Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

I. Un monde de Chasseurs

1. L’Atlanthrope, le plus vieil Algérien connu

Texte intégral

1Au début des années 1950, Tighnif (Ternifine), lieu-dit de la région de Mascara, prenait une importance mondiale en livrant les restes d’un homme qui vivait là, il y a bien plus de cinq cent mille ans. Ces restes mettaient en valeur de nombreux outils connus depuis longtemps dans diverses parties du pays et bien d’autres qui allaient être retrouvés par la suite. L’une de ces trouvailles les plus récentes se situe entre M’Sila et Barika, non loin de N’Gaous, et elle est particulièrement riche en promesses.

2En 1954, trois mandibules et des dents appartenant à une forme humaine primitive étaient retirées de la sablière de Tighnif (Ternifine). Cet homme ancien a reçu le nom de « Atlanthropus mauritanicus ». C’est une branche des « Homo erectus » qui regroupent les restes humains aux caractères semblables, trouvés dans différentes parties du monde.

3Le site d’où proviennent ces vestiges était connu de longue date. Des ossements fossiles puis des pierres taillées en avaient été retirés dès 1875 au cours de l’exploitation de la carrière. Balavoine, l’exploitant, avait dès l’abord saisi l’intérêt de cette découverte à laquelle s’associèrent très vite les noms de Tommasini, de Pomel et Pallary, spécialistes d’alors. Une première campagne de fouilles fut menée par P. Pallary en 1886. Le paléontologue C. Arambourg reprenait les travaux en 1931, puis de 1954 à 1956. Ces dernières campagnes ont livré plus de mille pièces, essentiellement des pierres taillées dites bifaces, et un imposant matériel osseux qui, associés aux restes humains, donnent au gisement un intérêt exceptionnel et le placent parmi les hauts lieux de la préhistoire mondiale.

4À la fin du XIXe siècle, les découvertes d’outils semblables à ceux de Ternifine se multipliaient dans l’ensemble de l’Algérie tant dans le Nord que dans le Sud où les diverses missions d’exploration saharienne en trouvaient sur leurs trajets. Ces découvertes s’inscrivaient parfaitement dans l’ensemble des connaissances qui se dessinait alors dans le monde et faisaient valoir la présence, en Algérie, d’un homme ancien utilisant des outils semblables à ceux que Boucher de Perthes avait formellement identifiés pour la première fois, en 1832, en France, dans la vallée de la Somme.

2. Cette mandibule fut retrouvée en 1954, dans la sablière de Tighnif (Ternifine), à la faveur de fouilles paléontologiques menées par le Pr C. Arambourg. Elle appartient à une ancienne forme humaine du nord de l’Afrique qui vivait là il y a quelque 650 000 ans. Nommé alors Atlanthropus mauritanicus, aujourd’hui, sous le nom de Homo erectus, cet homme est regroupé avec de nombreux autres dont les restes ont été découverts de par le monde (d’après Balout 1955).

Homo erectus, homme du Paléolithique inférieur

5Les premiers restes d’Homo erectus ont été trouvés à Java près du village de Trinil par le médecin hollandais Dubois. Il publia sa découverte en 1894 et la nomma Pithecanthropus erectus. Depuis de nombreuses découvertes se sont succédées dans l’Ancien Monde, à Java, en Afrique du Sud et de l’Est d’où ont été exhumés d’autres Pithécanthropes, en Chine où furent trouvés les Sinanthropes, en Europe où furent mis au jour les Anténéanderthaliens.

6Au Maghreb, avant la découverte d’Atlanthropus mauritanicus, l’Atlanthrope, un fragment de voûte crânienne et de mandibule avaient été reconnus à Rabat en 1933. Un autre fragment de crâne devait être trouvé à Salé en 1971, mais ce sont surtout les travaux menés avec acharnement ces dernières années dans les carrières des environs de Rabat, à Dar es Soltan, qui, en exhumant divers fragments osseux appartenant à ce même type d’individu, en datant les uns de moins 350 000, d’autres de moins 120 000 ans, ont permis de suivre les transformations subies par cette branche d’Homo erectus.

