Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu avant les allumettes

 | 
Jacques Collina-Girard

Conclusion

Texte intégral

1Le recours à l’expérimentation est fréquent en archéologie préhistorique depuis les premiers essais de taille du silex, en France, par les préhistoriens Coutier en 1929 et Bordes en 1967.

2Jusqu’ici, aucun chercheur, depuis Hough, ne s’était réellement intéressé à la production du feu par friction.

3Nous espérons, par la voie d’une démarche expérimentale et systématique, avoir comblé une lacune et prouvé, une fois de plus, l’intérêt de cette approche, plus familière aux préhistoriens qu’aux ethnologues.

4L’expérimentation des techniques de production du feu nous a permis d’estimer à leur juste valeur les relations ethnographiques initiales, celles qui furent rédigées par des témoins encore en contact avec les dernières populations de chasseurs-cueilleurs. Certains de ces observateurs avaient pressenti nombre de nos résultats expérimentaux et il faut rendre justice à leur perspicacité, dont leurs sucesseurs ne semblent pas avoir tiré profit.

5La dérive, à partir d’un point de détail technologique, l’allumage du feu par friction, nous a amené à la conclusion que la plupart des descriptions d’allumage du feu étaient erronées. L’opposition des caractéristiques relatives des bois, tenue pour importante, n’avait, en particulier, aucun effet réel.

6Cette « rumeur », partout insistante, perdure encore, comme le montre le texte d’une revue de vulgarisation, par ailleurs excellente : « ... frotter entre ses mains deux morceaux de bois sec, l’un dur, l’autre tendre, jusqu’à ce qu’ils s’enflamment... » (Revue Wapiti, 1995 : 21.)

7Une telle description s’oppose à la réalité puisque ce commentaire accompagne une bonne photographie illustrant la technique (les bois ne s’enflamment pas et l’opposition dur/tendre n’est certainement pas fondamentale). Il faut noter le caractère spontané de cette opinion qui apparaît toujours évidente et partagée, malgré les dénégations de tous les expérimentateurs (depuis Hough, 1880 à 1928), dénégations dont il n’a jamais été tenu aucun compte. Nous pensons que si cette croyance persiste, c’est qu’elle recouvre un substrat affectif et irrationnel, un mythe implicite dont la force de conviction écarte toute évidence rationnelle.

8Il est vrai que fantasmes, mythes et technologie ne sont pas forcément étrangers et qu’il peut être intéressant de s’interroger sur la fonction, pas nécessairement utilitaire, de cette dernière : la constatation de la grande antiquité (Préhistoire) des représentations binaires d’un fantasme originaire, de son universalité (ethnographie) et de son actualité (distorsion des observations modernes) conduit à de nouvelles interrogations sur la technique et son articulation sociologique.

9L’instrument technique est-il antérieur au fantasme ou n’est-ce pas le fantasme qui se trouve à l’origine de l’instrument, comme le pensaient Bachelard (1937) et Roheim (1943) ? L’intrication du mythique et du fonctionnel pour le foret à feu amène en tout cas, à se poser la question.

10L’idée que des représentations sociales inconscientes orientent et sélectionnent les techniques (Lemonnier, 1989 et 1991 ; Latour et Lemonnier, 1994) va dans le même sens, tout comme certaines observations archéologiques. J. Cauvin, s’interrogeant sur les conditions et la nature du progrès technique et sur l’apparition d’artefacts dont la fonction est à l’évidence adaptative, herminettes, haches polies et pointes de flèches du gisement néolithique de Mureybet (Syrie), aboutit à cette conclusion : « L’élan initial qui provoque le changement vient du milieu intérieur, il n’est pas fonction de problèmes nouveaux que poserait l’environnement et il n’a pas d’incidence économique tout au moins au départ. »

11Cauvin conclut : « le “milieu extérieur” ne semble en fournir tout au plus que les ingrédients matériels : il n’est pas visé au départ par l’effort créateur. » (Cauvin, 1978, chapitre VI : 84-96.)

12Les arguments de cet auteur paraissent convaincants bien qu’ils n’aillent pas dans le sens du fonctionnalisme naïf, trop souvent de mise dans les interprétations des préhistoriens, où on postule, faute de données autres que matérielles, des relations presque exclusivement mécanistes, de cause à effet, entre les changements de milieu et les changements technologiques.

13Des données récentes infirment cette hypothèse ; il semble en effet que les chasseurs-cueilleurs vivant il y a plus de 26 000 ans en Moravie connaissaient l’usage de la terre cuite alors que cette importante innovation ne sera utilisée que beaucoup plus tard (les premières céramiques utilitaires ne remontent pas au-delà de 12 500 ans et proviennent du Japon). La technique de la terre cuite répondait sur le site fouillé (Dolni-Vestonice) à des motivations exclusivement rituelles : fabrication de statuettes (Soffer et al. 1990).

14Pour l’homme préhistorique, les motivations irrationnelles semblent donc avoir prévalu, et de très loin, sur leur exploitation pratique. Il semble en être de même au moment de la révolution néolithique proche-orientale, qui semble avoir été déclenchée par une révolution symbolique plutôt que par des contraintes matérielles et alimentaires (Cauvin, 1994).

15Nous verrions, quant à nous, les techniques comme des prolongements du corps, une sorte de prothèse symbolique construite sur le modèle du « bricolage » de la pensée sauvage analysée par Lévi-Strauss. Le monde des artefacts serait alors une matérialisation des structures de la pensée et du discours. En préhistoire tout au moins, cette analogie rend bien compte des fluctuations morphologiques des objets lithiques dont les caractères s’associent et se combinent, échappant le plus souvent aux approches typologiques, un peu comme mots et phrases s’organisent autour du sens exprimé.

16On pourrait donc inverser l’idée de Lévi-Strauss : le bricolage emprunterait, lui aussi les logiques de la pensée sauvage. Cette approche des objets permettrait de mieux appréhender leur nature et de les ancrer dans le champ des sciences humaines.

17Les observateurs modernes, membres d’une société technocratique, matérialiste et scientifique, ont bien souvent tendance à interpréter les produits matériels des populations disparues suivant la logique rationnelle de l’observateur occidental du XXe siècle, mode de pensée qui leur était certainement fort étranger.

18Les écrits de ces mêmes observateurs montrent, par ailleurs, qu’ils sont, eux aussi, le jouet de cet ordre symbolique.

19La distance n’est pas toujours si grande entre l’observateur et l’observé comme le montre le fonctionnement de la pensée « sauvage », encore actuelle, brisant quelquefois la discipline contraignante de l’approche scientifique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540