Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De chair et de pierre

 | 
Charles Illouz

Avertissement

Texte intégral

1Tous les récits que nous utilisons sont référencés en index avec identification de la source (infra : 185). Comme la lecture du récit en langue maré ne peut être partagée avec le lecteur non locuteur de cette langue, nous proposons une traduction résumée qui, nous allons le montrer, oblitère la plus grande partie du champ que l’analyse envisage de parcourir. Le support ainsi proposé négocie entre la frustration de la langue et l’intérêt de la fable, dont l’incongruité permet le plus souvent de localiser un relief sémantique que nous tâcherons de mesurer en réintroduisant la spécificité linguistique au cours de l’analyse. La restitution des récits a donc été voulue concise, aussi proche que possible des « lignes de relief » que l’analyse devait suivre. On trouvera néanmoins en annexe deux récits, recueillis et traduits par nous-mêmes, et donnés intégralement dans leur version vernaculaire originale.

2Tous les récits examinés, qui ont permis d’atteindre les conclusions proposées dans cet essai, ne sont pas produits ici. Pour l’essentiel, 53 récits analysés ont été empruntés à Dubois dont 46 au corpus de base (1975) qui compte à peu près une cinquantaine de « mythes » offerts selon plusieurs variantes plus ou moins proches les unes des autres, soit au total 100 récits indexés de D 1 à D 100. 7 autres récits ont été empruntés à d’autres sources du même auteur (1970 : non publié, 1977 et 1978). Nous avons utilisé 7 récits recueillis par nos soins dont certains constituent des variantes de versions recueillies par Dubois, d’autres sont inédits, 2 récits non maréens empruntés à Guiart (1963) et 2 variantes non reproduites du même auteur. Notre analyse a ainsi intégré la quasi-totalité des fictions du corpus de base (1975). S’il en reste à ne pas avoir été prises en compte par l’analyse, on peut dire néanmoins que l’ensemble des fictions récurrentes a été examiné. Par ailleurs, le choix d’entrée des récits répond aux nécessités de la démonstration et de la mise en évidence de la poétique des énoncés mythiques. Ce n’est pas un hasard si les mythes qui furent un temps écartés de l’analyse sont ceux qui furent déterminants dans la description d’une nouvelle dimension de la mythologie de Maré et qui font l’objet de la deuxième partie de cet ouvrage. Pour cette étude, nous avons surtout utilisé les versions de « mythes » recueillies par nous-mêmes que nous avons confrontées aux versions du corpus de base comme à d’autres récits de cette même source.

3Contrairement à de nombreuses îles mélanésiennes, on ne parle à Maré qu’une seule langue, le pene Nengone, la « manière de Nengone (Maré) ». La frontière objective de l’insularité dessine en même temps les contours de l’aire linguistique, et les expressions mythiques, rituelles ou institutionnelles de la société de Maré répondent, d’un bout à l’autre de l’île, au même lexique. La Grande Terre de Nouvelle-Calédonie compte vingt-huit langues ; Tanna du Vanuatu, voisine orientale directe de Maré et de superficie à peu près égale, en compte cinq.

4Le pene Nengone appartient à la branche orientale « océanienne » de la famille austronésienne et au sous-groupe des Îles Loyauté distinct de celui des langues néo-calédoniennes. L’opposition verbo-nominale n’est pas pertinente dans cette langue à classes que le contexte syntaxique permet en dernier lieu de définir.

5Dans la graphie adoptée, signalons que le h marque l’aspiration ; le th, dentale continue sourde, est celui de l’anglais ; les dr et tr sont des rétroflexes occlusives respectivement sonore et sourde, comme dans l’anglais drum et tram ; le r, rétroflexe vibrante, est un peu celui de l’anglais ; les j et c sont des palatales occlusives respectivement sonore et sourde ; le x une vélaire continue sonore ; le ng une vélaire nasale sonore. Les voyelles e et i sont instables, de même ο et u. L’accent tonique se place sur la pénultième et ouvre l’aperture des voyelles e et o. Après une consonne, la dernière voyelle à la fin du syntagme, parfois notée entre parenthèses, est chuchotée ou s’amuït.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540