupation, au début du IVe millénaire, du matériel poli apparaît sous l’aspect de hache ; les têtes de flèche interviennent encore plus tardivement au milieu de ce même millénaire. Pour C. Roubet, on trouve là, sous son faciès montagnard d’été, un témoin de la vie semi-nomade de petits éleveurs de moutons et de chèvres.

51Le gisement du Damous el Ahmar s’ouvre sur les pentes nord du Djebel Anoual aux environs de Tébessa ; c’est en fait deux vastes abris sous roche et un étroit boyau qu’occupèrent, vers — 3 500, les Néolithiques et leurs successeurs, à en juger par les objets recueillis. La couche anthropique est une véritable escargotière avec des lits d’hélix tantôt écrasés, tantôt bien conservés. Elle a montré la suprématie des pièces à coches et denticulés, une quasi-absence de microlithes géométriques. L’originalité de l’outillage réside dans la présence de trente très grandes lames dont la longueur se situe entre 213 et 126 mm et dont certaines sont aménagées en grattoirs. Dix d’entre elles et un retouchoir avaient été trouvés par M. Latapie dans une sorte de niche. Leur faible épaisseur, leurs bords parfaitement parallèles soulignent la grande dextérité des tailleurs mais aussi la qualité de la matière première qui est un silex de la région. Les fouilles ont permis de retrouver du matériel de broyage et une dizaine de haches ou herminettes polies de longueur variable mais toujours étroites avec un tranchant n’atteignant guère 6 cm. Les outils en os sont nombreux, variés, les uns tranchants, les autres mousses, le plus grand nombre perforant. Une côte de bovin aurait été transformée en faucille par une rainure longitudinale assez profonde. Un dépôt d’œufs d’autruche découvert par M. Latapie consistait en six ou sept pièces ouvertes au pôle, disposées dans une fosse. C. Roubet a calculé que cette sorte de cellier permettait d’avoir une réserve d’une dizaine de litres d’eau. Deux récipients en terre cuite, entiers, ont également été retrouvés dans des anfractuosités du rocher. Un petit tesson contraste dans cet ensemble très homogène tant par sa pâte que par son décor d’impressions composites, incrusté d’une pâte blanche à l’image de ce que l’on trouve en Sicile, à l’âge des métaux, dans le style de Serraferlicchio.

52La grotte de Bou Zabaouine près d’Ain M’Lila, qui fut occupée vers – 2 500, appartient à la phase finale du Néolithique de tradition capsienne. Ici comme en bien des abris, diverses activités étaient pratiquées devant l’entrée et c’est là plutôt qu’à l’intérieur que l’on trouve des têtes de flèche. L’originalité du site vient de l’abondance des outils en os. Il a été trouvé une aiguille à chas en ivoire, objet très rare en Afrique du Nord, et une épingle à tête. Une défense de sanglier aurait été retaillée et percée d’un trou à chaque extrémité. L’œuf d’autruche, abondant, était peu travaillé, quoiqu’un fragment supporte le dessin d’une tête d’autruche. Comme au Damous el Ahmar, la carapace de tortue a servi de matériau pour la parure. La poterie, rare mais bien conservée, a permis de remonter presque entièrement deux vases.

53Dans le nord-est du Sahara, les sites néolithiques abondent dans le secteur d’Ouargla où ils montrent une forte variabilité et des âges divers, certains plus anciens qu’en territoire capsien. Khellal II est daté entre — 7 000 et – 6 400. Le regroupement de nombreuses pierres noircies par le feu évoque des foyers distants de quelques mètres les uns des autres. Le sac à outils est riche en lamelles à dos, pièces à coches ou denticulés. L’œuf d’autruche abonde. La poterie ne porte aucun décor.

