Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

Introduction

Texte intégral

1Connaître les populations qui peuplèrent un pays depuis que l’homme existe n’est pas seulement connaître leur aspect physique. C’est les appréhender au travers d’actes restés matérialisés dans les objets qu’elles ont fabriqués et que l’on nomme « industrie », dans la manière dont ces objets ont été abandonnés, dont ils ont servi à structurer l’espace. Outils en pierre, plus rarement en os, en métal, récipients en poterie, exceptionnellement en bois ou en vannerie, ils permettent de suivre les progrès techniques tandis que les aménagements des surfaces sur lesquelles les hommes ont vécu et que l’on nomme « gisements », l’installation de foyers, de secteurs d’activités donnent accès à la dimension sociale. Plus qu’aux hommes eux-mêmes dont les restes sont rares, c’est à ces témoins de leurs activités que l’on a recours pour dire l’histoire de l’humanité, histoire qui ne prend toutes ses dimensions qu’inscrite dans l’environnement qui fut le sien. Théoriquement nombreux, ces vestiges sont pratiquement d’accès malaisé car enfouis dans le sol ; seules des conditions naturelles particulières ou le hasard de travaux de terrassement permettent de les retrouver.

2Ainsi perçu, l’objet préhistorique n’est plus, comme il le fut longtemps, un simple élément statique, une curiosité digne au mieux de figurer dans les vitrines d’un musée ; il tire un intérêt majeur de son contexte, auquel l’art peut apporter un riche complément d’informations. Malgré son état résiduel, ce dernier peut, en effet, rapporter des attitudes, des gestes, parfois une tournure anecdotique, qui éclairent furtivement des sociétés millénaires.

3Utilisant les techniques d’étude les plus modernes, inventant les siennes propres, la préhistoire commence ainsi à donner une vue dynamique de son sujet. Elle a permis d’identifier de multiples groupes culturels et leur évolution, de les inscrire dans leur environnement et de percevoir leur adaptation à ses changements. Mais il a fallu de nombreux tâtonnements, la mise au point de divers procédés pour atteindre cette étape. Aujourd’hui, l’essentiel des analyses se fait par le biais de la structure des industries, véritables sacs à outils de l’homme préhistorique propres à chaque culture et qui, dans chaque gisement, livrent des nuances d’autant plus grandes que les outils sont plus nombreux ; au Néolithique, il faudra pourtant privilégier des éléments clés, car l’unité n’est plus le gisement, mais un groupe de gisements mettant en œuvre des secteurs spécialisés. La dimension sociale de l’homme a alors changé.

4Si l’analyse descriptive est le fondement des études, les analyses fonctionnelle et technologique connaissent un engouement certain car l’usage des outils anciens a toujours intrigué l’homme moderne. De nombreuses tentatives menées en ce sens par expérimentation, puis comparaison des traces obtenues avec celles qui sont identifiées sur les outils préhistoriques, n’apportent que des informations succinctes. Couper, racler des peaux, du bois, des os sont des activités domestiques qui tour à tour ont pu marquer le même outil. Chasser ne laisse guère de trace sur l’arme. Mais la manière dont ces outils, ces armes ont été façonnés est riche d’enseignement et permet de suivre le développement du cerveau, le jeu incessant de la main et de l’esprit. La série de gestes par lesquels l’homme modifie une forme naturelle, et qui est nommée « chaîne opératoire », change en effet au cours du temps, les outils également, ce qui traduit des étapes dans l’évolution de l’homme.

5Appliqués à la pierre d’où ils enlèvent des éclats selon un certain ordre, les gestes permettent d’obtenir un tranchant, parfois un dos ou une masse. Les outils en os ou autres matières dures, d’accès moins aisé car ils se conservent moins facilement, ont aussi joué un rôle important dans le sac à outils préhistorique. Certains auteurs ont même pu penser que le façonnage de l’os a précédé celui de la pierre ; il paraît toutefois plus sérieux de croire que les deux se sont développés parallèlement. Des contraintes naturelles bien plus fortes que celles de la pierre affectent le travail de l’os, son débitage en particulier ne peut se faire que longitudinalement, ce qui conduit à des outils aux formes toujours allongées, sauf de rares cas de sciage. Mais la facilité de son travail a permis par ailleurs d’obtenir des formes complexes, de les perforer, de les orner.

6Tardivement apparaît la poterie qui est un bon fossile, car, fragile, elle se détériore rapidement, ce qui oblige à la renouveler fréquemment ; elle enregistrera au fur et à mesure les modifications culturelles. Les formes des poteries et surtout leurs décors sont de ce fait variés et cette variété est chargée de signification.

7Lorsque intervient le métal, il n’apporte aucune modification profonde dans le sac à outils. Il ajoute simplement quelques objets nouveaux parfois imités des objets de pierre. Il est quasi certain que la pratique actuelle, qui refond sans cesse l’objet dès qu’il a cessé de plaire ou d’être efficace, fut utilisée dès les débuts de la métallurgie, ce qui explique en partie le peu de pièces retrouvé.