7Homo erectus avait une taille de 1,40 m à 1,55 m. Son poids est estimé autour de 55 kg. Les os longs ont une paroi très épaisse et un canal médullaire réduit. Le fémur est relativement court mais sa tête est allongée. Le crâne est allongé et aplati, sa capacité de l’ordre de 900-1 000 cm3. Comme les os longs, la paroi crânienne est épaisse. Souvent une carène, plus marquée chez le mâle, existe sur le crâne. Le front est fuyant. Un bourrelet sus-orbitaire, massif, prend une forme de visière en raison d’une constriction post-orbitaire prononcée. La face est projetée en avant, dépourvue de menton. Les dents sont volumineuses mais leurs formes s’avoisinent à celles qui s’observent chez l’homme moderne.

8Des différences existent entre les diverses populations d’Homo erectus. L’Atlanthrope présente des traits qui lui sont propres et d’autres qui évoquent les Sinanthropes ou les Pithécanthropes. Ses mandibules sont extrêmement robustes, sans menton, avec de forts reliefs, des branches montantes larges et hautes, et la différence marquée de dimensions des trois pièces retrouvées à Ternifine a conduit à évoquer un dimorphisme sexuel. Ses dents sont semblables à celles des Sinanthropes. Sur la face interne de l’os, les empreintes méningées ont elles aussi une disposition identique à celle des Sinanthropes. Le pariétal présente, lui, le même aplatissement que chez les Pithécanthropes.

9L’hypothèse selon laquelle, en raison de ses traits voisins de ceux du Sinanthrope, la population du nord de l’Afrique aurait pu venir d’Asie lors d’une migration n’a plus guère d’adeptes, non plus que celle qui proposait de la faire venir d’Espagne ou d’Italie via la Sicile au cours d’épisode glaciaire rétrécissant les bras de mer. Mais il fallut attendre la découverte d’une industrie plus archaïque que celle qui accompagne Homo erectus pour que l’hypothèse d’une origine locale de la population de cette époque puisse se dessiner.

3. À partir de la longueur et la grosseur des os, du développement des attaches musculaires, depuis longtemps on recrée, de proche en proche, la totalité du système musculaire afin d’obtenir une représentation des individus. C’est ainsi qu’en 1982, à l’occasion du premier Congrès international de paléontologie humaine organisé à Nice par le Pr Henry de Lumley, un Homo erectus européen, l’Homme de Tautavel, a pu être restitué par le sculpteur A. Bordes.

10Le développement d’Homo erectus, qui a duré plus d’un million d’années, a été marqué par divers événements majeurs : la découverte de la symétrie qui est traduite dans les premiers bifaces, celle d’une technique de débitage dite Levallois, qui souligne l’apparition de la réflexion. C’est à Homo erectus que l’on rapporte la domestication du feu qui entraîne un nouveau mode de vie avec un nouveau système de protection contre les animaux sauvages, un nouveau moyen de lutter contre le froid, une nouvelle technique pour la préparation des aliments. Certains auteurs font aussi valoir l’usage de colorants, le sens de l’esthétique et les premières manifestations d’activité rituelle.

11De multiples découvertes ont permis d’identifier le sac à outils de cette population et d’en suivre l’évolution. Quand ils comportent des bifaces, ces « ensembles industriels » ont reçu le nom d’Acheuléen, ceux de même âge sans biface, celui de Clactonien. La période où le biface fut employé a été dénommée Paléolithique inférieur ; c’est une très longue période qui s’étend des environs de – 900 000/– 700 000 à – 140 000/–120 000.

L’Acheuléen

  • 2 Le passage du détroit de Gibraltar par l’homme préhistorique est une question qui se pose à divers (...)

12Sur le territoire algérien comme dans l’ensemble du Maghreb et du Sahara, l’Acheuléen se trouve soit en importants gisements, soit, souvent, en bifaces isolés. Le hachereau, autre outil de cette période, est rarement rencontré seul ; il est en général associé à des bifaces. Outil typique de l’Afrique, le hachereau se retrouve en Espagne où il pose la question de relations entre le nord et le sud de la Méditerranée avec passage du détroit de Gibraltar2 ; il est également connu au Proche-Orient et aux Indes. Il manque dans certains gisements africains et même dans certaines régions vastes comme le Bas-Sahara sans que l’on puisse donner un sens à cette absence.