54Bordj Mellala, plus récent, remonte vers — 6 000. Les pierres taillées étaient clairsemées sur une surface de deux hectares, sans homogénéité. Des surfaces étaient vides d’objets ou extrêmement pauvres. Huit foyers aux contours subcirculaires, de 0,40 m à 2 m de diamètre, tapissés de petites pierres, étaient concentrés en deux secteurs d’habitat éloignés d’une quarantaine de mètres. Non loin se trouvaient des ateliers de fabrication d’outils. Ce site pose un intéressant problème par la surface qu’il occupe, qui suppose un groupe humain important comme il n’en a jamais été identifié par ailleurs dans ces régions. Son examen a permis de trouver auprès d’un matériau local — une calcédoine qui fut utilisée à tout moment de la préhistoire – deux qualités de silex dont l’origine « étrangère » n’a pas encore été située et pour lesquels le travail de débitage n’est pas le même que celui des autres produits. Les microburins sont très nombreux et peuvent atteindre une grande taille, jusqu’à 5,5 cm pour certains. Comme dans divers autres sites, cette abondance est disproportionnée avec les objets façonnables par cet intermédiaire qui ont été retrouvés. Les microlithes géométriques, outils prédominants, ont une grande variété de formes, entendue comme témoin d’une relation profonde avec le monde capsien. L’intérêt porté aux pièces à coches et denticulés, leur aspect à large ouverture bordée de retouches obliques, parallèles, soulignent cette même tradition. La rareté de la poterie est compensée par l’abondance de l’œuf d’autruche, en particulier sept bouteilles regroupées qui constituaient un véritable cellier. Plusieurs autres bouteilles entières ont été découvertes dispersées sur le site. Détail d’importance, celles du dépôt ne portaient aucun décor gravé alors que les bouteilles isolées présentaient parfois un décor, jamais le même, centré sur l’orifice.

  • 37 Ce problème de la richesse du Bas-Sahara en têtes de flèche est donc un faux problème. C’est la deu (...)

55À quelques kilomètres de Bordj Mellala, sur les bords de la sebkha, le gisement d’Hassi Mouillah a mis fin à une polémique qui, depuis des décennies, opposait les auteurs. Pour les uns en effet, les stations de cette région étaient pauvres en têtes de flèche, pour les autres, ces objets foisonnaient. Leur abondance avait été perçue pour la première fois en 1872 par Féraud dans le gisement de Bamendil ; elle fut signalée dans bien d’autres sites, à Bamendil-Gara Driss, Les Deux Œufs, XO La Touffe..., mais la pauvreté était, elle aussi, bien illustrée comme à Aïn Guettara. En montrant ces deux aspects superposés, Hassi Mouillah apportait la preuve incontestable qu’il existe dans cette région deux faciès dont l’un, pauvre en têtes de flèche, serait plus ancien37.

  • 38 Cf. p. 125.

56Le gisement se présente comme une petite butte en bordure de la sebkha Mellala. La fouille menée par le Dr G. Trécolle, de la clinique des yeux d’Ouargla, et le Dr F. Marmier, dentiste à l’hôpital d’Ouargla, devait révéler, au-dessus de dépôts épipaléolithiques38, deux niveaux néolithiques passant insensiblement de l’un à l’autre par leur couleur, jaune pour le niveau inférieur, gris en raison de sa richesse en cendres pour le niveau supérieur. Dans celui-ci, daté entre — 5 000 et — 4 000, les têtes de flèche et les microlithes géométriques prédominent, chacune de ces catégories représentant le quart des outils. La grande majorité des têtes de flèche est pédonculée ; on ne trouve pas les grandes pièces des régions plus méridionales mais des objets qui ne dépassent guère 2 cm de long. Les microburins sont extrêmement nombreux. Il n’y a quasiment pas de lamelles à dos. Le matériel de broyage abonde. L’œuf d’autruche est d’usage courant et un amas de onze bouteilles empilées a été mis au jour. La poterie surprend par son homogénéité, un ton toujours sombre, un décor toujours semblable de motif dit pseudo-cordé. Dans le niveau inférieur, l’intérêt accordé aux têtes de flèche fléchit fortement ; comme les lamelles à dos et les racloirs, elles sont presque inexistantes. Les microburins sont plus nombreux encore que dans le niveau supérieur, ils constituent près de la moitié du sac à outils sans que le moindre regroupement ait été rencontré. Une partie de la poterie est identique à celle du niveau supérieur, mais plus de la moitié est faite avec une pâte différente, riche en dégraissant calcaire, cuite en atmosphère oxydante. De tels tessons ne sont guère décorés et l’exiguïté des ouvertures de certains, 3 à 4 cm de diamètre, fait songer à des bouteilles.

