Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

I. Un monde de Chasseurs

5. Charognards et chasseurs du Maghreb préhistorique

Texte intégral

1Les objets retrouvés, leur disposition, mais aussi ce que A. Leroi-Gourhan a nommé « témoins fugaces », tels que la consistance, la couleur particulière du sédiment en un point, évoquent chacun à sa manière la vie des temps préhistoriques. Pour les périodes anciennes, divers détails de l’anatomie humaine, qui n’était alors pas tout à fait identique à la nôtre, favorisent cette compréhension. Savoir et imagination s’imbriquent ainsi pour remonter le temps, suivre l’homme préhistorique dans ses activités, la recherche de nourriture, l’installation de campement, mais aussi dans des occupations moins matérielles telles que son attitude face à la nature, à la mort, qui soulignent en lui la montée du psychisme.

2Son adaptabilité a permis à l’homme de s’installer dans les milieux les plus divers, les plus extrêmes et d’y développer des modes de vie, de nourriture, voire des particularités physiques qui font la variabilité de l’humanité actuelle. Au fil du temps, par son action sur la nature, il a pu échapper lentement à la pression environnementale, lui substituant une pression culturelle ; cependant, même ainsi repoussé, cet environnement naturel n’en subsiste pas moins et limite les possibilités de comportements.

3Dans cette quête de l’histoire des hommes, bien des points restent et resteront sans réponse, tel celui du vêtement, que l’on connaît au travers des seules peintures rupestres, donc d’une période tardive de la préhistoire ; on ne sait dire quand l’homme commença à se vêtir. Lorsque les lignées homme et singe divergèrent de leur tronc commun, les lointains ancêtres de l’homme étaient sans doute aussi poilus que les singes actuels. Leur pelage se réduisit au fur et à mesure que leurs glandes sudoripares se développaient. On a pu compter le même nombre de racines de poils chez l’homme actuel et les anthropoïdes, mais le poil est généralement court, si peu développé chez l’homme qu’il est presque invisible. Quant aux glandes sudoripares, elles sont beaucoup plus nombreuses que chez tout autre primate. Cette évolution de la peau semble liée à un taux de métabolisme élevé qui favorise l’effort physique et entraîne une forte production de chaleur. Le système de refroidissement indispensable se faisant par évaporation de sueur, un pelage épais nuirait à cette évaporation. Si la dynamique de la réduction de pilosité est connue, sa chronologie reste problématique. Comme on ignore tout de leur pelage, c’est pure spéculation que penser au vêtement des populations les plus anciennes.

4À l’inverse, schématiser l’habitat, l’alimentation, les modalités que l’homme utilise pour l’acquérir, la manière dont il se comporte face aux éléments, à la mort, s’appuie sur des données matérielles recueillies dans les fouilles.

19. On ne dispose d’aucune donnée certaine sur Le vêtement avant L’époque des pasteurs. À cette époque, il est élaboré. Les peintures figurent des femmes plutôt plantureuses, portant de grandes jupes et des pèlerines dont les motifs font songer à un tricot. Une peau de bête leur ceint les reins, à la manière des fouthas.

20. À Iheren, un habillement plus tardif montre des hommes portant un justaucorps agrémenté à hauteur de hanches de lanières qui évoquent une façon de faire courante dans le monde touareg. Les coiffures ont changé, aux mèches raides dont certaines tombent sur le visage des hommes à l’époque bovidienne, s’est substituée une coiffure souple, mi-longue. L’arc a été remplacé par la lance.

Les paysages aux temps paléolithiques

5Au cours du Paléolithique, soit depuis plus de 1,5 million d’années, le paysage de l’Algérie a connu d’importants changements. Les premiers occupants du nord de l’Afrique, qu’il s’agisse des Atlanthropes qui vécurent à l’Acheuléen ou plus encore de leurs ancêtres, connurent un paysage fort différent de l’actuel. Un climat tropical, chaud et humide, comportant une saison sèche, régnait jusqu’aux rives méditerranéennes. Une savane comparable à celle du Sud-Sahara actuel abritait une faune abondante. Sur les marges méridionales de l’Atlas, comme la région de Brézina, des forêts-galeries se développaient le long de cours d’eau, elles abritaient des espèces qui n’existent plus aujourd’hui et que les premières populations humaines virent peut-être s’éteindre. Ce réseau hydrographique se déversait dans un lac dont les traces sont enfouies quelque part sous l’actuel Grand Erg Oriental. Il fut rompu en fin d’orogenèse alpine, voici un million et demi d’années, par la surrection de la Dorsale saharienne qui sépare aujourd’hui les bassins de l’Erg Occidental et de l’Erg Oriental.

6Dans la Saoura, de grands lacs peu profonds, probablement sporadiques, dus à des barrières de sable, formaient de vastes étendues, pouvant atteindre 50 à 100 km de long et de large, dont les restes sont souvent oblitérés par les sables de l’actuel Grand Erg Occidental. Une phase d’érosion, exacerbée par la surrection de la Dorsale saharienne, les aménagea en un tracé fluviatile orienté nord-sud qui préfigurait les actuelles vallées du Guir, de la Saoura et de l’oued Messaoud, et qui alimentait un grand lac occupant les parties basses du Touât. Cette phase y fut décisive pour l’aspect actuel du paysage.

7Dans le sud du pays, de puissants cours d’eau descendaient de l’Ahaggar. Mais ces eaux n’atteignaient pas la mer. Tout donne à penser qu’elles se déversaient elles aussi dans ces lacs, le Djaret et d’autres dans le Touât, l’Igharghar septentrional dans le bassin du Grand Erg Oriental. Un assèchement du climat, responsable d’une réduction du débit des oueds, entraîna le dépôt d’importantes masses d’alluvions au pied du massif de l’Ahaggar, obstruant l’entrée du Djoua et provoquant un chapelet de sebkha.