13Au cours de l’Acheuléen, apparaît un nouveau mode de débitage, le débitage Levallois. Il traduit un seuil dans l’évolution du psychisme et marque un moment crucial de l’évolution humaine, l’apparition de l’abstraction. Diverses variantes de cette technique sont connues en Afrique, en particulier dans la Saoura où ce débitage est utilisé précocement.

14Les outils acheuléens ont été découverts au hasard des coupes géologiques comme à Djidioua (Saint-Aimé), oued Riou (Inkermann), Ouzidane, Takdempt, El Aouinet (Clairfontaine) ou en divers points du Nord-Constantinois. Les lieux sont si nombreux qu’on ne saurait les citer tous ; les cartographier conduirait à noircir totalement une carte à grande échelle.

15Les bifaces sont souvent pris dans une vieille nappe d’éboulis ou dans des alluvions anciennes. À El Omaria (Champlain), les labours ont mis au jour deux nucléus remarquables. Ce sont de grosses pièces d’une trentaine de centimètres de diamètre, de plus d’une quinzaine de centimètres d’épaisseur, développant sur leurs deux faces, au moins le long de la moitié de leur pourtour, des traces d’enlèvements d’éclats juxtaposés. Ils ont été dits de type sud-africain car lors de leur découverte, de telles pièces n’étaient connues qu’en Afrique australe. En 1969, une pièce semblable a été trouvée sur un glacis des environs de Brézina par P. Estorges. Elle était entourée d’éclats qui en avaient été extraits et l’importante patine noire ou rouge sombre, selon la partie des pièces exposée ou non à l’air, montrait que nucléus et éclats gisaient ainsi depuis des temps très anciens.

16Les gisements importants paraissent liés à des points d’eau. Dans le Nord, ils sont presque toujours en relation avec d’anciens lacs dus à des sources ascendantes et ont été découverts à la faveur de l’exploitation de sablières ou du curage de sources. C’est le cas à Mesra (Aboukir), Karar, Tighnif (Ternifine). Dans le Sud, ils se placent à proximité de zones marécageuses ou de petits plans d’eau. Ils peuvent constituer d’imposants ensembles à la surface du sol comme à Tihodaïne ; dans l’Ouest saharien, ils s’étendent parfois sur des centaines d’hectares, surfaces de telles dimensions qu’elles posent un problème de compréhension de l’occupation.

17Dans les régions comme la vallée de la Saoura ou le Maroc atlantique, où de nombreux sites sont connus dans des formations géologiques d’âges différents, on peut suivre aisément les transformations des bifaces. Les pièces épaisses, de formes mal venues en raison d’un façonnage sommaire dû à des enlèvements d’éclats peu ordonnés sur un galet, font place petit à petit à des formes symétriques, de plus en plus minces qui sont obtenues à partir de grands éclats soigneusement ouvrés par des enlèvements réguliers.

4. Le biface a été l’outil privilégié de Homo erectus. S’il est toujours symétrique, son épaisseur, la régularité du façonnage et sa technique varient selon les époques. Il devient de plus en plus mince, ses bords de plus en plus réguliers jusqu’à être quasi rectilignes. On façonne de tels bifaces en enlevant de petits éclats sur le pourtour à l’aide d’un percuteur souple, en bois ou en corne. Les bifaces les plus anciens, plus grossiers, plus épais, aux arêtes sinueuses, sont façonnés à l’aide d’un percuteur dur, en pierre. L’aspect des surfaces peut changer au cours du temps ; au Sahara, quand il est resté longuement à la surface du sol, elles peuvent évoluer différemment, la surface qui est exposée à l’air étant usée par les vents chargés de sable.

5. Le hachereau est un outil spécifique à l’Acheuléen africain. C’est un instrument trapu dont le tranchant, plus ou moins développé, est obtenu directement par le débitage. La face inférieure n’est qu’à peine travaillée.

18Partout l’outillage de cette époque montre une évolution ayant le même aboutissement, un envahissement par le débitage Levallois et une réduction de la dimension des pièces conduisant à des bifaces cordiformes, courts, minces, à base arrondie, bords convexes, extrémité en pointe ou mousse.

