Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

I. Un monde de Chasseurs

3. Le devenir de l’Atlanthrope et la question d’un Paléolithique moyen

Texte intégral

1Le pied méridional de l’Atlas saharien, avec Brézina et la percée d’El Arrouya, a rapporté une continuité de peuplement que l’on croyait rompue vers – 100 000 et redonné leur place à de nombreux sites sans signification. Une autre discontinuité, quelque soixante-quinze mille ans plus tard, sera gommée par les apports du site de Sidi Saïd dans les environs de Tipaza.

2La disparition des bifaces au profit d’un sac à outils complexe se manifeste au début de la dernière grande glaciation, Würm, voire peut-être plus tôt, durant le dernier interglaciaire, soit à partir de — 130 000. L’éclat, qui s’utilise avec ou sans aménagement, devient alors la base de l’outillage, il remplace le biface. C’est le Paléolithique moyen, époque qui marque une étape importante de l’évolution humaine puisqu’elle coïncide quasiment avec le développement d’une des plus anciennes formes d’Homo sapiens, l’homme actuel.

3En Afrique du Nord, les plus anciens témoignages de cette période ont longtemps paru se limiter à des sacs à outils pauvres, difficiles à dater, souvent désignés par les termes de « Levalloisien » ou « Levalloiso-Moustérien ». Celui de Moustérien qui leur est donné en Europe, au Proche-Orient, leur a été rarement appliqué ; cette appellation fut même un certain temps refusée aux sites algériens. Dans le nord de l’Afrique, en effet, ces sacs à outils renferment souvent des pièces semblables aux pièces moustériennes mais nanties d’un pédoncule. Devenues caractéristiques d’une culture dite « Atérien », elles avaient pris valeur de fossile directeur. Il suffisait qu’un site « moustérien » livre une pièce pédonculée pour devenir « atérien », si bien que divers auteurs, considérant que tout gisement était susceptible, un jour, d’en livrer une, pensaient que le Moustérien n’avait pas existé au Maghreb. Seul l’Atérien, qualifié parfois de Moustérien à pièce pédonculée, y serait présent. L’Atérien se développant tardivement, l’idée d’un « hiatus » de peuplement après l’Acheuléen en découla, idée qui a pesé sur la compréhension du peuplement maghrébin et reste encore présente dans bien des esprits.

Les outils du Paléolithique moyen

4Une haute fréquence des éclats débités par la technique Levallois marque cette période. D’autres méthodes, plus sommaires, ne sont cependant pas exclues mais il s’agit toujours d’un débitage qui résulte de chaînes opératoires à percussion. Les éclats obtenus, ou les « lames » – qui sont des pièces dont la longueur excède le double de la largeur –, ont pu être utilisés bruts ou faire l’objet d’un aménagement de leur bord ou de leur extrémité ; ils ont alors reçu le nom d’outils.

10. On nomme chaîne opératoire la suite de gestes par lesquels L’homme préhistorique a fabriqué ses outils ; elle est caractéristique du développement technologique. La plus simple consiste à enlever quelques éclats à un galet pour produire une arête aiguë. La technique Levallois, schématisée ici, est une chaîne opératoire complexe qui atteint son épanouissement au Paléolithique moyen. Avant de détacher un éclat, on procède à de petits enlèvements sur le pourtour du nucléus (a) puis à des enlèvements centripètes sur la surface d’où l’on veut extraire l’éclat (b). Ils conditionneront la forme de l’éclat (c), arrondie, ovale, en pointe. La conception précède ainsi la réalisation. Il est devenu classique de voir la technique Levallois s’enraciner dans la taille du biface ; dans un site des environs de Timimoun, N. Ferhat qui conclut à un tel enracinement, a trouvé des bifaces difficiles à distinguer des nucléus.

11. L’éclat est transformé en outil à l’aide de très petits enlèvements nommés retouches ; quand la retouche intéresse le bord en lui conservant un aspect proche de celui d’origine, l’outil prend le nom de racloir, outil fréquent dans de nombreuses cultures ; quand elle en modifie totalement le dessin et donne une certaine épaisseur à l’un des bords ou aux deux, on parle de bord abattu, technique souvent employée pour obtenir de petites pièces comme les perçoirs de l’Aïn Khanga, les pointes de Columnata... Un enlèvement très particulier va donner naissance à un burin qui aura une arête efficace perpendiculaire aux faces du support. Une courte concavité, plus ou moins profonde, sera une coche et selon le nombre, la proximité, la régularité des coches sur le même support, sera façonné une pièce à coches, un denticulé, une scie. Une culture typique de l’Afrique septentrionale, l’Atérien, utilisait des outils emmanchés à l’aide d’un pédoncule façonné à leur base.

5Toutes ces pièces sont susceptibles de porter à leur base un rétrécissement, le pédoncule ; celui-ci est l’un des éléments caractérisant la culture atérienne qui se développera durant le Paléolithique supérieur. L’invention du pédoncule, c’est-à-dire d’un certain mode d’emmanchement, fait toujours problème, car il disparaîtra de l’outillage durant des millénaires.