8La faune différait de celle qu’on connaît actuellement. Elle comportait de nombreuses espèces qui allaient bientôt s’éteindre comme des éléphants et mastodontes, Elephas maghrebiensis, Anancus osiris, des Équidés Stylohipparion libycum, des Giraffidés Libytherium maurusium, Giraffa pomeli et bien d’autres, ou des espèces qui perdurent encore dans d’autres régions comme le rhinocéros Rhinoceros simus, l’hippopotame Hippopotamus amphibius, ou la hyène Hyœna crocuta.

  • 11 Cf. p. 174

9Le refroidissement du climat fit peu à peu disparaître du Nord les animaux et les plantes tropicales. En Tunisie, les remarquables travaux de R. Coque l’ont amené à voir dans les faunes du début de l’Acheuléen, non plus une association en équilibre avec le milieu mais des espèces tropicales relictes qui seront « peu à peu confinées et décimées par extinction, destruction ou migration ».Voici quelque 650 000 ans, vivaient en Oranie de nouvelles espèces d’éléphants. Elephas maghrebiensis y avait fait place à deux autres espèces, Elephas iolensis et Loxodonta atlantica (= Elephas atlanticus) considéré comme la forme par excellence du Maghreb et qui vivra dans le nord de l’Afrique jusqu’à l’Atérien, vers – 30 000, peut-être au-delà. On y trouve un camelin Camelus thomasi, des girafes. D’autres animaux, qui subsisteront jusqu’à une époque récente, y ont été identifiés. Pelorovis antiquus, grand bovin souvent nommé bubale, qu’il ne faut pas confondre avec l’antilope bubale, sera même une image majeure de l’art gravé. Equus mauritanicus, qui se rencontrera dans les gisements jusqu’à l’époque néolithique, est présent. C’est un animal souvent rapproché des zèbres, que l’on a cru longtemps le seul Équidé préhistorique ayant existé dans le nord de l’Afrique hors les formes anciennes, disparues au début du Quaternaire. En 1983, Y. Chaid-Saoudi et D. Hadjouis devaient montrer que l’on avait rangé sous cette appellation plusieurs espèces. Ces déterminations prenaient d’autant plus d’importance qu’elles étaient simultanées et indépendantes, et qu’elles étaient effectuées sur des restes osseux venant de sites différents11.

  • 12 Cf. p. 30

10Quand un climat tropical régnait sur le Maghreb, le paysage du Sahara ne devait pas présenter de divergences tranchées. La faune de Tihodaine, bien plus récente que celle de Ternifine12, lui reste comparable, avec les mêmes grands mammifères tropicaux, éléphants Loxodonta atlantica, hippopotames, phacochères, rhinocéros Rhinoceros simus, Connochoetes. On y retrouve le grand bœuf Bos primigenius, des antilopes et gazelles telles Alcelaphus boselaphus, Oryx, Gazella dorcas. Les Canidés, les oiseaux que l’on y a découverts ne contredisent pas cet aspect. Seuls des crocodiles lui donnent une note plus méridionale.

11Lors de chaque période glaciaire, une invasion d’éléments que l’on nomme paléoarctiques s’est produite. On pense que ces migrations viennent de l’Est mais elles posent aussi la question de contacts entre le sud et le nord de la Méditerranée quand l’aridité abaisse suffisamment le niveau de la mer. C’est dans ces périodes que des plantes boréales s’installent parmi la végétation. Elles constitueront presque la moitié des espèces dans les argiles de Maison Carrée qui ont conservé de nombreuses empreintes de feuilles. Vers — 250 000 ans, la végétation tropicale du Maghreb a ainsi totalement fait place à une végétation méditerranéenne qui montre une parenté étroite avec celle qui existe actuellement en Basse-Provence. La faune s’est modifiée elle aussi. Des espèces nouvelles se sont installées qui à leur tour disparaîtront comme l’ours, Ursus lartetianus, ou le cerf megaceros, Megaceroïdes algériens, ou qui migreront comme le rhinocéros Rhinoceros mercki. D’autres resteront les éléments de la faune actuelle tel que le cerf de Barbarie, Cervus elaphus barbarus, qui subsiste dans l’Est constantinois, les sangliers, chacals, et bien d’autres. Les bovins qui, avec Bos primigenius, ont disparu tardivement, sont à l’origine de nouvelles formes non plus sauvages mais domestiques, de même peut-être le dromadaire, Camelus dromedarius.

12Depuis lors, le paysage du Maghreb n’aurait pas fondamentalement changé si, ces derniers dix mille ans, ne s’étaient produites des modifications d’une autre nature, qui ne résultent plus de l’action d’éléments naturels mais de celle de l’homme avec les mises en culture et en pâture nécessitant une déforestation importante. À ces latitudes, les variations de quelques degrés des températures, les pluies plus ou moins importantes n’ont entraîné en effet que des transformations de détail avec une descente à des altitudes plus basses de certaines espèces comme le cèdre ou le pin laricio actuellement confinés au-dessus de 1 400 m.

13Les refroidissements successifs ont été particulièrement amortis dans le Sud qui a plus longtemps conservé le même aspect sahélien, mais l’aridité qui les a accompagnés a réduit peu à peu la végétation jusqu’à faire disparaître les espèces les plus sensibles, sans qu’une régénérescence soit toujours possible lors d’une amélioration climatique. C’est le cas du « tarout » Cupressus dupreziana, cyprès qui n’est connu aujourd’hui qu’au Tassili n Ajjer où subsistent quelque deux cents exemplaires. Certains supposent qu’il existait dans la région de Touggourt avant le Paléolithique moyen, mais sa coexistence avec le pin d’Alep pour peupler les forêts de l’Ahaggar est actuellement contestée, les restes morts qui lui étaient attribués dans le haut bassin de l’oued Tin Tarabin s’étant révélés ceux d’un énorme acacia. Ainsi la savane a-t-elle fait place à la steppe puis au désert, l’ambiance steppique qui persistait voici quelque trente mille ans s’étant elle-même dégradée au cours de l’importante phase aride qui a suivi.