19Une connaissance détaillée de ces outils a permis de diviser les temps acheuléens en trois grands stades successifs, ancien, moyen et récent. Mais ces transformations n’ont pas partout le même rythme, d’une région à l’autre, elles peuvent être décalées. Ainsi la taille au percuteur tendre qui favorise l’obtention de pièces minces, apparaît précocement dans le Maroc atlantique, tardivement dans la vallée du Nil. D’une région à l’autre, les déphasages, les variantes soulignent des évolutions locales indépendantes. Dans la Saoura et le Maroc, des caractères qui sont semblables en début d’Acheuléen évoluent différemment pour aboutir à des ensembles identiques en fin d’Acheuléen.

Les principaux sites acheuléens anciens

20Un Acheuléen ancien tel qu’il a été retrouvé à Ternifine, d’où le débitage Levallois est absent ou extrêmement rare, et qui est caractérisé par des bifaces épais, aux arêtes sinueuses, coexistant avec des pièces à section triangulaire dites trièdres, se rencontre en divers endroits ; c’est lui qui a été identifié à Mansourah, à El Aouinet, au Nord de Tébessa. Un autre gisement important est connu dans la région de Tlemcen, au lac Karar.

21Ternifine (Tighnif) est sans aucun doute, avec Sidi Abderrhaman au Maroc, l’un des sites maghrébins les plus importants en raison des restes humains qu’il renfermait. Parfois nommé Palikao, nom qui avait été donné au village de colonisation voisin, c’est une sablière proche de Mascara, témoin d’une des multiples dépressions à source ascendante occupées jadis par un lac dont les rives furent fréquentées par les hommes anciens. La grande faune est marquée d’une note archaïque, appuyée par les données du paléomagnétisme, elle a permis de situer l’occupation aux environs de — 650 000 ans. Rhinoceros simus, endémique de l’Afrique tropicale, indique des conditions climatiques humides, l’hippopotame la présence d’eaux pérennes et une antilope, qui est l’espèce la plus fréquente, un milieu ouvert alors que des gerbilles — qui aujourd’hui occupent les régions arides ou semi-arides-, soulignent par leur abondance une tendance au dessèchement.

6. L’exploitation de sablières ou le curage de sources ont souvent livré des outils appartenant aux hommes acheuléens. La sablière de Tighnif renfermait, outre les restes humains, un ensemble imposant d’outils et d’ossements de grands animaux. On y reconnaît Loxodonta atlantica, éléphant de plaine et de savane, qu’accompagne un cortège de rhinocéros, zèbres, girafes, camélidés, antilopes, hippopotames, caractéristiques de la faune subtropicale africaine. La faune euroasiatique que l’on trouve également alors pourrait venir d’Espagne, car plusieurs espèces ne sont pas connues à l’est du Maghreb (d’après Balout 1955).

22Au nord de Tlemcen, en bordure du lac Karar, un important gisement de bifaces était découvert par le géologue Gentil en 1894. Les outils sont de grands bifaces épais et trapus de diverses formes, souvent façonnés sur de grands éclats de quartzite. Beaucoup portent un brillant très particulier, lustre de source ascendante, dû à l’incessant frottement des sables mouillés. Le paysage dans lequel vivaient ces hommes était peu différent de celui de Ternifine. Les bifaces sont, en effet, associés à une faune ancienne identique à celle de Ternifine, mais qui comporte en outre du sanglier Sus scrofa, du gnou Connochœtes gnu, un grand bovin Pelorovis antiquus, des antilopes Alcelaphus sp. et un cerf Cervus elaphus, espèces montrant l’existence d’un refroidissement du climat entre l’occupation de Ternifine et celle-ci sans qu’il soit encore possible d’en préciser le moment. Avant que son niveau ne baisse à la suite d’une capture pour alimenter le village voisin, le lac occupait une longueur d’une centaine de mètres. Les eaux, artésiennes, proviennent de près de 500 m de profondeur, ce qui explique leur température élevée qui atteint près de 15°C de plus que celle des sources voisines. La traversée d’un niveau pyriteux les charge en oxydes de fer qui rendent les ossements très cassants et produisent une couche noirâtre dans le dépôt lacustre.