L’apparition d’Homo sapiens et la question moustérienne

6Une position stratigraphique indubitable du Moustérien et l’affirmation d’une indépendance Moustérien-Atérien ne remontent qu’à 1969 avec la découverte que fit P. Estorges dans le piémont sud de l’Atlas saharien, au nord de l’oasis de Brézina. Vers le sommet d’une terrasse alluviale, sur 0,20 m d’épaisseur, l’outillage préhistorique se mêle à des sables grossiers et à un cailloutis anguleux. Les pièces taillées par l’homme ne sont ni ébréchées, ni émoussées, ni triées, elles n’ont donc guère pu être déplacées par le ruissellement. La partie inférieure de la terrasse renferme une industrie volumineuse à débitage Levallois avec galets aménagés, identique à ce que l’on trouve à quelques kilomètres, sur le versant d’une butte-témoin de dépôts plus anciens. En contrebas de la terrasse, avec un dénivelé de l’ordre de quelques mètres, se trouve une autre terrasse qui renferme et supporte une industrie atérienne. Ces deux industries, moustérienne et atérienne, sont donc là bien individualisées et appartiennent à des cycles climato-sédimentaires différents.

7La conservation de ce témoin est due à un déplacement du lit de l’oued Seggueur. Des années de recherches n’ont pas permis de retrouver ailleurs des dépôts comparables. On doit donc en conclure qu’une période à forte pluviosité a succédé à l’occupation moustérienne, entraînant ses manifestations dans les épandages où ils sont difficiles à identifier. Cette hypothèse a trouvé une confirmation éclatante au Maroc dans les travaux de L. Wengler. À Hassi Bellal, cet auteur décelait du matériel « moustérien » remanié dans les alluvions et à la surface de terrasses récentes et montrait qu’il provenait de la destruction d’un abri.

8La position stratigraphique reconnue à Brézina a permis de situer chronologiquement le Moustérien d’Afrique du Nord. La terrasse qui renferme ces témoins de la présence des hommes se place au début de la glaciation de Würm lors d’une oscillation à l’intérieur de la grande phase glaciaire, soit Würm I qui débute vers – 110 000 et se terminerait vers – 60 000. C’est une position semblable qui a été retrouvée dans la région d’Oujda.

9Sur le littoral méditerranéen, du matériel de débitage Levallois est associé à une plage bien caractérisée par la présence de coquilles de strombes, Strombus bubonius, et qui a été datée de — 140 000 au Rocher Plat près de Tipaza. Il s’agit là d’une référence fondamentale car ce niveau est repérable tout au long de la côte ; mais la question de l’appartenance culturelle du matériel qui imprègne la plage peut se poser car il est très dispersé ce qui ne donne qu’une probabilité à son attribution au Moustérien.

  • 5 Cf. p. 56.

10Ces données sont conformes à ce que l’on connaît du Proche-Orient et de l’Europe où le Moustérien s’affirme à cette même époque, voire durant le dernier interglaciaire, soit à partir de – 140 000. Il y aurait duré jusqu’à la fin de Würm II soit vers – 35 000, moment où apparaissent les premières industries du Paléolithique supérieur ; en Afrique, il pourrait se développer plus longuement5.

11On ne dispose pas de preuves formelles établissant l’origine du Moustérien, or rien ne s’oppose à ce qu’il soit l’aboutissement de l’évolution technologique amorcée dans l’Acheuléen. Quand il admit la réalité du Moustérien en Algérie, outre sa rareté, L. Balout ne put développer que deux arguments pour faire valoir une origine étrangère. D’une part, il serait proche du Moustérien évolué d’Europe et d’autre part, le Moustérien de tradition acheuléenne n’existerait pas. Or les dernières découvertes réduisent cette argumentation en expliquant sa rareté et en montrant non seulement l’existence de Moustérien de tradition acheuléenne mais aussi la même variété de faciès qu’en Europe.

12L’une de ces variétés, le Moustérien type Ferrassie, faciès où le débitage Levallois est courant, où prédominent les pointes, qui ne possède pas de biface, peu de denticulés, est connue à Retaïmia, gisement en grotte de la région d’Inkerman qui fut fouillé par M. Dalloni vers 1952. Une autre, le Moustérien typique, caractérisée par un équilibre numérique de tous les types d’outils, est connue au Cap Ténès, grotte fouillée par J. Lorcin vers 1961-1962, où une occupation ibéromaurusienne a succédé au Moustérien. Le débitage Levallois, avec tendance laminaire, y sert de support à de nombreux outils. De la base au sommet, l’auteur n’identifia que de menues transformations, léger recul du débitage Levallois, des racloirs et des coches, et dans le niveau le plus profond, la présence de bifaces. Le Moustérien à denticulés qui dispose d’un outillage sur éclat, peu diversifié, largement dominé par les denticulés, fut trouvé à Brézina. Le Moustérien de tradition acheuléenne se distingue des autres faciès par la présence de bifaces triangulaires ou de petits bifaces cordiformes. S’il est connu dans divers gisements depuis les années 1930, il a fallu la découverte d’un site suffisamment conséquent, Km 50, pour que la question soit reprise et son existence considérée comme indiscutable.

13Km 50 se place dans une cuvette de déflation de la région de Touggourt où le matériel gît en surface, une butte-témoin le montrant en place dans un sédiment sableux, à environ un mètre au-dessus de la surface actuelle. Sur quelque 2 000 pièces recueillies par le Dr G. Trécolle, environ 800 ont été transformées en outils. Les bifaces, en grande majorité de type cordiforme, forment près du quart des outils ; les racloirs près de la moitié. On remarque de nombreux outils doubles, la fréquence d’esquillements. Le débitage Levallois affecte près du tiers des pièces. Les dimensions des objets, avec un maximum de 6 cm pour les éclats, 10 cm pour les bifaces, n’évoquent nullement ce que l’on connaît dans le Paléolithique inférieur. Bien qu’ils aient été taillés dans des rognons de calcédoine de mauvaise qualité, on ne peut faire appel à une contrainte du matériau pour justifier cet état car les bifaces acheuléens de la même région, qui sont façonnés dans ces mêmes calcédoines, atteignent les dimensions habituelles du Paléolithique inférieur.

