Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités en regard

 | 
Bernard Formoso

Glossaire

Texte intégral

TERMES ISSANES

1‘acan : le maître, le professeur.

2‘amph’ü (talat-) : la juridiction territoriale de niveau immédiatement inférieur à la province, appelée par convention ici district ; la ville qui en est le centre (marché).

3‘atcay : retenir son souffle.

4‘ay : être timide, réservé.

5bangkap : forcer, obliger.

6bap : l’acte déméritoire.

7barami : le mérite, la vertu, la vertu transcendante, la perfection.

8boricak : faire l’aumône.

9borisat : l’entreprise.

10bot : la chapelle, le pavillon capitulaire.

11büa : ennuyeux.

12bun (het) : l’acte méritoire (faire un –), la fête bouddhique (organiser, célébrer une –), la vertu transcendante qui résulte de l’accumulation de mérites.

13Bun Bang Fay : la fête des fusées.

14Bun Kathin : la fête d’offrande de robes monastiques.

15Bun Khaw Padap Din : la fête « du riz qui orne la terre ».

16bunkhun : la piété filiale, la gratitude.

17Bun Pha Pa : la fête « des vêtements de la forêt ».

18cangwat : la juridiction territoriale de la province, la ville qui en est le centre.

19caw : le seigneur.

20Caw Côm : le Seigneur des sommets.

21caw müang : le chef de la principauté.

22caw phô : le « seigneur-père », le chef occulte d’une ville.

23cay hôn : « cœur chaud » (avoir le –), colérique (être–).

24cay yen : « cœur frais » (avoir le–), calme (être–).

25chüafang : l’obéissance.

26chüy chüy : être impassible, indifférent, d’une humeur (ou avoir une voix) égale ; être calme, tranquille.

27ciko : le gigolo.

28Cin Hailam : le Chinois originaire de Hainan.

29Cin Hokkien : le Chinois Hokkien.

30Cin Kae : le Chinois Hakka.

31Cin Kwangtung : le Chinois originaire de Canton.

32Cin Taeciw : le Chinois Teochiu.

33dang dang : bruyant, l’élocution bruyante.

34dôk bia : l’intérêt d’un prêt.

35dôk hak : (la tontine à-) intérêt soustrait.

36dôk tam : (la tontine à) intérêt ajouté.

37hit sip sông không sip si : Les rites des douze mois et des quatorze préceptes » (cycle annuel des fêtes lao).

38hôn : chaud.

39hua khanaen : la « tête de votes », le maître à voter.

40hua na klum : le chef d’un groupe d’agriculteurs clients d’un négociant de produits agricoles (catégorie d’intermédiaire).

41huay thay din : la loterie « souterraine » ou illégale.

42hun : la part.

43‘ithiphon : l’influence.

44kamnan : le chef de canton.

45kanprayat : l’épargne (le sens de–).

46kayan (du) : être industrieux, travailleur.

47khanamakhan thesaban : le conseiller municipal.

48khanom cin : le « gâteau chinois », expression qui désigne une variété de nouilles fabriquée à partir de farine de riz et consommée avec une soupe claire où dominent les plantes aromatiques.

49khaw hôm mali : le riz à « senteur de jasmin ».

50khawrop : le respect dû aux aînés et aux supérieurs hiérarchiques.

51khay na : « vendre » ou perdre la face.

52khon ban nôk : le péquenot.

53Khon Cin : le Chinois (qui vit en Chine ou bien qui vit en Thaïlande mais de père et de mère chinois).

54Khon Cin tae küt Muang Thay : la personne de père et de mère chinois et qui est née en Thaïlande.

55khon dip : l’« homme cru », le sauvage.

56Khon ‘Isan : le Thaï originaire de l’Issane.

57khon suk : l’« homme cuit », le civilisé.

58Khon Thay : le Thaï par opposition au Khon Cin, le Siamois par opposition à l’Issane, le citoyen thaïlandais par opposition au citoyen d’autres pays.