L’habitat et l’organisation de l’espace

14L’homme, même celui du Paléolithique ancien, n’était pas un être errant en quête de nourriture, comme on le décrit parfois. Au moins depuis le Paléolithique inférieur, il a recherché une protection dans des grottes ou des abris sous roche. Le Sinanthrope vivait en Chine, dans les falaises de Choukoutien, un Anténéanderthalien dans la Caune de l’Arago, en France. En plein air, des structures d’habitat telles qu’aménagements de pierres, trous de piquets ont laissé quelques traces. Des aires restreintes regroupant les objets ayant appartenu aux hommes attestent, depuis les temps les plus reculés, l’existence d’aires d’habitation, de secteurs où se sont accumulés des moments de vie. Des cercles ou demi-cercles de pierres, base probable de huttes en branchages, des pavages ont été retrouvés en Afrique de l’Est, dans des niveaux datés de – 1 750 000 à – 1 500 000.

15Tout donne à penser qu’alors l’homme vivait en groupes de vingt à trente individus, qu’il disposait d’un lieu de séjour fixe, son camp de base, duquel il rayonnait à la recherche de sa nourriture. Plusieurs gisements, Terra Amata en France, Ambrona en Espagne, démontrent, par une réoccupation du même site à diverses reprises, que l’homme revenait aux mêmes endroits. Ses déplacements n’étaient donc pas le fait du hasard ; ils pouvaient être calculés, renouvelés. De savants calculs appuyés sur des appréciations de besoins en calories ont construit un modèle dans lequel chaque homme devait disposer d’une superficie moyenne de 25 km2 pour assurer sa subsistance, soit un territoire de quelque 20 x 25 km que le groupe parcourait à la recherche de ses proies. Et le modèle de poursuivre : alourdi par des enfants en bas âge, tout le groupe ne pouvait circuler en permanence, d’où la nécessité d’un camp de base qui était probablement déplacé à la faveur des saisons ou à la suite d’une réduction de potentiel nourricier à proximité.

16Dans le nord de l’Afrique, les hommes du Paléolithique ancien et du Paléolithique inférieur ont beaucoup fréquenté les bords de lacs ; c’est dans cette position que se trouve la plupart des sites connus. Plus tard, les choix paraissent plus ouverts, comme si l’homme adoptait des attitudes plus souples. Au Maroc, dans la région d’Oujda, on a pu envisager un petit nomadisme ; les hommes moustériens se seraient déplacés sur une centaine de kilomètres d’un milieu forestier à un milieu steppique.

17À l’Ibéromaurusien, une occupation permanente des mêmes lieux sur une longue durée est bien affirmée dans les gisements sous abri comme ceux de la corniche jijelienne où s’entassent plusieurs mètres de sédimentation due à l’homme. La sédentarité de cette époque s’affirme aussi dans les restes humains. À Taforalt au Maroc, comme à Columnata, des facettes anormales sur certains os indiquent la fréquence d’une position assise avec une flexion forcée des pieds. Des paralytiques comme une femme accidentée trouvée à Columnata, qui a survécu à l’écrasement du sacrum avec expulsion de la tête du fémur de sa cavité, et qui donc, ne pouvait se déplacer, confirment cette sédentarité et témoignent d’une forte cohésion sociale. Quand il n’occupait pas les abris naturels, l’homme ibéromaurusien a montré une prédilection pour s’installer sur des sables. Il devait y construire des abris. À Courbet-marine, la concentration des pièces implique une palissade. Avec des foyers installés en désordre et une disposition des objets beaucoup plus lâche, El Haouita évoque un simple lieu de haltes privilégiées probablement liées à la chasse.

L’alimentation et son mode d’obtention

18Il est admis que l’homme préhistorique est un chasseur et que la femme s’adonne à la cueillette. La chasse, en effet, devait occuper un temps tel que les tâches plus aisées, la cueillette ou la capture de petits animaux, le ramassage d’escargots, etc. revenaient aux moins forts, femmes, enfants... Chez Homo habilis, les dents, qui traduisent à la fois les mouvements nécessaires à la mastication et les particularités des aliments, montrent un régime où les végétaux occupent une place importante mais d’où n’est pas exclue la viande. Les végétaux, ce sont des fruits, des baies sauvages, des noix, des racines, de jeunes pousses, l’essentiel de la végétation, l’herbe et les feuilles, demandant un dispositif digestif que l’homme ne possède pas. Certains auteurs ont pensé que la consommation de viande est un acquis des premiers hominiens car l’homme qui est issu d’un rameau végétarien a dû adapter son organisme à cette nourriture. Plus riche en calories que la plupart des végétaux, la viande lui fournit la même énergie sous un moindre volume, ce qui libère son temps.

19Une partie de la nourriture carnée de l’homme paléolithique provenait sans aucun doute de cadavres découverts au hasard du déplacement ou de gibier abandonné par les fauves. Cet aspect charognard est confirmé dans le gisement du Vallonet près de Nice où ont été retrouvés des quartiers de baleine qui ne pouvaient provenir que d’un animal échoué sur la plage. L’homme a-t-il attendu le départ des fauves qui venaient d’abattre du gibier pour s’emparer des restes, a-t-il pu le leur disputer ? À Djibouti, plusieurs squelettes d’éléphant ont été découverts en plusieurs endroits, certains traduisent une mort naturelle, d’autres, retrouvés mêlés à de nombreux outils, ont pu être chassés mais les hommes ont également pu profiter de la mort de l’animal pour s’assurer d’une grande ripaille.

  • 13 A ce propos, on doit apprécier la pertinence de l’attitude des carriers qui ont averti de leur déco (...)