23L’Acheuléen ancien est également connu dans le Massif central saharien. À Tin Tamatt, H.J. Hugot a décrit une industrie qui couvre une grande surface du piémont du taourirt Tan Afella. Dans la région d’Illizi, à Illerène, une centaine de pièces, bifaces et hachereaux parfois accompagnés de leurs éclats dont certains sont retouchés, gisaient sur une faible surface. Les bifaces sont assez frustes, leur extrémité est rarement en pointe.

24Dans la vallée de la Saoura, où de nombreux sites ont été retrouvés, les uns en couche, les autres en surface, les sites d’Acheuléen ancien ont la particularité de renfermer des nucléus sur bloc, à préparation sommaire, qui peuvent être de grandes dimensions et avoir une forme qui n’est connue que dans cette région.

Des gisements acheuléens moyens

25Jusqu’à ces dernières années, l’Acheuléen moyen n’avait été rencontré qu’en zone saharienne. Or c’est probablement à cette phase qu’il y aura lieu de rattacher les remarquables sites de N’Gaous, qu’étudie N. Saoudi, où, sur plusieurs surfaces d’habitat associées à des émergences de sources, se mêlent ossements et bifaces.

26C’est de la fin de l’Acheuléen moyen que date le gisement de Tihodaïne signalé au Sahara, dès 1864, par H. Duveyrier qui rapportait par ouï-dire l’existence de débris de grands mammifères en bordure de l’Ahaggar. L’information allait aboutir, bien longtemps plus tard - il ne fut retrouvé qu’en 1933 —, à la découverte du plus important gisement du Sahara central. M. Reygasse y récolta un ensemble considérable de bifaces et hachereaux qui gisaient dans l’erg, en bordure d’un ancien lac. La grande majorité des pièces a été faite en rhyolithe dont un filon se trouve à 15 km ; cet emploi souligne un choix déterminé de la matière première car le quartz, dont il existe un filon à proximité, a certes été utilisé, mais peu. Les bifaces sont de grande taille. L’étude menée voici une vingtaine d’années par O. Oussedik montrait leur forte homogénéité. Parallèlement, l’observation d’une faune abondante conduisait H.Thomas à placer le site dans l’avant-dernier interglaciaire que l’on situe entre – 400 000 et — 350 000.

27On retrouve cette phase acheuléenne aux environs d’Ouargla, dans le gisement de l’Erg Touareg aux bifaces façonnés dans des rognons de calcédoine. Dans la vallée de la Saoura, où les sites sont nombreux, la technique Levallois s’épanouit alors avec des variantes qui donnent au sac à outils de ces régions un cachet particulier car, si les variations autour de ce mode de débitage sont bien connues à travers le monde, en particulier en Afrique australe, on n’en a jamais relevé un tel nombre dans un lieu aussi restreint.

Des gisements acheuléens récents

28L’Acheuléen récent est de beaucoup le plus répandu. Les bifaces sont alors généralement peu épais, leurs arêtes sont subrectilignes ; leur façonnage résulte d’une technique élaborée. Dans la région d’Annaba, ils sont contenus dans des sables dunaires que J. Morel et J. Hilly rapportent à la première phase de la glaciation de Wtirm, soit à une centaine de milliers d’années.

29Au sud de Tébessa, le site d’El Ma el Abiod fut signalé en 1909 par A. Debruge. Contrairement à la plupart des autres gisements d’alluvions d’où ne provient qu’un petit nombre d’objets, il est, avec plus d’un millier de pièces, particulièrement riche. Ces pièces, de très belle venue, courtes, peu épaisses, aux arêtes rectilignes, à l’extrémité en pointe, à base arrondie, sont faites au percuteur tendre. Il n’a pas été trouvé de hachereau. La position stratigraphique du gisement reste imprécise bien qu’il semble se placer dans un cailloutis rencontré à 8 m de profondeur par des sondages du service de l’hydraulique, d’où proviennent deux molaires d’éléphant de l’espèce Loxodonta atlantica.

30Sur un reg des environs de Biskra, le R.P. Poyto a recueilli, en 1962-1963, une centaine de pièces regroupées dans une petite cuvette et à peine recouvertes par du sable. D’autres étaient dispersées sur le plateau et les pentes dominant la cuvette. Dans ce matériel figurait une quarantaine de petits bifaces plats, ovales ou en disque, parfois véritables limandes, associés à des outils sur débitage Levallois.