59khuay laek : le « buffle de fer » ou motoculteur.

60kiam : la frugalité.

61kin len : « manger par jeu », consommer un en-cas.

62klumcay : être inquiet, nerveux, préoccupé

63kôy : plat issane à base de viande crue hachée.

64krengcay : la peur de blesser l’amour propre d’un supérieur.

65kuang : être large (d’esprit notamment).

66kumkhrông : « protéger » un client.

67Khwam ‘otthon : l’esprit de tolérance.

68khwam sanitkan : la compréhension réciproque.

69khwam soylüa : l’entraide, l’esprit d’entraide.

70khwam suphap onyon : le raffinement, être raffiné.

71khwam yapyam. la grossièreté.

72lak müang : le pilier de (protection) de la principauté.

73lamü lamôn : égal, doux (caractérise notamment un ton de voix).

74lap (lüat) : un hachis de viande (mêlé au sang frais de l’animal).

75law khaw : l’alcool de riz.

76Luk Cin : le métis sino-thaï.

77luk hay luk na : « enfant des essarts et des rizières », agriculteur lié par contrat avec un intermédiaire pour vendre ses récoltes.

78luk kha : l’« enfant de la vente », le client.

79luk kha pracam : le client régulier.

80luk-nông : « enfant-cadet », le subordonné.

81luk-phi : le cousin, toutes les personnes de même niveau générationnel qui participent de l’univers familier du sujet.

82lung : le frère aîné du père.

83mae kha : la « mère de la vente », la vendeuse, la commerçante.

84mae yay : la grand-mère.

85mana : la diligence (qualité).

86mi : le vermicelle.

87mia nôy : la « petite épouse », la maîtresse.

88mô lam : le barde, spécialiste du lam (chant alterné lao).

89mô pham [su] : le « brahmane », officiant du rappel de l’âme et de rites prophylactiques influencés par des notions religieuses indiennes, mais qui sont célébrés en marge des cérémonies bouddhiques.

90mü : la main, la part dans une tontine.

91muan : amusant, plaisant.

92müang : la principauté, la capitale de la principauté et, par extension dans le contexte moderne, la cité, le pays.

93mu ban : le village.

94namcay : l’« eau du cœur », la générosité.

95nampla : le jus de saumure de poisson.

96Nang Thorani : la déesse Terre.

97nay : le maître, patron, l’employeur.

98Nay ‘amphü : le chef de district.

99nay na : le « patron des rizières », (un type d’intermédiaire dans la vente de produits agricoles).

100Ngan Ngiw : la « fête de l’opéra chinois ».

101nông : le frère cadet.

102‘otcay : se réfréner, se contrôler.

103padaek : la saumure de poisson.

104pay thiaw : aller se promener ; dans certains contextes d’énonciation : « partir en quête de son destin ».

105phansa : la retraite monastique.

106phi : l’esprit, terme générique pouvant s’appliquer à tous les types d’entités surnaturelles.

107phi müang : le génie tutélaire de la principauté.

108phi-nông : les aînés et cadets, germains, collatéraux et par extension, les personnes de l’entourage (du même village ou quartier) avec qui on entretient des rapports de familiarité.

109Phi Then Luang : le Dieu céleste suprême du fond de croyances prébouddhique.

110phô kha : le « père de la vente », le vendeur, le commerçant.

111phô kha khon klang : un type d’intermédiaire dans le négoce de produits agricoles.

112phôk phi : « couvrir les esprits », type de rituel lié à la naissance.

113phô yay : le grand-père.

114phutcakan : le manager.

115phray : l’« homme libre », par opposition à l’esclave.

116phu yay ban : le chef de village.

117ping kay : ailes de poulet grillées, vendues sur les marchés ou dans les rues.

118pracop : flatter.

119rabiap : le système, les règles (de conduite sur le plan comportemental).

120Rot ‘iten : le camion de ferme.

121sakdina : le « pouvoir des rizières », système de grades en vigueur du XVe à la fin du XIXe siècle.