57Non loin, sur la rive occidentale de la sebkha, les site des Deux Œufs traduit une occupation en partie contemporaine, se plaçant vers –4 300. Elle aussi surmonte une occupation mellalienne et une couche de sable éolien sépare les deux niveaux d’habitat. Les lamelles à dos, qui formaient le corps des outils dans le niveau mellalien, n’ont plus qu’un rôle très modeste. Les têtes de flèche, bien qu’elles aient pu être victimes de pillage, et l’œuf d’autruche foisonnent. Plusieurs petits dépôts — l’un de deux œufs trouvé par le Dr Roques, un autre de trois par le Dr Trécolle — font songer à des récipients placés dans des filets pour servir au transport de l’eau. La poterie est fréquente, identique à la poterie sombre d’Hassi Mouillah dans ses formes, son décor, sa technique.

58Dans les jardins de Bamendil, Bamendil-Gara Driss, daté autour de –4 000, offre des traits comparables, de même que non loin d’Hassi Messaoud, XO La Touffe, site plus ancien qui remonte à près de –5 000.

59La rareté des têtes de flèche, reconnue dans le niveau inférieur d’Hassi Mouillah, se perçoit aussi à Aïn Guettara, au pied du Tademaït. Le site occupe le fond d’un défilé encombré de rochers à la suite de l’effondrement d’abris. Sa partie supérieure est datée autour de — 5 000. Il a livré un nombre considérable de microburins, ici pièces minuscules atteignant à peine 5 mm de long. L’œuf d’autruche abonde ; au cours des dernières fouilles, de grands fragments ont été trouvés soigneusement empilés entre deux blocs. La poterie est rare ; elle porte parfois un décor sur les deux faces.

60Les Perles est un gisement proche d’Ouargla, beaucoup plus récent, puisqu’il ne remonte qu’aux environs de – 1 800. Il doit son nom aux nombreuses rondelles d’enfilage et perles en pierre qui s’y trouvaient. Son outillage comporte de nombreux racloirs et têtes de flèche qui sont des formes à tranchant transversal, formes peu courantes par ailleurs. La poterie présente toujours le même aspect, les mêmes techniques qu’à Hassi Mouillah sauf certains tessons simplement engobés, faits d’une pâte à dégraissant calcaire.

61C’est cette poterie rougeâtre, sans décor qui propose de rapporter au Néolithique récent « Les Dunes », site qui possède cette même prédominance des racloirs et des têtes de flèches, lesquelles sont, ici, pédonculées. On trouve la même poterie engobée dans le site 731, proche d’Ouargla, dont la structure s’est particulièrement bien conservée. Un foyer central s’entoure d’une couronne de foyers de pierres, tous bien individualisés. Les pierres taillées, parmi lesquelles les racloirs abondent mais les têtes de flèche sont rares, s’étalent autour de chaque foyer. Une telle poterie engobée existe également dans de nombreux petits sites qui parsèment les regs.

62Dans le même temps, entre — 5 500 et — 3 600, au sud d’Ouargla, se développait un faciès très particulier, l’Hadjarien. Il paraît inféodé aux sebkhas qui constituent les points bas du paysage et qui ont alors servi de réceptacle aux eaux de ruissellement grâce à un colmatage de leur fond par le dépôt des argiles en suspension. Les nucléus traduisent l’emploi de la pression pour détacher des lamelles. Certains sites comme Ashech III, El Hadjar-sebkha, Bonh Behl renfermaient de nombreux nucléus en forme de mitre, non encore entamés. L’éventail des outils, très ouvert, peut être relativement varié d’un site à l’autre malgré l’abondance généralisée des pièces à coches, denticulés, scies et des lamelles à bord abattu. L’œuf d’autruche abonde, il est peu décoré et toujours de motifs rectilignes. La poterie manque totalement. Ces gisements ont joué un rôle fondamental dans la préhistoire saharienne en permettant de comparer les résultats des études portant sur le matériel trouvé à la surface du sol d’une part et celui sorti du sable par les fouilles d’autre part. En soulignant la fiabilité des données de surface, ils ont validé l’étude d’innombrables sites que le vent a décapés.