14Le problème du Moustérien de tradition acheuléenne est aussi un problème de terminologie. Pour P. Biberson ou H.J. Hugot qui rapportent ses gisements à un Acheuléen final, il s’agit d’une industrie à bifaces qui fait transition entre « l’Acheuléen évolué et l’Atérien ancien ». Mieg de Boofzheim et Plessis qualifient cette même industrie de « Moustérien ancien à bifaces ». En fait, selon que l’auteur privilégie l’aspect biface (implicitement significatif de Paléolithique inférieur) ou l’aspect Levallois (souvent plus significatif de Paléolithique moyen), l’appellation diffère. Mais ni la position chronologique, ni la position charnière ne sont mises en cause. Pour tous, il s’agit d’industries intermédiaires. Il suffit qu’elles perdent leurs bifaces « pour que nous arrivions à ces industries indécises qu’on a appelées Levalloisienne ou Moustérienne en divers points de l’Afrique », a pu écrire P. Biberson. Mais, contrairement à ce qui vient d’être reconnu en Europe, le Moustérien de tradition acheuléenne, ici, pourrait traduire un continuum Acheuléen-Moustérien.

12. Dans le Sahara central, on rencontre des objets préhistoriques de grandes dimensions comme cette lame de Tin Tamatt qui mesure 27 cm. Certaines, qui atteignent jusqu’à 29 cm, figurent parmi Les plus grandes lames actuellement connues dans le monde. Mais on ne sait pas encore les dater avec précision (d’après Hugot 1963).

D’autres cultures au Paléolithique moyen ?

15Le Moustérien n’est peut-être pas la seule culture qui succède à l’Acheuléen. Divers ensembles autres ont pu être identifiés dont les relations avec le Moustérien restent obscures.

16Ainsi en est-il en Ahaggar du « Site Dédé » près d’In Ecker, découvert en 1963 par Cinquabre. Concentrés sur quelque 4 000 m2 aux abords d’un filon de microdiorite dans lequel a été fait l’essentiel du débitage, qui était souvent un débitage Levallois, les outils comportaient surtout des denticulés. Une partie du site montrait une grande abondance de pièces « géantes » mesurant plus de 20 cm, gigantisme noté à diverses reprises dans les industries de l’Ahaggar par H J. Hugot ; en atteignant 28,5 et 29 cm, diverses pièces se rangent parmi les plus grandes connues dans le monde. Il peut s’agir d’une manifestation humaine proche de l’Acheuléen final ou post-acheuléenne à rares racloirs.

17Du M’Zab proviennent des ensembles originaux qui sont conservés dans les réserves du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques à Alger et qui furent découverts dans les années 1930, dans la région de Ghardaia-Metlili. Homogènes à la fois par leur technique, leur forme et leur état de fossilisation, ils sont formés d’éclats épais, courts, qui résultent fréquemment d’un débitage Levallois. De nombreuses pièces ont un bord abattu et, n’était leur épaisseur, rappelleraient des raclettes, petits éclats plus ou moins quadrangulaires dont le tour est abattu, qui sont des outils courants dans le Moustérien et le Paléolithique supérieur européens. Ces enlèvements abrupts peuvent aussi faire songer à un piétinement important; c’est ainsi que l’envisageait E.G. Gobert pour les outils de l’Aïn Metherchem en Tunisie qui offrent un aspect comparable. Toutefois, l’absence de pièces cassées, cassures que ne manque pas de produire un piétinement intense, et l’ablation presque systématique du talon quand l’éclat présente une retouche abrupte ne permettent pas de retenir formellement l’objection.

18La structure de cette industrie paraît bien illustrée à Metlili qui compte quelque 300 pièces : le débitage Levallois est employé pour près de la moitié d’entre elles. Les éclats à bord abattu constituent la majorité des outils. La retouche est très abrupte, longuement développée, plus ou moins écrasée à la base. Ce matériel a connu des altérations dont l’origine reste à préciser. Sur la totalité des surfaces existe un vernis brun-rouge, moins marqué sur les bords, qui est lié à une auréole de déminéralisation, pellicule blanche apparaissant sous la pellicule colorée. Les pièces sont par ailleurs lustrées, d’un lustre comparable à celui produit par les sources ascendantes. Cette patine ocre rouge, épaisse, a été notée sur divers outillages. Elle est signalée par L. Balout sur des pièces qui gisent en surface dans les steppes à alfa et que, un temps, il n’avait pas hésité à qualifier de « moustériennes ». On la connaît sur diverses industries sahariennes à débitage Levallois ; G. Caton-Thomson l’a retrouvée en Égypte dans une culture dite « Kharguien ». Elle n’affecte qu’exceptionnellement le matériel atérien, ce qui est un indice en faveur de l’antériorité de ces industries.

13. Sites moustériens, atériens et apparentés cités dans le texte : 1) Retaïmia ; 2) Brézina ; 3) Km 50 ; 4) Ghardaia, Metlili ; 5) Site Dédé ; 6) La Mouillah ; 7) Taza ; 8) Ali Bacha ; 9) Koudiat Nador ; 10) Rocher Noir (Boumerdes), Aïn Taya ; 11) PalesPalestra; 12) Sidi Saïd ; 13) Cap Ténès ; 14) Eckmühl, Les Troglodytes ; 15) Aïn Benian, Falaises Rouges, Bérard (Aïn Tagoureït), Kouali ; 16) Bir el Ater (Oued Djebbana), Oued Serdiesse, Aïn Mansourah, Djouf el Djemel, El Oubira, Puits des Chaachas ; 17) Koudiat bou Gherara, Guertoufa ; 18) Zaouia el Kebira ; 19) Kheneg et Tlaia ; 20) Anchal, Hassi el Hameida ; 21) Hassi Ouchtat ; 22) Ti n Hanakaten ; 23) Oued Asriouel ; 24) Méniet ; 25) Tiouririne.