122sala : le pavillon utilisé comme abri ou pour le repos, la salle de réunion publique.

123samlô : le tricycle-taxi.

124sanuk : amusant, ludique en siamois.

125sasana : la doctrine, la religion.

126Sat Cin : fête des mérites chinoise.

127share : la tontine.

128share lay wan : la « tontine à plusieurs jours ».

129share pen düan : la « tontine mensuelle ».

130share soylüakan : la tontine « d’entraide ».

131siaw : l’ami de même âge.

132som tam : la salade de papayes vertes, spécialité lao.

133Songkran : le Nouvel An thaï.

134sôngthew : le pick-up ou petit camion muni de deux banquettes en vis-à-vis pour le transport de passagers.

135soylüa : aider.

136Su khwan : rite de « rappel de l’âme ».

137su may khang kaw : « nouveaux achats, l’ancien reste », type de crédit.

138su may khün kaw : acheter de nouveau, rembourser l’ancien », type de crédit.

139tambon : juridiction territoriale située au niveau immédiatement inférieur au distria et appelée ici par convention canton (correspondant au canton).

140thamachat : naturel, sauvage.

141tham kamwen : « questionner son destin ».

142Thanakhan kaset sahakhon : la Banque des coopératives agricoles.

143torn : plat à base de viande bouillie.

144Trut Cin : le Nouvel An chinois.

145wat : le monastère bouddhique.

146way : salutation les mains jointes.

147winyan : les mânes du mort.

TERMES TEOCHIU

Remarque préliminaire :

148« Le mot, en chinois, est bien autre chose qu’un signe servant à noter un concept. Il ne correspond pas à une notion dont on tient à fixer, de façon aussi définie que possible, le degré d’abstraction et de généralité. Il évoque en faisant d’abord apparaître la plus active d’entre elles, un complexe indéfini d’images particulières. »

149Ce passage, extrait de La Pensée chinoise de M. Granet résume toute la difficulté qu’il y a à restituer fidèlement en français le contenu des termes teochiu. Aussi nous contenterons-nous ici de donner, pour paraphraser ce célèbre sinologue, la plus active des significations des termes, ceci dans leur contexte d’énonciation le plus courant.

150a-chê : la sœur aînée, les femmes de même génération, qui participent de l’univers familier du sujet et qui sont plus âgées.

151a-ia : le frère aîné, les hommes de même génération, qui participent de l’univers familier du sujet et qui sont plus âgés.

152a-ko : la sœur aînée du père.

153a-kong : le grand-père paternel, les hommes de même génération que celui-ci et qui participent de l’univers familier du sujet.

154a-ma : la grand-mère paternelle, les femmes de même génération que celle-ci et qui participent de l’univers familier du sujet.

155a-nüng : le beau-frère.

156a-pê : le frère aîné du père.

157a-sia : le « second de la maison », expression qui désigne le fils peu entreprenant, qui se complaît dans le luxe, sans efforts (fém. ko-nia).

158a-so : la belle-sœur.

159a-tia : le père.

160bu kim sai-hiu hün leng : « danse-or-lion-défilé-réveiller-dragon », la procession du dragon. chao-sing : la divinité du foyer.

161chap-huai-tiam : « mélange-marchandises magasin », la boutique polyvalente.

162chia : l’offrande sacrificielle taoïste.

163chia-chuang : le capital tournant.

164chia-k’uan : le lieu d’origine.

165Chia-T’ang-hsing : « Véritable-dynastie des T’ang-corps » les Chinois nés dans leur patrie d’origine.

166chok : le clan.

167chong : la loyauté.

168chong-ch’ing huai : l’association clanique.

169chuang-ch’i : « gagner de l’argent ».

170ch’ang : gâteau de farine de riz gluant fourré de viande et enrobé dans des feuilles de bananier.

171ch’êk-pê-ling-p oi ho-k’ang : les « 108 braves », porteurs de l’effigie du dragon.

172ch’iao-t’uan : l’association ou la société d’immigrés.