20La chasse proprement dite s’affirme très tôt, même celle de grands mammifères. Dans certains gisements des plus anciens d’Afrique de l’Est, des têtes d’antilopes sont défoncées au-dessus des orbites par une masse. Dans le gisement espagnol de Ambrona, Clark Howell expliquait le grand nombre d’éléphants retrouvés par une chasse au feu : allumant un demi-cercle de feu derrière les animaux, les hommes les auraient affolés et repoussés dans des marécages où ils les auraient achevés. L’exploitation des carrières de calcaire des environs d’Alger a souvent mis au jour dans des cavités renfermant des dépôts de terres rouges qui s’échelonnent entre — 100000 et — 30000, des ossements d’animaux disparus, rhinocéros, phacochères, bœufs et chevaux sauvages, etc. Le cheval, le sanglier étaient les animaux les plus prisés, à un degré moindre le rhinocéros, l’hippopotame, le mouflon et les gazelles ou antilopes. La plus récente découverte fut faite à Aïn Benian en 1974 lors des travaux de la carrière13 qui mirent au jour plusieurs de ces cavités. L’une renfermait quelques pierres taillées auprès d’ossements de rhinocéros montrant qu’un quartier y avait été dépecé ; des charbons, des pierres brûlées qui se trouvaient à proximité avaient probablement servi à cuire la viande. Du feu avait été entretenu dans d’autres grottes comme en témoignent des particules charbonneuses et quelques pierres brûlées disséminées dans la terre de remplissage.

21La capture de grands animaux appelle des pratiques de chasse qui ne peuvent être le fait d’individus isolés, elles demandent des liens sociaux serrés. Dès le Paléolithique inférieur, ceux-ci pourraient être confirmés à Ambrona et dans le site voisin de Torralba où ont été retrouvés de petits tas d’ossements cassés et brûlés contenant chacun des spécimens des animaux dépecés sur les sites, dans lesquels les fouilleurs voient les restes d’une répartition du produit de la chasse.

22À l’Ibéromaurusien, les restes d’antilope alcélaphe, et plus encore de mouflon, abondent, ainsi que ceux de rongeurs, lapins, lièvres, porcsépics, de petits carnassiers, renards, genettes, mangoustes, chats et même chacals. Les bovins sont souvent représentés par deux espèces de taille différente, le grand boeuf serait Bos primigenius qui en Europe est la souche des bœufs domestiques, le petit serait Bos ibericus auquel pourrait se rattacher la race bovine de Guelma. De-ci, de-là, un site renferme quelques ossements d’addax, d’antilope chevaline, de gnou ou de gazelle dorcas qui aujourd’hui ne fréquentent que la zone saharienne. À Tamar Hat a été recueilli du cerf Cervus algericus, à Afalou du macaque et du sanglier. Mais des ossements de grands mammifères comme l’éléphant n’ont quasi jamais été retrouvés associés à du matériel ibéromaurusien.

21. Parmi Les anciens procédés de capture des animaux figure Le crochet. Sur La grande paroi de Thiout, des hommes tentent ainsi de déstabiliser un bovin.

23À cette époque, la pêche et le ramassage de coquillages étaient pratiqués volontiers. Dans tous les sites littoraux, moules, patelles, trochochlées, oursins, balanes abondent plus ou moins. Les hommes de Rachgoun ont surtout consommé des produits de la mer, ceux de Columnata, loin sur les hauts plateaux, péchaient des barbeaux et des crabes.

La maîtrise du feu

24La maîtrise du feu fut certainement un moment décisif dans le développement humain. Le feu c’est le rejet des ténèbres, la chaleur. Source de convivialité, de réconfort, c’est une protection contre les animaux sauvages qui a peut-être fait perdre à l’homme son caractère de gibier soumis à la convoitise des fauves. À l’heure actuelle, n’est-ce pas en allumant des feux ou de façon plus moderne en disposant des lampes autour des campements que l’on s’en protège dans la brousse ?

25La maîtrise du feu, c’est aussi une nouvelle technique de travail de l’os et du bois par durcissement du bois vert, de l’os frais, ce qui rend les outils plus pénétrants ; c’est une nouvelle technique d’obtention et de préparation de la nourriture, nouvelle préparation de la viande par cuisson mais aussi possibilité de faire des réserves par séchage et enfumage ; c’est un élément essentiel du devenir humain, un facteur de développement du langage et de la mémoire collective. G. Camps a fort justement fait remarquer qu’avant même que la recherche scientifique aborde le problème, philosophes et romanciers en avaient pressenti l’importance : Prométhée est-il le produit d’une imagination ou peut-il traduire, depuis le fin fond des âges, la lointaine réminiscence de la conquête du feu ?

26Les plus anciens témoins de combustion proviennent du site de l’Escale dans la région de Marseille et sont datés de — 750 000. Terra Amata près de Nice a révélé des foyers, petites excavations creusées dans le sable au centre de cabanes, qui remontent à — 400 000. En Chine, les premières découvertes de Sinanthrope dans les falaises de Choukoutien non loin de Pékin ont montré, dans des niveaux datant de — 350 000, des ossements brûlés, des foyers et des cendres. En Algérie, hors celles venant d’Aïn Benian et qui ont moins de cent mille ans, on n’a que des indications tardives qui proviennent de l’Ibéromaurusien et de la fréquentation d’abris sous roche comme ceux de Tamar Hat ou Afalou bou Rhummel avec leurs pierres chauffées, leurs foyers, leurs épandages de cendres. Mais on ne peut s’étonner de l’absence de traces plus anciennes, les sites antérieurs qui sont tous des sites de plein air, ont subi pendant des milliers d’années des lessivages, ce qui rend peu probable la conservation de traces de feu, hors celle de pierres brûlées.

Le langage

27Communiquer est une nécessité sociale et la communication doit être d’autant plus élaborée que l’organisation sociale est complexe. Un langage fait d’expressions, de gestes, de postures, courant chez les anthropoïdes comme d’ailleurs chez tous les animaux, leur permet de reconnaître dès l’abord les intentions de leurs congénères et d’éviter les conflits. Mais il n’autorise la communication qu’au rapproché, seul le son permettant d’entretenir le contact à distance.