31Au Sahara, l’Acheuléen récent est souvent présent dans les ergs. Plusieurs auteurs le signalent non loin d’anciens marécages dans lesquels quelques pièces sont parfois prises. Le fait est bien caractérisé dans l’erg d’Admer où, outre In Afaleleh, Anou Oua Lelioua, l’Adrar Edjeleh, Ouakarouza, plusieurs sites ont livré un ensemble regroupant quelque deux cents pièces, essentiellement des bifaces et des hachereaux.

32À l’Adrar Edjeleh, qui se trouve dans le sud de l’erg, les bifaces sont mêlés à une vingtaine de centimètres de sables noirâtres et à des amoncellements de restes de silures auxquels s’ajoutent des os d’éléphant et de bubale antique Pelorovis antiquus.

33On doit à Ahmed Baba la connaissance du gisement d’Ouakarouza dans le sud-est de l’erg. Près de formations hydromorphes, des bifaces, de rares hachereaux, nucléus et éclats, jonchaient irrégulièrement le sol. Le matériel est principalement taillé dans une roche ignée locale. Le débitage Levallois est fort peu employé. Les dimensions sont variées. L’éventail des formes est large, avec des valeurs privilégiées. M. Tauveron a pu se demander si ces différences ne marqueraient pas une orientation vers diverses fonctions.

34À la périphérie de l’Atakor, de l’Acheuléen final se trouve dans les alluvions supérieures d’une terrasse ou dans un épandage de pierres gélivées postérieur à cette terrasse. Dans le Tassili n Ajjer, àTi n Hanakaten, deux niveaux qui résultent de deux cycles climatiques successifs comportent des bifaces anciens pour l’un, récents pour l’autre qui se trouve en contrebas.

35Dans la région de Timimoun, le gisement de la zaouia Sidi el-Hadj Belgacem, qui couvre deux à trois hectares sur le plateau du Méguidem, a permis à N. Ferhat d’étudier un ensemble industriel comportant plus d’une centaine de bifaces et quelques pièces autres, dont des nucléus et des éclats en partie Levallois. Les bifaces offrent des caractères mixtes, les uns évolués avec des pièces cordiformes, les autres archaïques avec des pièces à extrémité spatulée.

36Dans la vallée de la Saoura, J. Chavaillon a noté que l’Acheuléen récent se concentrait dans les zones lacustres et qu’il avait été très florissant. Le débitage Levallois y est fréquent. Les bifaces deviennent plats. Les hachereaux sont nombreux avec souvent des formes rétrécies au tranchant. Les racloirs abondent. Dans le feidj de Tachenghit, B. Champault a signalé de nombreux bifaces s’accompagnant de hachereaux, de racloirs, d’éclats dont la base est souvent amincie. Ces mêmes caractères se retrouvent à l’erg Djemel et à Beni Ikhlef. L’erg Djemel est un petit erg qui s’allonge en bordure des monts d’Ougarta. Il repose en partie sur la « petite hamada », formation géologique rapportée au Quaternaire ancien, dont les zones déprimées sont envahies par des sables ocre qui renferment les bifaces. Ceux-ci ont été façonnés sur place dans des matériaux transportés depuis les monts d’Ougarta qui se trouvent à une dizaine de kilomètres. Beni Ikhlef est une petite oasis sur la rive gauche de la Saoura, en bordure de l’erg occidental, au nord de Kerzaz. Les objets proviennent de ce même sable ocre qui emplit les dépressions du Quaternaire ancien et montrent que les hommes ont vécu dans ces lieux lors d’une phase climatique aride. Le site suggère une répartition spatiale des objets avec une forte dominance de bifaces en un point, de hachereaux ailleurs. Entre Beni Ikhlef et l’erg Djemel, quelques différences qui figurent dans le façonnage des pièces, dans la structure de l’industrie peuvent signifier des différences d’âge, Beni Ikhlef serait alors plus récent que l’erg Djemel.