Un descendant pour l’Atlanthrope

19L’homme porteur de ce sac à outils été identifié au Maroc dans le gisement du djebel Irhoud. Dans un premier temps, il fut interprété comme un homme de Néandertal aux caractères mal affirmés.

20Mesurant autour de 1,55 m, l’homme de Néandertal qui a occupé l’Europe à cette époque est un individu au tronc court. Son crâne est peu élevé mais la région occipitale allongée en chignon lui donne une grande capacité crânienne, supérieure à celle de l’homme d’aujourd’hui. Son front est fuyant, sa face développée en largeur et en hauteur est nantie d’énormes arcades sourcilières ; la mandibule est robuste, à peu près dépourvue de menton. C’est surtout le sommet des orbites qui le singularise par son bourrelet orbital. On a pu montrer qu’il était constitué de tissu osseux spongieux très lâche qui, plus encore que l’épaisseur de ses os, assurait au cerveau une bonne protection contre le froid.

21Or, les découvertes faites au cours de ces dix dernières années, avec de nouveaux fossiles retrouvés au Maroc, à Temara et Dar es Soltan, dans des dépôts plus récents qui appartiennent à la culture atérienne, ont amené un réexamen des restes venant du djebel Irhoud. L’accent n’étant plus mis sur des traits crâniens communs avec les Néandertaliens, mais sur les différences que présentaient la face plus basse et les orbites plus rectangulaires, ils ont été situés sur une branche parallèle à celle des Néandertaliens. Elle serait issue d’Atlanthropus mauritanicus et non d’un Homo erectus du Proche-Orient où de nombreux restes connus depuis longtemps ont permis de suivre une évolution vers l’homme moderne. Dès lors, c’est une évolution parallèle du rameau humain en ces deux secteurs qui transparaît.

L’Atérien, une culture propre au nord de l’Afrique

22En 1922, le terme « Atérien » était proposé par M. Reygasse pour désigner ces sacs à outils où se rencontraient des objets épais nantis d’un pédoncule, mais ce n’est qu’en 1967 qu’une définition en fut donnée. Pour J. Tixier, à qui on la doit, l’Atérien est un faciès moustérien dans lequel se pratique couramment le débitage Levallois, pouvant produire des lames, avec une proportion de grattoirs plus forte que dans tous les autres faciès moustériens et une partie non négligeable de l’outillage formée de pièces qui présentent à leur base un pédoncule permettant un emmanchement.

23Les premières pièces à pédoncule furent rencontrées par G. Carrière à Eckmuhl aux abords d’Oran vers 1885, et à peu près en même temps, en Tunisie. La découverte d’Eckmuhl devait être à l’origine d’une interprétation erronée, P. Pallary, qui faisait autorité, attribuant ces « grosses flèches » à une époque tardive qu’il dénommait « Néolithique berbère ». Cette position entrava durant une trentaine d’années la compréhension de la Préhistoire maghrébine malgré des stratigraphies nettes dans la région de Τébessa où, en divers lieux, un niveau avec pièces pédonculées est surmonté d’une occupation humaine antérieure au Néolithique. Pourtant, il fallut attendre 1910 pour que M. Reygasse emporte la conviction avec la présentation du site de Bir el Ater.

24L’Atérien n’est pas seulement caractérisé par la présence d’outils à pédoncule. F. Bordes a montré qu’il différait du Moustérien par le nombre de racloirs ainsi que l’avait soupçonné M. Reygasse : quand ils sont nombreux, il n’y a pas de pièce pédonculée, quand ils sont rares, elles sont nombreuses.

14. Les outils atériens, qu’ils soient racloirs, grattoirs ou autres, portent volontiers un pédoncule. C’est un des critères d’identification de cette culture qui longtemps est resté le seul. Son mode d’obtention, une à quatre coches dans la partie la plus robuste, sa base, et qui sont indifféremment distribuées sur les faces, est typique.

25Les caractéristiques que présente l’Atérien avaient conduit à voir son origine dans un substrat nommé « Levalloisien » ou « Levalloiso-moustérien », que les découvertes de ces dernières années proposent de voir comme des traces appauvries de Moustérien. L’enracinement de l’Atérien se ferait ainsi dans le Moustérien. Quand ils sont en relation, le Moustérien se rencontre en effet au-dessous — c’est le cas au Maroc dans les sites de Taforalt, Rhafas —, ou dans une position qui lui accorde l’antériorité comme à Brézina. L’évolution a été bien suivie au Maroc, dans la grotte du Rhafas, par L. Wengler. Elle se retrouve peut-être à hauteur du cimetière d’Aïn Tagoureït.