28La forme du palais, en favorisant un jeu plus ou moins complexe de la langue et du pharynx, entraîne l’émission de sons plus ou moins nombreux. Le développement du menton, en favorisant les mouvements de la langue, augmente le potentiel de sons. Liés au cerveau, ceux-ci dépendront aussi du développement des centres du langage ; on peut donc les percevoir et en suivre l’évolution sur les os du crâne en fonction des empreintes laissées par l’irrigation méningée. Encore faut-il retrouver des fragments qui correspondent à ces zones. On considère que Homo erectus disposait d’une structure anatomique autorisant un langage articulé, peut-être lent et maladroit mais qui lui permettait d’émettre des sons dans un champ suffisamment vaste et de créer de courtes phrases.

L’homme paléolithique et la mort

29Traditionnellement on accorde à Homo sapiens le soin d’inhumer ses morts, de les honorer par des offrandes ou des pratiques rituelles. Antérieurement, les restes humains sont exceptionnels, très fragmentés ; on ne sait s’ils ont pu faire l’objet de soins bien qu’une relation particulière de l’homme à la mort soit parfois évoquée. La découverte, dans la falaise de Choukoutien en Chine, de crânes humains dont le trou occipital avait été fortement élargi a donné lieu à l’idée d’anthropophagie ; certains auteurs ont songé à une anthropophagie rituelle telle qu’elle fut pratiquée dans les tribus cannibales. G. Camps fait une remarquable analyse de la question en soulignant que le cannibalisme est une négation de la mort, l’absorption du principe vital du mort. C’est, ainsi que l’a montré von Kœnigswald, un acte mystique par lequel s’acquièrent les qualités du défunt.

30L’une des inhumations les plus anciennes et les plus émouvantes vient d’Irak ; à Shanidar, un squelette d’enfant néandertalien datant de quelque cinquante mille ans gisait au centre d’un cercle de pierres et l’abondance des pollens à l’intérieur du cercle a permis à A. Leroi-Gourhan, qui en a fait l’analyse, de penser qu’il avait été déposé sur une litière d’éphédra garnie de fleurs jaunes de séneçon et de fleurs bleues de muscari et d’althaea. Les inhumations de Néandertaliens sont relativement nombreuses et montrent des pratiques qui dépassent l’idée d’une simple mise en terre quelle qu’en soit la raison. Par exemple en France, au Régourdou, dans la vallée de la Vézère, un squelette reposait sous un amoncellement de pierres dans lequel se trouvaient un bois de cerf et des ossements d’ours, alors que des fosses voisines renfermaient d’autres ossements d’ours.

31Les ossements humains retrouvés dans les gisements préhistoriques n’y ont pas été jetés, même quand ils sont nombreux et enchevêtrés. Le cas le plus spectaculaire vient d’Afalou bou Rhummel où une quarantaine d’individus gisait vers le milieu de l’abri, à l’aplomb de la cheminée. Si l’hypothèse de corps précipités du plateau fut un temps admise, les fouilles récentes de S. Hachi donnent une explication tout autre. Des ossements disposés dans une anfractuosité de la paroi ont montré, en effet, qu’il y avait bien inhumation et qu’elle se faisait dans des parties du gisement peu accessibles ou peu confortables. Au fur et à mesure des nouvelles inhumations, les restes anciens étaient repoussés et entassés pour libérer la place. Cette concentration des dépouilles n’est pas propre à ce site. Columnata a livré plus d’une centaine d’individus regroupés, le gisement marocain de Taforalt est encore plus riche. Alors qu’elle semble disparaître du nord de l’Afrique, cette coutume de regrouper les morts se retrouvera plus tard en Europe, au cours du Néolithique.

32Bien que l’on soit convaincu d’une charge culturelle très forte, les pratiques funéraires ne présentent aucun caractère systématique ni dans le temps, ni dans l’espace. Aucune constance n’a pu être dégagée dans les positions d’inhumation. Un petit nombre d’individus repose allongé sur le dos. À Afalou bou Rhummel, c’est le cas du plus ancien. À Rachgoun, le mort avait été placé ainsi, mais ses jambes repliées laissaient pointer haut les genoux. Généralement, le cadavre est placé en position fléchie ou recroquevillée qui évoque une position de fœtus et suppose un ligotage du corps pour maintenir cette attitude. Des restes décharnés ont aussi été l’objet de soins mortuaires. À Columnata, une tombe renfermait non pas un corps entier mais des parties de corps qui conservaient des connexions, ce qui implique une inhumation avant destruction de tous les ligaments ou un corps dépecé.

33La dizaine de squelettes retrouvée par Barbin à La Mouillah avait une orientation est-ouest ; la tête se trouvant toujours à l’ouest suggère que l’orientation ait eu une signification mais qu’elle ait été oblitérée par les réaménagements.

34Des offrandes funéraires, des aménagements accompagnent souvent les inhumations. Certains sont simples comme à Columnata où un individu était surmonté de quatre pierres, à La Mouillah où des pierres plates recouvraient les squelettes. À Rachgoun, des pierres déposées sur l’un des squelettes formaient un amoncellement, petit tumulus de 1,50 m de diamètre, haut de 0,70 m. À Afalou bou Rhummel, la tête d’un mort avait été placée sur quelques galets ; un dépôt d’oligiste broyée de plus d’un kilogramme, avec un poinçon planté au milieu, se trouvait au sommet du crâne. Des structures plus complexes ont été retrouvées à Columnata : un individu reposait sous un amoncellement de pierres que surmontait un enchevêtrement de cornes de Bos primigenius. On a identifié une pratique semblable à Taforalt, mais les cornes de bovins y étaient remplacées par des cornes de mouflons. Des coutumes complexes sont peut-être traduites à Columnata où l’un des individus gisait sous une pierre, probablement associé à un pavement rectangulaire établi 0,5 m à l’est. Un fait comparable existe à Afalou bou Rhummel.