63Dans les régions méridionales, les sites sont toujours beaucoup plus vastes que dans le Nord. À El Bayed, au nord-ouest de Temassinine, un matériel très dense couvre une surface de 1 000 à 1 200 m de long, 700 à 800 m de large, et protège par endroits des lambeaux cendreux.

64L’occupation remonte à près de — 5 500. Les scies sont particulièrement nombreuses. Les têtes de flèche voient la prédominance de grandes formes pédonculées et la fréquence d’une pièce à base concave, fortement échancrée, aux ailerons ovales. Le matériel de broyage abonde. Mais la poterie est très rare, elle provient de vases à fond conique, à décor modeste qui évoquent le Néolithique de tradition capsienne. On y retrouve le motif pseudo-cordé courant dans la région d’Ouargla. Les récipients allant au feu sont des œufs d’autruche dont les fragments, nombreux sur le site, peuvent présenter des traces de calcination. Il n’a pas été retrouvé de restes osseux. La parure a été aménagée dans des coquilles d’œuf d’autruche transformées en rondelles d’enfilage, dans des oursins fossiles venant des roches de la région et qui ont été perforés. Des pierres ont été polies ou gravées, comme en témoigne un éclat cortical qui supporte les restes d’un quadrillage ornant la pierre dont il est issu.

65Izimane apparaît comme une expression récente du Néolithique dans ce secteur, et témoigne de sa stabilité. Durant quelque trois mille ans, seule une lente évolution s’est produite. Daté entre — 2 200 et — 1 700, le site montre les mêmes outils, le même style qu’El Bayed, mais les proportions ont changé. Les lamelles à dos ont fortement régressé au profit des têtes de flèche et pièces foliacées. Les nucléus en mitre, pièces dont la préparation suppose un artisanat, sont nombreux. La poterie, en fragments plus grands et plus nombreux qu’à El Bayed, a permis d’identifier des vases sphériques qui peuvent être munis d’un col court, à décor de dents, de flammes, de sillons d’impressions. La parure est devenue fréquente avec des grains d’enfilage à grande lumière centrale, des oursins fossiles, des perles, un labret en agate. Une coquille de Nassa gibbosula usée jusqu’à la columelle traduit des relations avec le golfe de Gabès.

66Dans le Sud-Ouest saharien, le site Autruche V signale peut-être une zone de contact très à l’ouest. Le matériel lithique, par l’abondance des trapèzes, l’œuf d’autruche, par sa fréquence, évoquent en effet un Néolithique de tradition capsienne. Mais l’abondance de la poterie, la richesse en têtes de flèche dont bon nombre appartiennent au type « tour Eiffel » sont des caractères bien typiques du Néolithique saharo-soudanais, d’autant que les vases sont sphériques, sans col ou à col court, entièrement couverts d’un motif de dents ou de flammes.

La question s’baikienne

67L’abondance d’épaisses pièces foliacées dans des sites de la région de Tébessa avait conduit M. Reygasse à nommer « S’baikien » de tels ensembles. Dans le secteur de Gafsa, ces pièces s’accompagnent de grattoirs volontiers discoïdes, racloirs, perçoirs, de nombreux rectangles, de têtes de flèche à tranchant transversal. Il s’agirait probablement d’un faciès néolithique et non paléolithique moyen comme le pensait M. Reygasse, mais il est difficile de lui accorder un âge en l’absence de matériaux datables. Il serait récent pour E.G. Gobert ; à l’in verse, pour G. Camps, il pourrait être à l’origine de la néolithisation de la zone capsienne à partir des régions méridionales.

