Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Algérie des premiers hommes

 | 
Ginette Aumassip

Préface

Jean Guilaine

Texte intégral

1L’Algérie occupe dans le panorama de la préhistoire mondiale une place de premier plan. Le nombre, la qualité de ses gisements, du plus ancien Paléolithique jusqu’à la protohistoire, lui confèrent une position d’exception. Par la diversité de son espace géographique, elle est impliquée dans la plupart des grands problèmes qui concernent l’humanité ancienne : émergence d’industries archaïques sur galets, extension d’Homo erectus puis d’Homo sapiens, rôle du continent africain dans le processus d’accès à l’économie productrice, longue durée et richesse d’un art rupestre multiforme, interactions entre les cultures de tradition orale et les premières civilisations historiques.

2Devenue plus discrète dans les débats internationaux, l’Algérie n’en a pas moins poursuivi son chemin sur la quête des origines. Aussi l’exhortons-nous à prendre dans le concert de la recherche la place qu’elle mérite et que la communauté scientifique attend d’elle.

3Dans la perspective de cette mutation que nous souhaitons proche, Ginette Aumassip nous livre ici même un état des questions, une utile mise au point qui permet de mesurer le parcours effectué par la recherche algérienne depuis notamment trois à quatre décennies. Seul ce chercheur, par sa connaissance approfondie de la préhistoire maghrébine et saharienne, par un ancrage au terrain jamais abandonné, par un contact permanent avec les acteurs actuels de la recherche, était à même de brosser une fresque couvrant près de deux millions d’années et concernant un pays étalé des rivages méditerranéens jusqu’au cœur du Sahara. La vision proposée est globale, des techniques mises en œuvre et de la production des artefacts jusqu’aux mutations de l’environnement sous l’effet des agents naturels, puis anthropiques. C’est ainsi que Ginette Aumassip nous invite, régulièrement, à jeter un coup d’œil sur le « sac à outils » des populations préhistoriques de l’Algérie, comme pour mieux juger de leurs capacités à maîtriser la matière lithique et, par là même, à modifier le milieu.

4Le rideau se lève sur l’Atlanthrope mis au jour dans les sablières de Ternifine-Palikao, une version d’Homo erectus, auteur des industries acheuléennes qui ont connu, en Algérie comme ailleurs, une très longue persistance. Pour autant ces productions ne sont pas forcément les plus anciennes : associés à une faune chaude, les galets aménagés de l’Aïn Hanech pourraient remonter, eux, jusqu’à 1 700 000/1 600 000 ans. Toutefois hors de tout contexte stratigraphique, on restera prudent sur l’âge de certaines séries — si fréquentes en Afrique — de choppers et de chopping-tools, tant le dégrossissage sommaire des galets constitue une technique qui a traversé les âges.

5Les débats sur la position chrono-stratigraphique de certaines industries paléolithiques ont été et sont toujours courants en préhistoire. On ne sera donc pas étonné d’en retrouver quelques uns en Algérie. Ginette Aumassip montre bien les difficultés qui se sont ainsi attachées à l’usage d’expressions comme « Acheuléen final » ou « Moustérien de tradition acheuléenne » selon que l’accent était mis sur la présence du débitage Levallois ou sur celle de bifaces. De même l’existence de pièces pédonculées dans le Moustérien — alors qu’on faisait de ces artefacts un marqueur spécifique de l’Atérien lequel, en principe, lui succède (ce qui n’empêche pas, à l’occasion, une interstratification de ces cultures) — a alimenté des controverses. L’Atérien conserve d’ailleurs un débitage Levallois dont l’Aurignacien européen, son contemporain, s’est, lui, séparé. Cette culture du Maghreb et du Sahara disparaîtra vers — 25 000, peut-être victime d’un accroissement de l’aridité.

6L’homme de Mechta-el-Arbi, artisan des industries ibéromaurusiennes qui fleuriront entre — 22 000 et — 9 000 environ, est-il un autochtone, un dernier descendant de l’Atlanthrope en quelque sorte ou, au contraire, un intrus venu se fixer au Maghreb au cours des migrations liées à la diffusion des hommes modernes ? Ginette Aumassip penche en faveur de la première hypothèse. Cet homme est un novateur. Il a recours, précocement, à la technique du microburin. Il modèle, en terre, des figurines animales. On l’a même soupçonné d’avoir tenté la domestication du mouflon alors qu’il s’agissait, en fait, de chasse spécialisée.

7À une première partie consacrée aux prédateurs — charognards et chasseurs de la préhistoire — l’auteur oppose, de façon équilibrée, une seconde partie traitant des pasteurs et des cultivateurs. En fait, au cours de ces périodes récentes (postérieures à — 10 000 ans), l’Algérie va passer, insensiblement, du monde de la chasse-collecte à un système peu à peu gagné à l’anthropisation.