Naissance de l’homme religieux ?

35Ces pratiques mystiques que suggère le comportement des Ibéromaurusiens face à la mort s’expriment de diverses autres manières dont la plus spectaculaire est l’art, la plus courante la parure.

36La parure consiste en objets divers, coquillages perforés naturellement ou non, colorants. Par leur abondance, ocre et galène évoquent des peintures corporelles. À La Mouillah et à l’Abri Alain, des galets allongés ont été perforés pour devenir des pendeloques. Un curieux rituel était pratiqué par les populations ibéromaurusiennes, l’avulsion dentaire. Mutilation qui consiste à arracher les incisives supérieures, au minimum une incisive médiane, l’avulsion a été systématiquement pratiquée de la même manière chez les hommes et les femmes. Elle peut être liée au port d’un labret, mais on n’en a aucun témoin. Les discussions qui tournent autour de l’âge précis où se faisait cet arrachage le situent toutes à l’adolescence. Est-ce un rite de passage ? C’est probable, même si plus prosaïquement on peut évoquer une amélioration de la respiration comme cela se faisait et se fait peut-être encore sur les hauts plateaux éthiopiens.

37Le gisement moustérien d’El Guettar, en Tunisie, témoigne d’une vie spirituelle à une période plus ancienne. Un véritable monument, cône de pierres à demi immergé dans une source artésienne, a été élevé au bord d’un griffon. Il était fait de pierres sphériques, les unes naturelles, les autres aménagées par l’homme, les plus belles placées au sommet ; elles recouvraient un amoncellement de silex taillés dont une pièce pédonculée, d’ossements animaux brisés où prédominaient les restes d’équidés. Ce pourrait bien être le plus vieux témoin d’une pratique rituelle, de l’enracinement d’une coutume connue dans de nombreuses régions du monde et qui consiste à lancer une pierre, ou plus récemment une pièce, dans une émergence d’eau ou encore à déposer une pierre au passage d’un col en hommage aux génies des lieux.

38L’art traduit particulièrement bien un nouveau seuil franchi par l’abstraction. Il transpose un volume en plan, faisant de l’épaisseur un élément totalement intellectualisé. Il est tentant de croire qu’il participe aussi à l’établissement de relations privilégiées entre l’homme et son environnement. Bien rares sont ceux pour qui l’art préhistorique est « un art pour l’art ». Cette notion très récente n’a guère été évoquée que par G.H. Luquet. A. Laming-Emperaire, A. Leroi-Gourhan ont accordé à l’art européen l’idée d’un caractère symbolique et religieux ; pour G. Camps, chaque figure pourrait être un idéogramme, raconter les mythes ou l’histoire du clan. H. Breuil le reliait à la magie de la chasse soit pour s’emparer des animaux par l’image, soit pour maîtriser l’esprit de ceux qui vont être tués. P. Huard distingue nettement un art de chasseurs, plus ancien, d’un art de pasteurs.

39Mais comparer l’art des chasseurs européen et africain est dangereux ; l’un s’implante volontiers dans un espace clos, l’autre est toujours dans un espace ouvert qui pour certaines stations pose même une question de limites, ce qui en rend la « lecture » particulièrement délicate.

Un art de chasseurs ?

40Les œuvres d’art les plus anciennes sont des gravures très réalistes qui représentent exclusivement des animaux sauvages et sont regroupées sous l’appellation de gravures « bubalines », nom donné par Théodore Monod en raison de la représentation fréquente du bubale, Pelorovis antiquus. Leur altération physique, un dépatinage très prononcé que ne présentent jamais les autres figures, ont amené G.B.M. Flamand à placer divers signes et spirales antérieurement aux gravures animales. Ces particularités supposent que l’art bubalin se soit étalé sur une longue période, d’autant que certaines autres gravures qui lui sont attribuées, tels les groupes de bovins d’In Debiren ou Terarart au Tassili n Ajjer, peuvent évoquer la domestication.

41On rencontre les gravures anciennes sur les rochers de l’Atlas saharien, en particulier dans le Sud oranais ; dans le Sahara central, elles se concentrent volontiers dans certains secteurs comme l’oued Djerat au nord du Tassili n Ajjer où H. Lhote a compté 2 600 figures qui, pour un bon nombre, relèvent de cette époque. Elles sont aussi fréquentes dans le Fezzan méridional, le nord du Tibesti.

42Ces gravures sont toujours tracées d’un profond trait poli qui est très patiné. L’animal est le plus souvent figuré seul, le sol n’est jamais marqué, caractères qui rejoignent l’art du Levant espagnol et qui avaient amené certains auteurs à voir des relations entre les deux. Seul un petit nombre d’espèces animales est représenté. Quoique figuratif, l’art rupestre nord-africain et saharien est aussi un art symbolique ; nous ne savons pas le lire, même si dans le Sahara central, des travaux en cours tentent d’en rechercher de menus indices.

22. Les gravures sahariennes figurent volontiers des bovins, même à la période des Chasseurs. À In Debiren, non loin de Djanet, ils sont gravés profondément, des parties du corps sont polies et de profondes cupules marquent les yeux et les naseaux.

43Dans l’Atlas saharien, Pelorovis, le lion, le bélier, mais aussi l’éléphant, sont des figures majeures alors que le Sahara central fait une large part à la girafe, au rhinocéros. Les bovins aux formes naturalistes fortement patinées, ou dont le trait est altéré, sont peu répandus dans l’Atlas saharien ; à l’inverse, au Sahara central, ils paraissent avoir eu un rôle important. Dans l’oued Djerat, ce haut lieu de l’art rupestre saharien, avec près de 20 % des gravures, ils arrivent largement en tête des animaux représentés, les éléphants qui viennent en deuxième place étant deux fois moins nombreux. D’autres espèces ne sont connues que par quelques figurations dispersées, ici lièvres, là cynocéphales, ailleurs oiseaux — à l’exception de l’autruche qui, elle, est courante partout —, serpents... L’homme est peu figuré ; il est toujours de petite taille ou masqué, ce qui démarque cette période rupestre de la suivante. Dans l’Atlas, une gravure de Kheneg Ettaga près de Djelfa montre une forme sans cou aux épaules tombantes, le port d’un masque est très net et fait songer à un chasseur en approche de gibier. Dans quelques cas, les animaux sont associés à un petit personnage, à des signes ; peu variés, identiques dans l’Atlas et le Sahara central, ceux-ci, n’était leur banalité, pourraient être un élément de rapprochement entre les deux régions. Car l’un des problèmes encore posés par cet art très conventionnel est celui des relations entre ces deux centres.