Notes

24 Au cours des dernières décennies, le concept de « Néolithique » s’est modifié et précisé. Sa première définition faisait appel au polissage de la pierre et a permis d’opposer le mode de vie de ses fabricants à celui des hommes du Paléolithique dit « âge de la pierre taillée ». Elle sous-entendait en effet de nouvelles pratiques : les haches sont souvent vues comme des éléments de travail du bois, de défrichage, les herminettes seraient des houes et sont fréquemment associées au travail de la terre. Ce critère n’a guère de sens ici où l’on ne trouve que peu de pierre polie, ce qui peut résulter d’une réelle rareté ou de leur réutilisation, les populations les emploient volontiers aujourd’hui.

25 Il fut d’abord nommé Néolithique de tradition soudanaise.

26 Les données récentes, en particulier les diverses dates obtenues par radiochronologie, identiques à celles connues au Proche-Orient, sinon plus anciennes, ne permettent plus de retenir l’origine proche-orientale du Néolithique africain. L’hypothèse d’une influence implique une progression particulièrement rapide inhabituelle dans le monde préhistorique et se heurte à l’absence de jalons ; à l’inverse, une convergence trouve un début de confirmation dans les différences technologiques.

27 Cette hypothèse, émise au début du XXe siècle, avait paru trouver une éclatante confirmation dès la première datation absolue, celle de La Table de Jaatcha en Tunisie, rapportant l’occupation de ce site vers – 3 000. Plus récent que le Capsien, le Néolithique d’Afrique du Nord paraissait alors s’enraciner dans celui-ci, méritant ainsi l’appellation de Néolithique de tradition capsienne que lui avait donnée R.Vaufrey.

28 Dans les proches environs, deux molettes en lave présentant une gorge équatoriale gisaient sur le sol. Ce sont de telles pièces qui seraient utilisées aujourd’hui encore pour façonner les plats en bois.

29 La forte proportion de microlithes (segments, triangles, lamelles à dos et surtout microburins) observée à Adrar Bous III, au Niger, qui n’a été retrouvée nulle part ailleurs, ne peut plus servir à l’identifier. Elle est à considérer soit comme exceptionnelle soit, plus vraisemblablement, comme résultant du mélange sur le même site d’occupations différentes dont une serait encore peu connue.

30 L’occupation de l’abri couvre ainsi plus des dix mille dernières années. Elle remonte en effet jusqu’à l’époque actuelle par l’intermédiaire de « caches » qui truffent la partie supérieure des dépôts. En outre, à la base des dépôts, sous plus d’un mètre de sable éolien, un mince niveau de sables rougeâtres qui repose sur le plancher de l’abri, renferme une occupation atérienne.

31 Cf. p. 135.

32 Cf. p. 129. Fig. 32 en haut à droite.

33 Cf. p. 111.

34 Cf. p. 117.

35 Cf. p. 151.

36 Cf. note p. 138.

37 Ce problème de la richesse du Bas-Sahara en têtes de flèche est donc un faux problème. C’est la deuxième opposition de ce genre que l’on rencontre au Sahara. L’autre controverse mettait en jeu les partisans d’un Sahara « vert » à ceux d’un Sahara « sec ». Or, les premiers travaillaient à l’ouest de la Dorsale saharienne qui bloque les eaux venant de l’Atlas, les autres à l’est où l’alimentation est en grande partie fossile. Ils n’avaient pas eu accès aux mêmes données.