7. Sites paléolithiques anciens et sites paléolithiques inférieurs cités : 1) Aïn Hanech ; 2) Djebel Meksem ; 3) Mansourah ; 4) Oued Sebaou ; 5) El Omaria (Champlain) ; 6) Foum el Kheneg, Kerzaz, Meksem ed Douar ; 7) Oum Bouraï, El Gouira, Gara Taourirt ; 8) Injerane ; 9) Aoulef ; 10) Hassi el Khenig, Arak, Takoumbaret, Meniet ; 11) Bordj Tan Kena ; 12) Reggan ; 13) In Afaleleh, Tafassasset ; 14) Tin Zaouaten ; 15) Beni Ikhlef, Zaouïa el Kebira ; 16) Anchal, Tachenghit, Manda, erg Djemel ; 17) Sidi el-Hadj Belgacem ; 18) Illerène ; 19) Tihodaïne ; 20) Anou Oua Lelioua, Adrar Edjeleh, Ouakarouza ; 21) Ti n Hanakaten ; 22) Tin Tamatt ; 23) Karar, Ouzidane ; 24) Mesra (Aboukir) ; 25) Tighnif (Ternifine) ; 26) Djidioua (Saint-Aimé), oued Riou (Inkermann) ; 27) Takdempt ; 28) N’Gaous ; 29) Biskra ; 30) El Aouinet (Clairfontaine) ; 31) El Ma el Abiod ; 32) Brézina ; 33) Erg Touareg ; 34) Ksar el Rhoul, Gara el Kelb.

37À l’inverse de ce qui se voit dans les stades antérieurs où les sites offrent tous des caractères à peu près semblables, d’après J. Chavaillon, à cette époque, chaque gisement se distingue par des traits propres qui s’ajoutent aux caractères traditionnels communs. On se trouve donc là face à un comportement nouveau des hommes. Ainsi la station Anchal est riche en bifaces plats, lancéolés, en hachereaux, celle de zaouia el Kebira en pics, pièces triédriques, racloirs. À Manda III, en bordure de l’erg Er Raoui, non loin du puits d’Hassi Manda, les hachereaux étaient en nombre écrasant (169 contre 18 bifaces). Les objets n’étaient pas répartis uniformément : ils constituaient des amas en forme de croissant — forme qui est aussi celle du site —, entre lesquels ne se trouvaient que quelques pièces éparses. Les petits amas mesuraient entre 2 et 6 m, les plus grands atteignaient jusqu’à 14 m. Toutes ces plages n’avaient pas la même constitution. Les hachereaux étaient particulièrement denses sur certaines où les débris de façonnage, qui auraient pu faire songer à des ateliers de fabrication, étaient rares. Les autres montraient des pièces beaucoup plus variées, véritable éventail de l’ou tillage d’alors, ainsi que des pièces cassées.

Le Clactonien

38Certaines populations du Paléolithique inférieur n’ont peut être utilisé ni biface, ni hachereau ; elles disposaient d’éclats transformés en racloirs, en denticulés, que l’on retrouve associés à leurs nucléus. Mais, hors l’Angleterre, où ils ont été identifiés en nombre dans le bassin de la Tamise au début du XXe siècle, et l’Europe centrale, on ne connaît guère de tels ensembles. Pour certains auteurs, il pourrait s’agir non d’aires d’habitat, mais de lieux de débitage d’éclats transportés ailleurs pour être façonnés en outils.

39L’Algérie, semblable en cela au reste du monde, est très pauvre en sites clactoniens. Seuls y ont été découverts, vers 1961, au sud de l’Erg Oriental, deux petits sites aux caractères très particuliers, Ksar el Rhoul et Gara el Kelb, qui pourraient s’y rattacher. Des blocs de quartzite brun ayant servi de nucléus ou d’enclumes étaient entourés d’éclats et de quelques outils, grandes pièces robustes pouvant être retouchées en denticulés, en racloirs ou prenant l’allure de disques.

Notes

2 Le passage du détroit de Gibraltar par l’homme préhistorique est une question qui se pose à divers moments. Lors de périodes glaciaires, en particulier de certaines phases de la glaciation de Mindel entre –650 000 et –350 000, il aurait pu être franchi, ce qui aurait permis aux populations d’Afrique du Nord d’introduire le hachereau en Espagne.