173ch’ing : proche, familier.

174Ch’ing-Ming : « clair et brillant », fête calendaire.

175ch’o-yi : la représentation théâtrale.

176ch’o-pi-k’uak : cérémonie de substitution de l’identité par magie.

177chuk-huai-hüng : « sortir du jardin des fleurs de l’enfance », rite de l’adolescence.

178ch’u-kuak : la force de caractère, la détermination.

179ch’ün-ch’ian : l’épargne (le sens de –) ; tak-k’ian en hainanais.

180feng-shui : la géomancie (wong-sui en teochiu).

181Fu-chien-jen : la personne originaire du Fukien », le Hokkien.

182Hai-nan-jen : la personne originaire de Hainan, le Hainanais.

183Hak-nin : le Hakka.

184hak-kao : l’école (chinoise).

185hang-pao : l’enveloppe rouge d’offrandes monétaires.

186hang-tou-hiê-pao : « rouge-ventre-reinvêtement », tablier porté par les enfants dont il s’agit de corriger le destin.

187hao : la gratitude comme marque de piété filiale.

188heng-ch’iu : l’entregent.

189heng-hung : la chance.

190hi-mua : rondeur parfaite.

191Hok-Lok-Siu : « Bonheur-Emoluments Longévité » triade de divinités emblématiques de ces finalités.

192hsiang huai : l’association économique.

193hsiang-t’üng : l’association religieuse.

194hsien : le district.

195hsing-heng : le crédit social, la foi, la fiabilité, la confiance.

196hsing-sê : maître, catégorie de prêtre taoïste.

197hii : le poisson.

198Hua-Ch’iao : le Chinois d’outre-mer.

199huai : l’association, la guilde.

200Huang-Siang-Ti : le chef des dieux.

201Hua-Hsia tsu : « peuple des Hsia », expression métaphorique par laquelle les Chinois se désignent.

202hung-yang : rituel du partage de l’encens.

203kam-ch’eng : la considération, l’affinité.

204kê : la cellule familiale (chia en mandarin).

205kia si-t’iao : les « quatre piliers de fondation », les coordonnées astrologiques de la personne.

206kim-sua : la « montagne d’or », offrande.

207kong-ch’u : le fils de noble, le bien-né.

208Kong-Μa : « Grand-père-Grand-mère », les divinités tutélaires du marché.

209kong-têk : « mérite-venu », rite funéraire de transfert des mânes du défunt dans les étages supérieurs de l’au-delà et dont les principaux officiants sont ses descendants.

210kou-(hung) : l’âme orpheline et errante.

211kou-pê : « abri pour les âmes délaissées », plate-forme d’offrandes.

212Kuan-Ti : le dieu de la guerre et patron des marchands.

213Kuan-Yin : la déesse de la vertu, l’avatar chinois du bodhisattva Avalokitesvara.

214Kuang-tung-jen : le Cantonais.

215kuo-lou : la calebasse de protection.

216k’a : le courage.

217K’ao-Wong-Yê : les Neuf Dieux Empereurs, divinités stellaires taoïstes.

218K’iao-hi : le métis sino-thaï.

219k’ui-ping « perdre du capital ».

220lan-huai : « association orchidée », type de tontine impliquant des mises de fonds modestes.

221leng-hu : diagramme magique.

222leng-ki : « oriflamme de commandement » (drapeau rouge porte-bonheur).

223lao-t’ua : les anciens en charge des rites.

224Li-Ch’ung : la fête des lanternes.

225Lok-k’ou : la Trésorerie céleste des émoluments.

226Long-te ch’uan-jen : les « descendants du dragon », expression par laquelle les Chinois se désignent.

227lou-chu : le chef élu des dieux locaux, responsable de la fête annuelle qui leur est consacrée.

228Ma-Tsu : la Mère-ancêtre, patronne des navigateurs, protectrice des femmes et des enfants.

229mia-hung : la destinée.

230Mu-Lien : Maudgalyâyana, un des principaux disciples du Bouddha.