  • 6 Cf. p. 91

26Ce faisceau d’éléments paraît traduire l’indépendance du Moustérien et de l’Atérien, cultures qui se succéderaient. Or les relations qu’elles entretiennent sont probablement plus complexes qu’une simple évolution d’une culture à une autre. En Tunisie, dans le gisement d’El Guettar, une pointe pédonculée en milieu typiquement moustérien, mais dans un contexte cultuel6, soulève depuis longtemps la question, de même que les indications fournies par certains gisements. Une situation ambiguë apparaît à Haua Fteah, gisement de Cyrénaïque, où un niveau moustérien est surmonté d’Atérien qui, à son tour, est surmonté d’un Moustérien dit tardif. À l’oued el Akarit, en Tunisie, le Moustérien pourrait être tardif. Dans divers sites algériens, Rocher Noir près de Boumerdes, Koudiat Nador près du Figuier, Taza, Ali Bacha dans la région de Bejaia, Palestre, dans les abris de La Mouillah, Les Troglodytes en Oranie, ainsi qu’à Dar es Soltan au Maroc, on a trouvé une industrie à débitage Levallois, sans pièce pédonculée, prise dans un dépôt rouge qui supporte une occupation ibéromaurusienne. On hésite de plus en plus actuellement à rapporter l’absence de pièce pédonculée simplement à une connaissance insuffisante ; elle appelle probablement beaucoup plus une reconsidération des liens pouvant exister entre Moustérien et Atérien.

L’âge de l’Atérien

27Longtemps, on ne disposa pour dater les industries atériennes que de leur association à des limons rouges. Mais en montrant l’existence de plusieurs niveaux, F.E. Roubet ébranlait la signification chronologique de ces formations ; le plus souvent produits d’épandage, les niveaux rouges ne peuvent avoir partout le même âge, ni la même signification stratigraphique. Sur la côte algéroise, à Aïn Tagoureït (Bérard), à Kouali, entre Aïn Tagoureït et Tipaza, ceux qui contiennent des outils atériens reposent sur une formation marine, phase du Tyrrhénien datée de – 60 000/– 55 000. Dans la région d’Annaba, entre la plaine du Tarf et la mer, dans un massif de collines de sables rouges recouvertes par des collines de sable blond, l’érosion éolienne fait apparaître les sables rouges et des outils reposant à leur surface ; ces sables sont datés au plus jeune entre — 55 000 et — 35 000. Quelques datations directes confortent l’âge que l’on peut ainsi attribuer à l’Atérien en le plaçant dans une fourchette allant de — 45 000 à 25 000 ; toutefois, de récents travaux menés en Lybie l’ont daté de – 60 000. Seule une date bien plus récente, de l’ordre de — 12 000, a été obtenue à Temara au Maroc. Résulte-t-elle d’une pollution comme cela paraît probable, ou pourrait-elle marquer la fin de l’Atérien ? Aucun auteur ne fait état de cette fin qui pourrait être des plus variables selon les régions.

28Dans le Sahara, l’industrie atérienne pourrait en effet se développer tardivement. Dans la Saoura, un ensemble industriel antérieur au Néolithique, qui utilise des techniques alliant une tradition atérienne à un débitage de lames, a été décrit. Pour N. Chavaillon, ce pourrait être « un faciès ultime d’évolution de l’industrie atérienne, mais qui se place largement au-delà de l’Atérien lui-même ». Pour certains auteurs, la persistance du débitage Levallois dans les industries les plus récentes, néolithiques, pourrait traduire une continuité. Mais en zone saharienne, là où une stratigraphie les superpose, une séquence aride les sépare. La période de déflation ainsi marquée est bien connue au Tassili n Ajjer et dans l’Acacus. Les populations atériennes ont-elles totalement disparu durant ce temps, laissant le pays vide d’hommes ? C’est tout le problème du déploiement de l’occupation humaine en zone saharienne en fonction d’un climat plus ou moins aride qui est ainsi posé.

29De telles dates font de l’Atérien une civilisation contemporaine de l’Aurignacien du nord de la Méditerranée, industrie sur lame ayant, elle, totalement abandonné le débitage Levallois. Au nord et au sud de la Méditerranée, le développement des cultures préhistoriques, jusque-là identique, ne se fait plus dès lors de la même manière.

Le gisement de Sidi Saïd, une clé pour cette période ?

30Le gisement de Sidi Saïd a été découvert dans les années 1970 par M. Betrouni, à l’est de Tipaza, à l’aplomb de la nécropole romaine. La cavité occupée par les hommes est ouverte actuellement dans la falaise, face à la mer, à plusieurs mètres de haut. Cette situation n’est pas celle qu’ont connue ses habitants, elle résulte à la fois de modifications du niveau marin et de l’érosion littorale.

  • 7 Cf. p. 74.

31Le remplissage comporte plusieurs niveaux. Le plus ancien offre un outillage de structure moustérienne. Au-dessus, des pièces pédonculées rapportent l’occupation à l’Atérien. Les niveaux suivants connaissent un fort amenuisement de la dimension des outils allant jusqu’à des pièces microlithiques obtenues par débitage Levallois ; plus aucune ne porte de pédoncule. Une autre originalité réside dans le choix différent de la matière première, un silex médiocre issu de petits rognons qui de lui-même limite les dimensions des pièces. Il s’agissait bien d’un choix puisque la matière première utilisée dans les ensembles antérieurs restait disponible. M. Betrouni pose la question d’un changement culturel en écrivant : « Serait-ce l’aube de l’Ibéromaurusien ? » Avec des dates de l’ordre de — 25 000, l’occupation humaine de Sidi Saïd se place chronologiquement en fin de période atérienne, à la charnière d’une autre culture qui a occupé cette région, l’Ibéromaurusien. Elle n’est pas sans évoquer les particularités reconnues dans divers autres sites, en particulier dans l’Est algérien7 où des pièces Levallois de très petites dimensions, ainsi que de très petits nucléus Levallois, se mêlent à des lamelles à dos typiques de l’Ibéromaurusien.

