Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

Avant-propos

Texte intégral

1. Une superficie de 2 190 000 km2 étale le territoire algérien de la Méditerranée au-delà du Massif central saharien. Le pays passe ainsi progressivement d’un milieu méditerranéen à un milieu steppique puis saharien. Presque trente millions d’hommes le peuplent aujourd’hui ; des particularités linguistiques et culturelles anciennes émergent avec force à la faveur d’isolements, elles soulignent de profondes et lointaines identités et évoquent un vaste ensemble qui s’étendait jadis bien au-delà des frontières actuelles.

1Avec une superficie de l’ordre de 2 190 000 km2, l’Algérie s’étale entre 19° et 37° de latitude nord, des rives de la Méditerranée au cœur du Sahara. D’un milieu méditerranéen au nord au milieu saharien du Sud, même si le passage se fait insensiblement, on attend un peuplement hétérogène. Or, sur ce vaste territoire et bien au-delà jusqu’au sud du Niger, à l’Atlantique et au voisinage du Nil, des groupes humains qui utilisent un même langage, le berbère, traduisent dans leurs cultures de profondes et lointaines identités. Sont-ils, comme il est dit souvent, les derniers témoignages d’un monde éclaté ? Ce n’est qu’en remontant aussi loin que possible dans l’histoire des hommes que l’on peut tenter de saisir des éléments de réponse.

2Le terme « berbère » n’intervient que tardivement dans l’Histoire ; Hérodote nommait Libyens les habitants des régions septentrionales de l’Afrique. Au IIe siècle avant J.-C., le mot n’intervient pas encore. Apparaît-il au VIIe siècle aprè J.-C. comme il est parfois proposé, ou peut-on suivre G. Camps quand il évoque les tribus bavares de l’Ouest dont il est fait état au IIIe siècle et dont le nom pourrait être déformé ainsi ?

3Il a beaucoup été écrit sur l’origine des Berbères, beaucoup le sera encore car non seulement l’origine de l’appellation, mais aussi son acception n’ouvrent pas les mêmes discours chez tous les locuteurs. Un temps, il fut à la mode d’attribuer aux Berbères des racines yéménites. Ibn Khaldoun, qui a développé cet aspect, écrit dans son Histoire des Berbères : « les Berbères sont les fils de Canaan, fils de Cham, fils de Noé... Leur aïeul se nommait Mazighi... » ; plus tard El Idrissi reprend cette théorie et dès lors l’hypothèse d’une origine yéménite paraît confirmée. À y regarder de près, ne retrouve-t-on pas là un procédé de récupération généalogique qui fut très employé dans le Maghreb du Moyen Âge ?

  • 1 Rappelons que les populations du Sahara central nomment aussi « tifinagh » les gravures et peintur (...)

4Aucune donnée historique ou archéologique ne l’étaye à ce jour et une telle proposition se heurte à divers faits. D’abord au problème linguistique, la parenté indéniable du tifinagh actuel avec l’écriture des stèles dites libyques, mais aussi avec les inscriptions que portent les roches sahariennes et dont on pense que les plus anciennes pourraient être un peu antérieures au début du Ier millénaire avant l’ère chrétienne1. Elle se heurte à cet autre élément qu’a bien mis en lumière le professeur G. Camps : les grands mausolées nord-africains, Medracen près de Batna, tombeau de Juba II dit aussi de la Chrétienne près de Tipaza, Djeddar dans les environs de Tiaret, ne sont que la forme magnifiée de tombeaux en pierres sèches connus dans le nord de l’Afrique depuis plus de six mille ans. Aussi, dans un magistral ouvrage, en les faisant remonter au Capsien, G. Camps fait-il des Berbères une population qui voici quelque dix mille ans s’installa en Tunisie et dans le Constantinois. Le pays était-il alors vide d’hommes comme il fut dit un temps, ou les populations qui y vivaient auraient-elles été repoussées, puis isolées, aux Canaries comme il fut également dit ?

5Les données les plus récentes de la préhistoire, en gommant les hiatus et les invasions qui longtemps semblèrent gouverner le peuplement ancien du nord de l’Afrique et qui n’étaient, en fait, que des moments mal connus de son histoire, invitent à une autre vision des choses. L’hypothèse de discontinuités qui auraient à diverses reprises rompu l’évolution de la population locale, créant un vide humain que seul un flux venant de l’Est pouvait combler, n’a pas été confirmée et aucune trace de raz de marée humain ayant submergé ou fait disparaître une population n’a été retrouvée.

6C’est alors une population évoluant sur place, recevant maintes fois des apports extérieurs, les uns lâches, les autres prégnants, une population qui, elle aussi, apporte sa contribution au façonnement d’autres peuples, à la création d’autres civilisations, que l’on peut percevoir aujourd’hui.

7Quand Tassadit Yacine m’a demandé de dresser l’état de ces connaissances, j’ai acquiescé d’autant plus volontiers qu’elle renouvelait sans le savoir une demande ancienne de Mouloud Mammeri. Quand celui-ci l’avait faite, les travaux en cours laissaient alors soupçonner ce renouvellement, et Mouloud Mammeri le savait bien, mais les éléments en restaient encore trop fragiles pour être largement divulgués. C’est pourquoi, tout en me récusant momentanément, je lui avais promis une mise au point destinée à un public non spécialisé dès que les données le permettraient. Aussi suis-je particulièrement reconnaissante envers Tassadit Yacine qui a favorisé la tenue de cette promesse et envers la Maison des sciences de l’homme qui a pris en charge sa réalisation matérielle.

Notes

1 Rappelons que les populations du Sahara central nomment aussi « tifinagh » les gravures et peintures rupestres et les assimilent à une ancienne écriture.

Table des illustrations

Légende 1. Une superficie de 2 190 000 km2 étale le territoire algérien de la Méditerranée au-delà du Massif central saharien. Le pays passe ainsi progressivement d’un milieu méditerranéen à un milieu steppique puis saharien. Presque trente millions d’hommes le peuplent aujourd’hui ; des particularités linguistiques et culturelles anciennes émergent avec force à la faveur d’isolements, elles soulignent de profondes et lointaines identités et évoquent un vaste ensemble qui s’étendait jadis bien au-delà des frontières actuelles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540