44L’étage rupestre le plus ancien utilise un procédé commun à l’Atlas et au Sahara central qui représente des animaux en profil absolu, une seule patte rendant chaque train. Les deux yeux sont cependant toujours marqués. Toutefois, dans l’Atlas, les félins se présentent selon un mode des plus particuliers qui a reçu le nom de « style Djattou » : le corps est de profil, la tête, toujours de face, est coupée en son milieu par un double trait vertical et un oeil est représenté de chaque côté.

45Pelorovis et les éléphants échappent à cette règle avec deux pattes par train ; ils pourraient appartenir à une phase un peu plus récente que marque une modification profonde dans les représentations de félins qui sont alors figurés tête de profil et non plus en style Djattou. Dans le Sud oranais, à l’Aïn Marshal, une superposition assure l’ordre de succession de deux sous-ensembles. Dans l’un, Pelorovis est toujours de grande dimension, pouvant atteindre plus de 2 m de long ; il est souvent représenté en profil relatif, porte des cornes annelées. Sauf cas particulier, la patine est toujours foncée et l’on note parfois des phénomènes de dépatinage. Dans l’autre, subnaturaliste, la qualité artistique « diminue », de même que les dimensions. Les représentations utilisent soit un piquetage irrégulier, soit, plus rarement, un trait poli mais peu régulier, ni très large ni très profond. Les cornes ne sont plus annelées. La patine est plus claire que dans l’ensemble naturaliste. L’étalement dans le temps que souligne cette particularité explique probablement les difficultés rencontrées par les chronologies courtes, celles qui font de l’art ancien un art néolithique.

46Des travaux qui s’intéressent en parallèle aux témoins matériels et à l’art commencent à se mettre en place. Equus, dont les restes osseux sont souvent signalés dans les gisements du Nord, n’est qu’exceptionnellement figuré. À l’inverse peu de restes se rapportent à Pelorovis qui représente le dixième des gravures de l’Atlas. S’agissant d’un animal de grande taille, on pourrait supposer qu’il n’était pas ramené au campement mais dépecé sur place ; il en est de même des éléphants. Mais ni au Sahara, ni dans le Maghreb n’a été trouvé un site de boucherie où les os d’un puissant mammifère seraient associés à des pierres taillées.

23. Le style Djattou, style ancien de L’Atlas saharien, n’a représenté que des félins. La tête de l’animal est toujours schématisée de la même manière par un cercle que deux traits verticaux coupent en son milieu, une cupule figurant un œil de part et d’autre.

24. À EL Hasbaïa, non Loin de Djelfa, Le bas d’une grande paroi est couvert d’images de bovins, éléphants, échassiers... tracées sans Le moindre souci de composition. C’est en étudiant cette paroi que H. Lhote put affiner la chronologie, intégrant dans la phase bubaline de L’Atlas saharien une séquence dite « moyenne ».

47Ces restes osseux auraient-ils disparu ? Ne subsisterait-il que des éclats atypiques qui auraient servi au dépeçage et que rien ne permet plus d’associer à une époque, ni à un geste ?

48On n’observe une certaine concordance entre la fréquence des représentations et celle des restes animaux retrouvés dans les gisements sous forme de restes de nourriture que pour les antilopes, les gazelles. Répondraient-elles à un souci autre ? Certains signes qui leur sont parfois associés sont manifestement des pièges. Sans que leurs représentations soient exclusives, car on y voit entre autres quelques Pelorovis, ces animaux abondent dans ce qui est nommé « style de Tazina » et qui présente diverses particularités. Il ne se trouve guère sur des parois verticales, préférant les affleurements rocheux ou les blocs. Les gravures sont toujours de petites dimensions. Les formes, très stylisées, réduites aux traits essentiels, ne sont jamais raides, toujours à même de rendre des expressions de vie. F. Cominardi a pu parler à leur propos d’un schématisme dynamique. L’intérieur des corps peut être soigneusement poli, parfois rempli de traits. Les extrémités sont très effilées, parfois démesurément allongées, ce que G.B.M. Flamand qualifiait de style fantastique, et des excroissances fantaisistes peuvent s’y développer. Les deux yeux toujours figurés, le trait d’une très grande régularité, large, poli, fortement patiné, les placent parmi les plus anciennes figures. Il ne s’agit peut-être pas simplement d’une « école », derrière ce style pourrait se profiler une charge symbolique particulière.

25. Dans l’Atlas saharien, l’« étage de petite dimension » est occupé par le style Tazina. Les figures, de dimensions modestes, sont toujours sobres, rendues par quelques traits suggestifs qui entament profondément la roche.

26. Le chasseur préhistorique qui hantait Le Sahara a su représenter le mouvement, ici en figurant deux positions pour le cou de cette autruche en course.

Âge de l’art rupestre nord-africain

49On a longtemps attribué l’art rupestre nord-africain à des périodes récentes. Il aurait trouvé son épanouissement au Néolithique, son origine dans le Capsien. Diverses découvertes s’opposent à cette théorie.