Les principaux sites atériens

32Les hommes atériens ont occupé une aire particulièrement vaste. De multiples petites stations, de nombreuses pièces sporadiques bien identifiables par leur pédoncule parsèment un territoire allant de la côte méditerranéenne jusqu’à une latitude des environs de Nouadhibou ; pour certains auteurs, au-delà, se serait développée une zone lacustre que ces populations n’auraient pas pénétrée. À l’ouest, l’Atérien atteint l’océan. À l’est, il serait absent de la vallée du Nil, mais existe dans le Sahara égyptien.

33Sur un territoire aussi vaste, dans des milieux aussi différents, l’Atérien ne saurait être homogène, ni évoluer de manière semblable. Remaniant la classification établie quelques années auparavant par M. Antoine, L. Balout a reconnu trois phases, l’Atérien ancien, l’Atérien moyen et l’Atérien final.

34Sur le littoral, se serait développé un Atérien ancien qui disparaîtrait rapidement au profit de l’Ibéromaurusien, sauf si ses stades récents sont immergés par la dernière transgression, la transgression versilienne, qui fit remonter le niveau de la Méditerranée de quelque 2 m. Aux Falaises Rouges, près de Tipaza, c’est lui que F.E. Roubet a daté d’environ – 30 000.

35L’Atérien abonde autour de Tébessa avec des témoins de la phase moyenne. Les objets proviennent le plus souvent de formations alluviales incisées par les écoulements actuels, ce qui les fait apparaître dans les coupes qui sont dégagées. À Oued Serdiesse, à Aïn Mansourah, peut-être à Djouf el Djemel, ils sont associés à un niveau caillouteux recouvert d’un dépôt argilo-sableux.

36Aïn Mansoura, non loin de la source du même nom, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Tébessa, est l’un des sites les mieux connus grâce à l’étude qu’en a donnée J. Morel, à partir d’un matériel soigneusement collecté durant des années, au gré de l’érosion. Toute l’industrie est en silex. Comme dans les formes anciennes d’Atérien, les pièces pédonculées sont rares, les racloirs nombreux. Mais il existe quelques lames et quelques pièces foliacées. Malgré la prolifération des racloirs qui n’est guère conforme à ce que l’on voit habituellement dans l’Atérien évolué, pour J. Morel, il s’agirait d’un faciès tardif. La station d’El Oubira, à l’est de Tébessa, aurait dû être fondamentale dans l’établissement de la chronostratigraphie car l’escargotière capsienne du Khanguet el Mouhaâd, dont elle est séparée par un dépôt argilo-sableux, repose au-dessus. A. Debruge, qui exploita le site, y avait entrevu la position occupée par l’Atérien à une époque où celle-ci était l’objet de vives polémiques. L’appellation « El Oubirien » qu’il proposa alors pour cette industrie ne fut pas retenue. On sait que l’outillage comportait des pointes et des grattoirs pédonculés. À l’oued Serdiesse, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Tébessa, c’est aussi une escargotière capsienne qui repose sur les alluvions contenant l’industrie atérienne. Ce site, dont l’industrie recueillie comprend 10 % de pièces pédonculées, a été utilisé par L. Balout pour asseoir définitivement la position respective de l’Atérien et du Capsien. Près d’une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tébessa, Djouf el Djemel occupe une position identique, avec un recouvrement alluvial de 0,80 m. Près du quart des pièces porte un pédoncule. Le Puits des Chaachas, au sud de Tébessa, a livré à M. Reygasse une industrie lustrée par des sables aquifères. Les pièces pédonculées sont fréquentes, mais il n’est fait mention que d’un seul grattoir ; des pièces plus originales s’y trouveraient, telles que des scies et des bolas.

37Dans la même région, Bir el Ater, site éponyme de l’Atérien, occupait la base d’une berge abrupte de l’oued Djebbana. Le niveau archéologique, actuellement détruit par l’érosion, apparaissait sur une longueur d’une trentaine de mètres et une épaisseur moyenne de 1 mètre. Il reposait sur une couche argileuse et était recouvert par plusieurs mètres de dépôts argilo-sableux renfermant de rares graviers. Le niveau qui renfermait l’industrie atérienne, de couleur noirâtre, fait de cendres, ossements calcinés, coquilles d’hélix, possédait des nucléus discoïdes, des outils de type moustérien et des pièces à pédoncule qui constituaient le quart des outils. Une coquille perforée d’Articlaria gibbosa, qui est un gastéropode marin très fréquent dans le golfe de Gabès, indique des liens entre les deux régions. D’après J. Morel, l’Atérien se serait développé là, au cours d’un épisode humide que le radiocarbone situe dans l’interstade Würm II-III, entre — 35 000 et – 32 000 ans.

15. Le gisement de l’oued Djebbana à Bir el Ater, gisement qui a donné son nom à la culture atérienne, a disparu totalement, sapé par les eaux. En 1910, il mettait un terme à une longue controverse sur la position stratigraphique de ce que certains nommaient « Néolithique berbère ». Le gisement apparaissait sur la berge, à la base du dôme de sables qui obture la vallée, comme une traînée cendreuse grisâtre mêlée aux sables d’où émergeaient des ossements calcinés, coquilles d’escargots et pierres taillées (d’après Balout 1955).

38Dans les environs de Tiaret, la station de Koudiat bou Gherara a été découverte vers 1953 par P. Cadenat. Le matériel atérien repose dans un sable argileux à petits graviers de quartzite, recouvert d’une mince couche de terre arable. Un millier de pièces tirées de silex et surtout de quartzite, matériaux disponibles sur place, y a été récolté à la faveur des labours. Les grattoirs sont nombreux. Près de la moitié des pointes, racloirs, grattoirs est pédonculée.