8Une compréhension des vestiges préhistoriques ne peut se faire sans les dater. Il existe actuellement des méthodes dites de datation absolue qui situent un événement dans le temps à condition de disposer de substances auxquelles peuvent s’appliquer ces procédés. La plus répandue est celle qui met en jeu le carbone radioactif dit « carbone 14 » et permet de remonter jusqu’aux environs de quarante mille ans. Au-delà, les méthodes sont plus difficiles à mettre en œuvre.

9Quand on ne dispose pas de substances susceptibles de fournir des dates, on fait appel aux sciences de la nature, en particulier aux mouvements de la mer, à la flore et à la faune, comme on le faisait antérieurement, avant la mise au point de ces procédés radiométriques.

10Les phénomènes glaciaires qui ont affecté la planète et au cours desquels le niveau de la mer descend – ce que l’on nomme régression – ont engendré, aux latitudes de l’Afrique, des périodes de grande aridité dont l’ampleur n’a cessé d’augmenter au cours du temps ; à l’inverse, les interglaciaires ont généré des périodes pluviales au cours desquelles le niveau de la mer remonte – ce que l’on nomme transgression. Ces changements de climat, cycliques, ont amené des modifications dans la sédimentation, dans la flore et la faune qui sont caractéristiques de chaque période. Ils ont donné naissance à des unités géographiques successives qui ont chacune des caractères propres et qui, sur le continent, comprennent un ensemble de surfaces liées les unes aux autres jusqu’à un niveau de base. L’ampleur de ces unités ne cessant de diminuer, bien souvent elles se sont emboîtées les unes dans les autres.

11Depuis que l’homme existe, ces variations ont peu modifié la forme générale des continents, seuls les lents et incessants mouvements de la mer qu’elles ont créés ont constamment fait glisser les rivages. Mais elles ont sans cesse modelé la surface des terres et ces modelages ont pu être retouchés par des mouvements de la croûte terrestre, tous restreints et localisés.

12Quatre épisodes majeurs ont ainsi marqué la côte algérienne depuis l’apparition de l’homme. À l’intérieur de chacun, de multiples petites variations en soulignent la complexité. À l’aube de ces temps, la mer s’avançait largement dans les terres, baignant les pieds de l’Atlas. Non loin des rives actuelles, se déposaient des argiles comme celles que l’on voit près de Tipaza, dans les berges de l’oued Nador, où elles ont pu être datées de 1 800 000 à 1 670 000 années. Cette avancée est confirmée par l’existence d’une dalle marine sur les hauteurs d’Alger, à Bouzaréah, qui montre qu’alors la ride du Sahel n’existait pas ; cet épisode dit « Calabrien » se terminerait vers – 700 000, il est encadré par deux phases qui renferment une faune froide se rapportant l’une à la glaciation de Donau, l’autre à celle de Mindel, la glaciation de Günz marquant une phase froide à l’intérieur de l’épisode.

13C’est à un autre épisode, dit « Sicilien », que l’on doit les lambeaux de terrasses marines actuellement suspendus vers 95 – 100 m. Il résulte lui aussi d’une phase tempérée à mer transgressive qui se place entre les glaciations de Mindel et de Riss et pourrait se situer vers – 350 000 / – 300 000. Le réchauffement de la mer qui a accompagné le recul glaciaire est marqué par de grandes coquilles de mollusques bien visibles près de Tipaza. L’altitude actuelle des terrasses marines est due à d’importants mouvements sismiques qui, tout autour de la Méditerranée, ont marqué le cycle suivant.

14Deux autres épisodes majeurs, séparés par la phase glaciaire la plus récente, ont ensuite affecté la côte, le « Tyrrhénien » qui est responsable des lambeaux de terrasses épars entre 30 et 5 m et le « Versilien » qui a laissé des lambeaux autour de 1 m. Ce dernier épisode, bien connu, a atteint un maximum de transgression voici dix mille ans. Le précédent, complexe, aurait connu son maximum vers – 120 000, avec une mer particulièrement chaude que caractérisent des mollusques comme Strombus bubonius et Purpura hœmastoma dont on retrouve souvent les coquilles.

15Ces cycles servent de repères à une période nommée Paléolithique qui a duré pendant tout le Pléistocène – soit jusqu’à la fin de la dernière glaciation que l’on nomme Würm dans l’hémisphère Nord –, et même au-delà, dans de nombreuses régions. Durant cette période, l’homme est un prédateur, vivant de chasse et de cueillette, n’exerçant aucune pression sur le milieu. Elle fut suivie d’une période nommée Néolithique qui occupe une grande partie du post-glaciaire, l’Holocène, où l’homme modifie de plus en plus son milieu naturel, lui substituant progressivement un milieu culturel.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540