38 Cf. p. 125.

Table des illustrations

Légende 32. Il est exceptionnel de trouver des poteries préhistoriques entières ou dont un nombre suffisant de morceaux sont conservés pour qu’elles puissent être reconstituées. En général, le récipient n’est représenté, au mieux, que par de rares tessons, mais leurs décors, les modes de fabrication qui s’y lisent, permettent bien souvent d’identifier des cultures différentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 33. Au Néolithique, la chasse se traduit dans des têtes de flèche aux formes très variées, qui montrent l’utilisation d’un nouvel instrument, l’arc. Certaines de ces formes ont une répartition géographique telle qu’elles ont permis de discerner diverses provinces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 34. L’expansion du Néolithique dans le monde périméditerranéen : tout donne à penser qu’il y eut, voici près de dix mille ans, soit vers – 8 000/-7 500, non pas un mais plusieurs foyers de néolithisation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 35. Le grand dieu au poisson de Sefar, haut de plus de 2 m, présente les caractères des peintures d’un des sous-étages Têtes Rondes, un aplat blanc cerné d’ocre. Comme souvent dans l’art des Têtes Rondes, un trait, celui de la tête du poisson, est commun à deux figures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 36. Dans les régions méridionales, suffisamment pluvieuses au début de l’Holocène, des hameçons, des harpons rapportent La pratique de la pêche, au même titre que les représentations de poissons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 37. Perforants ou mousses, les outils façonnés dans l’os peuvent être ornés comme ce poignard qui fut trouvé en Ahaggar, à Amekni (d’après Camps 1969).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 38. Le gisement saharien de Tin Hanakaten a livré des fragments de récipients et de liens en vanneries ainsi que de nombreux restes de végétaux dont certains datent de – 7 000. Les vanneries montrent l’ancienneté de la technique cordée que l’on croyait jusqu’alors plus récente que la technique spiralée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 39. Gisements néolithiques et post-néolithiques, nécropoles et stations rupestres cités : 1) Site Launey (= Adrar Tiltekin), Adrar Ti n Terin (Sous-Marin) ; 2) Tamanrasset II (=Tam II), Amekni ; 3) Adrar Tiouiyne ; 4) Timidouin ; 5) In Guezzam ; 6) Anou Oua Lelioua, In Relidjem ; 7) In Debiren, Iharan ; 8) Ti n Hanakaten ; 9) Mankhor, Tidunadj ; 10) Sefar, Tamrit, In Itinen, Ouan Tartaï, Jabbaren, Ti n Tazarift ; 11) Iherir, Iheren ; 12) Baguena V, Meniet ; 13) Autruche V ; 14) Aoulef ; 15) El Bayed ; 16) Izimane, Hassi Tabankort ; 17) Hassi Imoulaye ; 18) Aïn Guettara ; 19) Abd el Adhim ; 20) Hassi bou Bernous ; 21) Zmeilet Barka, Foum Seïada, Hassi Manda ; 22) Oued Zeggag, Djorf Torba ; 23) Aïn Massine ; 24) Hassi Inifel ; 25) Aïn Taïba ; 26) Khellal II ; 27) Retmaïa ; 28) Ashech III, El Hadjar-sebkha, Hassi Djemel ; 29) Hassi Mouillah, Bamendil, Bamendil-Gara Driss, Les Deux Œufs, Bonh Behl, Les Dunes, M’Raneb ; 30) X0 La Touffe ; 31) Bordj Mellala, Les Perles ; 32) Ouhada ; 33) Hassi Menikel ; 34) Tilrempt ; 35) El Arrouya ; 36) Kef el Akhal ; 37) Thiout, Hadjrat Driess ; 38) Oued Guettara ; 39) Columnata, Vigne Serrera, Ain Torrich V ; 40) Bou Dhebib ; 41) Ain Naga, Safiet bou Rhenan, Botma Si Maamar ; 42) El Hasbaïa, Bou Sekkine, Kheneg Ettaga ; 43) Oued Mengoub ; 44) Djebel Fartas, Bou Nouara ; 45) Khanguet Si Mohamed Tahar ; 46) Oued el Hamara, Oued Tamda ; 47) Damous el Ahmar, Henchir Hamida, La Meskiana ; 48) Bou Zabaouine, El Marshel, Harmelia ; 49) Khanguet el Hadjar ; 50) Pic des Singes ; 51) Ibizar ; 52) Chenoua ; 53) Karouba.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 40. Au Khanguet el Hadjar, dans la région de Guelma, personnages, ovins et chiens, constamment regroupés de la même manière, ornent plusieurs faces d’un énorme rocher.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 646k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540