39C’est aussi près de Tiaret que se trouve le lieu-dit Guertoufa qui comporte deux stations atériennes, « La Pierre à sacrifices » et « Les Vignes Deloche ». Ces deux sites, qu’a fait connaître R. de Bayle des Hermens, n’offrent pas les mêmes traits. Le premier montre l’usage presque exclusif de silex, alors que dans le second la quartzite intervient pour près du tiers. Ce dernier renfermait des pointes Levallois, des pièces foliacées ; les racloirs prédominaient et il y fut trouvé un gros racloir étroit et épais, nommé limace en raison de son aspect.

40Dans la partie orientale du Sahara algérien, l’Atérien apparaît comme un voile lâche, les pièces atériennes étant éparses sur les regs et seuls de rares gisements, toujours très réduits, ayant été retrouvés. À l’ouest, il semble que les populations atériennes aient édifié des habitats d’une certaine ampleur. Dans la vallée de la Saoura, N. Chavaillon devait identifier divers sites dont certains de dimensions conséquentes. Ils tireraient leur originalité d’une faible utilisation du débitage Levailois, de l’importance des denticulés et des couteaux à dos naturel et montreraient des divergences sensibles dans des sites proches.

41Non loin de l’oasis de Kerzaz, Zaouia el Kebira est une station de surface en rive gauche de l’oued Saoura. Les pédoncules affectent les outils les plus variés. Les éclats Levallois ont surtout été transformés en racloirs. Les couteaux, fréquents, ont souvent un dos naturel et leur tranchant porte des écaillures. Anchal comporte en fait trois stations éloignées de 2 à 5 km l’une de l’autre, situées en bordure de l’erg Er Raoui, à 50 km d’Ougarta. Le matériel des trois stations constitue un ensemble homogène qui renferme des bifaces ainsi que des lames et même des lamelles. Les pièces pédonculées, peu nombreuses, portent des outils variés, le plus souvent des pointes. Ces pièces sont taillées dans une quartzite sombre que l’on trouve au djebel Anchal voisin, rarement dans d’autres matériaux ; une meulière n’a fourni que des objet achevés, de belle venue, curieusement trouvés le plus souvent brisés. À Hassi el Hameida, autre site en bordure de l’erg Er Raoui, découvert par J. Mateu, les préhistoriques ont utilisé une calcédoine qui se trouve à proximité. Les racloirs sont nombreux et variés ; les pièces foliacées, quoique peu nombreuses, sont plus fréquentes que les pièces pédonculées. Kheneg et Tlaia a livré de nombreux nucléus et éclats, peu d’outils. Le matériau privilégié est une quartzite sombre locale identique à celle utilisée à Anchal, ce qui peut souligner une préférence pour cette matière. Les pointes manifestent une certaine tendance à devenir des perçoirs. Les pédoncules, qui affectent plus du quart des outils, sont souvent brisés et certains ont été repris après rupture. À Hassi Ouchtat, dans les monts d’Ougarta, le matériel abonde. Les nucléus moustériens, ceux à lame apparaissent comme un épuisement d’anciens nucleus Levallois. Certains sont réemployés en outils. La plupart des pointes sont pédonculées et presque toutes portent des traces d’usure.

16. À Hadjrat Driess, comme en divers autres lieux du Sud oranais, L’art des chasseurs a représenté des bubales, isolés ou s’affrontant en combat. Leur appellation, qui pour certains prêterait à confusion, vient de Bubalus antiquus (aujourd’hui nommé Pelorovis antiquus), nom donné à La fin du XIXe siècle, par Le paléontologue Pomel, à un animal massif, à puissant cornage souvent figuré par les artistes préhistoriques les plus anciens.

42Dans le Sahara central et ses abords, l’Atérien est particulièrement fréquent en sites de surface. À Ti n Hanakaten, au Tassili n Ajjer, ils sont très proches les uns des autres et chacun possède des traits propres, ici nombreuses pièces pédonculées, là, nombreuses pièces foliacées, ailleurs fréquence de lames Levallois. Sans moyen de datation, on ne peut saisir la signification de ces différences. On ne peut pas non plus connaître la raison de cette fréquence, sauf à supposer un pôle d’attraction, peut-être une source, car peu de sites de cette période ont été rencontrés par ailleurs dans ce secteur.

43À Tiouririne, non loin du gisement acheuléen de Tihodaïne, un site atérien s’étend sur une longueur d’un kilomètre et une largeur de quelques centaines de mètres, entre une dune et un affleurement de diatomites. Pour C. Arambourg qui le découvrit, la population atérienne aurait vécu sur les rives d’un lac. Le matériel est taillé uniquement dans des roches locales qui constituent de puissantes arêtes dominant la plaine. Les outils montrent une prédominance des pointes dont le plus grand nombre est pédonculé, l’emploi de retouches bifaciales qui peuvent ou non envahir toute la pièce. Ces pièces foliacées peuvent être épaisses, proches de bifaces, ou minces, à retouches fines ; certaines, en quartz, qui atteignent 15 cm de long, sont particulièrement remarquables tout comme celles qui portent un pédoncule.

44En 1963, H.J. Hugot mentionne cette fréquence des pièces foliacées en divers points de l’Immidîr. Il la note à Méniet, dans un outillage souvent issu d’un débitage Levallois où les pièces pédonculées sont peu nombreuses.