Table des illustrations

Légende 2. Cette mandibule fut retrouvée en 1954, dans la sablière de Tighnif (Ternifine), à la faveur de fouilles paléontologiques menées par le Pr C. Arambourg. Elle appartient à une ancienne forme humaine du nord de l’Afrique qui vivait là il y a quelque 650 000 ans. Nommé alors Atlanthropus mauritanicus, aujourd’hui, sous le nom de Homo erectus, cet homme est regroupé avec de nombreux autres dont les restes ont été découverts de par le monde (d’après Balout 1955).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende 3. À partir de la longueur et la grosseur des os, du développement des attaches musculaires, depuis longtemps on recrée, de proche en proche, la totalité du système musculaire afin d’obtenir une représentation des individus. C’est ainsi qu’en 1982, à l’occasion du premier Congrès international de paléontologie humaine organisé à Nice par le Pr Henry de Lumley, un Homo erectus européen, l’Homme de Tautavel, a pu être restitué par le sculpteur A. Bordes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 4. Le biface a été l’outil privilégié de Homo erectus. S’il est toujours symétrique, son épaisseur, la régularité du façonnage et sa technique varient selon les époques. Il devient de plus en plus mince, ses bords de plus en plus réguliers jusqu’à être quasi rectilignes. On façonne de tels bifaces en enlevant de petits éclats sur le pourtour à l’aide d’un percuteur souple, en bois ou en corne. Les bifaces les plus anciens, plus grossiers, plus épais, aux arêtes sinueuses, sont façonnés à l’aide d’un percuteur dur, en pierre. L’aspect des surfaces peut changer au cours du temps ; au Sahara, quand il est resté longuement à la surface du sol, elles peuvent évoluer différemment, la surface qui est exposée à l’air étant usée par les vents chargés de sable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 5. Le hachereau est un outil spécifique à l’Acheuléen africain. C’est un instrument trapu dont le tranchant, plus ou moins développé, est obtenu directement par le débitage. La face inférieure n’est qu’à peine travaillée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 6. L’exploitation de sablières ou le curage de sources ont souvent livré des outils appartenant aux hommes acheuléens. La sablière de Tighnif renfermait, outre les restes humains, un ensemble imposant d’outils et d’ossements de grands animaux. On y reconnaît Loxodonta atlantica, éléphant de plaine et de savane, qu’accompagne un cortège de rhinocéros, zèbres, girafes, camélidés, antilopes, hippopotames, caractéristiques de la faune subtropicale africaine. La faune euroasiatique que l’on trouve également alors pourrait venir d’Espagne, car plusieurs espèces ne sont pas connues à l’est du Maghreb (d’après Balout 1955).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 7. Sites paléolithiques anciens et sites paléolithiques inférieurs cités : 1) Aïn Hanech ; 2) Djebel Meksem ; 3) Mansourah ; 4) Oued Sebaou ; 5) El Omaria (Champlain) ; 6) Foum el Kheneg, Kerzaz, Meksem ed Douar ; 7) Oum Bouraï, El Gouira, Gara Taourirt ; 8) Injerane ; 9) Aoulef ; 10) Hassi el Khenig, Arak, Takoumbaret, Meniet ; 11) Bordj Tan Kena ; 12) Reggan ; 13) In Afaleleh, Tafassasset ; 14) Tin Zaouaten ; 15) Beni Ikhlef, Zaouïa el Kebira ; 16) Anchal, Tachenghit, Manda, erg Djemel ; 17) Sidi el-Hadj Belgacem ; 18) Illerène ; 19) Tihodaïne ; 20) Anou Oua Lelioua, Adrar Edjeleh, Ouakarouza ; 21) Ti n Hanakaten ; 22) Tin Tamatt ; 23) Karar, Ouzidane ; 24) Mesra (Aboukir) ; 25) Tighnif (Ternifine) ; 26) Djidioua (Saint-Aimé), oued Riou (Inkermann) ; 27) Takdempt ; 28) N’Gaous ; 29) Biskra ; 30) El Aouinet (Clairfontaine) ; 31) El Ma el Abiod ; 32) Brézina ; 33) Erg Touareg ; 34) Ksar el Rhoul, Gara el Kelb.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540