8Entre — 8000 et – 5000, le Capsien représente encore une sorte d’apogée de l’Épipaléolithique maghrébin. Si les anciennes classifications de R. Vaufrey (Capsien typique, puis Capsien supérieur) sont aujourd’hui sujettes à caution, l’auteur analyse excellemment les problèmes qui caractérisent ces faciès, leur dispersion géographique, leur position chronologique, les styles de vie de ces hommes des escargotières.

9Plus au sud pourtant, le Sahara, dont l’environnement était alors plus propice au développement végétal, faisait, vers la même époque, des expériences novatrices. La poterie y voyait le jour, un millénaire et demi avant le Proche-Orient. Des meules à écraser les graines s’y multipliaient. L’art faisait désormais toute sa place à la figuration humaine, indice d’un regard porté par notre espèce sur elle-même et de son aptitude à s’imposer dans et sur la nature. Dans un tel contexte dynamique, chasse et collecte n’étaient pas pour autant abandonnées et c’est bien toute l’ambiguïté de ces cultures africaines qui ont toujours combiné nouveautés techniques et traditions économiques.

10Si l’agriculture demeurera encore en retrait au Sahara, l’apparition des céréales dans l’aire méditerranéenne est sans doute à mettre au compte des propagations d’origine proche-orientale. La mise en place des animaux domestiques (caprins, bœufs) a toujours soulevé, pour sa part, d’irritantes questions : faut-il y voir le résultat de domestications locales ou de diffusions initiées au Proche-Orient ? Les avis des paléontologistes divergent, face à de lourds problèmes d’interprétation ostéologique et chronologique.

11Au reste la néolithisation de l’Algérie montre très tôt l’apparition d’entités diverses que l’on peut regrouper en trois grands ensembles : le Néolithique saharo-soudanais, le Néolithique méditerranéen et, à leur charnière, le Néolithique de tradition capsienne dont le contenu devra encore être précisé. De fait ces grands blocs ne sont pas fermés et peuvent être interactifs. Ils cumulent donc des apports externes et une richesse créatrice (dans les styles céramiques ou la morphologie des flèches par exemple), symbiose qui dénote une adaptation pleinement réussie aux divers milieux considérés. C’est pourquoi il semble difficile d’admettre un rôle incitatif systématique de l’Égypte dans l’évolution du Sahara et du Maghreb. Adopter cette thèse serait recréer la notion d’un foyer nilotique puissant et d’une vaste bordure plus léthargique alors qu’il s’agit plutôt d’un déroulement contrasté de chacune des grandes aires considérées, chaque partie jouant, à sa façon, ses meilleures cartes. On peut d’ailleurs, avec Ginette Aumassip, renverser aussi la tendance classique et se demander si le Sahara sensu lato n’a pas plutôt influencé le couloir du Nil, sachant que la base de la culture égyptienne est bien africaine.

12Dans cet ouvrage, on apprendra encore que Thiout, dans le Sud oranais, révélait, dès 1847, l’existence d’un art rupestre « préhistorique », qui fut longtemps nié et qui n’eut droit à la reconnaissance officielle qu’avec l’authentification de l’art quaternaire européen. L’art pariétal est, à coup sûr, l’un des joyaux de la Préhistoire saharienne : variété des styles, des écoles, des chronologies, associations aux données matérielles, autant de questions sur lesquelles ces pages font le point.

13Intégrant influx originaires d’Europe ou du royaume des pharaons, le Maghreb et le Sahara basculeront progressivement vers la protohistoire. Mais, ici encore, et c’est tout l’intérêt d’une recherche en mouvement constant, les théories ne sont jamais définitives : en Algérie, la découverte récente d’équidés paléolithiques pourrait remettre en cause l’idée d’une intrusion du cheval domestique à partir de l’Égypte, au IIe millénaire avant notre ère. Pourquoi ne pas réfléchir sur le concept, ici encore, d’une domestication autochtone ?

14Car il est vrai que cet ouvrage, sans nier la place des apports externes, tente de faire mieux apparaître le rôle spécifique de l’Algérie dans les mutations qui y ont marqué la longue trajectoire des populations préhistoriques. Les potentialités locales dans l’apparition des nouveautés techniques ou idéologiques y sont volontairement soulignées et Ginette Aumassip accorde un poids tout particulier aux processus de dynamique interne. L’avenir dira si de telles vues sont justes. Au moins ont-elles l’avantage de se substituer au vieux modèle centre/périphérie et de proposer une vision plus équilibrée des moteurs possibles de l’évolution.

Auteur

Professeur au Collège de France

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540