45Dans le Tidikelt, Oued Asriouel est un gisement qui couvre une énorme surface de plusieurs kilomètres carrés, dans la zone d’épandage de l’oued. Les outils sont surtout taillés dans des bois fossiles dont on sait l’abondance dans cette région. On y trouve des pièces à double ou triple coches dites en Τ ou Y, en raison de leur forme, et ayant en commun l’écrasement de la base des coches ; ce sont des pièces mystérieuses évoquant les jouets-chameaux des enfants nomades actuels.

17. Le port d’un masque est fréquent chez les chasseurs. Au Kheneg Ettaga, non loin de Djelfa, cet homme masqué est peut-être en approche de gibier.

Notes

5 Cf. p. 56.

6 Cf. p. 91

7 Cf. p. 74.

Table des illustrations

Légende 10. On nomme chaîne opératoire la suite de gestes par lesquels L’homme préhistorique a fabriqué ses outils ; elle est caractéristique du développement technologique. La plus simple consiste à enlever quelques éclats à un galet pour produire une arête aiguë. La technique Levallois, schématisée ici, est une chaîne opératoire complexe qui atteint son épanouissement au Paléolithique moyen. Avant de détacher un éclat, on procède à de petits enlèvements sur le pourtour du nucléus (a) puis à des enlèvements centripètes sur la surface d’où l’on veut extraire l’éclat (b). Ils conditionneront la forme de l’éclat (c), arrondie, ovale, en pointe. La conception précède ainsi la réalisation. Il est devenu classique de voir la technique Levallois s’enraciner dans la taille du biface ; dans un site des environs de Timimoun, N. Ferhat qui conclut à un tel enracinement, a trouvé des bifaces difficiles à distinguer des nucléus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 11. L’éclat est transformé en outil à l’aide de très petits enlèvements nommés retouches ; quand la retouche intéresse le bord en lui conservant un aspect proche de celui d’origine, l’outil prend le nom de racloir, outil fréquent dans de nombreuses cultures ; quand elle en modifie totalement le dessin et donne une certaine épaisseur à l’un des bords ou aux deux, on parle de bord abattu, technique souvent employée pour obtenir de petites pièces comme les perçoirs de l’Aïn Khanga, les pointes de Columnata... Un enlèvement très particulier va donner naissance à un burin qui aura une arête efficace perpendiculaire aux faces du support. Une courte concavité, plus ou moins profonde, sera une coche et selon le nombre, la proximité, la régularité des coches sur le même support, sera façonné une pièce à coches, un denticulé, une scie. Une culture typique de l’Afrique septentrionale, l’Atérien, utilisait des outils emmanchés à l’aide d’un pédoncule façonné à leur base.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 12. Dans le Sahara central, on rencontre des objets préhistoriques de grandes dimensions comme cette lame de Tin Tamatt qui mesure 27 cm. Certaines, qui atteignent jusqu’à 29 cm, figurent parmi Les plus grandes lames actuellement connues dans le monde. Mais on ne sait pas encore les dater avec précision (d’après Hugot 1963).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende 13. Sites moustériens, atériens et apparentés cités dans le texte : 1) Retaïmia ; 2) Brézina ; 3) Km 50 ; 4) Ghardaia, Metlili ; 5) Site Dédé ; 6) La Mouillah ; 7) Taza ; 8) Ali Bacha ; 9) Koudiat Nador ; 10) Rocher Noir (Boumerdes), Aïn Taya ; 11) PalesPalestra; 12) Sidi Saïd ; 13) Cap Ténès ; 14) Eckmühl, Les Troglodytes ; 15) Aïn Benian, Falaises Rouges, Bérard (Aïn Tagoureït), Kouali ; 16) Bir el Ater (Oued Djebbana), Oued Serdiesse, Aïn Mansourah, Djouf el Djemel, El Oubira, Puits des Chaachas ; 17) Koudiat bou Gherara, Guertoufa ; 18) Zaouia el Kebira ; 19) Kheneg et Tlaia ; 20) Anchal, Hassi el Hameida ; 21) Hassi Ouchtat ; 22) Ti n Hanakaten ; 23) Oued Asriouel ; 24) Méniet ; 25) Tiouririne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 14. Les outils atériens, qu’ils soient racloirs, grattoirs ou autres, portent volontiers un pédoncule. C’est un des critères d’identification de cette culture qui longtemps est resté le seul. Son mode d’obtention, une à quatre coches dans la partie la plus robuste, sa base, et qui sont indifféremment distribuées sur les faces, est typique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende 15. Le gisement de l’oued Djebbana à Bir el Ater, gisement qui a donné son nom à la culture atérienne, a disparu totalement, sapé par les eaux. En 1910, il mettait un terme à une longue controverse sur la position stratigraphique de ce que certains nommaient « Néolithique berbère ». Le gisement apparaissait sur la berge, à la base du dôme de sables qui obture la vallée, comme une traînée cendreuse grisâtre mêlée aux sables d’où émergeaient des ossements calcinés, coquilles d’escargots et pierres taillées (d’après Balout 1955).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 16. À Hadjrat Driess, comme en divers autres lieux du Sud oranais, L’art des chasseurs a représenté des bubales, isolés ou s’affrontant en combat. Leur appellation, qui pour certains prêterait à confusion, vient de Bubalus antiquus (aujourd’hui nommé Pelorovis antiquus), nom donné à La fin du XIXe siècle, par Le paléontologue Pomel, à un animal massif, à puissant cornage souvent figuré par les artistes préhistoriques les plus anciens.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende 17. Le port d’un masque est fréquent chez les chasseurs. Au Kheneg Ettaga, non loin de Djelfa, cet homme masqué est peut-être en approche de gibier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6575/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 520k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540