50Dès 1965, F. Mori s’appuyait sur les superpositions des gravures de Ti n Ascigh en Libye où une paroi porte trois girafes de patine différente, superposées l’une à l’autre et recouvrant une gravure de bubale, Pelorovis antiquus, de grandes dimensions, pour les rapporter au Pléistocène, soit antérieurement à — 10 000, l’étalement dans le temps que suppose la formation de ces différentes patines n’étant pas compatible avec la chronologie courte parfois prônée.

51Un autre argument réside dans l’aspect de certains traits gravés. En les examinant au microscope électronique, M. Cremaschi y a noté des traces d’une intense éolisation précédant la formation de la patine. La dernière phase climatique à même de marquer ainsi la roche se place en fin de glaciation würmienne, vers les XIIIe-Xe millénaires, les phases arides suivantes, dont celle qui sévit au cours du VIe millénaire n’ayant pas érodé aussi intensément la roche. Un tracé qui lui serait immédiatement antérieur est donc peu probable. Par ailleurs, les conditions d’une formation généralisée de la patine supposent une température et une humidité qui n’ont pas existé, sauf localement, depuis le VIe millénaire. Ces deux arguments qui se confortent pour rapporter ces gravures au Pléistocène trouvent confirmation dans l’Atlas saharien où, dans une cluse entre Laghouat et Brézina, le géographe P. Estorges a signalé une gravure naturaliste oblitérée par un dépôt sableux mis en place en fin de période aride aux XIIIe-Xe millénaires.

52Les gravures de Tin Ghergho dans le Tassili n Ahaggar renforcent elles aussi cette position. Des représentations de faune sauvage ont une patine grise identique à celle de la roche. Elles sont tracées sur des parois partiellement dépouillées d’une pellicule de patine noire, brillante qui les habille sur quelques millimètres d’épaisseur et intègre elle aussi une gravure. Il y a donc là deux ensembles gravés. Le plus ancien, qui fait corps avec la pellicule de patine, est en voie de disparition depuis longtemps puisque c’est sur la roche écaillée que le deuxième ensemble a été dessiné.

53Dans la Tadrart, en rive gauche de l’oued Tidunadj, une paroi gréseuse porte quatre bovins gravés qui sont partiellement recouverts par une terrasse de l’oued. Les figures sont de grande taille, mesurant de 140 à 195 cm de long, naturalistes, conventionnellement munies d’une unique et imposante corne courbée vers l’avant. Le contour original a dû être profondément gravé mais a été émoussé au point de n’être par endroits plus du tout perceptible. Les gravures ont été « rajeunies » par un burinage qui n’a affecté que certaines parties du trait, probablement celles qui étaient peu lisibles, le dessin devenant en effet maladroit là où ne subsiste aucun reste du trait original. Ces deux techniques présentent la même patine totale, gris foncé, pour les parties à l’air. Une seconde génération de reprises a été réalisée postérieurement, elle est de patine chamois, faite d’un piquetage moins serré et moins régulier. Le recouvrement partiel par une terrasse qui ne peut être postérieure au VIe millénaire et l’évolution des traits impliquent une réalisation des originaux avant – 10 000.

54Ces données rejoindraient-elles les manifestations rupestres les plus anciennes que l’on connaît ailleurs dans le monde et qui sont actuellement datées entre — 30 000 et — 15 000 ?

27. Dans l’oued Tidunadj, des gravures de bovins au trait altéré et repris diverses fois sont partiellement recouvertes par une terrasse de l’oued. Ces particularités permettent de rapporter Les gravures initiales au Pléistocène.

Notes

11 Cf. p. 174

12 Cf. p. 30

13 A ce propos, on doit apprécier la pertinence de l’attitude des carriers qui ont averti de leur découverte et les en remercier.

Table des illustrations

Légende 19. On ne dispose d’aucune donnée certaine sur Le vêtement avant L’époque des pasteurs. À cette époque, il est élaboré. Les peintures figurent des femmes plutôt plantureuses, portant de grandes jupes et des pèlerines dont les motifs font songer à un tricot. Une peau de bête leur ceint les reins, à la manière des fouthas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 20. À Iheren, un habillement plus tardif montre des hommes portant un justaucorps agrémenté à hauteur de hanches de lanières qui évoquent une façon de faire courante dans le monde touareg. Les coiffures ont changé, aux mèches raides dont certaines tombent sur le visage des hommes à l’époque bovidienne, s’est substituée une coiffure souple, mi-longue. L’arc a été remplacé par la lance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 21. Parmi Les anciens procédés de capture des animaux figure Le crochet. Sur La grande paroi de Thiout, des hommes tentent ainsi de déstabiliser un bovin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 22. Les gravures sahariennes figurent volontiers des bovins, même à la période des Chasseurs. À In Debiren, non loin de Djanet, ils sont gravés profondément, des parties du corps sont polies et de profondes cupules marquent les yeux et les naseaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende 23. Le style Djattou, style ancien de L’Atlas saharien, n’a représenté que des félins. La tête de l’animal est toujours schématisée de la même manière par un cercle que deux traits verticaux coupent en son milieu, une cupule figurant un œil de part et d’autre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 24. À EL Hasbaïa, non Loin de Djelfa, Le bas d’une grande paroi est couvert d’images de bovins, éléphants, échassiers... tracées sans Le moindre souci de composition. C’est en étudiant cette paroi que H. Lhote put affiner la chronologie, intégrant dans la phase bubaline de L’Atlas saharien une séquence dite « moyenne ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende 25. Dans l’Atlas saharien, l’« étage de petite dimension » est occupé par le style Tazina. Les figures, de dimensions modestes, sont toujours sobres, rendues par quelques traits suggestifs qui entament profondément la roche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende 26. Le chasseur préhistorique qui hantait Le Sahara a su représenter le mouvement, ici en figurant deux positions pour le cou de cette autruche en course.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 27. Dans l’oued Tidunadj, des gravures de bovins au trait altéré et repris diverses fois sont partiellement recouvertes par une terrasse de l’oued. Ces particularités permettent de rapporter Les gravures initiales au Pléistocène.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540