231Nan-Yang : pays des mers du Sud.

232ngiam : rigueur, sévérité (qualité paternelle).

233nging huai : « assocation pour l’argent », type de tontine à forte mise de fonds.

234ngou-sê : les « cinq viandes » (offrande rituelle).

235nguang : s’amuser.

236Nguang-hsiao : la fête des lanternes.

237no-li : industrieux (lao-kak en hainanais).

238pao-kai : « couvercle du trésor » (bannière votive).

239Pê-Ming K’u-Tao : assesseurs du Roi des enfers.

240pê-müng : « garder la porte » (rite de mariage).

241ping-ch’ia : la bonne moralité.

242Po-Têk-Hsiang-T’üng : l’Association de rétribution de la vertu efficace.

243pung-ming : le destin fondamental.

244p’ang-shui-t’eng : « faire glisser les lanternes sur l’eau » (rite lié à la fête du Salut universel).

245p’oi-kuai : les huit trigrammes entourant le symbole du yin et du yang.

246P’oi-Sian : les Huit Immortels (divinités taoïstes).

247P’u-Tu : la fête du Salut universel.

248sam-sê : les « trois viandes » (offrande rituelle).

249san-kiao : les trois doctrines ou enseignements (comme expression du complexe religieux chinois).

250sao-mo : nettoyer la tombe (acte rituel).

251sê : le lignage.

252seng-li : la loyauté.

253shih : le lettré.

254shü : être affectueuse, tendre, bienveillante, (vertu maternelle).

255Sian : les Immortels, divinités taoïstes.

256siang-kê : l’entreprise familiale.

257sia-t’uan : l’association fonctionnelle.

258sia-ya : le gendre de la maison, le gigolo.

259Si-Kou : la fête du Salut universel.

260Sing Ch’un-Ch’oi sing nia : « fête du Nouveau Commencement » (liée au Nouvel An chinois).

261sing-lo t’i : h « redescente sur terre » des divinités domestiques lors du Nouvel An.

262soi-huai : la « petite communauté ».

263tai sü : les « grandes affaires » familiales.

264tang-ch’eng : sympathie, compassion.

265tang-k’i : le médium.

266tao : la « tête », le chef.

267tao-kê : la « tête du foyer », le patron d’un commerce ou d’une entreprise familiale.

268tap-sia-sing-hüng : « remercier les dieux pour leurs bienfaits » (offrande).

269Ta-Tou-Luo-Han : le Bonze rieur.

270Tchia-K’uan : l’étranger d’ascendance chinoise.

271têk : le principe actif, la vertu.

272Tia-Tüng-Hsing : personne de père et de mère chinois.

273ti-chu : le dieu du sol domestique.

274tik : la droiture, la rectitude d’esprit.

275Ti-Tsang-Wang : le Roi des enfers.

276Tou-Mu : la Mère matrice (divinité).

277tsong-kiao : « enseignement des origines ou des ancêtres », la religion.

278tui-mi tui-suai : « couple d’années, couple d’années » rite célébrant la première année de l’enfant.

279t’ai-ki : « le faîte suprême ».

280t’ang-chi-huai : l’association par lieu d’origine.

281T’ang-Sua : « la Montagne des T’ang », la Chine.

282T’ê-Ch’iu-ying : le Teochiu.

283T’i-Ti : « Ciel-Terre » (autel au-).

284T’iang-Ho-Sia-Bo : la plus haute Mère du ciel et des ténèbres, divinité.

285t’iang-ngi sêk-ko-si : le repas cérémoniel offert au mort.

286ts’ü : être malléable, avoir du cœur (vertu maternelle).

287weng-hi : l’honneur, la dignité.

288wong : la part, dans une tontine.

289wu-lun : les cinq relations humaines (en mandarin).

290Yan-Huang tsi-sun : « fils et petits-fils des héros légendaires Yan et Huang », expression métaphorique par laquelle les Chinois se désignent.

291yang-kip : céder (à un cadet).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540